Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 08:29
Mike & The Mechanics "The Hits Tour 2015" - Cirque Royal - Bruxelles le 25 mai 2015

Le billet de JPROCK :

En 1985 Mike Rutherford ( Genesis) fonde Mike and The Mechanics un side project avec Paul Carrack, Paul Young, le claviériste Adrian Lee et le batteur et percussionniste Peter Van Hooke .
Après la disparition de Paul Young le groupe se reforme en 2004 sous le nom de Mike + the Mechanics + Paul Carrack puis en 2011 le band refait surface avec deux nouveaux chanteurs Andrew Roachford et Tim Howar et sort un nouvel album : The Road.
Ce soir c’est à une tournée « best of » qu’ils convient les quelques six cent spectateurs ( à vue de nez) qui garnissent le bas du Cirque Royal en configuration assise.
Le pop-rock teinté de prog de M and the M n’ a pas fait le plein, et au vu du concert de ce soir il y a fort à parier que la prochaine fois le public soit encore moins nombreux.

Mauvais concert ?
Pas du tout, ces gars là sont des pros et musicalement il n’y a rien à leur reprocher, mais ils ne possèdent pas cette touche magique qui transforme un bon groupe en groupe exceptionnel.
Et puis il manque aussi la générosité que l’on retrouve à chaque concert d’un Steve Hackett, pour citer un autre ex membre de Genesis, qui lui fait salle comble à chacune de ses régulières venues dans notre pays et reste sur scène plus de deux heures.
Il y a bien sûr quelques hits comme « The Livin Years » qui fut no1 aux States, « All I Need is a Miracle » ou « Over my Shoulder « joué en unique rappel, mais dans l’ensemble on se croirait à une réunion de pensionnés, même si Roachford et surtout le sympathique Tim Howar tentent vainement de de faire bouger un public qui se révèle aussi amorphe que le set présenté par le band.
Et c’est seulement lorsque le groupe reprend des titres de Genesis comme « I Can't Dance » (dans une version poussive bien loin de celle de Genesis) ou « Turn it on Again » que le public sort quelque peu de sa torpeur . Et encore...
C’est d’ailleurs, chose étonnante, sur la reprise du hit d' Andrew Roachford « Cuddly Toy « que les Mechanics se montrent plus convainquant et sortent enfin d’un confort musical qui frôle parfois la roue libre.
Nonante minutes de concert rappel compris pour un ticket dont le prix avoisine les 50 euros c’est un peu maigre messieurs et ça sent la tournée tiroir-caisse !
Début du show à 20h05 et fin à 21h35, c’est bien simple, en sortant de la salle de concert il faisait encore jour !
Un deuxième titre « Word of Mouth » était bien prévu sur la setlist pour le rappel, mais le groupe ne l’a finalement pas joué. Dommage...

En résumé, le concert de ce soir aura eu le mérite de nous rappeler que le rock c’est aussi de l’émotion et de la sueur, et qu’il ne suffit pas d’être des excellents musiciens pour convaincre il faut aussi y mettre de l’âme et de la conviction.
Et sur ce plan là ce soir les mécaniques de Mike se sont un peu grippées…

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK.

Setlist :
A Beggar on a Beach of Gold
Another Cup of Coffee
Get Up
Silent Running
Seeing Is Believing
Let Me Fly
Turn It On Again
(Genesis cover)
The Road
Everybody Gets a Second Chance
Cuddly Toy
(Roachford cover)
I Can't Dance
(Genesis cover)
The Living Years
All I Need Is a Miracle
Encore:
Over My Shoulder

Mike & The Mechanics "The Hits Tour 2015" - Cirque Royal - Bruxelles le 25 mai 2015
Mike & The Mechanics "The Hits Tour 2015" - Cirque Royal - Bruxelles le 25 mai 2015
Mike & The Mechanics "The Hits Tour 2015" - Cirque Royal - Bruxelles le 25 mai 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 07:46
KEN MODE (Can) + CASTLES + LOTUS @ «La Taverne du Théâtre » à La Louvière- le 25 mai 2015

Organisation: CenteRock et La Taverne du Théâtre

Charles Eloy

La programmation du café-concert «La Taverne du Théâtre » à La Louvière, mettant à l’affiche des groupes/artistes internationaux et belges, n’a rien à envier à celle de la capitale.

Ce soir, les groupes LOTUS, CASTLES et KEN MODE (Canada)

Pas besoin d’une cloche de vache pour annoncer le début les concerts. Une étude réalisée en 2014 par la scientifique Julia Johns et son équipe pour l’ Institut fédéral suisse de technologues à Zurich a trouvé que les cloches de vaches peuvent atteindre 113 décibels. Les vaches sont exposées au bruit en mâchant et certaines subissent une altération auditive. On n’est pas des bêtes, mais il est de mon devoir de vous transmettre l’information.

Dès les décibels joués par Lotus, le public enthousiaste ne traîne pas sur la terrasse pour profiter du temps clément, mais s’empresse de s’installer au-devant de la belle scène, à proximité du public.

LOTUS est un quatuor originaire de la région d’Anvers. Jelle (le chanteur-parolier), Jente (basse), Jasper (guitare électrique) et Bert (drums) nous plongent dans leur univers chaotique de hardcore et post-punk.

« L’appel du vide »: une voix rogue , parfois anxieuse accompagnée de riffs de guitare.

Je crois qu’une partie de l’audience a compris l’appel du bide au lieu de l’appel du vide. Quelques spectateurs boivent des bières, à un prix démocratique, contribuant à nourrir l’esprit.

« Story of a man of conflict »: Jelle, nous pond des textes en relation avec sa vie personnelle en usant des métaphores. Des paroles sincères qui viennent droit du cœur. Durant le concert, il est rarement sur la scène et il est en constamment en mouvement dans la salle. Je lui prédis un lointain avenir pour les chorégraphies plus hard et innovatrices pour the Voice.

« Brink » un morceau très court qui reflète leur musique sans prétention de recherche de virtuosité avec une énergie brute.

Le reste du répertoire est construit autour de riffs puissants par lesquels les musiciens désirent partager les émotions et évacuer les frustrations journalières d’une manière positive.

« Sycophant » Lotus termine avec une chanson avec un tempo médium. C’est l’un des rares morceaux durant lequel le guitariste s’engage dans des solos plus longs, car son jeu est essentiellement basé sur des riffs.

Le second groupe CASTLES est basé à Charleroi. Le power trio composé de Edward Godby (chant, guitare), Bertrand Bourguignon (batterie) et Jérôme Considérant (basse) nous régale de compositions élaborées collectivement teintées de post-punk, noise rock and math rock.

Edward a joué dans des groupes « metal » de Manchester (Beecher, The Frozing Fog) et fait de nombreuses tournées internationales et il s’est installé en Belgique en quête de soleil. Nous sommes en présence de musiciens chevronnés qui maîtrisent les rythmes saccadés, des structures complexes, des changements de tempo, tout en maintenant une énergie fraîche. Les riffs de guitare alternent avec des solos.

Nul n’est prophète dans son propre pays. Le groupe Castles est mieux connu à l’étranger qu’en Belgique, couvert d’éloges de la presse musicale britannique.

Le prochain concert se déroule en Angleterre.

Partie de setlist : Diamond heel, Dispute in A#, We are fascinated, Palm reader, you the organ grinder, Fiction or truth, The reverend, Pyramids, followed by 100 rats

La soirée se termine avec KEN MODE

Avec la victoire d’un groupe scandinave à l’EUROVISION 2015, je me suis posé quelques questions.

Le nom de leur groupe est-il inspiré de Ken et Barbie, les poupées de la chanson « Baby Girl », du groupe danois Aqua qui a connu un succès planétaire (plus de 8 millions de disques vendus). Mes craintes sont vite dissipées. Ken Mode, l’acronyme de Kill Everyone Now est un groupe, fondé en 1999 à Winnipeg, Manitoba, Canada. Leur tasse de thé, c’est du noise rock, sludge metal et post-hardcore servi par les frères Jesse (guitare/chant) et Shane Matthewson (batterie) et un bassiste. Leur dernier album « Entrench » est produit par Matt Bayles (Pearl Jam, Mastodon, Soundgarden etc), sorti en 2013 chez Season Of Mist.

« Counter Culture Complex » courte intro de cordes, et nous passons à une vitesse supérieure avec des riffs rapides sur un texte invoquant les théories du psychologue Abraham Maslow, le père de l’approche humaniste. La voix du chanteur Jesse oscille entre le chant et une voix perçante.

« The terror pulse » : une atmosphère pleine d’angoisse déferle dans la salle de concerts et nous fait sortir de notre zone de confort, en affrontant des tonnes de décibels, qui à mon avis, en overdose, ne contribuent pas à l’intensité. Mettre des bouchons empêche d’écouter certaines nuances de compositions. Le bassiste se déchaîne sur le manche de son instrument.

Merci aux programmateurs Sandro et Manu de « La Taverne du Théâtre » pour cette fin de la Pentecôte, une fête qui dans la religion chrétienne célèbre la venue du Saint-Esprit.

Lotus, Castles et Ken Mode en apôtres hardcore, post-punk, stoner rock et similaires ont largement partagé l’esprit de l’évangile musical, toute contribution festive étant la bienvenue pour le plaisir et le salut de la nature humaine.

Partie de setlist : These tight years, Messenger of teeth, No I’m in control, Blessed, Counter culture Complex, The terror pulse

KEN MODE (Can) + CASTLES + LOTUS @ «La Taverne du Théâtre » à La Louvière- le 25 mai 2015
KEN MODE (Can) + CASTLES + LOTUS @ «La Taverne du Théâtre » à La Louvière- le 25 mai 2015
KEN MODE (Can) + CASTLES + LOTUS @ «La Taverne du Théâtre » à La Louvière- le 25 mai 2015
Repost 0
Published by Charles Eloy - dans Concerts
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 10:51
Brussels Jazz Marathon: Casssandre @ Bravo BXL - le 24 mai 2015

Brussels Jazz Marathon: Casssandre @ Bravo BXL - le 24 mai 2015

Le Bravo, rue d'Alost, un bar/cantine, ouvert depuis 2014 ( Frédéric Belga/Flamingo etc. Nicolay ), situé à deux pas de la Porte de Flandre et du Walvis, une cour intérieure ensoleillée en ce magnifique dimanche de Pentecôte où le lieu accueille trois concerts labellisés Jazz Marathon.

Une difficulté: larguer sa trottinette à une distance honnête de l' étroite artère.

Le concert de Casssandre est prévu à 16h, heure à laquelle tu te pointes sur une terrasse animée: barbecue, vinyl fair, cocktails divers, sur scène le band peaufine son soundcheck, trois essais avant d'avoir atteint une balance adéquate.

Le récital débutera à 16h15: bonjour, nous sommes CASSSANDRE avec trois S, pour ne pas la confondre avec l'égérie d'Agamemnon!

En 2014, Cassandre Prieux et son Casssandre remportait du "F dans le texte", après la prestation à laquelle tu as assisté au Bravo, ce satisfecit ne semble nullement usurpé.

En principe le concert devait coïncider avec la sortie du vinyle, aber le produit n'est pas encore sec, les candidats acheteurs devront se contenter du format CD de 'GODDY GODD (was a motha fucka)'.

Sur le podium, au chant, Cassandre Prieux, jolie robe fleurie - Yann Chapoutier aux drums - Rom Bazz à la guitare - Laurent Brouhon à la basse - Anatole Zephir aux keys et Esinam Dogbatse à la flûte traversière.

Après une intro lascive au groove ravageur, l'équipe attaque le soulful 'L'animal'.

Aussitôt une gifle énorme, la voix chaude et puissante, au phrasé impeccable, de la jeune Lilloise ( dix ans de chant lyrique) vient te remuer les tripes toujours en pleine digestion, le poulet dominical, tandis que le fond sonore ( pense à du Nougaro nu soul ou aux morceaux les moins lisses de Stéphane Hôtel Costes Pompougnac) t'invite à t'ébrouer en mesure.

Elle embraye sur ' J'ai peur du vide' , des flashes, Isabelle Antena, Viktor Lazlo...et puis cette flûte qui elle te renvoie vers Roland Kirk.

Génial!

Présentation des comparses avant d'entamer en haletant 'Ton silence'.

Certains s'extasient, non sans raison, et parle d'une seconde Mélanie De Biasio.

Un break, la batterie batifole sur arrière-plan de loops.

Pas de star dans ce projet, chacun a son mot à dire!

In English, 'Dirty', à rapprocher, o k, c'est pas original, d'Adele, Joss Stone ou d'Amy Winehouse.

Le style de morceau à connotations érotiques indéniables.

Petite incursion dans l'univers hip hop avec 'Impassible' avant de proposer une rêverie crépusculaire 'Ma brume', permettant à la guitare de se payer une divagation lyrique.

'Sifflant soufflant', Cassandre soupire ...mon corps de femme en manque de toi... la flûte s'envole.

Du jazz aux parfums Françoise Sagan.

Sans pause le groupe embraye sur 'Tout est bleu', mademoiselle Prieux scatte , tu n'as pas reconnu le morceau de Bebel Gilberto mais en levant les yeux tu as admiré une voûte céleste cérulée.

'Les Géants'.

Bouli Lanners?

Il était une fois au pays des géants, une petite fille qui s'appelait Cassandre, elle rêvait et fredonnait, Géryon et ses copains, émerveillés, écoutaient silencieusement.

La gracieuse promenade musicale prend fin avec 'L'Impertinente'.

Le Bravo réclame un encore.

Il sera servi, double dose: ' Now that you know more'.

Oui, Miguel?

I have listened to you in a park in Madrid. I just wanted to say that you have the warmest voice I have ever listened in many years.

Elle promet un classique, tu n'as pas reconnu 'Round Midnight' de Thelonious Monk dans ce 'Autour de Minuit' , honte à toi!

Heureusement, Yann t'auras éclairé.

Un tout grand concert!

Prochain événement: le 30 mai au Théâtre de Verdure à Montreuil ( FR) dans le cadre de la 8ème Biennale Internationale des Arts de la Marionnette

Brussels Jazz Marathon: Casssandre @ Bravo BXL - le 24 mai 2015
Brussels Jazz Marathon: Casssandre @ Bravo BXL - le 24 mai 2015
Brussels Jazz Marathon: Casssandre @ Bravo BXL - le 24 mai 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 15:39
Brussels Jazz Marathon: Ntjam Rosie @ Grand Place - Bruxelles, le 23 mai 2015

Brussels Jazz Marathon: Ntjam Rosie

Trente minutes après le concert impressionnant de Laila Biali, le même présentateur insipide, ballot et falot, saisit le micro pour annoncer Ntjam Rosie.

Rosie Boei est née au Cameroun, elle avait 9 ans lorsque la famille vient s'établir à Maastricht.

Résultat des courses la jolie madame, en attente d'un heureux événement, s'exprime aussi bien en néerlandais, français qu'en anglais, sans oublier le bulu qu'elle pratique depuis sa plus tendre enfance.

Discographie:

2008: Atouba (as Ntjamrosie) -2010: Elle - 2012: Live at Grounds - 2013: At The Back Of Beyond - 2015: The One.

La presse du royaume comptant 16.877.351 habitants en 2014 indique que Rosie is een snel rijzende ster in de jazz- en soulmuziek.

Au vu de la prestation bruxelloise on lui prédit un bel avenir chez Philippe et Mathilde également.

Le band, pas des cancres, tous originaires de Rotterdam, sauf le drummer, un local: Alexander van Popta (keys), Jorn ten Hoopen (g), tous deux actifs aux côtés de Angelique van Os, Bas Kloosterman (b) actif chez Tommy Moustache et Tuur Moens (dr), des noms... Jan Schröder Quartet, Jo Sarah, Rogier Telderman Trio, Jacqueline Fortes etc...

La clique internationale ouvre avec 'Roof over my heart', du jazz élégant, tendance nu soul, renvoyant vers les grandes du genre: Erykah Badu, Jill Scott, India.Arie..

Aïe, pas de bol, retour de l'halve zot, à l'oeil houblonné et aux pupilles dilatées, qui bouscule un couple voisin pour venir secouer la balustrade et hurler des propos nébuleux.

Pas de sécu, ça risque de dégénérer!

Sur le podium la fashionable ( remarquée par Elle) future jeune maman a attaqué le soft 'Forever Love' une des plages figurant sur le dernier né, nous permettant d'admirer le jeu tout en finesse des supporters de Feyenoord et la voix soyeuse de Ntjam.

Un peu de pommade..what a lovely audience, you guys are all beautiful people...elle n'a pas dû distinguer le poivrot qui en titubant écrase le 36 d'une pauvre dame offusquée.

Vous allez reconnaître la suivante!

Bill Withers, 'Lovely Day', du groove sous un timide soleil.

Une ballade stylée introduite au piano pour suivre, ' Patience' , beau comme du Minnie Riperton.

Trois képis font irruption pour emmener l'emmerdeur cuver sa cuite à l'ombre, au grand soulagement du public.

Ntjam Rosie présente l'équipe in drie talen et annonce 'Thinkin' about you' dédié à tous ces amis enfouis dans un coin perdu de la mémoire, des individus qu'on n'a jamais oubliés mais qu'on ne contacte guère.

Du soul/jazz ondulant flattant les pavillons auditifs.

Avec 'Dear to me' le groupe n'abandonne pas les groovy vibes, le public se laisse bercer pour clamer son enthousiasme après les dernières notes.

Thank you, Brussels, you give me the feeling I had a hit.

Any Prince fans in da house?

Euh, on est en plein air, madame!

Anyway I wrote this next tune ( 'You build me up') thinking about Roger Nelson.

Une longue plage non dénuée d'accents psychédéliques.

'Akiba' means thank you in the bulu language, ce titre chanté en français mixe habilement les roots africaines de la jeune dame et la nu soul moderne.

'Pas de retour' est de la même trempe, tandis que ' Nsissim Zambe' montre le côté religieux de l'interprète.

It is a conversation with God.

Ce morceau participatif ranime en toi des souvenirs de Khadja Nin.

Le somptueux ' Space of you' , tout comme ' Elle' ( part 2) et ses vocalises étincelantes datent de 2010, le dernier nommé permettant la mise en évidence de chaque musicien.

C'est avec 'The One' que prend fin ce superbe concert.

Le 10 juillet Ntjam Rosie sera au North Sea Jazz Festival.

Brussels Jazz Marathon: Ntjam Rosie @ Grand Place - Bruxelles, le 23 mai 2015
Brussels Jazz Marathon: Ntjam Rosie @ Grand Place - Bruxelles, le 23 mai 2015
Brussels Jazz Marathon: Ntjam Rosie @ Grand Place - Bruxelles, le 23 mai 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 09:56
Brussels Jazz Marathon: Laila Biali Trio @ Grand Place, Bruxelles, le 23 mai 2015

Le Brussels Jazz Marathon célèbre sa 20ième édition durant le week-end du 22, 23 et 24 mai !

C'est moche d'occulter son prédécesseur, le Brussels Jazz Rallye qui lui avait débuté en 1988... 12.000 personnes se pressèrent sur le pavé à l'époque, on y était!

Autre équipe, autres moeurs.

Pour cette seconde journée c'est le programme outdoor à la Grand Place qui retient l'attention, à 18 h le Laila Biali Trio!

La même Laila Biali de Vancouver qui avait enflammé l'Orangerie du Botanique lors du Propulse 2014.

Depuis la belle Laila a sorti l'album 'House of Many Rooms' sous l'étiquette Laila Biali and the Radiance Project, mais ce soir c'est en formule trio qu'elle va charmer the iconic square in the Belgian capital.

Aux drums, l'immense ( propre et figuré) Larnell Lewis ( Snarky Puppy mais aussi e.a. Fred Hammond, Michael Brecker, Hilario Duran ...) , à la contrebasse Christian Diener aus Nürnberg ( quelques noms: Carmen Cuesta, Chuck Leavell, Wolfgang Haffner Trio...).

Lorsque en fin de set Miss Biali indique que c'était le premier concert qu'elle donnait avec Christian maniant la contrebasse, le public est resté ébahi tant la cohésion du groupe semblait manifeste.

Un mot sur la piètre ( pour rester poli) prestation de l'annonceur bredouillant à l'envi en English, Vlaams et français bâtard.

Un répertoire à 80% feuille d'érable puisque la pianiste opte pour 'Woodstock' de Joni Mitchell pour ouvrir les débats.

Une version classique, soignée et élégante.

A tes côtés, Jean-Yves: c'est qui cette madame, belle voix, un toucher superbe et les deux mecs qui l'accompagnent ne sont pas des ânes, c'est du Belge?

Tu connais Véronique Sanson?

Ouais!

Vancouver!

Un glockenspiel espiègle introduit une version swing de 'Mushaboom' de Feist.

Le final volubile déclenche une tonne d'applaudissements.

Un magnifique sourire et des remerciements trilingues, elle ajoute what an incredible view from here en contemplant l'hôtel de ville dont la flèche pointe fièrement dans un ciel azur.

Elle nous promet a standard, 'The best is yet to come' rendu célèbre par Frank Sinatra.

Tout devrait baigner, aber, à nos côtés un énergumène givré au plus haut degré se met à gesticuler comme un chimpanzé ayant abusé des amphétamines, le rustre fait fuir les gosses tout en secouant d'une main la barrière qui nous sépare du podium, la seconde paluche tenant fermement une canette de Cara Pils tiède.

Sur scène Larnell se démène, Laila contemple.

Christian trace la piste, Miss Biali délaisse le Steinway pour entamer un autre classique, ' Nature Boy', face à nous.

Retour derrière les touches pour une courte broderie instrumentale.

Du grand art.

Fondu sur Frou Frou's 'Let go', ( Imogen Heap).

Le trio poursuit avec une ballade instrumentale issue du dernier projet de la diva 'The radiance project' avant d'attaquer le fantastique et passionné 'Stolen Land' de Bruce Cockburn.

Un highlight parmi d'autres.

Any David Bowie fans in Brussels?

Voici le 'Let's dance' du Thin White Duke.

Même si vous n'en vouliez pas, I'll play a sad song, Ruth Lowe a écrit 'I'll never smile again' après le décès de son mari, un an après leurs noces.

Une version dépouillée, voix et contrebasse, ayant donné la chair de poule à plus d'un.

Direction le Brésil pour la dernière plage du set, 'One Note Samba' à la sauce Biali.

Ovation immense et méritée.

File au merch. où Laila Biali vient dédicacer ses cd's.

Brussels Jazz Marathon: Laila Biali Trio @ Grand Place, Bruxelles, le 23 mai 2015
Brussels Jazz Marathon: Laila Biali Trio @ Grand Place, Bruxelles, le 23 mai 2015
Brussels Jazz Marathon: Laila Biali Trio @ Grand Place, Bruxelles, le 23 mai 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 20:42
Agent Side Grinder + MADmoizel @ Madame Moustache - Bruxelles- le 22 mai 2015

The Dark Feather’s report :

Agent Side Grinder + MADmoizel @ Madame Moustache -

Lors de leur dernier passage en salle à Bruxelles le 08.12.2012 au Witloof Bar du Botanique, Agent Side Grinder avait fait forte impression.
En dix ans d’activité( ils ont démarré en 2005 ! ) le groupe de Stockholm s’est taillé une solide réputation dans le milieu new wave-industrial underground et c’est toujours un plaisir de les voir » live on stage » .
Ce soir c’est chez madame Moustache que le groupe se produit à l’initiative de

Mad About Music.
Ce n’est pas vraiment la grande foule, mais l’évènement souffre de la concurrence du Wave GotikTreffen à Leipzig et beaucoup sont déjà partis en Allemagne pour ce festival renommé de quatre jours ( du 22 au 25/05) auquel participe d’ailleurs ASG ce samedi au Stadtbad à 22h50.
Demain matin le groupe prendra la direction de l’Allemagne.
En arrivant sur place je croise Peter Fristedt et Johan Lange attablés à la terrasse. Peter se rappelle de moi et on échange quelques mots à propos de ma chronique de 2012 puis il m’affirme que ce soir » ASG va donner le meilleur de lui même » .
Je lui réponds en souriant que j’en suis convaincu et que je n’ai aucune inquiétude à ce sujet.

il est 20h15 lorsque MADmoizel monte sur scène et balance son electro new wave dansante sur laquelle elle pose un chant maniéré, expressionniste et lyrique qui sur la longueur peut s’avérer un tantinet répétitif.
Coiffée à la garçonne, MAdmoizel allie une gestuelle stylée à une musique pas désagréable mais finalement déjà mille fois entendue. Le public lui réserve cependant un bon accueil.


Le timing est respecté, et c’est sur le coup de 21h00 qu' Agent Side Grinder s’empare de la scène.
Dès le premier titre on est happé par ce son tellement reconnaissable qui fait qu’on est fan du band suédois.
Et lors qu’apparait son frontman Kristoffer Grip on passe encore à la dimension supérieure tant ce gars là a une présence scénique évidente.
Véritable boule de nerfs dansante Kristoffer vit chaque titre comme si sa vie en dépend et danse et gesticule sans arrêt au son de la musique.
En fond de scène le sigle du groupe en lettres lumineuses trône fièrement et plonge Thobias Eidevald (bassiste discret mais cinglant) et Peter Fristedt dans un halo blanchâtre.
Henrik Sunbring et Johan Lange placés latéralement de chaque côté de la scène tissent quant à eux un univers sonore irrésistible qui nous donne envie de danser.
Sur cet Alkimia Tour, du nom de leur dernier excellent album sorti en mars dernier, le groupe mélange les titres anciens que l’on se plaît à chanter avec Kristoffer et des nouveaux morceaux dont l’excellent « Giant Falls », véritable hit en puissance.
En soixante cinq minutes d’un concert parfait de bout en bout ASG a convaincu les derniers sceptiques( s’il y en avait encore ? ) qu’il est devenu au fil du temps un des groupes majeurs de la scène electronic/postpunk industrial scandinave.
Et en plus d’être talentueux, ces types là sont sympas ! Que demander de plus ?

Texte et photos: Jean-Pierre Vanderlinden aka THE DARK FEATHER.

Agent Side Grinder + MADmoizel @ Madame Moustache - Bruxelles- le 22 mai 2015
Agent Side Grinder + MADmoizel @ Madame Moustache - Bruxelles- le 22 mai 2015
Agent Side Grinder + MADmoizel @ Madame Moustache - Bruxelles- le 22 mai 2015
Repost 0
Published by The Dark Feather - dans Concerts
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 17:46
K's Choice + Slow Pilot - Het Depot - Leuven- le 22 mai 2015

Pierrot et Margaret Destrebecq-King

Chronique du concert de K’S Choice à HET DEPOT à Leuven le 22 mai 2015.

Texte et photos : Pierre et Margaret Destrebecq – King

C’est dans une salle comble et sold out du DEPOT de Louvain que Sarah Bettens et son groupe ont décidé de nous faire découvrir leur nouvel album, The Phantom Cowboy.

Le concert est ouvert par une « mise en bouche » de choix pas mal du tout ;

SLOW PILOT nous interprète quelques compos très semblables à ce que nous produit un autre bon groupe belge, « Beautiful Badness », du bon Indie Rock, musical et vocal, ici largement inspiré par Jeff Buckley.

Le chanteur, Pieter Peirsman est en fait le seul membre du band à être présent sur scène ce soir et il est accompagné par un autre guitariste et à deux ils chauffent la salle qui accueille leur musique avec plaisir. Un plaisir augmenté par l’arrivée de Sarah Bettens qui, chapeau sur la tête, assure les harmonies vocales d’une des chansons.

Un groupe à suivre assurément et qui a déjà quelques apparitions à son actif en 2013 et 2014 notamment avec Bettens mais il a déjà foulé la scène de De Roma, Togenblik, AB Club et bien d’autres.

Après l’entracte, c’est le déchaînement des passions, dans le public d’abord qui accueille

K’S Choice comme il se doit, dans le délire, et sur scène où le groupe s’éclate dans une musique Rock 'n' Roll follement entraînante. Et ça déchire, c’est du lourd et c’est du « fumé maison ». En un mot c’est du rocK’S Choice et nous en prenons plein les écoutilles, nous sommes à fond de retour dans l’ambiance du BSF 2011 où la foule chantait a capela « Not An Addict ».

Nous avons droit à un groupe qui prend autant de plaisir que nous dans une parfaite communion d’esprit, parcourant les titres du nouvel opus auquel s’ajouteront les incontournables « Believe », « Echo Mountain » et… « Not An Addict ».

Arrive alors sur scène Pieter Piersman (Slow Pilot) qui vient accompagner K’S Choice au chant et à la guitare pour un « Everything For Free » décoiffant, où il ne se démonte pas, le gaillard est convainquant et assure bien.

Sarah rappelle que le groupe a commencé en 1993 et donc que probablement il y a dans le public des gens qui n’étaient pas encore nés. Gros rire dans la salle et elle d’ajouter qu’elle était ravie d’être là, d’être « encore » là après si longtemps et de voir que 22 ans plus tard elle peut encore faire un concert « sold out » au DEPOT.

Pour un dernier rappel, le groupe revient nous interpréter ce merveilleux, ce sublime instrumental « We Are Glaciers » issu de l’album de Bettens « Looking For The Sun », un régal pour les oreilles qui est loin de refroidir l’ambiance.

Sarah l’a dit, Sarah l’a promis, elle reviendra … et nous on attend ça.

K's Choice + Slow Pilot - Het Depot - Leuven- le 22 mai 2015
K's Choice + Slow Pilot - Het Depot - Leuven- le 22 mai 2015
K's Choice + Slow Pilot - Het Depot - Leuven- le 22 mai 2015
Repost 0
Published by Pierrot et Margaret Destrebecq-King - dans Concerts
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 09:57
Registre décès: Louis Johnson ( Brothers Johnson) et Ross Dawson ( Late Of The Pier).

Le bassiste Louis Johnson membre du funk band Brothers Johnson est décédé à 60 ans.

Le groupe actif de 1975 à 1982, avant de se reformer en 1984, a aligné quelques hits dans les r'n'b charts: "I'll Be Good to You", "Strawberry Letter 23" ou"Stomp!".

En 1981 Louis Johnson avait enregistré un album de gospel avec son groupe Passage, mais ce bassiste est surtout célébré pour son boulot de session musician: Michael Jackson ( Thriller) mais aussi Paul McCartney, MichaelMcDonald, Stevie Wonder, Aretha Franklin etc...

Bootsy Collins lui rend hommage: "Another Brick in our music foundation has left the building. Mr. 'Louis Johnson."

Le batteur Ross Dawson de Late of the Pier a perdu la vie in a very sudden and tragic accident" on Friday (May 15) indique sa firme de disque.

Le dance-punk/synth pop band de Castle Donington aura écumé les scènes de 2004 à 2010, il nous laisse un seul album 'Fantasy Black Channel' et une série de singles .

En 2014 Ross Dawson jouera pendant une brève période dans Zibra, un band londonien peu connu.

Avant cela il a été membre de Misty Miller et Kai Fish.

Late of The Pier sur facebook

"Ross was beyond a brother to us all and the most brilliant friend and musician we could ever have hoped to have known.

There are no words to describe the loss.

We love you Ross"

Registre décès: Louis Johnson ( Brothers Johnson) et Ross Dawson ( Late Of The Pier).
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 21:30
Dimitri van Toren a rendu l'âme.

Le kleinkunst pleure le décès à 74 ans de Dimitri van Toren.

Le gars de Breda aura enregistré plus de 20 LP' s et signé quelques morceaux ayant trôné dans les hit-parades hollandais ou flamands dans les glorieuses années 70: 'Hé kom aan', 'Lied voor kinderen' ou 'Mooi, je bent de mooiste'...

On cite Lenny Kuhr: "Een begenadigd liedjesmaker en zanger is overleden. Een verlies voor de kunst"!

La santé de Dimitri Van Toren était déjà précaire depuis pas mal de temps.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 07:09
Porte de sortie pour Bob Belden et Elbert West!

Songwriter Elbert West passed away on Monday morning (May 18) at age 46.

Bien connu à Nashville comme session songwriter, Elbert West a composé deux hits majeurs pour Tracy Lawrence: “Sticks and Stones,” et “Can’t Break It To My Heart.

En 2001 sort son propre album 'Livin' the life' , le single "Diddley" se retrouvant bien placé dans les country charts.

Les causes du décès n'ont pas été révélées.

Le saxophoniste Bob Belden a défrayé les chroniques for the Grammy Award winning jazz orchestral recording, "The Black Dahlia" a 12-part orchestral tribute to Elizabeth Short!

En tant qu'arrangeur il est connu pour son travail basé sur les compositions de Miles Davis, des Beatles, Carole King, Prince ou Puccini.

Son premier album ' Treasure Island' date de 1989, par la suite il est signé chez Blue Note qui sortira six ou sept albums.

James Robert "Bob" Belden a succombé après une crise cardiaque ce 20 mai, il avait 58 ans.

Porte de sortie pour Bob Belden et Elbert West!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents