Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 10:34
Album- Quique Gomez and His Vipers - Dealin' with the blues

Album- Quique Gomez and His Vipers - Dealin' with the blues.

 

Armonicista y cantante madrileño de nacimiento, Quique comienza a tocar la armónica a los 18

años y monta su primera banda, Juan Bourbon, Juan Scoth and Juan Beer, a los 20 años.

Agé de 31 ans, il émigre aux States et s'établit à Chicago, mais ce n'est pas la house ni le hip hop qui l'intéressent, mais bien le blues, il a l'occasion de jouer avec quelques grands noms de la scène qui a engendré des légendes aussi illustres que Muddy Waters,  Howlin'Wolf, Little Walter, Buddy Guy ou Willie Dixon pour n'en citer qu'une poignée.

Là-bas, dans l'Illinois, il accompagne e.a.  Jimmy Burns, John Primer, Tail Dragger ou Eddie C. Campbell.

Revenu sur le vieux continent, il écume les clubs de blues castillans, catalans ou andalous, accompagne les bluesmen américains venus en Europe sans leur band, ou tourne avec le transalpin Luca Giordano, un autre mercenaire travaillant pour la mafia de Chicago.

Ainsi, tu as eu l'occasion d'admirer le talent de Quique Gomez au Duvel Blues anno 2015, il avait ouvert le festival avec son pote Luca et le lendemain, il était associé à Jimmy Burns pour un concert d'anthologie.

 

Par un beau jour, fin mai, on te refile la galette Quique Gomez and His Vipers - "Dealin' with the blues" en ajoutant, dis - nous ce que tu en penses!

Tu glisses le disque dans le lecteur, retourne la pochette et prend connaissance des twelve tracks:

 

01 Good Rockin’ Tonight

02 Too Late

03 I’m Gonna Keep What I’ve Got

04 Gold Tailed Bird

05 Sugar Ray

06 Sloppy Drunk

07 Times Getting Tougher Than Tough

08 How Sweet It Is (To Be Loved You)

09 It’s Too Late Brother

10 Honey Bee

11 What’s The Matter With The Mill

12 Wonderful Time

Line-up:

 Quique Gómez: vocals, harp

Guillaume Destarac: drums

Pablo Sanpa: guitar

Curro Serrano: guitar

Héctor Rojo: bass

et en guest sur quelques titres: Javier Diaz: piano.

 

La plaque débute par   un jump blues/ rock de 1947,  'Good Rockin’ Tonight' de Roy Brown, un tube pour Elvis.

Les nouvelles sont bonnes... Well I heard the news, there's good rocking tonight... et effectivement, ça swingue joyeusement, l'harmonica virevolte, les guitares cravachent et la rythmique bétonne, en tapant du pied sur le plancher, t'as eu la surprise de voir ton notebook faire des bonds.

Après ce début en fanfare, Quique et ses reptiles venimeux s'attaquent à Willie Dixon, 'Too late', un autre jump blues que tu as eu la chance d'entendre sur scène interprété par Bill Wyman et ses Rhythm Kings.

Incroyable comme la basse pompe... oui, le PC  s'est remis à faire le kangourou, il est pervers ce disque!

' I’m Gonna Keep What I’ve Got' de Slim Harpo semble avoir été écrit spécialement pour le Madrilène, guitares et harmonica engagent un duel sans merci , quant à la good-looking little girl dont il chante les mérites, t'as l'intention de demander à Kiki qu'il te refile son numéro.

Après toute cette effervescence, il est temps de passer au slow blues,  'Gold Tailed Bird', composed by a guy called James A. Lane.

Tu connais pas, et Jimmy Rogers ça te dit quelque chose?

Si tu aimes les lignes d'harmonica suaves de Charlie Musselwhite, tu vas adorer ce morceau qui fait plus de 8 minutes.

Une note jazzy, ça vous botte?

Voici,  Babs Gonzales And His International Jazz Men , ' Sugar Ray' ‎

Pour la petite histoire, Babs a séjourné un petit temps en Europe et le jeune Brian Auger l'a accompagné chez Ronnie Scott's!

Il semblerait que Quique ne carbure pas vraiment au jus de framboises, il reprend ' Sloppy Drunk' de Miss Lucille Bogan, que les spécialistes placent au même niveau que Bessie Smith, pas pour sa consommation de moonshine whisky mais pour ses talents de blues singer.

Drinking and sex, un beau programme!

Déjà en 1947, les temps étaient durs et pourtant Donald Trump ne sévissait pas encore à la tête du pays,  'Times Getting Tougher Than Tough', que Jimmy Whiterspoon, un jour,  avait enregistré avec le Junior Mance Trio  mais aussi avec Ben Webster et Gerry Mulligan, mixe Kansas City blues  et jazz et  convient fort  bien au jeu cabriolant de l'harmoniciste dont le crooning fait merveille en mode jazz.

Puis vient une surprenante reprise du soul hit ' How sweet it is to be loved you', une locomotive de chez Motown, signée  Holland–Dozier–Holland.

Tout le monde citera Marvin Gaye mais il ne faut pas occulter la version, brillante, de Jnr Walker and The All Stars.

Chez Quique Gomez l'harmonica remplace le solo de sax.

Retour au blues sautillant avec ' It's too late Brother'  , un uptempo rocker que tu retrouves au répertoire de Little Walter.

... Sail on, sail on my little honey bee, sail on..., ' Honey Bee' de Muddy Waters constitue la seconde blues ballad de l'album, 4'26" de pur bonheur, dirait Dr Boogie.

Meunier, tu dors ou quoi?

'What’s The Matter With The Mill' se demande Memphis Minnie en swinguant comme une sauterelle.

Le chef laisse la voie libre à ses acolytes avant de coller ses lignes d'harmonica sur l' impressionnante assise rythmique façonnée par Hector et Guillaume.

Du travail de pro.

Le voyage au pays du blues prend fin avec une version joyeuse, aux accents Western Swing, de 'Wonderful Time' de Sonny Boy Williamson.

 

Dealin' with the blues : le meilleur disque de Chicago Blues pressé  du côté de la Meseta Central!

 

 

 

 

 

 

 

 

by Ron Kern

by Ron Kern

Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 11:19
Louie- EP Movin' On

Louie- EP "Movin' On"

 

Louie , cherche pas sur Google, ils vont t'envoyer dans une maison de prêt à porter ou te proposer une série télévisée et, si tu fouilles davantage, un French restaurant à Brooklyn.

Le Louie qui nous intéresse est Gantois, l'hydre a six têtes, baptisées Annebel Depoorter ( voix) / Jolien Bové ( voix)/ Brecht Ingels ( basse) / Leander Leenders (guitare)/ Tom Valcke ( keys) et Ilja Cooreman ( drums).

En 2015, Louie accroche deux médailles au revers de son veston: winnaar ZwinRock 2015 et winnaar Bruudruuster Rockrally 2015!

En 2017, leur carte de visite se complète et mentionne leur debut EP ' Movin' On' , qui sera officiellement baptisé lors d'une release party à Gand ( Trefpunt) le 2 juin!

 

Tracks:

1. Monday 3:44

 

2. Movin' On 3:14

 

3. Flow 2:30

 

4. Drowning 4:11

 

La semaine débute on 'Monday'.

En général, t'as la gueule de bois et t'es pas en état de digérer des trucs trop lourds, ça tombe bien, le 'Monday' de Louie groove gentiment, tu souris en avalant ton jus d'orange, ton épouse, revenue de la salle de bain, marmonne...c'est bien ce que tu écoutes, frais, ensoleillé, sexy, ça m'inspire je vais passer une jupe à fleurs et mon top rose.

Tu veux du café, mon ange?

Ce titre te donne envie de tracer un parallèle avec un autre indie/alternative pop band souriant: Little Dots!

Avec 'Movin'on', Louie t'invite sur le dancefloor pour replonger dans les années glorieuses du disco pop, en passant des Bee Gees, époque 'You should be dancing', aux morceaux les plus poppy de Earth, Wind and Fire, mais en y ajoutant, également, de subtiles touches d'acid jazz/ chillout, les rapprochant de Jazzanova ou Thievery Corporation.

Addictive stuff!

Dans la même veine, tu te laisses aller avec le flux et reflux proposés par Annebel et Jolien lors de 'Flow,'.

Pour se sentir vivant il suffit de suivre le mouvement, jour et nuit, just let it flow!

La dernière plage de l'extended play, 'Drowning', calme le jeu , la mélancolie latente émanant de ce titre évoque les climats chers à Ben Watt et Tracey Thorn d'Everything but the Girl.

C'est rudement agréable de se laisser dissoudre dans ces douces effluves soul pop reposant sur un groove chatoyant imprimé par la basse tandis qu'une guitare funky brode subtilement.

' Don't cry for Louie' chantait Dani Klein ...well, baby, I'm not crying, I'm enjoying Louie!

 

' Movin' on', un début prometteur d'un band sur lequel il faudra, dorénavant, compter.

(c) Michiel Devijver

(c) Michiel Devijver

Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 09:02
Annabel Lee - EP Wallflowers

Annabel Lee - EP Wallflowers

 

It was many and many a year ago,

In a kingdom by the sea,

That a maiden there lived whom you may know

By the name of Annabel Lee;

And this maiden she lived with no other thought

Than to love and be loved by me.

Edgar Allan Poe - 1849!

 

Audrey Marot est devenue Annabel Lee en 2016, après un test chez Iacopo, lors d'un Homeplugged, où avec des copains elle avait assuré l'avant-programme des Holloys sous la dénomination ( pas innocente) Best Good Friends!

Avant cet épisode Audrey, la Luxembourgeoise, pas ducale, devenue Bruxelloise, avait été Auud ( disparue sur facebook/bandcamp et soundcloud), certains l'ont vue membre d'un groupe punk hardcore, d'autres parlent de trip hop, le FBI enquête, malgré tout le boulot prévu par le passage de Trump chez Quick et Flupke!

Luik Records la signe, un premier EP est prévu pour le 2 juin, la release party se déroulera chez Contrebande à Ixelles.

 

Tracklist:

1. Best Good Friend

2. High Hills

3. Stuck in the Mud

4. Period Sex

5. Louisa and Louise

6. Coffee, Coffee

 

'Best Good Friend', tu te rappelles, ouvre la séance auditive, une belle tranche de girlish indie pop avec un penchant retro, rappelant à la fois les girl groups des sixties ( ici les girls ont pour nom Vankou, Valérian Pinaud et Xavier Terracol), Goldie and the Gingerbreads ou The Daughters of Eve, par exemple, et les nanas de Au Revoir Simone ou Tilly and the Wall.

Avec l'approche des beaux jours, cette pop ensoleillée devrait faire le bonheur des garden parties.

T'as besoin d'un peu d'exercice, enfile tes godasses de randonnée, n'oublie pas ta gourde, c'est parti pour l'ascension des 'High Hills', en sifflant un petit air espiègle. Pour te donner un bon coup de boost, les guitares cravachent sans rire.

Le libertin et explicite ' Period sex', déjà clippé, secoue salement pendant deux minutes.

Ne va pas nous traiter d'éjaculateur précoce, mais ce mouvement de va-et- vient brutal a précipité l'orgasme.

Toujours en mode garage pop, la demoiselle propose 'Stuck in the mud'.

Comme maman t'avait recommandé de porter ton costume du dimanche, tu n'as pas participé aux galipettes dans la boue, tu l'as amèrement regretté, ils se sont amusés comme des petits fous.

Voici 'Louisa and Louise', des copines de Thelma.

Annabel nous propose un road movie tapissé d'une gaze de nostalgie, la fin d'une relation amoureuse est suggérée en arrière-plan.

Déjà le terminus se profile, ' Coffee, coffee' baigne dans les mêmes eaux mélancoliques que le morceau précédent.

Le bridge à l'orgue annonçant le dernier couplet séduira les âmes sensibles.

Quant au café au lit, nul doute qu'ils seront nombreux les jeunes gens à vouloir le partager avec la belle enfant.

PS: Annabel, rien ne t'oblige à laver nos chaussettes!

 

Contrebande promet une bière Annabel Lee brassée spécialement pour la release party du 2 juin.

Garde quelques deniers pour te procurer 'Wallflowers', tu risques de le passer en boucle dans le lecteur CD de ta décapotable!

 

Annabel Lee - EP Wallflowers
Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 14:37
Insecte - EP Deux

Insecte - EP Deux

 

Un avis laconique reçu par mail: le groupe Insecte sortira son nouvel EP le 26 mai prochain, la  release party aura lieu le même soir à l'Atelier 210.

 

Pour rappel,  la cigale, à moins qu'il ne s'agisse d'un grillon, d'une sauterelle ( tu dis Mireille, ah bon, la grande sauterelle, c'est toi!)  ou d'un criquet, a remporté  le concours Du F. Dans Le Texte en 2016 et, dans la foulée, a enregistré un EP,  tout logiquement  baptisé ' Un'.

Oscar Pouts - Lajus (chant, guitare), Louis Oudenot (guitare, synthé), Noé (synthé, choeur), Valentino Neveu (batterie, choeur) et Yerko Lebbihi (bass, choeur), comme tous les riches contribuables français ont quitté Paris pour s'installer à Bruxelles où la bière est meilleure et moins chère, ils n'y ont pas croisé Miossec qui a regagné sa Bretagne natale, mais ils se sont donc mis à composer des chansons, à participer ( avec succès) à des crochets et, à graver huit titres, quatre pour le extended play one et autant pour le second EP qui se vendra en fin de semaine!

 

Tracklist de 'Deux'.

 1. Le Vase Aimé

 2. Lunettes Opaques

 3. ToKyoto

 4. Au Revoir

 

On t'a refilé un lien ( privé) pour écouter en avant-première ce nouvel article qui débute par ' Le Vase Aimé'.

Oscar serait-il objectophile?

Chérir et admirer, jour après jour, un vase, c'est vaseux!

Un séjour prolongé au pays de René Magritte, Paul Marien, Louis Scutenaire a -t-il altéré son cerveau cartésien, tout est possible!

Cette plage reposant sur des sonorités pop harmonieuses et sophistiquées évoquant des groupes tels que Phoenix, Air ou Télépopmusik, offre un doux mélange d'electronica, de chillout  et de surréalisme.

Tu as repassé le morceau en boucles, tandis que la chatte, soudain impudique, est venue se frotter à tes mollets.

Le soleil aveugle en cette après-midi moite, chérie, passe-moi les 'Lunettes Opaques'.

Que vois-tu et qu'entends-tu?

Pas tout à fait...Which is the name of the game, watch a guy watch a dame on any street in town

Up and down and over and across, romance is boss  ... mais presque!

 L'atmosphère dégagée  par ce morceau prête aux rêveries, au désir d'évasion, la raison pour laquelle, sans doute, ce succès d'Andy Williams est venu chatouiller tes neurones.

Il est toujours question d'escapism avec le n°3, 'ToKyoto'.

Mais pourquoi ce titre éveille -t-il  en toi comme des flashes de Marguerite Duras,  tu revois la jolie Jane March dans la version filmée de 'l'Amant'.

C'est probablement un trait d'habileté inhérent au travail de l' Insecte, cette capacité à suggérer des parallèles pas toujours manifestes.

Ils prennent congé avec un  'Au Revoir', répété à l'infini, puis deviennent muets à l'instar des cigales qui vont mourir avant la fin du mois de septembre.

 

Profite de l'été pour aller écouter Insecte, pas besoin de te rendre à Fontvielle, comme Daudet qui aimait se laisser bercer par le chant des cigales, allongé à l'ombre près de son moulin, Insecte se produit  le 26 mai à Etterbeek et le 24 juin, à l'occasion des Fêtes de la Musique, au Cinquantenaire.

Insecte - EP Deux
Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 03:51
Album - Last Train – Weathering

Album - Last Train Weathering

 

Last Train pour où?

Last train to Claksville? to London? to Memphis? le train pour nulle part?

Sais pas, ce qu'on sait, c'est qu'il a démarré de Mulhouse vers 2005, tu les avais remarqués lors d'un concert au feu DNA en 2014, les gamins avaient impressionné les rockers bruxellois, depuis ils ont pondu deux EP's et leur premier album, ' Weathering', est dans les bacs depuis plusieurs semaines!

 

Jean-Noël Scherrer (chant et guitare), Julien Peultier (guitare), Tim Gerard (basse) et Antoine Bashung (batterie) sont désormais considérés par une certaine presse comme le futur du rock français!

 

Weathering/ Tracklist :

01 Dropped by the doves

02 Never seen the light

03 Jane

04 Between Wounds

05 Golden Songs

06 Fire

07 Way Out

08 House on the moon

09 Sunday morning son

10 Time

11 Cold Fever

12 Weathering

L'album débute par un ouragan nommé 'Dropped by the doves', c'est bien la première fois que tu entends des colombes lâcher des bâtons de dynamite.

 Le son est aussi massif que ce que propose Black Rebel Motorcycle Club, when doves cry disait un gars de Minneapolis , ben, ces tourterelles ne semblent pas évoquer un message de paix, ça cogne sévère!

Le bouillonnant ' Never seen the light' reste dans les mêmes eaux.

Un mec souffle, débarrasse-toi de tes raybans tu verras  l'aurore pointer, pour toute réponse il s'est vu balancer une série de riffs mordants, suivis par une courte accalmie, vite interrompue par le drumming sauvage d'Antoine.

Si 'Jane' démarre en mode serein, la petite a dû apercevoir Tarzan peloter une  Ougandaise, forcément ce tableau l'a perturbée, la plage de près de huit minutes explose soudain, mais comme elle est faite de flux et reflux, un calme  passager s'installe avant un dernier  hurlement de guitares mixant psychédélisme, fuzz et noise.

'Between wounds' , le premier titre de l'album illustré par un clip,  sent le cambouis et la sueur.

Pour amateurs de rock musclé et  bien crado.

Ce n'est plus le cas avec 'Golden songs', un midtempo pondéré comme pouvait en pondre Snow Patrol ou Supergrass.

Last Train fait preuve de versatilité, c'est un bon signe!

Les bûches mettent quelque temps à s'embraser, puis ce 'Fire' va te tenir au chaud pendant 6'30" et te permettre de penser aux meilleures compositions des frères Gallagher.

Avec ' Way out', qui s'entendait déjà sur le EP de 2016, l'Alsace revient au rock offensif, le solo de basse a retenu l'attention du  placide John Entwistle et quand les guitares ont  embrayé, ton chat a quitté son fauteuil à la recherche du way out.

Un sale morceau, sérieusement secouant, suivi par une ballade, ' House on the moon', mixant le côté épique d'Oasis et les sonorités surf d'une guitare indolente.

Avec ' Sunday morning son' on reste dans l'univers léché  d'une Britpop  basée sur les compositions de Lennon/McCartney époque 'Revolver'.

Le titre ' Time', capricieux, passe par plusieurs climats, il démarre sur fond d'orgue sur lequel se greffe, une nouvelle fois, un timbre proche de Liam Gallagher. Après plusieurs changements de tempi, Jean-Noël pousse un cri rageur avant de nous lancer ... go back to your troubles and I'll go back to mine... à l'arrière ses copains entament un choeur de falsettistes, nous renvoyant vers Farinelli, avant une montée en puissance des guitares s'achevant sur un final abrupt.

Du grand art!

' Cold Fever' avec  ses riffs mordants et son refrain racoleur faisait déjà un tabac en concert en 2014, il en est de même en 2017.

L'album se termine par 'Weathering' , un  titletrack résumant à lui seul l'univers de Last Train.

 

' Weathering' un premier album percutant d'un groupe qu'il faut absolument voir sur scène.

Coup de bol, ils sont ce 11 mai aux Nuits Botanique, à la même affiche que Moaning Cities et (Run) Sofa!

 

 

 

 

 

 

 

 

photo- JC Thibaut

photo- JC Thibaut

Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 08:27
Album - THE SWAMP BORN ASSASSINS – Smell The Mud

THE SWAMP BORN ASSASSINS: "Smell the Mud"

(Carnivora Records) 2017.

 

Quand mon amie Catherine J. Campbell d'Aberdeen m'a demandé si elle pouvait m'envoyer quelques cds de jeunes groupes écossais pour une diffusion radio éventuelle en Belgique, j'étais loin de me douter que j'allais recevoir un vrai choc en écoutant l'un d'entre eux. D'abord je regarde attentivement le packaging, et d'emblée, le livret captive mon attention. Un fond noir, avec, au centre, un médaillon sur lequel le nom du groupe ressort en blanc, certaines lettres se terminent même en forme de serpent. En plein milieu du médaillon, un crâne humain couvert d'un chapeau haut-de-forme autour desquels un serpent s'enroule. J'adore! Ce cd a déjà un côté qui sent les bayous de Louisiane, les marais infestés de créatures mortelles, un endroit où il vaut mieux ne pas se perdre. Reste à voir si la musique est en rapport avec ce magnifique design...

 

1."Out in the Rain" : un bruit de carillon qui tinte sous l'effet du vent, des pas qui font crisser le gravier et la pluie qui menace, puis, tout à coup...Bang! Un riff très lourd et l'harmonica qui entre dans la danse. On va le jouer ensemble, vous êtes prêts? Branchez votre Gibson Les Paul (what else?) à votre ampli Marshall 100 watts à lampes, canal overdrive 2 et puis vous montez le volume sur 5. Avant d'aller plus loin, demandez aux voisins s'ils n'ont pas quelques courses à faire. Prêts? Jouez tout en power chords, les battements font : Si (7 fois) et puis La, Si, La, Si. C'est obsédant à mort. En ce qui concerne le personnage de la chanson, c'est une journée qui commence mal, le genre de truc où rien ne va. À chaque fin de couplet, le verdict tombe sur les épaules du pauvre gars, comme une lame de guillotine. Un solo d'harmonica qui rappelle étrangement le style de jeu de Robert Plant.

2."Never Ever Never" : le riff principal va immédiatement rappeler de bons souvenirs aux fans de Duane Eddy - Emerson, Lake and Palmer - ou encore Aerosmith avec le thème de Peter Gunn. Ici le tempo est plus rapide, emmené de main de maître par Monsieur Chris Glen (ex Alex Harvey Band, Michael Schenker Group) venu participer à l'album en guest de luxe. A certains moments, pendant quelques secondes, ca me rappelle "Coz I Love You" de Slade. La chanson est une incitation à se battre et à réagir quand rien ne va.

3."Walk Tall" : une intro avec une guitare délicieusement acide à la mode Stooges. Une rythmique très lourde et toujours les deux guitares qui tranchent dans les chairs de l'auditeur dans une espèce de duel "question / réponse" avec l'harmonica. Pas facile d'être une fille sexy dans un monde d'hommes, il y a intérêt à être sûre de soi, confiante et il faut assumer! C'est un texte qui s'adresse à tous ceux qui sont différents en les encourageant à affirmer cette particularité face à l'adversité.

4."Dead Man Walking" : les trois premiers extraits de l'album m'avaient déjà donné des frissons mais ici, je vais carrément m'évanouir de plaisir. Comment définir ce morceau? Je dirais que chaque fois que "No Fun" des Stooges rencontrera "When the Levee Breaks" de Led Zeppelin, il y aura un "Dead Man Walking". C'est très puissant et lourd à souhaits, un tempo rapide et une ligne de basse et de guitare qui se doublent en jouant en boucle un La 5 suivit de trois notes : Sol, La bémol, La. Vous me direz que ça doit être chiant, eh bien non car il y a un trait de génie dans cette progression, c'est une alternance, à savoir qu'une fois sur deux on ajoute un si bémol à la fin du riff et c'est ce qui l'empêche d'être trop linéaire, je dis bravo! Le solo d'harmonica est à nouveau en plein dans l'esprit de Led Zeppelin. De temps à autre, la façon de scander les paroles me rappelle Dave Brock sur certains titres d'Hawkwind. J'adore ce morceau.

5."Land of the Six Gun": on plonge ici dans la douloureuse épopée de l'Ouest américain, celle dont ils sont très fiers alors que c'est une véritable période d'infamie et de trahisons successives à l'égard de la nation amérindienne. Le cri unique d'un aigle et une introduction où la batterie vient se greffer sur les tambours et les chants rituels des Sioux Lakotas, une lourdeur à la Black Sabbath. C'est l'histoire d'un génocide perpétré par l'homme blanc qui envahit "Paha Sapa", les Black Hills, territoire sacré et inviolable des Sioux, c'est l'anéantissement, la fin d'une nation, et la disparition d'un mode de vie, celui des tribus nomades, le peuple cavalier des plaines. Un texte magnifique qui, au travers de l'histoire américaine est un cri d'alarme car cette situation perdure encore aujourd'hui, les victimes ne s'appellent plus Lakotas, ils sont Tibétains, Arméniens, ou encore Rwandais. Une très belle réflexion sur des faits graves dont certains dirigeants politiques veulent minimiser l'importance ou, pire encore, nier l'existence.

6."Crawl" : une chanson qui déboule à la vitesse d'un taureau fou sur un riff obsédant qui se répète à l'infini. Il y a ce côté vitriolé et venimeux qu'on retrouvait à l'époque bénie du MC5 et des Stooges, un côté urgentiste, dangereux. L'histoire d'un gars tellement fou de sa nana qu'il en vient à oublier sa dignité d'homme et se met à ramper à ses pieds au risque de devenir "personne". Une invitation à rester lucide et digne qu'elles que soient les circonstances.

7."Smell the Mud": le titre éponyme de l'album, introduit par une solide attaque de basse. C'est la confirmation, le titre n'est nullement usurpé, ce disque colle comme la boue, sent la transpiration, le bourbon frelaté et la vie de tous les jours, des histoires comme il peut en arriver à chacun d'entre nous. Une vision d'effroi de quelqu'un qui se retrouve confronté à ses peurs et à ses angoisses et qui se replie, se referme sur lui-même, dans sa solitude et l'alcool. Une arme à portée de la main...suicide?

8."The Gator Hole" : du Rock'n'Roll pur jus. Soyez très prudents et ne vous aventurez surtout pas près de la tanière de cet animal. Un morceau qui a des accents de groupes sudistes tels que The Black Crowes ou Molly Hatchet, époque Dany Joe Brown. Pour apaiser ce feu ardent, on termine sur un tempo blues classique et jouissif! C'est un morceau qui s'inscrit dans la lignée des grands blues électriques que sont "The Jack" d'AC-DC ou encore "Bad Butcher and Fast Eddie" que l'on retrouve sur le premier album de Rose Tattoo.

8."Clara Belle Lee" : la longue pièce qui clôture l'album. On plonge en plein film d'horreur de série B, dans un cimetière en compagnie de Clara Belle Lee sous un ciel dans lequel veille une lune noire.

 

En conclusion, ce premier album du quintette de Glasgow fait partie des toutes grandes révélations musicales de ces dix dernières années, au même titre que des groupes comme Rival Sons, Blackberry Smoke ou encore The Temperance Mouvement. Ca sent la poudre, le mauvais alcool, le tabac de contrebande et la violence. Ce n'est pas du Shakespeare dans l'écriture et encore moins du Mozart dans la musique et alors? On s'en fout, car cet album est bourré d'énergie et de sincérité. C'est notre quotidien avec ses réalités et ses désillusions, cet album c'est l'urgence de vivre de cinq musiciens qui ont tout compris au blues et au rock. Une réussite absolue. Alors quoi? Vous êtes encore là? Bougez vos fesses et courrez l'acheter d'urgence, je vous aurai prévenus.

 

Mitch "ZoSo" Duterck

Album - THE SWAMP BORN ASSASSINS – Smell The Mud
Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Albums
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 14:36
Album - MuZiek de Singe - Écouter voir!

Album - MuZiek de Singe - Écouter voir!

Tracklist:

1 Premier pot 00:08:01

2 Kablouna 00:08:20

3 King Pong 00:06:53

4 Tmesh 00:09:48

5 Danse des oursins 00:03:41

6 Ouf ouf copain 00:06:42

7 Parjania 00:04:27

8 Perturbato 00:04:31

"Ecouter voir", le troisième album de MuZiek de Singe sortira le 28 avril.

Pas besoin de te rendre au jardin zoologique pour l'entendre, le même soir, les primates se produisent à Lille, la release-party officielle aura lieu au C C Jacques Franck ( Saint- Gilles) le 9 juin.

Du jazz, vous n'y pensez pas, c'est une musique de singes, madame!

Martin Chemin (batterie et percussions), Benoit Dumont (contrebasse), Martin Kersten (saxophones), Gilles Kremer (guitares jazz, bouzouki, bugle, tuba et harmonica) et Maxime Tirtiaux (guitares classique et électrique, sarod, FX) font du jazz, mais pas celui qui plaît aux puristes.

Oui, tu entends des vestiges de swing ou de manouche, mais aussi de l'ethnique, du tribal, du balkanique, de la global fusion, de l'ambient, du festif, du folklorique, bref la palette est vaste, elle s'étend des teintes pastel aux carnations vives, pour preuve ' Premier pot' qui ouvre ce nouvel exercice.

Un rythme fringant et en arrière-plan une contrebasse Blue Note, puis vient une digression au bouzouki, ça remue allègrement pendant huit minutes avec un intermède percussif, afin de permettre aux autres babouins d'aller tremper les lèvres dans le Limpopo, de là, sans doute, l'intitulé ' Premier pot', un titre pas pourri!

'Kablouna' , heureusement Google existe, plusieurs possibilités, 'Kablouna' = homme blanc, un récit de Gontran de Poncins ou le souci Kablouna, une plante annuelle avec des fleurs orange à centre noir et de longues tiges rigides, il y a aussi un mec qui loue la villa Kablouna à la côte belge ( Vlaamse kust pour toi, Bart) 1500€ la semaine/haute saison!

Sinon, cette plage, relativement paisible et onirique, se révèle la bande son idéale pour rêver d'horizons lointains, de plages de sable blanc où les indigènes n'ont jamais entendu parler de Le Pen ou de Macron, leur seule préoccupation étant de savoir ce que Madame compte servir à table ce soir après l'apéro!

'King Pong', un jeu de mot?

Jean-Michel Saive? Le copain de Jessica Lange?

Avec comme bruit de fond comme un vent sec étouffé, tandis que Martin nous fait le coup du crissement de la craie sur le tableau noir, le truc qui a refilé la chair de poule à des milliers de pauvres gosses assis face à un instit malade du cerveau, un saxophone se promène tranquille dans les airs, le simoun s'est tu pour faire place à un grouillement aquatique, tu ne sais plus si tu regardais Lawrence d'Arabie ou 20000 lieues sous les mers, tandis que le brave Martin poursuit son trip serein, accompagné par ses copains tout aussi zen.

Une plage reposante!

Avec 'Tmesh' on vogue en plein lyrisme, le saxophone nous rappelant la grande époque bebop, celle de Charlie Parker , Gene Ammons ou Johnny Griffin.

Le second mouvement de cette pièce, longue de près de 10 minutes, sera plus leste, l'harmonica de Gilles lui procurant des effluves bluesy avant un final tout en rondeur.

Si 'La danse des oursins' est moins ringarde que celle des canards, les hérissons de mer semblent pourtant apprécier un rythme soutenu, on les comprend, il faut penser à se dégourdir les piquants!

Les sonorités orientales de 'Out of copain' évoque le célèbre ' Night in Tunesia' de Dizzy Gillespie, c'est assurément le style de composition pouvant servir de soundtrack pour illustrer un film noir.

Louis Malle avait d'ailleurs confié la bande-son d' 'Ascenseur pour l'échafaud' à Miles Davis.

'Parjana' démarre en mode surf/funk puis vire ska, voire klezmer, comme si Tarantino ne pouvait se décider, je prends Dick Dale, The Lively Ones ou le New York Ska Jazz Ensemble?

La virée prend fin par ' Perturbato', une farandole frivole, agrémentée d'une escapade manouche qui te donne envie de revoir un long-métrage featuring Buster Keaton.

 

MuZiek de Singe reste fidèle à ses principes: tu ne nous colles aucune étiquette, s v p , nous, on est comme le Max d' Hervé Cristiani ...on a le sourire facile même pour les imbéciles!

 

 

 

 

 

 

 

Album - MuZiek de Singe - Écouter voir!
Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 08:13
Album: "Avant/Après" par Thea and the Mugs

Thea and the Mugs - Avant/après

 

Artist: Thea and the Mugs

Record Label: Théa Music

Album "Avant/Après"

style: chanson française pop folk

Date : 28 mars 2017

Reviewed by: Charles Eloy

Album: "Avant/Après" par Thea and the Mugs

 

======================================================

 

 

La première chanson "Entre bleu et gris" nous plonge de suite dans l'un des thèmes récurrents de l'album. La voix limpide de la chanteuse nous raconte la rupture dans le refrain en reprenant la phrase " une page se tourne aujourd'hui“.

La seconde chanson pop/rock "Contrepoint" est plus rythmée, mais reposante comme le morceau "Sultans of Swing" des Dire Straits, avec l'omniprésence des guitares (soli, arpèges, riffs, balayage des accords overdrive) appuyé par un jeu de batterie puissante.

Théa nous décrit plusieurs types du genre masculin avec des mots joueurs dans "le prince charmant", tandis que "Les garçons dans les festivals" est un constat contemporain des comportements des hommes aux événements festifs.

Nous retournons vers les sentiments à fleur de peau de la ballade "ça fait mal quand même", dont l'inspiration nous semble sortie des épreuves d'une histoire personnelle, mais qui est également le vécu de nombreuses personnes. L'arrangement musical est plus dépouillé donnant toute la valeur aux mots simples, mais percutants.

L'attention de l'auditeur est retenue par les arrangements musicaux devenant plus complexes avec des apports d'instruments traditionnels ou exotiques comme la vielle à roue, l'ukulélé donnant des couleurs musicales surprenantes.

Théa ne renie pas sa belgitude avec la chanson "Plagen is liefde vragen" en se référant aux lieux Oostende, Leuven, Hoeilaert et Laeken. Arno va aimer.

Les sonorités médiévales de la vielle annoncent la chanson "la cour des grands", tandis que la chanson "Avant/Après", également titre de l' album est plus intimiste. Les couplets sont courts, les textes sont en profondeur, les refrains mélodiques répétitifs accentuent les expériences de tranches de vie exprimées par l'interprète qui semble essayer d'en tirer une conclusion pour le futur.

Sans prétention de revendication d'expression intellectuelle, le vocabulaire de la chanson entraînante "Les canards", qui vient conclure l'album d'une belle manière, est plus riche que "la danse des canards", la chanson la plus vendue en France dans les années 80, qui a bercé notre jeunesse. Le seul point commun entre les deux, la chorégraphie rétro décalée du clip sur Youtube nous donne envie de danser et d'aller voir le spectacle musical de Théa and the Mugs.

Le premier album "avant/après" de Théa and the Mugs est résolument écrit au féminin. Les textes retracent le parcours d'une fille qui se cherche, s'égare et se retrouve dans le labyrinthe de la vie. Théa confirme ses talents d'auteure- compositrice-interprète pleine de générosité.

 

 

Titres de l'album "Avant/Après"

1. Entre bleu et gris

2. Contrepoint

3. Le prince charmant

4. Les garçons dans les festivals

5. Ca fait quand même mal

6. Mai 2013

7. Le soleil

8. Plagen is liefde

9. Un peu de vent

10. La cour des grands

11. Avant/Après

12. Les canards (bonus)

 

Thea and the Mugs

jp Daniels - concert monkey

jp Daniels - concert monkey

Repost 0
Published by charles eloy - dans Albums
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 08:49
Album - THE NARCOTIC DAFFODILS - Summer love

Album - THE NARCOTIC DAFFODILS - Summer love

 

William Wordsworth:

I wandered lonely as a cloud

That floats on high o’er vales and hills,

When all at once I saw a crowd,

A host, of golden daffodils;

Beside the lake, beneath the trees,

Fluttering and dancing in the breeze...

 

Trois ans après ' Cellex' , six ans après 'The Narcotic Daffodils', les jonquilles préférées des abeilles junkie reviennent à l'avant-plan avec une nouvelle livraison: ' Summer love' .

D'accord, le titre évoque 1967, les hippies, Haight-Ashbury, Be Sure to Wear Flowers in Your Hair... ce n'est probablement pas un hasard, le groupe n'a jamais caché son intérêt pour le psychédélisme.

Parlons-en du groupe, il a été fort secoué ces dernières années avec le départ simultané d' Irene Csordas (vocals, keyboards) - Hakim Rahmouni (guitar) et de Merlin Fourmois (drums), après le Cellex-tour.

Les vétérans et membres fondateurs, Flupke Declerq (bass) et Simon Rigot (Hammond/sitar), ont mis du temps à dénicher des remplaçants. Maria Van Assche, une vieille connaissance, était un choix logique, il lui incombe de succéder à Hakim à la guitare, lourde tâche, elle assure également des choeurs.

Plus tard vint Luna Dop, oui la fille du Dop, déjà guest sur 'Weathered, une plage de Cellex, elle s'occupe désormais des lead vocals et manie l' orgue. Les baguettes, bien cuites, sont entre les mains d'Arne Schollaert, un beau jeune-homme amateur de muscat ( le raisin) belge.

Toute l'équipe a travaillé d'arrache-pied, ' Summer love' est le fruit de ce dur labeur, désormais, les Narcotic Daffodils sont fin prêts pour reprendre la route.

 

Ils se produiront d'ailleurs au Prog-Resiste Festival à Soignies le 22 avril.

 

Summer love tracklist-

 

Summer Love (4:30)

Naturally High (5:57)

Guardians (4:17)

Hypnotized (3:06)

You Can't Get (5:37)

Bruxelles (3:20)

Atomic 53 (9:06)

Distribué par Musea Records et it's Oh!Music en Asie!

 

L'album démarre avec le titletrack ' Summer love' , un morceau coup de poing, mixant garage et acid rock, évoquant des légendes telles que The Electric Prunes, les 13th Floor Elevators ou les Blues Magoos.

Le chant scandé de Luna et les choeurs à la Yardbirds accrochent, le jeu binaire d'Arne contraint tes pieds à quitter la table, sur laquelle ils reposaient, pour battre la mesure, l'Hammond de Simon est omniprésent, quelques riffs de guitare, appuyés ou grinçants, viennent te bousculer et la basse de Flupke ronronne comme à ses plus beaux jours.

Avant de passer à la suite, un doigt a appuyé trois fois sur replay!

Le titre suivant, 'Naturally High', risque effectivement de t'emmener dans des sphères élevées, avec ou sans aide de substances illicites.

Tu dis, Timothy?

Turn on, tune in, drop out...

Jolis choeurs, nous rappelant les Zombies, les Byrds ou Love ( d'Arthur Lee) et nouvelle envolée de guitare pas bidon, tu y ajoutes pas mal de changements de tempo amorcés par Meneer Schollaert et tu obtiens une plage de six minutes aux contrastes intenses.

L'Hammond de Simon Rigot vient à l'avant-plan pour le nerveux 'Guardians' , qui a le don d'éveiller chez toi des lueurs, tu revois des groupes oubliés tels que Greenslade ou Atomic Rooster.

Round and around... tu es pris dans ce tourbillon et, si du bateau, on ne te lance pas une bouée, tu risques bien de finir ta vie avec les sirènes qui ont failli causer la perte d'Ulysse!

A peine sorti de la baignoire et pas encore tout à fait sec, les Daffodils t'envoient 'Hypnotised', un rock garage fébrile.

Me demande qui est ce Flower Power Man aux mains magiques, un rescapé des Flower Pot Men, il paraît que Jon Lord et Nick Simper ont fait partie de ce combo psychedelic pop!

Mais non, le Flower Power Man des Narcotic Daffodils est plus rugueux.

' You Can't Get' étale de subtils accents progrock/psychedelic rock , l'Hammond et la guitare se partageant les petits soli incisifs, tandis que le chant de mademoiselle Luna passe de l'éthéré au martelé.

If you dig Birth Control ou les Ecossais de Beggar's Opera, tu pourrais succomber aux charmes des jonquilles nouvelles.

Virage surprenant avec le tweetalige titel ' Bruxelles' , un chant d'amour, musclé, à notre belle ville, tristement gouvernée par une bande d'abrutis.

Amusants gimmicks que ces annonces samplées de la STIB.

Un hommage plus rock que celui de Dick Annegarn, ici on retrouve le punch de certains morceaux de Triangle et, pourquoi pas, de Jacques Dutronc!

L'album prend fin avec ' Atomic 53', un long poème démarrant sur les sonorités orientales de l'instrument popularisé par Ravi Shankar, sur lesquelles se greffent les vocalises énigmatiques de la chanteuse, avant de monter en puissance et d'éclater sur fond de wah wah tonitruante.

Après un bref retour au calme, de nouvelles vagues viennent soulever le rafiot, heureusement, le capitaine a du métier et réussira à dompter les éléments!


Si au jardin, les jonquilles ont fait place aux tulipes, aux asters, forsythia ou myosotis, les Narcotic Daffodils, eux, risquent bien de fleurir jusqu' au prochain hiver avec ce superbe album!

 

 

 

Picture by Natacha Coppe

Picture by Natacha Coppe

Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 13:09
Album - Robomuffin par Atomic Spliff

Album - Robomuffin par Atomic Spliff

 

Tu lis Spliff, tu penses derechef à un joint, donc ton esprit associe Atomic Spliff au reggae, ragga, aux dreadlocks, aux soundsystems et, si t'es vieux, à 10 CC ..I don't like Jamaica, oh no, I love her...

Atomic Spliff, des rastas liégeois, viennent de pondre un second album, pas immergé dans le fleuve Hope, ils l'ont baptisé, un comble, ' Robomuffin'.

 

Atomic Spliff, ce sont: les M.C.'s : Stoneman et Daddy Cookiz/ une basse : Boris Valley Colledos/ un batteur : Renaud Baivier/ des claviers : Brieuc Di Maria et une guitare : Kevin Maclot.

Leur premier album 'Ras Attack' date de 2015, le petit frère ' Robomuffin' se vend depuis le 31 mars.

Les titres:


1. Appelle-moi
2. Robomuffin
3. Peaceful Warriah
4. Train to Zion
5. Remove ya
6. Plus haut (feat Mardjenal)
7. Mr Postman
8. Pas Assez
9. Rock and Steady
10. Well now
11. Nerveux (feat Dj Bust)
12. Step inna
13. Gal inna di dance (feat LMK)
14. Ruff
15. A wah do dem

 

Dès la première salve, ' Appelle moi' , un early dancehall tune bien ficelé, tu plonges dans leur univers imagé, bourré de références ayant trait au septième art, par exemple.

' Robomuffin', " Nous avons parfois l’impression que les gens évoluent comme des robots..." confiait un des MC's à une gazette mosane, le titre illustre ce propos.

La troisième plage, 'Peaceful Warriah', prône la non-violence, cette ode au pacifisme rapproche le groupe de la philosophie du grand Bob Marley.

Bonnes gens, embarquez sur le 'Train to Zion', l'orgue de Renaud et le flow limpide des MC's va vous accompagner pendant ce voyage coloré.

Ils sont locomotivés, nous aussi!

' Remove Ya' , dégage, mec, t'es pas drôle, viens pas me dire ce que je dois faire, ni comment le faire, rien à foutre de la mafia de Babylone... les thèmes chers au reggae déferlent, tandis que le flow proposé par les deux compères jaillit en cascades.

Mardjenal, un petit gars d'Annecy pratiquant un dancehall hip hop/ reggae, se joint au groupe pour ' Plus haut', un ragga destiné aux amateurs d'escalade.

Ne va pas confondre ' Mr Postman' au titre des Marvelettes, m'enfin, ce mec, présumé distribuer le courrier, peut garder les factures et autres missives pas nettes.

Place aux rythmes plus lents avec 'Pas assez' , dénonçant l'appât du gain et l'égoïsme.

' Rock and Steady' est explicite, ce morceau va faire le bonheur de tous les amateurs de one drop drum beats , ' Well now' navigue dans les mêmes eaux .

Virage hip hop avec ' Nerveux', featuring DJ Bust , un scratcheur mosan qui adore Hervé Cristiani.

Il est libre, Max?

Exactement, freestyle!

' Step Inna' qui balance joyeusement en mode rub a dub te donnera, à coup sûr, des fourmis dans les jambes .

Et si il te manquait une touche féminine, t'appuies sur le n°13, tu entendras 'Gal inna di dance ', featuring l'adorable LMK, une Lyonnaise qui préfère le reggae aux quenelles.

'Ruff' n'est pas foncièrement rugueux, cet auto-portrait, à peine retouché, est destiné aux profanes et devrait faire un malheur en boîte, mention spéciale à Tarzan poussant son fameux cri en fin de plage.

Tu dis, Jane?

Il est viril, tu ne m'as jamais vu en bikini!

Le joyeux ska ' A wah do dem' nous amène au terme du voyage.


A noter l'album est accompagné d’une bande dessinée.réalisée par Stoneman!

 

Sur scène à l'Eden ( Charleroi) le 14 avril!

 

 

picture - Damien Thonnon

picture - Damien Thonnon

Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article

Articles Récents