Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 12:06
Bacon Caravan Creek - Monday Penny à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 octobre 2017

Bacon Caravan Creek - Monday Penny à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 octobre 2017

 

Un concert coorganisé par le Botanique et Intersection Booking!

 

Le groupe hutois Bacon Caravan Creek vient de sortir un troisième album, "Odd Places", qui succède à « wolfwolfwolfsheepwolf » vu dans les prairies mosanes en 2010.

Pour célébrer l'événement avec les crowdfunders, venus en autocar, une release party a été organisée au Botanique.

 

Support: Monday Penny!

Des jeunes gens qui ne se perdront pas dans les couloirs du complexe bruxellois qu'ils squattent pour la troisième fois.

Ils sont quatre:Alex (  Alexandre Portois ) aux claviers/ Benny Lust ( Va à la Plage/ Finger Lick) à la basse/ Dimitri Lemmens, pas celui qui a occis la maman de sa petite amie, au chant et à la guitare et Seb à la batterie, ils ont pondu un EP ( Quid)  grâce aux dons généreux d'une tribu de fans, ils confessent jouer du pop rock pétulant, ce qui s'est vérifié pendant leur 30' de gymnastique musicale.

Verdict: plaisant,  mais on ne criera pas au génie, leur but est d'amuser sans se prendre la tête et en se donnant du bon temps, ce qui n'est déjà pas mal en ces temps de sinistrose ambiante.

Pas trop de monde dans la Rotonde, lorsque les Bruxellois entament leur exercice, mais quelques plaisantins, un fan de naturisme les accueille en proférant un "à poil" incongru.

Une courte intro avant ' Who are you people'. 

Si t'es fan de Brian Molko, de Puggy, de pop sautillante et musclée, tu peux tendre une oreille.

Les relents Placebo sont encore plus manifestes à l'écoute de ' Instant Dream' qui précède leur second single ' To the limit', porté par un orgue frivole, batifolant sur une assise rythmique solide, tandis que Dimitri tient à nous pousser au bout de nos possibilités.

A examiner les visages souriants qui t'entourent tu te dis que Monday Penny a fait mouche.

Les deux prochaines ne sont pas reprises sur l'extended play, confie le chanteur/jardinier, ' English trees'  et ' Glorious' se succèdent, tes pieds battent la mesure, tu ne penses à rien si ce n'est aux petits moineaux qui se font rares dans nos cités polluées , le penny du lundi a déjà amorcé sa dernière tirade, leur premier single ' Wonder'. 

Le 18 novembre au Rock for Life à Laeken!

 

Les crowdfunders ont quitté la buvette, l'amphithéâtre est bien garni lorsque Bacon Caravan Creek déboule.

 Vincent Volon : bass/ Xavier Schmitz : drums mini keys laptop/ Nicolas Perat : vocals, bass/ Benjamin Maternik : claviers  laptop et Jimmy Piérot : guitar, tiennent une forme pré-olympique et vont donner le show que les admirateurs attendaient: énergique, surtout dans le fief de Nicolas qui n'a rien à voir avec celui qui chantonnait ' So far away from L A', efficace et catchy.

Ceux qui ont mis six ans à peaufiner leur nouvel ouvrage ouvrent par 'The saddest man on earth', une très longue plage issue de 'Odd Places', elle est bourrée de climats renvoyant aussi bien vers Muse, Radiohead ou Placebo, comme pour le groupe précédent.

Ici, toutefois, l'approche est plus ambitieuse, le fond plus consistant, ça ne rigole pas.

Nous sommes ravis de retrouver le Botanique, la dernière fois qu'on a déposé nos instruments ici, c'était en 2011, Intergalactic Lovers étaient à la même affiche, voici 'Hert'.

Un gars de Londerzeel  a cherché le cerf, en vain.

Le morceau dégage une belle impétuosité, les ruminants bondissent à droite et à gauche, la basse ronronne, la guitare cingle, Xavier passe du drumming électronique au traditionnel, ...we'll never be down... promet Nicolas, moins minuscule que Sarkozy, qui pensait la même chose avant de ramasser une raclée électorale.

'Diamonds' ouvrait l'album précédent, si Marilyn estime que c'est bien foutu, tu ne vas pas la contredire.

Voilà ' Cassandre' en mode midtempo, elle ne souffre d'aucun complexe cette nana, soudain elle accélère, tu dois presser le pas pour ne pas perdre sa trace.

Avec ' Into the light' BCC nous propose une tranche de British pop nous revoyant vers les glittering sixties, un refrain engageant, des choeurs un peu pute, et des clac clac clac poppy, comme si Herman's Hermits  et Placebo s'étaient entrelacés en cachette.

Retour en 2007 avec le nerveux  'Jack's Unique Welfare', suivi par ' Miracle', sorti 3/4 ans plus tard.

Bizarrement ton attention se relâche, le groupe ne parvient pas à te surprendre, tu contemples une araignée intrépide qui traverse la scène avec célérité pour aller se réfugier sous la veste de jogging que Nadine avait déposée à 50 cm du bassiste.

Le groupe a-t-il enclenché le pilote automatique où c'est toi qui divagues?

Un nouvel extrait ( 'Chapter Seven', c'était le huitième morceau, bad timing),  atmosphérique, du second album est lâché, tu n'as plus vu l'aranéide, faut se concentrer, merde!

Ils ont déjà entamé le single 'Bloody' qui te colle dans les oreilles, il peut marcher ce morceau, les choeurs font un écho gracieux au chant nonchalant de Nicolas et  l'intervention à la guitare  contraste avec le côté léger de la mélodie.

Une voix off se fait entendre pour introduire 'Grass ballad', Vincent a refilé la basse au chanteur et a ramassé une acoustique, après cette intro bucolique, chacun reprend son rôle et tu te dis que cette plage est assurément un des sommets de l'album, mixant progrock, indie, ambient et pop.

Le hit ' I wonder', en mode rollercoaster, inspire la petite Ingrid qui plane sans se poser de questions.

'WolfWolfWolfSheep ' termine les 75' de concert, le quintet quitte la scène.

 

Les fans battent le plancher du talon, le batteur est le premier à reprendre sa place, suivi par la basse, la troupe au complet ne tarde pas à proposer l'étonnant 'Shaking river' pendant lequel Nicolas nous la joue Roger Whittaker, avant d'entendre la guitare grinçante nous déchirer les tripes.

Accrochez-vous, les eaux sont tumultueuses!

Merci, au revoir, ne ratez pas l'autocar!


Revenez, merde!

Le stock est épuisé, si on creuse on peut, à la rigueur, vous jouer 'Echoes' le seul morceau d' 'Odd Places' que vous n'avez pas entendu.

Celle jolie ballade met un terme à la soirée, tu regagnes ta province, 129 fans attendent leur tour pour recevoir leur CD.

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 


 

 

Bacon Caravan Creek - Monday Penny à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 octobre 2017
Bacon Caravan Creek - Monday Penny à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 octobre 2017
Bacon Caravan Creek - Monday Penny à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 octobre 2017
Bacon Caravan Creek - Monday Penny à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 6 octobre 2017
Repost 0
Published by michel- jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 13:34
Zing, vecht, huil, bid, lach, werk en bewonder..een hommage aan Ramses Shaffy avec e a Della Bosiers, Bert Verbeke, Jelle Cleymans et, en invitée Sabien Tiels - Westrand - Cc Dilbeek - 5 octobre 2017

Zing, vecht, huil, bid, lach, werk en bewonder..een hommage aan Ramses Shaffy avec e a . Della Bosiers, Bert Verbeke, Jelle Cleymans et,  en invitée, Sabien Tiels - Westrand - Cc Dilbeek - 5 octobre

 

Ramses Shaffy a quitté ce bas monde le 1 décembre 2009, quelques jours après son décès des milliers de fans de 7 à 77 ans sont venus  rendre un dernier hommage devant sa dépouille exposée au Carré à Amsterdam.

Normal: Shaffy was an icon of the cultural society, especially in Amsterdam. His extravagant lifestyle was accepted, because he was Ramses Shaffy ...publiait le NL Times le 26 août 2013, jour où l'on célébrait le 80è anniversaire de sa naissance.

Aux Pays-Bas et en Flandre, personne n'a oublié ce fantasque artiste, il est naturel que des artistes néerlandophones aient pensé à lui rendre un hommage .

L'idée est venue à   Bert Verbeke et Jelle Cleymans, ils projetaient d'inclure Liesbeth List dans le line-up, malheureusement la chansonnière a mis fin à ses activités suite à des problèmes de santé.

Pas question d'abandonner décident les deux lascars, Della Bosiers, une protégée de Ramses, sera la voix féminine de  "Zing, vecht, huil, bid, lach, werk en bewonder", une chanson de l'Amstellodamois qui a donné son titre à l'entreprise.

Il fallait embrigader des musiciens, logiquement le choix s'est porté sur le pianiste Dirk Schreurs qui se débrouille aussi bien dans le monde classique, que dans l'univers de la note bleue ou comme accompagnateur de kleinkunstartiesten dont Liesbeth List.

C'est lui qui a signé les arrangements et recruté le contrebassiste Henk de Laat, qui, contrairement à Ramses, n'arrive jamais en retard,  et Ron van Stratum aux drums, un monsieur qui accompagne Jo Lemaire, e.a.

 

Le coup d'envoi a été donné le 20 septembre à Herent, la tournée s'achève le 16 décembre à Brasschaat.

En ce jeudi pluvieux, une matinée est prévue au CC Westrand de Dilbeek.

Hormis, Sven Kums, assis à ta gauche, son amie, et une poignée d'autres salariés ayant pris congé, la salle est garnie de seniors enthousiastes!

 

14:00, les musiciens pointent le bout du nez, confectionnent une intro jazzy avant l'arrivée de Jelle Cleymans qui n'est pas venu acheter des bonbons à la Kotmadam mais interpréter 'Sammy' un titre de 1966, qui a lancé le chanteur d'Amsterdam.

Les arrangements jazzy évoquent un autre Sammy, un petit gars de Harlem, grand copain de Frank Sinatra.

Il n'aura fallu qu'un titre à Dilbeek pour comprendre que le spectacle sera d'un niveau largement au dessus de la moyenne.

Que Jelle Cleymans n'est pas dépourvu d'humour se vérifiera rapidement, Ramses Shaffy is de farao van de kleinkunst, comme il s'adresse à la maison de repos, il croit utile d'ajouter, vous avez pigé?,  Mevrouw Vandenest vient de tomber du nid et se frappe sur la cuisse.

Une courte biographie s'impose: papa égyptien, consul à Paris, maman polonaise, du sang bleu, naissance à Paris, séjour à Cannes et à 6 ans, envoyé par le train, seul, chez une tante aux Pays-Bas, qui le place en famille d'accueil.

Ces aventures ont donné la naissance à la chanson ' De trein naar het Noorden' que Jelle interprète accompagné par Bert Verbeke à la guitare.

Un sommet minimaliste!

Exit Jelle, Bert et le trio de musiciens attaquent ' Alfabed'.

Ramses ne buvait pas de la limonade, il aimait les femmes.... j'étais dans un lit, son nom commençait par A, ou non, par T,  je ne connaissais pas cette chambre, j'avais mal au crâne.. en mode cabaret!

Du Tom Waits avant la lettre!

Della Bosiers, toute menue, est annoncée, elle a choisi la ballade ( face B de 'Pastorale' )  ' Zo hoog in de hemel'  de Cees Nootenboom , l'écrivain connu pour avoir eu une relation amoureuse avec Liesbeth List.

Della enchaîne sur ' In oktober' , une chanson de saison.

Il n'y a pas que Jacques Dutronc a chanté le petit matin, ' 5 uur' , que Wim De Craene  a repris sur l'album ' Alles is nog bij het oude', fait partie des incontournables  de Ramses Shaffy.

Bert, solo, a réussi à nous refiler des frissons avec cette sombre mélopée de l'aube.

' Het is stil in Amsterdam', il y a du Brel, du Aznavour, du Gilbert Bécaud et du George Simenon chez Ramses Shaffy.

Dilbeek, sortez de votre léthargie, het is tijd om te zingen, ' Zonder bagage' ( de wereld heeft mij failliet verklaard), ce swing évoque Ray Charles.

Jelle amorce ' Ik drink'; le titre préféré de Miossec, que Frank Boeyen a inclus dans son répertoire.

Le pharaon avait le sens de l'humour, ' De een wil de ander' illustre ce propos , c'est Della Bosiers qui achèvera le premier acte par le bucolique ' Aan de andere kant van de heuvels'.

 

Pause

 

Ramses sur l'écran pour entamer la seconde mi-temps, il cède le relais  à la Fleur de Buda, qui, tout naturellement, amorce ' Er was een jongetje' qu'elle avait interprété en duo avec le fils du consul, cet après-midi, c'est Bert qui se charge du canon.

Après ' Hee Meneer', Della annonce l'invitée du jour, Sabien Tiels, dont l'époux pianote sur scène.

L'élégante madame, la chanteuse du  'Mannelijk Schoon', a opté pour 'Ik laat jou niet voor de poort' , une chanson moins connue du poète, mais certainement pas moins forte.

Sabien enchaîne sur 'Eens in de 100 jaar', un single sorti en 1974, avant de nous servir une anecdote concernant Dirk Schreurs, qui, un jour, lors d'un gala de Liesbeth List à Anvers, a remplacé au pied levé le pianiste de la chanteuse, celui-ci  était coincé dans les embouteillages.

Hij was in de zaal, en jeans et col roulé, on lui a prêté un veston et une chemise blanche, il  a accompagné la grande dame sur ' Ne me quitte pas', un grand souvenir... le lendemain, un vase accueillait un bouquet de tulipes.

"Zeg me dat het niet zo is"  achève la trilogie Sabien.

Jazz time, à nouveau, avec le mélodramatique ' Loop door' qui  a peut-être inspiré Paolo Conte.

'Heintje' interprété par Jelle n'a rien à voir avec le  niederländischer Schlagersänger qui a fait pleurer ta grand-mère avec sa version de 'Mama', ce titre raconte l'histoire d'une pauvre petite dame  qui, pour fuir la solitude, tricotait des messieurs pour lui tenir compagnie.

'Johnny van de Vier Seizoenen' est chanté par Della et c'est à Bert qu'échoit l'honneur de présenter le chef-d'oeuvre immortel 'Laat me'.

Sous l'oeil attentif de Dirk Schreurs, Jelle Cleymans , le futur Geert Hoste, sans hauts-talons, donne,  la réplique à Sabien Tiels pour het mooiste nummer van "De Lage Landen",  'Pastorale' .

Dilbeek, we zijn aan het laatste liedje gekomen.

Dilbeek soupire avant de reprendre le refrain de 'Zing, vecht, huil, bid, lach, werk en bewonder'.

 

La salle se lève , la brigade reparaît, 'We zullen doorgaan' et en dessert, la ' Shaffy Cantate', mettent un terme à ce spectacle éclatant!

 

 

 

 

 

 

 

Zing, vecht, huil, bid, lach, werk en bewonder..een hommage aan Ramses Shaffy avec e a Della Bosiers, Bert Verbeke, Jelle Cleymans et, en invitée Sabien Tiels - Westrand - Cc Dilbeek - 5 octobre 2017
Zing, vecht, huil, bid, lach, werk en bewonder..een hommage aan Ramses Shaffy avec e a Della Bosiers, Bert Verbeke, Jelle Cleymans et, en invitée Sabien Tiels - Westrand - Cc Dilbeek - 5 octobre 2017
Zing, vecht, huil, bid, lach, werk en bewonder..een hommage aan Ramses Shaffy avec e a Della Bosiers, Bert Verbeke, Jelle Cleymans et, en invitée Sabien Tiels - Westrand - Cc Dilbeek - 5 octobre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 08:24
Living Hero - Bruce Springsteen. - CC ‘t Vondel - Halle- le 30 septembre 2017

Living Hero - Bruce Springsteen. - CC ‘t Vondel - Halle- le 30 septembre 2017

 

Le saxophoniste Koen Garriau a remis le couvert et monté un nouveau Living Hero, il s'était déjà attaqué avec succès à Tom Waits et à Neil Young avec son équipe baptisée Living Roots, ce soir au CC 't Vondel à Halle, c'est la première de l'hommage à Bruce Springsteen.

Le sujet avait été rôdé à Nieuwpoort et à Nazareth avant de débuter officiellement.

Koen a fait appel à une belle brochette de BV pour mener à bien son nouveau projet: au chant, à la guitare acoustique et aux shakers, Klaas Delrue (Yevgueni)/  Hannelore Bedert au chant, au piano, à l'harmonica, ou au glockenspiel/ Jan De Campenaere (Venus in Flames), chant et acoustique/ Senne Guns (Admiral Freebee), piano, chant et balivernes/ Thomas Vanelslander (Helsinki) guitare et chant/ Jasper Hautekiet (Bony King), le fils de...  à la basse/ Laurens Billiet (Zimmerman/Buurman) aux drums et Dirk Naessens (Urban Trad) au violon ou à la mandoline..

Koen s'est placé à côté de Dirk avec ses saxes.

 

Wat zeg je, Luk?

La merde pour tirer des photos, une lumière diffuse et une impression de brume. Chacun ses problèmes, ik zie zelfs niet wat ik schrijf!

A l'arrière une image du Boss, à ses pieds les neuf protagonistes, flous pour nous, honneur aux dames, Hannelore se tape ' Because the night', Klaas se charge des backings, les autres, du fond musical, léché.

Mooi begin!

A toi,Senne!

Il  a choisi ' It's hard to be a saint in the city' , un extrait du debut album de Bruce, 'Greetings from Asbury Park, N.J', car il a un faible pour  les crapules.

Belle intervention de Dirk à la mandoline, Hannelore a déniché un harmonica dans une poche de sa robe, Thomas nous balance un solo torturé, l'équipe a étoffé ce grand morceau d'arrangements soignés.

Venus in Flames amorce le standard 'Hungry Heart', Luk mitraille, la dame assise devant lui glisse dans l'oreille de son conjoint, die kan wel zingen, ce qui ne signifie pas que les précédents étaient des casseroles.

Au tour de Klaas d'hériter du micro, il a sélectionné ' The River', probablement un des titres les plus forts de l'homme de Long Branch, la formidable intro à l'harmonica  puis les lyrics naturalistes, c'est un roman de  Steinbeck brossé en cinq minutes.

Living Hero nous sert une  version mémorable.

'The Ghost of Tom Joad' chanté par Jan est tout aussi sombre et enivrant, on avait mentionné  Steinbeck, son fantôme réapparaît.

Fantastique!

Bruce avait une télévision, la télédistribution, un pack de Budweiser, il était pas content car  '57 Channels (And Nothin' On)', Senne adapte et comme il a une  tendance à l'exagération, ça devient ' 900 zenders en geen zak te zien', au nightshop il n'a pas déniché de Budweiser, il a vidé 24 Stella.

Puis vient Hannelore solo, au piano, pour une version berceuse de 'I'm on fire', en het gaat niet over pedofilie!

 Thomas Vanelslander est non seulement un excellent guitariste, mais également un gars capable de chanter, en solitaire, il nous livre une version destroy de  ' Nebraska' .

T'as pensé à Chris Whitley pendant son effort.

Au complet, avec Jan derrière le micro, voici ' Human touch' et pour achever le premier acte, ' State trooper' , chanté par Klaas.

 

Un vin blanc, une pintje, la cloche retentit, regagnez vos cabines!

 

Set 2.

Il débute par ' Highway patrolman' , l'histoire de  Joe Roberts et de son frangin Franky, une petite frappe, est chantée par la tête pensante de Yevgueni.

Hannelore nous invite à une visite de son 'Secret garden ', une ballade que le Boss n'interprète que rarement live.

Senne, le roi des bindteksten bidon, nous rappelle que Springsteen n'a jamais placé un single au sommet des charts, son seul titre à avoir atteint la première place est 'Blinded by the light' interprété par Manfred Mann.

Guns a dû être maître d'école avant de se lancer dans la musique, il nous donne une leçon d'histoire, d'étymologie,de slang, de sexualité et d'hygiène, on le corrige et l'informe que Manfred Mann n'a que rarement chanté, il s'adonne parfois aux backings, Chris Thompson s'était chargé des vocals sur 'Blinded by the light'.

C'est le timbre de Jan qui se prête le mieux au répertoire du champion du New Jersey, c'est lui qui  se colle au chant pour 'Atlantic City';

Hannelore aime le feu, logiquement, elle s'attaque à 'Fire', un gros hit pour les Pointer Sisters.

Ce titre inspire un descendant de Shakespeare qui pendant le blanc lance "Romeo and Juliet" sans parvenir à déconcentrer la madame.

Le prince carnaval quitte son siège et profite du vaste espace séparant podium et rangées de sièges pour nous montrer ses talents de danseur.

Béjart ne l'a pas retenu pour sa prochaine production.

' Bobby Jean' est pour Klaas, tandis que Senne se charge du profond' Streets of Philadelphia'.

' If I should fall behind' reçoit un traitement waltz comme lors de la tournée  Bruce Springsteen with The Seeger Sessions Band et c'est avec ' Born to run',  interprété par Thomas, que le show touche à sa fin.


Bis.

Hannelore et Jan, tous deux armés d'une acoustique, dessinent ' Dancing in the dark', et, avant le point d'orgue', Klaas peut s'amuser avec le jouet qu'il a reçu de Saint-Nicolas, puis vient 'The rising' , un titre que le Boss avait composé après le 11 septembre  noir de 2001.

 Ce vibrant  hommage aux pompiers héroïques,  luttant pour sauver des vies humaines, termine une prestation de haut niveau!

 

photos- Luk Stiens/concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Living Hero - Bruce Springsteen. - CC ‘t Vondel - Halle- le 30 septembre 2017
Living Hero - Bruce Springsteen. - CC ‘t Vondel - Halle- le 30 septembre 2017
Living Hero - Bruce Springsteen. - CC ‘t Vondel - Halle- le 30 septembre 2017
Repost 0
Published by michel- luk stiens - dans Concerts
commenter cet article
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 11:35
SIMO - RHEA à l'Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 29 septembre 2017

SIMO - RHEA à l'Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 29 septembre 2017

 

Organisation: AA Productions/Next Step

 

Tandis que la Grand-Place se prépare pour le grand cirque que d'autres ont baptisé Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ( chaque artiste annoncé interprétera quelques titres), le Club compte attirer un public différent avec le power trio de Nashville, SIMO.

 

Le support est confié à  RHEA!

Non, aucun rapport avec Chris!

Le groupe de Gand n'a pas encore soufflé deux bougies, mais fait déjà couler pas mal d'encre, finaliste de De Nieuwe Lichting 2016, du Maanrock Rally la même année, un passage au Humo's Rock Rally, la plus grosse médaille lors du Battle for Boa aux Pays-Bas, ces adeptes d'un hard rock à l'ancienne ont sorti deux singles et annoncent un album pour 2018.

Ils sont six à se présenter sur les planches:  - Jorge Van De Sande ( le remuant chanteur) - le frisé et bouillonnant  Guillaume Lamont ( guitare, vu avec Jacle Bow) - Nathan Ysebaert ( guitare, electronics) - Matthijs Machtelinckx ( basse) - Dajo Vlaeminckx ( drums) et  Simon Lamont, qui fait presque de la figuration, aux percussions.

Comme ils n'ont que 30' pour montrer leur savoir-faire, ces jeunes gens décident d'oublier le round d'échauffement et de  rentrer dans le lard dès l'entame, c'est acculé dans les cordes, que tu reçois 'Two man's party' en pleine poire.

T'es qu'un poids léger, eux t'envoient du heavy avec une pointe de Beastie Boys.

Babe, babe, this is rock'n'roll ...hurle Jorge, on avait bien capté que c'était pas du easy listening!

Drums et basse entament 'Everything you need' , si t'avais besoin d'un câlin, tu oublies, ça cogne lourd et sans répit!

Puis vient leur avant dernier single' Change'  , un doux mélange de Triggerfinger et de Queens of the Stone Age.

Guillaume n'a pas d'arbalète, ce méchant jeune homme fait tournoyer sa guitare comme s'il s'agissait d'une épée et comme il nous trouve assez amorphes, il nous incite à bouger davantage.

Te cache pas, 'Gonna get you'!

Un faux départ n'empêche nullement 'Something good'  de faire mal, très mal.

Tous au front et pas de quartier... Jean-Marie et Jacques ont applaudi!

Jorge: de volgende heet ' When I think of you', cette douce rêverie précède leur nouveau single' Tell me now'.

Une ligne de basse crapuleuse, un drummer ayant pris des leçons chez Mario Goossens et des guitares rentre-dedans, sans oublier le chant agressif, font de cette plage un morceau qui passe sur Studio Brussel et mériterait de se faire entendre sur Classic 21.

 'Screaming' est précédé de quelques blasphèmes proférés par l'irascible Guillaume et suivi par une dernière bombe, 'Never out of sight'.

Le Club a vu, entendu et apprécié ce band soudé, qui semble promis à un avenir rose!

 

Un signal lumineux, les Stones se taisent pour faire place à l'intro de SIMO, ils ont bon goût et ont choisi 'Superfly' de Curtis Mayfield.

Si SIMO n'est pas (encore) trop connu dans notre plat pays, le gang de Nashville has built a name aux States, les Pays-Bas ont craqué, toute l'Europe va suivre!

Si l'incontestable pôle d'attraction est JD Simo, que certains n'hésitent pas à qualifier de best guitarist in Nashville, ses complices Adam Abrashoff ( drums) et Elad Shapiro ( bass) sont loin d'être des ânes. La logique veut que de grands noms tels que Cream, The Jimi Hendrix Experience, James Gang, Taste ou West, Bruce and Laing soient cités, effectivement SIMO est de cette trempe!

Leur dernier album, 'Rise and Shine' est sorti il y a quelques semaines, il nous vaut cette tournée et servira d'assise pour la setlist de la soirée.

La wah wah régnera en maîtresse absolue lors de ce concert, dès le premier morceau , JD en use et en abuse, tandis que les comparses lui confectionnent un soubassement d'une étanchéité à toutes épreuves, tu y entends du blues rock, des éléments psychédéliques, une pointe de grunge, comme si Rare Earth et Pearl Jam s'étaient invités à la même table. JD Simo étant probablement jaloux des jams interminables de Grateful Dead, cette première plage ( 'The climb'?) approche allègrement des 10 minutes.

'Return' opens our new album, qu'il dit avant de nous proposer cette bombe qui évoque à la fois Hendrix et Prince.

Le groove dégoulinant de  'Meditation' impressionne, JD et Adam entament un de leurs nombreux duels, Elad, impassible, les contemple tout en cimentant une rythmique implacable.

Un mec dont la collection de disques comprend les Alabama Shakes, Wilco, Isaac Hayes, Funkadelic et Bob Dylan ne va pas te proposer de la merde, ' People Say' et 'Don' t waste time' confirment le bien-fondé du propos.

Et sur scène?

Monsieur remue un max, nous fait le coup de la guitare derrière la nuque et vient émoustiller ses petits camarades,  mais ne va pas croire qu'il fasse du cinéma, tout se produit naturellement, rien de fake dans son attitude.

'I want love' is the most personal song on the new record,  en mode  slow blues/soul ballad, le guitariste impressionne, la slide plaintive vient te remuer les entrailles, il doit l'aimer très fort, cette madame.

Retour au groove avec la plage kilométrique ' Light the candle', dont les riffs et les intonations vocales renvoient vers le 'Spoonful' de Cream.

Du blues, du heavy rock, du rock fusion, SIMO réunit le tout en un seul morceau.

Après cette déferlante, le trio a la bonne idée de nous proposer une ballade immaculée .

 'Be with you', joué avec les tripes, te cloue sur place.

Ensuite JD passe au blues/gospel  classique avec le fragile  'The light'  qu'il exécute solo et c'est avec le chef-d'oeuvre épique  ' I pray', une plage de 13 minutes, permettant au trio de jammer à  satiété, que s'achève ce concert mémorable.

 

Enfin, tout le monde croyait que c'était fini, il était 22:35', le curfew étant de rigueur à l'AB, tu t'apprêtais, comme Adam et Elad d'ailleurs, à quitter la  salle, quand JD décide de faire des heures supplémentaires et de nous envoyer une version affutée de 'With a little help from my friends'.

Impossible de ne pas verser une larme en pensant à Joe Cocker.

Ja, Willem?

 . "Eén van muzikaal de beste optredens die ik dit jaar gezien heb."

 

Inderdaad, c'était fameux!

 

 

 

 

 

 

SIMO - RHEA à l'Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 29 septembre 2017
SIMO - RHEA à l'Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 29 septembre 2017
SIMO - RHEA à l'Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 29 septembre 2017
SIMO - RHEA à l'Ancienne Belgique ( Club)- Bruxelles, le 29 septembre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 11:48
Sex Swing // Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs au Magasin 4 - Bruxelles, le 28 septembre 2017

Sex Swing // Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs au Magasin 4 - Bruxelles, le 28 septembre 2017

 

Sex Swing

Le magasin fait dans le libertin.? C'est tendance, la campagne publicitaire proposant à de jeunes étudiantes fauchées de se faire ' subsidier' par quelques vieux, pas toujours beaux, mais toujours aisés, fait polémique. Depuis quelques jours, tout le monde y va de son comment sur facebook.

On s'éloigne du sujet: Sex Swing is a band, including links to Part Chimp, Earth, Mugstar, Bonnacons of Doom, ayant sorti un premier LP en novembre.

La presse anglaise cite les noms suivants: Joy Division, Suicide,Mötorhead, et prévient: pour amateurs d' ultra heavy psych!

 

 

Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs

Il était logique d'associer pigs x 7 aux vieux cochons!

Le band de  Newcastle-Upon-Tyne a sorti l'album 'Feed the rats' en janvier 2017.

It’s a pretty perfect balance of obnoxiousness, ridiculousness, intensity and theatrics, and somewhere within that spectrum is where our music sits too.” dixit le chanteur Matt Baty .

 

Florian Hexagen était sur place et rapporte:

 

 On s'est pris une bonne mandale de kraut noise psyché hier soir au Magasin 4 avec SEX SWING, qui a donc passé la barrière du live avec mention très bien, suite à leur excellent album éponyme sorti en fin d'année dernière (allez l'écouter, y a un petit côté Swans vraiment cool en plus).

Bonne prestation également des Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, dans un registre plus sludge, avec même parfois des accents stoner.

Bref, toute bonne soirée du côté de l'avenue du Port, décidément, quel mois de septembre l'équipe nous a concocté!

 

 

Sex Swing // Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs au Magasin 4 - Bruxelles, le 28 septembre 2017
Sex Swing // Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs au Magasin 4 - Bruxelles, le 28 septembre 2017
Repost 0
Published by Florian Hexagen - dans Concerts
commenter cet article
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 06:23
Ellen Steegen au Bonnefooi- Bruxelles, le 27 septembre 2017

Ellen Steegen au Bonnefooi- Bruxelles, le 27 septembre 2017

 

Ellen werd geboren en getogen in deelgemeente Hoelbeek...alors, là, ça nous fait une belle jambe, c'est où ce bled?

Bilzen, au Limbourg!

La chanteuse paraît toute jeune mais affiche déjà 23 printemps, elle se produit depuis pas mal de temps sur les scènes limbourgeoises. En 2013, elle était encore jazzstudente à l'époque, Ellen  a eu l'occasion de fouler la scène du Genk On Stage.

Depuis elle a participé au Humo's Rock Rally et  à  Limbomania, où la seconde place obtenue lui a permis de devenir artiste en résidence au Muziekodroom.

Son premier single est prévu pour la semaine prochaine, un EP doit suivre et sortir en novembre.

Elle n'est pas seule sur scène pour défendre ses chansons, Jens Wijnants  - Guitars, Keys/ Arno Grootaers  - Drums et Bram Gabriëls  - Bass, l'entourent.

Le concert au Bonnefooi est une première bruxelloise.

 

Il faudra attendre 21:30 pour voir le quartet se coincer près de la vitrine et balancer une première plage ensoleillée aux nuances dreampop. La voix est agréable, les boys font habilement leur boulot , plus tard, en consultant Bram, le bassiste, dont on ignore si il a des liens de parenté avec les politiciens Jef ou Jaak Gabriels, on apprend que  la chanson se nomme provisoirement '' Speculaas' .

'Keep on going' sortira comme single début octobre et devrait plaire aux amateurs de sophisti pop/ smooth jazz, des arrangements soignés, une voix aérienne, on est proche de groupes tels que Swing Out Sister ou The Blow Monkeys.

Timidement Ellen annonce la suivante, in English, mijn Frans n'est pas terrible, ' Our house' qui n'a rien à voir, ni avec Madness, ni avec Crosby et sa clique.

La jeune fille est passée derrière les claviers, Jens a ramassé sa guitare, dans leur demeure on aime la propreté et les ambiances ouatées.

' Dreams' , les Cranberries, Fleetwood Mac, Dua Lippa, Brandi Carlile, tout le monde rêve... parfois les songes sont doux comme ceux d'Annie, d'autres fois, comme chez Joni Mitchell, ils sont moins soyeux.

Les rêves d' Ellen sont célestes et lyriques, portés par deux guitares subtiles!

' Meet me upstairs' if you feel like making love...

Une invitation?

 En tout cas la carte de visite sent bon!

La suivante est une 'Ballade' annonce la délicate enfant, qui avoue ne pas trop aimer causer mais préférer laisser parler la musique.

Cette ballade au background jazzy s'éloigne des atmosphères lounge pour se durcir petit à petit.

 Ellen et son band se distancient ainsi de la multitude de petits groupes façonnant une synth pop relativement fade pour  nous montrer  que le projet montre plus de consistance.

' Flashing lights' est déjà le dernier titre d'un concert qui n'aura pas duré 40 minutes, on reste quelque peu sur sa faim!

Le potentiel est là, on attend la suite avec curiosité!

 

Le 7 octobre au Play Club Festival au Muziekodroom avec d'autres noms intéressants: Whispering Sons, Tsar B, SX  ou Raketkanon!

 

Ellen Steegen au Bonnefooi- Bruxelles, le 27 septembre 2017
Ellen Steegen au Bonnefooi- Bruxelles, le 27 septembre 2017
Ellen Steegen au Bonnefooi- Bruxelles, le 27 septembre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 07:56
EMA - Dubais - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 24 septembre 2017

EMA - Dubais - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 24 septembre 2017.

 

Autumn Falls, le festival itinérant  organisé par Toutpartout , a débuté le 20 septembre, ce dimanche la booking agency a placé EMA et  Dubais à La Rotonde du Botanique.

 

 

Tu n'y es pas, Dubais n'a pas grand chose à voir avec l'émirat du Golfe Persique, il s'agit du projet de l'artiste multi-culturelle Nadia Buyse qui réside soit à Portland, soit à Berlin.

Que la madame soit un brin givrée est une évidence, si t'espérais un concert traditionnel, tu en seras pour tes frais!

Nadia, l'excentrique, aurait fait partie de pas moins de 37 groupes, elle se qualifie également d'artiste visuelle ou d'activiste féministe.

Musicalement, elle décrit le projet Dubais comme du   Arabfuturist, lo-fi bedroom pop, dark disco!

Et?

Tu la prends au second degré, tu te marres, elle chante bien, son show tient autant de la stand-up comedy que du burlesque, voire du chaplinesque, ce qui gêne, par contre, c' est le côté karaoké.

Ils sont de plus en plus nombreux les artistes se contentant de fouler nos scènes en tenant un micro alors que le fond sonore émane d'un PC, d'un disque ( cf Mister Goodnite) ou de bandes pré-enregistrées.

Une approche que tu peux accepter au cabaret, mais s v p, ne nous parlez plus de concert!

Avec 25' de retard sur l'horaire, Miss Buyse rapplique, salue et questionne, que pensez-vous de ma nouvelle guitare?

Un instrument décoratif, constatera le Bota plus tard!

I don't care about the sun.. susurre-t-elle, sur fond de programming, pour démarrer le set, 'Sun' (FUCK) s'entend sur un three piece EP baptisé 'Oneliners',

Elle gratte sa guitare neuve qui fait gling, gling, gling, et  ne s'en soucie guère.

Après avoir abandonné le jouet, la diva va tripoter son laptop et lance 'Sun' (Emancipation), une ballade synth/dream pop bien foutue.

Où vas-tu, Nadia?

Oh, elle prend des risques en escaladant une enceinte, comme la souplesse ne semble pas être sa plus grande qualité, le Bota tremble. Là-haut elle roucoule 'Sun' (Set) puis nous envoie un bisou et fait mine de disparaître.

Fausse sortie, la suivante évoque Jimmy Sommerville, lascivement elle s'approche de nous, tu crains le pire, ouf, elle vient faire la cour au puceau à tes côtés.

Bonsoir, papa, lance-t-elle en ramassant sa guitare.

Bonsoir, baby, répond un brave homme assis à l'arrière.

This is a new song, called 'December', miracle, elle a réussi à faire entendre ses accords.

Après une élégante romance electro vient '  I Don't Want To Die (I'm Going To Kill You)'.

Salope, c'est sur toi qu'elle tire, elle t'a raté mais parle de t'égorger pendant que tu sommeilles.

Grande tarée!

En s'appuyant sur la tête de JP elle descend parmi nous, vient chanter une dernière rengaine avant de s'affaler sur le plancher.

Poliment un gentleman l'aide à se relever, elle sourit, puis s'efface.

 

21:10 EMA

 Erika Michelle Anderson a débuté sur les scènes au début du siècle en se produisant avec le noise rock combo Amps for Christ, par la  suite on la retrouve au sein de Gowns avant d'entamer un voyage en solitaire et de sortir l'album Little Sketches on Tape qui lui vaut d'être remarquée par le magazine Rolling Stone.

Avec le suivant, 'Past Life Martyred Saints', la presse anglaise voit en elle le successeur de Sonic Youth , son drone-folk fait impression.

2017, un cinquième album, en tenant compte de la bande-son du film 'Horror', est dans les bacs, 'Exile in the Outer Ring' nous vaut cette tournée.

Arrivent en éclaireur, Susan Lucia, une attirante fille se chargeant des drums et des backings, et un complice de longue date, Leif Shackelford, au violon électrique, basse, keys et programming.

Erika les rejoint pendant la longue intro, concentrée, elle prend la pose militaire.

Elle est vachement grande cette nana, constate un voisin.

'Where the darkness began' est récité  d'une voix d'outre-tombe, semblant émerger de la brume.

C'est certain, on ne va pas rire souvent pendant ce set.

Le trio enchaîne sur ' I wanna destroy' pour lequel la grande bringue, fringuée d'un short de basketteur trop grand, a saisi sa guitare, le ton monte, la voix se fait colérique, tu la crois quand elle profère I wanna destroy, JP a intérêt à garer ses objectifs.

'Butterfly knife' est tout aussi grinçant, ton cerveau avance PJ Harvey, Shannon Wright ou Cat Power,  Ema, 35 piges tout de même, avec son look de gamine délurée, intimide!

Qui était présent au Bota lors de mon précédent passage, c'était à l'Orangerie?

Une dizaine de mains se lèvent, elle amorce 'Anteroom' et, comme elle, on sent la présence d'un fantôme pas bien luné.

'Blood and chalk' te refile des frissons, mais pas de bonheur, tu baignes dans une atmosphère de film d'horreur, il faut que tu te contrôles si tu ne veux pas pisser dans ton froc.

Elle n'a pas l'intention de lâcher prise, le violon lance la suivante ( 'Satellites'), la blonde enfant se couvre les yeux avant de s'y mettre et d'entamer un chant entêtant.

Elle se  dirige vers les premiers rangs, vient serrer quelques mains tendues tandis que ses complices sculptent un fond industriel digne de Blixa Bargeld.

Elle nous promet a new one, un titre revendicatif mixant electro, folk noir et hip hop, après avoir proféré ...I wanna say go away... you know I got to find a way... elle se laisse choir pour terminer sa tirade agenouillée.

Toujours chanté et joué dans l'urgence vont se succéder, ' Fire Water Air LSD' et, après avoir insisté auprès de l'éclairagiste to dim the lights, l'étouffant  'Breathalyzer' .

Elle ingurgite une petite pilule, ramasse sa guitare, à gauche, Susan frôle ses cymbales avec des balais, ' The Grey Ship' semble vouloir naviguer sur une mer paisible, il faudra attendre cinq minutes avant de voir les vents se lever, les flots se déchaîner  et venir percuter l'embarcation.

Rien n'est jamais lisse chez EMA.

' California' achève ce set, de 50', d'une intensité  épique.

 

Le bis!

Un dernier extrait de  'Exile in the Outer Ring': 'Marked' te laissera des marques, il te faudra bien 5 bières pour espérer effacer ces griffes indélébiles!

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

EMA - Dubais - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 24 septembre 2017
EMA - Dubais - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 24 septembre 2017
EMA - Dubais - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 24 septembre 2017
EMA - Dubais - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 24 septembre 2017
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 21:21
Fira B! Mercat professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017

Fira B!  Mercat professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017  

 

Charles Eloy

 

 

Aujourd'hui, un concert aux heures de midi. Je me lève un peu plus tôt.

Sur le chemin de l'hôtel vers le centre culturel en passant par le centre historique de Palma (Placa Major et La Rambla), je vois des Allemands à la recherche de lokale delikatessen. Avec mon teint bronzé, ils me prennent pour un habitant des îles Baléares.

Le programme de la troisième journée comprend de la musique du monde, de l'électronique et du pop/rock.

BOC - musique du monde - Ses Voltes - 12h30

BOC utilise les instruments ethniques locaux pour créer un musique influencée par le jazz, le métal, le ska, le new age,....

Le groupe (8 musiciens) s'est formé en 2009. Leur but est de réinventer la musique traditionnelle des îles Baléares.

"Sa birra dance": les touristes allemands sont ravis. Ils peuvent continuer leur Oktoberfest à Palma et danser en dégustant de la bière comme des Suisses. Prosit (A votre santé en levant le coude).  La chanson est très entraînante.  L'emploi de diverses flûtes combinées avec des guitares électriques nous fait songer au groupe légendaire Jethro Tull ayant plus de cinquante ans d'existence.  Longue vie à BOC.

Set list: Sa birra dance, Tecno, Vivi, Cabres, Foner, Fura

 

Rumba Katxai - musique du monde - Ses Voltes - 13h30

Le groupe Rumba Katxai, créé en 2009, est essentiellement constitué de musiciens provenant de l'Amérique du Sud (Chili, Argentine), installés à Majorque.  Leur musique est une fusion des musiques des Andes et des rythmes afro-américains en support d'un message social.

L'un des chanteurs évoque la température dépassant les 30 degrés, tandis qu'en Belgique, les vendeurs de marrons chauds (pour info, les châtaignes  qui sont comestibles) grillent des châtaignes sur des plaques de fer. Excellent pour croquer, en se chauffant les mains.

Le périodique allemand "Mallorca Zeitung " a des critiques très élogieuses pour Rumba Katxai qui s'est produit plusieurs fois dans leur Heimat (patrie).

Rumba Katxai convient par son dynamisme et son énergie à l'ambiance d'un festival.

Set list: Animal domesticado, Tu silencio, Amor libre, Siembrala, Vivir, Puro Enchufe, Confianza

 

J'ai la cote auprès des  filles allemandes avec mon look local.  Elles me demandent où trouver un restaurant servant de la Sauerkraut mit  Frankfurter Würtschen und Kartoffelbrei (choucroute avec saucisses de Frankfurt et purée de pommes de terre). De la choucroute par ce temps estival?

 

El dia Electrico - indietronic - Centre Cultural Contemporan Pelaires - 19h00

Le duo El dia Electrico est également programmé à 22h00 à Ses Voltes, mais nous couvrirons également une partie du OFF Fira B  dans une salle de concert "Novo Café Lisboa". En conséquence, il convenait d'opérer un choix.

Deux types de public  s'entrecroisent, l'un visite les galeries pour les expositions d'art contemporain  et l' autre écoute les concerts. Paradoxalement il y a un échange, car une partie des vitrines donne sur la cour intérieure où se produit le groupe El dia Electrico.

El dia Electico est influencé par Justice, Daft Punk, Kraftwerk.  Les musiciens, ayant écouté de la pop et rock indie, ont une approche plus robotique et expérimentale tout en essayant de garder une touche humaine. David Fernandez est au chant et à la guitare.Toni Sanchez joue aux claviers et synthétiseurs. Sur un instrument Ableton Push, il  joue des rythmes, des mélodies et des harmonies. Il déclenche des échantillons, réparti entre les pads. Il puise dans sa bibliothèque de sons, entre autres, les sonorités des consoles Atari et Commodore des années quatre-vingt.

Set list: Alabado, Microondas, Tempurizado, Amor en 8 bits

 

Jerry Blunt - Electropop & rap - Ses Voltes - 20h00

Jerry Blunt  - né en 1983 sur Formentera, une des îles Baléares - est l'un des plus élégants rappeurs de la scène urbaine ibérique. Il en est à son troisième album.   Il chante l'amour, la belle vie contrairement aux rappeurs stéréotypes qui vous bassinent de messages politiques ou moralisants.

Jerry Blunt est diffusé aux États-Unis et en Amérique du Sud. Il a travaillé durement de 1998 à 2009 afin de parvenir à cette notoriété mondiale.  Ses shows sont millimétrés comme ceux de Stromae ou feu Michaël Jackson.

"Si soy yo": Jerry est accompagné de Daniel Murillo aux claviers, Maro Nunez aux percussions et Alex Verdier (DJ). Son look est soigné, de quoi rassurer les familles, composées de plusieurs générations, présentes.

 

 

Le festival Fira B! - s'attelant à faire découvrir majoritairement des talents des Îles Baléares -  jouit d'une excellente réputation.  L'accueil des organisateurs du festival et des habitants de Majorque - méritant notre respect pour leur authenticité et identité culturelle - est chaleureux. Les distances entre les différents lieux de représentations sont courtes.  Les repas pris dans le jardin de centre culturel "Sa Nostra" sont un prétexte pour entamer des négociations d'une manière très conviviale. Le festival Fira B!  a attiré plus de 8.000 spectateurs.  Cela est un exploit, statistiquement comparé à des festivals, fonctionnant depuis des décennies avec de gros budgets.  Certainement que le festival Fira Bnous réservera d'agréables surprises. Nous espérons y être présents à la prochaine édition.

Fira B! Mercat professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017
Fira B! Mercat professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017
Fira B! Mercat professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017
Fira B! Mercat professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017
Repost 0
Published by charles eloy - dans Concerts
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 14:10
Jaarmarkt Lot 2017 ( Benny Michiels - Blast'em - Soul 4 You) - podium aan de kerk- Lot- le 23 septembre 2017

Jaarmarkt Lot 2017Benny Michiels - Blast'emSoul 4 You) - podium aan de kerk- Lot- le 23 septembre 2017

 

Chaque commune de l'entité de Beersel organise son marché annuel, en 2017, la tradition n'a pas disparu, mais si tu voulais te rendre aux festivités à Lot pour barguigner avec le marchand de bestiaux pour l'acquisition d'une bovine, il fallait venir il y a 40 ans.

Que propose Lot en 2017?

Une brocante, une kermesse, une exposition d'artistes locaux, du théâtre, de la danse, des poneys, un mur d'ascension, des clowns, un trampoline géant, un springkasteel, une foire aux livres, des hot dogs, hamburgers, boudins, gaufres à la chantilly, des glaces, des frites, du cava, de la Jupiler, de la Leffe, de la Chouffe, des scènes  Bruegheliennes, un lancer de pensen, des concerts et du soleil!

 

Lorsque tu arrives face à l'église, Benny Michiels a déjà bien entamé son chapelet, il roucoule ' Arrivederci Maria', un tube pour Will Tura dans les années 60. 

 Benny Michiels est célèbre dans le coin, le petit gars, tiré à quatre épingles, s' il est né à Grammont, réside à Huizingen depuis une trentaine d'années et ça fait plus de 40 ans qu'il monte sur les planches pour célébrer les Vlaamse schlagers.

Pas étonnant que les premiers rangs soient occupés par une cohorte de groupies dont la plus jeune doit atteindre les 55 piges. 

Den Benny est seul sur le grand podium, à la table, planquée à côté d'une buvette, un brave gars lance les bandes sur lesquelles  Roméo plaque son chant en tenant délicatement son micro pour ne pas abîmer ses mimines fraîchement manucurées.

Martine, une matrone qui a sorti sa robe du dimanche, la même qu'elle portait il y a 49 ans, est invitée sur scène pour chanter ' Heb je even voor mij' avec le bellâtre de 52 kilos.

Tu leur dis quoi, Martine?

Bon après-midi, tout le monde!

Tiens, ajoute Benny, il n'y a pas de Hollandais dans l'assistance, pourtant c'est gratuit, et c'est parti pour la farandole de Frans Bauer.

A quoi ça ressemble?

Au chef-d'oeuvre de Samantha, ' Eviva España'.

Après avoir lâché quelques salades assaisonnées, le comédien attaque ' Heb ik ooit gezegd' la cover de 'Have I told you lately that I love you' de Van Morrison.

Luister Lot, Toots speelt de harmonica lijntjes.

Francine pleure, sa soeur lui refile un mouchoir brodé.

In English, la ballade,  'The road ahead' ( is empty) est suivie par  'Laat de zon in je hart' de Willy Sommers.

Après un essai avorté pour lancer une polonaise, ils n'étaient que quatre dans le wagon, Lot a droit à ' Rood' de Marco Borsato, puis au Vlaamse Disco ' Mooi het leven is mooi' et avant de rejoindre sa caravane à Wenduine, Benny propose une version Manneken Pis de  'Sweet Caroline' de Neil Diamond, qui sera bientôt chez nous.

Ambiance à l'hospice.

 Rachel t'en veux encore une, d'accord si tu me rejoins sur le podium.

Six Claudettes périmées sur scène pour un second Marco Borsato, ' Dromen zijn bedrog'.

Je serai le 11 novembre à 10h au Jaarmarkt de Sint-Pieters-Leeuw.

We komen, réagit le fanclub!

 

Après un soundcheck plus long que prévu, Blast'em  prend place.

Blast' em, un coverband de la région, compte neuf éléments, son but est d'amuser, en s'amusant, en interprétant des classiques et des titres moins connus du répertoire funk/soul/swing.

Quatre cuivres: le plus aguerri Walter Backaert au cornet, et les jeunes Dieter Desmet (cornet)/ à première vue, étant donné la couleur d'un des ses blaasinstrumenten, un supporter d'Anderlecht, Maarten Soumillion (trombone)/ et Kjell Geerts (sax) - une guitare: Dries Mommaert - une basse: Herman Clicq - un piano électrique: Cas Rypers - Dieter Maes à la batterie et enfin, une accorte jeune fille aux vocaux, Kaat Rypers!

Entrée en matière funky avec 'Let's go to work' d'Electro Deluxe.

Il n'y a pas à dire, ça déménage sur les planches, Kaat se révèle être un chat agile et miaulant juste.

Lot, enfilez vos 'Dancing shoes', le hit des Arctic Monkeys en r'n'b, avec des relents latino pour le piano, c'est pas commun, mais ça marche.

Puis vient Bruno Mars, 'Locked out of heaven', tout aussi remuant.

Prince nous a quittés l'an dernier, sa musique ne mourra jamais, voici 'Kiss'.

Elle bouge bien la petite, son chant est résolu, à l'arrière l'équipe assure.

Vont défiler, ' Master Blaster' ( Stevie Wonder), c'est faire preuve de bon goût, et  ' Proud Mary', servi juteux. Le bateau n'a pas eu le temps de larguer les amarres, que le 'Uptown funk' de Mark Ronson est lâché , Lot danse, pas les mamies, elles sont retournées tricoter  à la maison de repos 

Une longue intro pour 'Billie Jean' permet à Juffrouw Rypers de ménager ses cordes vocales, elle revient et colle 'Thriller' et 'Bad' à la précédente, histoire de rendre hommage à Jacko.

Etonnant d'avoir inclus ' Seven Nation Army' dans la playlist, pas sûr que les White Stripes reconnaissent leurs soldats en mode r'n'b.

Exit les cuivres pour "Black Horse and The Cherry Tree", K T Tunstall sera au Bota en octobre!

Kaat, Reel Big Fish a peut-être enregistré 'Brown Eyed Girld', mais c'est Van Morrison qui a composé cet immortel!

Blast'em le joue en ska.

'I'm so excited' des Pointer Sisters est suivi par l'étonnant rétro swing ' Booty Swing' de Parov Stelar, la petite excelle au chant et danse joliment.

Qui tape sur ton épaule?

Ah, Fred Astaire...  she sings so  sweet... 

Sure, Fred, sure!

On approche du terme, il en reste deux, ' Blame it on the boogie' ( Jackson Five) et le chant protestataire 'Bella Ciao' qui lui aussi reçoit un traitement ska.

Un concert réjouissant, donné par un band dynamique!

 

Plus de 30' de retard sur l'horaire amène les organisateurs à un changement de programme, le lancer de boudins devra précéder le concert de  Soul 4 You qui se déroulera en un seul set.

Le clebs de ta belle-soeur ne bouffera pas de charcuterie ce soir, pas moyen d'attraper un bloempansch au vol, pour te consoler tu engloutis une Jupiler!

17:10', Soul 4 You, un partyband louvaniste qui sévit depuis le siècle dernier, avec des passages au Marktrock, Rock Affligem, à l'AB ou lors du Jail-Tour, dans les prisons flamandes.

Line-up:

Stef Broos: drums/ Yannick De Pauw: bass/Steven Schellekens: keyboards, backing vocals/Tanja Berckmans: Lead vocals/ Jochen Vranckx: Lead vocals et Ludo Beken: guitar, mais ce dernier est remplacé par Pascal en ce beau samedi automnal.

Et?

Des pros, assurément, un hic ( pour toi), une majorité de medleys au programme!

Prince au menu pour le premier brassage, '1999', 'Bad girls' et 'Do you wanna funk'.

La machine est huilée, le guitariste remplaçant est loin d'être un branquignol, Tanja a du coffre et du sex-appeal, Roos et Fientje préfèrent Jochen, Steven a un beau chapeau, Stef a eu de cheveux, avant, et la basse de Yannick ronronne juste.

Quatre nanas, pas des indigènes,  vont danser pendant près de 90', le curé attend la fin de la prestation avant de célébrer l'office.

Tu dis, Ron?

L'église est à vendre, d'accord je te parle du curé de Tollembeek!

Lot, on continue avec un hits medley: 'Can't stop the feeling' du beau Justin, non pas Bieber, un autre/ 'Come my way'/ 'Don't worry' ( Madcon).

Pas ta tasse de thé: trop lisse, trop commercial, trop formaté, trop mainstream house...

Le troisième pot-pourri propose 'Wake me up ' (Avicii), 'Moves like Jagger' ( Maroon 5) , pauvre Mick, 'Don't stop the music' ( Rihanna), ' Shine on me' et  'Moving on up' ( M People), Lot gigote toujours, c'est déjà ça, merci Alain!

Tous les légumes sont passés à la moulinettes, même sans dents  tu peux les avaler sans t'étrangler.

Bruno Mars a la cote aujourd'hui, ' Uptown funk' et 'Locked out of heaven' sont enfilés.

Le serveur s'amène avec le plat suivant, 'Let's get it started' ( Black Eyed Peas sans carottes) ,'I've got a feeling' ( les mêmes).

La présence scénique tonique de Tanja étonne, mais t'as pas encore trouvé le remède pour soigner ton allergie aux medleys.

S4Y attaque En Vogue, 'Free your mind', puis 'Beat it' sans les chanteurs, Pascal nous délivre un solo à la Brian May, on vient de virer rock avec 'Bombtrack' de RATM.

Retour de Tanja et De Jochen, et, soulagement, une version complète de 'Rosanna' de Toto.

Ils ont changé radicalement de registre et abandonné la soupe, voici Hall and Oates, 'I can't go for that' auquel on colle 'Lucky'.

Un plongeon dans les années 80 pour suivre: Cock Robin, 'The promise you made' et U2 'Where the streets have no name' .

La maladie réapparaît avec le collage  Lionel Richie 'Dancing on the ceiling'/' She's a maniac' de Michael Semballo .

L'heure tourne, il faut songer à achever l'exercice, on avait déjà entendu 'Blame it on the boogie' il y a deux heures, on nous impose  une seconde rasade, suivie par des extrait de 'Good times', 'Celebration', 'September', 'Let's dance, let's shout', ' Le Freak' ( c'est chic), bref les grandes années du disco!

En bas, le cousin de Bruno Castellucci  se démène face à 4 go go girls hilares, le bonhomme Michelin a tenu 180 secondes avant de jeter l'éponge et de s'affaler sur une chaise.

Voilà, merci, Lot, vous avez été sublimes!

Les quatre mousquetaires en jupon réclament un bis, l'infanterie rapplique, 'Seven Nation Army' se change en 'Sweet Dreams' et c'est sur le chemin te ramenant vers ton carrosse que tu perçois' Highway to hell'.

 C'était pas ta direction!

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Jaarmarkt Lot 2017 ( Benny Michiels - Blast'em - Soul 4 You) - podium aan de kerk- Lot- le 23 septembre 2017
Jaarmarkt Lot 2017 ( Benny Michiels - Blast'em - Soul 4 You) - podium aan de kerk- Lot- le 23 septembre 2017
Jaarmarkt Lot 2017 ( Benny Michiels - Blast'em - Soul 4 You) - podium aan de kerk- Lot- le 23 septembre 2017
Jaarmarkt Lot 2017 ( Benny Michiels - Blast'em - Soul 4 You) - podium aan de kerk- Lot- le 23 septembre 2017
Jaarmarkt Lot 2017 ( Benny Michiels - Blast'em - Soul 4 You) - podium aan de kerk- Lot- le 23 septembre 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 11:43
OFF Fira B! Mercati professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017

OFF Fira BMercati professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017  

 

Le climat et les habitants accueillants ont attiré nombre d'artistes venus de l'étranger, s'intégrant dans la vie quotidienne, y trouvant également une source d'inspiration.

La curiosité nous a poussés à découvrir des talents dans l'édition OFF Fira B.

Le Novo Café Lisboa d'une capacité d'une centaine de personnes a ouvert ses portes pour accueillir quelques groupes locaux

L'un des groupes de cette soirée: Zelisko Band. La salle est bondée de monde.

Dan Zelisko, originaire de la Pologne et citoyen du monde s'est installé dans l'île de Majorque et  il a formé le "Zelisko Band".   A l'instar de  Justin Adams (collaborateur de Tinawiren, Robert Plant, Rachid Taha), Paul Simon, Shakira, Johnny Clegg, les musiciens mélangent divers styles formant un ensemble indissociable que le groupe   appelle "world groove".

 

"It's all so easy (when I know you're there)": le morceau débute avec un groove funky nous invitant à la danse. La guitare est incisive, secondée d'une basse percussive.

"Tale of my people": est un morceau extrait de l'album "Tech "n" Blues. A l'intro du morceau, Dan utilise un bottleneck (tube en métal) donnant un son spécifique dans des compositions de blues. Une partie de la composition est agrémentée d'un magnifique solo de guitare flamenco.

"Revolutionary blues": Dan adresse un message au public: l'éveil de l'esprit et la conscience d'être soi-même dans ce monde turbulent. Le batteur et le percussionniste maintiennent un rythme effréné en uptempo.

"Morning blues": une composition blues, le texte (une histoire d'un homme, abandonné par sa partenaire), qui  invoque le seigneur comme dans  les chants gospel. Il joue de la guitare en finger picking. Dans le milieu du morceau, Dan chante "Mamaye, Mamaye" (sa mère en swahili) que nous retrouvons dans nombre de textes africains se référant à la mère.

"Unbreakable": la première partie de la chanson décrit un univers sombre et violent.  Après un intermède, celle-ci reprend  d'une manière énergique avec des paroles plein d'espoir.

 

Les morceaux sont dansants.  Au-devant de la scène, Kale, un Sénégalais vivant aux îles Canaries  se déhanche sur les rythmes semblables au sabar (danse populaire du Sénégal). Des filles d'un groupe de local ball de bot (danse traditionnelle de Majorque) rejoignent le dance floor, mais leur attitude est plus grunge. Charles Elliot suit avec des pas comme Louis de Funès  dans Rabbi Jacob. Il n'y a pas de limites dans la musique du Zelisko Band. Le public ne demande qu'une seule chose, s'éclater.

Le Zelisko Band est l'un des points culminants des trois jours et nuits du Fira B !

Les musiciens jouent une musique touchant au rock, folk, blues, funk, world music, dance music.  Un exercice périlleux, mais le groupe réussit à distiller une ligne directrice et cohérente dans les compositions et arrangements.

 

Après des concerts en Autriche et en Slovénie, Zelisko Band sera  prochainement sur scène  le 20 octobre au Artliners à Berlin.

 

Charles Eloy

OFF Fira B! Mercati professional de música i arts escèniques de les Illes Balears - tercer dia - Palma ( Mallorca)- 23 septembre 2017
Repost 0
Published by charles eloy - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents