Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 12:09
Juliette Armanet - Sandor à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 18 octobre 2017.

Juliette Armanet - Sandor à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 18 octobre 2017.

 

Fin août sur l'event facebook... au secours, je recherche 2 billets pour Juliette Armanet, le 18 octobre 2017.

Des messages similaires, on a fini par en compter plus de trente, c'est dire qu'il faisait torride dans le pigeonnier, ce mercredi soir!

 

L'avant-programme assuré par Sandor, trois dates en Belgique, après un passage aux Nuits 2017, valait déjà le déplacement.

Merci Nadia de nous avoir déniché les derniers tickets!

L'EP ' Bar de Nuit' de  Virginie Florey, alias Sandor, t'avait ébloui en son temps, ce soir, il fallait attendre l'épreuve de la scène.

A 20:00, pile, Sandor ( voix, guitare, échantillonneur), Jérémie Duciel ( electronic drums, programming) et Noémie Mendez ( synthé, secondes voix) se manifestent pour attaquer  ' Marée noire', une plage marécageuse non reprise sur l'extended play.

Le pad  génère des beats polaires, le synthé dessine des vagues sinueuses , la guitare grince, les deux voix synthétiques, elles aussi, se répondent et ébranlent tes sens.

Baptise, à ta convenance, le propos de cold wave ou de synth pop!

 Où vas-tu, Sandor?

On te sent un brin nostalgique, t'étais pas bien, ici?

Je retourne au pays, ' Parmi les miens'.

Un sourire énigmatique, un bref bonsoir, la fille dépose la guitare sur le support , laissant le soin à Noémie et à Jérémie d'élaborer un fond sonore pour une chanson de rupture désabusée, ... je renonce à ton amour...finis, les mots qui blessent... .

La demoiselle de Lausanne remet au goût du jour  la mouvance post-punk/cold wave française, née dans les années 80, et mise en valeur par des gens tels que Guerre Froide, Marquis de Sade, Baroque Bordello ou Opéra de Nuit.

Aujourd'hui, Lescop et Bagarre  se réclament de la même esthétique sombre.

Erreur de programming, Jérémie, on vient de la jouer celle-là, un sourire et le trio propose ' En osmose'  aux climats Fishbach.

Avec ' Le mur' on revient à la lecture du EP.

A-t-elle vu le long-métrage de Xavier Dolan, 'Mommy', traitant des murs de l'incommunicabilité?

L'atmosphère n'est pas à l'allégresse,  je souffre du manque de toi!

Hier, au Reflektor, à Liège, le cousin de Michel Daerden m'a dit avoir adoré ma musique tout en me reprochant un manque de contact avec le public.

Je suis timide, ça se soigne, Pierre?

Après les confidences, Bruxelles hérite d'une des pièces maîtresses de l'enregistrement, la petite merveille ' Rincer à l'eau'.

Sandor, Noémie et Jérémie viennent au devant de la scène pour saluer le public, ils se ravisent pourtant, on leur accorde encore dix minutes, entamées par 'Tu disais',  un texte  explicite et cru qui devrait plaire à Virginie Despentes ou à Catherine Breillat.

Pour les retardataires, je m'appelle Sandor, voici la dernière, ' Bar de nuit' à la sensualité à fleur de peau.

Oui, JP?

Elle est bien, Sandor!

 

 

La sono diffuse 'Superstition' de Stevie Wonder pour annoncer l'arrivée de Juliette Armanet.

Toi, c'est  Yves Simon que tu entendais...

Vous marchiez Juliet au bord de l'eau, vos quatre ailes rouges sur le dos

 Vous chantiez Alice de Lewis Carroll sur une bande magnétique un peu folle...

Car c'est bien Au Pays des Merveilles de Juliette que tu es invité à faire escale.

Juliette, tu lui donnes à peine 20 ans, elle en a plus, est rieuse, décomplexée, drôle, déroutante et taquine.

 La séduisante jeune dame n'a sorti qu'un seul album, 'Petite Amie', elle suscite le même enthousiasme auprès du public que de la presse.

La Rotonde a dansé, frappé des mains, chanté, a été émue,  a ri, est tombée amoureuse.

 Ne pas succomber au charme de la Lilloise relève du domaine de l'impossible!

Les rideaux s'écartent, ils sont quatre à se présenter, sans doute, Stéphane Bellity ( alias Ricky Hollywood)  – batterie/ Jérôme Arrighi – basse/ Jean Poulhalec – guitare et Corentin Kerdraon – claviers, ils lancent l'intro, majestueuse, Juliette traîne, elle se maquille encore.

La voilà, une entrée en piste théâtrale, elle se dirige vers toi, aïe, te tend la main, profère... vous avez une belle moustache, monsieur ... O K, elle se fout légèrement de ta poire, il faut réagir, ...vous aussi, mademoiselle... fou rire général, le ton est donné, le jeu va se poursuivre pendant toute la durée du concert.

Elle s'installe derrière le piano et amorce ' Manque d'amour', le refrain étant repris par la salle, presque entière.

Oui, il y a du Véronique Sanson, du France Gall, forcément du Michel Berger, même une pointe de Polnareff dans cette belle ballade, mais à quoi bon tracer des parallèles, Juliette c'est Juliette, elle a de l'esprit.

Jean troque l'électricité contre une guitare sèche, après un passage au bureau de poste, mademoiselle Armanet décide de nous envoyer une 'Carte postale douce-amère, ' aux teintes pastel.

Elle minaude, sourit, décide de changer style, ' L'Indien', une déclaration d'amour en mode  groove .

Un morceau  prodigieux, une interprète épatante!

Viens, Corentin!

Il passe derrière le piano, sur lequel elle s'accoude.

Non, ne me regardez pas  je vais rire, concentrez-vous, svp!

Ce marivaudage va te tuer, tu te sens comme la groupie de la pianiste qui te murmure ' Star triste'.

Triste, tu n'es pas, tu nages dans un bonheur béat!

'Cavalier seule' évoque William Sheller et avant de proposer 'L'amour en solitaire' elle s'en prend à ton voisin.

Tu habites ici?

Non, en Wallonie.

Chacun porte sa croix, on se téléphone?

Cinq minutes d'applaudissements, elle attend, les garçons se tirent, elle sourit, encore...

Juliette, je t'aime,  et pourtant je ne suis pas fan de manga.

 ' L'accident' est interprété  solo, c'est beau à pleurer, tu pleures!

Pardon, non, je ne me prénomme pas 'Alexandre'.

Alexandre, où êtes-vous?

Dans le jardin, sans doute!

Voilà un Alexandre, il a une belle chemise, sa maman ne lui a pas appris à la boutonner convenablement, il s'assied sur le tabouret, frôle Juliette, la caresse, il est odieux,... tu me fais de l'ombre, Alexandre, je ne suis pas Léon Blum, je t'aurais affronté en duel à l'épée.

Merci, Alexandre, je t'embrasse, passons à autre chose, ' Sous la pluie'.

Serais-tu mélancolique, belle enfant?

 Je suis une mélancolique joyeuse!

Belle ballade, humide, décorée par un solo Stephen Stills, puisque tu penses à Véronique!

Le piano est poussé à l'arrière du podium, place au disco dancing ' A la folie' , suivi par le tout aussi tourbillonnant ' Loulou', à la mise en scène luminescente.

Michel, je te refile les torches, prends en soin, je danse!

Fort bien, mon petit loup!

Elle envoie une nouvelle bombe disco,  'Un Samedi soir dans l’histoire', aussi percutante que ' Macumba' de J P Mader  ou 'L'Amour A La Plage' de Niagara!

Le piano reprend sa place initiale pour la dernière salve, je me concentre en fermant les yeux, c'est bon, on y va:  'Adieu Tchin Tchin', quelques flashes de Robert Charlebois viennent frôler tes neurones.

 Cette fille est un ange ou un démon, elle nous promène selon sa fantaisie  comme des petits toutous bien sages.

Un dernier sourire, puis direction les coulisses, avant de revenir pour le rappel, une adaptation personnelle d'un tube américain ( Juliette, The Weeknd est Canadien!), ' Je te sens venir' ( I feel it coming), le titre le plus chaud d'un show triomphal.

 

Juliette Armanet est d'ores et déjà signée pour les prochaines Nuits Bota!

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juliette Armanet - Sandor à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 18 octobre 2017.
Juliette Armanet - Sandor à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 18 octobre 2017.
Juliette Armanet - Sandor à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 18 octobre 2017.
Juliette Armanet - Sandor à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 18 octobre 2017.
Repost 0
Published by michel- jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 07:03
Weezer à l'Ancienne Belgique, Bruxelles, le 18 octobre 2017

Weezer à l'Ancienne Belgique, Bruxelles, le 18 octobre 2017

 

Organisé par Live Nation Belgium et Ancienne Belgique - AB!

 

Bruxelles! Great to see you again!

Dernier passage dans nos plaines autrefois fertile, en 2001 à Werchter.

Résultat: UITVERKOCHT!

 

 

 Florian Hexagen était à l'AB!

 

 

 Bon bah voilà, j'avais un peu peur, sachant que Weezer c'est quand même 2 de mes albums préférés des 90's ("Blue album" et "Pinkerton"), que c'était à l'AB, que c'était sold out, que les derniers albums étaient vraiment pas convaincants (je ne parle même pas du dernier )

Et bien au final, ce fut juste la parfaite soirée nostalgique adolescente attendue, une sorte de karaoke dance géant avec la banane en permanence (coucou les Pixies, coucou ATDI, vous pouvez généreusement en prendre de la graine).
Généralement pas mon truc, mais là, la magie fonctionne ou pas, et hier, ça n'a pas menti.
Le groupe ne bouge pas ou presque, comme on s'y attendait, mais la voix (géniale) de Rivers Cuomo et les tubes font miraculeusement tenir le tout, et ce sans forcer, avec une interaction plutôt chouette avec le public.
Et en matière de petits chefs-d'oeuvre pop-rock indie, on a été plutôt bien mieux servi que les concerts précédents dont j'avais pu voir les setlists récemment de ci de là, voyez plutôt: Surf Wax America, The Good Life, Pork and Beans, My Name Is Jonas, Undone - The Sweater Song, Hash Pipe, Island in the Sun, Say It Ain't So ou même encore fucking Buddy Holly !
Bref, selon l'adage avec Weezer, "1 million fans can't be wrong", et ça s'est encore bien vérifié hier soir!

 

photos- Vincent Van Wezemael ( concert monkey)

Weezer à l'Ancienne Belgique, Bruxelles, le 18 octobre 2017
Weezer à l'Ancienne Belgique, Bruxelles, le 18 octobre 2017
Weezer à l'Ancienne Belgique, Bruxelles, le 18 octobre 2017
Repost 0
Published by florian hexagen/Vincent Van Wezemael - dans Concerts
commenter cet article
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 11:19
Lambert Wilson chante Yves Montand à La Madeleine, Bruxelles, le 17 octobre 2017.

Lambert Wilson chante Yves Montand à  La Madeleine, Bruxelles, le 17 octobre 2017.

 

Une organisation MB Presents!

 

Le dossier du Cirque Royal reste un point sensible, le conflit entre le Botanique et la Ville de Bruxelles semble au point mort, donc tous les concerts prévus dans la salle de la rue de l'Enseignement ont dû être déplacés.

 

Lambert Wilson chante Yves Montand a trouvé refuge à La Madeleine.

Le soir de l'événement, il ne restait que quelques sièges disponibles ( la salle avait été garnie de fauteuils)!

 Ivo Livi, fils de Giovanni et Giuseppina Livi, arrive à Marseille à l'âge de deux ans, le petit rital deviendra une star mondiale, et, 25 ans après la mort de celui qui est devenu Yves Montand, l'homme est toujours bien vivant dans le coeur des Français.

Lambert Wilson lui rend hommage fin 2015, en gravant l'album 'Wilson chante Montand', une tournée d'envergure suit la sortie du disque, avec une date bruxelloise à la salle de la Madeleine, dans laquelle ont pris place  des parents belges, domiciliés à Ath, du comédien.

Les gens, l'âge mûr dominait, qui avaient fait le déplacement en espérant entendre un florilège des grands succès du Papet seront sortis de la salle vaguement  frustrés,  car le dessein poursuivi par l'homme de théâtre était de concevoir un spectacle en chansons retraçant la carrière, les rencontres et le militantisme de celui que le public du Henry Miller Theatre de New-York a rappelé 16 fois en 1959.

Extinction des feux à 20:10', ils sont sept à descendre les marches devant les mener sur la scène, six musiciens d'exception, menés par Bruno Fontaine, le pianiste/chef d'orchestre, les autres se nomment Pierre-Alain Tocanier à la batterie/ Armance Quero (violoncelle)/ Christophe Wallemme (basse ou contrebasse)/ Baptiste Germser ( cor, bugle)/ Roland Pinsard (clarinette, clarinette basse, sax soprano) et le beau Lambert. 

 

Le show de ce soir ne se résume pas à un récital traditionnel mais à un véritable  spectacle en chansons, le parcours d'Yves Montand est retracé par des textes de Jorge Semprun, de Jean Cocteau et d'autres proches de l'artiste marseillais, les poèmes ou extraits de textes ouvrent la porte aux titres choisis par Lambert Wilson.

Le voyage débute avec ' La grande cité', un morceau de 1946 auquel Lambert colle l'amusant 'Luna Park', un swing à la française, qui lui permet d'esquisser un pas de danse en mode Fred Astaire.

Ce n'est pas de Marseille que rêvait Giovanni Livi en fuyant l'Italie fasciste, mais d'Amérique, Lambert sur le ring pour illustrer  ' Battling Joe', le boxeur qui avait une sacrée droite.

Légèrement cabot, le fils de Georges laisse le soin au public d'entamer ' La chansonnette', qui recueille une ovation une fois arrivée à son  terme.

Piano/voix, pour faire la connaissance de ' Clémentine'  et de son corsage léger.

Enchaînement orchestré par Bruno Fontaine, adieu Clémentine, voici Paulette dont tout le monde est amoureux.

Quel bonheur d'entendre 'La bicyclette' , le 45 tours que ton père a usé jusqu'à la moelle en le posant des milliers de fois sur le pick-up antique auquel nous, les gosses, on ne pouvait pas toucher.

 Après la chanson à succès place à  Yves Montand , Bob Castella et ses Rythmes et le moins connu  'Il a fallu' avant d'aborder l'épisode Edith Piaf et l'immortel ' Mon manège à moi';

Un petit saut dans la fosse, je te fixe dans les yeux, Louison, puis je retourne sur scène et je la joue Joséphine Baker.

Il virevolte, le bougre, et Bruxelles aime ça!

Prévert ' Le jardin' est suivi par la valse musette 'A Paris', le voilà transformé en ballerine de Degas.

Si Bécaud était Monsieur 100 00 volts, Lambert Wilson s'en approche sérieusement.

On quitte la ville lumière pour Saint-Paul de Vence, la Colombe d'Or, pour aller à la rencontre du couple mythique Yves  Montand/ Simone Signoret , 'Toi, tu ne ressembles à personne'.

Casque d'Or est unique!

Il s'agenouille et amorce ' Voir', et c'est comme si il faisait un signe à Jacques, là-haut.

Bruxelles frissonne.

La romance 'Le temps des cerises' interprétée a capella frôle le magique, puis vient Arthur Rimbaud avec le profond ' Le dormeur du val', suivi par d'autres titres consacrés à l'absurdité de la guerre, ' Quand un soldat' et l'admirable ' Barbara' de la plume de Jacques Prévert.

Montand est né communiste, 'Le chant des partisans' et ' Madrid'  nous le rappellent.

' En sortant de l'école'  précède 'Syracuse' dont la musique était signée par un autre grand de la chanson française, Henri Salvador.

Nous sommes en 1982, au Brésil, Yves Montand a rempli le stade de foot, il chante ' Sanguine' et comme s'il venait de marquer le but qui a qualifié la sélection , Lambert Wilson termine allongé sur la pelouse.

Montand chante Baudelaire, 'Les bijoux', Wilson étonne!

Voilà Marilyn, ' Coeur de mon coeur', une aventure sans lendemain, Simone attend...

Bruxelles la voulait, la voilà ' Les feuilles mortes'.

Se taire, écouter, éviter de respirer!

Existe-t-il une meilleure chanson pour terminer un tour de chant?

 

La salle debout, ils reviennent et proposent, in English, le jazzy ' Come back to me' , de la bande-son de 'On a clear day you can see forever' de Vincente Minnelli, Yves Montand partageait l'affiche avec Barbra Streisand. Le titre permet la mise en évidence des talents des musiciens.

 Après deux heures de show, tous,  ils regagnent les loges.

Bruxelles n'a pas l'intention d'aller se coucher et aura droit à un second  rappel, ' Les grands boulevards'  avant de quitter la salle en souriant.

C'était si bon, murmure un voisin!

 

 

 

 

Lambert Wilson chante Yves Montand à La Madeleine, Bruxelles, le 17 octobre 2017.
Lambert Wilson chante Yves Montand à La Madeleine, Bruxelles, le 17 octobre 2017.
Lambert Wilson chante Yves Montand à La Madeleine, Bruxelles, le 17 octobre 2017.
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 17:09
Hygiaphone Cover de Téléphone au Zik-Zak à Ittre, le 14 octobre 2017

Hygiaphone Cover de Téléphone au Zik-Zak à Ittre, le 14 octobre 2017

 

20:30', rue de Tubize, Ittre, moins de monde que lors de l'apparition de Saint-Nicolas sur la Grand-Place de Petit-Rechain.

Les routes barrées du côté de Oisquercq ne sont pas étrangères à la défection des ouailles, une expédition délirante pour arriver à bon port, résultat à l'heure où devait débuter la prestation de Hygiaphone, il n' y avait pas moyen de réunir assez de joueurs pour former deux équipes de foot, à la rigueur, on pouvait imaginer une rencontre de mini-foot.

Le groupe décide de retarder le coup d'envoi de trente minutes, à 21h une assistance honnête occupe les gradins.

 

Dans la saga coverbands, Téléphone n'est pas la formation qui bat tous les records,  il existe toutefois quelques audacieux, e a  Taxiphone, Mégaphone,  T-léphone Export, un Hygiaphone normand et un Hygiaphone wallon, né en 2008.

Pas de  Corine Marienneau sur scène, mais cinq parents de Graham Bell, venus s'établir en Wallifornie, comme parmi eux tu savais qu'il y avait Laurent Debeuf à la guitare ( vu et apprécié avec The Lovecats plays The Cure), tu t'attendais à une prestation convenable, n'anticipons pas!

 

A la batterie, Christophe Minne qui, mine de rien, abat du bon boulot, Dan Hennaut est le second guitariste, Stéphane Lefèvre tient la basse, ils soutiennent le maître-chanteur/manager, Marc Kisiela.

Mise en condition  cathédrale de Renipont, les fantassins déboulent et attaquent ' Crache ton venin'.

Rien à dire, les musicos s'en tirent plutôt bien, par contre le chant affecté du brave monsieur aux tempes grises, affublé d'un foulard très seyant, énerve instantanément.

Tu n'y crois pas une seconde quand il gazouille ...crache ton venin!

Allez, tous en voiture, dit-il pour introduire ' Métro c'est trop'.

Même scénario, tu ne vois pas vraiment Marc Kisiela grimper sur les barricades et  défier les poulets, il risque de se casser un ongle.

Détour par le bar, une bière, le lapin-serveur te sourit, comme toi,  il a pigé que ce concert ne va pas entrer dans les annales.

Bonsoir Zik, bonsoir Zak,  bienvenue dans le monde de Téléphone,  il massacre 'Argent trop cher'.

Tu dis, Coluche?

C'est quoi, ce pantin?

T'es sévère!

Un relevé de titres?

'Prends ce que tu veux', le French funk 'Tu vas me manquer', ' La bombe humaine' se suivent.

Pourquoi penses-tu à Moravia?

Le Mépris?

Non, l'Ennui!

Laurent Debeuf a beau aligner de petits soli efficaces, la mayonnaise ne prend pas.

Le dandy vieillissant se laisse choir sur les genoux pour terminer 'Téléphomme', tu retournes au bar, Annick soupire, Manu est parti engloutir une saucisse, le lapin-serveur te paye une bière, sur scène, ils enfilent 'Le silence', 'New-York avec toi', 'Ça c'est vraiment toi' ta préférée, '66 heures' , ' Dure limite' et ' Les plages'.

Oui, Annick?

Le Zik Zak a fait sa B A de l'année en les payant.

Ecoute, mon chou, je peux pas rester sur la plage, j'ai oublié mon costume de main, je jette l'éponge, j'en bois encore une pour noyer mon chagrin et je m'en remets au GPS pour me ramener en Flandre.

Tu dis?

Salaud!

Aucun remords!

 

Hygiaphone Cover de Téléphone au Zik-Zak à Ittre, le 14 octobre 2017
Hygiaphone Cover de Téléphone au Zik-Zak à Ittre, le 14 octobre 2017
Hygiaphone Cover de Téléphone au Zik-Zak à Ittre, le 14 octobre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 14:12
Sarah Toussaint-Léveillé au BRASS - Centre Culturel de Forest, le 14 octobre 2017

Sarah Toussaint-Léveillé au BRASS - Centre Culturel de Forest, le 14 octobre 2017

 

Dans le cadre du Festival FrancoFaune, se déroulant du  du 5 au 15 octobre, l'événement qui célèbre la biodiversité musicale francophone, dixit l'organisation, le BRASS accueille Sarah Toussaint-Léveillé!

 

Une sieste musicale, dit l'affiche, ce qui va se vérifier en considérant la position allongée adoptée par bon nombre d'auditeurs, le concert est prévu à 15h.

L'artiste québecoise a souhaité se produire dans la salle des machines de l'ancienne brasserie Wielemans, c'est dans ce lieu insolite et unique que la chanteuse et ses complices prennent place après avoir été introduits par l'aristocrate Florent Le Duc.

 

 

 Sarah Toussaint-Léveillé est la fille de l'humoriste et chansonnier François Léveillée, elle a perdu le e final au passage et, comme papa, elle ne manque pas d'humour.

Extraits de bio: Je suis née le 4 août 1990 à l’Hôpital Pierre Boucher à 17h17, ma mère avait encore son look des années ’80. Ma sœur était là, elle avait 4 ans, un nez de cochon et des cheveux blancs. C’est elle qui m’a attrapée. Elle m’a aimé même si j’avais l’air d’un mollusque.

Mon père est arrivé en retard...

La musique c’est mon alter égo, elle me colle au cul comme une petite sœur fatigante..

Déjà deux albums dans son aumônière: 'La mal lunée ' et  'La mort est un jardin sauvage'.

Des médailles, coup de coeur Francophone Québécois,  meilleur album Folk de l’année 2016, un sourire espiègle et du bagout.

 

Bonjour, Bruxelles, je vous souhaite une bonne sieste!

A ses côtés, Cédric Dind-Lavoie manie une contrebasse/ au violoncelle, une ex-myope à la vue claire, Marianne Houle et Fany Fresard ( vue avec Klô Pelgag) au violon. 

Ma voisine espagnole désirait accoucher à domicile, elle a invité sa famille nombreuse, elle m'a refilé une caméra, Sarah, toi, tu filmes.

Je me suis attelée à la tâche  tant bien que mal, un premier enfantement, même dans l'eau, ça marque et donne des haut-le-coeur, le film n'a pas été retenu pour les Awards du premier long-métrage, mais l'expérience a donné naissance à une chanson, si la malicieuse enfant indique que la chanson dépeint la vie des écureuils, il s'agit bien de la valse bluesy  ' La tempête'  qui   retrace la  joie et les douleurs qui accompagnent l'enfantement.

Un titre fort et émouvant.

Comme sur le dernier album, ' Pas à pas' succède à la   'Tempête' , un texte bilingue,  des arrangements subtils,  un petit sifflement coquin, décorent ce morceau éveillé ( sorry) et guilleret, suivi par ' La Guitomane'.

Euh c'est quoi une guitomane? 

..J’étais guitomane
Je vivais dans ma musique... 

Et aujourd'hui?

Je suis amoureuse!

In English, to follow, ' Wake up without a passion', une plage jazzy baignant dans des atmosphères Tom Waits, Leonard Cohen, avec un clin d'oeil final à Mary Poppins. 

Pousse-toi, Cédric, je te chipe ta contrebasse, tu peux t'amuser à battre la caisse cachée derrière  Fany, qui se charge des backings, Pierrot, prête-moi ta plume, allons-y  'Dans mon cahier' ( la musique me glisse entre les doigts).

Du hip hop, du groove, du charme,...du talent, quoi!

C'est en solitaire que mademoiselle propose un extrait  brumeux de 'La mal lunée', 'Ghost', avant de rappeler l'équipe pour 'Prison voyageuse' , une fugue introspective mixant onirisme et métaphores.

Histoire de contrebalancer le propos sérieux du titre, Sarah sourit, raconte une ou deux vannes puis engage 'Mille et un cris' , un nouveau poème mis en musique.

Un coup d'oeil à la pendule, c'est déjà l'heure de se quitter et malheureusement vous devrez subir l'ukulele, je vous présente mes amis, je remercie l'ingé-son, Jésus, pour la lumière et je dédie 'Une laideronne sous la pluie' à ma soeur qui a toujours rêvé de vivre à Hawaï.



Forest réclame le retour des musiciens et c'est avec 'L'écurie humaine', digne des meilleurs Cabrel, que prend fin cette délectable  sieste musicale.

 La tournée européenne de Sarah Toussaint-Léveillé est bouclée, dans deux semaines elle reprend le collier du côté de la  rivière Saint-François.

 

 

Sarah Toussaint-Léveillé au BRASS - Centre Culturel de Forest, le 14 octobre 2017
Sarah Toussaint-Léveillé au BRASS - Centre Culturel de Forest, le 14 octobre 2017
Sarah Toussaint-Léveillé au BRASS - Centre Culturel de Forest, le 14 octobre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 17:34
King Child - Album Release - au Théâtre Marni- Ixelles, le 13 octobre 2017

King Child - Album Release - au Théâtre Marni- Ixelles, le 13 octobre 2017

 

Pour célébrer la sortie belge de son premier album, 'Meredith',  King Child avait convié Bruxelles à faire la connaissance de son indie/prog/pop/rock au Marni.

Si l'affiche indiquait 20:30', il faudra patienter 30' avant de voir Jean Prat, ( drums, therevox, piano électrique), Quentin Hoogaert ( vocals, acoustique), David Kostman ( basse et synthé), Philip Bolten ( guitare et synthé) et le plus doux, Camille Mouton ( piano électrique, synthé), quitter les coulisses pour se présenter face à une demi - salle ( le bar du théâtre).

 

Jean ( Lyon) et Quentin ( Bruxelles) ont formé King Child en 2015, mais le duo  avait déjà auparavant collaboré au sein de Leopold Tears et, plus tard, chez Redrocks un combo neo prog lyonnais.

Après avoir composé plusieurs titres, qui seront alignés sur l'album 'Meredith', ils recrutent quelques musiciens en vue de se produire sur scène:  pas des inconnus, David Kostman a sévi ou sévit chez Morpheus Secrets ou Dario Mars and the Guillotines, Camille, le mouton de Saint-Etienne, joue du jazz avec le Honey Jungle Trio ou au sein de son propre quartet, quant à Philip, tu l'as croisé chez We Stood Like Kings ( bonjour, Judith), il a accompagné Elia Fragione , Denis K et Magy Tyson, qui ne boxe pas! 

Aucun bleu sur le podium, donc, et ça va se ressentir, ces mecs vont nous concocter un son colossal!

Après l'intro, comme le veut l'usage, l'enfant de lignée royale lance ' Meredith', la plage titulaire de l'effort discographique dont la gestation aura duré 24 mois.

Envolées lyriques, résonances Radiohead, Muse ou Debussy, solennité et voix qui interpelle, le début promet!

Quentin saisit une guitare sèche pour amorcer ' Bending time'  qui évoque les meilleurs titres de Crowded House, de la pop magique, onctueuse, à savourer en fermant les yeux.

'23 février' dominé par le piano, caresse tes pavillons et pourtant le thème traité n'est pas des plus léger, le calvaire que doivent subir les femmes battues!  

Ils enchaînent sur ' Grief' et 'Butcher'  sous forme de suite, le premier nommé, opératique,  renvoie vers le progrock des seventies, tu revois, notamment, Greenslade ou Beggar's Opera, des bands injustement oubliés, mais aussi certains morceaux de Machiavel, époque 'Rope Dancer'. ' Butcher', soutenu par les sonorités insolites du therevox, te promène dans un univers spatial dans lequel tu ne t''attendais pas à rencontrer de boucherie.

' True romance' is a lovesong, avertit le chanteur, agrippé à son micro.

Tu aimes le drame et la passion, Richard Ashcroft, Brett Anderson...tu vas succomber!

Ecoute, Didier, ' Monsters' n'est pas pour toi, au jeu des parallèles c'est, à nouveau, Muse, que ton cerveau avance.

'Opal' démarre sous forme de crooning avant une brusque accélération...you don't have to cry...  annonçant une direction plus dansante, tes voisines reprennent le refrain ..it's alright, it's alright... avec Quentin.

Encore une réussite!

' Maxillary dysfunction' est destiné aux odontologistes à l'oreille musicale et aimant les climats angoissants, il est suivi par la danse spectrale inquiétante ' Ghost dance', que tu peux offrir à ta petite soeur pour Halloween.

Nous arrivons au dernier morceau et nous vous proposons une excursion dans le ' Desert', le canasson anonyme est resté à l'écurie, pas les arrangements grandioses.

 

 

Ils saluent pour revenir proposer une version piano voix de ' 23 février', le team au complet achève la romance puis décide de dépuceler 'One last ride',  un morceau inédit.

 

King Child, un groupe à tenir à l'oeil, il annonce une release party parisienne le 28 octobre et un concert en formule trio à Nandrin, le 19 de ce mois.



  

King Child - Album Release - au Théâtre Marni- Ixelles, le 13 octobre 2017
King Child - Album Release - au Théâtre Marni- Ixelles, le 13 octobre 2017
King Child - Album Release - au Théâtre Marni- Ixelles, le 13 octobre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 12:06
Ben Mazué - Showcase- Fnac Toison d'Or - Ixelles - le 11 octobre 2017

Ben Mazué - Showcase- Fnac Toison d'Or - Ixelles - le 11 octobre 2017

 

 

La FNAC Toison d'Or n'avait plus programmé de mini-concert depuis un petit temps, Raphaël y était passé en septembre, c'était pour une séance dédicaces.

Ce mercredi, Ben Mazué est annoncé à 17:30 pour présenter son dernier album, "La femme idéale".

Connaissant les lieux, tu empruntes l'escalier mécanique pour trouver, à l'étage, l'espace réservé aux showcases.

Plus rien, ni sièges, ni mini-scène, rien!

Faut passer par l'accueil où un jeune fille nous met au courant, désormais l'emplacement prévu pour les concerts se trouve à l'entrée du magasin, côté Galeries, là où le va-et-vient d'entrées et de sorties est constant.

Est-ce judicieux?

A 17:30', une quarantaine de curieux, dont plusieurs collégiennes revenant de leurs cours, se trouvent agglutinés face à Ben Mazué, accompagné par le claviériste Robin Notte ( Ben l'Oncle Soul, Corneille, Melissa Laveaux, Frero Delavega, Marina Kaye, Kenza Farah, Kayna Samet, David Linx, Dre Pallemaerts, Manu Katché, Julie Saury... bref, un musicien fort demandé).

Comment un médecin devient-il chanteur, Ben?

Euh, Yannick Noah jouait au tennis et Polo Montañez abattait des arbres!

 

Bonjour, je suis Ben Mazué, je suis français ( c'est pas une tare, te souffle Cyrille), j'ai sorti un nouvel album, ' La femme idéale', ce qui me vaut ma présence ici.

'La femme idéale' succède à 'Ben Mazué' ( 2011) et '33 ans' ( 2014).

'J'arrive' ouvre le dernier né et le récital.

Robin pianote et se charge du programming, alors que le Niçois nous chante l'espoir, l'appétit de vivre, la soif de bonne humeur   ... attends-moi le monde j’arrive j’arrive j’arrive . Je réveillais l’espoir j’arrive j’arrive j’arrive...

Tu penses à Cali ou à Charlie Winston, la poésie latente découlant du texte et le phrasé clair du jeune homme atteignent leur cible, l'assistance entière sourit et est  séduite par cette mélodie optimiste, qui est suivie par 'La femme idéale', plutôt une quête qu'un tableau illustrant la perfection féminine.

Ben est passé derrière les touches, son complice s'occupe du sampler/ beatmaker .

Il l'aime, sa compagne!

Même si  elle a changé, la maternité, quelques plis, quelques rides, désormais elle est mère/femme et soeur,  ils ont déjà fait un bout de chemin ensemble, pourtant aucune lassitude ne pointe!

Sensibilité, tendresse, justesse de ton, c'est tout ça, Ben Mazué!

A la manière de  Gaël Faye ( 'Ma Femme'), voici '10 ans de nous', un chef-d'oeuvre de finesse et de pudeur, dans un autre style que l'immortel ' Sarah' de Moustaki/Reggiani, l'ex- carabin fait mouche.

Il décide de poursuivre avec un titre de l'album précédent, '25 ans', un slam/slow amusant qui démystifie la drague.

Tu te surprends à sourire, tu as eu 25 ans, t''avais oublié les scènes de marivaudage dans les boîtes, le jeu de la séduction, les échanges de regards  et autres comportements de petit coq.

 En souriant tu repenses au slow de Guy Bedos et Sophie Daumier... vas-y Jeannot,  attaque!

Quelques accords de guitare sont mis en boucle pour amorcer 'La liesse est lovée', avec traduction pour analphabètes.

Un titre chaloupé qui devrait plaire à Témé Tan!

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, je serai au Botanique en mars 2018, merci, Bruxelles!

 

Une spectatrice l'implore, une petite dernière?

OK, puisqu'on est chez lui, je vous propose 'Sommeil' de Stromae.

 

Ils étaient nombreux à souhaiter une dédicace sur le CD!

 

 


 

Ben Mazué - Showcase- Fnac Toison d'Or - Ixelles - le 11 octobre 2017
Ben Mazué - Showcase- Fnac Toison d'Or - Ixelles - le 11 octobre 2017
Ben Mazué - Showcase- Fnac Toison d'Or - Ixelles - le 11 octobre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 07:55
My Baby - Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 9 octobre 2017

My Baby - Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 9 octobre 2017

 

My Baby, la nouvelle sensation amstellodamoise, a fait le plein à l'AB Club en cette veille de grève nationale.

Un petit hic pour les usagers de la SNCB, plus de train à partir de 22h!

Pas de support prévu et concert annoncé à 20:45', il faut s'armer de patience avant de voir débouler Cato et Joost van Dijck et Daniel Johnston, le guitariste néo-zélandais,  au chapeau boule décoré de plumes.

Après une intro commandant Cousteau, Daniel se pointe et ramasse une guitare, Joost est sur ses talons, il se cache derrière les caisses et cymbales.

Ladies and gentlemen, My Baby is here, are you ready for that, Cato surgit, fringuée voodoo/hippie, une tunique fleurie, un top assorti laissant apparaître une poitrine inexistante, des colliers indiens et, pour couvrir ses pieds, du vernis bleu, elle attire tous les regards cette nana qui évoque les filles que l'on admirait dans le film/documentaire que  Michael Wadleigh avait réalisé sur le Woodstock festival.

Le groupe a trois full cd's à son actif, le dernier  'Prehistoric Rhythm' est sorti en  2017.

Après l'intro, dominée par la slide du gars des antipodes et le drumming sauvage du frérot, la belle enfant saisit un violon et lance ' Love dance'.

Du psychedelic blues reposant sur des beats hypnotiques, un violon à la East of Eden et les riffs groovy du guitariste.

Il n'a pas fallu deux minutes pour que l'assemblée se mette à tanguer sur les rythmes tribaux irrésistibles.

Il s'agit bien d'une love dance!

'Remedy II' se fond dans la plage initiale... Strange,how I feel this way You're stuck in my brain like an endless melody... c'est exactement ce qu'on ressent, baby!

Le côté indien de 'Electrified' nous renvoie vers des groupes tels que Redbone ou Norman Greenboom, quelques flashes de Janis Joplin transpercent ton cerveau, la plage, étirée, permet aux musiciens de jammer à coeur joie tandis que l'assistance entre en transe.

Il n'y a pas de basse, constate un quidam, c'est vrai, Cato passe du violon à la guitare, le frangin s'occupe des percussions et le barbu au petit chapeau des soli de guitare, mais à côté de la table de mixage, un quatrième élément ajoute un florilège d' electronic beats dans lesquels on entend un son de basse.

Un fond r'n'b s'ajoute aux sonorités swamps dans les titres suivants,  ' Luminate' et  ' Same Wave'.

Retour du violon pour ' Haunt me' et 'Moon shower' qui te plongent dans un désert aride et évoque aussi bien Tinariwen  que certains British folk singers des sixties  influencés par la musique indienne.

Cette gigue mystique te transporte vers un passé lointain, à une époque où on pensait qu'on pourrait changer ce monde pourri!

La mosaïque ' Cosmic radio'  part dans tous les sens, tu y entends du Skip and Die, des accents voodoo, une prière chamanique, du tribal, un phrasé hip hop, du blues et du funk, sans oublier un violon tzigane.

Da Freez, le guitariste, fait de grands signes vers l'ingé-son, il n'est pas satisfait du volume produit par ses riffs, Cato a entamé le mystique ' Sunflower Sutra' qui se fond dans le uptempo ' Make a hundred' , dans lequel tu entends aussi bien du ZZ Top que du Rick James.

Tes voisines n'ont plus un poil de sec, elles n'ont pas arrêté une minute de gesticuler, Didier est tout aussi enthousiaste que ces gamines et gueule yeah à la fin de chaque tirade.

La slide, vicieuse, entame 'Uprising' et lorsque la charismatique chanteuse  entame son incantation et se met à haranguer le parterre, ses copains décident de pousser davantage sur le champignon pour transformer le gospel en rondo infernal.

Elle tombe la tunique, ce qui permet à l'élément mâle de mieux apprécier son look Twiggy, le mannequin poids plume qui avait affolé le monde de la mode dans les sixties, ' Seeing red' et 'Ancient tribe' nous conduisent au terme d'un concert dément.

C'est une certitude, il ne faudra plus attendre des lustres avant de retrouver My Baby dans la cour des grands, les festivals vont s'arracher ce combo sulfureux.

 

Pendant le, rappel, 'Mad Mountain Thyme',  Daniel Johnston vient prendre la température dans la fosse, Joost, topless depuis 25', vient épauler sa soeur au chant et ce dernier gospel/boogie/ voodoo trance achève une soirée mémorable!

 

 

 

 

My Baby - Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 9 octobre 2017
My Baby - Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 9 octobre 2017
My Baby - Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 9 octobre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 13:23
Nile On waX à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 8 octobre 2017

Nile On waX à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 8 octobre 2017

 

En mai 2017, Catherine Graindorge annonce: "Dear friends, NOX becomes Nile On Wax".

Faut-il voir dans ce changement d'identité l'existence d'un death metal band baptisé Nox aux Pays-Bas, d'un black metal outfit colombien, d'un trio féminin de Washington DC, d'un pop band slovène, d'un combo hongrois passé par l'Eurovision, d'un autre trio établi dans le Massachusetts, d'une babiole industrielle française, ou d'un émulateur pour android, voire d'un jeu vidéo... les trois lettres semblent  fort prisées!

 

Bref, si 'Bell Dogs', qui nous vaut cette release party, est le premier album enregistré sous l'appellation Nile On waX, le label bruxellois dEPOT 214, fondé par Joël Grignard (Monsoon, My TV is Dead), avait déjà sorti les albums 'Nox' et  'Freaks', ainsi que l'enregistrement solo de Catherine Graindorge ' The Secret Of Us All', on y entend  Hugo Race, avec lequel elle a concocté 'Long Distance Operators', et  Marc A. Huyghens.

 

Les complices de la violoniste au sein de  Nile On waX se nomment David Christophe ( David Lund) à la basse/contrebasse et Elie Rabinovitch ( également réalisateur)  à la batterie.

Le concert est annoncé à 20:15', sous la coupole a pris place un public d'âge mûr, moins habitué à fréquenter les salles de concert.

Une mégère, guère  apprivoisée, laisse échapper des assis, assis, assis ...hargneux en nous voyant prendre poste au premier rang, les formules de politesse sont sans doute absentes de son lexique verbal, mais comme nous sommes d'humeur commode nous obtempérons à ces injonctions impérieuses.

Une intro ténébreuse et quelques visuels psychédéliques annoncent l'arrivée imminente du trio.

La basse amorce ' Rhapsody', le violon s'élance, les timpani mallets caressent les cymbales, cette rhapsodie aux accents mélancoliques est plus proche d' Antonín Dvořák que de George Gershwin, le soundscape avant-garde repose sur un jeu de batterie répétitif sur lequel le violon et la basse digressent, soit en touches lyriques, soit en envolées postrock chères à Godspeed You! Black Emperor.

Pendant plus de dix minutes le trio nous propose de concevoir  nos propres images sur ce tapis musical envoûtant.

' The Monsoon' date de l'album ' Freaks' et démarre en mode largo, le ton est à la gravité, une nouvelle fois les musiciens, à l'instar d'Ennio Morricone ou de Mogwai, te laissent le loisir de créer ton propre film, soudain le violon exacerbé amorce un virage nerveux annonçant une fin explosive, la mousson sera dévastatrice!

Une voix off, prophétique, engage ' Eternity', après une séquence de bruitages  industriels, la plage prend une tournure classique.

Faux départ, David avait saisi la contrebasse à mauvais escient, on reprend 'Huit' qui se fond dans 'Nightride', une virée nocturne turbulente mixant des éléments Pink Floyd, époque 'Astronomy Domine' , Krautrock et ambient.

'L'oeil silencieux' est le titre d'un court-métrage de Karim Ouelhaj, récompensé à maintes reprises, la bande-son était signée NOX.

Si on te signale que le film avait été sélectionné pour le BIFF tu peux imaginer qu'il ne s'agissait pas d'une comédie et que le support musical n'est pas à classer sur le même  rayon que les oeuvres immortelles de Rihanna ou de Nicki Minaj.

Le seul à adresser, épisodiquement, la parole à l'assistance  est David Christophe, la violoniste se contente d'un sourire énigmatique et Elie est caché derrière son kit, ce qui se traduit par un rendu, certes  lustré, mais également particulièrement glacial.

Pendant plus de dix minutes, des créatures excentriques vont prendre possession de l'espace, les 'Freaks' tourbillonnent, sautillent, voltigent tel un essaim de coccinelles asiatiques envahissantes, venues hiberner dans l'hémicycle, ça grouille de partout, Catherine a dû en apercevoir une dans les entrailles de son violon dans lequel elle vocalise pour faire fuir le coléoptère intrusif.

Après ' Pixelated dreams' récité d'une voix off, caverneuse,  que le bassiste étiquette ' La rotonde du botanique', le trio propose un dernier voyage sensoriel énigmatique et épique, baptisé 'Bell dogs'.

75' se sont écoulées, c'est l'heure des remerciements, le Botanique où ils sont restés en résidence est mentionné, ils s'évaporent!


Un double encore terminera la soirée:

'Grillons' et 'Dédale' , deux titres plus anciens combinant expérimentations, classicisme , folklore balkanique ou oriental,  jazz et minimalisme à la Philip Glass, nous plongent une dernière fois dans un univers tantôt éthéré et onirique,  tantôt froid et hermétique.

 

Un petit mot sur le clebs illustré sur la pochette, il est moins  à plaindre que le three-legged dog de celui qui se voit sur l'album d'Alice in Chains, à peine moins effrayant que celui de 'Tusk' de Fleetwood Mac, mais moins docile que le toutou figurant  sur 'Pampered Menial' de  Pavlov's Dog.

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 





 

 

Nile On waX à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 8 octobre 2017
Nile On waX à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 8 octobre 2017
Nile On waX à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 8 octobre 2017
Repost 0
Published by michel- jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 08:55
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017

Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017

 

Rival Sons Set List :

01. Hollow Bones (Part I).

02. Electric Man.

03. Good Luck.

04. Tied Up.

05. Memphis Sun.

06. Breakdown. (Tom Petty cover)

07. Jordan.

08. Face Of Light.

09. Torture.

10. Soul.

11. Open My Eyes.

12. Hollow Bones (Part II).

13. Keep On Swinging.

Quand nous nous sommes quittés après le fabuleux concert de Tilburg le 1er août dernier, on s’était fait à l’idée qu’on ne reverrait nos amis des Rival Sons que d’ici un an, au mieux.

Le fait qu’ils changent de label, ils quittent Earache Records pour une major américaine fondée en 1947 par Ahmed Ertegun et Herb Abramson et établie de l’autre côté de « L’ATLANTIC » va générer des obligations.

Cela implique bien évidemment un nouvel album et certains changements dans l’entourage immédiat du groupe.

Mais, comme Jay nous le disait hier soir après le concert : « Lorsqu’on nous a proposé d’ouvrir pour quelques dates de la tournée européenne des Rolling Stones, on ne pouvait qu’accepter, c’est le genre d' invitation que tu ne refuses pas! » Rendez-vous compte, sur leur carte de visite, les Rival Sons affichent les premières partie de AC-DC, Deep Purple, Black Sabbath, Aerosmith et les Rolling Stones! C’est carrément une quinte flush au poker, avec ça, impossible de perdre. Hier soir, les « Sons » comblaient un « day off » en donnant un concert en tête d’affiche à Zoetermeer.

La bande des aficionados quitte Ciney vers 14.00, il fait moche, le ciel est gris, plombé, et le plafond trop bas ne tarde pas à s’ouvrir pour libérer une pluie d’octobre, froide et pénétrante, trop longtemps retenue. Près de 270 Kms plus tard, après un arrêt destiné au ravitaiIlement chez le « Roi du Burger » où c’est bien bien meilleur que chez ses concurrents « Rapide » et « McCanard », comme ça, je ne fais pas de pub. Après cet arrêt disais-je nous arrivons devant « La Ferme », « de Boerderij » en néerlandais. Pince-moi! les parkings sont gratuits!

Il reste 1h30 à tuer avant l’ouverture des portes et au moment où nous nous dirigeons vers la salle, il y a un mec là-haut qui ouvre les écluses du ciel et on se prend le déluge, ça pleut tellement fort que je brise mon serment et que je mets à... courir! Oui, vous lisez bien, je l’ai fait!

Nous voici groupés, serrés sous un toit de fortune, prêts à jouer les acteurs forcés du remake d’ « Autant en emporte l’auvent ». Nous sommes bientôt rejoints par nos homologues et non moins amis français et allemands. On bat le pavé « to beat the bush » en anglais et on passe le temps en s’échangeant les dernières nouvelles de nos "chez nous" respectifs. Dix minutes avant l’ouverture des portes, il y a moins de spectateurs bataves qui attendent pour entrer que d’étrangers!

Ca y est, muni de mon invitation « Guest » et de mon passe photo je pénètre, je le fais très bien paraît-il, dans la salle où nous squattons pratiquement les deux premiers rangs, en tout cas, les meilleures places.

La première partie est assurée pas Warbly Jets, from Los Angeles, California. Un rock agréable et bien ficelé, avec un petit côté psyché qui nous fait passer le temps de fort belle manière avec des titres comme « Alive » ou encore The « Lowdown ». Le premier album sort d’ici une semaine, le 20 octobre exactement. Une belle découverte en tout cas.

Peu avant 21 heures, le volume de la diffusion musicale monte un peu dans la salle et pour les habitués, on sait que quand l’excellent Neil MacDonald, l’ingé-son canadien des « Sons » balance « What is Hip » de Tower of Power, c’est le signal que, directement après, « The Good, The Bad and The Ugly » lancera le concert, dont acte!

« Hollow Bones (Part I) » te heurte de plein fouet, et si tu as survécu, « Electric Man » te cueille juste derrière. Le public est chaud et le band, idem. On voit qu’ils s’amusent tous les cinq et c’est contagieux. Une énorme surprise avec cet hommage vibrant au regretté Tom Petty, décédé le 2 octobre dernier à Malibu, Californie, « Breakdown » est plein d’émotions, magique, je revois Tom comme il y a trois mois à Londres, c’était un de mes artistes préférés. Le concert de ce soir est basé sous le signe de l’improvisation et en cette matière, c’est Jay qui va être le pilote du vaisseau Rival Sons, et le groupe va le suivre, comme son ombre. Les Sons fonctionnent comme une seule entité, sorte d’ectoplasme musical compact qui dévore tout sur son passage. Todd y va même de son « Superstition » de Stevie Wonder, c’est discret mais l’oreille de votre serviteur a détecté, ce qui me vaudra un « high five » de Todd après concert.

« Face of Light » est à nouveau une merveille de sensibilité et d’improvisation, j’adore.

« Torture » reprend une formule plus compacte un peu comme à l’origine.

« Soul » : un miroir de l’âme, large, énorme, un miroir qu’on a envie de traverser vers un pays des merveilles où les Héros ne s’appellent pas Alice, ni le Chapelier Fou ou la Reine de Pique mais peuvent être tout simplement vous et moi.

Et voici l’énorme « Open My Eyes », le frère jumeau de « When the Levee Breaks » qui déboule, majestueux, immense rouleau compresseur. C’est le Mississippi qui déborde et sa boue envahit les rues de ta vie, s’insinue dans les allées de ton cerveau, masse en mouvement, gluante, épaisse qui fige ton esprit et le focalise sur le mouvement très lent de cette nappe sonore qui t’étouffe.

« Hollow Bones (Part II) » et « Keep on Swinging » mettent fin à un autre concert, qui n’est pas juste un concert de plus, même si pour moi c’était le 31ème. Tous les concerts des « Rival Sons » sont différents.

Comme d’habitude, nos « héros » nous retrouvent après le spectacle, toujours aussi dispos, et on discute, comme le font des amis de longue date qui se retrouvent, toujours avec le même respect et le même plaisir.

Cette fois, je crois qu’il faudra se résoudre attendre 2018 pour se revoir et découvrir le nouvel album qui ne sera, ni un double, ni un live me confie Jay.

Retour sous la pluie avec le sommeil qui me gagne, exit de ma torpeur et je réalise que le préposé du magasin de nuit à la station d'essence parle français. "Le mec parle français! où est-on?" demande-je à Carlo qui, tout sourire, me réponds "à Bierges". On est à 60 de la maison! j'ai dû faire une "petite soquette".

Mitch "ZoSo" Duterck

Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017
Rival Sons + support Warbly Jets - Cultuurpodium Boerderij - Zoetermeer ( NL) - le 7 octobre 2017
Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents