Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 08:06
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015

Le billet de JPROCK :

Comme chaque année en juillet le Brosella folk and jazz Festival pose ses valises sur le site du Théâtre de Verdure près de l’Atomium pour un week-end musical incontournable, devenu un must pour qui apprécie ce genre de musique.
Le samedi est traditionnellement consacré au folk et le dimanche au jazz.
Cette année l’affiche est quelque peu décevante en ce qui concerne la programmation jazz avec peu de noms prestigieux mais du coté du folk (au ses large du terme) on peut sortir du lot Martha Tilston et surtout les formidables Afenginn.

Je choisis donc de prendre la programmation en cours et de débouler au Théâtre de Verdure vers 19h30 histoire d’être présent pour le gig de S.A.R.S. groupe serbe qui officie dans un registre ethnic pop reggae.
Formé en 2006 par Aleksandar Luković "Lukac" (guitar) and Dragan Kovačević "Žabac" (vocals) le band livre une prestation sympathique rehaussée par la présence de la (très) jolie chanteuse Sanja Lalić toute de jaune vêtue.
Musicalement ça ne vole pas bien haut, mais c’est festif et le groupe qui se produit sur la grande scène récolte un bon accueil du nombreux public présent.
Le temps de m’avaler une petite blonde bien fraîche, salutaire par cette chaleur et je prends la direction de la Palm Hop Select Stage pour assister à la performance de Martha Tilston.
Lorsqu’on est la fille du folk singer Steve Tilston et la belle fille de feu Maggie Boyle on est indubitablement sur la bonne voie pour faire carrière.
Et dès ses premières chansons on se doit de reconnaître que la Britannique possède une voix magnifique et une jolie présence scénique.
Lorsqu' elle ne forme pas un duo avec le guitariste Nick Marshall elle enregistre des albums solos au charme indéniable.
Tantôt à la guitare, tantôt au piano la jeune femme nous enchante avec un set sobre et beau totalement adapté à l’intimité du cadre verdoyant qui nous accueille en ce début de soirée estivale.
Retour vers la Theatre Stage où l ‘on s’affaire aux derniers préparatifs pour ce qui constitue le clou de la soirée: Afenginn !
Dès leur entrée sur scène sous les vivas du public on sent que quelque chose va se passer et que le groupe est prêt à en découdre. « How are you there in the woods ! ? « lance Kim Rafael Nyberg le leader charismatique du groupe à une foule toujours plus nombreuse.
Et c’est parti pour nonante minutes formidables au son d’une musique atypique au carrefour entre le gypsy punk, la world music et le folk, ce que le groupe qualifie en fait de « bastard ethno music » .
Difficile de décrire l’impression que l’on ressent à l’écoute d’un tel band en live car on passe avec magie d’un titre atmosphérique et totalement envoûtant sorte de longue improvisation mélancolique à des titres up-tempo totalement irrésistibles, proches du punk et qui vous donnent des fourmis dans les jambes.
Empruntant pas mal de titres à leur dernier et excellent opus « Lux « Afenginn est un très grand groupe live.
Musicalement, on a affaire à des musiciens chevronnés qui maitrisent parfaitement leurs instruments. Violon, batterie, mandoline électrique, clarinette et basse s’emmêlent dans un ballet musical frénétique qui soulève la foule.
Les gens sont debout, ça danse de toute part et au fil du set le band monte en puissance et ponctue ses envolées de moments intenses jusqu’au bouquet final.
Bien sûr la foule en veut plus et c’est avec un long titre atmosphérique que les cinq musiciens prennent congé d’un Théâtre de Verdure enthousiaste qui a vécu ce soir un grand moment de son histoire.
Quelques moments plus tard en backstage le groupe me confie qu’ils ont déjà joué trois fois en Belgique notamment au festival de Dranouter et aussi dans une salle au centre de Bruxelles dont Kim Raphael a du mal à se souvenir du nom.
« La première fois qu’on ajouté chez vous en Belgique c’était il ya dix ans » me confie-t-il . « Mais aujourd’hui dans ce théâtre en plein air le public était au top » .
Le groupe accepte de poser spécialement pour moi sur la scène maintenant déserte pour quelques photos souvenirs et ensuite prend congé et promet de revenir bien vite chez nous mais en salle cette fois.

Afenginn est dans son genre un groupe énorme, un électron libre percutant made in Copenhagen.
A ce jour le groupe a sorti cinq albums que je vous invite à découvrir sans attendre et surtout courrez les voir en concert, cette expérience risque de changer votre vie !

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK

S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 07:52
Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015

Charles Eloy.

Zefiro Torna et le Frank Vaganée Trio, un plat consistant en contraste avec les groupes de folk, musiques du monde, de variété pop programmés, témoignant de l’esprit d’ouverture des organisateurs de Brosella Folk and Jazz.

Sur scène, les musiciens du premier groupe de musique ancienne vocale et instrumentale : Juliet Fraser (chant, Royaume-Uni), Didier François (nickel harpa, un instrument traditionnel à cordes frottées d’origine suédoise), Jurgen De bruyn (luth, archiluth, compositions, chants) et ceux du second groupe plus orienté vers le jazz : Frank Vaganée (saxophone alto et soprano, compositions, arrangements), Jos Machtel (contrebasse), Lionel Beuvens (batterie)

Ces musiciens ont fait leurs preuves sur des scènes internationales et interprètent une partie de l’ œuvre de Francesco Petrarca qui a influencé Shakespeare et d’autres grands auteurs.

Vous connaissez Francesco Petrarca ?

Exact, il a fait l’ascension du mont Ventoux durant ses périples en France? Il n’est pas un contemporain du cycliste Eddy Merckx, surnommé « Le Cannibale ». Franscesco portait des sandales et a peut-être inspiré le groupe d’humoristes britanniques Monty Python (film :Monty Python’s Life of Brian, séquence de la sandale)

A-t-il dansé sur le pont d’Avignon. Non, Franscesco Petrarca, en français, Pétrarque (1304-1374) s’ est attaqué aux cardinaux français d’Avignon et il n’ était certainement pas en odeur de sainteté au risque d’ être chauffé au bois du bûcher.

Pétrarque, qui compte parmi les premiers grands auteurs de la littérature italienne a écrit un recueil de 366 poèmes et sonnets intitulé « Canzoniere » qui contient une poésie mettant en vers son amour pour Laure. Pétrarque eut un coup de foudre pour Laure de Sade, épouse du Marquis de Sade. Un amour qui a toujours été platonique suivant les règles de l’Amour courtois, la façon réglementée de tenter de séduire une femme de qualité sans l’offenser et en récitant des poésies au Moyen Age. Les temps sont durs pour les troubadours. Essaye de gratter une guitare et de chanter une canzona italiana de Eros Ramazotti sous un balcon. Les tomates, les pots de fleurs ou la police pour un constat de nuisances sonores t’attendent.

Quelques morceaux pour illustrer.

« Voi Ch’ascoltate in Rime sparse » : composition de Sigismondo d’India (fin de la Renaissance), arrangement de l’ensemble. La voix cristalline de la soprano d’avant-garde londonienne Juliet Fraser annonce la série des sonnets et poèmes réjouissant les uns et sonnant les autres. - « Lo canterei d’amor si novamente » composition de Capriano deRore, pour laquelle Frank Vaganée écrit les arrangements.- Les compositions de Capriano de Rore, J. de Bologna, Franz Liszt, Els Van Laethem et Schönberg sont superbement arrangées par Frank Vaganée. - « Zephiro torna , e’l bei tempo rimena » : musique de Claudio Monteverdi et dernier morceau du concert.- Mon voisin italien traduit « Zéphir revient et le beau temps ramène……. et fleurs et l’herbe, sa douce famille, les gazouillis …. Les prés rient…. » Merci pour la traduction. Entretemps, les douces familles, sous un soleil de plomb, ont quitté les chaises et l’herbe pour se réfugier à l’ombre des arbres. Mon voisin italien me chante en français les mots de l’apothéose musicale « et chez les belles dames, honnêtes et suaves qui ne me sont d’un désert » Un vrai fan de Pétrarque.

Certains membres de public sont d’avis que ce genre de prestations convient mieux à une salle de concerts. Brosella Folk, c’est une ambiance familiale avec les enfants turbulents dans l’espace du Théâtre de Verdure et les oiseaux gazouillants dans les arbres. Les avis sont partagés, Pétrarque a beaucoup voyagé et ses périples à travers les forêts lui ont inspiré « Canzoniere ». Nos Ardennes pourraient convenir à « Zefiro Torna et Frank Vaganée Trio » afin d’interpréter dans les conditions d’inspiration de Pétrarque. Pensez aux sangliers, aux cerfs, écureuils, aux chauves-souris, aux vipères, aux sangsues,……

Quentin Dujardin Trio et Ialma (BE & ES)

Quentin Dujardin Trio: Quentin Dujardin (guitare), Olivier Hernandez (harmonica chromatique),Boris Schmidt (contrebasse), Didier Laloy (accordéon diatonique), Fred Malempré (percussions).

Ialma: Verónica Codesal, Natalia Codesal, Magali Menéndez, Marisol Palomo (chants et percussions).

Suite à leur rencontre lors de l’écriture de la bande originale du film « Compostelle, le chemin de la vie », les deux groupes décidèrent de collaborer. Le titre « Compostela », chanté par les Galiciennes d’ Ialma est repris sur l’album de Quentin Dujardin participant activement au projet Carmino d’ Ialma.

Les chanteuses sont fières de leur identité, la terre de leurs ancêtres étant une intarissable source d’ inspiration et possèdent une grande ouverture musicale développant des thèmes proches de leurs sensibilités. Elles ont le sens de la fête et le public participe activement en frappant dans les mains ou claquant des doigts.

Certains auraient préféré que Quentin Dujardin soit plus présent durant le concert, mais j’ai l’impression qu’en qualité de musicien et directeur artistique, il s’est mis humblement au service des chansons sans aucun trip égocentrique. Didier Laloy à l’accordéon diatonique habitué aux collaborations dans différentes formations apporte des couleurs au répertoire d’Ialma.

A la demande des chanteuses, le public bon enfant ne se prive pas d’accompagner avec les mots du refrain « Ilala » de la chanson « Compostela »

Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Repost 0
Published by charles eloy - dans Concerts
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 07:06
Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015

Tu préfères t'en jeter une à l'Excelsior au lieu d'assister aux allocutions données dans la Raadhuis à l'occasion de la Feest van de Vlaamse Gemeenschap.

Radio Modern est mandaté par Jette Stream pour se charger de l'affiche musicale et des diverses animations ( un beauty boudoir et une danceclass pour amateurs), le band étant prévu à 19h ( douce illusion).

Dj Mensch, Erger Je Niet doit amuser le bon peuple en attendant le live de Slick Nick and The Casino Special.

OSWALD MORIS (Qali Data, SPECTdRUM, Renkin6, Radio Scorpio) et SELECTOR - Z (Risin' Culture) s'attellent à la tâche avec brio.

L'initiation à la danse est menée par Sep Vermeersch qui a bien du mal à rameuter des candidats, après un numéro de racolage digne de la Petite Rue des Bouchers, il réussit toutefois à embrigader une vingtaine de challengers se déhanchant sur le backbeat 'I just wanna make love to you' version Etta James, ensuite vient Freddie King et ses blues charnels avant de se taper du rock avec Chuck Berry et finir sur le génial Wynonie Harris - 'Lovin' Machine' et 'Rip it up' du brave Bill Haley.

Nouvel intermède Mensch, Erger Je Niet tandis que Slick Nick and The Casino Special soundchecke.

20:00, het kan beginnen..

Comme il se doit une courte intro sans le petit Slick Nick.

Facebook annonce le line-up suivant: Jan Schaeken: tenor saxophone, Bart Geysels: baritone and alt saxophone, Michel Van den Bosch: guitar, Christophe Foulon: piano, Johan Kaers: double bass et Jerry Van den Wyngaert: drums, sont tout beaux dans leur costard retro, Nico Dukony rapplique après une minute, la troupe pousse sur le champignon, pas de travaux sur la place, ni de trajectcontroles, volle gas avec 'Rip it up'.

Pas difficile de comprendre que Nick et ses gonzesses sont invités un peu partout ( Peer, Hoeverock, Fonnefeesten, OLT Rivierenhof...) leur savoir-faire n'a d'égal que leur bonne humeur.

Plus de dix couples ont envahi la place et se démènent généreusement, leur exercice ne prendra fin qu'avec les dernières mesures du concert.

Jette are you in the mood to have a party?

Well, 'Let's have a party'!

Un piano sautillant, une section rythmique dynamique, un guitariste flingueur à ses heures perdues, des saxophonistes surchauffés, toute une clique menée par un entertainer hors-pair, pas étonnant que les Jettois aient sorti leurs dancing shoes qui traînaient dans le grenier.

Are you ready for the 'Manneken Pis Boogie'?

Envoie, petit!

On se calme avec un crooning tune, 'Midnight flyer', écoute la version de Nat King Cole, tu en resteras baba!

Une plage que tu peux entendre sur sur leur album ' All Aboard', 'My honey' de Dolly Cooper, un jump r'n'b remuant, précède la gypsy romance ' Guitar Gitan', mettant en évidence le jeu racé de l'homme des bois, Michel Van den Bosch.

Elle est comment ta nana?

'My gal is red hot'.

Confidences, mon copain Johnny, celui qui est né dans la rue, préfère les hamburgers aux moules et aux caricoles.

On s'en tape, Nick, joue!

Comme tu veux, un singalong au refrain Cheyenne, 'Be mine'.

Sur la piste quelques joyeux(ses) ancêtres s'en donnent à coeur joie.

Le collant 'There's Been Some Lonely, Lonely Nights, ( Earl King, BB King, Dr John, Johnny Guitar Watson l'ont tous interprété) inspire Brenda qui s'avance vers toi.

T'es gentille, maske, mais c'est le ramadan, peux pas danser, mais tu peux m'offrir une Jupiler.

Jette, shake anything you want, this is 'The Chicken Shack boogie' d'Amos Wilburn.

Face au podium, deux ou trois acrobates travaillent sans filet, tandis que Foulon a failli se fouler les phalanges en tapotant les touches.

Ambiance face au fritkot.

Le standard swing de 1955, 'You got me reeling and rocking' ( Roy Milton), ne va pas calmer les ardeurs.

Jive, baby, jive!

Bart Geyssels, c'est le paresseux de la troupe: non, Nick, pas de solo, fait trop chaud, demande au piano.

Feignasse!

'Move it on over' autrefois un country de Hank Williams, met le feu, Nick, même taille que Sarkozy avec hauts talons, se paye une promenade parmi les remuants tout en chantant sans micro.

Move it on over, ket!

Un cousin de Bart, demi-frère de Bourgeois, tu connais pas le Vlaamse Leeuw?

Réaction, 'Love me right' ... I'm yours in every way
I'll do anything you say
I'll be yours till the end of time
as long as you love me when the clock strikes nine ..

Suis pas de la pédale, qu'il répond!

Fabriquée dans mon garage, 'Loving machine'.

Consommation?

Pas plus qu'une Buick.

Tu dis, Jan?

Il y a petit vent coquin, ce soir, il soulève les jupes.

'Let the four winds blow' pour rafraîchir davantage l'atmosphère.

Présentation des artificiers, suivi par le fantastique 'Honey Hush', ses yakety-yak et ses hi-ho silver.

Toutes les bonnes choses ont une fin, braves gens, heureusement il y a batman.

'Batman to the rescue' emprunté à Lavern Baker.

Si Batman ou Catwoman font faux bond il te reste Nick Slick and the Casino Special, un remède idéal contre la mélancolie, pas besoin d'antidépresseurs, pas de contre-indications, à prendre avant, pendant et après les repas.

Une performance de 60' aussi énergique que réjouissante.

You want some more?

Yeah!

Celle-ci est pour toutes les belles femmes dressées ( sic) en rouge.

Le rockabilly qui tue 'Red hot mama'!

La soirée se poursuit, sans toi, avec les pépites distillées par Mensch, Erger Je Niet!

Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015
Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015
Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 06:32
Jens Clemens, Sänger von Seelenzorn, ist tot!

Seelenzorn, le groupe de Industrialmetal, Gothicrock, NDH, Synthiepop de Darmstadt signale le décès d'un de ses formateurs, le chanteur Jens Clemens.

Sur la page facebook on peut lire:

Nach langjährigem Kampf ist unser Freund, Sänger und Kopf von Seelenzorn am Donnerstag den 09.07.2015 im Krankenhaus seinem Herzleiden erlegen.
Auf www.seelenzorn.com wurde ein Kondolenzbuch errichtet. Wer ihm, oder seinen Angehörigen noch etwas hinterlassen möchte, kann dieses dort tun.

Les fans peuvent laisser un mot dans le Kondolenzbuch qui a été ouvert sur le site du groupe.

Le dernier effort discographique du band, 'Töte alles', date de 2009.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 13:10
Lilee @ Rock Classic - Bruxelles - le 9 juillet 2015.

Les Soirées Cerises et le Rock Classic, un conjungo où les scènes de ménage sont rares.

Ce soir, Fred Cerise programme Lilee.

"Elle était chinoise et s'appelait Li Pût, ce qui dans l'argot pékinois signifie Poison d'Avril" San Antonio "Poisson d'Avril ou la vie sexuelle de Lili Pute".

Aucun rapport et tu oublies aussi Lilee designs that creates compelling and attractive visuals for all business types.

Lilee, c'est Rachel Lecomte,- Comédienne - Scénariste - Réalisatrice - Auteur, Compositeur, Chanteuse.

Elle a l'air d'une gamine avec un petit sourire espiègle, mais Rachel a un vécu, artistique et amoureux, il en reste des traces d'ailleurs, son fils Sacha est présent dans la crypte.

La Liégeoise, qui préfère le piétonnier Mayeur, a sorti tout récemment 'Papa Hey', un palet jouissant d'une bonne presse et l'ayant amenée en demi-finale du concours « Du F dans le texte » .

Babillage futile avec le revenant Florin en attendant le bon-vouloir de l'artiste.

21:30' , ils sont quatre à gravir les trois marches les conduisant sur la scène, Rachel, armée d'une acoustique, Nico Frances, caché derrière le drumkit, Nicolas Kneip à la basse et Karim Sarton à la guitare.

La plage ouvrant l'album, 'Bye', étrenne la soirée.

D'emblée le Rock Classic, plutôt nourri à Linkin Park, Papa Roach, Guns 'n ' Roses ou Stone Sour, marine dans un univers feutré où règnent délicatesse et vulnérabilité.

Là où certains avancent Jeanne Cherhal, on préfère proposer Rose et Pauline Croze.

Un bémol, la voix n'est guère distincte, Fred a beau s'esquinter derrière la table de mix, il ne parvient pas à trouver la juste balance.

C'est assez assommant de ne pas pouvoir suivre les paroles d'une jeune personne s'exprimant en roman.

Dédicacé à tout ce qui porte jupon 'Femme', mêmes tonalités soyeuses, même fond folk/pop/variété qui a si bien réussi à Carla Bruni.

La valse pop 'Sans toi', aux teintes mélancoliques et sensuelles, comporte tous les éléments pour faire un tube, elle est suivie par une sautillante 'Poupée'

Papa Jacques était lui aussi compositeur, le single country/pop 'Papa Hey' lui est dédié.

Lilee décide de revenir au disque précédent, le EP '( Instantané)', elle propose les friandises douces-amères 'Oui mais' et ' Ça va', titre qui balance joliment et pendant lequel Karim s'accorde une digression lumineuse tandis que la base groove nonchalamment.

'Que s'est bon' d'être accordé, sourit la gentille Lilee.

Tu veux ajouter quelque chose, Martin?

Coralie Clément, Keren Ann, Emily Loiseau....

Ça se défend!

'Pauvre conne'.

Une autobiographie?

Demande lui, en tout cas cette plage, saccadée et vive, séduit.

Il en va de même pour 'De l'air', un des titres phares d'un récital qui prend fin en formule quartet avec 'Merci'.

Lilee nous quitte après avoir interprété ' Réveillée' en solitaire.

Le 18 juillet aux Francofolies de Spa au Village Francofou!

Lilee @ Rock Classic - Bruxelles - le 9 juillet 2015.
Lilee @ Rock Classic - Bruxelles - le 9 juillet 2015.
Lilee @ Rock Classic - Bruxelles - le 9 juillet 2015.
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 20:10
Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015 BIS

La brève de JPROCK :

Première soirée d’une longue série dans le cadre des Palm Parkies hier soir à Vilvoorde.
Et pour démarrer en beauté la série de concerts gratuits en plein air sur le site du parc Maurits Duchéhof ce soir il y a Paul Michiels à l’affiche.
Oui, Paul Michiels, le sympathique et talentueux chanteur de Soulsister qui retrouvera bientôt son compère Jan Leyers pour un concert de Soulsister au Marktrock de Louvain le 14 août prochain.
Flamboyant, le performer de 67 ans peut tout chanter et le band qui l’entoure n’est assurément pas composé de manchots et ce soir il nous a gratifié d' une prestation de feu devant un public nombreux et enthousiaste.
En deux sets et 120 minutes de concert Paul nous a interprété une foule de hits et classiques en tout genre dont voici quelques titres « Starman » et « Let’s Dance « de David Bowie , « Mrs Robinson » de Simon and Garfunkel, « Chains of Love « , « Like a Mountain « , « Bang Bang « de Sonny and Cher dans une version plus qu’énergique, « Downtown « , « Ruby Tuesday « , » Just a friend of Mine » en hommage au Vaya Con Dios de Dani Klein, « You don’t know me » de Ray, Charles, et bien sûr quelques classiques du rock comme « C’mon Everybody « et « Peggy Sue « .
Impossible de citer tous les titres de mémoire .
Même le « Paparazzi » de Lady Gaga est repris par le natif de Heist op den Berg dans une version étonnante et très réussie.
Et lorsqu' en fin de set sonnent les premiers accords de « The Way to your Heart » le mega hit irrésistible de Soulsister, la plaine est en feu.
Un triomphe. Paul nous accorde deux rappels, et clôture le show avec « Forever Young » et l’intemporel « Gloria » volé aux Them pour la compo et à Patti Smith pour l’énergie.
En résumé, un concert imparable par un des meilleurs lead-vocalist que compte la Belgique à ce jour.
Une super soirée !

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK.

Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015 BIS
Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015 BIS
Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015 BIS
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 13:26
Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015

Premier concert de la saison dans le pittoresque Far-West si bien décrit par Kris De Bruyne dans le fantastique 'Vilvoorde City' ( Hier hangt de lucht vol weemoed, en de stank is om te snijden. Het vuil plakt tegen de kasseien van mijn straat...), dans la série Palm Parkies/ Zomers Vilvoorde, Polle Pap, alias le tombeur de 67 ans, le fleuron de Heist-op-den- Berg, la méduse la plus célèbre de Flandre, Monsieur Paul Michiels.

Tu ne peux plus dénombrer le nombre de concerts du flamboyant collectionneur de slips ( nous rappelons que celui de Fabiola est la propriété exclusive de Jan Bucquoy) auxquels tu as assisté, que ce soit en comité intime ou sur de grandes scènes, P.P. ( pépé ou piipii) Michiels n'a jamais déçu.

Ce soir il avait attiré la grande foule dans le parc, les bourgeoises étant majoritaires ( eet maar een blikje ravioli, ik ga naar Paul Michiels...).

Pour la promotion de son dernier recueil, 'A Singer's Heart' le heartbreaker a décidé de tourner avec un full band.

A lire les noms, tu constateras qu'il n'y avait pas de place pour les crabes: Herve Martens aux keyboards ( a encore joué au sein de Toy, accompagne Udo ou Sofie, oui Sofie de Trinity avec les Pebbles, Fred Bekky et Bob Bobbot ) - aux drums: Dave Imby ( Kid Creole and the Coconuts) - à la guitare: Chris Van Nauw ( Soulsister, Boogie Boy, Udo, Howlin' Bill, Lightnin' Guy...), quant aux vocalistes, elles sont tout simplement époustouflantes: Ibernice MacBean de Rotterdam et Nina Babet ( Ozark Henry, Milow, Marc Lelangue,Anastacia, En Vogue, Kate Ryan, Lady Linn, Pointer Sisters, Sister Sledge, Soulsister, Chaka Khan...excusez du peu!).

Avant la mise en route du show, tu décides de reconnaître les lieux, pas de bikinis, ce soir, fait pas torride et un vicieux petit vent accentue l'impression de fraîcheur.

Quelles sont les nouvelles tendances?

Le chien de poche, à peine plus grand qu'un mulot, ce quadrupède peut se porter sous le bras comme un sac Dior ou être enfoui dans la manche de la redingote.

Note: la chose se vend par deux: un mâle pour elle, une femelle pour lui.

L'annonceur fait son boulot, Paul Michiels ( terribles, les pompes rouges!), flanqué de Herve Martens, se pointe et amorce le classique 'Over the rainbow', nous rappelant ainsi qu'il a, autrefois, accompagné le Brussels Jazz Orchestra.

Dave Imby vient terminer la rengaine avec le duo et la troupe dans son entièreté lance 'Sweet Dreamer', une de ses compos à la sauce Joe Cocker dont il a par ailleurs assuré l'avant-programme.

Vanavond pak ik u allemaal, promet le bellâtre et il a tenu parole.

Tu dis, Marie-Laure: "Paul m'a tuer"...

J'ai déjà entendu et lu ça quelque part!

Puis vient le midtempo 'Magic in the house' suivi par 'Sail back home, voix caressante et lignes de guitare soignées, de la pop dans le style Paul McCartney.

Simon and Garfunkel, 'Mrs Robinson', superbe boulot des nanas, Vilvorde chante, Joe DiMaggio caresse sa batte.

Une plage de l'album 'Let's You and Me', 'Chains Of Love' nous rappelle Billy Joel ou Boz Scaggs, mais c'est 'Changes' qui déclenche de gros remous à tes côtés.

Tu connais l'histoire du cloître que j'ai acheté en Toscane grâce aux royalties?

Vais le transformer en maison d'hôtes pour slecht gekuste vrouwen, un ou deux volontaires pour m'aider?

'Tell me what it takes' impressionne, t'as pas le temps de battre des mains, Little Chris a enchaîné sur un autre sommet, 'Like a mountain'.

Vous savez, je connais bien Vilvorde, je sortais dans le coin quand j'avais 18 ans, 'Le Bain' se nommait le café, à chaque coup je glissais une thune dans le jukebox et je choisissais 'Bang Bang', version Sonny and Cher.

Je vous la joue.

Nostalgie quand tu nous tiens!

Paul batifole au piano, le hit prend des allures Vanilla Fudge, ce mec ose tout.

Composé en 1984 'Downtown' puis en tant que grand fan de Stevie Winwood, 'While you see a chance'.

Et pour terminer la première mi-temps le hit composé en tant que P.P. Michiels, le formidable 'Females', aussi bon et groovy que 'Move' de Jess and James.

Palm ou Pils?

On reprend avec les mêmes, les réservistes sont restés sur le banc.

T'étais à Knokke en 1965 quand Dave Berry a chanté 'This Strange Effect' de Ray Davies, merci Monsieur Michiels d'avoir ressorti cette perle.

Le Wurlitzer ambulant opte pour ' Kiss on my lips' de Hall and Oats avant de décider de secouer le bananier avec 'C'mon everybody' et 'Peggy Sue'.

Tu dis, Julien?

Coeur de rocker.

Première compo personnelle de ce second set, veloutée comme les meilleurs Sting, 'No rewind'.

Il aime Dani Klein, nous aussi, 'Just a friend of mine'.

Dirk Schoufs était encore de ce monde!

'Locks and keys' reçoit une intro bluesy, ensuite le charmeur passe en mode crooner pour 'You don't know me' de Ray Charles.

Pourquoi tu trembles, Solange?

't is de wind!

Paul et les stars, un petit SMS à Bowie, tu permets qu'on joue ton 'Starman'?

Ok, paye-moi une grenadine à l'Archiduc quand je passe dans votre piétonnier à la con.

1956, j'avais pas encore fait ma petite communion, Elvis chantait 'That's alright mama' et Tante Leen 'Oh Johnny', vous n'entendrez pas le second.

Si les Stones tournent encore, je ne vois pas pourquoi je devrais prendre ma pension, voici ' Ruby Tuesday'.

Paul Michiels peut tout interpréter sans jamais être ridicule, donne lui 'Macarena', il va faire un tabac.

Du coup il reprend Lady Gaga, 'Paparazzi'.

La Castafiore a acclamé.

Un des clous de la soirée, le second Bowie, 'Let's dance'.

Put on your red shoes, elles étaient rutilantes!

Vilvorde l'espérait, Vilvorde a été comblé, ' The way to your heart'.

Grosse ambiance sur la plaine, on rappelle la troupe.

Un double bis fringant ' Forever Young', le poids des ans, il ne connaît pas et dans l'euphorie générale 'Gloria'.

Les prochaines Palm Parkies avec Paul Michiels:

15/7/2015: Maasmechelen

22/7/2015: Blankenberge

23/7/2015: Hasselt

27/7/2015: Waregem

28/7/2015: Sint-Niklaas

6/8/2015: Middelkerke

Et le 14 août Soulsister au Marktrock- Leuven!

Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015
Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015
Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015
Paul Michiels @ Palm Parkies - Maurits Duchéhof - Vilvoorde, le 8 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 08:04
Rival Sons @ Den Atelier ( Lux.) - Luxembourg-City - le 8 juillet 2015

RIVAL SONS - Den Atelier, Luxemburg - 2015.07.08

Setlist :
01. The Good, The Bad and The Uggly
02. Electric Man.
03. Secret.
04. Pressure And Time.
05. Manifest Destiny Part 1.
06. Face Of Light.
07. Torture.
08.Tell Me Something.
09. Where I've Been.
10. Rich And The Poor.
11. Open My Eyes.
12. Keep On Swinging.

16h30, contact, ignition, départ des véhicules, direction : Luxembourg. Cette fois nous sommes huit fans purs et durs à nous déplacer vers les terres Grand-Ducales. Si ça continue, il faudra penser à organiser un car. On sent une certaine fébrilité chez mes deux potes Jeff et Carlo. Pour eux ce sera une grande première car je leur ai obtenu un "Meet and Greet" avec les Sons après le concert. Nos deux gaillards ont des points d'interrogation plein la tête, il n'y a pas à en rougir, c'est bien normal de se demander comment ça va se passer et peut-être d'être déçus si les choses ne tournent pas comme ils peuvent l'espérer. Au niveau intendance "Fina" nous a comblés une fois de plus, elle pense à tout, même aux autocars Pinocchio pour l'an prochain...
C'est notre cinquième concert de Rival Sons cette année, Bruxelles, Lille, Ris-Orangis, Cologne et Luxembourg, au total c'est le 13 ème show pour Carlo et le 16 ème en ce qui me concerne. Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que ce n'est pas le dernier de l'année. J'entends déjà poindre vos questions "Et vous n'en n'avez pas marre? Vous n'êtes pas lassés (DC) comme disent les français?". A question idiote, réponse du même acabit (Tel Aviv, pour ceux qui suivent le basket) : NON !!! Comment pourrait-on se lasser de quelque chose qui est à chaque fois différent, quelque chose qui laisse toujours une impression de grande première, avec l'expérience en plus, si vous voyez ce que je veux dire. Un concert des Rival Sons, c'est un peu comme faire l'amour la première fois mais sans louper l'essentiel, en ayant déjà toute la maturité voulue, c'est bon à mourir.
Les commentaires et les suppositions vont bon train dans la voiture et le temps passe très vite même si le GPS de "Fina" lui a dit "qu'il ne fallait pas aller par là". On s'en tape car nous voici garés à 300 mètres de la salle. Une galette, une madeleine et un Twix plus tard, on se positionne en première ligne devant l'entrée qui sert également de sortie, l'endroit ne peut pas se payer le luxe de faire autrement. Rencontre avec notre ami Todd qui vient nous saluer et prendre livraison de quelques Trappistes de Rochefort et de Chimay. Nous retrouvons également Karoline, Ulf et une de leurs amies dont nous avions fait la connaissance à Cologne lors du précédent concert des Sons.
Allez, ça y est, on peut y aller? Le temps de récupérer mon passe-photo et de m'assurer auprès de Pete, le manager du band, que tout est en ordre pour la petite réception d'après concert et hop, nous voilà placés aux premières loges autrement dit, au premier rang.
On commence à connaître la musique diffusée avant le show, donc on écoute le "Tres Hombres" de ZZ Top en entier et puis "What is Hip" de Tower of Power. Pour nous, c'est le signal qu'après, ça démarre. Dont acte, toujours ce petit opus western et boum! "Electric Man" directement suivi de "Secret". C'est bon mes enfants! Le public est emballé (c'est pesé). Ceux qui assistent à leur premier concert des gars de Long Beach se remarquent au fait qu'ils gardent la bouche ouverte et les yeux écarquillés, ou alors, c'est le rhume des foins. Si on ne les secouait pas un peu pour les ramener sur terre, il faudrait tourner une nouvelle version du Grand Bleu, bonjour l'apnée! En comparaison, le record de l'autre zouave sans bouteilles ressemble à la respiration laborieuse et sifflante d'un vieillard cacochyme, c'est moi qui vous le dis! Et comme si cela ne suffisait pas, voici que surgit le monstre qui tue "Pressure and Time" qui déclenche des cris d'hystérie parmi la gent féminine sur ma droite. Pas le temps de reprendre ses esprits :"Manifest Destiny Part 1" met tout le monde à genoux. La grand-messe est lancée et personne n'en distraira plus les fidèles paroissiens. Une version intégrale et somptueuse de "Face of Light" suivie du désormais tentaculaire "Torture" et voilà à nouveau une foule qui continue à chanter après que les instruments se sont tus. C'est devenu un rituel, un truc qu'il faut vivre une fois dans sa vie sous peine de mourir con et miséreux. Les cinq musiciens se sont encore une fois mués en une seule créature hybride qui dévore tout sur son passage. Quel plaisir de les accompagner, de communier avec tous les cinq juste là devant nos yeux émerveillés et nos oreilles enchantées. "Rich and the Poor" une chanson qui raconte ce qui peut se passer quand un garçon et une fille se retrouvent ensemble... Vient ensuite l'intro de batterie assassine, la petite sœur de "When The Levee Breaks", "Open my Eyes". Comment faire autrement d'ailleurs? Cette fois, le set sera plus court de deux chansons, alors "pas besoin de sortir de scène et de vous faire attendre le rappel" s'exclame Jay et, pan, le coup de grâce : "Keep On Swinging". Quelle puissance mes amis! Un feu d'artifice du 14 juillet sur la croisette ressemble à un lâcher de pétards mouillés dans une fancy fair de village à côté de ce qu'on se prend en plein buffet.
End of the show, une heure trente avec eux c'est trop vite passé et les voilà partis.
Pour nous, la soirée n'est pas terminée, loin s'en faut. Il nous faut rejoindre les musiciens en backstage, et à côté de moi, j'en vois deux dont le visage vient de changer de couleur, leur rythme cardiaque doit battre des records de vitesse. On y est les gars, ça va aller, relax. Ils sont là rien que pour nous trois! On se congratule et on se présente et on se pose des questions et on rigole et on se raconte ses petits secrets de scène, on en oublierait de faire des photos si je ne veillais pas au grain. Bref, je crois que mes deux compagnons n'oublieront jamais cette rencontre privilégiée qui ne se limite pas comme avec beaucoup de groupes à une poignée de main polie et une photo vite fait contre une somme d'argent. Non, les Rival Sons sont des gars authentiques, de vrais artistes avec un cœur à la mesure de leur talent : immense.

See you soon guys , thanks a thousand Times.

Mitch "ZoSo" Duterck

Rival Sons @ Den Atelier ( Lux.) - Luxembourg-City - le 8 juillet 2015
Rival Sons @ Den Atelier ( Lux.) - Luxembourg-City - le 8 juillet 2015
Rival Sons @ Den Atelier ( Lux.) - Luxembourg-City - le 8 juillet 2015
Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Concerts
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 08:30
Nécro: Jaime Morey, Camille Bob et Julio Ángel sont les suivants!

Le natif d'Alicante Jaime Morey, si il était relativement célèbre dans la péninsule ibérique, ne doit sa notoriété en Europe que pour son passage à l'Eurovision en 1972.

La ballade 'Amanece' avait terminé à la 10è place du concours.

"El cantante fallecía este martes a los 73 años de edad a causa de un cáncer que padecía hace tiempo" , note El Pais.

Camille Bob, alias Lil' Bob, a commencé sa carrière musicale comme batteur de Good Rockin' Bob ( aucun lien de parenté) qui score un hit avec 'Take it easy Katy'.

Il forme son propre combo, Lil' Bob and the Lollipops, et devient singin' drummer.

Succès immédiat et gros tube grâce à "I Got Loaded", repris bien plus tard par Los Lobos.

Cette star du r'n'b/ Louisiana swamp est lui aussi décédé des suites d'un cancer, il avait 77 ans.

Le portoricain Julio Ángel, conocido como El Diamante, a fait carrière comme chanteur de bachata, bien avant que le genre ne cartonne partout grâce au succès de Juan Luis Guerra.

On lui doit quelques hits dont "Tan Bonita Como Tu", "Nunca", "Adoro" ou " Amar y Vivir" avec le Trio Los Condes qu'il rejoindra au début des 70's.

Julio Ángel est décédé en Floride ce 6 juillet, il était âgé de 69 ans.

Nécro: Jaime Morey, Camille Bob et Julio Ángel sont les suivants!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 15:29
Compro Oro @ Hoeilaart Zomert ( Gemeenschapscentrum Felix Sohie) - Hoeilaart - le 5 juillet 2015

Hoeilaart: pendant la période estivale, le conseil culturel, soutenu par l'administration communale, propose un programme varié à ses résidents, en commençant, ce dimanche, par un concert matinal ( 11h) de Compro Oro dans la cour du G C Felix Sohie.

Compro Oro?

Quotazione Oro 24 kt*

36,00-38,00 €/G

Quotazione Oro 22 kt ( monete in oro )*

31,50-34,00 €/G

Mais elle vaut rien ta breloque, fieu!

Wim Segers: vibraphone/ marimbas- Bart Vervaeck: guitar - Robbe Kieckens: congas, bongos - Mattias Geernaert: bass, double bass et Frederik van den Berghe, drums, ont opté pour l'identité Compro Oro et confectionnent un cocktail exotique à base d'Afro-Latin jazz.

Frederik van den Berghe vu avec Nomad Swing il y a peu?

Ja.

Les autres ne sont pas des inconnus de la scène gantoise, ainsi Wim Segers est pointé chez Les Croissants Belges ou chez SH.TG.N d'Antoine Guenet, le nom de Bart se retrouve dans les ensembles suivants, Koen De Cauter, Fapy Lafertin and Friends ou Nathan Daems Quintet, le percussionniste s'amuse avec La Sieste du Dromadaire ou Bazaar d'Orient et Mattias tient la basse chez Sous Couche.

Leur album 'Transatlantic' est sorti tout récemment et a été accueilli favorablement par la presse jazz.

Dans le petit monde des vibraphonistes, Cal Tjader fait office d'étalon, forcément ce pape du latin jazz est une influence, de même que Gary Burton, Bobby Hutcherson et peut-être la gloire nationale, Sadi!

Un soundcheck épineux, résonances et feedback, retarde le début des hostilités, pas de panique, au bar on propose de la Taybeh, une bière palestinienne moins fade que la Heineken.

Courte annonce qui nous promet de l'Afro-Cubain, des sonorités idéales sous le soleil tropical.

Embarquez sur le paquebot, la croisière commence!

La première plage de l'album, 'Liquid Love' ouvre le bal.

Oui, on y entend du Cal Tjader, oui, les congas t'invitent à la danse, mais tout à coup une guitare vagabonde et cinglante se met à improviser des climats moins exotiques.

Les sonorités proposés conviennent à la perfection pour les festivals world, Couleur Café, Polé Polé ou Afro-Latino.

Compro Oro en mode ballade avec le sensuel 'Hire Desire'.

Le sable est blanc, turquoise sont les flots effleurés par une tiède brise, souples et luisantes sont les jeunes filles, à la buvette, un clone de Tom Cruise confectionne piña coladas, daïquiris et caipirinhas, elle est pas belle la vie?

D'ailleurs Frank Deboosere a ajourné l'explosion orageuse, 't is voor morgen!

Un petit mambo agité, 'The Cuban 5' .

Tu dis, Lauren?

' Anybody got a match?'

Désolé, baby, non fumeur, demande à Humphrey!

Au fond, même si le catalogue est différent, l'approche proposée par Compro Oro présente pas mal de similitudes avec celle de Condor Gruppe.

Amorce apaisée pour 'Madness in Havana', une longue plage parsemée de phrases surf distillées par un Bart Vervaeck, que les critiques du Nord disent influencé par Marc Ribot.

Du coup t'as été réécouter la version de 'Caravan' du virtuose du New Jersey.

Le morceau 'El Dorado' en mode moderato cantabile a été composé par Bart, si tu crois avoir entrevu John Wayne sur son canasson, c'est que t'as pas bien digéré ton petit déjeuner.

Sur l'album, Nathan Daems y joue de la flûte, voici 'Voodoo Valley' au groove mouvementé.

Comme Nathan était à la messe, les cloches de Saint-Clément ont décidé de le remplacer et de rappeler à Mevrouw Schelebelle qu'il est l'heure de retourner le poulet dans la cocotte.

Le psychedelic ethno groove 'Freddy's tune' précède la cover qu'aucun membre de l'assistance n'a pu reconnaître, le standard ' Johnny I Hardly Knew Ye' que Johnny Cash a adapté pour en faire 'Ghost riders in the sky' ( bedankt, Bart).

'The Dreamer' et la samba 'Son Desert' achèvent ce concert/apéritif d'excellente facture.

Compro Oro sera à l'Archiduc le 7 septembre!

Compro Oro @ Hoeilaart Zomert ( Gemeenschapscentrum Felix Sohie) - Hoeilaart - le 5 juillet 2015
Compro Oro @ Hoeilaart Zomert ( Gemeenschapscentrum Felix Sohie) - Hoeilaart - le 5 juillet 2015
Compro Oro @ Hoeilaart Zomert ( Gemeenschapscentrum Felix Sohie) - Hoeilaart - le 5 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents