Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 22:31

Dale Grundle et ses années endormies étaient dans nos pays pollués pour une mini tournée : Gand , Ostende (le 17 01) et la veille : Silly.

Tu ne rêves pas: Silly (pas besoin de traduire in French) , ça existe. D'ailleurs jusqu'au quatre janvier , tu pouvais ajouter ton nom à l'inscription de Miss Silly. Imagine le scoop : 'Je suis Miss Silly' . T'es dans le Guinness Book et tu passes sur la plus grande chaîne de TV au Kenya.
Ce trou se situe non loin d'Enghien, sur la route direction Ath.
Dans un passé récent, pas mal de noms s'y sont produits: gloires nationales : Freaky Age, Zita Swoon ... mais aussi des bands de renommée internationale : Elysian Fields (on en reparlera...).
Le concert est prévu à 21h30, pas dans la grande salle , annexée au café , mais dans le Salon (= le troquet), endroit rêvé pour vos fêtes locales...
Jean-Paul et Vincent se rappliquent , sourire en coin en contemplant la faune hennuyère et quelques minutes plus tard there is , Fred le Zamp, trahi par son GPS , refusant de lui indiquer où se trouve ce bourg idiot.
22h : deux responsables (folkloriques) de l'organisation viennent nous présenter le groupe en demandant à la belle jeunesse indigène de réduire les décibels accompagnant leurs libations du week-end. La Sylle , cours d'eau du coin , permettant le brassage d'une boisson moussue , existant depuis 1820.

The Sleeping Years

Malédiction, ils ne sont que 3 , il manque l'élément le plus attrayant , la violoncelliste , Michelle So. Celle qui nous avait marqués lors du passage bruxellois du band, Maison des Musiques , octobre 2008.

Les British , Dan Wood (piano, keyboards, programming et backings éthérés) et Tom Page (drums , percussions) affichent présents pour habiller les délicates mélodies indie/folk du dandy irlandais , Mr Dale Grundle (guitare acoustique, harmonica, vocals).
Bonsoir nous sommes les Sleeping Years, pour nous montrer qu'il maîtrise la langue du patelin , quoique nous ne soyons pas certains qu'à Silly on parle le français. Jean -Paul, hautain (il se tape 1m 98) nous souffle: ce sont des barakis...
'The Lockkeeper's cottage' ouvre le set. Exquise ballade vantant l'Irlande. Un jeu de guitare mélodieux et des claviers majestueux ,Tom au repos.
'Islands' dernier titre du cd , sorti en 2007 . Morceau enjoué avec whistling cajoleur de Dale et backings fluides du chauve Dan. Tom ajoutant quelques percussions feutrées à cette merveille soft.
Please join in to help with the handclaps , pas facile avec une chope en main , se disent les autochtones. Ils ont le mérite d'essayer , pas toujours en cadence. 'You and me against the world' est le titre le plus fringant du catalogue Sleeping Years.
'Setting fire to sleepy towns' qui ouvre l'album, retour au spleen brumeux....I smelt blood and I heard the drumming rise ... poésie sombre!



'The Sleeping Years/Mascoquin, Coleraine' Aïe , aïe, aïe... le gazouillis des insulaires est couvert par le brouhaha des piliers de comptoir . Un vendredi soir à Silly=picoler, picoler et picoler en narrant, bien haut, toutes prouesses de sa vie glorieuse (pisser sur la jambe du curé, montrer son cul à la boulangère...). Dale , imperturbable, pénétré par son oeuvre, continue à nous distiller ses joyaux à la Nick Drake.
'Broken homes' nouvel air slowcoustic profond. 'The Shape of things to come' , regarde dans ta boule de cristal !

'Clocks and clones' qu'il achève a capella. So much beauty in a simple song !
Au revoir Tom , see you at the bar... Encore plus soft , et le vacarme ambiant s'accentue , n'oublions pas les fréquents aller/retour vers les latrines , Silly souffre de polykurie.
A deux , donc 'Nearly got it made' . Heureusement , nous sommes à 1 mètre des musiciens et profitons de leurs monitors . Encore une ballade superbe.
Tu sais , j'ai déjà vécu mieux ici, nous souffle le Lange. Pendant le concert d'Elysian Fields, un rigolo aviné et délicat gueule 'Jennifer, à poil'. Miss Charles, ravie , menace d'arrêter le show , se ravise , descend de scène et vient demander aux Michel Daerden locaux de la fermer... Qui a dit 'Folklore' ?
Une cover de Damien Jurado 'Abilene' .. Nineteen, black-haired... Je l'épouserais bien... Mais vous n'y pensez pas , Monsieur sans le sou... Simplicité provinciale archaïque , lo-fi folk délicat.
C'est très calme pour un bar lance Dale, pince- sans- rire !
Et il attaque 'Dressed for rain' .
'Summer is nearly over' un titre de son précédent groupe , The Catchers, met fin au set. Ode aux éléments naturels , à l'été . Nouvel épisode comique, l'éclairagiste vient de se rendre compte qu'il pouvait moduler l'éclairage et fait clignoter les spots, comme pour un techno beat . N'importe quoi !
Ouf , on s'en sort bien , se disent Dale et Dan.
Quelques assoiffés se rendent compte qu'il n'y a plus de bruit de fond et applaudissent .
OK , un bis , judicieusement, on rappelle Tom et on rejoue 'You and me against the world' et ses battements de mains. Bien vu le truc, le plus nerveux de la playlist !
On va essayer a slow one 'How long have you waited' . Arpèges en apesanteur, grâce aérienne , gorgeous voice. Magnifique !
La toute dernière : reprise de 'Islands' et de son sifflement enjoué.
Merci Silly, santé !

 
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 22:05
Que d'avatars pour ce concert gratuit, organisé, conjointement , par Florin7 et les responsables de l'élégante salle, le BOA (rue Felix Hap).
En dernière minute, il a fallu annuler la prestation de Claude Bourbon , et modifier les annonces, affiches , flyers pour signaler qu'
Austyn , jeune auteur-compositeur lyonnais (quasi inconnu dans nos nordiques contrées), se produirait gratuitement ce 15 janvier.

Une bonne campagne de promo, et une chambrée plus que honnête pour faire connaissance avec ce dérivé d'Augustus le magnifique.
Pas trop intimidé, le francoprovençal prend place sur la chaise trônant au centre du podium, trop vaste pour lui, du BOA.
Il tire quelques lignes bluesy de son acoustique et tu te rends compte , dès l'entame , que le rhodanien sait manier une gratte. 'Bottox pour ego', bon titre introspectif et narcissique. Le sujet de prédilection du gars, c'est Austyn et ses troubles existentiels. Le public a face à lui un jeune homme qui met son âme à nu. Moins cher qu'une séance chez le psy, mais plus risqué !
Evidemment, à entendre sa voix éraillée par un usage abusif de la clope, tu penses rapidos à Thomas Fersen , autre fumeur notoire.
Quelques vannes pour entamer un dialogue avec un Bruxelles, tout aussi timoré que lui , et l'artiste nous prie de jouer les basses de 'Février en blanc' . Un titre proche du monde de Francis Cabrel. Historiette simple , poésie intimiste.
Une chanson sur l'infidélité 'Désert cimenté' , handclappings discrets des jeunes filles assises derrière moi. Les adolescentes ont toujours aimé le romantisme sombre, et ce blues français ne peut que les séduire.
'Si elle vient' titre doux amer ... on avait tout à se dire on avait tout à se faire .... tu as choisi le silence ... si elle vient je lui brûlerai les lèvres .... du Lord Byron made in Rhône -Alpes.
'Petite Putain' , en 1966 ce titre eût été rejeté par nos ondes nationales , cf Polnareff 'l'Amour avec toi' . Ok, je téléphone au cardinal Godfried (sans moules) Danneels, pour le faire interdire à la VRT , une bonne campagne de pub et on en vend 100 000 exemplaires. Il y a du Renaud dans ce (bon) texte.
Place aux archers : 'La démission de Cupidon' (un copain de Leterme?) . Quelques blasphèmes , question de choquer Joëlle Mickey et consorts ( au féminin: sorte de connes?). Nouveau blues venimeux qui atteint sa cible . Bien joué , Wilhelm !


'Par les fenêtres' plus soft. Une prière, à l'instrumentation minimaliste.
'Ca ira' titre sado-macho, rien à voir avec le refrain des sans-culottes. Une séance d'auto-flagellation ?
Des accords plus énervés pour 'Haut de falaise'. Personne ne l'attend Tout le monde s'y attend Personne n'entend .... titre sur lequel il colle quelques lyrics suicidaires de Manu Chao, époque La Mano Negra ('Pas assez de toi'). Bien foutu cet exercice dadaïste.


'Déçu des anges' ballade mélancolique , façon Rive Gauche. Tu l'imagines dans un cabaret à St Germain- des- Prés , devisant avec Juliette Gréco et quelques adhérents des Jeunesses Communistes.
Un petit dernier avant la pause 'Quitte -moi'. Ok on te cuite , on va se vider une Leffe, mec !
Prises une à une , toutes ces chansons sont superbes d'authenticité et de fragilité.
Le hic , c'est l'habillage , tu les verrais vêtues d'une contrebasse , décorées d'un violon , pigmentées d'un piano , voire d'un accordéon et pourquoi pas, modulées par une ou deux choristes attrayantes et mini-jupées.
Le potentiel est évident , bon produit brut , mais dépouillé à l'extrême.

Long (trop) break , (pas vraiment une bonne idée, cette interruption ) et on est reparti pour la deuxième mi-temps.
A l'ukulele 'Dimanche à St Claude' brillant hymne à la pipe(!).
'Vent de Bohème' toujours ce désenchantement esthétique. 'Mettons les voiles' pas une chanson islamiste, mais un titre, de facture Louise Attaque, facilement mémorisable et qui mériterait quelques passages hertziens.
Son bestseller écrit pour (et chanté en duo avec) Robert ( pour les martiens : il s'agit d'une dame ! ).
'Le jardin des roses' une valse automnale languissante . Bel objet !




'Colchique' écrite par Robert , basée sur la comptine enfantine mais traitant du SIDA. Titre hautement recommandable.
'En Mémoire du Lion' écrit pour Johnny Weissmuller ?
Toute cette beauté mélancolique (Lamartine, Alfred de Vigny ... ) peut finir par lasser, dommage !
It lacks balls .... Pas l'avis des ladies présentes au BOA , ni de Florin , l'âme slave n'est-elle pas , par essence, encline au spleen ténébreux ?
Une reprise judicieuse 'Les petits papiers' (Régine, sans régime).
'Ma cigarette' une petite sèche après l'amour et on termine par 'La main sur les yeux' , chanson d'amour classique.
Un récital d'Austyn, c'est comme un film d'Ingmar Bergman : subtil , introspectif, mais , parfois , diablement soporifique.

Un bis 'Zoé', titre achevé la veille. Une jolie chanson galante.



Assez zoué Zoé , zallons siroter une pintje , avant de rejoindre le lit conjugal !
Austyn se produira le dimanche 18 janvier 2009 à la Flûte Enchantée , dans le cadre d'une Soirée Cerise . Au même programme: the Partchesz et Clare Louise !

 
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 22:18

Le bunker forestois est full pour le passage des frères ennemis en Belle Chique.

Leur dernière plaque 'Dig out your soul' a bonne presse et le band a choisi Vorst Nationaal, comme seconde date de sa longue tournée européenne (la veille : Nantes).

Le blockhaus est à moitié rempli, à 19:55 , lorsque Twisted Wheel se rapplique sur scène.
Une batterie , deux amplis, un grand rideau noir : décorum réduit au strict minimum pour le trio de Manchester.
Jonny Brown - Vocals, Guitar
Rick Lees - Bass
Adam Clarke - Drums



nous ont envoyé un old school garage rock à relents punk , aux influences Pretty Things , early sixties Kinks, Clash , the Pogues.....
Une belle énergie : un drumming dépassant allègrement les 70 miles an hour , prévus pour smog alarm, une basse en béton armé et des riffs de guitare noisy cinglants . Sans oublier des vocaux enragés , avec accent Manchester United fan , ayant avalé 25 pints de Newcastle Brown ale, dans la meilleure tradition des milliers de groupes issus de la British Invasion (Animals, Them, Who and so on...)
Les new mods ont sorti 1 ou 2 EP's dont ils nous servent quelques titres coup de poing vigoureux. 'Lucy the Castle' aux vocaux scandés, te fait penser aux Jam de Paul Weller et arrache un max. Frantic energy!
'Smash it up' , 'Bang of the beat' 'She's a weapon' message clair ! Pour varier le menu 1 ou 2 chansons seront plus calmes et peuvent servir de singalong dans les stades. Au passage on change de gratte pour t'asséner des lignes métalliques assassines.
Bien vite on revisite le punk façon the Damned et on t'envoie une dernière salve furieuse et percutante . 10 titres , 35' toniques.
Bon support !

21h Clameurs
Noel , Liam et les autres (3) montent sur scène .



1569 GSM 's font clic clic clic.... , fini les briquets de l'ère hippie!
Officiellement ils sont quatre : les Gallagher + Andy Bell (ex
Ride) à la basse et Gem Archer: rhythm guitar (ou lead selon les titres) , un ex Heavy Stereo.
Depuis quelques mois
Oasis se paye un nouveau batteur: Chris Sharrock au palmarès éloquent : Icicle Works, LA's, World Party , Del Amitri, Robbie Williams .....
'Rock'n Roll Star' titre adéquat ouvre le bal. Terrible son , pour une fois l'acoustique de Forest est OK. Sur écran géant décomposé , tu peux avoir un close look sur les musiciens . Great idea!

Liam, arrogant et classieux dans sa redingote noire, semble en forme .... Tonight I'm a rock'n roll star...on y croit tous.
Apparition du 6th element aux claviers (époustouflant, le mec) pour 'Lyla' . Solo brillant de Noel.
'The Shock of the lightning' sur le dernier CD .. come in , come out tonight ... Forest en ébullition.
'Cigarettes & alcohol' Definitely Maybe reste un album incontournable. Grand titre , immortel!
'The meaning of soul' podium baignant dans un halo rouge .
On revisite le dernier né :'To be where there's life' hymne psychédélique avec light show Pink Floyd et claviers Rick Wright. Excellent.
'Waiting for the rapture' Noel au chant pour ce blues rock distingué. Liam off stage!
'The Masterplan' une acoustique pour ce slow title , nous prouvant qu'
Oasis a assimilé le catalogue Lennon/McCartney. Grande force suggestive.
'Songbird' retour du singer.2 acoustiques , 2 claviers , pas de basse , ni de lead pour cette ballade émouvante.
'Slide away' ... let me be the one that shines with you ... a lovesong.
Liam jette un tambourin dans l'assistance et attaque un 'Morning Glory' bien sec.
'Ain't got nothing' a bluesy highlight with Liam's powerful voice . Toujours aussi suffisant le gars , il nous regarde comme si on était des avachis débiles , mais malgré son attitude (all part of the show) sa voix reste superbe.
Temps mort , conciliabule , Noel consulte et maintenant? Pas prévu sur la setlist , mais Noel avait une petite envie 'Half the world away' .


.. that was nice , no... souffle son frangin. Indeed , mec, fabuleux.
Retour à la playlist ' I'm outta time' majestueux , avec solo illuminé de Gem. Une perle cette pierre précieuse.
Hit hit hit 'Wonderwall' Bruxelles déchaîné , un chorus grandiose. On termine avec 'Supersonic' rutilant!
1h20' de show très pro. Mais tu signes à deux mains pour un truc de cette qualité.
On sait qu'ils vont revenir !



Noel se saisit de son acoustique et toute la salle en pleurs pour un émouvant 'Look back in anger', valant le déplacement à lui seul!
'Falling down' un rock psyché chanté par Noel.
'Champagne Supernova' un feu d'artifice pétillant. Mes voisins ne se tiennent plus et gueulent à en perdre la voix . Apothéose avec 'I'm the Walrus' . Une version destroy flamboyante.
1h45' de show
Forest une oasis écosystémique radieuse dans le Kalahari bruxellois !
 
Repost 0
Published by Michel (Photos : Vivat) - dans Concerts
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 22:13

Une Rotonde bien farcie pour la première belge du nouveau band de Fabrizio Moretti (The Strokes).

Beaucoup de jeunes filles en fleur , amoureuses de Fab, l'Italo-Brésilo New-Yorkais.

The Dead Trees

assurent l'avant-programme pour cette tournée , ayant commencé aux States en 2008. A 20h15' un quartet à l'allure 'Woodstock is back' s'amène on stage, pour un set d'alt-country, American guitar rock. Ils sont originaires de Portland (Oregon). Leur motto : Back to the fundamentals !

Matthew Borg - guitar
Noah Rubin - drums/vocals
Tad Dahlhoff - bass/vocals
Michael Ian Cummings - vocals/guitar
'Hit Parade' ouvre le set . Du guitar rock efficace (cf Dinosaur Jr , Buffalo Tom, Jon Spencer Blues Explosion ou Wilco ...). Un plongeon dans les early nineties.
'I have I want' sur leur dernier CD ' King of Rosa ' Nov 2008.Tad, le chevelu féru d'Harley Davidson, accentue les percussions avec un handshaker. Ce rock sans prétention est super efficace , a tasty stew.



'OK Standby' avec groovy bass lines, sonne plus Stone Roses que nature . Pas d'artifices, droit au but : des riffs de guitare secs , un drumming et une basse efficaces , servant de base rythmique . Pas d'esbrouffe, du rock et du bon!
'Television' plus country. 'Shelter' des relents Pixies.
'Loretta' nerveux . 'Super Dela' a new song , du même acabit. La setlist annonce 'DRC' , une roots/country song , mais à la saveur 'Wild Horses' des Rolling Stones. 'No Solid' et 'Killer' achèvent ce set costaud et sans fioritures.
The Dead Trees : un support efficient , sans branches mortes!

Little Joy

Les Strokes sont en stand-by.



Julian Casablancas vient de sortir un album (My Drive Thru) avec
Santogold et Pharrell (N*E*R*D)
Nick Valensi fait des gosses , et joue pour
Devendra Banhart ou Regina Spektor.
Albert Hammond sort des albums solo.
Nikolai Fraiture se plonge dans un side-project : Nickel Eye.
Fabrizzio Moretti (le drummer) nous présente
LITTLE JOY !

Little Joy , en principe un trio , sort un album éponyme en 2008.
Fabrizzio Moretti : guitare , claviers , chant.
Sa nouvelle bimbo (Bye bye, Drew Barrymore ...) : Binki Shapiro aux claviers, guitare et euh ... vocaux circonspects .
Rodrigo Amarante (Los Hermanos) : vocaux, basse acoustique, guitare.
Et ce soir , un drummer efficace et Tad (Harley) Dahlhoff à la basse .
Mais selon les morceaux, tous les membres de the Dead Trees se retrouvent sur scène ( percussions, guitare, xylophone, backing vc.).
L'entrée en matière est plutôt folklorique. On a attendu près de 25' et Mr Moretti se rend compte que ses pédales ne sont pas installées. On nous sort des vannes en français, portugais et en ouzbèque. Tu crains le pire , ça sent le je m'en foutisme BCBG.
We're Little Joy et on va vous jouer quelques trucs, pas méchants.
'The Next Time Around' , c'est clair le chef , c'est le sémillant Amarante et pas le Fab. Rien à voir avec les Strokes , ni Los Hermanos , c'est une ritournelle hawaïenne naïve et entraînante.
'How to hang a Warhol' toujours cette atmosphère post-hippie , flowers in the hair.
'No one's better sake' quelques pointes de reggae, Miss Binki tapotant le piano.
'Unattainable' une sucrerie chantée par la Nico lookalike, pas vraiment à son aise. Des backings mâles cajoleurs pour ce gentil lullaby .
A 7 sur le podium pour 'Shoulder to shoulder' . Un petit xylophone décoratif , Miss Shapiro gratouille et son mec aux claviers. Un midtempo fleurant le Jonathan Richman, la sincérité en moins. Fred, le Zamp, Vincent , Wouty et moi , on se regarde ...ouais , c'est pas la sensation du siècle , cette petite joie !
Un peu de crooning sentimental 'With Strangers' , beaux lyrics ...in the twilight of the south when fools are mistaken for men this shadow suits me well...
'Keep me in mind' , enfantin!
EEEH, je connais... 'Walking back to happiness' merveilleuse chanson d'Helen Shapiro (1961), que Binki parvient à massacrer en version surf.
Did you recognize this one ? We just destroyed Paul McCartney's 'Eat at home' . Effectivement , ils l'ont transformé en country rock oumpapa .
Simple music lacking any real substance.... Ils semblent s'amuser, et 90% des auditeurs avec eux , mais c'est du niveau jam entre potes.
A new song , pas de titre, du cha cha cha ... De la musique pour auto-scooters.
La nana semble vouloir nous raconter un truc , mais sans usage du micro . T'as l'air d'être Amy Ecklund , star du soap opera , sourde comme un pot.
'Don't watch me dancing' chantent les moustachus en chorus.



This is the last one , Bruxelles : 'Brand New Start' quelle idée pour mettre fin au show.
Ils se tirent. Les fillettes ont beau hurler, pas de bis!
Concert anecdotique, anodin !
Little joy and much boredom !

 
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 22:54

La finale de la quatrième édition du Zennetoer a eu lieu dans la belle salle 't Vondel à Halle.

6 groupes avaient survécu aux qualifications (24 groupes , 63 artistes écartés) et se disputaient les différents prix.
Une belle brochette de noms, de styles divergents : allant de l'alternatif , au rock festif en passant par le singer/songwriting ou la soul...
Chaque finaliste a droit à 20/25' pour éblouir jury et public.
Les grands moyens à Halle : sono impeccable, TV locales, presse et une bonne assistance (droit d'entrée 2€). Conditions idéales!

DILLIAN

ouvre le feu à 20h pile.
Pas facile , peu de monde en ce début de soirée. Seul avec ses guitares (acoustique et électrique) et un set de pédales à effets , le gars d'Opwijk nous servira un folk pop/rock bien ficelé.
En entendant son timbre Eddy Vedder, ton cerveau fait tilt : l'ai déjà vu ! Effectivement Dillian est le chanteur de Hungry Sam , fantastique grunge band uit Vlaams-Brabant.
'Advice' un son à la Boz Scaggs, du blue-eyed soul/ folk radieux et mélodieux.
'November strum' : ce strum , ce sont ses cordes pincées élégamment.
'July in Spain' écrit chez Don Quichotte. Un petit air de vacances au soleil , accentué par les loops , il laisse tourner ses notes acoustiques et ajoute quelques lignes de guitare électrique lyriques sur la toile. Beau!
'Lately' répétition du gimmick. Il termine par 'Feedback' pour lequel accords jazzy et rythmes pop alternent.
Du bon boulot te faisant penser à Howie Day, et autres bardes , adeptes de l'acoustic pop.

Sevensoulmotion

Changement radical de cap.
A 9 sur scène, pour un groupe te servant des mets soulful et funky. Une solide rythmique (Steve : basse - Vincent: drums) , Brecht(pas Bertold , fieu , Claesen) aux percussions afr. Le capitaine Maarten à la lead et Diederick aux keyboards. 3 horns : Jan et Joris: saxes et Miss Miete à la trompette et pour faire prendre la sauce un chanteur marsupial : Michel.
Time for 25 minutes of groovy sounds.
'Grease up your groove' explosif et juteux. Tes guibolles fourmillent et tes hips shake dans tous les sens.



'Seventh Soul' une introduction aux cuivres , digne du Average White Band , un des meilleurs R'nB band écossais. White funk exists for sure ! Tu y ajoutes quelques touches d'acid jazz et de street funk et tu as une merveilleuse dancing machine.
'Sleeping Village' pas Halle, vanavond!
Un titre percutant aux allures reggae , proche de Jamiroquai. Et 'Benedictus' pour terminer en beauté, avec une sirène incendiaire pour faire sortir the firebrigade qui niche à côté du Vondel.
Jouissif et bien foutu. Idéal par ces températures Alaska.

The Fortunate Few

Un quintet de folk/pop existant depuis quelques mois, à peine.



Jan-Pieter Delcour : acoustique/vocals et basse - la mignonne Joke Delcour:  second voice - Frank Van Overstraeten: claviers/vc. - Jonas De Meester: guitar (AedO- Los Pablos) et Ludo Stichelmayer: percussions.
Ont-ils écouté Delbert McClinton pour le choix de leur patronyme?
'Sudden Void' une voix de fausset et des backings de Joke , de la pop marshmallow gentillette ...OOOh candy boy ...
'Aren't things cold' bon titre atmosphérique . 'Scribble' , Frank au chant pour un folk/pop aérien.
'St Peters Avenue' ça manque d'agressivité , bel emballage , produit glabre sans aspérités. 'Marillon' clôture le set , Jan-Pieter à la basse pour ce titre plus soul et consistant. Joli pas de danse de Miss Frou Frou.
The Fortunate Few a du potentiel , mais il s'agira d'acquérir une présence scénique et de se montrer plus mordant.

Willow

Ce saule pleureur est originaire de Grimbergen , et est composé de 6 jeunes musiciens.
Pieter -Jan vocals et mini-claviers- Tom :keyboards - Vincent et Nils : guitares - Jonas: drums et Pieter: basse.



Ils nous jouent un British indie/pop , avec un zeste de post-rock , bien dans l'air du temps.
'Blind' Coldplay vs iLIKETRAINS , du romantisme underground.
'False Ideas' esthétisme sombre . 'Attic' tu cherches les influences ? Elbow, Editors , Interpol , This Will Destroy You , on nage dans ces eaux!
'Sweater' catchy avec handclappings. On tire le rideau avec 'High Frequency', de l'indie dansant et énergique.
Willow : un groupe promis à un bel avenir.

Shaman Festival

Place au cirque, aux arts de la rue , à la foire colorée.
On a compté 8 musiciens , quelques danseurs/seuses,des acrobates, des jongleurs, des cracheurs de feu et autres guests farfelus. Un souk folklorique et festif.
Des pseudos austères : Shantiman, Bubbles, Pavlov, Jacko,Griotto , Timmo Shenko..... des cuivres ,des guitares,des percussions ,une basse et des vocaux fanfare.
En voiture Simone , direction la kermesse héroïque à Bucarest, Marrakech , Outsiplou- les -Bains , ou les Marolles...



Halle , t'es prêt ? Feu .... 'J'ai vu quelque chose ' on n'avait pas assez de nos deux globules pour tout voir , non madame , Fred et moi zétions pas bourrés ou si peu ....'Pronto ' une farandole gypsy , punkadelic, ska qui fait mouche. Halle fête le carnaval avec 2 mois d'avance. 'Peuple Heureux' du skamembert dégoulinant. 'Big Trip' un petit joint , Germaine?
'Feeding the Birds' on leur donne des pastilles multicolores. 'Ska in the factory' le patron parle de fermer la boîte!
'Solotengo' podium envahi , un feu d'artifice sentant la samba.
Et la musique? Accessoire ! Ils savent jouer , c'est une évidence , mais l'accent est mis sur le fun. Et Halle s'est amusé!

Too Much & the White Nots

Tâche difficile que de succéder à Bouglione & co.
Défi relevé haut la main. En quelques mois , le groupe de Darshen P est devenu un des meilleurs groupes bruxellois. Ils ont tout : un folk/rock, aux accents world, original , une grande maîtrise musicale, une présence scénique et du charme. La classe!
Ce n'est plus Darshen et les autres , c'est un groupe soudé.
Lilly excelle au violoncelle, Choekita est une super vocaliste , Mary Shoo l'égale en grâce. Darren, vocals,acoustique, footbells et harmonica, dirige le tout de main de maître . Pi (3,1416): flûte , didgeridoo , rainstick, vocals + des litres de Jenever et Burette : percussions exotiques(callebasse) , triangle, leçons de yoga... complètent le sextet.
'Ballad of a teenage girl in a red hood' ...come closer now...petite fille,un violoncelle magique .
Public envoûté dès la première salve. 'A grave with no name' du folk/rock /gospel à la Ben Harper , teinté d'éléments africains . Un travail digne des recherches de Ry Cooder.
'Children of a Bomb' que Darshen joue à la slide , guitare sur les genoux , en s'accompagnant à l'harmonica. L'intro bluesy vire au cantique , le didgeridoo amenant la mélopée vers d'autres continents . De l'arabicana blues, style 'No Blues ', ce merveilleux groupe multiculturel fixé aux Pays-Bas. Divin.
'Hillbilly' Burette fouettant l'air d'un instrument flexible , Pi à la flûte et toujours ce violoncelle gracile.
Le Vondel vibre à l'unisson.
En 25', 'Too Much & the White Nots a réussi à nous éblouir .

Tous au bar en attendant le verdict.

45' plus tard :
Prix du public : Shaman Festival !
Médaille de bronze (étonnante) : The Fortunate Few
Médaille d'argent : Willow

Et les triomphateurs uit Brussel :




C'est mérité!
Champagne pour tout le monde , la fiesta continue.
Un Zennetoer grand cru , une larme pour Dillian et Sevensoulmotion qui n'ont rien récolté !


 
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 22:08
Troubles à Bruxelles, suite à la manifestation pro-palestinienne. Le quartier de la Bourse en émoi.
L'axe Nord-Midi interdit de circulation, ça sent la volaille, pas forcément halal, dans le coin.
C'est en ce dimanche agité, que le Bizon, à 2 pas des Halles St Géry , en collaboration avec le collectif 'Artists in a Bottle' , organise cette soirée singer/songwriters.
Une excellente initiative, on applaudit des 2 mains Andrew Mavin, le maître de cérémonie, qui s'est chargé de l'excellente programmation. En décembre, déjà, après la première , les commentaires étaient élogieux: I didn't realize Brussels had so much to offer... Indeed, chap , so much talent!
N° 1(18h50) : Andrew Mavin a l'honneur d'entamer le marathon .
'What the hell is going on' du folk/pop mélodique ,joué à l'acoustique. Un titre traitant des joyeusetés du trafic bruxellois.
'Baby stealed my heart' sweet, soft & melodic folk/pop. Notre sympathique Englishman , living in Brussels, sait écire une chanson. Pas un novice , André , ça fait 15 ans qu'il promène sa guitare dans tous les clubs, ou bistrots, prêts à l'écouter. En 2000 il sort un album 'Chris's living room' (performed by Mavin & Priore).

Next one , please : N°2: Nige Bray , un Mancunian habitant désormais la Venise du Nord.
Le mec a vécu , il est affublé d' une smoky voice rocailleuse et écorchée.
Ses titres sentent le Marlboro blues , Rod Steward du temps des Faces ou Tom Petty.
La classe Mr Bray!
'Steam Train' une train song typique. Puis une lovesong ' The Hangman is waiting', où va-t-il chercher l'amour là-dedans?
British sense of humour! La suivante est un de mes shit singles 'The Bitch Song'... I used to be happy avant de tomber amoureux d'une bitch like you... Convaincant !
Nige Bray , à retenir!

N°3 Flytecase
Un duo , ce soir : Nathalie (chant) et Geert (acoustique). En principe Eric (drums) et Bernard (bass) s'ajoutent au couple sur scène.
Flytecase nous présentera, en première, 3 nouvelles compos: 'Wasted' du soulful blues with female vocals. 'Blessing' à 2 voix, de l'americana plus soft , une voix chaude (Nathalie) style Gina Villalobos , contrebalancée par le timbre mâle de Geert. Good song!
'Kicks and cries' pour finir.
Serais curieux de voir le full band.

N° 4 Ganax
Un grand gaillard chantant en français. Un auteur compositeur ayant baigné dans les eaux, pas limpides, de H F Thiefaine ou J Higelin.
Trois titres proposés . Bilan , il y a encore du travail sur la planche . Parfois tu souris... Je porte un toast à la décadence ... mais ça sent les couches-culottes Winnie l'Ourson.






N°5 The Grievous Angels
Une autre paire de sleeves , que ce groupe ayant choisi son patronyme en hommage à Gram Parsons.
Ici également un quintet réduit à un duo (pas de lead singer, ni de drummer, ni de bassiste).
'Swimming to Japan' bonne chance les petits anges !



Du folk/rock impeccable . Deux guitaristes racés et une compo americana parfaite.
'Circle of salt' du sel bluesy , à la Grant Lee Buffalo ou Iron & Wine , même si un des anges graves porte un T-shirt 'Sigur Ros'.
A slow one 'When the devil calls' chanté par Sigur Ros, d'ailleurs. Lyrics angéliques... I can't take you home because when the week-end comes the devil calls for me ... J'aurais dû raconter ça à ma femme il ya 100 ans !
Brillant !

N°6 Patrick Brandes
Un jeune gars casquetté commençant par un titre mélancolique 'Hope' , vachement bien foutu.
'Staying true to myself' du folk/pop doux et plaisant , à la Tom Baxter , Damien Rice , Nick Drake...
Il termine en invitant sa soeurette pour 'Yellow Mustard Seed', une pub pour Amora. De fines harmonies vocales et un yellow , yellow lancinant te rappelant Coldplay.
Un jeune homme à surveiller, ce Patrick Brandes.



N°7 Mr Day
Comme Arno un Brusselse Ostendais. 3 albums de folk traditionnel (Dylan/Cohen blend).
The white-haired one commence avec 'No shit no more' , a rootsy folk/blues tune. Attachant!
'Queen of the night' .. when the morning comes around she pulls the window wide open .... un titre mélancolique , des flashes d'Elliott Murphy traversent tes pédoncules cérébraux.
'1,2,3 you're dead' pour terminer joyeusement. Une chanson nerveuse chantant la rue des Bouchers et la rue A Dansaert , le pendant English de Johan Verminnen.
Encore un gars sans prétention , composant des pépites brutes.
Excellent.

N°8 Daniel a k a 'The Hypocryte'
L'hypocrite commence par une country song about Brussels ' The Mighty Boosh Blues' .
Nice fingerpicking... The days are getting longer the girls are getting brown ... hey fieu, on n'est qu'en janvier!
'The trials of modern life' une chouette folky waltz.
Je n'en fais que deux , j'ai amené un pote , Scott, et son chien, Tico ...Tiens, ma gratte Scott (N° 9) et joue leur un air ... 'Laura Lee' a song about a girl I met on the highway.
Elle doit être bien cette Laura Lee , qu'il implore ... won't you come and rescue me...
Scott est normalement keyboard player du 'Benito Band '. Il finit sa mélodie , se roule un joint et s'enfile une Guiness.
Peace and love culture is back. Great!


Folks, we're nearly coming to the end ... Retour d'Andrew Mavin !
'Down the road' dédié à son père , décédé récemment .
Et il enchaîne avec 'Here today, gone tomorrow' titre nerveux et catchy.

N°10 Nico
En français 'Mon Espace' , pub pour Renault?
Beau titre lent. Il poursuit par une chanson escapiste , plus sèche 'Free' .
Il est 21h20 ' , fin de la séance , Andrew rejoint son copain pour 'Tears in the rain' a cheesy song, says Mr Mavin.
Un singalong , American acoustic rock (cf Extreme,Bon Jovi, Mr Big...). De l'AOR bien fichu.
Rendez-vous est pris, au Bizon, pour dimanche prochain (le 11 janvier).
Chouette concept, chouettes découvertes !

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 22:46

Le Stella Solaris , un nouvel (ouvert depuis le 6 décembre) endroit branché in ze European capital. Un salon dans lequel littérature , expositions ou musique se conjuguent avec l'art de la table.

Where is it , baby?
Rue de Laeken pour le verso , le recto place du Béguinage , face à l'église.
En ce second jour du calendrier grégorien, qui vit naître, en 1873 , l'illustre Pannekoek , astronome et communiste batave , l'étoile solaire accueille un trio transalpin : Agatha.
En principe Doctor & Nurse était prévu à la même affiche , mais Dominique Van Cappellen (Naifu, Keiki) nous explique que le band vient de splitter . Et pourtant, il était sur le point de sortir un album .

AGATHA

Claudia: batterie , chant - Pamela (la prof de francese) : basse , chant et Daniela (le myspace mentionne Viole) : guitare et chant , cette dernière n'enseigne pas , mais prépare une licence brassicole .
Ces 3 douces lombardes , bouffeuses de panettone , nous viennent de Milano.
A 21h 45 ' elles entrent en piste pour nous balancer un riot grrrls noise rock pas piqué des insectes. Nourries au biberon Sonic Youth , L7 et autres Bikini Kill , le leitmotiv est simple : we play fast & loud, et si tu ne comprends pas les lyrics , on n'en a rien à foutre ....

A tour de rôle, les piccole donne s'arrachent l'unique micro pour éructer leurs hymnes post punk énergiques. '16 things I like' : c'est pas les tenues de soirées , ni les bijoux ...
Dès le second titre, 'Black Sabbath' : , une nana déchaînée, à mes côtés, se met à sauter tel un King Kong en rut , ayant une érection anthropoïde en ayant aperçu la frêle Ann vaquer à ses ablutions matinales.
Fred prétexte une grande soif pour se tirer vers le bar.
Claudia au chant pour 'Freaks' , titre adéquat.
Le jeu solide, et super efficace, de la drumming girl permet à Pamela et à Daniela de nous envoyer des heavy cutting riffs dans les gencives. Sauvagerie tonique en ces lendemains festifs.
'Dani was in love with Burzum' Wie is die Burzum? Un projet black metal norvégien?
Anyway , ça cogne sec.
'Agatha's theory on high heels' No bullshit , right to the point ! Hauts talons: No ! Combat shoes : yes!
Les titres ne font pas plus de 3' , ce qui permet à ma voisine , fauve kangourou , d'essayer de piquer mon verre de houblon à chaque courte pause. Pas touche, Jane !
La dure loi de la jungle.
'Retro' et une dernière 'Astrology sucks when you are a scorpio' . Cette jolie tirade explosive et philosophique se trouvant sur leur EP 'Getting dressed for a death metal party' .
Voilà , les voisins du Stella Solaris peuvent dormir, nous souffle Pamela.
Quoi , finito....à peine 25' ! Heureusement , c'était a free gig.
Le public, déçu, pleure pour un bis et Agathe nous revient pour une dernière salve chaotique et percussive.
Tu ne demandes pas 90' de rock bruitiste , mais 30', c'est comme un léger hors d'oeuvre titillant .
C'est lire un Agatha Christie et te rendre compte que l'exemplaire, que tu as acheté, s'arrête à la page 30 , Hercule Poirot n'étant même pas entré en scène.
Agatha , we're still hungry !


Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 08:57

Nos concerts préférés en 2008


Pour Michel :

Vic Chesnutt à l'ABclub en février (et Cactus-Brugge)
Peter Case : toogenblik en mars
Elliott Murphy + Olivier Durand au Candelaershuys en mai
Emily Jane White à la maison des musiques en octobre
The Skatalites à l'AB en novembre

Pour Greg :

Heavy Trash feat. Jon Spencer (Depot)
Jeffrey Lewis & Adam Green (AB)
Einstürzende Neubauten (AB)
Crystal Castles (AB Club)
Soap&Skin (Witloof Bar)

Pour Lio :

Crystal Castles à l'AB Club de Bruxelles
Jeffrey Lewis et Adam Green à l'AB au Domino festival
Ron Sexsmith à la Rotonde du Botanique de Bruxelles
Tunng à l'Orangerie aux Nuits Bota
Soap and Skin au WItloofBAr du Botanique

Pour Rudi :

Crystal Castles à l'ABClub à Bruxelles
Johan Johannsson à Gand 
Tha Walkmen à l'ABclub à Bruxelles

Vous pouvez ajouter le vôtre en commentaire ... merci !
Repost 0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 22:36
Veillée folk/pop, à la Filature, en ce polaire lundi . Tous les esquimaux bruxellois quittent leur igloo pour le textile concert, l'atelier de tissage affiche complet.
Flanqué de Fred, cerise surgelée, je me glisse frontstage.

20h10 Starboard Silent Side
Un quintet casé à Paris , fondé il y a quelques années (2005) par Mij (Sweden) chant et guitare acoustique et Stouf (non pas Stoefer....) lead guitar et backing vc. De duo acoustique , ils passent à quintet : Thibault aux drums, Nico à la basse (+ backing vc) et Buni (ex Die Anarchistische Abendunterhaltung!) au violon (+ backing vc).
Ce n'est pas leur premier passage chez Tintin & co , la Gallia Belgica aime leur folk/rock aux teintes Irish Americana .
Un harmonica sudiste introduit 'Run away'. D'emblée, tu es séduit par le timbre roots de Mij et par le sens mélodique de la composition . 'Stalactites' de saison, ce titre. Une country song avec violon plaintif et backing vocals amples. Superbe.
'Influenza', manifestement, l'hiver les inspire ! Le little boy grippé a des cauchemars et voit des monstres. Terrifiant! 'Four letter word' inspiration Dublin . Un melodica fragile , un air accrocheur et une belle énergie scénique.



'Karla Jean' fille de millionaire , tall, slim & carefully watching her figure ... mais she looks sad & lonely . Du folk traditionnel, mélancolique te ramenant du côté de Sandy Denny et Fairport Convention. Voix et acoustique pour 'Tideless' . Lorsque le band rejoint Mij , le titre décolle. Du Celtic folk emballant.
'Light the choir' est tout aussi vigoureux. Attention perle ! ' Fallow Land' une polka avec melodica charmeur et violon en arpèges. Belle drinking song. Une ballade : 'Wrong Folded Map' .
.. I swear on the Bible ... I'm a honest citizen .... rien à faire pour implorer le tribunal ...You've been sentenced to death . Titre mélodramatique ce 'The Cobbler' , avec des backings lugubres.
Et on arrive , déjà, à la dernière: 'Dwayne'. Un fermier , a young fellow living with his wife dans un bled perdu. Un dernier folk rock sentant bon l'Amérique profonde.
50' riches et lyriques.
Un album doit sortir début 2009.

Soundcheck interminable . Benjamin fait ce qu'il peut , mais Miss Reverb et Bjorn Larsen jouent les trouble-fête. Il sera 22h00 lorsque
Faustine Hollander pourra entamer son set.

Surprise , deux jolies donzelles pour le prix d'une : Faustine (OK ,on sait , ça fait film libertin!) est flanquée d'Allison (1l ,2 l ?) (oui, nous savons de Marseille, celle de Costello c'est 1 l ).
Prédiction : ces 2 nanas vont, dans un avenir très proche , devenir les coqueluches de la rock set bruxelloise. Elles ont tout: mignonnes à croquer, voix délicieuses et un anti-folk classe , bien dans l'air du temps .Think of Mariee Sioux, Alela Diane , Diane Cluck (Faustine a fait un support pour la Cluck en juillet @ la Compilothèque )...., l'apport du glockenspiegel et de clochettes temple védique donnant une coloration CocoRosie à l'ensemble.
'Hey my dear' avec chambre d'écho et loops . Suis déjà amoureux , malgré le retour des vilains , Reverb et Larsen .(Benjamin sous le podium pour bricolage underground).
Al(l)ison entre en piste pour 'I've been there' . Des harmonies célestes , douceur amène , grâce juvénile . Nous devenons tout léger , envolées, les lourdeurs post repas de fête gargantuesque .
'Suite Angoulême' sur mini-clavier uit Brussel. De la dentelle de Bruges.
'The story' This is the story of the boy that came to me ..... Faustine, seule à l'acoustique , pour une ballade délicate . Les fileuses arrêtent leur inlassable labeur et écoutent, attendries .
Fred me souffle, je la signe pour une soirée cerise !
'Every time I see you' I wanna jump through the window.. .. et pourtant cette comptine est plus joyeuse. 'Insecurity' malgré le titre , un air guilleret. Allison transformée en vestale à clochettes pour 'Rainy Days' ...You'd better take that love & go away...Non,non , baby, on reste ici !
No thoughts, no dreams, no smile , no tears...Rien, quoi !

'Dragon flies' glockenspiel lutin ... you got to help me to find my way, pour me sortir de ce merdier dans lequel je fus poussée... On veut tous l'aider, la belle enfant.
'I wanted you' frais et harmonieux. 'Shoes inside' paraît que c'est une private joke. Un country/blues parfait.
'Step inside my house' Une guitare profonde , contrebalancée par un glockenspiel enfantin. Somptueuses harmonies vocales décalées , du Emily Jane White made in ex-Leterme land.
Simple et beau !
'Swaying in the desert' Ritournelle Sahara avec samples amusants ...You're the bird that I adore... Nous aimons tous les moineaux!
C'est la dernière :' Had it coming' , l'enchantement continue.
45' précieuses.
Les copains /pines (pas lubriques) ne veulent pas les laisser descendre du podium: 'Much more' a campfire song avec handclappings . Charming!
That's it , les petits gars ! Même cinéma , stay on stage ...
D'accord . Tiens, les lyrics, Allison...'Don't think twice it's allright' Bob Dylan revisited!
Merci les filles.
Pas rassasiés , les cousines, copines , prétendants et quelques folles en veulent encore une.
'Shadow blues' de Laura Veirs. Sombre et magnifique . Faustine chante et joue comme un chef.
Faustine Hollander : une découverte ravissante , un cadeau de Noël tardif !

Une petite vidéo ici ...

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 22:17
Dernière soirée cerise pour 2008.
Programme tout en contraste en ce glacial dimanche : un lo-fi singer/songwriter (Vinz) délicat et un projet gros rouge qui tache bordélique : We Like Red Wine !
Le public connaît le chemin de la vétuste salle de spectacle et affiche présent.
Pas mal de musiciens dans l'assistance , quelques joggeurs (The Joggings) , une vieille Renault (The Mighty Gordinis) et une légende de la chanson à texte (Didier Odieu) aussi sobre que d'habitude, on en oublie , c'est sûr... (Sorry Amaru!)

21h00 Vinz décide de se passer de toute amplification , je joue unplugged , ça convient mieux à l'endroit. Excellente idée !
Vinz alone on stage , ça n'a rien à voir avec le répertoire de the Ideal Husband ,pour lesquels il manie l'ukulele. Ce soir pas de Teuk ,de Karel De Bondt ,ni de Catherine De Biasio sur scène ,mais un gars honnête (enrhumé) et sa guitare.
Pour l'occasion , Fred Cerise se charge de l'éclairage , il n'a pas trop déconné , si ce n'est, qu'il envoie tous les spots sur le valétudinaire désireux de débarrasser, discrètement, son tarin de quelques mucosités . Bien vu , Fred !
Une nouvelle chanson pour entamer le set 'Things come alive' . Tu entres de plein pied dans un monde acoustique et dark, semblable à celui du regretté Elliott Smith. Intimisme et sobriété, jeu de guitare précis , sans fioritures. Silence clérical à la flûte. Un de ses grands titres pour suivre 'Land of men' . Une ballade languissante , tu verrais bien Derroll Adams la jouer au banjo.... painted lips and polished nails... une poésie rurale sentant bon le sud des States. 'Parchment List' another new one, toujours profil bas: humilité et respect des éléments naturels. 'Ice cold Hands', sombre mais sur fond de flamenco nerveux . Ice cold hands: ben ouais, fait -5° dehors . Avec le cachet il pourra s'acheter des moufles (en solde). 'Suit song'.. I don't want no bargain suit... que veux-tu , mec? Un costard Calvin Klein? Excellent titre folk/country .
Les petites perles raffinées se succèdent: 'Easy Rider' un joyau , digne du meilleur Castanets. Du psychedelic folk grandiose. Ce Vlaamse kid chante à merveille la culture des Southern States (Oklahoma, Missouri, Kentucky...). Un voyage mental en compagnie de Dennis Hopper et Peter Fonda .
'Well again'... Would you be my nurse if I was sick?..... Amours simples et tendres.
'Particles' encore une chanson dénudée jusqu'à la moelle , finding its way right to your soul.
...Everyone knows what's good for me .... sur background country. ('Led On' ) Et une dernière 'New House' ,j'ai acheté une maison ,on y sera heureux ...I got the key ... un blues rural à la Taj Mahal.
That's it , folks ! Les cerises veulent plus ... Ja , maar wat ?
'Smalltown boy' Bronski Beat , me souviens plus très bien des lyrics. ... Pushed around and kicked around Always a lonely boy ... avec ce chorus immortel ... Run away , turn away Run away , turn away.... Mooi!
Il enchaîne avec l'hymne aux gros nibards 'Pretty Boops' . Si j'avais un peu de pognon je le dépenserais avec de jolies nanas and some booze. Le programme électoral de Michel Daerden!
Vinz : de la délicatesse dans ce monde de brutes!

Après les pintjes, le pinard : We Like Red Wine !
Derrière ce pseudonyme bordelais se cachent deux ex -The Ignition (l'allumage a été switched off) : Quentin et Julien Joris : batterie et basse et, une bombe blonde en provenance du royaume Sarkozien : Victoria Tibblin ( chant et guitare)
Miss Vicky semble être la protégée du grinçant Didier Kengen a k a Odieu , garde moi une Leffe au frais!
Ce joyeux trio a décidé d'exhumer la punk attitude de son sépulcre caverneux . Un mot d'ordre : 'on joue fort , faux , on en rajoute un max et on vous emmerde si ça ne vous plaît pas ...'.
Sur ces bases philosophiques , les peinturlurés nous ont servi un show second degré, lourd mais rigolo.
Il y a du Nina Hagen dans leur approche outrancière , mais ne nous y trompons pas : la nana et les gamins savent jouer .
Un répertoire mêlant compos personnelles et reprises vineuses.
'Intro ' à la Johnny Rotten , suivie de 'Damaged Goods' (?Gang of Four?).
Tu penses à ces punk bands with female singer (Penetration avec Pauline Murray ou les Stinky Toys avec Elli Medeiros) , ou all female bands (The Slits). The Distillers ou The Gossip sont également dans les parages. Miss Tibblin n'ayant pas le sex -appeal Babar de Beth Ditto .



Du punkcore avec 'Jeannie' , un titre pharmaceutique ( à eux) 'Pansement'. Parfois tu repenses à Plastic Bertrand ou au ska punk (Bad Manners) . Il y a un petit côté New York Dolls dans leur attitude , mais ça sent le fake , et ,parfois, c'est cheap. Quentin se démène comme un Keith Moon , sous influence , derrière ses caisses et Julien nous fait son habituel numéro de cascadeur . Victoria est vachement plus sexy que Siouxsie Sioux 2008 . Bref , tu souris à leur truc potache.
'This is pop' suivi de 'Bass Chorus' pour Juju.
Et puis , grosse claque: formidable version de 'White Rabbit'. Jefferson Airplane chantant le LSD . Le petit lapin blanc d'Alice aux pays des merveilles devenant l'hymne psychédélique de toute la génération Woodstock. Passe moi ta guitare Vicky , je te refile ma basse souffle Julien : 'Bam Bam' .
Effectivement bam bam bim bam boum, à l'assaut!
The Damned 'New Rose' et un terrible 'Purple Skies ' de leur plume.
C'est fini , on a vidé nos bouteilles de rouge.
Les copains exigent un bis : 'Squelette' . Catégorie Berurier Noir , Ludwig von 88 , Les Garçons Bouchers ... On n'a plus rien au répertoire !
Ouh Ouh Ouh ...
Plus rien on vous dit , mais, vous l'aurez voulu , lance le facétieux Quentin, qui vient hurler un truc casse-couilles et fleurs de chou (vantant un Walligator ) dans le micro .
Fin de la farce!
Direction le bar , qu'Odieu quitte en chantant .. le rire du sergent , la folle du régiment , la préférée du capitaine des dragons...
Punk's not dead !

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents