Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

23 mai 2022 1 23 /05 /mai /2022 15:32
Nuitarie - EP ‘Ghost Love Stories’.

Nuitarie - EP ‘Ghost Love Stories’.

Epictronic

 

NoPo

 NUITARIE EP Ghost Love Stories 2022

Isabel Lopez ne mène pas une carrière classique, même si son précédent disque de 2020 explore la musique de chambre contemporaine.
Installée dans le sud de l’Alsace, elle dirige le chœur d’homme Concordia de Blotzheim et l’orchestre d’harmonie de la ville de Hirsingue.
Elle débute, pour de bon en 2011, avec le groupe vocal a cappella Negitachi et reste pendant 8 ans dans cette chorale parisienne de référence pour quelques sons branchés jeux vidéo japonais.
Pourtant prof de chant, elle enchaine 3 Eps instrumentaux depuis 2016, comme si elle avait perdu sa voie.
Précisons qu'elle cumule les rôles d' auteur-compositeur-interprète, soliste, cheffe de chœur et arrangeur.
Eclectique dans ses inspirations allant jusqu'au métal symphonique, la voici aujourd'hui habitée par un rêve mélancolique imagé sur la pochette.
Dans un coin sombre entre 2 immeubles éclairés, un gentil fantôme, en costume traditionnel de drap blanc avec 2 trous pour les yeux, semble apeuré.
Au milieu, un cadre signé 'Nuitarie' et traversé par le titre de l'oeuvre, abrite une hirondelle (plus belle que l'oiseau de Twitter!), éléments ivoire, eux aussi.

1. Left-turn on Spirit Drive
2. Marlene
3. Uninvited Muses
4. Settlin' on (Liquor for Breakfast)
5. Wicked Remains


Fin 2021, un japanime présente le single initial "Left-turn on Spirit Drive" (composé par Nuitarie et Evi Ciglia).
Les premières notes, égrenées au piano par le même Evi, diffusent une ambiance de recueillement. Un aigle noir fait passer des frissons.
'A black hawk flies by on the edge of sunset
The undertaker’s van drove by like a threat'
Le synthé, au chaud son de mellotron, monte un souvenir blafard. L'instrumentation légère et d'une grande finesse force le respect.
Quand vient le thérémine, des fantômes surgissent. Me reviennent des chansons de Cascadeur aux sentiments similaires.
Un arrière plan violoné fait tomber les sanglots. 'Beau' reste le seul adjectif qui picote mes lèvres.

Isabel chante, avec beaucoup d'émotions, 'Marlene' dont les larmes coulent dans le piano. Cette fois, une batterie marque la cadence, d'une danse triste.
Une 2è voix fait l'écho-nomie d'un choeur. Une guitare frémissante perle sa passion.
Roulement de caisse claire et guitare rythmée annoncent un final revanchard.
Ce second single, composé par Nuitarie et Sebastian Garcia Gonzalez, fait l'objet d'un clip inquiétant de Mikhail Nilov.
Le personnage féminin, maquillé et coiffé comme un chat badant, illumine les images de son spectre.
'There's a hole in my chest, a heart-shaped void,
The thunder has struck, I can tell.
There's a hole in my chest, a bleeding one,
The wound is yours, can't you tell?'

Intermède : 'Uninvited Muses'
Une porte qui grince, une pendule qui sonne, le temps s'arrête, la caravane passe, les muses s'amusent sur la balançoire au son d'un piano qui ne les a pas invitées.

Un synthé, bordé de percussions électroniques, laisse un espace à des vocaux embrumés.
Le rythme s'élève, bien frappé comme un expresso italien. La mélodie se dévoile, si belle au fil de l'eau, jusqu'aux clochettes oniriques.
Settlin' on (Liquor for Breakfast) se hisse sur le pavillon et tapisse le tympan de son venin addictif.

L'ambiance, hispanisante à la pointe andalouse, accueille la guitare flamenco de Sebastián González García.
Le chant expressif de Nuitarie fait vibrer les cordes : 'Where do ghosts linger...'
'Wicked Remains' Encore une histoire d'esprit laissant ses traces un peu partout. '


Nuit tarie? Certainement pas! Elle vient abreuver nos sentiments d'une délicieuse amertume et de souvenirs vivaces...
Cet EP transporte une douceur poétique jusqu'à nos oreilles et notre coeur qui se sent concerné. Instant bref mais terriblement plaisant!

Partager cet article
Repost0
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 15:45
Suzi Moon- EP - Animal

Suzi Moon- EP - Animal

Pirates Press Records

 

michel

Non Suzi, n'est pas la nièce de Keith Moon , ni l'arrière petite-fille de  Sun Myung Moon, fondateur de l'Église de l'Unification .

  Suzi Moon, aussi connue sous le patronyme Suzi Homewrecker, ou encore sous le nom de Suzi Carmichael , ébranle la scène rock californienne depuis pas mal de temps.

Elle avait à peine 15 ans lorsqu'elle rejoint le groupe de sa soeur Liza Graves, Civet, a self-described "femme fatale punk rock" band qui, de 2000 à 2011, a enregistré quelques plaques dans le style des Runaways, Bikini Kill ou Hole.

Ensuite on la retrouve chez Turbulent Hearts, un groupe aussi turbulent que la civette, qui lui aussi a signé quelques disques furieux.

Son nom est aussi cité chez  Bullet Treatment, Rejected Mother Fuckers, Total Chaos, Hollywood Hate ou The Masons..

Après un passage chez L A Machina ( avec e a Rikki Styxx  des Death Valley Girls), elle lance un projet sous son nom: Suzi Moon!

Un premier EP ' Call the Shots' paraît en 2021, suivi par un second shoot , le récent 'Animals'.

Trois titres ( seulement)

 1  Sonic Attraction 2  Animal  3  Gold Record Autograph

Line-up:

 Suzi Moon: on guitar and vocals,- Drew Champion (The Split Seconds/Glitter Trash) on lead guitar -  Patti Bo on bass -  Sean Peterson (The Split Seconds) on drums.

 Un oeil sur la pochette: Suzi allongée, lascivement, semble dire, je t'emmerde. Elle porte une   petite robe moulante, des gants passe-coudes en latex, d'un mauve criant, ce  qui doit faire plaisir à Prince. Ces mitaines très kitsch laissent entrevoir le bout des doigts et surtout de magnifiques faux ongles jaune canari,  pas le même style qu'Audrey Hepburn, mais un chic urbain évident.

You sexy thing, a ajouté Errol Brown, en sifflant.

 Impossible d' éviter le piège sonique 'Sonic Attraction' qui ouvre la rondelle, sur un rythme ultra rapide, la clique balance son punk rock aux fortes saveurs Joan Jett, tout en nous rappelant une autre petite Suzy, de cuir vêtue, qui sous la houlette de Mike Chapman and Nicky Chinn a fait vibrer toute la planète avec son ' Can the Can'. C'était une ère où le terme streaming n'était utilisé que  dans les écoles au UK pour départager les élèves selon leurs aptitudes.

 It makes the brightest children brighter, paraît-il...

Mr Bean et  Benny Hill  étaient dans la même classe.

Les vocaux de Suzi sont plus cool que le ton utilisé par le président de la République lors de ses allocutions télévisées, tu n'as qu'une envie, c'est d'accompagner la chorale gueulant ...yeah yeah yeah, ooh, ooh, ooh..  et de frapper le sol durant le solo de guitare.

Pas besoin de boisson énergisante pour retrouver la forme, tu écoutes ' Sonic Attraction' en montant le volume juste sous le point de saturation.

Sean bastonne méthodiquement pour introduire 'Animal', la basse sort de sa cage et miss Moon explique... I'm an animal, a fucking animal... et à première vue, il ne s'agit pas d'un petit caniche à sa mémère. Tout en pensant au film Catwoman, tu vois une tigresse indomptable.

Elle rugit d'une voix râpeuse, les guitares aussi,  tandis que le drummer maintient la pression.

Il y a longtemps que l'expression "faible femme" a perdu toute actualité.

Dorénavant tu peux inclure ' Animal' dans ta playlist Girl Power, aux côtés de 'Rebel Girl' de Bikini Kill, de 'Standing In The Way Of Control' de Gossip   ou de toute la discographie de Witch Fever. 

Aucun fléchissement en vue sur  “Gold Record Autograph” au texte qui décrédite le concept de la rock star sur fond power pop speedé .

Ce dernier titre évoque les productions de chez Stiff dans les seventies, les premiers Elvis Costello, les Stiffs, Wreckless Eric  ou  les sulfureux Plasmatics de  Wendy O. Williams.

 

 

 

L'EP fait  à peine dix minutes, elles sont réconfortantes.

 

Suzi Moon est annoncée en Europe cet été, elle prévoit également l'enregistrement d'un premier full LP, qui doit voir le jour dans le courant de l'année.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 16:49
KAMI NO IKARI EP " Hakai "

 KAMI NO IKARI  EP " Hakai " 

 

NoPo

KAMI NO IKARI EP Hakai 2022

Inaugurée dans des conditions optimales au niveau du millésime 20/20, la formation commence d'abord par s'enfermer (et le monde entier avec eux).
Cette situation les a-t-elle énervés? En tous cas, les musiciens de la Capitale donnent dans le deathcore (et âme, pas aux pieds).
On dit mélodique... ça dépend pour qui (ma mère aurait du mal)... Leur CV mentionne leurs origines : Unscarred, du trash, Tiwaz, du heavy metal et Searchlights (inconnu au bataillon).
Toujours est-il qu'on peut les installer parmi les Avatar, After the Burial, Whitechapel et Betraying the Martyrs...

Influencés par le pays du soleil levant, ils appellent leur nouveau groupe Kami No Ikari ou 'la colère des dieux' (ça sent pas vraiment le paradis).

Line-up :
Chant - Yumi Kami ユミ神
Guitare rythmique - Rod ロッド
Guitare-lead - Silvère シルヴェル
Basse - Oni no Jim 鬼のジッム
Batterie - Yohann Dieu ヨハン ヂオー

Quant à 'Hakai' rien à voir avec le froid puisqu'il s'agit de destruction (et ça va s'entendre!).
Au contraire, d'ailleurs sur la pochette rougeoyante (by Benoit Borelli aka @MillyTattoo), des âmes (sensibles s'abstenir!), semblent brûler sur un magma infernal.

Accrochez-vous, c'est parti pour un grand 8!

Une intro cinématique déroule un tapis orchestral avant les explosions.
La rythmique incluant batterie, basse et guitare ensemble, frôle les excès de vitesse.
Rupture, pas forcément conventionnelle, une première guitare entre dans une furie désolante, une seconde gémit (voir le duo de 'guitar playthrough' sur youtube).
Plus loin, un riff interpelle pendant que Rod monte les moellons, puis un solo accablant prouve l'étendue technique de Silvère.
L'instrumental 'Sacrifice' annonce la(es) couleur(s) noir néant... et rouge sang.

Une espèce de boucle enlevée, au violon, guide 'The Apocalypse Now, Not Later'. L'accélération de la double grosse caisse (feat. Krzysztof Klingbein) atteint son maximum, plus vite, on ne distinguera plus rien.
La voix aime les sons caverneux et l'éructation. Les artistes ne nous prennent pas en traitres, l'apocalypse c'est pour maintenant!
Pourtant quelques touches légères au piano surprennent. Une guitare atmosphérique accueille un passage pour faire valser les têtes.
Les cris aigus et graves s'entremêlent réussissant à charmer l'oreille sous les leitmotivs au son de piano et violon. Etonnant autant que décoiffant!

Laisse aller c'est une valse! 'Confession', sorti en vidéo, traine sa désolation sur des cordes désespérées et suicidaires.
La voix démoniaque écorche, parfois en gargouillis. Entre 2 hurlements, la texture mélodique prend aux tripes.

Une guitare atmosphérique se pose sur des frappes lourdes et martiales, accompagnées à la basse et grattes orageuses.
La principale enchaine un riff terrifiant sur un vacarme digne d'un tremblement de terre à la cadence propice au headbang.
Avec 2 hurleurs, Asmo Hunter et Yumi Kami, le chant alterne scream et growl poussés au bord de la déchirure.
La double pédale s'en donne à coeur joie et la lead plombe ses accords. Des choeurs viennent alléger les vocaux sur une trame plus mélodique, presqu'un refrain (!).
A 4'20, Silvère démontre toute sa maitrise par un solo époustouflant. Leur vision guerrière de la 'Human nature' fait peur à entendre.

"Wrath of the Gods" imagé par un clip, démarre en saccades rapprochées sur une batterie apocalyptique. Une voix scandée et criée crache son venin.
Elle hésite et finit par passer au timbre bestial de porc égorgé (merci Ryu Miura of Divinitist!); au milieu de tout ça, la guitare arrache une mélodie sur un riff presque posé.
A mi chemin, des choeurs ouvrent la porte à la lumière dans une douce ambiance japonisante mais c'est pour mieux sombrer dans les ténèbres.
Des frappes mitraillette hachent soudain les vocaux d'outre-tombe et les parpaings de guitare. Le refrain (ben si y'en a un!) essaie de calmer les esprits par un guitar solo de folie djent.


Nul doute que ce son va accrocher les aficionados du métal extrême (déjà 3000 abonnés sur leur FB).
Les musiciens jouent remarquablement bien et produisent des effets telluriques impressionnants.
Si tu aimes l'activité volcanique, cet EP est fait pour toi!


01. Sacrifice
02. The Apocalypse Now, Not Later (feat. Krzysztof Klingbein on drum)
03. Confession
04. Human Nature  (feat Asmo Hunter of Solar Eruption)
05.  Wrath Of The Gods (feat Ryu Miura of Divinitist)
Auto-production, mix Alex Luri

Partager cet article
Repost0
14 mai 2022 6 14 /05 /mai /2022 18:45
Album - Baby Fire – Grace

 Album - Baby Fire Grace 

michel

Off Records/Broken Silence

Il a été enfanté dans la douleur, le dernier album de Baby Fire.

D'abord annoncée en mars, la sortie du disque a été postposée au 6 mai , il aura fallu une césarienne, douloureuse, mais réussie.

Baby Fire avait fêté la sortie de 'Grace'  prématurément lors d'une release party au Brass, le 18 mars, le public s'était déplacé en masse  et à l'issue des différents concerts, de l'expo, ou de la séance de live painting  (Nicole Boitos), une épithète revenait constamment: fantastic!

 

Baby Fire , l'enfant  de  Dominique Van Cappellen-Waldock est en passe de quitter l'école primaire pour entrer au collège, à l'athénée ou au lycée, tu ne te souviens plus de son sexe, ce qui en ces temps de transidentité n'a aucune importance.

On lui compte cinq  avatars désormais: 'No Fear', ' The Red Robe' , ' Gold' , l'extended play 'Searching fior Grace' et enfin' Grace', un titre qui n'a probablement pas été  choisi pour rendre hommage à Grace Kelly.

Dominique a-t-elle la foi?

Croit-elle en l' aide surnaturelle accordée par un Dieu aux hommes pour leur salut, qui doit leur  permettre d'échapper à la damnation.

A-t-elle lu Pascal,  Jansénius ou Heidegger, who knows, anyway the album is called ' Grace'.

 La grâce, c’est la quantité de lumière dans l’âme,  disait un pape, on t'avait dit que Miss Van Cappellen-Waldock  était mystique.

 

Le line-up s'inscrit au féminin: Lucile Beauvais ( aka Lux Montes)  (Guitars,  Synths, Harmonica, Backing Vocals) -  Cécile Gonay (Bass, Violin , Backing Vocals , programming) et Dominique Van Cappellen-Waldock (Guitars, Loops, Theremin, lead vocals).

+ guests: among them: Laetitia Sheriff (‘Eternal’), Mike Moya from Godspeed You! Black Emperor (‘Grace’), and on  'Love',  Eve Libertine (Crass...) and G.W. Sok (ex-The Ex, Oiseaux-Tempête). 

 

Parenthèse, depuis l'enregistrement de l'album, Cécile Gonay ( Seesayle) a quitté ses copines, en bons termes , lors des derniers concerts, elle a été remplacée par Fabian Hidalgo aux drums.

 Tracks - 1. A Spell.  2. Fleur de feu.  3. Love. feat Eve Libertine and G W Sok . 4. This Is a Love Song. 5. Grace feat. Mike Moya  6. Dance! feat. Déhà 7. Prayer 8. Sing in Brightness 9. Like William Blake 10. Eternal feat. Laetitia Sheriff 

 

L' artwork  est toujours signé Alice Smith. 

Une fois n'est pas coutume, l'oeuvre, austère, interpelle à la manière des gravures sur bois de Frans Masereel ou des dessins anatomiques d'  André Vésale.

 

Le recueil commence par ' The Spell' dont les premiers vers   sonnent

... I call thee beloved one to love me more than anyone

 Seven times I pierce thy heart

 Tonight the magic of venus starts...

Dominique reprend presque mot par mot un extrait des Asil Chronicles de Lisa Graziano

I call to thee , unknown beloved 

To love me more than life above 

Seven times tonight I pierce thy heart 

Tonight our souls shall never part...

Imagerie mystique, puisque le coeur de l'immaculée a été transpercé par sept lames, la voix hallucinée de la grande druidesse bruxelloise est bardée d'un choeur féminin hanté, musicalement on ne s'éloigne guère de l'univers post punk angoissé  auquel Baby Fire nous a habitués,  la guitare lacère ton cerveau, tandis qu'un gimmick, train progressant au ralenti pour sortir du tunnel et écraser la pauvre créature, (devenue folle) , vêtue d'une chemise de nuit blanche  qui court en gesticulant, les yeux hagards,   sur les rails  sans se rendre compte que la locomotive maudite approche.

T'as pas vu le film, o k, on ne te narre pas le dénouement.

Les projets imaginés par Dominique sont multiples, on n'en cite que quelques uns Keiki, Naifu, Von Stroheim, Las Vegas, Nutshell, Déhà  + Dominique  Van Cappellen-Waldock ... et récemment Fleur de Feu.

Le concept floral  lui est cher, la seconde plage de l'album a été baptisée ' Fleur de feu ', et voit la Bruxelloise transformée en chaman, elle guérira tes blessures, et tes troubles divers,  par le feu.

Sur percussions entêtantes, la guitare vient te fouetter et les voix blanches vont t'amener à l'autoflagellation, car tu dois expier pour tes innombrables fautes. 

Souvent un parallèle est tracé entre l' univers de Baby Fire et le terrain de jeu d'artistes singuliers, qui ne font aucune concession commerciale,  comme Shannon Wright, P J Harvey, Carla Bozulich, Jarboe,  Jenny Hval, Esmerine ou  Chelsea Wolfe, ' Love',  pour lequel le groupe a fait appel aux voix du néerlandais G W Sok ( The Ex) et de Eve Libertine ( de Crass), qui avait déjà collaboré avec Baby Fire dans le passé, ne démentira pas ces rapprochements. 

La courte et matte  intro  à la guitare  annonce un chant dramatique, à l'arrière percussions indus et harmonica voyageur, accompagnent la prière, puis vient G W Sok   et son couplet narratif, Cécile fait vibrer son violon, Dominique reprend sa litanie, le choeur des damnées l'accompagne, Eve sort des ténèbres pour placer une tirade lyrique, ce mini-opéra te tiendra en haleine pendant quatre minutes.

En réponse à Public Image Limited voici ' This is a love song' ,  ses sonorités stridentes et ses cris étouffés.

Tu dis, William?

Juliette apparut à la fenêtre et Roméo lui déclara sa flamme.

D'accord, c'est peut-être légèrement moins romantique, ici!

Le titletrack ' Grace' ne  renvoie pas vers Jeff Buckley, par contre  Mike Moya manie la lead guitar, le violon de Seesayle lui donne la réplique tandis que Dominique s'épanche sans retenue.

Cette lente marche, tourmentée, va conduire tes pas vers le champ des morts où tu pourras te recueillir sur les tombes de John Keats et  de Lord Byron. 

Pas besoin d'enfiler  tes red shoes to  dance the blues pour te déhancher sur le névrosé et tribal  ' Dance'  qui voit Déhà malmener les percussions.

Une longue amorce caoutchouteuse  ébauche ' Prayer' , une imploration frémissante qui s'achève en spoken word réverbéré.

T'as fermé les yeux, t'as vu comme un fantôme, c'était pas Patrick Swayze, ni la Vierge, t'as pensé à Mike Brant, c'est ma prière, t'as eu peur,  t'as commencé à transpirer, merde, t'avais  bu que trois Scotch, la voix a dit un truc qui ressemblait à peace in ourselves, tu t'es calmé et tu t'es resservi  un pure malt.

 Démarrage grinçant pour ' Sing in Brightness' , suivi par un riff de guitare obsédant, couché sur un coulis de violon spartiate et des voix blêmes, t'as téléphoné à Ernest, tu lui as demandé For Whom the Bell Tolls?

 Pour nous tous, il a répondu.

Comment réagir?

Sing in brightness, il a dit.

T'as pas un air un peu  moins sinistre, t'as demandé, il avait raccroché!

La suite, ' Like William Blake', William était jaloux car t'avais mentionné Keats et Byron.

Et?

Comme lui, je périrai en chantant, pas peur des flammes.

Elle est allumée, te souffle ta compagne.

Tu ne crois pas si bien dire, Jeanne!

Pour le dernier titre de l'album, ' Eternal',  Baby Fire a invité  Laetitia Sheriff.

Vocalises et texte récité, ' Eternal' va te conduire droit vers le royaume  des ensorceleuses maudites, et si Ulysse a pu échapper à l'appel des sirènes, tu ne parviendras pas à te libérer de l'emprise de Baby Fire.  

 

' Grace' , un album incandescent qui doit te permettre de voir la lumière briller du sein des ténèbres.

 Fais gaffe, protège tes yeux!

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2022 3 11 /05 /mai /2022 15:54
EP - Palm Tree on the Drywall - Heidi Serwer

 EP -    Palm Tree on the Drywall  -  Heidi Serwer

 Self Release

michel

Heidi Serwer ... on s'en doutait; le prénom Heidi t'envoie des images d'un mannequin célèbre pour avoir porté de la lingerie finie, aucun rapport.... et puis tu oublies  la petite Heidi, l'héroïne  de Johanna Spyri, pour laquelle tu as versé des larmes à l'époque où tu jouais aux billes.

Heidi Serwer, nous vient de Chicago , singer-songwriter, elle pratique un indie rock mélodieux,  quand elle ne boulotte pas dans l'univers software.

Quelque part on a lu; Serwer has been an active part of the Chicago music scene for over 20 years as a collaborator and performer playing on various venues. 

Il a fallu attendre l'an 2014 , année où les Chicago Bulls ont vu les Cleveland Cavaliers trôner en tête de la Central Division, pour voir Heidi sortir un premier EP ,' Stranger' , après quelques singles, elle lâche 'Let's talk awhile' en 2018, et en 2022 paraît un troisième EP qu'elle a baptisé  'Palm Tree on the Drywall'.

It was inspired by Heidi's deep ties to community music school, The Old Town School of Folk Music, and favorite Chicago band, Wilco, dit la notice qu'on t'a envoyée.

Les titres de cet ouvrage ont été conçus pendant la quarantaine imposée par le covid.

Pour enregistrer l'extended play elle a fait appel à Steve Dawson, qui a produit l'objet et joué de plusieurs instruments ( guitar, bass, percussion, keyboard).

Ce musicien membre de Dolly Varden et de Funeral Bonsai Wedding, a sorti plusieurs albums sous son nom, le dernier, 'At the Bottom of a Canyon in the Branches of a Tree', en 2021.

Les crédits indiquent encore:  Heidi Serwer: vocals, guitar!

Tracks -  Anything Else, But 2:05 

2 Pine Needles 2:57 

3 Paper Flowers 2:27

 4 Palm Tree on the Drywall 4:16 

5 Configurable 3:22 

6 Vitamin D 4:23

 

L'album est glissé dans une pochette  colorée, dominée par un rouge vif,  représentant  des éléments d'un manège, t'as cherché en vain le palmier et le mur, mais t'as lu le titre de l'album et le nom de l'artiste en plein milieu du cadre.

Comme artwork représentant une fête foraine, ' Strange Days' des Doors t'as impressionné davantage. 

“Anything Else, But” démarre, tout en douceur, par quelques notes de piano, une guitare acoustique se fait entendre, puis vient  la voix caressante de Heidi.

Le piano gouverne la composition qui prend de l'ampleur lorsque des cordes habillent gracieusement la mélodie.

Grâce et vulnérabilité sont les premières impressions se dégageant à l'écoute de cette plage intimiste.

'Pine Needles' , qui suit,  est nettement plus musclé, malgré un chant tout en retenue, la guitare jouée en piqué et les percussions simples, mais denses, donnent un caractère rootsy  à un  morceau décoré de délicats atours électroniques et d'un solo de gratte court mais lumineux.

Un titre grisant qui se colle à ton cortex pour ne plus te lâcher.

Des images de Duinbergen, la petite station balnéaire faisant désormais partie de Knokke - le - Zoute, traversent ton cerveau à l'écoute de ' Paper Flowers'. Comme tous les gosses à l'époque, fillettes et garçonnets, tu fabriquais des fleurs en papier que tu marchandais contre de beaux coquillages ( des tellines),.

Le morceau, tendre et fragile,  s'harmonise parfaitement avec ces souvenirs d'enfance, une époque insouciante où notre candeur était synonyme de bonheur et où tu ne savais pas que ' Jolie, petite Sheila' était une cover d'un tube de  Tommy Roe.

Une guitare délicatement pincée accompagne le chant vaporeux,  qui semble  flotter comme un nuage au dessus de l'accompagnement musical, le titletrack du recueil, ' Palm tree on the drywall'  respire la béatitude.

A l'arrière-plan, un coulis de clavier  finit par enrober la plage,  lui donnant la saveur d'un fondant  moelleux et  léger qui ne risque pas d'agresser les foies fragiles.

Oui, tu peux te permettre d'accompagner le gâteau d'un Rivesaltes hors d'âge, ou d'un Moscatel, si tu es Lusitanien.

Toujours en mode dream pop, la jeune maman propose 'Configurable'   à paramétrer selon tes envies.

Le duo hante à nouveau les guitares acoustiques vagabondant sur un fond électronique discret et un drumming délicat, les vocaux, murmurés, intensifient la  touche éthérée de la composition .

 

Au sortir de la pandémie, l' homo sapiens a ressenti un besoin pressant de liberté, le confinement forcé l'a amené à rechercher le soleil, qui procure des ' Vitamin D', c'est par ce titre thérapeutique,  porté par une guitare électrique aux saines saveurs americana  que s'achève un essai louable et esthétique.

 

Heidi Serwer, une artiste à découvrir sans délai.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 avril 2022 4 28 /04 /avril /2022 14:56
EP - No Man Isle – Haunted By Silhouettes

 EP  - No Man IsleHaunted By Silhouettes 

 

NoPo

 

Eclipse Records

HAUNTED BY SILHOUETTES No man Isle EP 2022

Le tronc (trio de racines à l'origine) se développe à Trondheim (Norvège), en 2013.
Le recrutement du guitariste Per Kristian Grimsland impacte positivement la troupe en 2017. Il devient leur engrais puis leur producteur/mixeur.
La parution du clip 'Iskalde Blikk', en Octobre de cette même année, leur donne plus de visibilité et leur apporte leur 1er contrat d'enregistrement (avec le petit label indépendant Rob Mules Records).
Les silhouettes ont bien poussé et ne restent plus dans l'ombre.

Discographie
The Final Mind Plague   EP      2014     
Wrath of Kharon         EP      2017     
Shortcuts to Dead Ends  LP      2018     
The Last Day on Earth   LP      2019     
No man Isle             EP      2022     

Les voilà, 5 velus à présent, prêts à briller chez Eclipse Records :
Mathias Jamtli Rye (Vocals) ; Stian Hoel Fossen (Guitar) ; Per Kristian Grimsland (Guitar) ; Ola Nilsen Kjøren (Bass) ; Håvard Bustad (Drums)

Mathias explique que le disque raconte l'histoire d'un homme divorcé, quittant les siens pour vivre sur une île déserte, où se produisent des choses mystérieuses, semblant liées à la disparition de son oncle au même endroit 40 ans plus tôt.
La pochette pourrait bien représenter ce lieu sur le ciel rougeoyant du soleil couchant, sauf que le personnage au premier plan, perché sur une tête en pierre, ressemble plus à une naïade à peau de bête qu'à un homme velu.
A ses pieds git un poisson. Sa main droite tient une bouteille, brisée en 2, et on peut compter 7 autres bouteilles à la mer (mais que fait la Police?).
La marque blanche (nom + intitulé), s'équilibre en bas au centre de l'image.
Niklas Sundin de Dark Tranquillity (concepteur de design pour son propre groupe ainsi que pour Arch Enemy et In Flames notamment) signe ce dessin.

Les présentations étant faites, la musique collerait-elle aussi bien au métal traditionnel scandinave?
Oui, il peut le dire! Entre In Flames et Soilwork, il reste encore de la place.
Les sillons :
1-Departure
2-Flock
3-Icon
4-Selkie
5-No Man Isle


25 secondes suffisent pour l'intro futuriste avec des bruits de pales d'hélico, un synthé en geyser rectiligne et un battement de monitoring cardiaque ou pas...
L'enchainement vers 'Flock' explose, sans surprise, dans des hurlements à gorge déployée mais abrasive, on a mal pour Mathias. Le riff, tournoyant, décape et la basse canonne.
Le rythme, à double pédale, s'installe confortablement. Les claviers viennent mettre du baume au coeur (mais pas à la gorge) sur le refrain et entonnent une mélodie séduisante.
Tout au bout, le feu s'éteint lentement dans la désolation au milieu de craquements et sursaut de corde à l'agonie (vidéo du titre directed by Stian Hoel Fossen & Mathias Jamtli Rye).

'Icon' remet le couvert sur un magma sombre et heurté, éclaboussé de frappes enroulées et coups de pieds, sans frein, sur double grosse caisse.
Le ton agressif des guitares, élevé en parpaing, impressionne le pavillon qu'il faudra baisser.
A nouveau le clavier adoucit les moeurs et conduit une mélodie mélancolique, sous le chant growlé d'un gros chat fâché.
A mi-morceau, un enchevêtrement clavier guitare, sur bip électronique de moniteur, retient son souffle avant de le recracher comme une nuée brûlante.

Ouverture au piano clinquant puis synthé et grunt en grande pompe, pour accueillir, mesdames et mesdames... Bjoooooorn Strid!
Le suédois m'a toujours convaincu, que ce soit dans son style death avec Soilwork ou AOR avec The Nighflight Orchestra, et je ne suis pas le seul dixit Mathias "To have one of your teenage idol vocalists sing your lyrics was very big for me".
Les soldats prennent le temps de faire un 'Selkie' avec la vedette scandinave.
Le morceau s'engouffre sur de nombreux chemins différents.
On s'enfonce d'abord dans un death caverneux dominé par le chant guttural, alterné au refrain melodic death et l'union remarquable des 2 voix, en harmonie, aussi puissantes qu'opposées, Bjorn n'hésitant pas à monter très haut.
Après 2 minutes un couloir psychédélique conduit à un passage sombre qui finit par déboucher sur la lumière du refrain accrocheur à plusieurs voix dynamiques et s'arrêtant sèchement. Un hit forcément!

For whom the bell tolls? La cloche, le vent et la pluie accompagnent le début de la procession avec un psaume à plusieurs voix claires puis rapidement le chant déchiré gémit, consolé par les choeurs.
Guitare et synthé se mélangent et forment la mélodie tristement assombrie par une basse profonde et une grosse caisse lourde.
Saccadé, 'No man isle' avance comme un ermite en quête de répit. Une belle guitare, sûre d'elle, le guide.
Au milieu, un pont, à guitares délicates, illumine le morceau surtout lorsque le solo intervient. La composition part alors dans une ambiance psychédélique à souhait, délicieusement bercée à l'accordéon celtique.
Une longue et belle conclusion alambiquée dont on peut se délecter sans modération.

Non, le Death Metal de Göteborg n'a pas coulé, ou alors seulement, un peu, sur le superbe buvard de HBS.
Leur death mélodique épique ne demande qu'à ressusciter les morts vivants (ou inversément) et tous les autres 'die hard'.
Après cet apéritif vénéneux, leur prochain Full Length devrait certainement y parvenir!

Partager cet article
Repost0
21 avril 2022 4 21 /04 /avril /2022 08:51
Ralph of London - Yellow Sky Highway - EP

Ralph of London Yellow Sky Highway -  EP

Shit Pop Corporation

michel 

Ralph of London, tu dis, c'est son vrai nom?

Non, d'abord il s'agit d'un groupe, basé du côté de Valenciennes.

Le Ralph (  Raoul) est vraiment originaire de Londres.

 Il est né Ralph Phillips, il a été batteur pour Go-Kart Mozart ( un groupe formé par Lawrence Hayward de Felt), a joué avec Scritti Politti, Hackney Boots, The Proper Ornaments, Ezra Bang and Hot Machine, Bank of Joy,...  avant d'en avoir sa claque de la Tamise et du fog pour venir chercher le soleil du Nord et goûter à la bière brassée par la Choulette, et accessoirement fonder un groupe du cru avec quelques locaux: Ralph of London voit le jour et, à ce jour, a pondu une belle série d'esquisses musicales , on note deux full CD's ( The Potato Kingdom et  Longformacus), des singles et EP's.

En ce doux mois d'avril, arrive,  sur le fil, un nouvel EP : Yellow Sky Highway!

Line-up: Ralph Phillips, vocals, lead gt./ Diane Verspeeten, vocals, keys ( elle officie aussi comme booker)/ Léopold Lecoq, keys, vocals ( cité chez Pom Pom Galli)  et François Berkmans, drums, keys. 

 

Artwork signé Ralph Phillips, très influencé par les shades of grey, peut-être pas 50. Tu cherches en vain le parallèle entre ce tableau abstrait, fait d'un fatras d'éléments végétaux peu distincts et l'autoroute devant mener vers la voûte céleste jaune.

 

tracks-

1 Rose Of Shame 03:25
2 White Bred Blues 04:42
3 Guillotine Kisses 04:24
4 Lys 03:28
5 Flowers Of Edo 03:19
 
Ralph n'a pas à avoir honte pour ' Rose of Shame', le track sautillant qui ouvre  avec brio  l'exercice.
En mode indie pop ensoleillé, porté par une voix sucrée, évoquant Susanna Hoffs et ses copines, Rose of Shame exhale un parfum d'oranger, un arôme  plus familier du côté des collines californiennes que  sur les anciens sites métallurgiques du Nord.
Les guitares aux saveurs garage pop, la batterie croustillante, les choeurs harmonieux et le côté Britpop,  pré-Brexit, enchantent les pavillons et l' âme.
Avril est le mois des cerisiers en fleurs et des jupes tout aussi fleuries, la seule à ne pas goûter aux joies printanières retrouvées est la pauvre Valérie.
Le revers de la médaille: ' White Bred Blues', le cafard  des petits blancs ( where did we go wrong,...)   qui prend des allures Blur,  c'était avant les délires intellectuels de Damon.
Ce faux blues,  mais vrai  synth pop, est  doté d'une pointe de psychédélisme et  orné d'harmonies dignes des Beach Boys ou des Mamans and Papas, une voix off ajoutant un caractère ténébreux  à la plage,  sortie en single précurseur. 
On parlait de psychédélisme et voilà qu'avec 'Guillotine Kisses' on retrouve des sonorités échappées du 'Madcap Laughs' de Syd Barrett.
 Un mélodion enfantin, une voix sortant de la brume, peut-être des allusions  cachées au "Kuss" de Gustav Klimt, tu peux faire de la pop sans être niais.
'Lys' 
 La blancheur de la fleur de lis symbolise  la pureté, l’innocence et la virginité... Sur le feuillet accompagnant le CD, on nous raconte que la chanson est inspirée de l'histoire tragique de Sainte Maria Goretti, qui en 1902,  à douze ans, préféra mourir pour le Christ  plutôt que de céder au péché. 
Le féminicide n'est pas une invention du 21è siècle!
C'est à nouveau Diane qui prête sa voix sur  ce titre sombre et douloureux.
Quand  Ralph  dit avoir beaucoup écouté les Smiths, les Stone Roses ou les La's, tu n'es pas étonné et lorsque Diane cite les Beatles ou Devendra Banhard, tu comprends encore  mieux  d'où vient la richesse de leurs arrangements. 
Direction le Japon pour contempler the ' Flowers of Edo'.
Edo, l'ancien nom de Tokyo, ville qui a connu une kyrielle d'incendies dantesques pendant 267 années.
Edo, ville maudite,  "Fires and quarrels are the flowers of Edo", un peu les Sodome et Gomorrhe  asiates.
Ralph de Valenciennes et ses acolytes nous balancent un pop track, aux allures Tom Tom Club,   à la construction musicale acrobatique et aux harmonies vocales bondissantes.
Une bien belle manière de clôturer un voyage musical, bref mais enrichissant.
 
 
N'oublie pas ton Nikon pour immortaliser toutes les belles choses que tu découvriras.
 
 
Prochain concert le 30 avril à Lille au Cirque en DJ set.
Put on your dancing shoes and dance the blues...
 
 
 
Partager cet article
Repost0
16 avril 2022 6 16 /04 /avril /2022 10:47
EP "Between Shadows" de Mountain Fire

EP "Between Shadows" de Mountain Fire 

 

NoPo

 MOUNTAIN FIRE Between shadows 2022

Les voix de Marie, Myriam (enfin non, pas celle de l'eurovision, ni son mari d'ailleurs!) et Shelly se rejoignent en 2015 dans les Yvelines, 7 ans déjà.
Les copines commencent par des reprises... (pas de chaussettes ou uniquement des noires alors). Avec leurs propres compositions, elles font la première partie de Shake Shake Go en 2018.
Puis elles deviennent les reines de la 8ème édition des Vendredis du Rock à Versailles (Live) en 2019 puis elles gagnent un autre tremplin à Guyancourt pour un bond (James!) démarrage.
Mais stoppées dans leur élan par le machin, elles trouvent les ressources pour dégainer 2 albums juste avant le confinement et 'Echoes' sort le premier en Mai 2021 qu'elles défendent en première partie de Théo Lawrence.

2022, part. two, le feu se glisse entre les ombres... et ces dames, pleines d'énergie, tirent plus vite que leurs ombres si je comprends bien.

Voyons l'étui pour commencer.
Ciel bleu azur sans un seul nuage. Ah si, il y en a trois à l'horizon, blancs et légers (beaucoup plus léger que moi en tous cas lorsque je fais mon jogging).
Les 3 plumes portent des robes de mariées immaculées et la dernière semble carrément décoller. Contrairement à d'autres musiciens bien élevés, elles ne traversent pas sur des passages cloutés mais prennent le gazon de traverse.
La signature, toute aussi blanche, décline élégamment l'identité... missa est. Ecoutons, à présent, siffler les balles musicales!

Ressenti après un premier passage, je pencherais (mais sans tomber) vers le folk chamanique de An Eagle in Your Mind et de sa chanteuse Sophia Djebel
Je citerais aussi Acoustic Ladyland, des voisines aux voix d'ange et avides de reprises bien choisies.

A mon avis, tout seul perso (que je partage), 'Mountain Fire' se situe entre les 2, avec des réminiscences pop sixties tout en restant modernes (mais un peu flower-power quand-même et j'aime).

Myriam Charvet (l’une des 3 et conceptrice du curieux logo) :
"Le logo, inspiré des glyphes alchimiques, est un signe alliant en un symbole la montagne, le tipi, le feu, les 4 éléments comme autant de membres du groupe, et autant de points cardinaux.
Il exprime d’une façon moderne et minimaliste les éléments clés de la mythologie du groupe."

Ok...kay, joli! Essayons de s'y retrouver!

'Down the line' correspond totalement à la pochette par sa légèreté et son côté bucolique.
Vu que je ne suis plus tout neuf, je pense à la magie des voix de Simon et Garfunkel. 'Mountain fire' ravive et actualise ce feu sacré.
Le piano dessine une couche en bas et une couche en haut. La batterie séquence parfaitement. Les cordes de guitare tremblent d'abord brossées, puis au milieu du titre, la gratte électrique joue presque la countrysane.
Les 'ouhouh' donnent une furieuse envie se trouver quelque-part mais où? Autour d’un feu un soir de pleine lune, au fin fond des steppes ou sous les lumières magiques du grand Nord, suggère la biographie du groupe.
On s'en fout, beau c'est!

Une doublette crochetée sur corde de guitare aussitôt troublée par un sombre violoncelle nous emmène dans une clairière. Les rares notes à la guitare électrique touchent en plein coeur à chaque fois.
Les voix n'en font qu'à leur tête mais quelles têtes! Coups de têtes ou serre-tête, têtes en l'air ou tête baissée, à l'unisson, seules, en binôme, en décalé, en cri, toutes les voix, puissantes, bouleversent.
Quand on sait que 'Tide' conte une histoire d’eau, de marée, d’attraction et de détachement, de flux et de reflux, ça vous transporte!

Le piano de 'There's a fire' souffle le duvet sur mes bras, j'en frissonne. Quand les cordes vocales se mettent à vibrer en harmonie, je fonds, je coule, je n' en puis plou...
Lorsque le rythme s'impose, tout le monde se met au diapason. Le clip confirme la complicité entre les 3 potes, pleines d'humour et tournées vers l'essentiel... les sentiments, ici maternels, qui se traduisent dans les textes :
'And maybe I’m shit at showing how I feel and what you mean to me But when I tell you that I love you what I mean is that I’m yours eternally'

La guitare acoustique de 'If I were' me renvoie d'emblée au subtil et dépouillé 'If' de Pink Floyd. Quelle grâce!
Les voix s'étagent, se superposent, se confondent, l'osmose agit en tout instant. Le rythme lent et marqué, comme une valse viennoise, me fait tourbillonner de plaisir.
Lorsque le ton monte en ouah ouah (sans mordre) à mi-morceau et que la profession de foi, en harmonie avec la nature, défile sous une douce pluie au piano, ça nous change la vie :
I  can  be the river I can be the sea , I can be the fire,  the mountain and the tree?  I  can be the bird (Mistakes? Sorry I need to improve my English!)
Le solo de guitare final, lumineux, intervient dans l'écho d'un décor paradisiaque sans dérèglement climatique.

Le premier souffle de 'Vent de haut' me rappelle aussi la guitare aux effets oniriques de Pink Floyd. Elle tapisse alors le sol, sans heurts, et les voix suivent la respiration du vent 'Tant que souffle le vent, faisons résonner nos chants'.
La composition se soulève ensuite dans un rythme tribal et des incantations à tendances chamaniques 'Ho oh hoho Ho oh hoho Strong as the wind blows'.
A ma première écoute, j'ai cru que le titre durait 2 minutes, il en fait près de 5! Un bon signe!

La double couche de guitares, en accords acoustiques et une ligne électrique répétitive, hypnotise aussitôt. Ebloui par les voix lactées, je ressens leur sensibilité à fleur de peau.
L'arrivée crescendo du piano et le touché délicat de la gratte, qui s'envole au firmament, transcendent le morceau qui explose en nova ou en volcan ('Mountain fire' en quelque-sorte).
'Floating Somewhere' empile les voix comme des émotions fortes, un grand moment!

Mountain fire nomme une fleur, Andromède du Japon "Jeunes feuilles rouges, virant au brun châtain lustré, puis au vert tendre, enfin au vert sombre" (Thx Google).
Cette variété de couleurs correspond bien au spectre déployé par les filles. Bon ok, c'était pas mal essayé mais il en manque : y'a aussi le bleu du ciel, le jaune/orange du soleil, le blanc, le rose etc.
Avec cette immersion dans leur musique, j'ai rencontré (virtuellement) des personnes attachantes, tellement sincères et naturelles... des êtres lumineux!
Je n'ai qu'une envie, partager mon émotion et vivre un de leurs futurs concerts (nombreux j'espère) à la première occasion! Bonne route au lucky trio!


1- Down the line
2- Tide
3- There's A Fire
4- If I Were
5- Vent De Haut
6- Floating Somewhere

7- There's A Fire (Radio Edit)
8- Vent De Haut (Radio Edit)
Marie Mathieu (la blonde), chanteuse au clavier et synthé
Myriam Charvet (la brune) au chant et à la guitare
(Funny) Shelly Engels au chant et à la guitare (l'américaine qui cherche à améliorer son français, déjà très bon hein Michel?)
Christophe Thoorens Batterie
Spécial featuring de Sabine Merit au violoncelle sur Tide

Partager cet article
Repost0
14 avril 2022 4 14 /04 /avril /2022 14:00
Album- Demons – Violet Blend

 Album-  DemonsViolet Blend 

 

Eclipse Records

 

NoPo

VIOLET BLEND Demons 2022

Né à Florence en 2014, le groupe publie le nerveux 'White Mask' en 2018 et cette année 2022, encore plus démonté, il passe aux démons, une progression palpable à l'oreille.
Les compositions et l'interprétation ont muri, tendant vers leur couleur sang fétiche, en particulier, les vocaux(agulent), gorgés d'assurance.
Violet (comme Benjamin), le couvre disque fait un espèce d'inventaire, bien aligné, des masques de démons issus de nombreuses cultures (mythologie grecque, empire aztèque, Inde...).
13 masques, un par chanson plus le loup vénitien rappelant 'White Mask'! VIOLET BLEND' signe en blanc en bas à droite.


Dès les premières secondes, on se dit qu'on ne va pas s'ennuyer. Le riff de guitare acéré déchire la chemise et la fait tomber en lambeaux.
La batterie, aussitôt explosive, ne perd pas de temps et la voix de Giada s'impose par sa grande puissance. 'All that I want is just Rock&Roll' qu'elle dit.
Le morceau, en effet, frappe tout autant qu'un certain 'I love R&R', tube en son temps. 'Rock DJ' emporte tout sur son bref passage (2'20) offrant même un solo laser... un futur classique!.
Ce 1er titre correspond à Bes, l'égyptien, protecteur des foyers (devenu symbole des plaisirs de la vie).
Le clip présente les musiciens dans leur couleur (le pourpre cardinalice) jouant de leurs instruments et passant, comme par magie, d'une pièce à l'autre (même exigües).

Yeah, encore un riff tranchant de Daniele, simple et terriblement efficace! Michel cogne rudement mais que dire des gifles distribuées par le chant tonitruant de la blonde?
Tout comme le premier titre, le morceau joue sur des alternances entre orchestration sèche et brute puis reprises tous instruments chargés, baïonnette au canon.
'He Said He Was Pregnant', il a un problème le gars, les Italiens vont le régler...

'Among All These Fools' met en avant la basse vrombissante et épatante de Ferruccio, en osmose avec Michel et ses baguettes virevoltantes. Des touches au piano parsèment et aèrent un magma épais.
Un synthé donne cette fois plus d'emphase à la composition qu'on pourrait prêter à Within Temptation. Le refrain met en avant une mélodie si séduisante qu'on y retourne avec facilité.
Le démon? Le féroce japonais Oni (soit qui mal y pense évidemment!).
Angelo Mura met en scène, dans le clip, le déroulement d'une enquête d'experts sur un crime dont Giada est la victime.

Le piano en dentelles de 'I’m Only Happy When I’m Drunk' (impossible de na pas penser au film danois réduit au dernier adjectif!) déverse sa mélancolie sur une brume synthétique.
L'enchainement sur des claquements électroniques et la montée prennent la direction d'Evanescence.
La voix se dédouble par instants et l'énergie qu'elle dégage ne faiblit jamais. Pourtant le sombre l'emporte... sans la fermer 'And I fall down I fall down... I just need to slow down'.

Voici l'entrebaillement, les paroles le confirment 'Never gonna drink again' mais c'est difficile de s'en sortir.
'Need', aussi vicieux que les serpent de Médusa (la gorgone grecque), développe des accords maussades à la guitare. La frappe lourde et la basse des bas-fonds semblent là pour un enterrement.
Chant puissant et gratte incisive secouent le refrain fiévreux mais le morceau reste globalement dramatique.
Le film (Angelo Mura), tourné dans la superbe Biblioteca Riccardiana (Florence), montre la chanteuse (en robe... pourpre), les yeux révulsés, comme possédée.

'Morning' prolonge une ambiance triste, présente dans les paroles 'Born alone and left to die', augmentée par un balancement pesant avec une basse très enveloppante.
Lorsque les choeurs viennent prêter corde forte au chant de Giada, proche d'Amy Lee, et que d'autres cordes viennent se mêler aux douleurs de l'âme, le morceau devient prenant, plus encore au final en piano/voix.

Ouh, cette intro, quasi tragique, à la basse rebondissante sous les frappes sèches de la caisse claire!
La guitare ponctue le timbre solennel de la chanteuse. Sur le refrain épique, aux multiples voix, ça s'agite avant la conclusion dans un seul mot a capella 'Pray'.

'La Donna Mobile' (lié à l'hindou Kali) reprend Verdi (là où il en était resté?). J'avoue que ça surprend et ne ressemble absolument pas aux covers classiques démonstratifs de Yngwie Malmsteen ou Ritchie Blackmore.
Le clip est filmé au très beau théâtre de Verdi à Florence et le groupe dirigé par maestra Gianna Fratta, alignée aux couleurs du groupe pour l'occasion, et dans un but louable "La Donna Mobile - Campaign against gender discrimination and violence”.

'Earth' bien que lourd, n'en fait pas des tonnes sauf, la batterie qui tonne (sans sourire bien sûr!), extrêmement prolixe.
Les arrangements sonnent modernes prenant des teintes Amaranthe et la guitare plie sous des effets électroniques.

Une ballade fluide en italien, 'Muoio in un Bicchiere', arrive à point nommé pour reprendre son souffle. L'instrumentation comporte un piano omniprésent et une guitare acoustique.
La rythmique n'insiste pas. L'accent transalpin trouble plaisamment et nous emmène vers un coucher de soleil...

'Smell Like The Hospitals' ne peut que rappeler des esprits adolescents dans le texte.
L'intro grand piano/voix, saupoudrée de choeurs, repousse la guitare agressive un moment. Elle finit par prendre sa place à mi-morceau dans l'alternance.

Des notes de piano, cachées derrière une instrumentation musclée... 'A part of me' joue sur l'explosivité. La batterie tempétueuse roule portée par les sinusoïdes à la basse.
Vivacité dans les textes en boucle 'You want a part of me'! La composition entre dans le crâne, accrocheuse en diable, et n'en sort plus!

'In Mezzo ai Folli' correspond à la version italienne de 'Among these Fools'. La langue italienne adoucit cette fois l'orchestration massive.



L'album file en un clin d'oeil avec des plages allant de 2'20 à 3'34 (un vrai désert!).
Un excellent dopage si vous êtes (comme moi) sous l'emprise du virus. Un jus délicieux de violettes italiennes épicées qui contient sa dose de vitamines!


1. Rock DJ
2. He Said He Was Pregnant
3. Among All These Fools
4. I’m Only Happy When I’m Drunk
5. Need
6. Morning
7. Pray
8. La Donna Mobile
9. Earth
10. Muoio in un Bicchiere
11. Smell Like The Hospitals
12. A Part of Me
13. In Mezzo ai Folli
Violet Blend is Giada Celeste Chelli (vocals and piano), Michel Agostini (drums), Ferruccio Baroni (bass) and Daniele Cristellon (guitar). Demons was recorded by Alessandro Del Vecchio (L.A. Guns, Quiet Riot)

Partager cet article
Repost0
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 15:56
Album - Wave 21 - Brace Yourself

Album - Wave 21 - Brace Yourself

 

michel

Wave 21 Records  

Qu'attends-tu d'un groupe qui a choisi Wave 21 comme dénomination?

Pas du rap ou du slam, mais vraisemblablement  de la synth pop, de la  wave quelque chose ( cold, dark, new, gothic, ethereal...) éventuellement de l'ambient, du post punk ou du post rock...

Même pas, le groupe de Montréal s'ébat dans l'univers country rock, alors pourquoi ce nom?

Stefan Doroschuk,le père de la frontlady Mary-Lynn Doroschuk, et d'ailleurs bassiste du combo, et son frangin, Ivan ( tonton de la petite, donc),  étaient les têtes pensantes de Men Without Hats ( si, si tu connais: The Safety Dance, c'est eux)  et ils s'avèrent que, à l'origine, les hommes sans coiffe se nommaient Wave 21, fifille a décidé de reprendre ce patronyme.

Le groupe sort un premier album fin 2017, avec l'exubérant 'Ya Ya Ya' comme single  accrocheur, à l'époque Emmy-Lou, la soeur de Mary-Lynn faisait encore partie du combo.

2021, un second recueil est dans les bacs, ' Brace Yourself', le line-up se lit désormais Mary-Lynn Doroschuk ( lead vocals, acoustic guitar) -  Stefan Doroschuk ( bass, vocals, guitar, violin, banjo)  - John Henri Macomber IV ( keys, vocals) -  Alex Crowe ( electric guitar, vocals) -  Michel Paradis ( drums).

Emmy-Lou Doroschuk qui chantait et jouait des claviers ne se voit plus sur les photos du groupe.

 Track listing:
01 – My Latest Song For You
02 – All Over & Over (Feat. Sam Roberts Band)
03 – Whenever You’re Near
04 – Stay The Night
05 – Way Far Back (Feat. Steve Hill)
06 – Long May You Love
07 – Why Does It Happen
08 – The White Wings Of An Angel
09 – Dreams
10 – Over The Moon

 

La pochette, tout comme le nom du combo, t'induit en erreur  quant au contenu.

Pas de cowboys ou cowgirls affublés d'un Stetson et portant santiags , mais un design new wave  fait d'un cercle rose sur fond noir,  le nom du groupe et un signe cabalistique  s'insèrent dans l'anneau, ils sont séparés par une ligne ouverte,  blanche,  partant en courbe pour finir droite. 

L'album ouvre sur ' My latest song for you', un country pop sémillant qui t'invite à le fredonner en sifflotant une boisson fraîche et en écoutant, d'une autre oreille, le gazon pousser dans le pré voisin.

Un titre qui respire la bonne humeur et l'air sain des plaines canadiennes. 

Pour  'All Over & Over', le Sam Roberts  du Sam Roberts Band, des stars au Québec, est venu prêté main forte à Mary-Lynn and co.

Résultat, un country rock pur jus , entraînant et bourré d'harmonies vocales enthousiastes,.

La guitare acoustique est mise en avant-plan, de même que la voix nashvillienne de Mary- Lynn, à l'arrière,  les copains maçonnent un fond sautillant, soudain, une voix off délivre un message que tu n'as pas pu déchiffrer, la chanteuse n'y prête guère attention et reprend son laïus pour mener le roots rock à son terme.  

Country music est souvent  synonyme de romances  collantes, ' Whenever you're near' répond à ce tableau. 

De Tammy Wynette, à Dolly Parton en n'oubliant pas Loretta Lynn, Patsy Cline, Crystal Gayle ou  Kacey Musgraves ou Miranda Lambert ( pour la nouvelle vague), elles ont toutes inclus une chanson d'amour larmoyante dans leur répertoire.

L'accompagnement sonore,  finement orchestré, avec une place prépondérante pour les claviers, permet la mise en valeur de la voix passionnée de la chanteuse.

Whenever you're near I have no fear... ne va pas lui valoir le prix Nobel de littérature mais va faire pleurer quelques âmes sensibles.

Et si tu restais la nuit!

C'est une invitation?

Oui,  ' Stay the Night',  qui débute par un sifflement racoleur, continue en mode country rock, tendance bluegrass avec l'apport du banjo.

Pour donner plus de poids à son propos implorant, la voix de la blonde Mary-Lynn se fait chevrotante, sans perdre une once de conviction.

Tu paries combien que le mec va se laisser avoir et passer la nuit avec elle!

Les guitares sont à la fête sur la suivante, 'Way far back'  qui accueille la six-cordes de guitar hero  Steve Hill.

Il s'agit sans conteste du titre le plus remuant de la rondelle ,  offrant à la fois des relents Creedence, The Outlaws ou   The Marshall Tucker Band, mais avec une voix féminine.

Le Loner  chantait 'Long May You Run', Wave 21  ajuste l'intitulé pour proposer ' Long May You Love' ,pour en faire un gospel country délicieusement retro.

La plage se scinde en deux mouvements distincts, un premier relativement pâteux, poussé par une chorale  aimable  et un second , décoré d'un solo incisif,  bien plus  fougueux. 

“Why Does It Happen” joue la carte country pop et met toujours en évidence la voix expressive de la frontlady.

Les garçons assurent les backings en sourdine, tout en habillant discrètement la mélodie, portée par une acoustique omniprésente.

'The White Wings Of An Angel' dégouline de pathos. 

Le chant poignant,  les choeurs tragiques, la guitare plaintive accentuent  le côté dramatique de cette composition qui remue les tripes.

Avant de proposer une dernière composition du cru, Wave 21 reprend ' Dreams' de Fleetwood Mac, sans trahir l'original mais en y ajoutant une touche personnelle.

La romance '  Over The Moon'  conclut un album qui n'a pas l'intention de révolutionner l'univers country mais qui a le mérite de se laisser écouter sans éprouver de sensation d'ennui ou d'écoeurement, l'enthousiasme dont le groupe fait preuve et les  qualités vocales de Miss Doroschuk devraient leur permettre d'aller au delà d'une notoriété toute locale.

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents