Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 12:36

 Humeurs: Piero Kenroll

 

PLEIN L’OREILLE
Ma re… découverte de 2013, c’était Ken Hensley.

1522137_1392740054309815_1299262271_n.jpg

Le gars a été le claviériste et, surtout, le principal compositeur de premiers hits d’Uriah Heep. Il avait quitté le groupe en 1980 pour rejoindre Blackfoot puis se lancer dans une carrière solo pas particulièrement couronnée de succès. 

Scan1.JPG

Il semble qu’après quelques pérégrinations Hensley se soit établi en Espagne et associé à un groupe baptisé Live Fire

 

 

R-3379278-1328087793.jpeg

Je suis tombé par hasard sur le double live qu’ils ont sorti en 2013 et j’ai pris un pied d’enfer.

 Non seulement ils reprenaient avec panache quelques « classiques » du Heep (comme « July Morning », « Easy Living », « Gipsy » etc.) mais il y avait foison d’autres compositions tout aussi époustouflantes dont j’ignorais l’existence.

 Ça n’a pas duré.

 Je me suis immédiatement lancé dans l’écoute de leur deux récents albums studio (« Faster » et « Trouble ») qui n’ont fait qu’ajouter à mon plaisir. 

Sur ma lancée j’ai écouté les albums d’Hensley seul de ces dernières années et j’ai été enthousiasmé. Non seulement ce type est un multi-instrumentiste épatant, un chanteur convaincant mais il est devenu un compositeur de première force, capable de pondre des mélodies accrocheuses dans n’importe quel registre. 

Vrai ! 

Ça va du pur pop au metal en passant par de la dance irrésistible, du prog ou des chansons à texte touchantes. 

Un régal pour ceux qui comme moi, adorent la versatilité. 

Hensley fait aujourd’hui partie de ces surdoués qui touchent à tout avec bonheur. 

Il y a même été d’un album concept, « Blood On The Highway(2007) » qui raconte sa propre histoire : celle d’un membre d’un groupe en pleine gloire qui le quitte et sombre peu à peu dans l’oubli.

 

dancelim.jpg

 Il est plus que temps de changer cela. Je vous recommande donc aussi « Love And Other Mysteries (2012) », »Cold Autumn Sunday » (2005), et “The Last Dance” (2003) pour vous faire une idée de ses capacités actuelles et, à côté de ça il y a encore une dizaine d’albums seuls ou en collaboration qui vous attendent si, comme moi, vous êtes convaincus qu’Hensley mérite pleinement son surnom de Wizard.

 

Piero Kenroll

Repost 0
Published by Piero Kenroll - dans Humeurs
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 15:29

 The Abelians et les Soirées Cerises, c'est Shah Jahan et Mumtaz Mahal, le Duc de Windsor et Wallis Simpson, Tristan et Iseult, ou, pour ne blesser personne, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud... leur histoire d'amour dure depuis près de quatre ans!

Tu n'avais plus croisé le groupe progrock depuis une soirée de juillet 2011 au Libre Air à Saint-Gilles.

Leur passage au Rock Classic te donne l'occasion de voir la nouvelle mouture des abéliens.

Isomorphes?

Non, Bruxellois!

Much water under the bridges durant les 30 derniers mois, exit  JR Dierickx ( JPsy) et Christian Lynge, désormais les vocaux sont assurés par Sebastien François ( chanteur de Purple Years, a Tribute to Deep Purple) et derrière les fûts, apparition d'une touche féminine, la percutante ( oui, oui Steven, on ajoute et très séduisante)  Daphné Svanias ( Unhealthy, Voltrage... soit un background hard rock!). Le mètre 98, Nathan Goldman, guitars - Jonathan-Jefferson Bridoux, alias Louis Couperin, aux claviers et Alberto Marchetti, aka A. Kurtz don't call me Kojak, or Ben Kingsley,  à la basse, sont toujours présents.

DSC05629.JPG

 

DSC05557.JPGQuelques godets en compagnie de Steven et madame, Walter et la Hollande et Yves, fidèle à Hoegaerden, Fred Cerise prenant soin du fond sonore ( j'ai bricolé une compil dans le genre du groupe... tu parles Soft Cell, Creedence Clearwater Revival, Edwyn Collins, il n'y a pas mieux comme space rock) bonjour Corentin, il est 21h30', le rade est bondé, la fête peut commencer!

Une  ouverture étirée amorce ' Bathroom Tale', si les 'Tales from Topographic Oceans' de Yes font 81:15, il faudra attendre une bonne dizaine de minutes avant de vider la baignoire des Abelians.

Tous les éléments du rock symphonique sont présents, une composition/sonate complexe faite de mouvements lents ou agités, bucoliques ou jazz fusion, une armature rythmique cohérente, des vocaux à la croisée des timbres de Greg Lake,  Jon Anderson ou de Justin Hayward.

Comme en 2011, la magie opère!

Tu dis, Gaspard?

Camel, oui, mais aussi Le Orme, Genesis, bien sûr, Barclay James Harvest et tout ce qui se veut progressive ou DSC05607.JPGEurorock.

 D'une démarche feutrée les 'Red Tigers' quittent la savane, sur fond baroque d'orgue Fantaisie et Fugue en sol poli, le chant se fait ' Hang on to a dream' version The Nice ou 'Melancholy Man' des Moody Blues, la guitare plane à la sauce Gilmour , quand soudain un pied écrase la wah wah, les mangeurs d'homme s'ébattent désormais en mode fusion à la Gentle Giant.

Fatigués, les mammifères récupèrent pendant un break Wakeman, concocté par J J Bridoux, puis une nouvelle cavalcade et un final planant.

Quel film!

A la majesté explosive de 'From a single tear'  succède 'Evil talk' et ses sonorités de harpsichord vite remplacées par une démonstration d'Alberto, digne des meilleurs moments de John Wetton.

On n'avait pas encore mentionné King Crimson, c'est fait!

' Without a word'.

DSC05589.JPGBirdy?

 Hey you can tell the world

That you're leaving

And you can pack your bags

And spread your wings...

Non, une ballade pastorale, une rêverie...chamber music for organ, drums, guitar and bass with some peaceful vocals.

Une nouvelle composition, 'Hidden rainbows', dominée par la frappe lourde de la frêle Daphné, guitare et basse dirigent l'astronef, t'as vu l'arc lumineux, là, derrière le nuage, l'orgue voltige, le chant inquiète, t'avais dans l'idée d'étancher une soudaine soif, le bar se trouve à une distance approximative de  1,316 parsec.

On attendra le retour sur terre.

Là-haut, t'entends 'Two shadows', un aria floydien, lent, aérien et brumeux.

 En fermant les yeux  tu peux voir Marie-Antoinette et Louis XVI esquisser un menuet courtois pendant  'You Say', tandisDSC05545.JPG que Rameau trempe les lèvres dans un verre de frais Vouvray.

 Nath amorce, sournoisement, une variation Led Zep pas catholique, les bruitages de 'Whole Lotta Love' bousculent la cour, Rameau réapparaît et ordonne la reprise de la danse noble, tu parles, il a à peine tourné le dos que les exécutants cravachent méchant.

Une montée en puissance aux relents jam mixant  prog et  funk, c'est la folie chez les courtisans qui s'ébrouent comme la populace la plus vulgaire.

Furax, le maître de danse exige la reprise du thème.

Ainsi fut fait.

DSC05608.JPG

DSC05611.JPG

'Born on a windy night', l'accouchement a pris du temps... contractions, cris, pleurs et crispations avant l'expulsion, dehors Eole dirige un ballet agité.

La dernière, 'Noemy's Sky'.

 Au lieu de citer Robert Fripp, Peter Hammill , Tai Phong , Popol Vuh... on va ressusciter quelques prophètes nationaux: Lagger Blues Machine, Waterloo, Kandahar, Machiavel du temps de Letecheur, Pazop ou Banzaï...l'âge d'or selon certains!

DSC05559.JPG

Gros succès, mille fois mérité!

DSC05613.JPG

Yves: t'en bois encore une?

On s'est arrêté à cinq, on devient vieux!

DSC05616.JPG

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 14:41

 

Sarah Letor, que dit la presse...

Une des artistes à suivre ces prochains mois. Incontournable! ( BSC News)

 Son album « Again », en phase avec sa voix rare, son univers singulier, nous fait voyager dans l'histoire de la pop/soul, du blues et du romantisme des années 30' à travers des arrangements très colorés.( Jazz in Belgium).

Un style un peu jazz, un peu pop folk, une voix chaude et une personnalité pétillante. Voilà ce qui caractérise Sarah Letor.( L'Avenir.net)

 Sarah Letor séduit toutes les oreilles qui croisent son chemin avec sa voix chaude et ses intonations jazzy.( La Capitale).

La voix, c’est le reflet de l’âme, ce qu’il y a de plus personnel ( Sarah Letor)....

1474434_1443769392503521_452643051_n.jpg

On y va, JP?

Ja!

On n'est pas les seuls, l'écriteau 'Complet' se lit à l'accueil du plus cosy jazz club de la capitale, le  Music Village!

Vous devez rester au comptoir, nous souffle Etienne... on demandait pas mieux!

1544517_1443767852503675_803965439_n.jpg

1544371 1443769005836893 196350369 n21h15', le band, pas des bourrins, en piste: mon homme ( merci, Edith), Hervé Letor, vu avec Mongoose il y a des années (saxophones, flûte, cajon, guitares), Olivier Bodson (trumpet, bugle, guitar) vu avec Lavilliers, Hervé Noirot (piano, organ), Fabrizio Erba (bass, double bass) et Samuel Rafalovicz (drums), ils sont  suivis de la souriante Sarah, look Betty Boop sapée glamour.

Au menu du jour, l'interprétation du second opus (vraiment pedzouille, ce terme) 'Again', le premier 'A Love So Great' étant occulté.

Go.. L' ensoleillé 'I believe it'... Always Look on the Bright Side of Life..... I believe in you, I believe in me, I believe in Love... pa, pa, pa, pa...une friandise irrésistible aux saveurs Katy Perry, Lily Allen en tenant compte que Sarah est gratifiée d'un timbre plus soul que les précitées.

Le downtempo 'Your home' joue la carte blue eyed soul du 21è siècle, catégorie Adele, Duffy et, dans une moindre mesure, Joss Stone, l'approche de la Signora Letor étant plus poppy.

Petite guitare hispanisante, ' Music's kingdom', mieux que Caro Emerald.

 La petite sait comment manier les foules, le Village est transformé en volée de moineaux 1487246_1443768022503658_1928424616_n.jpgpicorant sans crainte dans la main tendue par la pétulante femme-enfant.

Un petit tour à la New-Orleans, le formidable jazz 'Whenever', permettant la mise en évidence du band.

Faudrait que l'Armée du Salut engage Sarah Letor and co., la Marmite de Noël devrait faire le plein!

Virage romantic mood avec la valse chatoyante,  'Again' , à écouter au clair de lune, au Vermont de préférence, en tenant une main bien aimée dans ta patoche plébéienne.

Toujours dans la veine Broadway ballad susurrée d'un timbre plus proche d'Amy Winehouse que de Julie Andrews, le dreamy 'Sitting on the white cloud' termine le premier set, généreusement applaudi.

Séances dédicaces multilingues et sourires complices!

1545172_1443769129170214_932766783_n.jpg

Set 2

Il démarre par un cri de 'Joy'. Sur ton écran cérébral, en noir et blanc, des images de la grande  Dusty Springfield.

' Made in love', Sarah's Soul Sessions et une magnifique envolée du sax conjugal, un grand titre!

Quelqu'un qui choisit de reprendre Asaf Avidan mérite le respect, une version étonnante de 'One Day'.

Retour à l'album, le uptempo soul/rock 'Mister Road'.

Elle est marrante, Sarah, sa joie de vivre est communicative, le club vibre et bat des mains, L'ambiance montera encore d'un cran avec le singalong effervescent 'Anyway', un futur hit!

1504119_1443768202503640_139345077_n.jpg

 

1499638_1443769089170218_1016640340_n.jpg

La seconde mi-temps prend fin avec le hitsingle 'No Limit' qu'un public bon enfant reprend en choeur.

1527025_1443769189170208_548273387_n.jpg

Etienne te confie: d'habitude pas mal de clients quittent le coin après le second set. Il te faut à peine cinq doigts pour dénombrer les déserteurs, c'est dire que la pétillante Sarah fait l'unanimité.

1525136_1443768745836919_304781824_n.jpg

Set 3

Comme le veut la politique maison!

Question, que vont-ils interpréter, tout l'album y est passé!

Cover time en débutant par un classique du female jazz, ' My baby just cares for me', moins noir que Nina Simone, mais surtout un prétexte pour permettre aux musiciens de se lâcher.

Bodson ne s'en prive pas, une juteuse fugue de la trompette!

Second standard, 'Comes Love' ( Billie Holiday, Dianne Reeves, Ella Fitzgerald etc...).

Vous auriez pu m'attendre, merde, les lyrics étaient enfoui dans mon petit sac à main.

Hervé au soprano est relayé par Monsieur Bodson qui s'écarte du sujet pour envoyer quelques bribes de 'Summertime',  Sarah assise sur le cajon admire la dextérité de la troupe.

Deux possibilités, vous cochez la case jazz covers ou celle d'une relecture de certaines plages de l'album.

Le public, étant axé pop ce soir, choisit l'album.

Une version la chorale de la paroisse maltraite 'I believe it' sous le sourire narquois d'Olivier Bodson travesti en ballerine chauve, puis, spéciale dédicace pour une fillette fêtant son anniversaire, ' Anyway' et  pour affronter la route, le dramatique ' Music's kingdom' devait être la dernière de la soirée.

1510836_1443768932503567_1631878738_n.jpg
Quoi, vous en voulez encore une... OK, une berceuse de Noël, 'Again', amorcée par un  'La vie en rose' légèrement hésitant.

1517432_1443769329170194_1864072222_n.jpg
D'excellents musiciens, une voix formidable et une touchante spontanéité!

Tu dis,  Barbra?

 A star is born!

 

Photos: JP DANIELS



Repost 0
Published by Michel- photos: JP Daniels - dans Concerts
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 15:21

Euh, t'es certain de sortir en bermuda et Hawaiian shirt et t'as exhumé le casque colonial britannique de ton grand-père, ça va pas la tête?

Bébé, ce soir is  a night of tropical splendor, The Left Arm of Buddha envahit le Bar du Matin! 

013.JPG

Un Bar du Matin blindé comme aux plus beaux jours, il faut jouer du coude pour atteindre le comptoir et te commander un zombie sans lime juice.

21h15' sur l'écran, un générique ' The Left Arm of Buddha' , a  90 minutes movie en 3 D! 

041-copie-1.JPGPas eu le temps de lire qui avait signé le scénario...  Ugo Liberatore? Harold D. Schuster? Hal Walker?  Byron Haskin?

Une panoplie complète de monstres, de pin-ups dansant pour un maharaja au regard aussi lubrique que cruel, quelques najas ou caïmans pas sympathiques, une tribu d'anthropophages ignorant les problèmes de cholestérol, des naïades sculpturales, des Polynésiens tout droit sortis d'un tiki-bar, un ou deux Tarzans, des pirogues descendant un fleuve exotique, des chutes vertigineuses... bref un condensé à rendre jaloux Cecil B.DeMille.

Pour le soundtrack, huit musiciens et pour ceux  pour lesquels le cinémascope est synonyme d'urticaire, une affriolante danseuse élégamment dévêtue: Alissa the Flame of Cairo. 

Line-up: surf guitar Michaël Bridoux, saxophoniste tenor ou soprano David Loos, baritone saxophonist et flûte Nicolas Talbot, marimba Damien Delvaux, contrebasse Christophe Collignon, keyboards  Antoine Lafontaine,  drummer Nicolas Léonard et aux Latin 054.JPGpercussions Pierrot Delor.

Des antécédents?

Bridoux, oublie le saucisson, The Moon Invaders ou The Caroloregians - Loos, oublie le speculoos:

The Moon Invaders - Talbot, oublie Tintin, Wild Boar and Bull Brass Band - le surréaliste Delvaux, l'Orchestre à vents de l’IMEP - Collignon n'est pas député, il tient la basse chez Lady F - Lafontaine pianote dans le Nu Jazz Project - Monseigneur Léonard tambourine chez les Moon Invaders et Delor, non Jacques prend s, joue e.a. avec Cave Canem!

062.JPG

015.JPG'Sebastian' un premier mambo dans la lignée de Yma Sumac entame la sauterie space age pop/ exotica.

Palmiers, plages de sable fin, bruissements de  mandibules de lucanes ou autres coléoptères pas indigènes, quelques créatures pas apprivoisées, si  t'es du côté de Dieudonné, tu diras des sauvages, sinon tu t'abstiens et tu restes politiquement correct... welcome in the glorious fifties, avanti pour un trip coloré et sensuel!

Première apparition de la flamme cairote pour un fluide sharqi,  'Lolitas'

Tu dis, Nagwa... la fille est trop filiforme... ma chère, nous sommes en 2013 pas en 1952, ventre plat et  thigh gap!

'Fatima the dreamer'!

C'est pas des Bikinis? 

Si, cool beach music, mais pas de bikini pour Fatima!

Bongos en folie, flûte Jungle Book: ' Sher Khan' et un 'Arabian Jerk' bien moite et groovy avec un son d'orgue à rendre jaloux Simon Rigot des Kriminal Hammond Inferno.

032.JPG

019.JPG

Un petit tour à Cuba avec 'Tabou' offrant des relents 'Tequila' des Champs.

Retour d'Alissa, voilée pour la circonstance, 'Caïro Bazar',  suivi du collant 'Black Panther'.

' Soul sea adventures' rappelle en toi ( God knows why) 'Le Gentleman de Cocody' de Christian Jaque, musique Michel 055.JPGMagne, un chef-d'oeuvre!

Enchaînement swing, 'Spanish onions'( sur leur bandcamp 'spinach onions'), aussi succulent que les 'Cornichons' de Nino Ferrer.

'Drums a gogo' sera tribal, tandis que ' Misirlou' entame une suite mixant Latin jazz avec les  Mille et Une Nuits, voyant le petit rat transformé(e) en  perfide Shéhérazade, ' Jungle Fantasy' la voit regagner les coulisses.

' Left arm of Buddha'  a spooky tune du maître du genre, Les Baxter and his Orchestra.

' Fortune Cookie' est amorcé par un duel percus/drums pendant que sur l'écran d'audacieuses embarcations défient des eaux tumultueuses.

Aïe, problèmes techniques, le piano électrique est inaudible, un saurien ricane derrière la contrebasse avant de se glisser dans un flot marécageux.

Un sorcier local rafistole l'orgue, la croisière redémarre, ' Burma train' ( Martin Denny), à droite des gibbons, ne pas nourrir svp!, à gauche Cal Tjader.

Tous aux abris, un 'Cyclone' est annoncé.

Mambo time, 'I surrender dear', à écouter sur "Persuasive Percussion" de Terry Snyder And The All Stars ( 1959).

Toujours aussi épicé: 'Bandidos' - le tasty ' Shish Kha Bop' avec les circonvolutions de l'appétissante Alissa pour faire passer les piments - ' Come with me', je vide ma bière, j'enfile mon paletot et je te suis - un 'Congo Train' ( Martin Denny) qui a probablement  influencé Herb Alpert et son Tijuana Brass et pour finir avec la danseuse vêtue de noix de coco, une escale au Pakistan: ' Cricket of Karachi'.

059.JPG

Le Bar du Matin rappelle la clique à Boudha qui nous balance un dernier 'Jungle' mambo exubérant!

077.JPG

Spectacle hautement divertissant.

 C'est à regret que tu quittes les températures tropicales et les Hollywood starlettes des années cinquante pour regagner ta petite auto puis le lit conjugal!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 10:15

Il y a deux jours la singer- songwriter Sarah McQuaid affichait sur  le journal de son facebook: "So sorry to read of the death early this morning of Sarah Elizabeth Campbell. I did a spot at a songwriter night she hosted in Austin around 3 years ago and have kept in touch with her via Facebook ever since. I'll miss seeing her regular "Goodnight Moon" posts here. So sad."

1000401.jpg

 

 Sarah Elizabeth Campbell avait 60 ans, elle est décédée des suites d'un cancer au foie.

Si Sarah Elizabeth était peu  connue de ce côté de l'Atlantique, elle était considérée comme une icône de la Austin scene.

Dans les seventies elle joue avec le bluegrass band  The Fiddlesticks pour revenir à Austin une dizaine d'années plus tard et entamer une carrière de singer-songwriter.

Son premier album solo 'Little Tenderness' sort en 1990.

Le CD 'Running With You' sera nominé pour le Best Folk Album of the Year NAIRD Award.

Plusieurs de ses titres ont été repris par de grands noms de la scène country rock ricaine, citons Jim Messina, Rick Danko et Levon Helm (of the Band) ou  Blue Rose...

 

 

Un fan sur la page facebook de la musicienne:

"She sang like an angel and brought joy to so many lives. She will be remembered...."

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 08:54

Bien entendu les grandes salles sont en mode Cirque du Soleil ou Comédie Musicale, le Bota hiberne jusqu'au 15 janvier, l'A B affiche six séances de Kapitein Winokio, le Trix revient le 7 du 01 , le Vooruit le 16 du 01, etc...mais si tu t'appliques et examines consciencieusement les différents agendas, tu trouveras de quoi assouvir ta soif de musique.

 

 à Bruxelles:

 Le Bar du Matin programme The Left Arm of Buddha le 26/12.

 

Les Soirées Cerises proposent  au Rock Classic, le 27 Headbones, le 28 The Abelians et le 5 janvier, le retour de Jessica Kilroy.

 

 

Au DNA, du hardcore le 28 avec Stand for Truth et Beautiful Hatred.

 

London Calling t'invite à une séance swing avec Jazz Syndicate le 28 

 

Au Music Village: le 26 Madrugada - le 27: Sarah Letor ( Sold -out) - le 28 Jo Scinta plays Louis Armstrong ( sold out) - le 31 comme réveillon, a dinner party avec Loumèn - le 3/1 The New Orleans Train Jazz Band - le 4/1 The Sidewinders.

 

 

Au Sounds: le 26  Paolo Loveri and Adrien Volant Quartet - le 27 Jean-Paul Estievenart 'Wanted' - le 28 Emiliano Loconsolo Quintet - le 31 un réveillon avec Mariana Tootsie singing Etta James - le 2/1 Paolo Loveri and Adrien Volant Quartet - le 3/1 Octurn 'Songbook of Changes'.

 

Au  Sazz N Jazz: un réveillon annonçant du Turkish alternative/pop/rock avec Aydilge

1380061_689591454406217_94372494_n.jpg

Mad About Music annonce  ANOTHER WAVE 4 le 4/1 sur La Péniche Fulmar: deux groupes:

Minuit Machine et SIMI NAH 

 

le 5/1 Peter Hertmans Quartet sera à l'Archiduc. 

 

le 26/12 Jack of Hearts au Central

 

Un nouveau venu, L'Epaulé Jeté propose Jameszoo le 3/1 et   James Pants le 4/1

1463080_610252192373114_274664627_n.png

 La liste n'est pas exhaustive...

 

 

Anvers/Antwerpen  

wintervuur1.jpg

Pointons Wintervuur à Ekeren : du 28 décembre au 4 janvier des concerts gratuits débutant à 21:30' :

 Stanton   Douglas Firs   Black Flower   Orchestre Internationale du Vetex/ Radio Martiko     Echo Beatty   Condor Gruppe    King Dalton    Mintzkov  sont annoncés!

 

Sinon il y a du jazz à  De Muze ( Marek Patrman, Erik Vermeulen et Geert Malfliet)  ou au Hopsack ( Julien Fraipont Group) au Hopper ( André Donni, Raphael Malfliet Group ).

De la pop au Café AMI (The Low Countries) du rock avec Tjalk au Bar Lucy.

 

 

Music City annonce Youth Avoiders   Cocaine Piss  Gewoon Fucking Raggen le 28 du 12 et Bliksem (be) San Diablo (be)  Animal Version  Mourning Boner  le 4 du 1 à partir de 18h.

 

 Gand/Gent 

 

Le Kinky Star:  le 25 Off the radar - le 26 The Smoking Buddha Project- le 28 Deuil - le 29 Scrammers - le 5/1 Double Veterans.

 

L'Herberg Macharius: "Blue Christmas" avec Bruno Deneckere, Fernant Zeste et Rianto Delrue, les mêmes seront le 28/12 à Zottegem ( De Foyer).

 

De Ploeg à Diepenbeek annonce Jan de Haas  accompagné par Arne Van Coillie, piano; Flor Van Leugenhaeghe, contrabas, et Luc Vanden Bosch, drums le 26/12

 

 

The Pit's à Kortrijk/Courtrai prévoit The Kaams ( Bergamo) le 2/1

 

 

Les Yellowstock Concerts organisent un show  au  JC De Bogaard à Geel le 4/1 , au menu:  Monarch (fr)   Izah (nl)   Alkerdeel (be)   Missiles of October (be)

 

 

La liste est non exhaustive...

 

Liège

 

Le Blues-Sphere prévoit  Such a Noise le 27 - The Last Row le 28 - Datoo le 3/1 - Alaska Gold Rush le 4/1.

 

Le Pot au Lait clame haut et fort qu'il y aura du bruit le 27:  War from a Harlots Mouth (de)  Unchained Breathing   Dead Haven   God Left Paradise (be)  Yata (be)   Suasion à l'affiche de 6k Fest - Warfare Xmas Edition!

 

A Wandre ( ABC Rock'n Roll): le 29: Wonderful Band - le 1 : Chuck Bill! 

 

La Zone prévoit Eagles Road le 4/1 

 

Qui dit La Louvière dit La Taverne du Théâtre: le 28 Udarnik  et Augures (be)

 

Au Spirit of 66 à Verviers la tradition veut que l'année se termine avec des coverbands, il y aura 

SUPERTRAMP by LOGICAL SCHOOL- J.J. GOLDMAN par Sun7 BOULEVARD - AC/DC by HIGH VOLTAGE - SLADE by SLADEST - DIRE STRAITS by BROTHERS IN ARMS!

 

Le centre culturel d'Ans-Alleur affiche  Ivan Paduart le 3/1

 

La Ferme de la Madelonne (Gouvy) , le 4/1: Big Dave Blues Band!

A32CV2014.png

Rappel:  la liste est non exhaustive...

 

On arrête les frais, si rien ne vous branche, essayez RTL!

Repost 0
Published by Michel
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 18:14

Le batteur Ricky Lawson (1954 – December 23, 2013) est surtout renommé en tant que sessionman, ainsi il a collaboré avec Michael Jackson, Eric Clapton, Phil Collins, Stevie Wonder, Steely Dan ou Whitney Houston pour n'en citer que quelques uns, il s'est éteint lundi dans un hôpital de la banlieue de Los Angeles.

 Ricky Lawson a été victime le 16 décembre d'une rupture d'anévrisme et transporté d'urgence au Long Beach Memorial Medical Center.

 Dans le coma, il a été maintenu en vie jusqu'au 23, jour où les médecins décident de débrancher les appareils.

ricky_lawson_97_2.jpg

Il avait débuté derrière les caisses, toms et cymbales dès l'âge de 16 ans,  Stevie Wonder  fut le premier à lui refiler un contrat pro, avant de devenir un musicien de studio renommé dans les 80's et de participer aux tournées de Michael Jackson ( le 'Bad' tour) et de Whitney Houston ( c'est lui qu'on entend à la batterie sur le tube  I Will Always Love You.)

Il fera aussi partie des Yellowjackets,  le groupe de jazz fusion comprenant, lors de sa formation,  Robben Ford, Russell Ferrante et  Jimmy Haslip.

Il participera aux 4  premiers albums  du combo.

Par après Ricky Lawson sortira 4 disques sous son nom: 1999: First Things 1st   -2001: Ricky Lawson and Friends   -2002: Pride and Joy   -2008: Christmas with Friends!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 11:03

Le bluesman Eric 'Guitar' Davis ( 41 ans) a perdu la vie jeudi matin, abattu à Chicago de deux coups de feu, vraisemblablement lors d'une tentative de carjacking.

Son groupe venait de donner un concert au  Kingston Mines blues club à Lincoln Park .

En mai dernier, lors du  Duvel Blues, Eric nous avait régalés  en nous gratifiant d'un set   particulièrement juteux, il était accompagné par le Luca Giordano Bluesband.

benefit-concert-for-the-children-of-slain-bluesman-eric-gui.jpg

Classicalite annonce:" The 41-year-old Davis leaves behind his wife, Leslie Bell, and six children.

The Chicago blues community has come together to show their respect for Davis and support for his family by hosting a benefit concert, to be held at Rosa's Lounge in Chicago on Sunday, January 19 at 6:00 p.m."

 

 

Yusef Lateef!

yusef_lateef_quintet_-_out_of_nowhere_-_front.jpg

William Emanuel Huddleston, alias Yusef Lateef, a rejoint Brother John ( Coltrane) au panthéon des dieux du jazz, il avait 93 ans, un cancer de la prostate a eu raison de lui.

Yusef, multi-instrumentiste ( tenor saxophone, flute, oboe, bassoon, bamboo flute, shehnai, shofar, arghul, koto...): c'est plus de 100 enregistrements comme bandleader, c'est the National Endowment for the Arts Jazz Masters, réservé aux plus grands, c'est un jazz inventif bourré d'Eastern influences , c'est ‘Love Theme from Spartacus’ ou  ‘Morning’, pour n'en citer que deux.

Yusef c'était le 'Gentle Giant', il nous a définitivement quittés ce 23 décembre!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 23:18

Le 19 décembre, le saxophoniste de jazz, Herb Geller ( 85 ans) décède d'une pneumonie ( he had been under treatment for the past twelve months for a form of lymphoma) à Hambourg!

103601-275x275

Le natif de Los Angeles était venu s'établir en Allemagne dès 1965.

Influencé par Charlie Parker il jouera en début de carrière pour  plusieurs bands new-yorkais: Jack Fina, (avec Paul Desmond in the sax section), Claude Thornhill, Jerry Wald ou Lucky Millinder.

Il fait la connaissance de la pianiste Lorraine Walsh et l'épouse.

Le couple revient à LA et fait partie de la West Coast Scene, il collabore avec quelques pointures:  Shorty Rogers, Zoot Sims, Stan Getz, ou Red Mitchell.

Lorraine a eu l'honneur d'accompagner Miles Davis, malheureusement elle décède en 1958.

Sale coup pour Herb qui quitte les States pour le Brésil avant de venir en Europe où il poursuit sa carrière jouant, notamment, avec Martial Solal ou notre compatriote René Thomas.

 

 

Il nous laisse une discographie impressionnante, on compte près de 30 albums en tant que leader et plus de 100 comme sideman ( Chet Baker, Ella Fitzgerald, Anita O'Day, Dinah Washington, Benny Goodman... rien que des grands noms!).

 

Le Brésil pleure Reginaldo Rossi, qui s'est éteint le 20 décembre, in the city of Recife in Pernambuco, aged 69.

Un cancer!

reginaldo-rossi-01.jpg

On le surnommait le  Rei do Brega, un genre de musique populaire ( synonyme de bad taste, estiment certains) au Brésil.

Reginaldo Rossi aura également sorti plus de 30 albums et aligné, au moins, une dizaine de hits, dont les romances "Mon Amour, Meu Bem, Ma Femme” ou "Em Plena Lua de Mel"!

 

 

D'autres mauvaises nouvelles en provenance de Colombie: "El músico colombiano Diomedes Díaz falleció el 22 de diciembre en la Clínica del Cesar en la ciudad de Valledupar a los 56 años."

Un infarctus!

1289531463diomedesdiaz1.jpg

"El Cacique de la Junta" était connu comme un des représentants les plus illustres du vallenato, un genre musical folklorique aux rythmes syncopés, originaire du nord du pays ( The Caribbean Region of Colombia).

Instruments de base:  caja ( petit tambour) , guacharaca ( un petit  instrument de percussion ayant l'apparence d'un  bout de bois hachuré qu'on râpe) et l' accordéon.

En 2010, Diomedes était encore récompensé d'un Latin grammy: Mejor Álbum Cumbia/Vallenato:  'Listo Pa' la Foto'.

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 11:47

Le billet de JPROCK :
960085_493335124116424_1550163962_n.jpg
En 1979 Machiavel remplissait le Cirque Royal lors d’un concert mémorable en y faisant rentrer 2.500 spectateurs alors que la salle ne peut normalement en contenir que 1.800.
Surfant sur le succès de son album "Mechanical Moonbeams « , le band était alors au faîte de sa popularité et détient depuis ce 24 février 1979 le record du nombre maximum de rappels obtenus dans une salle belge. En effet ce soir là le public rappela le groupe sept fois !
Lorsque je repense à ce concert mythique auquel j’ai assisté, je me dis que le band a depuis traversé le temps avec une inspiration et une popularité toujours constantes.
Machiavel c’est la grande classe, c’est le talent à l’état pur et ceux qui étaient présents ce samedi au Cirque peuvent en témoigner.
579351_493335234116413_1414070525_n.jpg
Une fois de plus le groupe belge a gagné son pari, non pas de nous refaire un remake du concert de 1979, mais de nous offrir un kaléidoscope musical tiré de ses albums d’hier et d’aujourd’hui magnifié par un show classieux et passionnant de bout en bout.
1526125_493335280783075_722824992_n.jpg
La soirée démarre fort avec RMS , band originaire des Ardennes belges et plus précisément de Lohimont, composé de trois jeunes loups de moins de vingt ans qui même s’ils démontrent déjà un bel aplomb sur scène possèdent encore une marge de progression qui leur permet de viser très haut.
Leur guitariste Sébastien vous reprend du Jimi Hendrix les doigt dans le nez, et en ce qui concerne les compos du groupe, balancées ce soir au public avec une énergie jubilatoire, on peut dire qu’elles tiennent toutes leurs promesses.

1491671_493334980783105_54332321_n.jpg

 

Le groupe est d’ailleurs fortement acclamé en fin de set par un public connaisseur qui apprécie visiblement cette furieuse et talentueuse mise en bouche.
Bravo !
1503958_493335294116407_1097184230_n.jpg
Il est 21h10 lorsque Pierre Guyaut monte sur scène pour annoncer les héros de la soirée avec sa verve habituelle. Et quelques instants plus tard Marc, Mario, Roland, Hervé et Christophe montent sur scène sous les acclamations du public.
1491628_493335630783040_1162649834_n.jpg
Machiavel démarre le show avec des titres de son dernier album « Colours", ce qui nous permet de découvrir la teneur émotionnelle de ces nouvelles compos en live. Et l’excellente impression que j’ai eu à la première écoute de l’album se
confirme ce soir avec une mention particulière pour "Going Down" et l’extraordinaire "The Great White Dome » chanté magistralement par Mario Guccio et sublimé par l’orchestre royal de chambre de Wallonie.
Puis c’est à Eleven que le band s’attaque avec des titres comme "Feel the Sun" et "Sail Away" avant de revenir pêcher dans les albums de l’époque héroïque au grand bonheur des fans.

1524603_493335390783064_13605292_n.jpg


Parmi les titres joués ce soir on peut citer entre autres : "Rope Dancer", « Jester", « Fly", "Into the Crop » qui reste mon morceau préféré de Machiavel, "Over the Hill », « She’s a Snake » et cerise sur le gâteau « Cheerlesness" chanté par Marc Isaye, un morceau tiré du premier album et que le groupe n’avait plus joué depuis bien longtemps.
1461272_493335537449716_2069456151_n.jpg
Impossible de citer tous les titres de mémoire ( la setlist promise ne m’est pas parvenue) mais une chose est certaine le band était au top et Christophe Pons après cinq années a parfaitement trouvé sa place au sein du groupe d’amis.
Car comme le précisait encore Mario hier soir, Machiavel c’est avant tout une belle histoire d’amitié ! Et ça se ressent lorsque le band joue sur scène.
1510865_493335590783044_2120330038_n.jpg
Après 135 minutes de spectacle et deux rappels plus que mérités, le groupe prend congé de son public. Et lorsqu’en quittant la salle on tend l’oreille dans les travées du Cirque Royal les avis sont unanimes : ce fut un grand concert ! Certains mêmes vont jusqu’à affirmer que c’est le meilleur concert de Machiavel auquel ils ont assisté.

En tout cas, le rendez vous entre le groupe et ses admirateurs a eu lieu de bien belle manière et les absents n’ont plus qu’à se mordre les doigts.
1510865_493335690783034_1986376268_n.jpg
Merci Mario, Marc, Roland, Hervé et Christophe, une fois de plus vous avez porté bien haut l’étendard du rock belge de qualité. Et en ce qui vous concerne ce rock là n’a rien à envier à aucun autre groupe de renommée internationale.

Depuis trente sept ans on porte votre musique dans nos coeurs et cette belle histoire d’amour n’est pas prête de s’arrêter…



Texte et photos : JPROCK.

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents