Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

14 juillet 2018 6 14 /07 /juillet /2018 16:39
Gaël Faure au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018

Gaël Faure au Domaine départemental de la Roche-Jagu, le 14 juillet 2018

 

Un second concert est prévu sur la même steppe du domaine de la Roche-Jagu, Gaël Faure doit se produire à 18h.

Le soleil ardent a obligé de nombreux spectateurs déshydratés à trouver refuge sous les frondaisons proches, près du Château il y a bien une brasserie, le service au bar exige 45' de patience, bof, les chameaux ont vu pire!

 

 

18:05, Gaël, fringué hawaiien,  rapplique, salue l'assistance ankylosée d'un signe de la main, tripote son instrument, le soleil et les cordes de guitare sont brouillés, faut que j'accorde, sorry, il débute, en solitaire,  par 'Traverser l'hiver ' une magnifique ballade qui n'est guère de saison.

Il illustre son propos d'un sifflement mélodieux, les fans sont aux anges, les badauds sont surpris par l'intelligence du propos.

La brigade le rejoint, Edouard Polycarpe à la basse ( Rover, Yodelice...), Arnaud Gavini à la batterie ( Rover, Adanowsky, Leeroy Plus...) et la très mignonne Éléonore Du Bois aux claviers et  chœurs.

Ce quartet entame 'La saison',  un second extrait du dernier album ' Regain', une  folk song lumineuse  truffée de paysages pittoresques, comme vus au travers d'une brume matinale.

Enorme force évocatrice, ce mec, cool, à l'humour voilé, a du talent!

 'Courbes et lacets', méandres, ondulations, coudes...laisse-toi bercer au gré de son imagination poétique!

' Quelque chose sur la lune', coïncidence ( ?) , Gabriel Fauré  a composé un  Clair de Lune en 1887, Verlaine s'était collé au texte.

Son morceau lunaire sent bon le  rock californien, enjoué,  la basse, ronde, s'amuse, si on n'avait pas été allongés sur le gazon, on aurait twisté à l'ancienne.

L'ancien candidat à la Nouvelle Star,  ayant joué son Baudelaire  à l'occasion ( plusieurs années en Belgique) embraye sur ' Caractère' aux relents funky, puis il démarre 'Only wolves' en loup solitaire avant d'être rejoint par ses complices.

Parfaite, cette chanson qui monte en puissance jusqu'à la curée.

Avec 'Les visages officiels' ,  il nous propose une nouvelle ballade soignée qu'il fait suivre par une chanson d'amour tracée d'une plume incisive , 'Ereinté' .

Hé, La Roche-Jagu, t'es là ou quoi, tu dors?

Allez on bouge...

Tu sais, je viens d'avoir 31 ans, tout va trop vite, ta voisine, deux fois trentenaire, sourit, le gamin attaque 'La belle échappée' suivi par le downtempo sensible  'Le goût des choses', interprété  sans Camélia Jordana, les choeurs sont pour Eléonore, qui a quitté l'Aquitaine.

Question: qui n'a jamais eu envie de quitter son boulot?

Jeanne: du boulot il faudrait d'abord en avoir avant de le quitter!

Merde, il faut que je me rattrape, j'ai foiré sur ce coup-là , changeons de sujet, tiens, je vous présente Doudou à la basse, il aborde ' Siffler'  décrivant le dernier jour à l'usine.

Jagu, tu siffles avec moi?

Pas mal, sauf toi, Béatrice, il faut respecter les temps, ma chère!

Avez-vous de la crème solaire en Bretagne, j'ai bien peur de finir en écrevisse.

La petite Margot lui refile un flacon de Piz Buin, il s'en tartine les narines  et amorce le plus ancien 'On dirait l'Islande', une superbe carte postale que tu passeras en boucle après avoir acheté l'album.

Vous n'êtes pas contre un second morceau en anglais?

'Lonely hour' est aussi bon que les meilleurs Charlie Winston.

Voilà, on approche de la terre, le capitaine a aperçu la grève, allez, frappe des mains avec nous, c'est la dernière, 'Colibri' .

 Une ultime perle, bourrée d'images de son Ardèche natale, avant des applaudissements nourris et une longue séance merchandising.

 

 

 

 

Gaël Faure au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018
Gaël Faure au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018
Gaël Faure au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2018 6 14 /07 /juillet /2018 10:41
Sparky In The Clouds au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018

Sparky In The Clouds au Domaine départemental de la Roche-Jagu, le 14 juillet 2018

 

 Ploëzal compte au moins quatre édifices remarquables: le château de Kerivon, le manoir de Kermarker, l'église Saint-Pierre, mais le plus connu est sans conteste le prestigieux  château de la Roche-Jagu et ses 64 h de jardin.

Le domaine est devenu propriété du Conseil départemental des Côtes-d'Armor qui y organise régulièrement des événements à caractère culturel, ainsi en ce juillet rayonnant, les touristes et gens du cru peuvent visiter l'exposition  "La fabuleuse odyssée des épices" ou admirer les installations poétiques d'Anima (Ex)Musica et, en cette journée de Fête Nationale bleu blanc rouge, le programme affiche  2 concerts gratuits : Sparky In The Clouds et Gaël Faure!

 

Pendant le soundcheck de  Sparky In The Clouds tu fais la connaissance des étranges créatures peuplant un bestiaire utopique disséminé dans le parc: une punaise harmonium, une sauterelle piano ou un scarabée piano , un coléoptère multi-instruments, etc... des insectes, nés de l'imagination d'une équipe de savants fous, pesant aux alentours de 170 kg.

Surprenant!

 

 

Si les membres de  Sparky In The Clouds ont le bonheur de se produire sous une toile, rien n'est prévu pour le public qui a le choix entre s'asseoir sur une rangée de banquettes à 45 mètres de la scène ou prendre place dans l'herbe sèche face aux artistes, dans les deux cas il faut affronter un soleil de plomb.

16:10', Bryony Perkins, Miranda Perkins, les soeurs venues du Devon, Parisiennes depuis une dizaine d'années et  Mathias Castagné ( la Crevette d'acier) , qui préfère la poésie au baston, flanqué du nouveau venu, le batteur Jean Emmanuel Fatna ( Urban Twoubadoo) pointent le bout du nez.

Après avoir sorti un EP et un single, le premier album ( "Kings and Queens")  est prévu pour le mois de  septembre, La Roche-Jargu aura le bonheur d'entendre les nouvelles compositions en primeur.

Le psych folk  mélodieux ' Closer to myself' (?) n'a pas été retrouvé sur le futur album, ni sur le EP de 2016,  mais d'emblée les voix aériennes et limpides des soeurs Perkins séduisent l'assemblée, l'accompagnement musical est à la fois discret et ciselé, tu replonges dans les pages d'or du British folk des seventies ayant vu éclore des talents tels que Vashti Bunyan, Shirley Collins, Anne Briggs ... sans oublier ceux qui furent influencés par ces chantres folk, Joanna Newsom ou Kimya Dawson.

Un filet de guitare introduit la suivante, les deux timbres purs s'invitent simultanément pour entonner une berceuse, plus douce que la caresse du zéphyr, ' Hush lullaby'  que Miranda, la pythie aux pieds nus et à l'ensemble blanc immaculé, termine par quelques notes d'harmonium.

'Underneath' est rythmé par le battement des mains des filles, la guitare se fait plus présente, Bryony et Miranda achèvent le morceau obsédant par un ballet tourbillonnant.

You must be warm.. murmure la copine de Sandie Shaw .

On cuit, darling!

Elles entament la mélopée  'Motion tide' par des vocalises angéliques, La Roche-Jagu se laisse bercer par le léger  va-et-vient  des vagues, ensuite elles nous proposent de faire la connaissance de la 'Haytor Star' dans les moors du Devon.

Ce titre rythmé allie la grâce des meilleurs Simon and Garfunkel, la sensibilité et la fragilité  de Nick Drake.

Retour à l'électricité pour Mathias, la setlist semble modulable, car ce n'est pas 'The storm' qui est interprété mais peut-être 'Lion', à vérifier lorsque l'album sera disponible... don't try to take her hand, she will bite you...préviennent les cousines des soeurs Brontë.

La plus fleurie ramasse un cahier et nous lit un poème retraçant leur périple du Devon vers la ville lumière avant de proposer 'The Storm' dont le refrain est murmuré par les libellules, les grillons, les coccinelles et tes voisines.

'Kings and Queens' le titletrack du futur album est déjà sorti en single, Bryony transformée en little drummer girl accompagne Jean Emmanuel aux percussions.

Le délicat 'Find your love'  démarre tout en douceur, de subites accélérations viennent brusquer la mélodie, tu te surprends à battre le gazon du talon.

Miranda reprend place derrière l'harmonium avant de nous inviter à un voyage en Irlande pour le traditionnel 'She moved to the fair', chanté quasi a capella.

Maggie Reilly a applaudi,  Sinead a versé une larme.

Pour inviter le coucou, Bryony a enfilé une cape, ' Calling the cuckoo down' sera un des morceaux les plus épileptiques du set.

Admirer la bouclée jeune anglaise entreprendre la danse du toréador valait le déplacement.

C'est par une break-up song (  'Take away my love'), aux accents blues rock/boogie nerveux,  que le groupe prend congé.

 

Le public s'est levé, espérant un rappel.

Well, I think we've got one more, elle n'est pas de nous, c'est en mode sunny jazz que Sparky in the Clouds a décidé de regagner les nuages, une superbe version de 'As' de Stevie Wonder.

Au Hasard Ludique, à Paris, le 8 novembre!

 

 

 

 

 

Sparky In The Clouds au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018
Sparky In The Clouds au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018
Sparky In The Clouds au Domaine départemental de la Roche-Jagu le 14 juillet 2018
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 06:37
Les Rives en fête à Pontrieux le 13 juillet 2018

Les Rives en fête à Pontrieux le 13 juillet 2018

 

La jeune association d'animations, Les Déraillés du Trieux, organise, depuis trois ans, l'événement Les Rives en Fête au Port de plaisance de Pontrieux.

Dès 15 h, la Venise bretonne, où fut érigé le premier pont sur le Trieux, propose diverses activités, le programme est relativement confus mais les badauds et les locaux pourront flâner entre les étals du marché artisanal, se faire masser à la thaïlandaise en sirotant une infusion relaxante ou tonique, admirer les prouesses des chiens plongeurs, l'adresse des souffleurs de verre, les maladresses  des lanceurs de couteaux celtiques, se balader à dos de poney ( poids maximum autorisé: 22kg), sautiller sur les châteaux gonflables ( admis aux enfants et aux nains), se restaurer, boire, en fin de soirée, admirer le feu d'artifice et assister à une série de concerts...

Qui? Quoi? Où? A quelle heure?

A découvrir sur place! 

En commandant un demi on te signale que trois groupes sont prévus, les aubades devraient débuter à 17h.

Il est 17h30', on a vu trois petits jeunes sur la remorque/podium s'escrimer afin d'obtenir un son potable, à la question "des noms", tu as eu droit à un signe vague, synonyme de aucune idée.

Les Irrésistibles? Les Inconnus? Les Guess Who?

Ceux d'American Woman? 

Faut pas rêver...

Les fêtes villageoises et la ponctualité ne font pas bon ménage dans le canton.

Il est près de 18:05, les trois gamins grimpent sur le podium improvisé, Pontrieux s'en tape, Les Déraillés s'abreuvent en attendant le rush prévu pour le repas collectif.

Nous sommes Men in Rock de Paimpol, là on vous joue un concert apéritif, le set complet aura lieu après la pyrotechnie.

 Tino Quervarec (guitare/chant)/ Jean-Philippe Hervé (basse/batterie/chant) et Romain Layec (basse/batterie) entament leur mini trip par 'You really got me' des Kinks.

Sont pas nuls, ils embrayent sur les barbus de ZZ Top, 'Sharp dressed man', nous sommes une poignée à les écouter et à applaudir à leur savoir-faire.

Bob Dylan a ri en entendant l'annonce de 'Knocking on heaven's door' devenu on even's door.

Si leur anglais est bancal, leur jeu se défend.

C'est déjà la dernière, braves gens.

Tu rigoles, votre soundcheck était plus long que votre prestation!

The Clash, 'Should I say or should I go'?

Stay!

Ah, on peut encore en balancer une, ce sera une de nos compo ' Scream in the rain' (?).

Les cultivateurs attendent une goutte depuis 15 jours, ce power rock dégoulinant à la mode Cheap Trick, décoré d'un bridge groovy à la touche Santana, termine un show nous ayant montré un groupe dont le potentiel est évident. 

 

Place à Noir Délire.

Tu pensais à un tribute de Noir Désir, t'étais à côté de la plaque, ...ce soir, on ne joue que des compos personnelles!

T'as cherché partout pour dégoter des infos concernant ces mecs qui divaguent, facebook: que dalle , wiki: le néant, google: inconnus au bataillon, la sûreté de l'état: connais pas, le FBI: pas fichés.....

Il s'avère que le groupe est né en mars et, que ce soir, ils fêtent leur troisième scène.

Ils sont quatre, il y avait un Stéphane , pas celui qui a pondu ...La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres..., un Benoît, un John et un bassiste dont on a compris qu'il se prénommait Eloan, prénom peu fréquent au Soudan.

T'as compris qu'il y avait une basse, on ajoute une batterie, une guitare électrique, jouée par le plus jeune et une acoustique pour le chanteur.

D'emblée on te signale que ce quatuor a été trahi par une balance déficiente, ils ont joué sans retours, et en façade c'était pas la gloire, non plus.

Comme les Bleus jouent la finale, 'J'y crois'.

Créneau?

French pop/rock, style De Palmas,  Eiffel, Gaëtan Roussel, Saez...

Ils enchaînent sur un second pop rock mélodieux, ' Un soir, mon amour' (?), Pontrieux ne prête aucune attention aux efforts de Noir Délire qui se débat avec des problèmes acoustiques récurrents.

La guitare sèche est inaudible, la basse supplante tout..

Baisse le volume, fieu..

OK, c'est mieux?

Ja!

' Un roman' est lâché.

Combien de pages?

T'es  con!

' Un nouveau monde' claque, même si la conclusion est bâclée.

Pour calmer le jeu on vous concocte un slow, ' Mauvais souvenirs', c'est l'histoire d'une nana à la recherche du prince charmant.

La basse sature toujours, dommage!

' Danse', le titre cache un texte engagé, prônant la tolérance.

Il nous faut trois marins pour le refrain ( Hissez haut) de la suivante.

Hugues Aufray n'était pas disponible, la petite amie du guitariste était la seule à vouloir hisser l'étendard.

Une intro à la Doobie Brothers, un blanc, on remet ça, ' Dans mon sommeil' sur le tempo de 'J'aime regarder les filles' de Coutin, précède la dernière volée jouée en mode funk...j'ai la haine... chante-t-il, il y a de quoi avec cette accumulation de vices techniques.

A revoir dans de meilleures conditions

 

C'est qui les suivants?

ORL!

Non pas Otto, Rino et La Ringo, Old Rock Line!

Old car l'étiquette dit à consommer avant 1999, rock car ils connaissent Elvis, Line car ils mangent bio.

Il a fallu attendre 20:45' avant de les voir un à un escalader l'échelle les menant sur le podium, ils devaient être six, Christian Morellec manquait à l'appel, sa canne traînait encore dans le Trieux.

Christian, où es-tu, c'est l'heure...

Peinard, l'ancêtre se pointe, embrasse deux ou trois groupies périmées et rejoint ses complices, dont

Michel Marquier et Jean-Noël Prigent et trois autres vétérans demeurant du côté de Pommerit-Jaudy.

Après quelques salades plus très fraîches, Christian à son orgue nous la joue Richard Clayderman pour introduire 'Road to hell' de Chris Rea.

L'enfer n'est pas pavé que de bonnes intentions, les anciens vont nous la jouer cool ce soir, si Eric Clapton est souvent décrit comme slowhand, les ORL sont du style mou de la gâchette, chi va piano, va sano e va lontano...

Toujours avec la mandoline en vedette, ils attaquent un instrumental prenant ses sources dans les Appalaches pour finir en Bretagne,'Whiskey for breakfast', du bluegrass celtique.

REM, 'Losing my religion', 'Hotel California', la Gibson double manche EDS 1275 était jouée par Don Felder sur l'original, un doublé Pink Floyd, 'Comfortably Numb' et 'Another brick in the wall' ,nous prouvent que ces praticiens ont du bon goût mais se complaisent dans un rendu atonique.

Le haut-de-forme, Jean-Jacques Robert, se débrouille plutôt bien à la gratte, ses complices ne sont pas manchots, mais leur enthousiasme est comparable à celui d'un fonctionnaire en fin de carrière.

La lecture du chapelet continue: Dire Straits 'Sultans of swing', 'Like a rolling stone' de Tonton Bob, et comme à la veille du quatorze juillet il faut éveiller le coq, une version sympa de ' Comme un avion sans aile' de Charlelie Couture, suivie par 'Quand t'es né dans le désert' de Capdevielle.

'Unchain my heart' précède le titre préféré du bassiste,'Bad news' de Moon Martin, sans s final svp!

Un des morceaux les plus intéressants de leur set.

Jean-Noël, le régional de l'étape, va vous chanter 'Sweet Home Alabama', le titre préféré de  Neil Young.

Pour suivre on nous promet l'Irlande, ce ne sera pas Thin Lizzy, mais la bande à Bono, ' With or without you'.

Le terminus est en vue, Christian pianote un nocturne, le chanteur a récupéré la mandoline, on reprend la route de l'enfer.

C'est là que tu abandonnes Chris Rea, le Trieux et les Déraillés pour prendre le chemin d'un sweet home qui n'est pas en Alabama.





 

Les Rives en fête à Pontrieux le 13 juillet 2018
Les Rives en fête à Pontrieux le 13 juillet 2018
Les Rives en fête à Pontrieux le 13 juillet 2018
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2018 6 07 /07 /juillet /2018 10:53
Sandrine Ricard dans " La dernière danse de Monique" lors de la Déambulation de l'Asso Chiche à la plage du Moulin à Etables-sur- Mer, le 7 juillet 2018

Sandrine Ricard dans " La dernière danse de Monique" lors de la Déambulation de l'Asso Chiche à la plage du Moulin à Etables-sur- Mer, le 7 juillet 2018

 

 

L'asso-chiche n'est pas une association pour dyslexiques amateurs de charcuterie , son but est de promouvoir des projets culturels.

 En ce radieux dimanche de juillet, l'association organise une  déambulation décalée à la plage du Moulin à Etables-sur-Mer: le programme prévoit une initiation à la pêche à pied, menée par un cousin du professeur Tournesol, un spectacle de la compagnie La Choupa Choupa, "La Dernière Danse De Monique", un solo de Sandrine Ricard, une danseuse, acrobate, comédienne, artiste de cirque qui n'avait pas l'air de carburer au pastis mais qui se désaltérait à l'alcool blanc, un concert de Ti'Jam et pour finir la soirée, la présence d'un deejay.

 

C'est une habitude dans le coin: l'horaire est fumeux, l'affiche disait, on démarre à 16:30', t'y étais pile à l'heure!

Tu épluches les écriteaux pour constater que Monique dansera à 18h, Ti'Jam soundcheckait, t'avais pas soif, t'avais pas ton bikini non plus, tu t'es allongé sur la plage...les cheveux dans les yeux

et le nez dans le sable... t'étais tout seul, perdu  parmi la centaine de bronzés, il y avait le ciel, le soleil et la mer, des coquillages mais pas de crustacés.

Tu as pris la couleur du homard bleu cuit, tu t'es relevé pour prendre place sur une banquette en attendant la saltimbanque.

Monique s'extirpe d'une cabine de plage, constate qu'il y a du monde, elle est tapée, cette  lady, sur le crâne, un casque de motard ayant appartenu à Giacomo Agostini, une Gitane dans le bec et, comme le thermomètre n'indique que 32° C à l'ombre, elle s'est emmitouflée dans une fourrure mitée, trouvée aux Petits Riens.

D'emblée elle apostrophe un mioche qui se met à pleurer, avise un gars affublé d'une veste de jogging hivernale, bégaye, propose un siège au petit Jeannot qui décline l'offre...c'est sympa, de ne pas avoir emmené trop de gosses, les enfants, ça craint.

Je vous préviens, ma tirade dure 40', mettez-vous à l'aise, tu veux ma cigarette, petit... le gamin a 5 ans!

Le ton est donné, de l'humour, du bien gras qui tache, le professeur Choron se frotte les mains!

C'est  incroyable plus personne ne fume dans ce pays où la vitesse est réduite à 80km/h.

Je dépose ma clope et on démarre, bon, t'as remarqué, c'est pas un théâtre, il n'y a pas de rideaux rouges, on fait comme si, donc j'ouvre les tentures invisibles et tu applaudis.

Après avoir lampé une rasade de gnôle, la frappée poursuit son soliloque farfelu avant d'entamer des exercices de gymnastique périlleux.

Après les acrobaties burlesques, place à la tragédie, au choix Sophocle ou Shakespeare, Monique c'est Antigone, Clytemnestre, Andromaque et Annie Cordy , elle peut faire rire et pleurer.

Sur fond de piano, elle nous soumet une étude de naïade aérodynamique qu'elle termine en se laissant choir dans un relax sur roulettes un fauteuil archaïque  piqué dans la résidence Sainte-Ursuline où elle était passée rendre visite à une tante grabataire.

Elle joue avec l'antique siège médical comme  le ferait un résident de l'institution où on cache les membres de la famille hospitalisés contre leur gré. Dans le Cuckoo's Nest, tonton occupe la chambre  avoisinant celle de Jack.

Non, pas l'éventreur, Nicholson!

Vagues à babord, vagues à tribord, la mer est houleuse ce soir, où sont les rames, dis, toi, Benoît, tu veux bien être ma terre d'accueil?

Elle enfile les patins à roulettes que son père avait  gagnés en collectionnant des boîtes de lessive et c'est reparti pour une série de cascades sans filet, elle se prend une pelle, s'enfile une petite goutte, nous rassure 'je gère', pique une crise hystérique, appelle à l'aide, refait deux tours de piste en déséquilibre, perd un patin, fait connaissance avec le plancher, tu ris à gorge déployée à ses gags dignes de Charlie Chapin ou de Buster Keaton.

Il me faut un homme, un vrai, un légionnaire, je suis Monique Magique, ça doit pouvoir se trouver, elle chante sur l'air de 'Michelle' de Mc Cartney et un peu Lennon, reprend ses cabrioles très physiques en brassant adresse, humour et sensualité.

Une séquence flirt, une réplique qui tue, je veux un homme playmobil gonflable, elle se choisit un prince charmant qui doit enfiler la pantoufle à Cendrillon ( de nouveaux patins), se remet à valser comme une dingue sur 'Hard Times' de Gary Moore, envoyé par la sono.

Le blues rock l'incite à entamer un striptease plus athlétique qu' érotique, elle le termine allongée au pied de Roméo, lui tend la main et à deux, ils saluent le public qui  fait un triomphe à Monique!

Sandrine Ricard dans " La dernière danse de Monique" lors de la Déambulation de l'Asso Chiche à la plage du Moulin à Etables-sur- Mer, le 7 juillet 2018
Sandrine Ricard dans " La dernière danse de Monique" lors de la Déambulation de l'Asso Chiche à la plage du Moulin à Etables-sur- Mer, le 7 juillet 2018
Sandrine Ricard dans " La dernière danse de Monique" lors de la Déambulation de l'Asso Chiche à la plage du Moulin à Etables-sur- Mer, le 7 juillet 2018
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 17:14
RéMila chez Madame Mouss'tache à Tréguier le 6 juillet 2018

RéMila chez Madame Mouss'tache à Tréguier le 6 juillet 2018

 

Tandis que la Belgique fermentait l'élimination de la Seleçao et de sa pleureuse vedette, tu mets le cap sur Tréguier, la ville-port de fond de ria, que tu atteins en traversant, à du 29km/h, le pont Canada.

Au 26 rue Colvestre, une artère dans laquelle les vieilles demeures de caractère foisonnent,  se trouve Madame Mouss'Tache, une ancienne galerie d'art devenue cave à bière.

Les jeunes patrons ont l'excellente idée d'organiser régulièrement des Apéro/Concerts, en ce vendredi estival, l'ardoise proposait RéMila, une banlieusarde ( Paris) au franc-parler faisant passer Madame Sans-Gêne pour une pisse-vinaigre.

RéMila de Fleury, au langage fleuri, se produit sur scène accompagnée d'un gars doué, maniant la guitare, le cajon, le kazoo et le second degré, Hugo Barbet, coiffé de dreadlocks   depuis que Clapton a repris I shot the sheriff.

Quoi?

Non, il ne s'agit pas du gardien de En Avant Guingamp, notre Hugo a fait partie de  Volo, a accompagné Stanislas, non pas à Nancy, et il a composé un album pour enfants.

Le concert était annoncé à 19:30', le duo n'était pas du genre the early bird catches the worm, les préparatifs se sont éternisés, après être passés dans la cave pour enfiler une tenue de scène adaptée à leur propos, Rémila et Hugo sont disposés à entamer leur set, il est 20h, tu viens de commander une nouvelle Philomenn.

Tandis que la nana traîne dans la réserve,  le chien d'eau rapplique, muni d'une guitare et d'un gazou, il lance l'intro, trente secondes plus tard Miss short/baskets/ T-shirt Girl with Attitude, se pointe en chantant 'Mes p'tits cailloux', un extrait de son premier EP

Un délicieux mix de rap et de chanson à légitimation culturelle.

Bonsoir, Tréguier, tu vas bien?

On sent la touche parisienne, ...nous, on s'est tapé six heures de route,  pas une sinécure, j'ai fait le déplacement car Madame Moustache c'était mon surnom, depuis je suis passée chez le figaro, elle embraye sur 'Comme une grande ', un auto-portrait en forme de slam, truffé de quelques emprunts: ' Tous les garçons et les filles', le Téléfon du regretté Nino, le thérapeutique ' Je suis malade' de Serge Lama. La guitare rocke salement tandis que la fille jongle avec les mots.

La Belgique vient de prendre l'avantage au score, RéMila décide de ne pas nous raconter sa vie, ok, on est en retard et alors?

 Patrick Süskind, 1985, 'Le Parfum', RéMila, 2018, 'Le Parfum', aux fragrances Fragonard et patchouli, tout est légitime.

C'est notre second passage en Bretonnie, on a vu Rennes et le Morbihan, le Trégor c'est encore plus loin, mais assez jacassé, voici ' Oui, mais non'.

Je tergiverse, je barguigne, je raconte n'importe quoi, vous pouvez oublier ce que je viens de bredouiller, on vous propose le titletrack du dernier né, ' Le plus bel endroit du monde', donne-moi la main, on y va!

'Me chercher à l'école', la bouche de l'enfant parle, papa et maman sont brouillés.

Une belle tranche de vie décrivant une triste réalité,  celle des couples divisés , le gosset porte le poids de la séparation.

Une superbe chanson, pleine de tact.

On enchaîne sur un titre féministe, les filles sont les plus fortes, non?

T'es pas d'accord, Monsieur?

Euh..

C'est dépassé de ne pas avoir d'opinion!

O K, mais j'ai lu Kant!

Après le revendicatif ' Toujours debout' vient 'Un peu d'soleil' qui n'est ni une reprise de Marcel Amont, ni une copie de Claude François.

Je suis auteur/compositeur/interprète, bordel!

Et toi, si tu ne chantonnes pas le refrain, je te défonce le crâne!

'Une autre fille que moi' est dédié aux femmes presque parfaites.

C'est beau l'instinct maternel!

Dis, c'est normal d'avoir vu Rihanna penchée à une fenêtre, ici à Tréguier.

Ah, d'accord, Rihanna, tu connais pas!

J'avais écrit ' Le temps qu'il faudra' pour Zaz, elle n'a pas voulu de ma chanson, tant pis pour les vacances, ce sera à nouveau Etretat!

Elle en fait des tonnes, tu souris tout en admirant l'efficacité remarquable de Monsieur Dreadlocks à ses côtés.

A New-York, où nous étions, hier, c'était The sailor's wife', pour vous, ce sera 'Femme de marin'.

Merde, toi, tais-toi, où je ne chante pas, elle entame la ballade en slam et la termine à l'harmonica.

Celle-là tu peux la proposer à Céline Dion, tu iras en vacances en République dominicaine!

A Paris, je l'avais jouée dans un club, il y avait deux pétasses face à moi, elles me dévisageaient, médisaient, je les ai remises à leur place en vantant mon jeu au saxophone.

Pourquoi tu ris, Hugo?

Voici mon titre gastronomique ou gastro tout court, 'OGM', un swing vert pas pourri!

Tréguier, t'aimes le reggae?

Oui!

Pas de bol, c'est pas prévu, et pourtant sur le single ' La faim' prend des couleurs Sly Dunbar/Robbie Shakespeare, elle y colle 'Et ta mère' de Zoufris Maracas

I don't know why, mais tu penses à Brel!

La tchatcheuse propose une reprise d'Anis, dont personne dans le coin n'a entendu parler, ' Cergy' sera adapté au 22 et au Jaudy.

Une grande gueule, O K, de l'esbroufe, un brin de forfanterie, mais aussi un talent fou et de l'humour à revendre!

Il nous en reste deux, car on ne va pas repasser par la cave pour un bis, voici ' A la one again' ou la vie des artistes qui ne se nomment pas Benabar et sont payés au chapeau et enfin,  'App'lez-moi Mad'moiselle' , une vision idyllique du mariage.

Take it to the bridge, Hugo.

Yeah, like a sex machine!

 

Une prestation tonique d'un duo qui assure grave, dixit Loïc!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RéMila chez Madame Mouss'tache à Tréguier le 6 juillet 2018
RéMila chez Madame Mouss'tache à Tréguier le 6 juillet 2018
RéMila chez Madame Mouss'tache à Tréguier le 6 juillet 2018
Partager cet article
Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 18:05
Afolk à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018

Afolk à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018

 

T'étais pas mécontent en reluquant le programme t'apprendre que le second concert de la journée, celui de Afolk, était prévu à 16:30, au lieu de 17h, comme indiqué dans les gazettes.

Toujours aucune file d'attente à l'arrêt buvette, on te sert dans les dix secondes en se plaignant un peu du manque de clientèle, la concurrence est sévère: le foot ( France/Argentine), le soleil ( la plage est à 20'), des brocantes à droite et à gauche, les départs en vacances, le passage au 80 km/h le lendemain, bref, ça craint.

16:45' , Jean Philippe Le Rhun et sa clarinette sont présents, son collègue, Mathias Mantello ( accordéon chromatique) brille par son absence, il ne pourra pas invoquer les bouchons sur la route pour expliquer son retard!

Faut pas s'énerver, observe Marius, les jeunes sont imprévisibles!

Dix minutes plus tard le bougre se pointe, cool, il serre 18 pinces, converse avec son partenaire pour enfin prendre la direction du semi-remorque qui servira de podium.

Ils ne sont que deux mais la balance prendra 20 minutes, le manque de ponctualité n'exclut ni la minutie, ni la méticulosité.

L'ex - luthier , et fabricant d'instruments à vent, et l'ex-rocker devenu accordéoniste  quand il ne déchiffre pas des manuscrits datant de la Renaissance, débutent leur set par une Scottish aux accents Rommel, le Renard du Désert, appuyés.

Erwan et Laeticia, des courageux, ont pris d'assaut la piste de danse mais le manque de modération du  tempo les ont bien vite découragés, ils ont jeté l'éponge avant la banderole.

Jean-Philippe, qui n'est pas né dans la rue, en profite pour pousser sur le champignon, ce n'est pas un cobra que l'on a vu se trémousser, ce devait être un orvet.

Braves gens, il n'est pas midi, mais permettez-moi de tester les batteries de la sirène avant d'entamer un hanter-dro originaire de Vannes, même si à l'origine il a été composé par un Viking.

Assis aux côtés d'un vétéran sirotant une mousse légère, tu écoutes sagement le duo mixant danses traditionnelles bretonnes et réverbérations balkaniques.

Sans transition, Mathias et Fifi ont embrayé sur une nouvelle danse qui n'a guère inspiré les hip-hoppers du coin.

Passons en Ukraine, on y danse la polka après avoir ingurgité six flacons de vodka, Piotr, un marin perdu dans le Trégor, s'est trouvé une locale pour tournoyer en mesure, à ses côtés des gamins tapent la balle.

Nous invitons les boulangers, les mécaniciens, les coiffeurs, les masseuses, les couturières et la bonne du curé à venir danser un andro... toutes ces personnes devaient être sourdes, mais on a vu une fan d'Axelle Red, esquisser un pas de danse  solitaire sur le plancher.

En pensant à un cousin Auvergnat, on vous propose une bourrée, suivie par une mazurka, l'ancêtre du slow .

La clarinette pousse la chansonnette, il était question de fromage, on ne peut te dire avec certitude le pourcentage de matières grasses du produit.

Le Faouët nous vous saluons bien bas et terminons  par une danse originaire de Macédoine, qui a beaucoup plu à Emir et Goran.

 

Le village se prépare au repas collectif, animé par une fanfare, avant de faire la bringue pendant le fest-noz.

Il est l'heure de rejoindre madame!

 

Afolk à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018
Afolk à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018
Afolk à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018
Partager cet article
Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 06:54
Le vent s'en mêle ( Emmanuelle Le Diuzet et Cyril Macé ) à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018

Le vent s'en mêle ( Emmanuelle Le Diuzet et Cyril Macé ) à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018

 

Le 30 juin, dès 10 h 30, pour la première fois, une manifestation festive est organisée à Le Faouët, une commune, bordée par  le Leff ( tu notes: pour pratiquer la pêche des grands salmonidés il faut acquitter une taxe spéciale à 50€ sous forme de timbre) , où la densité de population atteint 49 habitants au km2. On y vit vieux, la doyenne du village affiche 103 piges au compteur.

Au menu du jour ( concocté par l'association Avel ar C'hoat): des randonnées pédestres, des artistes et artisans exposant chez eux, des animations pour les gosses, des concerts, une fanfare, un fest-noz, sans oublier la buvette et un stand rougail-saucisses, galettes ou crêpes.

Un premier concert était prévu à 14h, sur place, tu apprends que  Le vent s'en mêle occupera la scène à 15h.

Peu de  mouvements sur le site, l'heure est au badaudage, en flânant tu avises des abeilles  qui butinent, les papillons  qui virevoltent et  des jardiniers émondant et taillant les arbres d'ornement, les cloches de l'église Saint-Hervé te signalent qu'il est de temps de rejoindre le terrain de sport sur lequel on a étalé un plancher en vue du fest-noz. Deux micros, une guitare et quelques instruments ethniques te donnent à penser que c'est là que doit se dérouler la première aubade.

Trois tickets, deux pour la bière, un pour la consigne, une bénévole souriante qui te dis "vous êtes mon second client", elle a raison, il n'y a pas foule pour écouter  Emmanuelle Le Diuzet et Cyril Macé nous présenter la quête  d'Eole qui a décidé de fuir sa petite vie pour voir si ailleurs c'est mieux.

Le spectacle est conçu comme un conte musical, récité, chanté, dansé et bercé par les douces sonorités de la guitare sèche de Cyril, du n’goni, du kalimba, des shakers, du bendir pour Emmanuelle, le professeur de chant, amoureuse de l'Afrique et membre du groupe Sharav.



Eole n'avait jamais quitté son village, il ( elle?)  a pris son baluchon pour entamer son odyssée, Cyril raconte, Emmanuelle chaloupe, Le Faouët se tait et écoute.

Eole poursuit sa route...passe et repasse... la danseuse rythme la mélodie en se frappant la poitrine, la poésie et le charme opèrent  ...il ne cherche pas à plaire à travers de vagues discours... le vent espiègle, quoi de plus normal, fait vibrer le n'goni resté sur son support, il vient siffloter dans le micro, mais déjà Eole a fait une rencontre ' L'Africaine' , belle, sensuelle,  insaisissable.

Il arrive dans un village, ici il n'y a pas de roi, les gens écoutent 'L'arbre' , il est sage, éclairé! 

L'arbre a suggéré à Eole de se diriger vers le désert, il va errer pendant des semaines avant de percevoir des murailles et de s'arrêter dans cette ville, d'y danser, d'y faire la fête.

En fermant les yeux tu peux le voir, tu peux aussi sentir les grains de sable balayés par le khamsin te piquer la peau..

Il ( elle)  s'est lassé(e) de ces rencontres éphémères, a repris son errance ...il faut trouver une autre issue..., il accélère la cadence, là-bas, une maison, la porte n'est pas close, il entre, la cabane est vide, une fenêtre  ouverte donne sur l'océan, Eole s'envole, le nomade a compris que la vie, toujours, le ramène vers la mer.

La boucle est bouclée.

Ils ont refermé le livre, tu as cessé de rêver, tu es redevenu adulte, dommage!

 

Le vent s'en mêle ( Emmanuelle Le Diuzet et Cyril Macé ) à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018
Le vent s'en mêle ( Emmanuelle Le Diuzet et Cyril Macé ) à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018
Le vent s'en mêle ( Emmanuelle Le Diuzet et Cyril Macé ) à la Fête au Village du Faouët le 30 juin 2018
Partager cet article
Repost0
29 juin 2018 5 29 /06 /juin /2018 06:26
Les Trimarantes à l'Hôtel Bar Boutik Le Saint-Yves à Tréguier, le 29 juin 2018

Les Trimarantes à l'Hôtel Bar Boutik Le Saint-Yves à Tréguier, le 29 juin 2018

 

Les Trimarantes, tu dis...à voile ou à moteur?

A la sauce retro swing!

 

L'hôtel Saint-Yves, à deux pas de la cathédrale de Tréguier, poursuit sa politique consistant à programmer un apéro- concert chaque mois dans la coquette salle donnant sur le jardin.

Ce soir Lydie et Cyril ont décidé d'inviter les Trimarantes, un trois coques conçu pour le cha-ba-da!

 Magali Dupré , la rouquine,/ Antoinette Van Wijk, la tulipe et Caroline Chevalier, l'aristocrate, ont formé le groupe en 2000, après avoir hiberné quelque temps, elles ont repris le chemin de Saint-Jacques et tournent pour présenter un spectacle baptisé 'Elles' , ' Vogue' était déjà copyrighted.

Pour ce faire elles sont accompagnées par trois mousses, n'ayant jamais mis les pieds sur le Titanic, Gérard Blotteau, ex-capitaine des pompiers et membre du Jazzyroise Big Band de Brest, à la batterie, le très British Rob Mitchell, ze king of the primula, au piano et le comique de service, le talentueux

Pierre Claudé, aux saxophones, clarinette, clarinette basse, sonnettes, klaxons et scat.

 

 

Gérard, très classe dans son maillot marin, rayures rouges et blanches et Rob, sérieux comme un lord d'avant le Brexit sont les premiers à sortir de coulisses pour balancer l'intro, le sax et les marinières, non soldées, arrivent en jouant et en chantant le fameux 'Sing, sing, sing' à la façon des Andrews Sisters.

Madame a souri, applaudi, bu un coup, c'est gagné, la soirée s'annonce bien.

Et comme les nanas enchaînent sur le 'Lollipop' des Chordettes, madame, coquine, te souffle, elles n'ont plus tout à fait l'âge de léchouiller une sucette, Serge n'a pas bronché.

Si t'as connu ' Da dou ron ron' grâce à Frank Alamo, sache que l'original est dû aux Crystals.

En passant, il semblerait que Phil Spector en a encore pour dix ans!

On sort les lunettes kitsch pour 'The shoop shoop song' , elles sont hilarantes, ces filles!

Un petit calypso, Germaine?

'Rum and coca cola'  

Sans glaçons, please!

Après Trinidad, la croisière part s'amuser dans la botte, voici 'Ultimissime' del Trio Lescano, le regine dello swing italiano.

Nous vous prions d'embarquer sur le  "Chattanooga Choo Choo", on vous propose une version bilingue, Ladies et Messieurs!

Oui, Glenn?

C'était bien, paraît qu'ils ont transformé la gare en hôtel...

Il y a un homme, pas n'importe quel loustic, non, celui-là il m'a tourné la tête, 'Cet homme' m'a envoûté .

Le solo de saxophone a fait craquer toutes les dames, tu as souri et pensé à l'electro swing de Caravan Palace.

Elles sont irrésistibles, ces  filles et ont la chance d'être  accompagnées par des cracks.

Charleston time in Tréguier avec 'Yes, sir, that's my baby'  , avec un petit coup de scat du facétieux Pierre, puis un un double effort solitaire en commençant par celui de Rob suivi par les baguettes du marin de Saint-Clet.

Caroline vocalise, les copines ont sorti un kazoo de leur corsage pour finir l'antique hymne, Pierrot , pour finir, nous balance un laïus de clarinette basse.

Les clients ont apprécié et le font entendre.

'Le rendez-vous' une adaptation libre de 'Ain't she sweet'  et  un pétillant  ' La vie en rose'  nous conduisent vers la pause, précédée d'une page commerciale pompée sur ' Bye, bye blackbird'.

 Dix euros le CD, c'est pas cher, les petits loups!

 

Set deux. 

Magali a perdu son petit bonnet, tiens, prends mon galurin lui souffle Maurice Chevalier et ne fais pas ta coquette, ma poulette.

C'est parti avec une version étonnante de 'Isn't she lovely' de Stevie Wonder suivie par 'C'est si bon'. 

Après un clin d'oeil d'Yves, la troupe attaque ' I got rhythm', les filles jonglent, le sax vagabonde, piano et batterie assurent, Tréguier savoure!

J'aurais pas dû me flanquer devant télé-shopping et m'acheter un 'String', c'était de l'arnaque, flûte, plus de string, je m'en vais boire un coup de Riesling.

Belle tranche philosophique!

Mais c'est la suivante qui a engendré un fou rire généralisé, une adaptation choucroute bretonne de ' I will survive' de Gloria Gaynor: 'Oh ma doué'   m'a toué.

Tu dis, mon ange?

Je crois que j'ai fait pipi dans ma culotte...

Le cha cha cha ' Un amant', suivi par ' On the sunny side of the street', voyant Pierre la jouer crooner , puis  'Agua de beber' de Jobim, devenu agua de bibirre pour l'occasion, les verres de Dremwell se bousculent sur les tables , confirment le talent des vocalistes et des musiciens qui se proposent de prendre congé avec ' Bye, bye blues'.


Le public conquis, exige un rappel, il sera exaucé et surpris par une interprétation a capella époustouflante du tube des Eurythmics 'Sweet dreams', Gérard au beatboxing, Rob au bourdon, les filles en voltigeuses, une claque magistrale!

Allez, comme ce soir il n'y a pas de foot à la télé on vous fait ' Seven nation army'!


Ils n'étaient que six, il n'y avait que trois nations représentées, mais cette légion a fait très  fort!

 


 

 

 

 

Les Trimarantes à l'Hôtel Bar Boutik Le Saint-Yves à Tréguier, le 29 juin 2018
Les Trimarantes à l'Hôtel Bar Boutik Le Saint-Yves à Tréguier, le 29 juin 2018
Les Trimarantes à l'Hôtel Bar Boutik Le Saint-Yves à Tréguier, le 29 juin 2018
Partager cet article
Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 09:43
Talkie Walkie à la Fête de la Musique à Plounez - le 22 juin 2018

Talkie Walkie à la Fête de la Musique à Plounez - le 22 juin 2018

 

Après la prestation remarquable de Solène Péréda dans l'église néogothique de  Plounez, tu as deux options: rester dans l'édifice pour le récital de la chorale Avel Mor ou gagner la plaine proche de la salle des fêtes où deux groupes sont annoncés: Talkie Walkie et Kalffa.

Tu as opté pour la seconde éventualité en te dirigeant vers la buvette pour y commander une pression.

Comme dans toutes les fêtes villageoises, le Comité a prévu des grillades, des frites, des crêpes  copieusement arrosées de cidre, de bières locales ou de vin à la tireuse .

Un public familial, bon enfant, se presse sous l'auvent, les doigts trempant dans le ketchup ou la mayonnaise, en attendant la suite des célébrations musicales.

 

20:40', le podium est toujours inoccupé, il te faudra repasser par la cantine pour étancher une soif naissante.

20:55', un trio est invité à monter sur scène: deux filles et un garçon, constituant Talkie Walkie, un groupe n'ayant pas encore acquis l'âge requis pour entrer en maternelle.

Dorothée Pinsard à la basse ( prof de musique, membre du combo Sylvain François and The Surnatural Katastroff, du Blues Trégor Star Band, de Raggalendo)/ Colin Le Moigne au banjo, à l'harmonica et au cheap drumkit ( un frangin de Aude, vue avec Hoa Queen, une ex- Talkie Walkie) et Charlotte Le Calvez à la guitare ( Acoustic Lady Land, Raggalendo) forment le trio pratiquant un bluegrass du terroir d'excellente facture!

C'est parti sur les chapeaux de roue avec 'Horny banjo'.

C'est de la country, avance Louis...

Si tu veux, le bluegrass toutefois is  mainly focused on unamplified instruments et se base essentiellement sur le chant en harmonie.

'Miss is happy' dit le papelard gisant aux pieds de Dorothée... le ciel est bleu, le soleil brille, un temps idéal pour flâner le long du Mississippi.

A force de frapper le sol du talon,  t'as déjà creusé un trou dans le gazon, une taupe pointe le bout du nez et murmure "ça va pas la tête", pas moyen de dormir tranquille, là-haut ils ont attaqué 'Get over it'.

Des noms te viennent à l'esprit: The Judds, Alison Krauss, les Dixie Chicks...

Tu rêvassais, le train a dévalé la colline, t'as sauté dans le wagon de ce 'Fast  train' joyeux.

Charles, vieux, on a perdu le banjo, j'entends plus rien, règle ça, petit!

Euh désolée, avoue Charlotte, sans fraise, j'ai marché sur la petite boîte en récupérant ma playlist qui avait pris la poudre d'escampette.

On reprend, 'Nasty boy' avant de larguer une blague à faire rougir Hanouna, suivie par une chanson sur l'amitié, 'My friend'.

L'été invite au farniente, c'est ce qu'illustre 'Lazy'.

Assez lambiné, c'est parti pour une cavalcade effrénée, ' Horny guitar' ( ?) , ponctuée par un yeeha résolu.

Dorothée a composé une chanson d'amour pour son Jules qui ne se prénomme ni Jules, ni Jim, dixit Colin, 'Into the woods'.

Après avoir batifolé dans les bois, le trio amorce l'instrumental 'Cripple Creek', un cheval de bataille de Flatt And Scruggs.

Vous devriez identifier la suivante, en Bretagne les deejays la passe lors des mariages... tout le monde a reconnu ' Upside down', excepté Diana Ross.

Plounez, faites du bruit, c'est la fête...

Ouaaaah, firent les bipèdes, wah, wah, le caniche de Micheline.

'Lolly pop' , puis une version allongée de 'Horny bass', mettant en évidence les talents de Dorothée nous amènent vers la fin du show.

Le bluegrass et les cowboys font un, comme les 'Beans and horses', cataclop, cataclop sur la piste de San Bernardo.

'Hello banjo' achève ce set rafraîchissant, il est l'heure de désseller le canasson, de le planquer dans l'écurie, Lucky Luke, d'un pas décidé, se dirige vers le saloon, tenu par une rouquine ressemblant à Calamity Jane, pour s'en jeter une, ou deux, ou plus!

 

Quoi?

Vous insistez, une dernière pour la route, vite fait alors!

 

Les nuits sont fraîches dans la baie de Paimpol, t'es devenu frileux,  ta petite laine est restée dans la commode, tu plies bagage et tu manques Kalffa

 

 

Talkie Walkie à la Fête de la Musique à Plounez - le 22 juin 2018
Talkie Walkie à la Fête de la Musique à Plounez - le 22 juin 2018
Talkie Walkie à la Fête de la Musique à Plounez - le 22 juin 2018
Partager cet article
Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 02:53
Solène Péréda - Église Saint-Pierre à Plounez, le 22 juin 2018

Solène Péréda - Église Saint-Pierre  à Plounez, le 22 juin 2018.

 

En prélude à la Fête de la Musique de Plounez, qui doit débuter vers 20:30' sur la plaine attenant à la salle des fêtes, le comité organisateur a prévu un concert de musique classique de haute tenue en l'église Saint-Pierre où , à 18:30', doit se produire Solène Péréda .

La pianiste, originaire des Sables-d'Olonne, collectionne les lauriers: premiers prix du concours musical de France, du Conservatoire national de Paris, premier prix étranger du concours international d'Andalousie, médaille d'or en piano et musique de chambre au Conservatoire national de Paris, diplômée du Conservatoire supérieur royal de Bruxelles...

Solène  est également  présidente de l'association Transmission, qui rassemble plus de 100 musiciens professionnels, qui soutiennent l'idée que chacun doit pouvoir vivre un concert classique, les mélomanes aguerris, tout comme monsieur tout le monde.

Le programme de ce début de soirée est consacré aux grands noms de la musique classique.

 

Le récital débute avec un léger retard, il est précédé d'une annonce concernant des véhicules inciviques, le micro est tendu à la concertiste qui trace l'historique de l'instrument installé face à l'autel,  un antique piano Pleyel,  datant de 1917, une pièce unique ayant résisté aux altérations du temps pour être resté pendant un siècle dans le même salon.

Comme le concert est réduit à une heure, le programme prévu a été légèrement modifié.

Il débute par une valse de Frédéric Chopin qui en composa 17, dont huit furent publiées de son vivant.

Du romantisme polonais on bifurque vers celui qui a révolutionné l'opéra, Christoph Willibald Gluck, et un extrait d' "Orfeo ed Euridice", ' La danse des esprits bienheureux' .

Grâce et délicatesse caractérisent le jeu lustré de la jolie dame qui se lève pour annoncer un chapitre de 'Roméo et Juliette' de Sergueï Prokofiev, une oeuvre écrite après son retour en Union Soviétique, elle a bien failli ne jamais voir le jour, indansable d'après le Bolchoï, il a fallu attendre trois ans avant qu'elle soit montée

Le thème de la mort y est omniprésent, sauf lors de la scène du bal.

Une nouvelle fois, la pianiste subjugue l'auditoire par sa maîtrise et sa fougue rendant merveilleusement la majesté et le fond tragique du thème.

La ' Fantaisie- impromptu' opus 66 de Chopin succède au compositeur russe, ici aussi, une anecdote, Chopin n'a jamais publié cette pièce car il avait piqué certains plans à la sonate 'au clair de lune' de Beethoven.

Changement de registre avec le tourbillonnant et crépitant  ' Danza ritual del fuego' de Manuel de Falla, un fragment du ballet 'El amor brujo'.

Le compositeur andalou ayant été influencé par le flamenco et les danses gitanes.

 La Sonate pour piano no 23  dite 'l'Appassionata' est une oeuvre de maturité de Ludwig Van Beethoven, Solène nous propose le premier et le troisième mouvement d'une pièce impétueuse et fertile en rebondissements.

Pas d'entracte ce soir, on enchaîne sur ' La Campanella' de Franz Liszt, fondée sur le dernier mouvement du concerto pour violon nº 2 de Paganini, cette mélodie archi connue se retrouve au soundtrack de ' Shine' .

Seconde escale en Espagne avec  'Oriental' une des Danzas españolas de Enrique Granados.

Après avoir effleuré une dernière touche, Solène nous salue puis se dirige vers la sacristie pour bien vite revenir et nous offrir, en rappel, l'étude opus 5 n°11 de Chopin, 'Winter wind' , à l'amorce lente avant le déclic annonçant des vents tempétueux.

 

Emotion, fougue et talent étaient au rendez-vous, Plounez a apprécié!

 

 

Solène Péréda - Église Saint-Pierre à Plounez, le 22 juin 2018
Solène Péréda - Église Saint-Pierre à Plounez, le 22 juin 2018
Partager cet article
Repost0

Articles Récents