Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 21:25
The Homemade Jamz Blues Band au Cognac Blues Passion, Place François-Ier, Cognac, le 1 juillet 2015

The Homemade Jamz Blues Band - Festival Blues Passions - Cognac - 2015.07.01

Long voyage pour rejoindre la petite cité de Charente dans le département numéro 16. La gare n'a pas changé, le reste non plus dirait-on. Retrouvailles avec Martine et Jean-Michel, rencontrés l'an dernier. Tout va bien, sauf l'horaire. Les voyages sont souvent plus longs que ce qu'on escomptait, la France ne déroge pas à la règle en la matière. Initialement, j'avais prévu d'aller voir et surtout écouter la chanteuse Israélienne Katie Melua mais avec une température supérieure à trente degrés même le soir et la distance à parcourir pour espérer arriver à l'heure c'est trop juste.
Je me rabats donc sur la Place François 1er, une table vient de se libérer en terrasse c'est un "morceau de chance" comme on disait dans "Astérix chez Les Bretons". Un petit coup d'œil vers la carte me rassure, il y a toujours cette fameuse salade périgourdine que j'avais découverte l'an passé est toujours d'actualité et avec une Affligem 50 cl, ça devrait le faire. Sur le podium central, un cover band s'égosille a nous raconter leur version de "Personal Jesus" le hit de Depeche Mode. Je dois avouer que mise à part la version de Sirius Plan, toutes les autres me hérissent le poil, je n'aime pas, je n'y peux rien. La musique glaciale comme un rut d'esquimau ça ne branche pas.
A 22.30, des les premières notes du trio de Tupelo, Mississippi composé des deux frères Ryan (guitar et vocals) et Kyle Perry (bass) et de leur jeune sœur Taya (drums), tel Lamartine (Alphonse 2, tu l'as comprise celle-ci?) dont le temps suspend son vol dans le poème "Le Lac", je suspends le mouvement de ma fourchette vers sa destination finale. C'est du vrai blues US avec le son des instruments (sauf la batterie) construits par les musiciens d'où le nom "Homemade". Chose rare sur nos scènes, c'est un trio de noirs américains, le manger c'est Maman Perry, comme ça rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme comme disait André (Lavoisier). Actif depuis 2007" les jeunes âgés de 27, 22 et 17 ans en sont déjà à leur 4ème album. Ils détiennent le record d'être le plus jeune groupe de l'histoire à signer un contrat avec une maison de disque puisque à l'époque ils n'avaient que 16, 14 et 9 ans. Les instruments que Ryan et de Kyle ont la particularité d'être fabriqués à l'image de pièces de moteur d'automobiles Ford et en portent le logo. Mais ça sonne d'enfer, rassurez-vous, pendant un peu plus d'une heure trente, le trio ne va pas nous lâcher une seconde, que ce soit avec leurs compos ou encore avec des reprises tel que le célèbre "Boom Boom" de John Lee Hooker. C'est excellent et ça joue divinement bien. Ils sont venus assurer la promotion de leur dernier album en date "Mississippi Hill Country" dont nous entendrons une majorité de titres et notamment une superbe interprétation du "Ain't No Sunshine" de Bill Whithers. Une superbe découverte improvisée et une soirée qui se termine sous un déluge digne de notre 21 juillet. Ce soir au programme Lenny Kravitz et demain Charlelie Couture pour ne citer qu'eux.

Mitch "ZoSo" Duterck

The Homemade Jamz Blues Band au Cognac Blues Passion, Place François-Ier, Cognac, le 1 juillet 2015
The Homemade Jamz Blues Band au Cognac Blues Passion, Place François-Ier, Cognac, le 1 juillet 2015
Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Concerts
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 14:52
Charly Surville & Co à l'Archipel - Bruxelles- le 1 juillet 2015

Première prise de contact avec le nouveau plan de circulation du centre ville imaginé par l'équipe à Mayeur.

Un piétonnier qui est loin de faire l'unanimité, cf. les différents groupes facebook "Contre le piétonnier à Bruxelles".

En ce 1er juillet, vers 19:45', guère de problèmes jusqu'à la gare du Midi, en provenance de la périphérie sud.

Tout est calme comme par le passé, un premier juillet, après la place Rouppe l'imbroglio sourd, des ruelles autrefois interdites à la circulation automobile ( le passage de la rue Philippe de Champagne en partant de la rue du Poinçon) sont désormais accessibles dans un sens, plus loin, la rue des Alexiens est mise en sens unique, plus moyen de traverser le Boulevard du Midi en venant de l'Avenue de Stalingrad, tout à coup tu te retrouves face à d'énormes blocs en béton, invisibles si tu suis un autre véhicule... les panneaux de signalisation indiquant les changements sont inexistants!

Bref, tout le projet a été mis en route en dépit du bon sens, heureusement, vu le peu de monde, tu as le temps de manoeuvrer.

Autre grosse difficulté: le parking... ce n'était déjà pas la gloire avant la lumineuse idée du débile ayant succédé à Freddy, là, la situation devient dramatique.

En septembre on peut s'attendre au pire, les non- Bruxellois risquent bien de ne plus s'aventurer dans la capitale.

Un bien-pensant ( baba, si tu préfères): et le vélo, les transports en commun, le train.?

T'as rien dit mais tu t'es souvenu du deux roues piqué en pleine journée il y a quelques années, merci de m'avoir laissé le cadenas brisé, et ton cerveau imagine une journée d'automne sous une pluie battante, toi et madame à bicyclette pour aller dîner au Comme Chez Soi, le voiturier n'aura aucun problème pour garer nos engins, du sac à dos on sortira nos fringues chiffonnées et humides pour nous diriger vers notre table, joyeuse perspective, merci monsieur le président du conseil d’administration de Vivaqua!

Assez pleurniché, on nous attend à l'Archipel où doivent se produire

Charly Surville et Co, que l'équipe de Curieus Schaarbeek présente comme étant des adeptes de la French song à la Serge Gainsbourg, ce qui valu une remarque d'une jeune dame déambulant face au podium, je m'appelle Elisa, pouvez-vous interpréter ce titre a.u.b?

Heureusement qu'elle ne s'appelait pas Daniela, on aurait eu droit à du Elmer Food Beat.

Charly Surville, un Français égaré chez nous par un beau jour de 2007 s'est mis dans l'idée de composer et de chanter, il s'est trouvé des potes en fréquentant des bistrots dans lesquels Mayeur n'a jamais mis les pieds et, avec eux, il vient interpréter ses humeurs.

Line-up Jérémy Frisch ( Claviers, melodica) - Alain Peeters ( guitare baryton) - Jo Meurisse ( guitare, harmonica et réglages) et Claudio aux drums + Charly, le comte aux pieds nus, derrière le micro.

Pas trop de monde dans le zinc, la famille et des relations, à 20:40, l'équipe entame le désabusé 'Amours continentales' sur fond reggae.

Gainsbourg?

Quelques très vagues relents, disons de la chanson à texte traditionnelle évoquant Pierre Bachelet, Louis Chedid ou nos Jacques Hustin, Paul Louka ou Robert Cogoi.

Une valse qui a mis le temps, 'Bruxelles est moche'.

Charly n'est pas Hollandais, Dick!

C'est André Bialek qui surgit aux tréfonds de ton cerveau ramolli, 35° sans ombre, ça fait mal!

'A petits pas', oui, mais bondissants!

Alain derrière les touches, le jeune de la bande, Jérémy au melodica, voici le slow aux teintes mélancoliques 'Ma solitude'.

Non pas celle de Moustaki, ni celle de Barbara ou de Ferré..

Laura Pausini?

Tilt!

Un cri désespéré en trois-temps, 'Maman revient'.

Une nouvelle série de noms: Jacques Brel, Régine, Thomas Fersen, Nougaro...pas des nuls!

Devant le miroir, c'est dur à encaisser 'La Quarantaine' .

'Un an de plus', merde, c'est l'anniversaire de ma moitié, faut lui offrir une babiole, quoi?

La liste défile sur fond de musique foraine, le ton est aigre -doux!

Oui Alain, tu peux placer ton intro à la Spanish Caravan avant 'Camille'.

Camille c'est sa cousine, une vieille fille aimant Polnareff, Brel, et Lama, pour faire le brelan de rois.

Camille cavale, le trot elle n'aime pas!

Tous au port, un petit verre à 'La Marine'.

Flûte, il n'y a pas qu'à Amsterdam que les marins ont la boisson triste.

Un harmonica pour le bluesy 'Ma ville' qui soudain vire salsa.

J'connais un mec, un serveur, doté d'un sens de l'humour exceptionnel, style humour d'esturgeon, tu vois?

Non, pas grave, mon poisson rouge m'expliquera!

'Cet homme là' a des certitudes sur tout.

Ah, OK, comme mon proprio, mais il est maquereau, pas barman!

La préférée du petit Johnny, 10 ans, 'Je dis merde', un blues engagé.

Dis tonton, pourquoi tu tousses?

La crève, la fièvre, des battements de coeur... chez le spécialiste ' La consultation'.

Marie-Paule Belle, sors de ce corps!

Un tube, trois passages radio, ' Sexy boy'.

Air?

Même style, French touch, nu-disco.

On crève de chaud, sauf Jo qui a chipé un ventilateur à une vieille dame, salopard, faut qu'on se désaltère, vite une dernière, ' Sunday morning', une autobiographie en noir et blanc virant rumba rock.

Présentation de co et un bis pour Do, une blonde venant d'atterrir à l'Archipel, 'On est tous là' et las!

Le 17 juillet à Evere ( à 15h) Zorgcentrum Eureka!

Charly Surville & Co à l'Archipel - Bruxelles- le 1 juillet 2015
Charly Surville & Co à l'Archipel - Bruxelles- le 1 juillet 2015
Charly Surville & Co à l'Archipel - Bruxelles- le 1 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 21:22
Ben Miller Band - Reena Riot - Ancienne Belgique ( club) - Bruxelles - 30 juin 2015

Concert BEN MILLER BAND – support act Reena Riot à l’AB Club le 30/06/2015 Photos et commentaires Pierrot et Margaret Destrebecq-King

Organisation Gracia Live-

Alors qu’un des musiciens du Ben Miller Band fait une sieste couché sur le dos dans le coin arrière de la scène, la salle se remplit petit à petit. L’airco tourne à plein régime en ce premier jour de canicule et nous attendons la première partie par Reena Riot en support act de ce groupe dont nous ne connaissons que les extraits proposés par l’AB et pour lequel nous avions acheté les entrées plutôt par curiosité. Gentille, terriblement stressée mais musicalement très acceptable, cette jeune Gantoise de 25 ans a certes beaucoup de talent musicaux mais aussi hélas celui de se cacher derrière une longue tignasse blonde platinée, ce qui gâche un peu le spectacle ; si on vient au concert c’est pour voir l’artiste, ses expressions ou même ses grimaces, sinon on se contente d’un CD. Mais donc, vêtue d’une robe noire sobre sans manches, de bottillons à gros talons qu’elle frappe au sol pour marquer son tempo, Naomi Sijmons, de son nom de baptême, nous fait connaître ses compositions, s’accompagnant pour cela de ses guitares électriques qu’elle dompte de main de maître. Une voix puissante, expressive, mélodieuse, nous transporte au travers de son univers musical Indie Rock, Blues via ses titres « Strung Out », « Army Boots », « Rain », « Marching Day », « Take A Steer », « The Dog ». Mais son temps est limité et elle ne pourra terminer son programme complet mais nous accordera encore « I Belong To You » et on peut dire qu’elle s’est donnée entièrement à son public ce soir. La scène Gantoise compte bien une étoile de plus.

Après une pause, entre en scène sous les hurlements du public le BEN MILLER BAND. Ce trio, originaire de Joplin Missouri, parcourt actuellement l’Europe principalement en support act de ZZ Top et nous a fait l’immense plaisir de s’arrêter à l’AB Club pour cette soirée du 30 juin.

Alors pour les présenter, il y a bien sûr d’abord le band leader, BEN MILLER, une espèce d’Iroquois blanc, très barbu, doté d’un regard et d’un sourire à faire fondre. Ce gaillard joue de divers instruments dont certains n’ont de guitare que le nom, ceux-là étant faits de boîtes à cigares et de manches (de pelles ou de pioches ?), n’ont que deux ou trois cordes mais dont il sort des sons extraordinaires franchement adaptés à leur style musical Blues, Bluegrass, Country et Folk, au plus près possible des roots de la musique populaire du sud des EU, aidés en cela par ces instruments bricolés avec les moyens du bord dont sa malle grosse caisse et son tambourin pantoufle. Il interprètera aussi certains morceaux au banjo ou à l’harmonica amplifié par le micro d’un cornet de téléphone qu’il utilise également pour des effets vocaux. Mais avant tout il est le lead singer et il met une ambiance du tonnerre.

A droite sur scène se trouve DOUG DICHARRY, chauve et très barbu lui aussi, tatoué et percé, percussionniste complètement déjanté sautillant d’une pédale des drums à celles de sa console-son, alternant, d’une chanson à l’autre, les instruments qu’il utilise et qui pour la plupart ont été bricolés dans un coin de garage ou de studio et dont il avoue n’avoir jamais appris à jouer. Il joue ainsi d’un washboard amplifié et agrémenté de loupiotes de couleur qui clignotent dans des tons différents en fonction du rythme frappé sur sa planche. Mais ce n’est pas tout, son washboard est raccordé à sa console-son et il y va de la pédale wah-wah et des distorsions électroniques, du jamais vu, jamais entendu. Il a aussi trafiqué une paire de gants de jardinage dont il a recouvert les doigts de culots de cartouches de chasse collés au tape gris. Ce qui change des dés à coudre de l’époque Ferré Grignard, dés que l’on perdait régulièrement de ses doigts. Alors tant qu’à faire dans le très spécial, regardez-le jouer des cuillères électriques, avec les effets sonores, c’est tout bonnement magique. Il nous gratifiera, à la demande de Ben, d’une prestation de démonstration de son talent en jouant pour un même morceau de cinq instruments différents, dont certains en même temps, les drums, le trombone à coulisse, les cuillères, la trompette et la mandoline.

Et là, tout à gauche se cache le troisième larron, un calme, c’est SCOTT LEEPER. Il est assis dans son coin, tenant en main un grand manche en bois au bout duquel est attaché un gros fil nylon orange (du gros fil de débroussailleuse) fiché de l’autre côté dans le fond d’un grand seau en plastique retourné et qui produit le son d’une contrebasse, c’est un instrument rudimentaire fabriqué par Scott et s’appelle un washtub. Scott a l’allure d’un David Crosby dont il a la douceur vocale et affiche, outre des cheveux long gris une paire de moustaches et une barbiche qui le font ressembler à Buffalo Bill, un magnifique sourire dans les yeux.

Alors que retenir de la soirée ? Que le public a été conquis par la qualité de leur prestation, par l’ambiance musicale, par les harmonies vocales, par le charisme et la gentillesse de ce band hors du commun qui dès les premières mesures de leur premier titre a fait danser et hurler de plaisir les spectateurs dans cette salle qui affichait sold out (leur premier concert sold out en Europe) Nous en voulions encore et nous en avons eu encore. Leur set s’est terminé après le sacro-saint couvre-feu de 22.30h, chose rare à l’AB, et nous sommes sortis de là le sourire au cœur.

Merci à eux encore pour leur accessibilité après le show, pour la séance de dédicaces et de photos sans stress, le bla-bla avec qui le veut. Ils étaient heureux d’être là et nous d’avoir vécu un excellent moment musical. Ils nous ont promis de revenir, nous serons certainement au rendez-vous.

Pas de set list à proposer, les titres se suivant selon l’humeur du moment mais j’encourage à écouter, les albums « Heavy Load » et « Any Way, Shape Or Form”.

Ben Miller Band - Reena Riot - Ancienne Belgique ( club) - Bruxelles - 30 juin 2015
Ben Miller Band - Reena Riot - Ancienne Belgique ( club) - Bruxelles - 30 juin 2015
Ben Miller Band - Reena Riot - Ancienne Belgique ( club) - Bruxelles - 30 juin 2015
Ben Miller Band - Reena Riot - Ancienne Belgique ( club) - Bruxelles - 30 juin 2015
Repost 0
Published by Pierrot et Margaret Destrebecq-King - dans Concerts
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 13:41
Zomercafé swingt: Swingzapoppin ( Nomad Swing +The Dipsy Doodles) - Kasteelhoeve, Dilbeek- le 30 juin 2015

Un nouveau concept à Dilbeek, tous les mardis soirs en juillet et août, une association locale organise un événement ( gratuit) dans la superbe cour intérieure de la Kasteelhoeve.

En ce dernier jour de juin caniculaire, le Westrand propose une soirée swing avec Swingzapoppin, une combinaison des talents musicaux du groupe Nomad Swing et de l'adresse chorégraphique de la formation The Dipsy Doodles.

Cette première nocturne a attiré la grande foule, une longue file s'étire face à la buvette ainsi que devant le stand bbq, gezelligheid troef résumera le comité organisateur, une opinion partagée!

Swingzapoppin en formation réduite ce mardi, deux danseurs de la troupe The Dipsy Doodles, les merveilleux Els Houttequiet et Guillaume Dragonetti, quant à Nomad Swing, il se présente en quartet, Seppe Van Tilborg (sologitaar), Koen de Cauter (sopraansax, klarinet, zang), Dajo de Cauter (contrabas) et Frederik Van den Berghe (drums) plus la charmante Ine Smet au chant.

Tu dis?

Des noms pas inconnus!

Evidemment, pas besoin de s'étaler sur la carrière exemplaire de Koen de Cauter ( Waso Quartet etc...), ni d'un de ses rejeton, Dajo ( Moker, Maskesmachine...) - Frederik Van den Berghe, quelques points de repère: Milow, Selah Sue, Arno, Trixie Whitley, The Whodads, Douglas Firs, Admiral Freebee, Fappy Lafertin...., een bezige bij, dit-on - Seppe Van Tilborg, un des co- fondateurs du projet accompagne également l'éclair du gypsy swing, Fapy Lafertin - la chanteuse Ine Smet est à l'origine du groupe au même titre que Seppe.


20:30', une annonce rapide et un premier swing, signé Benny Goodman, en quartet, suivi par une ballade sentimentale, le standard "I'm Confessin' (That I Love You)", le couple de danseurs old-style ajoutant une touche pittoresque à ce classique indémodable.

Ine se joint à l'équipe pour attaquer une autre perle, le frivole et délicieusement désuet 'Exactly like you' (Jimmy McHugh-Dorothy Fields).

Comme c' est agréable de se laisser bercer aux sonorités de ce jazz d'une autre époque une Jupiler à portée de main.

En accord avec la météo radieuse, 'Blue Skies' de Irving Berlin, suivi par 'Doin' The Suzie Q' de 1936 (Lil Armstrong) , du charleston/ Harlem swing propice au tap dancing.

Vas-y, Fred!

Brillantes lignes de guitare du racé Seppe Van Tilborg.

Exit Ine, Koen aux vocaux fatigués pour 'I thought I heard Buddy Bolden say' de Jelly Roll Morton.

Music to sip brandy to, indique un connaisseur!

Nomad Swing poursuit son trip passéiste par un instrumental allègre avant de voir revenir Ine qui propose 'Pop it' de Sidney Bechet puis d'embrayer sur le swing houleux 'The Dipsy Doodle' .

Grand numéro des cascadeurs, Els et Guillaume!

Le premier set prend fin avec les classiques 'Basin street blues' et le vif New-Orleans jazz sans banjo ' Down in Honky Tonk Town'.

Pause rafraîchissements!

Comme pour le premier round, le second set démarre en mode instrumental, un petit swing et une ballade languissante portée par une clarinette sensuelle.

Ine rejoint la troupe qui entame 'Puttin ' on the Ritz', une version traditionnelle, moins kitsch que celle du gigolo Robbie Williams.

'Up a lazy river', laisse ta main frôler la surface du cours d'eau, écoute le chant d'un rouge-gorge, enfuis tes soucis au fond d'un placard et laisse ton esprit musarder futilement.

En duo vocal, ' Ballin' the jack'.

Starring Judy Garland and Gene Kelly?

Euh, nein, Ine en Koen!

On nous promet a lovesong en mode uptempo, voici ' Them there eyes' .

De verliefde koppels sont invités à monter sur le podium pour 'Petite Fleur'.

Après le slow, du dixieland juteux 'Hello Central...Give Me Doctor Jazz', marmonné par Koen.

Mise en évidence des artistes pendant un instrumental feu d'artifices ( 'Indiana'), la guitare mitraille, la batterie et la contrebasse se distinguent, Koen batifole, Ine savoure.

Au répertoire de Billie Holiday, 'Swing, brother, swing', puis une interprétation de 'Bei Mir Bist du Shein' fort éloignée de la version des Andrews Sisters.

'Thats a Plenty'. sera l'ultime couplet du set.

Aucune fatigue à discerner, les danseurs, souples, agiles, sveltes, exhibent toutes les facettes de leur talent.

Présentation du détachement et un bis quémandé par Dilbeek, le pertinent ' Summertime'.

Excellente soirée, il ne pouvait en être autrement avec Koen de Cauter sur scène!

Zomercafé swingt: Swingzapoppin ( Nomad Swing +The Dipsy Doodles) - Kasteelhoeve, Dilbeek- le 30 juin 2015
Zomercafé swingt: Swingzapoppin ( Nomad Swing +The Dipsy Doodles) - Kasteelhoeve, Dilbeek- le 30 juin 2015
Zomercafé swingt: Swingzapoppin ( Nomad Swing +The Dipsy Doodles) - Kasteelhoeve, Dilbeek- le 30 juin 2015
Zomercafé swingt: Swingzapoppin ( Nomad Swing +The Dipsy Doodles) - Kasteelhoeve, Dilbeek- le 30 juin 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 07:13
Album - Refused - "Freedom"

Hexagen Bxl

Refused - "Freedom"

REVIEW: Bon bah après plusieurs écoutes il semblerait que Refused fasse désormais majoritairement dans le rock de stade, au détriment de son post-hardcore aventureux originel (déjà certes grandiloquent par moments). Même si un groupe a toujours le droit d'évoluer et que ce qu'ils font reste toujours mieux bien sûr qu'un horrible U2 ou un détestable Muse auxquels on ne peut/veut décidément pas (mais jusqu'à quand?) les comparer, il est un peu triste quand même de se dire qu'on va devoir désormais les catégoriser dans ce "genre" musical (ah la nostalgie qui te frappe en te rappelant de titres tels que "Rather Be Dead" et "The Shape Of Punk To Come"...). Quelques très bons morceaux cependant à sauver sur ce nouvel album, comme ce "366" diablement addictif avec ces touches indie emo/screamo, le rock-space-soul-psyché 60-70's de "War On The Palaces", très typé The International Noise Conspiracy, ou encore cet instantané punk qui ravage tout sur son passage en plage 2, "Dawkins Christ". Si on peut déplorer l'orientation principale prise ici, il faut aussi avouer que dans cette "nouvelle catégorie" ils défoncent toute la concurrence déjà entendue. Les futurs tubes "Elektra" et "Françafrique", les très efficaces "Servants Of Death" et "Destroy The Man", tous ces morceaux vont faire de sacrés hymnes dans les grosses salles ou bien dans les festoches d'été. Bref, si on préférait largement leur mouture précédente, ce serait mentir que de ne pas leur reconnaître un talent et un savoir-faire qui restent indéniables. Définitivement pas la révolution donc, qui semble, musicalement tout du moins, bien loin, mais sans pour autant être le chant du cygne annoncé précédemment par les vieux amateurs (dont nous sommes), Refused version 2015 adoucit quelque peu le medium pour au choix (ou pas): 1/ faire passer plus facilement ses idées et 2/ vendre potentiellement plus de disques. Au final, capitalism is definitely not dead, neither Refused, qui nage plus que jamais dans le "in between" en mettant en avant sa "freedom" à travers une renaissance que l'on n'attendait plus. Libre aux anciens auditeurs d'y adhérer ou pas, mais les nouveaux risquent clairement d'y trouver leur bonheur. De notre côté, le dernier morceau "Useless Europeans" nous laisse espérer des lendemains meilleurs en termes d'ouverture, et on ne refusera pas l'accès à nos platines à la poignée de titres redoutables qui jalonnent cet effort inespéré.

Album - Refused - "Freedom"
Repost 0
Published by Hexagen Bxl - dans Albums
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 06:37
Sortie de piste définitive pour Eddy Louiss!

Eddy Louiss (Paris le 2 mai 1941- Poitiers le 30 juin 2015) est surtout cité comme étant l'organiste ayant accompagné Claude Nougaro.

Sa carrière de jazzman commence pourtant bien plus tôt, fin 60 il joue dans les boîtes parisiennes et chante au sein des Double Six dont plusieurs membres rejoindront les Swingle Singers.

Ensuite son Hammond côtoie des grands noms de passage du côté de la Seine: Johnny Griffin, Art Taylor, Dizzy Gillespie ou Stan Getz. ...

Par après il se retrouve embrigadé dans le trio de Kenny Clarke avant une longue aventure avec Claude Nougaro.

D'autres noms de la chanson française ont fait appel à ses talents: Jane Birkin, Higelin, Barbara ou Henri Salvador.

Plus tard, il reprend une carrière personnelle, monte un big band ( Multicolor Feeling) , joue avec Petrucciani ou Richard Galliano, avant d'être amputé du pied gauche, en 2006.

Il remonte pourtant sur scène quatre ans plus tard et sort l'album 'Taurorque' .

Son voyage s'est terminé à Poitiers ce 30 juin!

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 10:46
Ils/elles ont disparu entre le 13 et le 28 juin

Big Time Sarah, la chanteuse de blues ayant joué avec e.a. Magic Slim, Buddy Guy, The Aces, Junior Wells, Johnny Bernard ou Erwin Helfer et le groupe The BTS Express, est décédée le 13 juin à 62 ans.

Elle nous laisse 4 albums.

Buddy Boudreaux ( saxophone, clarinette) est également parti pour d'autres cieux le 13 juin.

Il dirigeait un Big Band ayant 'backé' des artistes tels que Andy Williams, Bernadette Peters, Dionne Warwick, Gladys Knight and the Pips, Burt Bacharach, Johnny Mathis, The Four Tops ou Bob Hope.

On lui doit 5/6 albums.

Hugo Blanco, une star au Venezuela, s'est éteint le 14 à 74 ans.

Ses titres les plus connus étant "Moliendo Café", "El Burrito de Belén" (connu également comme "El Burrito Sabanero"), "Leche Condensada", "Luces de Caracas", "Sierra Nevada", "Mañanita Zuliana"...

La séduisante chanteuse/actrice/modèle Zhanna Friske n'a pas survécu à un cancer du cerveau.Elle avait à peine 40 ans.

Avant de se lancer pour une carrière solo, la Russe avait fait partie du girls band Blestyashchie.

Le monde soul pleure la perte de Mighty Sam McClain, décédé d'une crise cardiaque le 16 juin.

Sa disco compte près de 20 plaques.

Sam was an American Grammy nominated soul blues singer and songwriter.

Toujours aux States, on annonce le trépas de Harold Battiste, chanteur, compositeur et arrangeur ayant travaillé avec Sam Cooke, Sonny and Cher, Lee Dorsey ou Dr John.

His first success as a studio arranger was with Sam Cooke’s "You Send Me" in 1957, ce qui n'est pas rien!

Après Popsy Dixon décédé en janvier, les Holmes Brothers perdent Wendell Holmes, parti pour l'au- delà le 19 juin.

En Finlande on déplore le décès d'Ezkimo ( Mikko Mutenia), une star rap/hip hop à Helsinki.

Avec Matheus Josephus Lau alias Thé Lau, c'est un géant qui est décédé le 23 juin.

The Scene restera à jamais un des plus grands rock bands des Pays- Bas et le titre 'Blauw' un monument!

Foutu cancer...

Young Ready n'est pas le premier rapper à avoir été abattu lors d'une fusillade.

La presse de Bâton Rouge: "Ready, whose real name is Shannen Hudson, was one of two men that were killed along with another man identified as 28-year-old Jare Stevenson."

Au Brésil on signale la mort de Cristiano Araújo ( 29 ans), auteur des tubes "Mente pra mim" (2011), "Você mudou" (2012), "Caso indefinido" (2013) et "Maus bocados" (2013).

Il a été victime d'un accident de voiture.

Le guitariste et compositeur, Narmine Ducap faisait partie d’une génération de musiciens dionysiens ( Saint Denis- La Réunion) s'étant investis au cours des décennies 1960-70 dans l’enregistrement de ségas.

Il est décédé le 25 juin.

Magali Noëlle Guiffray alias Magali Noël nous a quittés le 23 juin.

Cette comédienne/chanteuse de talent, égérie de Boris Vian et de Federico Fellini, laisse un grand vide dans le paysage cinématographique français.

'Razzia sur la schnouf' - 'La Dolce Vita' - ' Satyricon' - 'Amarcord'- 'Requiem pour un caïd' - 'Z'... une filmographie remarquable.

En chanson, quelques incontournables... "Fais-moi mal Johnny" - "J'coûte cher" - "Mon oncle Célestin" - "Alhambra rock"

Ils/elles ont disparu entre le 13 et le 28 juin
Ils/elles ont disparu entre le 13 et le 28 juin
Ils/elles ont disparu entre le 13 et le 28 juin
Ils/elles ont disparu entre le 13 et le 28 juin
Repost 0
Published by michel - dans bad news
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 21:01
Paul Severs aux Beerselse Kasteelfeesten, Beersel, le 28 juin 2015

20è Kasteelfeesten sur la pelouse jouxtant le château-fort de Beersel.

La commune ayant, comme tant d'autres, été obligée de serrer la ceinture, a décidé que l'événement se tiendrait tous les deux ans lors du dernier week-end de juin.

Au menu: animations diverses, braderie met streekprodukten ( lambiek, geuze, kriek, faro...) mais aussi un marché ouvert à l'Europe et des concerts.

Le dimanche à 18:30, un chanteur de charme, vieillissant, de la vieille école: Paul Severs.

Tu veux un point de repère: Frédéric François, Frank Michael, Christian Delagrange, François Valéry et autres miauleurs que tous tes copains cataloguent de ringards juste bons à faire chialer mémé, Lucette, la coiffeuse, et Josiane, caissière chez Spar.

La Flandre regorge de chanteurs populaires, schlagerzangers à deux sous ayant squatté les charts de Tien om te Zien et se produisant dans toutes les kermesses, bals du bourgmestre, des pompiers, de l'amicale des collectionneurs d'espadrilles..., fancy-fairs, fêtes du raisin, de la bière, du cornichon..., élections de Miss villageoises ou mariages provinciaux: pense à Willy Sommers, Jimmy Frey, John Terra, Jo Vally ou Danny Fabry.

Chaque année Paul Severs foule deux cents podiums sur lesquels il roucoule ses rengaines romantiques, niaises, si tu y tiens, et à chaque fin du show le public, essentiellement féminin, a la sourire aux lèvres et est heureux d'avoir fredonné les mélodies avec l'idole.

Paul Severs nous le rappelle: ça fait 50 ans que ça dure!

18:33', l'animateur annonce le gars d'Huizingen, un voisin!

Il se pointe, chemise impeccable, froc assorti, chevelure soignée, il est loin de ressembler à un vieillard bedonnant malgré le fait que le compteur indique 67 printemps.

Hij is mooi, avance Georgette, quant à toi, tu penses oei, oei, oei, pas de musiciens, on aura droit à des bandes préenregistrées et à un chant téléphoné, caca!

C'est parti, 'Vanavond zet ik de bloemetjes eens buiten', une de ses dernières compositions, un premier meezinger ensoleillé.

Sourires convenus et bla bla bla cucul avant d'entamer la suivante, le tube 'Zeg eens meisje', repris à l'unisson par les seniors, leur progéniture, les descendants de ces derniers et par Koen, le friseur de Dworp, dont l'équipe de foot est collée au stand de l'Oud Beersel en compagnie du bourgmestre de l'entité.

'Kom dichterbij', même scénario, même bruit de fond, Martine s'est avancée comme demandé et se tire un selfie avec Polleke, s'essayant à une imitation de John Travolta en arrière-plan.

Vlaamse disco au menu, 'Dansen in de discoteek' , ambiance au château.

Zijn er hier mensen uit Beersel, plaisante le playboy sur le retour avant de nous confier, eergisteren was het mijn verjaardag, sur la tarte au fromage, 67 petites bougies, il y a 50 ans je chantais 'Geen wonder dat ik ween', une torch song à faire pleurer les mouches.

Nog meer schlagermuziek promet le bellâtre souriant: 'Schatje, mag ik je foto' pendant lequel les Chiromeisjes entament une polonaise avec mayonnaise et sangria.

Celle qui tue date de 1970, ' Ik ben verliefd op jou' que Crazy Horse a transformé en 'J'ai tant besoin de toi'.

Avec les royalties, Paul s'est acheté deux appartements à Knokke et s'est fait construire un studio d'enregistrement.

Paraît que 'Hey Suzy' c'est de la country, Willie Nelson a ri.

Vous vous demandez où est Paulette, mon épouse conjugale...son état de santé ne lui permet plus de danser à mes côtés, voici le titre que j'ai composé pour celle que j'aimerai toute ma vie, 'Lief, jij bent zo lief' .

Préparez les mouchoirs! ( merci Bertrand).

Beersel se lève en pleurant!

Il enchaîne sur ' Niet te doen' enregistré dans son nouveau studio, intro latino virant soupe édulcorée.

La chienlit ces bandes préenregistrées!

Une valse?

'Marieke ', vive l'accordéon et la farandole.

Olé!

Pour suivre, une adaptation de 'Put your head on my shoulder' ( Paul Anka), devenu 'Leg je hoofd op mijn schouder', puis un doo wop collant, ' Oh little darling'.

Depuis que ' Geen wonder dat ik ween' a été repris dans le film 'Firmin' de Dominique Deruddere la carrière de Paul Severs a connu un boost, il nous la refait.

D'après lui, on est arrivé à la n°17, faut lui acheter un boulier-compteur!

Veuillez considérer que les suivantes sont les bis!

Paul, ça va pas, fieu, on a déjà entendu 'Zeg eens meisje', ' Niet te doen' et 'Vanavond zet ik de bloemetjes eens buiten' et pourquoi tu danses avec le pied de micro?

Un bulletin météo, quelques salades défraichies ..de tijd gaat snel..., voorbij hurle ta voisine, je vous attends en bas pour dédicacer mes rondelles.

Le présentateur le repousse sur le podium pour une seconde version de 'Lief, jij bent zo lief', sans Pater Pax resté dans sa paroisse.

Fin de la Vlaamse feest à Beersel!

Paul Severs aux Beerselse Kasteelfeesten, Beersel, le 28 juin 2015
Paul Severs aux Beerselse Kasteelfeesten, Beersel, le 28 juin 2015
Paul Severs aux Beerselse Kasteelfeesten, Beersel, le 28 juin 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 10:13
Festival Couleur Café 2015 du 3 au 5 juillet 2015.

Couleur Café: 26 è édition du plus coloré festival de Bruxelles.

Il est loin le temps des Halles de Schaerbeek et d'une première édition ayant accueilli 5300 amateurs de world music.

Depuis 1994 le festival multiculturel a établi ses pénates à Tour et Taxis .

L'an dernier malgré une météo exécrable et une grève de la SNCB l'event avait attiré près de 25000 personnes les vendredi et samedi, un peu moins le dimanche, mais les organisateurs s'estimaient satisfait.

L'édition 2015 promet d'être torride.

L'affiche étant une nouvelle fois des plus séduisantes, un coup d'oeil ci-dessous:

Vendredi :

Wu-Tang Clan, Wyclef Jean, Dub INC, Arsenal, Tarrus Riley Gentleman & The Evolution, Ester Rada, Kavinsky Dj Set, Crystal Fighters, The Magician, Shantel & Bucovina Club Orkestar, Pink Oculus, Bigflo & Oli, Hiatus Kaiyote, AKS, Stikstof, L’Or du Commun & Roméo Elvis, Thang, Jus Raw, Sdban (Brazilian Vibes), Onda Sonora, Sixsixsixties

Samedi :

Busta Rhymes, Alborosie, Collie Buddz, 1995, Caravan Palace, Etienne de Crécy presents Super Discount 3, Starflam, Modestep Live, Israël Vibration, G-Eazy, Flavia Coelho, Kasai Allstars, La Fine Equipe, La Chiva Gantiva, Palenke Soultribe, Tourist Lemc, Glü, Fùgù Mango meets Binti, TLP, Azer, Jr. Goodfellaz, Ouni, Soulspinnas

Dimanche :

Cypress Hill, SOJA, Milky Chance, Joey Bada$$, Xavier Rudd & The United Nations, Groundation, Buraka Som Sistema,Naâman, Sergent Garcia, Oddisee, Lefto, JAH9, Branko, Jupiter & The Okwess International, La Smala, STUFF., Pucho Diaz, Michael Midnight, Dub Front Association, Tropical Afroheat, Uphill Sound

Wie viel kostet das?

Plusieurs formules sont proposées, allant du 1 Day 39€ au Combi 3 Days 95€.

Tous les détails sur le site!

L'événement sur facebook!

Rendez-vous vendredi près du canal!

Festival Couleur Café 2015 du 3 au 5 juillet 2015.
Repost 0
Published by michel - dans news
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 08:39
La triste nouvelle vient de tomber, Chris Squire de Yes est décédé.

Il y a moins de deux heures sur facebook, la page officielle de Yes notait: "It’s with the heaviest of hearts and unbearable sadness that we must inform you of the passing of our dear friend and Yes co-founder, Chris Squire. Chris peacefully passed away last night in Phoenix Arizona. We will have more information for you soon.", suscitant plus de quinze milles partages et un nombre impressionnant de commentaires.

Christopher Russell Edward Squire, membre fondateur de Yes, est le seul à avoir participé à la confection de tous les albums du groupe.

Avant Yes il a fait partie de The Selfs, The Syn et Mabel Greer's Toyshop, ce dernier groupe devenant Yes.

Un line-up de rêve, outre Chris Squire: Jon Anderson, Bill Bruford, Pëter Banks ( décédé en 2013) et Tony Kaye.

Une série de LP's incontournables, Yes restera à jamais un des plus grands progrock bands de la planète.

En mai Chris Squire, souffrant de leucémie, avait décidé de prendre une pause, il est décédé ce samedi!

Un commentaire parmi des milliers: R.I.P. Chris Squire. I never quite heard anything else comparable to your playing live. Thankful to your contributions as a fellow human, individual, and friend. You will be missed! ( Lee Bond)

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents