Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 09:56

Impossible de parler de Tinariwen sans évoquer la situation du Mali, on se rappelle qu'en décembre 2012 Intidaw, un des chanteurs du groupe, avait été enlevé par la secte terroriste Ansar A-Dine, il sera libéré quelques jours plus tard après de nombreux messages d'indignation en provenance de tous les coins du pays.

L'engagement social et politique d'un groupe obligé d'aller enregistrer son sixième album ' Emmaar' dans une autre désert,  celui du Mojave en Californie,  et décidé à défendre la culture Touareg et la langue  tamasheq, lui a valu un Grammy Award en 2012.

1947754_825683820778995_1338748818_n.jpg

Mais ce soir c'est de musique et de fraternité qu'il s'agit, en effet, il est bien rare que dans une  salle de concert on assiste à un tel brassage d'ethnies que souvent tout oppose, et on ne te parle pas de nos absurdes querelles communautaires, Tinariwen a fait l'unanimité: occidentaux blasés, Dogons, Sénoufos, gens du Maghreb, Congolais, Centre-Africains, tous ont communié aux sons du blues saharien.

Fabienne avait la larme à l'oeil lorsque une dame d'un âge avancé ayant pendant plus d'une heure, dansé et youyoulé,  en montrant un visage illuminé par un radieux sourire, nous confiera être originaire du village proche de Tamanrasset dont sont issus plusieurs membres du collectif.

1798422_825683370779040_1454105163_n.jpg

20:35'

1782039_825684930778884_620381261_n.jpgIls étaient six sur scène, pas Ibrahim Ag Alhabib resté au pays, tous enrubannés et vêtus de boubous aux couleurs chatoyantes, la plupart sont pieds nus ou chaussés de sandales.

Des noms, exiges-tu!

Difficile à dire, le collectif est à géométrie variable.

 Abdallah Ag Alhoussein ( acoustique, électrique, chant, pas de danse) semble diriger l'ensemble - la basse est probablement tenue par le formidable Eyadou Ag Leche - le jeune, le seul a ignoré le port du turban, Yad Abderrahmane ( le préféré de Faby) au chant et à la guitare - l'énigmatique Elaga Ag Hamid à la guitare rythmique et backings - le vétéran danseur , chanteur et accessoirement guitariste rock, doit être le dragueur Hassan Ag Touhami - il reste le brillant percussionniste, passant de la calebasse au djembé, pour lequel on n'ose avancer une identité, au hasard: Said Ag Ayad!

1932344_825683140779063_1176986904_n.jpg

Tu mets ton cerveau d' Européen  blasé au rancard et tu te laisses emporter pour un voyage dans les massifs montagneux du Mali.

'Tinde' dit la setlist, un titre languissant rythmé par le djembé et  des battements de mains, suivi par le chant des dunes ' Nazagh Etbal', un blues saharien chaloupé et envoûtant quelque peu terni par deux ou trois imbibés hurlant des insanités débiles.

Guitares méandreuses, vocaux hypnotiques et Hassan qui en fait des masses pour attirer le regard de la photographe, ' Tifawt'.

1920415_825684720778905_2003242786_n.jpg

1912101_825685867445457_770903017_n.jpg

Première mise en évidence de Yad pendant l'irrésistible ' Toumast Tincha', pas étonnant que Brian Jones, en 1968,  ait été attiré par les sonorités du Rif marocain et ait enregistré l'album 'Brian Jones Presents the Pipes of Pan at Joujouka', considéré comme révolutionnaire à une époque où le terme 'world music' n'avait pas été inventé.

1798478_825690810778296_1746206648_n.jpgLes perles se succèdent, bon nombre d'auditeurs ont clos les paupières pour se laisser bercer par cette musique fascinante.

'Win Akalin' - 'Ahi Cigedjem' - le lumineux et limpide 'Azawad' -' A Dunya' et ses effluves à la fois sensuelles et transcendantales: tous ces titres dégagent  harmonie et  chaleur.

Les chevaliers du désert poursuivent leur trip avec l'électrique et psychédélique 'Chatma' suivi de 'Tamadrit N Sahara' et ses guitares rock.

La rythmique est tout bonnement fabuleuse.

Jusqu'ici Hassan s'était contenté de chanter et  de se mouvoir comme une danseuse orientale, il ramasse une guitare pour balancer quelques gros riffs saturés, 'Mafel Nedress' et 'Alregh Meden' secouent ferme, tout comme 'Amidin'.

Abdallah en français, comment dit-on 'merci' en langue belge?

Sale énigme déclenchant quelques réponses scabreuses.

Place à une mélopée/ chant d'amour, 'Kunten Telay'.

Nous admirons la gestuelle Fabrice Lucchini du brave Hassan.

Un invité, Kel Assouf, pour un singalong flamand, 'es da wat'... ja, dat is me wat!

Exit Kel, on reprend la route, 'Tin Ihlan' , 'Lulla',  puis  le mélancolique et lancinant 'Matanam'.

'Tahalamoyt', propice à la transe, achève le set.

Il est 22h.

1798800_825705764110134_1263713192_n.jpg

L'AB euphorique rappelle les magiciens, un double bis, ' Sastan Nakham' entamé en duo, Abdallah et Yad ( un fameux guitariste) puis le méchant, crunching et gritty 'AchriYbone' permettant à Eyadou de placer un solo de basse phénoménal, tandis que Kel Assouf sorti de coulisses nous la joue Maurice Béjart.

1779252_825707717443272_1017217154_n.jpg

Un grand concert, humain et intense!

1912181_825705444110166_2098091034_n.jpg

 

1797581_825708564109854_410272376_n.jpg


Photos: Fabienne 'picturelle' Cresens

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michel- photos: fabienne cresens - dans Concerts
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 03:27

 Mitch Zoso Duterck

 

 Tinariwen - 2014.03.09_Ancienne Belgique (Bruxelles)
1976943_10152280651814301_474863949_n.jpg
Originaire du Mali, créé en 1982, Tinariwen qui signifie "l'édification des pays" en langue Tamasheq nous faisait l'honneur d'une nouvelle visite à l'AB pour y promouvoir le nouvel album "Emmaar" tout frais sorti. 

Tinariwen a connu un regain de popularité et une ouverture vers l'Europe en 2003 lors du "Festival du Désert" , évènement annuel dédié à la musique Touareg.

1795684_10152280651854301_2055582192_n.jpg En effet, cette année là, le festival va se retrouver sous les feux de la rampe grâce à la participation de Robert Plant et de son guitariste Justin Adams qui vont rejoindre Tinariwen pour jammer à la manière des Touaregs et des peuples du désert. L'expérience Plant/Tinariwen se renouvellera lors du mémorable concert donné au Bataclan à Paris en 2007.
La musique de Tinariwen allie à la fois le traditionnel oriental qui se marie merveilleusement au Blues dont les racines sont... l'Afrique! 

Le cercle est bouclé.

 On ne s'ennuie pas une seconde, la section rythmique basse et dharbouka nous tient en haleine et on danse sans arrêt dans une AB presque comble, preuve de la popularité du band malien en nos contrées. 

Les chansons sont ponctuées des traditionnels "youyou" poussés de fort belle manière par une gent féminine en costume traditionnel qui occupe le 1er balcon.
Un superbe moment d'humour a déclenché l'hilarité général hier soir lorsque l'un des membres du groupe s'est 1010091_10152280652119301_1365267690_n.jpgadressé au public pour demander comment on disait "merci" en "dialecte" belge, quelqu'un a crié "choukran" pour le plus grand plaisir du public!

 Pas un seul coup de sifflet, ce qui prouve encore une fois que la musique n'a aucune frontière.
Pendant 1h45, le groupe originaire de Tessalit (Nord-Est du Mali) va nous enchanter avec sa musique "assouf" ce qui signifie solitude, nostalgie et nous transporter, nous faire voyager sur le continent de nos origines, des origines de
l'humanité, , n'en déplaise à certains. 

Tinariwen n'est pas un groupe au line up fixe, chacun peut y aller et venir à sa guise, c'est un véritable mouvement culturel et musical. 

 

 10013933_10152280652314301_1127739377_n.jpg

 

1376359_10152280652034301_104239166_n.jpg

Tinariwen a joué un rôle important lors de la rébellion Touareg des années 90 et continue la lutte encore aujourd'hui pour l'indépendance du nord-Mali. Le chanteur a d'ailleurs été enlevé par les islamistes il y a quelques mois déjà.
Voici ce que déclare Eyadou ag Leche le bassiste leader de Tinariwen.

« Si on avait écouté nos textes, nous n'en serions pas là aujourd'hui. Nous sommes un peuple pacifique, mais nous n'acceptons pas qu'on marche sur nos têtes. Depuis cinquante ans, nous demandons des écoles pour nos enfants, des puits pour nos bêtes, le droit de pâturer sur notre territoire. En cinquante ans, nous n'avons rien obtenu. »

Le décor est planté, il ne vous reste plus qu'à ouvrir votre esprit à la musique de Tinariwen.
1964915_10152280652459301_1688457814_n.jpg
Discographie

1992 : Ténéré
1993 : Bamako
2002 : The Radio Tisdas Sessions
2004 : Amassakoul
2006 : The Soul Rebel of African Desert, DVD (inclus le film de Jérémie Reichenbach, The Guitars of the Touareg Rebellion)
2007 : Aman Iman
2009 : Imidiwan : Companions
2011 : Tassili — prix album « musiques du monde », Grammy Awards 2011
2014 : Emmaar

Repost 0
Published by Mitch ZoSo Duterck - dans Concerts
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 01:26

 Concert en images: JP Daniels

1925174_1475036592710134_1443868845_n.jpg

Coïncidence, la veille du concert de Soulfly au Depot, Sepultura se produisait à Anvers!

 

Avant la prestation de la mouche adoptée par Max Cavalera, la salle louvaniste propose  Massis.

1175149_1475017516045375_719060858_n.jpg

Ok, pour toi, Massis c'est John Massis, le Brugeois capable de faire bouger un dix tonnes en le tirant avec ses dents, mais cette mauviette est décédée en 1988.

Le nouveau Massis est arrivé, un instrumental noise rock band, originaire de la région ( Leuven/Rotselaer).

Pas des novices les membres du quatuor,  Andy Heurckmans/Guitar - Erwin Reynders/Bass - Bernard Van Hecke/Guitar - Jo Reynders/Drums, les biographes citent les bands suivant Heibel, Triptych, Cabrón, Hangmen, Balderdash, Dr.No, Almanza et  Shift...

1920609_1475014416045685_1668474781_n.jpg

1016567_1475009366046190_102163602_n.jpg

 Récemment ils se sont défoulés au Magasin 4, ce soir, leur set énergique a servi de hors-d'oeuvre pas dégueulasse à la furie Soulfly.

1184992_1475009789379481_813925849_n.jpg

Soulfly.

10011274_1475035959376864_1090460648_n.jpg

Déjà 9 albums dans l'escarcelle, le dernier 'Savages', on se demande d'où ils sortent ce titre.

Max Cavalera ne chôme pas, ces copains en 2014 ont pour nom:  Marc Rizzo - Lead Guitar, Tony Campos - Bass Guitar, Zyon Cavalera - Drums!

Le Brésilien et sa clique entament leur messe groove metal avec deux titres du dernier album, 'Bloodshed ' et 'Cannibal Holocaust'.

Ses dreadlocks lui cinglent le visage, le public a bien pigé le titre du dernier CD et se comporte de façon adéquate: jump, jump, jump... quelques bousculades et cris farouches.

Après 'Prophecy' de 2004, titres anciens et nouveaux se succèdent avec, de temps en temps, un Sepultura.

L'avis de Curtis....  Soulfly know how to put together a killer setlist.

Aucun détracteur!

1604484_1475036129376847_1171930285_n.jpg

1511217_1475036552710138_1541814811_n.jpg

La voici, la setlist!

 

 

Bloodshed   Cannibal Holocaust   Prophecy   Back to the Primitive    Fire   Bring It   Defeat U    Refuse/Resist      Execution Style      Troops of Doom     Seek 'N' Strike   Babylon   Living Sacrifice      Blood Fire War Hate      Territory   Plata o Plomo     Master of Savagery     Roots Bloody Roots    Arise Again     Jumpdafuckup / Eye for an Eye;

988406_1475036719376788_1863856799_n.jpg

Rideau!

10001298_1475036369376823_834808525_n.jpg

Repost 0
Published by JP DANIELS - dans Concerts
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 22:43

Concert en images: Dikken van Giesbergen!

1898182_10202709291547035_2064259817_n.jpg

Ce soir ça va chauffer ferme à Matagne-li-Ptite,  Smooth and the Bully Boys ont l'intention de mettre le feu au Petit Rustique- Bistrot de Terroir, décrit par les Vlamingen comme étant de gedroomde plek om van een drankje te genieten, t'as une petite faim, pas de problème, Germaine: cassoulet de canard, escavêche de la Madeleine, salaisons, lasagne etc... vanavond, des carbonnades et, comme c'est la journée de la femme, un verre offert aux Dames... non pas aux travelos, Michou!

1002548_10202709311427532_1936106058_n.jpg

Donc, Michel Brasseur, pas la peine faire le subtil et d'insinuer quoi que ce soit au sujet du patronyme, et ses sbires, Gus upright bass et JaM le Breton, non, aucun lien de parenté avec  le religieux français trappiste de son état, JaM dispose d'une petite batterie et frappe comme un grand, vont comme d'habitude prêcher la bonne parole rockabilly/ rock'n roll pur jus dans le Namurois.

1897707_10202709292387056_409810350_n.jpg

1959841_10202709297027172_1807182204_n.jpgPas mal de plages enregistrées sur  'Old school rebel' défileront, les Matagnais et les Mataniaises ont dansé sur Did you see my cat /Rockabilly Baby ( avec Gus au chant )/ Hu,Hu,Hu /Old school rebel/ Old time gone, ils ont eu droit à leur dose de classiques: Mistery train/ I’m alright /Lonesome train/ Train kept a rollin’/  Folsom prison blues / Céline/ Baby let’s play house/ Runaway Boys ( des Stray Cats ) /Oh Boy/ Red hot e.a.

Après qu'on ait débarrassé le plancher, trois ou quatre cadavres traînaient ça et là, Smooth et les flingueurs ont balancé  Rock and roll is King ( E.L.O. )/ Peggy Sue/  Wipe out ( Instrumental )/ Rock this town ( Stray Cats ) Be bop a Lula ( Gene Vincent ) et  Johnny B Goode ( Chuck Berry ).

 

 

 

 

1888582_10202709312467558_1282958949_n.jpg

Folle ambiance, 210 minutes de show et de sueur, on a bien digéré l'assiette de stoofvlees! 

1508073_10202709314267603_1869529409_n.jpg

1932375_10202709293947095_1816553033_n.jpg

PS: Michel communique... bloquez ces dates, 19 et 20 avril à Tournai, "100 ANS DE ROCK AND ROLL BIRTHDAY BASH (Michel et Hervé)", 15 groupes sur scène!

 

 

1975113_10202709302307304_1184384566_n.jpg

Repost 0
Published by Dikken van Giesbergen - dans Concerts
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 22:21

James Van Buren Fowler s'il était membre du  Southern rock band d'Atlanta, Drivin 'N' Cryin, a également des liens de parenté avec REM, il servait en tant que guitar technician for Mike Mills, mais il a aussi participé comme rhythm guitarist à la tournée de1988 qui devait promouvoir l'album 'Green'.

drivin__n__cryin_-fly_me_courageous-front.jpg

Peu après il rejoint Drivin 'N' Cryin qui assurait l'avant-programme du groupe de Michael Stipe.

Il restera membre du hard rock combo jusqu'en 1994, il aura ainsi participé à la confection de quatre LP's  du groupe.( “Mystery Road,” “Fly Me Courageous,” “Smoke” et “Wrapped in the Sky.”).

Depuis quelques années sa santé était déficiente, il s'est éteint le 8 mars.

 

)

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 10:20

Les dix secondes pédagogiques... Le Vivier d'Oie provient de la traduction fantaisiste du germanique «Diesdelle».

Le peintre baroque, Denys van Alsloot, hofschilder van Albrecht en Isabella, a représenté ce coin pittoresque sur la toile "Feest op de Diesdelle - (vijver) in aanwezigheid van de Aartshertogen Albert et Isabelle Clara"  datant de 1610.

Tu ne mourras pas idiot!

 

C'est dans une belle demeure de ce charmant quartier que des hôtes aimables accueillent Pia Salvia, un concert ' complet' portant le cachet Soirées Cerises.

 

DSC08303.JPG

 Pia Salvia

Jeune, jolie, chanteuse et harpiste.

Passé: le groupe Hada, puis cours de chant à  la Music Academy International de Nancy.

Episode The Voice ( France), pouponnée par Louis Bertignac, fait sensation!

Futur: a obtenu une bourse pour étudier au  Berklee College of Music à Boston, au menu: harpe et jazz!

DSC08336.JPG
Préambule: je suis enrhumée, je ferai mon possible, le beau jeune homme qui m'accompagne aux percussions et au chant, également parolier pour mal de titres que nous interpréterons ce soir, se nomme Antoine Valvin, il est originaire de Nevers comme Annette Poulard et
Victor Louis Pierre Florimond Gautron du Coudray!

DSC08341.JPG

Ce soir , on teste de nouvelles compositions, soyez indulgents.

Il n'y aura aucun problème à ce niveau, le cercle familial, mamie, tontons, papa, maman, cousines.. et les nombreuses connaissances sont tous acquis à la cause Pia, et d'ailleurs la soirée ressemblera plus à une réunion de la tribu fêtant une première communion ou l'obtention d'un diplôme qu'à un  véritable concert.

DSC08316.JPG

Une première plage veloutée aux relents nu-soul ouvre le set, on ne peut qu'être séduit par la grâce et la délicatesse du jeu de harpe et par cette voix suave, les percussions/enluminures discrètes enjolivent judicieusement la mélodie.

D'une voix nasillarde, Pia annonce le titre, de loin on a compris 'My song' pour le même prix ce pouvait être 'My soul'.

Une suite, ' Outremer/Pellicule', le premier chapitre étant emprunté à Nouvelle Vague, le second est signé Antoine qui nous éclaire, il s'agit d'un movie inspiré par un voyage aux antipodes ( l'Australie).

Un mouvement initial d'une beauté fragile chanté par la voix claire de Pia suivi par une carte postale slam déclamée par le ténébreux Antoine.

Une franche réussite qui, sans raison précise, te rappelle les meilleurs Blues Trottoir.

Changement de cap, 'Cuba' , du smooth latin jazz  nous caressant dans le sens du poil.

DSC08335.JPGAntoine, je me mouche et règle la loop-station, annonce la plage suivante, s v p!

'Vague à l'âme' a été achevé hier soir, ne vous attendez pas à une atmosphère ludique.

D' harmonieuses sonorités asiatiques mises en boucle, un chant tendre comme les plus tendres Henri Salvador, avant un virage slam.

Ton esprit est alerte ce soir, il avance la jolie  Teri Moïse, disparue bien trop tôt.

Toujours aussi mélancolique et mainstream, 'Moonlight returns'.

Insensiblement une pointe d'agacement te gagne, les interventions entre les titres frisent le grotesque, Pia a beau nous expliquer qu'elle a gardé une ribambelle de gosses de quatre ans pendant une semaine, le ton didactique commence à t'exaspérer, sans compter que dans le salon pas mal de gens doivent assister à un concert tous les quinze ans, probablement une symphonie de Mozart ou un show d'Annie Cordy, ainsi les commentaires ineptes succèdent aux remarques potaches, bref les poils de ton épiderme se hérissent.

Ceci n'enlève rien aux qualités vocales de la harpiste ni à son habileté à manier ce galant instrument.

Voici le titre proposé lors de l'audition pour l'obtention de la bourse me permettant de suivre les cours à la Berklee School.

Une improvisation jazz scat sautillante.

Du trip hop?

Marie-Angèle à Anne-Sophie: du quoi?

L'élégant 'Higher'  sera malencontreusement assaisonné d'une nouvelle séquence de slam poético/urbain qui n'apporte rien au sujet.

 

 

'Toxic' en mode Salvia Pia c'est autre chose que Britney!

Retour des loops pour la dernière 'I can't control myself'.

Les Troggs?

Non du celtico/ nu soul lyrique   agrémenté de jolies vocalises.

Point noir, la maîtresse d'école divise la classe en deux clans, féminin/masculin, pour un canon plus brouillon que canon.

T'es probablement le seul élément réticent du contingent, tous les autre élèves hurlent au génie et implorent le duo d'exécuter un bis.

Charlot hennit depuis dix minutes...en espagnol, en espagnol... il l'aura son couplet en espagnol.

Une plage exotique aussi séduisante que du Isabelle Antena.

DSC08318.JPG

Pia Salvia: à revoir en vrai concert!

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 04:36

Le billet de JPROCK :

Septième édition de la Porta Nigra organisée dans les locaux du JC De Klinker à Aarschot .
Pas évident de trouver l’endroit mon gps pourtant efficace perd un peu la boule mais finalement je gare ma limousine sur le parking qui jouxte la salle.
Environ 300 personnes se sont données rendez vous pour une soirée qui en ce qui me concerne commence avec le concert de Der Prager Handgriff.

 1002665_534111190038817_528150054_n.jpg
En effet, je n’ai pas vu les gigs de Hermaxxis et IC 434 programmés plus tôt dans la soirée.
Le duo allemand composé de Stefan Schäfer et Volker Rathmann est né au début des années nonante et pratique un electro- ebm de bonne facture. Postés devant un écran sur lequel sont diffusées des vidéos, les deux Allemands font danser la salle pendant environ cinquante minutes avant de laisser la place à Absolute Body Control un des multiples projet de Dirk Ivens ici accompagné de Eric van Wonterghem. 

 1904046_534111240038812_243110931_n.jpg

1903989_534111203372149_275997165_n.jpg
 Absolute Body Control c’est de l’ebm efficace et redoutable, et au fil du temps le duo s’est bâti une jolie réputation et s’est constitué un public fidèle.
C’est en 1978 que Dirk Ivens fonde son premier band Slaughterhouse, du punk pur jus, puis en 1980 il donne naissance à A.B.C. influencé par des groupes comme Suicide, DAF et Fat Gadget.

1959645_534111586705444_704616060_n.jpg

 Il officie aussi dans Dive et The Klinik, deux projets toujours actifs aujourd’hui et non dénués d’intérêt.
1891123_534111420038794_2106792550_n.jpgMais ce soir c’est à du Absolute Body Control que nous avons droit.
Après un début de set quelque peu hésitant le duo atteint son rythme de croisière et transforme la salle en dance-floor dark , chacun y allant de ses déhanchés saccadés au son de la musique. 

Autour de moi une bonne partie du public connaît les paroles par coeur et s’époumone doublant la voix de Dirk. 

 Il faut bien reconnaître que les compos de A.B.C. sont très accrocheuses comme en témoignent des titres comme « Love at first Sight" « Sorrow", "Waving Hands", "Give me your hands", "Into the Light" et autre "So Obvious ».
En performer accompli, Dirk arpente la scène en gesticulant et disparaît par moment derrière d' épais nuages de fumée. 

A gauche de la scène son complice Eric Van Wonterghem, magicien chevronné, maîtrise les machines et les beats. Sur "Is there an Exit ?" les deux hommes sont rejoints par V.De Schepper qui faisait la deuxième voix sur ce titre il y a déjà trente ans.
Deux titres imparables clôturent avec bonheur ce set énergique, les excellents "Do you feel it inside" et "Stardust Fever ».
Bref, une jolie prestation pour une des valeurs sûres du genre, et nul doute que l’on reverra Dirk avec plaisir dans quelques mois vu qu'un concert de Dive est annoncé le 17 mai à Louvain.

1901494_534111540038782_64906235_n.jpg

935187_534111436705459_688369890_n.jpg

Place ensuite à la tête d’affiche de la soirée Kirlian Camera que je me réjouissais de revoir mais qu’un évènement impromptu m’empêchera de vivre pour raison de retour urgent vers Bruxelles.
Dommage donc, pas de chronique ni de photos du groupe de Elena et Angelo, mais, promis, ce sera pour une prochaine fois…

Texte et photos : JPROCK.
1896871_534111360038800_1868986572_n.jpg
Setlist Absolute Body Control :
Invisible Touch, Sorrow, Surrender no Resistance, Love at First Sight, Is There an Exit ?, Figures, So hard, Waving Hands, Never Seen, Give me your Hands, Into the Light, So Obvious.
Rappel : Do you Feel It Inside, Stardust Fever.

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 13:38

Patti Wicks ( 69 ans) est décédée à Palm Beach, from heart failure, ce 7 mars.

Patricia Ellen Chappell naît prématurée avec une faiblesse visuelle, cela ne l'empêchera pas de faire une belle carrière comme chanteuse et pianiste de jazz.

wicks-small.jpg

En tant que leader il dirige son propre trio, dont  le bassiste Sam Jones  ou le batteur Curtis Boyd ont un jour fait partie.

Comme sidewoman elle a accompagné quelques pointures ( Larry Corryel ou Clark Terry...).

De grandes chanteuses ont également utilisé ses talents, citons Anita O'Day et Sheila Jordan.

Les encyclopédistes énumèrent huit cd's à son nom.

 Dedicated To de 2009 est le dernier. 

 


 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 13:09

C'est où ce coup-ci?

Lebbeke!

Labbekak, toi -même!

Keske tu vas foutre dans ce trou?

Un concert de blues au Bruce'n Blues Café.

La N47 direction Dendermonde, un peu plus de 30' de trajet, ton tacot face à l'église, tu pousses la porte d'un sympathique  zinc comme il n'en existe plus à Bruxelles.

Les murs sont décorés d'événements passés ou futurs dont tu n'avais aucune notion, ainsi fin avril, la Greaserfest à Sint-Katelijne-Waver avec une belle affiche: The Delta Bombers (usa - wild records) The Go Getters (swe) Smokestack Lightnin' (ger) Black Market III (usa) Shuttlecocks (be) Hammerlock (usa) The Henhouse Prowlers (usa) , t'apprends aussi que le Café de Werker à Opwijk organise régulièrement des concerts roots, idem pour le Zevende Zegel à Ottenburg...parfois, faut sortir de chez soi, le tourisme a de bons côtés.

DSC08218.JPG

Shaggy Dogs.

21:00 disait le flyer, on était une vingtaine à siffler du houblon, tout était installé.

Le temps paxe, les vidanges de Jupiler forment un petit wagon, un philosophe nous parle de patience et de vertu, on n'a rien répliqué, mais les vertueux, il n'y a rien de plus chiant!

21:50', fringués rouge et noir, non Marc, pas de jaune, pompes cirées, make-up sobre et sourires en coin, les cabots de Paname se pointent.

 Green Bullet ( Pascal Redondo)  : vocals - harp/ Jacker : guitar/ le grisonnant Toma : bass et le petit nouveau, ce cousin de Ben Kingsley n'a encore aucun poil sur le crâne, l'ex-Bloosers, Guillermo, aux drums.

Non ne cherche aucun parallèle avec la production Walt Disney, The Shaggy Dog, elle date de 2006, les Parigots ont vu le jour en 1998, déjà une portée de cinq chiots, zont baptisé le dernier 'Renegade Party'.

Ces globe-trotters à quatre pattes ont joué partout où il y avait une scène et l'an dernier, ils représentaient la France au 3rd European Blues Challenge ( Toulouse), tu les avais manqués au Montmartre, une séance de rattrapage ce soir.

DSC08220.JPG

Go... 'Walking to my baby', d'emblée les rapprochements avec Dr.Feelgood ou Nine Below Zero sautent aux yeux, du blues à la sauce pubrock, la booze des pôv noirs  est remplacée par la Newcastle brown ale ou la Guinness.

Après un bonsoir sec, enchaînement immédiat, 'Make a choice', comme Bo, il demande à sa madame, who do you love..tandis que mitraillette Jacker canarde à volonté, la rythmique pistonne à faire éclater le moteur et Red secoue son micro tel un cerisier gorgé de fruits mûrs.

DSC08224.JPGSont agressifs, ces jeunes gens!

Vicieux et plein de vitamines, 'Money Honey', un r'n'b dans lequel certains entendent des relents Wooly Bully, le refrain money honey répété à l'infini, sans doute!

'You gotta live', de préférence pas assis devant le petit écran en t'emmerdant à suivre The Voice.

Zont de la gueule et du savoir-faire, ces braves gens.

Les blues/garage/punk rock défilent et en dehors des deux bands déjà cités on ajoute les Inmates, le Blues Band, John Dummer Blues Band, les Pirates de Johnny Kid, les Count Bishops ou Ducks Deluxe, que du bon, quoi!

 Après minuit toutes les filles sont belles, avance le shouter  avant d'attaquer 'Train Girl', t'as rien dit, il était pas minuit.

Un premier 'real' blues, 'Simple life'.

Du crooning blues en fait, zavaient oublié le métronome, Red a frotté sa Rolex contre la guitare,  c'était so sad, que t'as commandé deux Jupiler, t'en as refilé une au responsable de Castle Rock à Herzele.

Le fulgurant ' Why should I wait' précède l'ultra -rapide et brutal, 'Don't think twice'.

 A Lebbeke les cerveaux sont au point mort, ça consomme, ça tape du talon en agitant la tête, phénomène bizarre, uneDSC08255.JPG eau impropre, sans doute!

Red, il y a un truc qui lui plaît pas, une majorité des clients reste attablée près du bar, l'espace face à la scène est nu, malgré un numéro démagogique, personne ne bouge.

'Sweet Louise', for a Dutch lady.

Insulte suprême, confondre une flamande et  une bouffeuse de maatjes, on en a lynché pour moins que ça.

Sont faibles en géographie mais le rock'n roll, ils connaissent!

Un petit tour chez les Rednecks, country time, 'Little An', puis tous sur les barricades, ' A riot', du punk/pub rock à la Eddie and the Hot Rods.

Un chaloupé 'Chacha town' , puis 'Kick it', l'arbitre a sorti une carte jaune, l'équipe attaque l'upbeat 'Shaggy Dogs Power' et, faut pas oublier de promener le clebs, ' The Walk'.

Tous dans le parc!

DSC08269.JPG

Pause.

DSC08247.JPG

23:10', seconde mi-temps.

Laurent Blanc a engueulé  Zlatan pour la carte jaune, pas de remplaçants!

 'Devil with the blues dress on', la remontrance a porté ses fruits, on fonce vers la cage adverse.

DSC08233.JPG'Who's got a clue', pour certains comiques qui feraient mieux de jouer au Cluedo, on explique, clue est moins collant que glue et rocke plus.

Sais pas ce que madame Redondo a  raconté en rentrant tardivement au domicile conjugal mais il a pas l'air ravi le shouter, ' Tell me no lies'.

Un slow blues pour calmer les ardeurs, la messe doit être finie, tous les paroissiens sont dans le troquet et carburent sec tout en gueulant fort jusqu'à la prochaine confession, 'Leave my heart alone'.

Où est la laisse?

'Do the dog'.

Là-haut, en entendant 'Voodoo King' , Lee Brilleaux demande une permission au Tout Puissant... veux voir ces Shaggy Dogs live!

'Hot night', tu l'as dit, Red, a genuine blues party!

' You don't love me', un méchant Calimero blues rock précède le bestial  ' Night Time'.

Dans le bistro ils sont passés à la cadence combat, les garçons ne suivent plus, l'ambiance est montée d'un cran, les olé, olé fusent.

Faut leur envoyer un downtempo, 'How I feel', sinon ça va dégénérer.

DSC08273.JPG

DSC08274.JPG

Sur fond Bo Diddley, l'électrique 'Promise' réanime la flamme.

Un message prônant la fraternité universelle, suivi du rock polyglotte ' Communication rules', Lebbeke, la fête est finie.

DSC08284.JPG

Le beau-frère du curé et, accessoirement, groupie de Stromae: revenez, vous êtes formidables... les caniches retournent sur scène pour nous balancer le ' No mo do yakamo' du bon Docteur Feelgood.

La potion fait de l'effet, le patron prend la place de Guillermo derrière les caisses, les Dogs, Bruce  et toute la troupe descendent une 'Route 66' partant de Paris et passant par Lebbeke.

Parenthèse, Stromae, profitant d'une escapade de l'harmoniciste parti draguer une Marieke rousse, monte sur scène pour pousser la chansonnette.

Ambiance in' t kot, t'as décliné une dizaine de verres pour regagner des terres plus sobres!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 10:33

 

Full/complet/volbezet... un club bouillant pour accueillir Truckfighters, "Probably the best band in the world!", dixit Josh Homme!

1896859_10152321921259458_1643377641_n.jpg

Valley of the Sun ouvre et prévient les fans...

1601028_621269654575958_565640446_n.jpg

'Brussels, doors at AB Club are at 18:30, we go on at 19:15. It's sold out so get here early and get up front! We'll cuddle you with riffs....'

Un trio pratiquant, à ses dires, un volume rock aux couleurs de l'Ohio.

 Ryan McAllister-Bass -Ryan Ferrier-Guitar/Vocals  et Aaron Boyer-Drums!

Deux EP's :  "twothousandten" et "The Sayings of the Seers"!

Le premier full cd,  'Electric Talons of the Thunderhawk', sortira du ventre de maman ce 31 mars!

 

 

Mathijs, un nouveau fan:  I had a great time seeing you in Brussels! First thing I did was to buy your record, awesome performance!

Mathijs aime le stoner basique!

 

Au suivant:  White Miles!

1546386_484410171664961_303585282_n.jpg

Un duo guitare/batterie... encore un, tu soupires!

MEDINA - guitar/vocals et LOFI - drums;

13030731615_5dbe34e5d9_o.jpg

Point intéressant, l'origine du band: Austria!

T'attends pas à du yoddeling, nous on joue du DPDSBR, c à d du  dirty pole dance stoner blues rock.

Point fort: Medina Rekic, très agréable à regarder.

 Hansjörg Loferer, alias Lofi, allie force et fermeté, les riffs de la belle sortent tout droit d'un garage de Salzbourg.

Une plaque:  "job: genius, diagnose: madness"

13030883403_04c5ab89b2_o.jpg

13030890133_7219f0fdf8_o.jpg

Scoop:  It's official!!! We are touring the UK with courtney love in may!!!!!!!!!!

69075_10152321922159458_1857836866_n.jpg

Truckfighters

1899963_10152321921464458_1808214690_n.jpg

 Truckfighters was formed in Örebro, Sweden in 2001.

Line-up 2014:  Ozo (Oskar Cedermalm) - vocals and bass    Dango (Niklas Källgren) - guitar   Enzo (Axel Larsson) - drums.

Quatre albums: le dernier 'Universe'.

Pas mal de titres de cet opus seront interprétés à l'AB.

Description hâtive: puissance sonore , guitariste marsupilami nourri à l'epo, batteur discret mais efficace et bassiste/chanteur concentré.

Avec Truckfighters, le stoner a encore de beaux jours devant lui.

1898156_10152321921789458_766124299_n.jpg

1975023_10152321922339458_1511865027_n.jpg

Setlist, que tu traduis ainsi:

Mind control - Traffic- Get Lifted - Last Curfew- Manhattan project - The Chairman - Monte Gargano - In search of the.

Les bis:

Prophet - Desert Cruiser.

69084_10152321922549458_669689437_n.jpg

 

Repost 0
Published by Samuel Letecheur - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents