Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

25 mars 2018 7 25 /03 /mars /2018 19:07
JONATHAN WILSON : Ancienne Belgique Club, Bruxelles, le 25 mars 2018

JONATHAN WILSON : Ancienne Belgique Club, Bruxelles, le 25 mars 2018

 

Set List : 
1. Trafalgar Square. (*)
2. Over The Midnight. (*)
3. Me. (*)
4. Dear Friend. (^) 
5. There’s A Light. (*)
6. Sunset BLVD. (*)
7. Desert Raven.(&)
8. Living With Myself. (*)
9. Loving You. (*)
10. Rare Birds. (*)
11. 49 Hairflips. (*)
12. Valley Of The Silver Moon.(&)

(&) Gentle Spirit - 2011
(^) Fanfare - 2013
(*) Rare Birds - 2018

Une visite dominicale qui nous a fait beaucoup de bien hier soir à l’AB version Club. Jonathan Wilson, né le 30 décembre 1974 en Caroline du Nord s’est expatrié en Californie où il travaille non seulement comme musicien, mais aussi en tant que producteur. C’est lui que vous verrez aux côtés de Roger Waters lors de la prochaine tournée qui passera par chez nous en mai prochain et au cours de laquelle il assurera les parties vocales de David Gilmour ainsi que la guitare rythmique. 
Le multi-instrumentiste était de retour à Bruxelles pour assurer la promotion de Rare Birds, son troisième et dernier album en date, sorti le 2 mars dernier sur le label Bella Union. Un album sur lequel on retrouve d’ailleurs sa petite amie, Lana Del Rey. On peut dire qu’en jouant 9 des 13 titres que comporte le vinyle, la promotion a été plus qu’assurée.
Alors, que faut-il en penser? Je dois dire honnêtement que l’écoute des deux singles avec leur batterie électronique était loin de m’avoir convaincu et le fait de les avoir entendus jouer Live hier soir ne m’a pas fait changer d’avis. Je n’aime ni le son artificiel de la chose ni sa rigueur dénuée d’âme qui empêche toute forme d’improvisation et Jonathan Wilson est quelqu’un qui sait improviser, se lancer dans de très longues jams du meilleur effet. Alors quid? L’effet Lana Del Rey? En tout cas même si l’artiste déclare que c’est son meilleur album en date et son préféré, ils disent tous ça de leur dernier album vous avez remarqué? En tout cas à mon sens, globalement parlant, l’œuvre est en deçà de ses deux prédécesseurs sortis en 2011 et en 2013.
Attention, ce n’est pas mauvais, je n’ai pas dit ça, j’aime moins, c’est tout. Je préférais le côté folk presque pastoral mêlé au psyché-hard qu’on retrouvait sur Fanfare et sur Gentle Spirit, le style Neil Young rencontre Pink Floyd. Sur le dernier album, mis à part les deux singles, le reste est de bonne, voire même, de très bonne facture et j’en veux pour preuve Rare Birds, le titre éponyme qui dégage une puissance énorme.
Sur scène, notre homme n’est pas ce qu’on peut appeler non plus un joyeux drille et la communication avec le public n’est pas des plus étoffée, sauf lors de la présentation des musiciens et surtout du nouvel album disponible en CD et en trois teintes de vinyles différentes, sans oublier les tee shirts, tiens, là on est plus volubile. Bon, d’un autre côté, c’est mieux qu’un mec qui en fait des caisses, mais un juste milieu serait à étudier. Hier, en tout cas, ce sont les morceaux des deux premiers albums qui ont recueilli le plus de succès, l’énorme Valley Of The Silver Moon en tête. 
Pourtant, malgré toute l’affection que je porte à l’artiste, quelque chose m’a quelque peu intrigué pendant cet ultime morceau du concert. Par deux fois, Jonathan s’est retourné vers son roadie, l’interrogeant du regard sur le temps qu’il lui restait à jouer! La première fois le roadie lui montre « 8 » en faisant un grand « non » de la tête. Là-dessus, on repart en solo dans ce morceau qui se prête tellement bien à ce genre d’exercice. Deuxième regard vers les coulisses et le roadie montre cette fois tantôt « 2 », tantôt « 3 » en secouant la tête et les épaules, comme pour dire « allez, encore un peu ». Et on repart pour un tour. Après 1h30 pile, fin du concert! Pas de rappels? Non, pas le moindre petit truc, pourtant le set list prévoyait Gentle Spirit suivi de Moses Pain. Je sais qu’il est 22h30, heure théorique de fin des concerts à l’AB, mais j’ai toujours vu que les artistes s’octroyaient un petit quart d’heure pour faire plaisir aux fans avec un bonus ou deux. Hier et ce malgré la clameur du public, un membre de l’équipe technique est monté sur scène et d’un geste sans équivoque, a signifié au sonorisateur que c’était terminé! Comment faut-il interpréter cela? Moi ça me gêne car je l’ai ressenti comme ayant un peu un côté « fonctionnaire », style « l’heure c’est l’heure ».
Ceci étant dit, c’est à un bon concert que nous avons vécu, même si dans mon chef, c’est le moins excitant des six auxquels j’ai assisté au cours des dernières années.

Mitch « ZoSo » Duterck

JONATHAN WILSON : Ancienne Belgique Club, Bruxelles, le 25 mars 2018
JONATHAN WILSON : Ancienne Belgique Club, Bruxelles, le 25 mars 2018
Partager cet article
Repost0
21 mars 2018 3 21 /03 /mars /2018 15:55
Nolwenn Leroy à l’auditorium Hermione du Palais des Congrès et des Expositions de la Baie de Saint-Brieuc le 21 mars 2018

Nolwenn Leroy  à l’auditorium Hermione du Palais des Congrès et des Expositions de la Baie de Saint-Brieuc  le 21 mars 2018.

 

 

Un événement organisé par Diogène Productions.

 

Les 1200 places de l'auditorium Hermione ont trouvé acquéreur pour la première date du Gemme tour de Nolwenn Leroy.

A 19:57', les moins pressés affluent pour être aimablement dirigés vers leurs sièges par de nombreuses et souriantes hôtesses, l'heure du kick off sera quelque peu retardée afin de caser les plus lents.

20:10', la salle est plongée dans l'obscurité, un grondement sourd, les musiciens  prennent place ( une nouvelle équipe pour cette tournée): Sébastien Chouard - guitare, Julien Audigier - batterie, Elena Woods - harpe celtique et choeurs , Ian Aledji - claviers et  Olivier Smith - basse.

Elena vocalise, tandis que Nolwenn surgit à l'arrière pour entamer ' The Lake', un premier extrait du sixième album de la native du Finistère et, pour Saint-Brieuc,  une ex-voisine ayant habité Guingamp.

Des claviers célestes, une voix pure comme l'eau d'un glacier, le poème d'Edgar Allan Poe semble avoir été écrit pour elle.

Un piano dramatique amorce ' Bien plus précieux' , un cantique à la vie.

Bonsoir, Saint-Brieuc, c'est un véritable plaisir que de revenir au pays pour y démarrer la nouvelle tournée, je vous invite dans ma grotte de granit rose, voici le précieux 'Gemme' qui a donné son nom à l'album.

L' entraînant ' Juste Pour me Souvenir' ,  extrait de l'album « O Filles de l'Eau » de fin 2012, a ravi les fans les plus anciens, quant à la harpe d'Elena, elle a séduit les amateurs de sonorités celtiques.

Nolwenn n'oubliera jamais ses racines bretonnes, ' L'Ankou', la personnification de la mort en Basse-Bretagne, le prouve.

L'Ankou décrit par la jeune maman est toutefois moins terrifiant que celui des légendes des Monts d'Arrées.

Un détour dans le passé, ' Histoire Naturelle' nous replonge en 2005 , on discerne la patte de Laurent Voulzy  dans ce titre pop qui fut un hit en Belgique.

La salle bat des mains, Nolwenn vient d'attaquer le rythmé ' Trace ton chemin'. 

La pédagogue débutante a maîtrisé la classe qui  chante à l'unisson, avant de frémir aux tonalités graves de la ballade tragique ' Pourtant',  entamée par un piano classique.

Dans les Côtes- d'Armor, il est logique de s'immerger dans l'histoire  celtique, la trilogie ' Amazing Grace', 'Women of Ireland' , 'Siuil a ruin' t'a refilé des frissons et t'étais pas le seul à avoir la chair de poule.

D'une  voix puissante, elle entame ' Ce que je suis' un titre qui pourrait convenir à Céline Dion ou à Lara Fabian.

Avec ' Le rêve des filles' et  'Nolwenn Ohwo', au fond disco, la dame de Saint-Renan revient à l'époque Voulzy, avant de déclencher l'enthousiasme avec ' La suite sudarmoricaine' popularisée par Alan Stivell à l'aube des seventies.

Ce n'est pas la reprise du 'Brest' de Miossec qui va calmer la salle,  assise sur les marches, la belle dame  nous propose l'immortel de celui qui a fait ses adieux à l'alcool, il y a un petit temps déjà.

' A dream' et ses visuels artistiques évoque l'univers de Kate Bush , le titre précède le tourbillonnant  'Tri Martolod' qui clôture de belle manière un concert varié et apprécié.



Nous n'avons pas eu le temps de nous repoudrer avant les bis pour lesquels j'ai l'habitude de reprendre un titre qui a bercé ma jeunesse, ce soir j'ai choisi 'Landslide' de Fleetwood Mac.

Quelle bonne idée!

Après la présentation des musiciens et de l'équipe technique, Nolwenn attaque le poétique  'Ma Bretagne quand elle pleut' de Jean-Michel Caradec, pour nous quitter avec un dernier extrait de ' Gemme', ' Run it down' , un pop rock exalté.

 

La tournée 'Gemme'  passe  par Lille, Tours, Toulouse, Paris, Bordeaux, Montpellier, Nantes et Le Havre!



 

 

Nolwenn Leroy à l’auditorium Hermione du Palais des Congrès et des Expositions de la Baie de Saint-Brieuc le 21 mars 2018
Nolwenn Leroy à l’auditorium Hermione du Palais des Congrès et des Expositions de la Baie de Saint-Brieuc le 21 mars 2018
Nolwenn Leroy à l’auditorium Hermione du Palais des Congrès et des Expositions de la Baie de Saint-Brieuc le 21 mars 2018
Partager cet article
Repost0
20 mars 2018 2 20 /03 /mars /2018 13:15
Peter Kernel - Ed Wood Jr à La Rotonde du Botanique- Bruxelles- le 20 mars 2018

Peter Kernel - Ed Wood Jr à La Rotonde du Botanique- Bruxelles- le 20 mars 2018

 

Fiches-

Peter Kernel:

 Aris Bassetti (guitare, voix, graphic designer), Barbara Lehnhoff (guitare-basse, voix, filmmaker) forment Peter Kernel, un groupe art-punk d’origines suisse et canadienne.

Dernier disque: 'The Size of the Night'.

Ed Wood jr.:

 kind of ... mathrock / electronic

 Line up : Olivier Desmulliez – Clavier, guitare, chant. Jason Van Gulick – Batteur. 

new ep is coming out soon, dernier disque: 'The Home Electrical'

 

 

 

Florian Hexagen a vu et entendu:

Très bonne soirée hier au Botanique en compagne des Peter Kernel et des ED WOOD JR., qui ont tous deux assuré un excellent set.

Le concert des ED WOOD JR. a d'ailleurs été encore meilleur qu'attendu, avec cette double approche fructueuse entre finesse et puissance, et par moments des petites touches de SUUNS / Quadrupède / Battles / Electric Electric.
Bien, bien coolos.

Le pic de la soirée aura été atteint pour moi sur Peter Kernel, et sa réinterprétation ou plutôt l'allongement en mode kraut-psyché de cette merveille de chanson qu'est "You're Flawless", issue du chef d'oeuvre définitif de 2015 "Thrill Addict". Là on a eu droit un moment réellement sublime, qui révèle à la fois de l'intime et constitue en même temps une belle offrande collective pour des émotions universelles (la grande force de ce duo).

Comme attendu, les titres de leur dernier album ont passé plus que tranquille la barrière du live, et certains même avec les félicitations du jury, tels que "Pretty Perfect", "The Secret Of Happiness", "This Storm Will Last" ou encore "Men Of The Women".

Ce "Size Of The Night", qui n'emportera probablement pas tous les suffrages tant il marque une rupture par rapport à leurs précédentes sorties, moi je le trouve terrifiant d'intelligence et sidérant de beauté. Il suffisait de regarder hier les visages illuminés / transcendés de Barbara Lehnhoff et Aris Bassetti quand ils ont commencé à joueur les premières mesures du prodigieux "The Secret Of Happiness" pour comprendre que ceci constitue désormais l'incarnation parfaite de ce qu'ils sont devenus.

Plus que jamais ravi, chanceux et heureux de pouvoir vieillir avec les Peter Kernel comme bande originale de nos vies... mercis éternels à vous!

Peter Kernel - Ed Wood Jr à La Rotonde du Botanique- Bruxelles- le 20 mars 2018
Peter Kernel - Ed Wood Jr à La Rotonde du Botanique- Bruxelles- le 20 mars 2018
Partager cet article
Repost0
18 mars 2018 7 18 /03 /mars /2018 14:27
Nina Attal à La Grande Ourse - Saint-Agathon ( 22)- le 18 mars 2018

Nina Attal à La Grande Ourse - Saint-Agathon ( 22)- le 18 mars 2018

 

Dernière étape du festival Autour d'Elle, le concert de Nina Attal à la Grande Ourse, organisé par la  mairie de Saint-Agathon, qui a décidé de reverser la recette à La Maison de l'Argoat qui a mis au point  un programme de reprise de confiance en soi des femmes au passé conjugal violent, et qui sont en reconstruction.

Nina Attal, séduite par le projet, a revu ses conditions à la baisse pour apporter sa pierre à l'édifice!

 

La salle a été transformée en flex semi-assis, les sièges destinées au moins vaillants à l'arrière, le frontstage étant réservé aux places debout.

A 17:30' , le batteur Sébastien et Anthony Honnet ( Anaïs,  Daara J, e a) aux claviers et bass synthé, se pointent, nous balancent une courte intro, bien funky,  à l'issue de  laquelle apparaît la menue Nina Attal, 25 ans, mais déjà plus de 400 concerts au palmarès, deux albums et deux EP's, un troisième full CD doit sortir en 2018.

Le concert de cette fin d'après-midi lui permet de tester les nouveaux titres en public.

Elle ouvre par le blues funk 'Change the world'.

  A l'écoute de  ce morceau au groove ensorcelant, tu comprends pourquoi Jerry Barnes, le bassiste de Chic, a co-produit l'album ' Wha'.

Avant d'attaquer ' Carry me' , un midtempo soul, elle y va de quelques considérations climatiques vantant la météo bretonne, moins pénible que les frimas parisiens, puis elle se lâche et nous confectionne un solo jazzy que n'aurait pas renier Lee Ritenour.

Elle a de l'or dans les doigts, la petite Nina!

Pour 'Take it easy', un extrait du EP 'Verso' sorti en 2016, elle demande à Saint-Agathon d'assurer les choeurs, la salle se prête volontiers à l'exercice tout en remuant les hanches en cadence.

La suivante, ' Back from the hole' s'entend sur l'album ' Wha' , ce midtempo gluant est décoré d'un solo lumineux de la femme-enfant, qui peut compter sur le labeur exemplaire de ses complices.

' Road ahead' a été composé sur la route, la ballade devrait figurer sur le prochain CD.

Tous les projecteurs sont braqués sur Anthony qui place une envolée fluide.

Même si les intonations vocales ne sont pas similaires, le timbre de Nina n'est pas rocailleux, tu ne peux t'empêcher de penser à Janis Joplin.

Exit l'élément mâle, c'est l'heure de l'apéro, Nina seule en piste pour le délicat  'Freedom', qu'elle a appris à connaître par la B O de 'Django Unchained'.

Retour de la formule trio pour le morceau bilingue  ' Dream', à l'intro veloutée.

Tu aimes Bill Withers, tu vas adorer la version en jupons!

' I wanted to kiss' et son dialogue princier avec les claviers d'Anthony,  est tout bonnement époustouflant.

La guitare est déposée sur le support, le soul track ' Second chance' , qui doit beaucoup à Stevie Wonder et à son suiveur Jamiroquai,  groove à mort, il est suivi par un second titre pour lequel elle délaisse la six-cordes, ' Emotions' .

Le fond de la salle abandonne la position assise pour danser avec Nina, Seb en profite pour placer un solo de batterie plein d'émotions, tout baigne!

'Indélébile' la voit récupérer sa guitare, elle décide de prendre la température de la salle, de secouer les gradins, de faire un clin d'oeil à ta voisine qui se trémousse depuis 40', avant de rejoindre les garçons.

Maxime, le luthier qui expose ses instruments dans le hall, lui a prêté une guitare avec laquelle elle attaque le titre le plus rock du set, 'Heat don't bother me'.

Personne n'a sogffert de chaleur et ce n'est pas un petit accroc, ses doigts ont glissé sur les cordes neuves, qui ont gâché le plaisir du public.

Un petit salut, direction les coulisses en souriant, avant de revenir rapidement pour le rappel, le magnifique slow blues ' Like a bird'.

Après un dernier solo à faire pleurer Peter Green, l'oiseau s'est envolé et nous laisse soupirer!

 

Le 30 mars à Colmar!

 

 

 

 

 

 

Nina Attal à La Grande Ourse - Saint-Agathon ( 22)- le 18 mars 2018
Nina Attal à La Grande Ourse - Saint-Agathon ( 22)- le 18 mars 2018
Nina Attal à La Grande Ourse - Saint-Agathon ( 22)- le 18 mars 2018
Partager cet article
Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 15:20
Lithium en showcase à Cultura - Langueux ( Bretagne) le 17 mars 2018.

Lithium en showcase  à Cultura - Langueux ( Bretagne)  le 17 mars 2018.

 

L'enseigne Cultura, 2e libraire de France, a ouvert ses portes en octobre dans la nouvelle galerie commerciale de Carrefour, à Langueux (Côtes-d'Armor).

Ce qui ne gâte rien, la boutique organise, de temps en temps, des concerts gratuits, en ce brumeux samedi de mars, l'invité se nomme Lithium.

Facebook recense une vingtaine de groupes ayant opté pour cette identité chimique, devenue célèbre par les bons soins de Nirvana!



Le Lithium qui nous occupe est originaire de Saint-Brieuc et pratique, selon ses dires, du noisypop énergique.

OK, il s'agissait d'un showcase acoustique, de noise il n'en fut pas question, quant au qualificatif énergique, on émet de sérieux doutes également, sauf si vous considérez que Gaston Lagaffe incarne le summum du dynamisme.

Sinon, le set du trio  était sympa!

Vanessa?

 Ai passé un très bon moment à les écouter avec les filles!

 

Trio, tu disais mais en principe ils sont quatre, David Méheust ( chant, compositions, guitare et petit bonnet de laine), ex- De Profundis/ Jérôme Ollitrault à la batterie/Jorge Soares aux claviers et celui qui manque à l'appel, car le samedi il bosse pour nourrir la famille, Yann Roger à la basse!

' Flower Child' la plage ouvrant le récital élucide le choix du patronyme, on n'est pas loin de Nirvana unplugged, tu peux également songer au Velvet.

'Tchik tchik tchik tchik' n'est ni du Breton, ni un hommage à !!!, mais ce garage rock séduit.

Virage vers la francophonie, ' Regarde seulement', tu aimes Noir Désir édulcoré, Luke, Téléphone, tu risques t'accrocher.

On a apprécié les sonorités vieillottes de l'orgue Roland qui sonnait comme un Farfisa.

Langueux, nous n'avons rien à vendre, les T-shirts sont restés dans la cave, contentez-vous de notre musique, la suivante se nomme 'Calme et tranquille'.

Ensuite ils déterrent Noir Désir, 'Un jour en France'  , suivi par ' Je connais la rage', à classer sur l'étagère Mickey 3 D, Gérard Blanchard ou Blankass.

Une petite ballade présentant quelques traces de 'The house of the rising sun'? 

Voici le spectral ' Tombeau ouvert' !

Ouch, désolé, une floche, l'émotion ou la sueur, sans doute, je reprends!

Chouette morceau, sinon, le préféré de madame qui feuilletait des magazines féminins.

Après un nouveau faux départ, Lithium s'attaque à Dylan, 'Knocking on heaven's door'.

Saint-Pierre étant touché par une surdité, pas anormale vu son âge, ne leur a pas ouvert les portes du paradis.

Lithium est bien aimable et obligeant mais au niveau réglages, c'était pas top, le son de la guitare était passablement désajusté lors des passages les plus enlevés.

' L'eau qui coule', ' Les autres' , à l'amorce 'La poupée qui fait non', ' Low life', un hit au Mali,  se succèdent.

Ta voisine baille, non, elle n'a pas dit se prénommer Nathalie, on la comprend pourtant, une tendance à l'uniformité et une absence de punch caractérisent le rendu.

Après la berceuse ' Close your eyes', David annonce la dernière salve, 'Dandy's song' qu'ils n'ont pas emprunté aux Kinks.

 

Langueux, vous avez été sages et patients, on vous en  balance une dernière, en principe sur celle-ci je me tape une séquence de stage diving, mais jamais à l'heure de la sieste! 

On sera au PICCADILLY Pub à  St-Brieuc, le 24 mars!

 

 

Lithium en showcase à Cultura - Langueux ( Bretagne) le 17 mars 2018.
Lithium en showcase à Cultura - Langueux ( Bretagne) le 17 mars 2018.
Lithium en showcase à Cultura - Langueux ( Bretagne) le 17 mars 2018.
Partager cet article
Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 21:04
Lucky Peterson -Tribute to Jimmy Smith à La Passerelle Saint-Brieuc ( Théâtre Louis Guilloux ) - le 16 mars 2018

Lucky Peterson -Tribute to Jimmy Smith- à  La Passerelle Saint-Brieuc ( Théâtre Louis Guilloux ) - le 16 mars 2018

 

Il est 20h, tu quittes le foyer et comme tout le monde tu te diriges vers  le Théâtre Louis Guilloux ( 987 places) pour le concert, blindé, de Lucky Peterson.

Les arrivées tardives sont irrémédiablement dirigées vers le balcon, tu as déniché une place au second rang.

Il faudra attendre 20:40 pour que tout le monde soit casé et pour l'extinction des feux, annonçant l'arrivée des quatre musiciens: Lucky Peterson (orgue Hammond)/ Ahmad Compaoré (batterie)/ Kelyn Crapp (guitare) et le Frenchie, Nicolas Folmer (trompette)!

Lucky ( Judge Kenneth Peterson) est revenu à ses premières amours, l'orgue Hammond B-3, et a choisi de rendre hommage à un des maîtres de l'instrument: Jimmy Smith.

Son dernier album, « Tribute to Jimmy Smith » a été enregistré à Paris en février 2016, il constituera la pierre angulaire de la playlist ( inexistante) du set de ce soir.

Les complices: à la guitare, le jeune Kelyn Crapp, deux p svp, c'est loin d'être du caca, un jeune homme qui manie  la Strato tout en finesse, de loin on n'a pas noté la présence de pédalier, ce mec ( membre du Kevin Conness Band) est un puriste!

Aux drums, le métronome,  Ahmad Compaoré, un Marseillais d'origine égyptienne et burkinabé, qui ne joue pas aux boules, mais qui a déjà accompagné Fred Frith ou Marc Ribot.

A la trompette, l'élégant Nicolas Folmer ( super, les pompes rouges), sideman, e a ,  aux côtés de Yuri Buenaventura, Henri Salvador, Dee Dee Bridgewater, Diana Krall, Richard Galliano ou Charles Aznavour et membre du Paris Jazz Big Band, quand il ne se produit pas au sein de son propre quartet dans lequel évolue un certain André Ceccarelli!

Bref, Lucky a une chance inouïe d'être entouré de virtuoses!

 

Après trois "bonsoir" enjoués et après avoir  quitté ses pompes, le malicieux Lucky nous touche quelques mots annonçant la couleur du menu de la soirée, de nombreux extraits du Tribute to Jimmy Smith, du blues, de la soul et beaucoup de groove.

Saint-Brieuc, ne le prenez pas mal mais I'm gonna take my time, je me fais vieux, après quelques facéties , le chef nous propose d'embarquer dans le train de nuit permettant une mise en évidence de la fastueuse trompette  de Nicolas Folmer. La guitare embraye en mode Wes Montgomery, Lucky et Ahmad assurent une rythmique infaillible.

Le groove suinte de partout, la salle, déjà, bout, pendant près de quinze minutes le 'Night Train' défile sur les rails bretons tandis que derrière son orgue d'église, la casquette bien vissée sur le crâne, le pasteur nous la joue Jerry Lewis, tu as bien lu, pas Jerry Lee Lewis, l'autre, le copain de Dean Martin.

La guitare tricote sur le 'Blues for Wes', yeah grogne  l'organiste, puis une trompette traficotée prend le relais, Lucky pousse la chansonnette pour laisser la voie libre au batteur qui s'engouffre dans la brèche et place un solo racé, non dénué d'humour.

Du grand art!

Sans prévenir, Mr Peterson embraye sur ' Kansas City' chanté et scatté comme à la grande époque.

St-Brieuc, would you help me, doit-il répéter quatre fois avant d'entendre le public réagir et battre des mains.

Soudain,le maître change d'avis, ses copains doivent réagir, il vient d'attaquer 'Got my mojo working'.

La salle aussi est quelque peu désarçonnée par le sens de l'improvisation de l'élève de Jimmy Smith.

Tiens voilà la gitane, elle va lui prodiguer quelques conseils, tu parles, il laisse tomber le standard blues pour attaquer une valse désuète en souriant.

Lucky, tu te fous de nous, vieux?

Vous êtes des endormis, je vous ai priés de m'accompagner, on lui obéit pour entamer les choeurs de ' Stand by me', une nouvelle incartade, il ne termine pas le Ben E King et amorce ' Chain Gang' de Sam Cooke que peu de gens dans la salle semblent connaître.

Bon, bande d'ignares et celle-là, ça vous dit quelque chose?

Yes, on connaît ' Papa was a rolling stone' des Temptations, cette version purulente valait le déplacement à elle seule.

La ballade céleste ' One hundred ways' ( Quincy Jones/James Ingram) séduit les âmes sensibles et après cette séquence sentimentale, l'espiègle  virtuose revient à Jimmy Smith, on croit avoir reconnu  ' Misty'

La cohésion est absente, heureusement l'immense  talent des protagonistes sauve la mise et le fantaisiste a le mérite de laisser beaucoup de place à ses acolytes.

Tandis que Kelyn soliloque, Lucky quitte le B-3 s'assied près du jeune guitariste puis ramasse une guitare et, à la slide,  entame 'Dust my broom' uniquement accompagné par Ahmad qui, debout à ses côtés, secoue quelques colifichets empruntés à une tribu indienne établie dans les calanques de Cassis.

L'exercice se poursuit avec ' Hoochie Coochie Man'  et une version alternative du ' Mojo'.

 ' World's In A Tangle' de Jimmy Rogers et 'Death don't have no mercy' terminent la séquence blues à la guitare, le band au complet revient à la formule initiale voyant Lucky Peterson reprendre sa place derrière l'Hammond et rejouer du Jimmy Smith.

OK, il en fait des tonnes, s'avère légèrement cabot, cela n'aura pas gâché le plaisir des Briochins, il avait annoncé la fin, il change d'avis et nous balance 'A song for you', un hit pour Ray Charles, avant de prendre la direction des coulisses.

Saint-Brieuc le rappelle, ils reviennent tous pour un dernier Jimmy Smith flamboyant, pendant lequel Ahmad Compaoré se permet quelques acrobaties ayant fait frémir Patrick Sébastien qui compte le signer pour le plus grand cabaret du monde!

 

La tournée se poursuit, elle s'arrête à Paris le 20 mars!

 

 

 

 

 

Lucky Peterson -Tribute to Jimmy Smith à La Passerelle Saint-Brieuc ( Théâtre Louis Guilloux ) - le 16 mars 2018
Lucky Peterson -Tribute to Jimmy Smith à La Passerelle Saint-Brieuc ( Théâtre Louis Guilloux ) - le 16 mars 2018
Lucky Peterson -Tribute to Jimmy Smith à La Passerelle Saint-Brieuc ( Théâtre Louis Guilloux ) - le 16 mars 2018
Partager cet article
Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 13:04
Mad Moods - Jazz au Bar à la Passerelle - Saint-Brieuc ( 22000)- le 16 mars 2018

Mad Moods - Jazz au Bar à la Passerelle - Saint-Brieuc ( 22000)- le 16 mars 2018

 

Avant le concert de Lucky Peterson, prévu à 20:30', le public est cordialement invité à assister à un hors-d'oeuvre jazz, au bar du magnifique complexe La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieuc.

 Des  étudiants du département jazz et musiques actuelles de la Villa Carmélie – Conservatoire de Saint-Brieuc  ont ainsi l'occasion de présenter leur projet face à une audience constituée d'amateurs de jazz.

En ce vendredi, peu torride, le programme est assuré par une formation toute fraîche, ayant choisi Mad Moods comme nom de baptême.

Le leader en est Bertrand Landhauser, tromboniste ayant déjà assuré le fond musical pour diverses troupes, allant du cirque au théâtre.

Ses associés étant Jérôme Menguy au  vibraphone/ Jean-Marie Le Collen à la  guitare/ Yohann Tanguy, qui ne vit plus chez papa et maman,  à la contrebasse, et le plus jeune, Quentin Feron à la  batterie.

Tu avais déjà croisé ce drummer doué au sein du groupe rock The Iving.

La Passerelle est terrain connu pour Jérôme , il y avait accompagné, il y a peu la chanteuse, Aurélie Lozach, à la contrebasse on trouvait Yohann Tanguy.

A noter que  Jérôme fait partie du projet Plaza Mayo.

Certains ont vu et entendu Jean-Marie Le Collen au sein du Blue Up Sextet, d'autres affirment que le gaillard, au toucher Wes Montgomery, a fait partie de Brudah.

Pour la petite histoire,Yohann Tanguy a déjà accompagné Bob Gullotti, croisé à Plourivo il y a quelques semaines.

L'entreprise est jeune, les protagonistes ont, presque tous, de la bouteille!

 

Tandis qu'un bon nombre de clients se sustentent à l'étage, les mordus de jazz prennent place dans le foyer où, après une courte présentation,  Bertrand Landhauser tire une première cartouche, bientôt emboîté par le vibraphone.

L'intro, en forme de marche syncopée, de 'Burundi' annonce un jazz aventureux, pas question de piétiner un sentier balisé ou une autoroute pour randonneurs, le but est de découvrir des terres peu visitées.

"Post jazz" disait le feuillet!

' Lost in Naxos' offre un même goût du risque et du panache, le groove proposé par le quintet, tantôt funky, tantôt discret, séduit un public intéressé.

Après une échappée solitaire du copain de Joe Pass, le tempo ralentit, une partie de l'assistance, surprise par cette fausse fin, applaudit, tandis que les pèlerins reprennent leur  errance sinueuse pour trouver refuge dans une auberge accueillante.

C'est au vibraphone qu'échoit l'honneur d'entamer 'Shuffle Shuttle', Jérôme aime Debussy mais utilise l'instrument cher à Sadi, la contrebasse le rejoint, la composition prend des airs ' feuilles mortes', le jardinier/tromboniste rapplique et on change de direction, place au swing!

Après un pieux laïus du père Tanguy, le peloton reprend la route et les lieutenants préparent le sprint final.

Quoi, qui a gagné?

André Darrigade!

Le propriétaire de la maison de campagne nous invite à une virée dans les îles.

Coquillages, pas de crustacés, une cloche de vache provenant de l'archipel Amindivi, des bruitages exotiques, 'LSD7' ( ?) propose un jazz mixant des senteurs coloniales et des coloris Mardi-Gras, made in New Orleans.

Ils enchaînent sur une ballade/balade nocturne round eight o'clock, baptisée 'I000 s' sur le papelard gisant aux pieds du chef.

La suivante, et dernière oeuvre, se nomme ' Dans ton cube'.

Pourquoi ris-tu?

Ce Rubik's swing, vivace et dégoulinant, évoque le grand Fred Wesley et met un terme à un set coloré et réjouissant que le public a estimé à sa juste valeur!

Mad Moods - Jazz au Bar à la Passerelle - Saint-Brieuc ( 22000)- le 16 mars 2018
Mad Moods - Jazz au Bar à la Passerelle - Saint-Brieuc ( 22000)- le 16 mars 2018
Mad Moods - Jazz au Bar à la Passerelle - Saint-Brieuc ( 22000)- le 16 mars 2018
Partager cet article
Repost0
15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 09:16
Luminous Bodies // The Eye Of Time au Magasin 4 - Bruxelles, le 15 mars 2018

Luminous Bodies // The Eye Of Time au Magasin 4 - Bruxelles, le 15 mars 2018

 

La fiche:

Luminous Bodies

 

Genre

scumbag lysergic racket

Ouch...

 

Double drummer psychedelic stupor-group members from Terminal Cheesecake, Part Chimp, Gum Takes Tooth, Apes Fight Back, Psychic Pussies.

 

 Gordon Watson - Guitar/Vocal

Tracy Bellaries - Bass, booze

Tom Fugelsang - Guitar

Dan Hunt - Drums

Luca Zoo Franzoni - Drums

 

 The Eye Of Time 

 

Genre

Ambient | Classic | Electronic

Membre du groupe: Marc Euvrie.

 

 Euvrie's musical development is deeply connected with the French DIY punk and hardcore scene, though he has been classically trained as well. He started to play piano being 9 years old, composed his first pieces with 15 and studied cello at the conservatoire after finishing school.

 

Sur place: Florian Hexagen: ses impressions!

 Belle prise de risque hier au Magasin 4, qui a sur cette soirée proposé un grand écart musical entre le post-rock cinématographique hypnotisant de The eye of time et le "scumbag" noise bourrin, crade mais quelque part assez jouissif de Luminous Bodies.

Pas sûr que tout le monde ait apprécié les deux groupes, mais ça a été mon cas.

Merci à l'équipe et notamment à Ben Zoulk pour cette très chouette affiche, tordue mais qualitative!

Luminous Bodies // The Eye Of Time au Magasin 4 - Bruxelles, le 15 mars 2018
Partager cet article
Repost0
11 mars 2018 7 11 /03 /mars /2018 13:26
Cie Les Mots en l'Air ( Gaëlle Bervas / Cecilia Ten / Eric Nedelec ) dans ' Mille et Une Femmes ' - Festival Autour d'Elle- Salle des Fêtes de Louargat ( 22) - le 11 mars 2018

Cie Les Mots en l'Air ( Gaëlle Bervas / Cecilia Ten / Eric Nedelec ) dans ' Mille et Une Femmes ' - Festival Autour d'Elle-  Salle des Fêtes de Louargat ( 22) - le 11 mars 2018

 

 

Dixième édition du festival Autour d'Elle du 2 au 18 mars.

L'idée d'organiser ce festival consacré à la femme incombe à la ville de Ploumagoar, en 2018, Grâces, Guingamp, Louargat, Pabu, Plouisy,  Pontrieux et Saint-Agathon se sont associés au projet pour proposer des expositions, des films, des débats, des défilés de mode, du théâtre, des concerts, des lectures, des ateliers et du cabaret.

En ce dimanche pluvieux, la salle des fêtes de Louargat accueille la Compagnie Les Mots en l'Air, originaire de Lorient,  qui vient y présenter le spectacle ' Mille et unes femmes'.

Elles sont deux les dames, la conteuse/chanteuse/comédienne/boxeuse Cecilia Ten ( Tennenbaum) et la grande Gaëlle Bervas, chanteuse, comédienne et accessoirement  tombeuse, également active au sein de 'Boris viens' ou 'Frim Fram Swing', l'accompagnement musical étant confié au sosie de Gérard Jugnot, le guitariste Eric Nédélec qui n'a jamais couru Bordeaux-Pais mais gratte, e.a.,  pour Fatiha Jazz, Arz Nevez, Olivia J. ou Frim Fram Swing.

 

La Salle des Fêtes est bien peuplée et contemple une scène  où dominent le rouge et le noir, oublie Stendhal, pense plutôt au théâtre de Guignol.

Une brave dame introduit le spectacle puis rejoint son siège, des coulisses nous parviennent quelques accords de guitare puis une, deux voix psalmodient un refrain, les voilà, tous les trois au pas de course tout en chantant ou jouant  'Non dimenticar le mie parole'.

Le second degré et la verve déployée par le trio amusent d'emblée, après cette introduction d'avant-guerre, Cecilia en vierge effarouchée nous narre l'histoire d' Antonella, 17 ans.

Ce soir elle va assister à son premier bal à Taormina, papa la met en garde des dangers que peut encourir une jeune fille sage lors d'une sortie nocturne.

La belle ingénue s'en sortira sans une égratignure, même si son corsage, pas entièrement dégrafé comme celui de Margot, paraîtra moins austère lors du retour au bercail.

Aucun temps mort, voici Dalida, 'Parle plus bas', puis  le trio déterre  'Je te veux' ( Erik Satie/ Henry Pacory), Jessye Norman n'atteindra jamais le degré comique proposé par Gaëlle Bervas, flanquée d'Eric Nédélec.

Après le portrait d'une nymphomane imaginé par Boris Vian, ' J'aime pas', un titre immortalisé par Magali Noël, voilà celle qui avait de tout petits tétons que Maurice Chevalier tâtait à tâtons. 'Valentine' ?

Non, Louargat, la fille du facteur se nomme Paulette, oui, elle aime la bicyclette.

Le rythme devient infernal, tu dois t'accrocher pour suivre leur imagination débridée tout en riant comme un cachalot au régime, on a entendu des bribes de 'L'aigle noir',  'Je ne suis pas bien portant', 'Kiss' ( oui, celui de Prince), 'Mamy Blue' , 'Noir c'est noir', pour Johnny il n'y a plus d'espoir, 'Les loups sont entrés dans Paris', le tempo est démentiel, Brel, Gainsbourg, Sacha Distel, les bonbons, les sucettes, les scoubidous tout se mélange et t'es plié en deux sur ton siège.

Elles, et il, sont talentueuses et spirituelles, aujourd'hui le féminin l'emporte, hébergent Vassiliu, Dalida ( encore), Polnareff, se tapent un voyage sur la lune, croisent Sheila, les rois mages, Voulzy et Marc Lavoine.

Pas le temps de reprendre haleine, voici Henri Salvador, sa maman lui serine une berceuse, Montand ou Jean Sablon clopinant et Charles Trenet, avant un des clous du show, un 'tango stupéfiant ', faudrait donner la recette à Chris Froome, se piquer à l'eau de javel et fumer de l'eucalyptus, ça peut donner des ailes, c'est mieux que du Red Bull, mon cher!  

Jeanne Moreau est partie l'an dernier, personne n'a oublié la muse sensuelle du cinéma français, ' La peau Léon' précède le récit de Rachel, Léon et l'affreuse belle-maman, une histoire juive où les tupperware tiennent la vedette ( tu prononces tupper waar, à la flamande,  comme à la guerre).

Précieuse Bennichou, née à Oran en 1917,  la treizième enfant de la famille Bennichou, la seule fille, nous a tous émus, tout comme le chant juif espagnol du XIV siècle ' La Rosa Enflorece'.

Elles font rire mais peuvent être mélancoliques!

Des images de saisonnières courbées dans les rizières des plaines du Pô précèdent  le chant de lutte 'Bella Ciao', que tout Louargat accompagne en frappant le sol du talon.

 Cecilia Ten, en short et gantée, te défie dans le ring,' La môme Catch-Catch' de Fréhel ridiculise tous les durs et les machos de la planète.

Je te paye un verre, poupée?

Sers -moi un grand rouge qui tache, gamin!

Carré blanc, Colette Renard  'Les Nuits d'une Demoiselle', ... Je me fais gauler la mignardise... ou ...Je me fais nourrir le hérisson... au choix!

La couturière et  'La fontana Santa Catarina', le vieux dé en cuir, Dieu et Marcello Mastroianni: une belle fable!

Le retour de Boris pour ' Ne vous mariez pas les filles' provoque la réaction du petit guitariste, le roi du swing, ' J'aime les filles' de Dutronc, et c'est reparti en réparties, Barbelivien ' A toutes les filles' , ' Confidences pour confidences', 'Où sont les femmes', Sardou, Mecano, Cookie Dingler, Julien Clerc, Edith Piaf, Gotainer...  la balle de ping-pong rebondit à une vitesse vertigineuse jusqu'à ce que l'adversaire, c à d nous, jette l'éponge!

 

Un plaisir que ce spectacle ébouriffant, applaudi à tout rompre par une salle conquise et K O pour le compte!

 

 

 

 

 


 

  

 

 

Cie Les Mots en l'Air ( Gaëlle Bervas / Cecilia Ten / Eric Nedelec ) dans ' Mille et Une Femmes ' - Festival Autour d'Elle- Salle des Fêtes de Louargat ( 22) - le 11 mars 2018
Cie Les Mots en l'Air ( Gaëlle Bervas / Cecilia Ten / Eric Nedelec ) dans ' Mille et Une Femmes ' - Festival Autour d'Elle- Salle des Fêtes de Louargat ( 22) - le 11 mars 2018
Cie Les Mots en l'Air ( Gaëlle Bervas / Cecilia Ten / Eric Nedelec ) dans ' Mille et Une Femmes ' - Festival Autour d'Elle- Salle des Fêtes de Louargat ( 22) - le 11 mars 2018
Partager cet article
Repost0
10 mars 2018 6 10 /03 /mars /2018 08:11
Malo chante Brassens à la bibliothèque de Lamballe ( 22) le 10 mars 2018

Malo chante Brassens à la bibliothèque de Lamballe ( 22) le 10 mars 2018

 

Lamballe, Côtes-d'Armor, au cœur d’un pays d’élevage, légèrement en retrait de la côte de Penthièvre, elle doit aussi sa renommée au Haras national s’étendant dans le centre. De l’imposante collégiale Notre-Dame, votre balade descendra vers la place du Martray, bordée de maisons à pans à bois.... voilà pour le guide touristique, sinon, la bibliothèque municipale propose une multitude d'activités durant le mois de mars dont un concert ( gratuit)   du groupe Malo rendant hommage à Georges Brassens.

Une scène provisoire a été aménagée au rez-de-chaussée de l'accueillant cabinet, plus de soixante auditeurs, dont de nombreux enfants, anormalement quiets , ont pris place à même le sol ou sur les sièges dressés face aux instruments du trio.

 

Jusqu'ici Malo se produisait en formule quartet, en cette douce après-midi, 20° sur une terrasse  de la place du Martray ( une Stella et une Leffe, svp), Malo est réduit à un trio: Jérôme Arnould : Guitare / chant - compositions ( quand le groupe ne joue pas du Brassens)/ Nicolas Naudet : Clarinettes ( dont une clarinette basse) et  Marino Dyonnet : Violon, chant. ( PS: Marino est du genre féminin).

Signer Malo pour un concert offre deux possibilités: le répertoire du groupe ou 'Malo chante Brassens'.

Lamballe, en pensant aux mioches, sans doute, a choisi l'hommage à Brassens, qui; comme tout le monde le sait, aura été le plus grand concurrent de Chantal Goya ou de Dorothée.

Le groupe ne manque pas d'humour, la représentation est introduite par un sketch de Pierre Desproges, tu sais celui où, sans rire, il déclame  « J’ai pas peur de l’avouer, j’avais quarante ans passés, eh bien, le jour de la mort de Brassens j’ai pleuré comme un môme. J’ai vraiment pas honte de le dire. Alors que – c’est curieux – mais, le jour de la mort de Tino Rossi, j’ai repris deux fois des moules. »!

'Le vent' ouvre les (d)ébats, déjà un violon intrépide s'envole, tandis que quelques gosses sourient aux facéties du vent fripon.

Le programme ne prévoit aucun chef-d'oeuvre de  Diam's mais pas de panique, Tonton Georges c'est bien aussi, voici 'La complainte des filles de joie' au texte bissé.

Georges et les prostituées, une belle histoire d'amour, la lettre adressée par les asphalteuses contenait mille remerciements et une invitation, l'histoire ne dit pas si le chanteur libertaire a positivement  répondu  à la requête des dames de ( petite) vertu.

' Les amoureux des bancs publics' est précédé d'une intro klezmer et suivi par  "La Princesse et le croque-notes".

Quel bonheur que de pouvoir compter sur des musiciens talentueux, violon et clarinette batifolent, la petite princesse mineure drague le musicien, Georges sourit, Lamballe, aussi!

Le poème d'Antoine Pol, 'Les passantes' interprété par Brassens a toute une histoire:  un jour, en 1947, aux puces, Brassens déniche un recueil du poète de Douai, il lui envoie une missive pour lui demander l'autorisation d'enregistrer 'Les passantes'.

Aucune suite, en 1971 le hasard fait qu'Antoine Pol contacte le Sétois, qui lui réitère sa demande, les deux poètes devaient se rencontrer,  dame malchance en a voulu autrement, l'homme du Nord meurt une semaine avant l'entrevue prévue.

Brassens enregistre ' Les passantes' qui a été choisi pour illustrer la journée internationale des droits des femme ( clip de Charlotte Abramow, censuré par YouTube).

Plus allègre' Je rejoindrai ma belle'  précède le poème de Jean Richepin' Les Philistins' que Brassens a mis en musique.

Ce texte est tellement concis qu'on a pensé soigner l'introduction.

Joyeuse plaisanterie, le public subira 49 répétitions des sept notes amorçant le pamphlet, ce qui a bien fait rire les paralympiques locaux.

' La Marine', une valse construite sur les vers de Paul Fort,  voit la bibliothèque transformée en piste de danse, ensuite le trio s'adresse aux philosophes en proposant ' Oncle Archibald'.

La minute participative, voilà le couplet... 

Ah ah ha ha putain de toi, 

Ah ah ha ah ah pauvre de moi....

'Putain de toi'  les enfants  se marrent et  accompagnent la rengaine en battant des mains.

Oups, Marino bafouille, c'est moins  grave que d'arborer des cornes!

Vu votre grand âge et comme nous n'avons aucune envie de vous entendre ronfler ( ouh, ouh, ouh...), nous arrivons au terme de cette veillée diurne, on clôture sur un medley/quizz, celui ou celle qui reconnaît tous les titres emporte notre discographie complète ( deux albums). 

C'est parti en mode instrumental, des titres fantaisistes fusent, les connaisseurs ont reconnu ' La chasse aux papillons', 'J'ai rendez-vous avec vous' , une apparition furtive d'un 'gorille', 'Brave Margot' et ' Les copains d'abord'.

 

 

Applaudissements nourris, séquence remerciements et bis qui commencent par deux titres  du répertoire Malo chante Malo, 'Demain sera bien' et le mélancolique ' Mon père', que Jérôme interprète solo avant d'être rejoint par ses complices pour l'outro.

Le tube ' Chanson pour l'Auvergnat' met un terme à ce concert rayonnant.

 


 

 

 

 

 

 

 

Malo chante Brassens à la bibliothèque de Lamballe ( 22) le 10 mars 2018
Malo chante Brassens à la bibliothèque de Lamballe ( 22) le 10 mars 2018
Malo chante Brassens à la bibliothèque de Lamballe ( 22) le 10 mars 2018
Partager cet article
Repost0

Articles Récents