Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 13:53

Michael Scaccia ( 47 ans) se  produisait avec Rigor Mortis au Rail Club à Fort Worth, concert donné à l'occasion des 50 ans du chanteur Bruce Corbitt, lorsque soudain il s'affale sur le sol victime d'une sudden heart attack brought on by heart disease, d'après le médecin légiste.

Emmené d'urgence à l' hôpital, force fut de constater le décès!

263242cdf8e9aa71f6759310314ad8b9.jpg

Né à Babylon ( New- York) en 1965, Michael Scaccia fait partie d'un premier band, Spectrum,  formé avec des potes étudiants.

Les choses sérieuses débutent en 1983 avec la création du thrash/speed/ death metal band Rigor Mortis.

Harden Harrison (drums) - Casey Orr (bass) - Mike Scaccia ( guitar) et Bruce Corbitt ( vocals) sont considérés comme les fondateurs de la underground metal scene texane.

Ils sortiront deux albums: Rigor Mortis ( 1988) Rigor Mortis vs. The Earth ( 1991) et quelques EP's ou demos.

 

 

Faute de succès, le band splitte en 1991, Casey rejoint Gwar- Corbitt, Kingdom of Dead - Harden ira chez Speedealer, quant à Mike il est invité à tenir la guitare chez Ministry, après avoir participé à l'enregistrement de l'album 'Burning In Water, Drowning In Flames' de Skrew.

'Psalm 69: The Way to Succeed and the Way to Suck Eggs ' est le premier effort discographique de l'industrial metal band sur lequel on peut entendre les riffs de M Scaccia.

file_1_27.jpg

Le suivant 'Filth Pig' sort en 1996, en attendant Mike joue avec Blohole et, ensuite avec, cocorico, Revolting Cocks, le groupe de Richard 23, Luc Van Acker et Al Jourgensen ( leader de Ministry).

Sa patte peut s'entendre sur quelques rondelles du supergroupe belgo-yankee.

Après Filth Pig, Mike quitte Ministry.

En route pour de nouvelles aventures: Lard, avec e.a. Al Jourgensen et Jello Biafra des Dead Kennedy puis League of Blind Women avec Casey Orr ( tiens, tiens) et Robert Buck ( 10000 Maniacs) e.a.

2003, il retrouve Ministry et est crédité sur 'Houses of the Molé', quasi en même temps, Rigor Mortis renaît, Mike est dans le coup, un album était prévu pour 2013 with Jourgensen producing.

 

Insatiable, le guitariste continue à jouer avec Ministry , Revolting Cocks, on l'entend sur l'album ' Damaged Goods' d'une certaine Lennon, sur un album de Murder Happens,  ainsi que sur 'Bikers Welcome Ladies Drink Free' de Buck Satan & the 666 Shooters, un sideproject ( country) de... Al Jourgensen!

 

 I JUST LOST MY LIL’ BROTHER AND MY BEST FRIEND devait écrire Al sur la page Facebook de Ministry!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 21:42

Un coup des Arumbayas ou des Picaros?

Le bassiste Lee Dorman ( 70 ans) , membre d'Iron Butterfly et de Captain Beyond est retrouvé sans vie dans une automobile, le vendredi 21 décembre 2012 dans la matinée.

Le porte-parole de l'Orange County Sheriff's Department devait déclarer qu'une enquête est en cours, mais que tout laisse supposer que Lee soit décédé de mort naturelle, il souffrait d'insuffisance cardiaque et avait rendez-vous chez le médecin le même matin.

428970_10151289916148686_748164566_n.jpg

C'est en 1966, à San Diego, que naît le psychedelic band, Iron Butterfly, formé par Doug Ingle (vocals, organ), Jack Pinney (drums), Greg Willis (bass), et Danny Weis (guitar).

Ils sont vite rejoints par Darryl DeLoach a tambourine player, chez lequel ils peuvent répéter.

Déjà avant la sortie du premier album 'Heavy' (1968), le line-up change: Jerry Penrod prend la basse et Bruce Morris, puis Ron Bushy se chargent  de la batterie.

Second album en 1968, le monument "In-A-Gadda-Da-Vida", Lee Dorman est devenu le bassiste, Erik Braunn a remplacé Danny Weis à la guitare.

Les 17 minutes de In-A-Gadda-Da-Vida feront danser le monde pendant des années !

 .... The album stayed on the national sales chart for 2 1/2 years...

Il faut battre le fer, il est incandescent: 'Ball '( 1969) et un 'Live' ( 1970).

IronButterflyBall.jpg

 

 

 

Les modifications de personnel se poursuivent avec l'arrivée de deux guitaristes : Mike Pinera ( ex Blues Image) et  Larry "Rhino" Reinhardt ( ex The Load) remplacent Erik Braunn, Iron Butterfly sort ' Metamorphosis'.

Split le 23 mai 1971.

Dorman et  Reinhardt plus Rod Evans ( ex Deep Purple) et  le drummer Bobby Caldwell ( Johnny Winter Band) forment le hard rock band, Captain Beyond qui sortira trois albums officiels de 1972 à 1977, avec les inévitables va-et-vient au niveau personnel.

 

 

Split en 1978, éphémère reformation en 1998 sans Lee Dorman qui, dès 1978, rejoint Iron Butterly ressuscité.

Iron Butterly disbands ( encore) en 1985, se reforme deux ans plus tard, fatigue un ou deux bassistes, puis reprend Lee Dorman qui tient le coup jusqu'en 2006, le coeur lâche, il doit quitter le monde musical.

 

Le papillon batifolera désormais sans lui. et Lee Dorman s'envolera vers d'autres cieux le 21 décembre 2012!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 11:34

C'est avec un certain retard que nous apprenons le décès, à l'âge de 56 ans, de Keith Deen, vocaliste du groupe thrash de LA,  Holy Terror.

holyterrorsingerrip.jpg

Holy Terror, créé par le guitariste Kurt Colfelt ( devenu Kilfelt), un ex-Agent Steel, n'a vécu que quelques années,  de 1986 à 1989 et a sorti deux studio albums, en 1987 Terror and Submission et en 1988 Mind Wars,  before parting ways, raconte la bio.

MI0002499494.jpg

Le line-up complet: Kurt Kilfelt ( gt) - Keith Deen ( vc) - Mike Alvord ( second gt) - Floyd Flanary ( bs) et Joe Mitchell (dr).

En 1989, changement de line-up, d 'identité ( Shark Chum), de style ( punk rock) , sans succès!

En 2005, Colfelt reforme Holy Terror sans Keith, le band sort une compilation l'année suivante, ' El Revengo' , avant de disparaître définitivement.

 

 

Aux dernières nouvelles, Kurt a intégré  Midnight Idöls ( du heavy metal) , Keith Deen après voir vainement combattu un cancer pendant trois mois s'est éteint le 13 décembre 2012.

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 16:45

...I'll be glad when you dead, you rascal, you! I'll be glad when you dead, you rascal you...

Jimmy McCracklin avait gravé ce titre de Sam Theard sur l'album 'The Mercury Recordings' sorti en 1992, mais les enregistrements datent de sa période Mercury de 1958 à 1960.

La vieille canaille ( 91 ans)  vient de nous quitter ce 20 décembre, il souffrait de maux divers, notamment de  diabète et d'hypertension et résidait depuis plusieurs mois au Creekside Healthcare Center de San Pablo.

jimmy-mccracklin.jpg

Après avoir servi dans  la US Navy et tâté de la boxe, il devient pianiste au Club Savoy à Richmond, un bar dirigé par sa belle-soeur et fréquenté par quelques pas manchots du style BB King ou Charles Brown.

Il enregistre un premier single en 1945, "Miss Mattie Left Me" avec son mentor J D Nicholson.

L'année suivante, il forme les Blues Blasters avec le guitariste Robert Kelton et Little Red aux drums.

Quelques disques introuvables, puis, en 1951, Lafayette "Thing" Thomas devient le guitariste des Blues Blasters.

Les singles se succèdent, un premier mini hit, 'Standing in the backdoor crying' sur lequel le guitar solo de Lafayette fait mouche et ensuite l' immense bombe  r & b: 'The Walk'.

 La légende veut que Freddy King ait piqué les riffs de Lafayette pour son  instrumental 'Hide Away' .

 

 

 

1961, un premier full album ( du West Coast Blues)   chez Chess, ' Jimmy McCracklin sings' , d'autres chart entries:   " Just Got to Know"- "Shame, Shame, Shame," - "Every Night, Every Day"( repris par Magic Sam) - "Think"...

1967, gros succès pour le titre 'Tramp' qu'il a co-écrit avec Lowell Fulson, Otis Redding et  Carla Thomas propulsent la chanson au sommet des charts, Julie Driscoll fera de même en Grande-Bretagne.

Jusqu'en 1999, Jimmy McCracklin continuera à enregistrer des albums studio, le dernier ' Tell it to the Judge' sortira chez Gunsmoke.

Jimmy-McCracklin-Blasting-The-Blue-546238.jpg

Le gars qui aura écumé les scènes blues/ r' n 'b pendant 65 ans , a donné ses derniers concerts en 2011 , année où il célébrait son 90 e anniversaire.

Le 13 août 2011, au Biscuits & Blues de San Francisco, s'est déroulée une  Jimmy McCracklin's "b" party avec quelques invités de marque, Elvin Bishop ou Bobbie Webb, e.a.!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 08:13

Par Karolina Stefanski

Pianiste Suédo-Autrichien Daniel Propper a transformé, vendredi soir, l'Institut Hongrois de Paris en grand souvenir de « L'écho des Batailles », un voyage dans l'histoire napoléonienne. C’est tout au moins le ressenti de son récital et sa façon d’interpréter des œuvres de Beethoven, Debussy, Liszt et Daniel Steibelt, devant un public international.

 

M. Propper, 43 ans, installé à Paris en 1994, est récemment devenu lauréat de la Fondation Napoléon pour « L'écho des Batailles », œuvre musicale et historique : un double CD accompagné d’une présentation historique qu'il a réalisé avec Olivier Feignier, qui a fait la recherche historique et a été à l’initiative du projet. M. Feignier écrit dans son essai: « On peut […] se demander dans quelle mesure Napoléon a [...] contribué à l’éclosion du piano romantique, grâce aux œuvres brillantes écrites à sa gloire et à celles non moins virtuoses composées à la gloire de ses vainqueurs. »

danielpropper2012.jpg

M. Propper se délecte à jouer à des tempos si rapides que le cerveau humain avait parfois du mal à suivre. A tempo plus lent, il crée un joli débit délicatement musical. Mais ses envolées techniques peuvent être aussi épuisantes par leurs vibrations qu’elles sont exaltantes. Ajoutant à la sensation d’être absorbé par son récital, M. Propper marche rapidement sur et hors scène, ne s'arrêtant que brièvement entre les morceaux.

 

Au programme, une sonate de Beethoven (n ° 31 en la bémol majeur opus 110) suivi du célèbre Clair de Lune et de L'Isle Joyeuse de Debussy. Après l'entracte, le morceau le plus émouvant fut la « La destruction de Moscou», « Grande Fantaisie » de Daniel Steibelt.

Interprétée par M. Propper, elle transmettait la colère cultivée par le compositeur et sa détermination à pousser la musique à l'extrême. Jouée avec une intensité extraordinaire, la sonate de Steibelt a pris un sombre profil, puis s’est transformée en un morceau plus lent et plus sentimental, marquant ainsi un répit dans son entraînement émotionnel et rythmique, avant de reprendre son rythme vif. Le dernier morceau était les « Réminiscences de Don Juan » de Liszt et nettement plus dramatique que Steibelt, ce morceau enchaine les humeurs dans un esprit irrésistible.

 

Avec sa propre interprétation M. Propper aura donné un récital convaincant avec une voix bien à lui. Il a joué en bis le premier intermezzo (andante moderato, en mi bémol majeur) du cycle des trois intermezzi opus 117 de Brahms (1892). C’est une des œuvres pour le piano les plus poignantes de la fin du XIXe siècle. Le morceau a montré le côté le plus silencieux du pianiste et le plus charmant. Le public a adoré et encensé le récital du grand artiste Daniel Propper.

Repost 0
Published by Karolina Stefanski - dans Concerts
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 22:00

 Concert "Sold Out" hier soir au Spirit pour la venue des légendaires anglais de  Uriah Heep dont le nom est tiré du "David Copperfield" de Charles Dickens.

 Actif depuis 1969, le groupe a déjà 40 albums à son actif dont 23 studios et 17 live. 

Mick Box en reste le seul membre original encore en activité au sein de la formation. 

 Lineup : Phil LANZON : Keyboards & Vocals / Russel GILBROOK : Drums & Vocals / Bernie SHAW : Lead Vocals / Mick BOX : Guitars & Vocals / Trevor BOLDER : Bass & Vocals.

532369_10151303918174301_2038893648_n.jpg

 Setlist : 01. Against The Odds (Sea Of Light -1995) 02. Overload (Wake The Sleeper - 2008 ) 03. Traveller In Time (Demons And Wizzards - 1972) 04. Sunrise (The Magician's Birthday - 1972) 05. All My Life (Demons And Wizzards - 1972) 06. I'm Ready (Into The Wild - 2011) 07. Between Two Worlds (Sonic Origami - 1988) 08. Stealin' (Sweet Freedom - 1973) 09. Nail On The Head (Into The Wild - 2011) 10. Into The Wild (Into The Wild - 2011) 11. Gypsy (Very 'eavy...Very 'umble - 1970) 12. July Morning (Look At Yourself - 1971) 13. Lady In Black (Salisbury - 1971) 14. Free & Easy (Innocent Victim - 1977) 15. Easy Living (Demons And Wizzards - 1972) - 

12604_10151303918419301_758460875_n.jpg

Ca fait du bien de revoir un groupe de légende se produire sur scène et, qui plus est, dans le cadre intimiste du

Spirit of '66 où la proximité fait tout le charme. 

Uriah Heep était venu pour assurer l'avant dernière date de la tournée promotionnelle de "Into The Wild" leur dernier album en date (2011). Le concert s'ouvre avec deux titres plus récents de la longue carrière en cours d'Uriah Heep qui fête déjà ses 43 ans!

 Dès le 3ème opus, on plonge directement au coeur de la période dorée du band (1970-1977) avec "Traveller in Time" et on sent d'emblée que le public venu nombreux s'est déplacé pour entendre les blockbusters du groupe. 

Ce n'est pas "Sunrise" le morceau suivant qui va faire démentir l'applaudimètre! 

 528222_10151303918279301_1209642700_n.jpg

 

155927_10151303918524301_810818519_n.jpg

L'ambiance monte tout au long du concert et ça joue juste! Mick Box est certainement un des guitaristes les plus sous-estimés du milieu, mais il s'en fout comme il me le confiera après concert, l'important pour lui c'est de jouer. 

Ca chante divinement bien aussi, les harmonies à 5 voix sont de toute beauté.

 Avant les rappels, le Heep nous offre 3 brûlots que sont "Gypsy", "July Morning" et l'acoustique "Lady in Black" repris en choeur par le public tout entier ou presque car il y a toujours des insatisfaits, des enfonceurs de portes ouvertes dont les commentaires n'apportent rien à votre enrichissement musical sinon un bagage intitulé "réflexions lourdes" qu'il vaut mieux ne pas trimballer avec soi sous peine de surtaxe pour excédent de conneries. C'est ainsi que certains me diront avec le plus grand sérieux

 - Lui : "pfff, c'est plus comme en '73 hein" Moi : "Ah non, t'as raison mec, il y a 39 ans déjà!" 

Ou encore du- Lui : "Le chanteur c'est plus comme avant" - Moi:" Ben non, t'as raison aussi, il est mort David Byron, le 28.02.85 t'es au courant?" ou encore, une dernière pour la route, Lui : "Moi je venais écouter plus de vieux machins, je m'en fous des nouveaux trucs" Moi : "Ah?! et 10 morceaux sur 15 qui vont de 1970 à 1977 tu appelles ça comment toi?". 

Bref, il y en a toujours des pareils, heureusement ils sont peu nombreux et ne se reproduisent pas entre-eux aussi non ça deviendrait vite chiant. 

En apothéose, pour clôturer ses 90 minutes de concert, Uriah Heep nous délivre son morceau certainement le plus métal avec "Free & Easy" avant de terminer par un "Easy Living" du feu de Dieu. 

A la dernière note de "Land of Hope and Glory" le dernier musicien quitte la scène, très pro. 

397102_10151303918424301_1163924662_n.jpg

Un excellent moment en compagnie de ce groupe longtemps qualifié de progressiste.

 

Mitch ZoSo Duterck

Repost 0
Published by Mitch Zoso Duterck - dans Concerts
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 21:11

1944, la Libération, André Bellec forme  Les Frères Jacques avec son jeune frère Georges Bellec, Paul Tourenne et François Soubeyran.

Les-Frres-Jacques-lesjacques1.jpg

 

Et faire les jacques, ces joyeux troublions le feront jusqu'en 1982.

 Près de quarante de facéties, de chanson française à l'humour désopilant ou grinçant, avec, à chaque fois, une mise en scène mêlant chorégraphie, mime, vaudeville, comédie, sans oublier les justaucorps et collants multicolores, les gants blancs, le haut-de-forme, les moustaches....personne n'a jamais pu égaler les Frères Jacques sur les scènes françaises.

Il serait injuste de ne pas mentionner le pianiste qui les accompagnait lors de leurs récitals , d'abord Pierre Philippe, ensuite Hubert Degex.

Un premier succès radiophonique, en 1946, ' L'Entrecôte' , ensuite une collaboration fructueuse avec Prévert et Kozma, sans oublier d'autres grands ayant écrit pour eux, en commençant par Vian, Brassens ou Ferré, pour ne pas citer Francis Blanche.., un répertoire indémodable, proche de 400 titres.

En 1966, ils sont nommés Chevaliers des Arts et Lettres, en 1969, ils reçoivent  le Prix In Honorem de l'Académie Charles-Cros pour l'ensemble de leur oeuvre.

Ils tourneront aux quatre coins du globe jusqu'en 1982, pour donner un ultime concert au  Théâtre de Boulogne-Billancourt, début 1983.

André Bellec disparaît en 2008 , François Soubeyran en 2002 et Georges s'est éteint à Senlis jeudi dernier, il avait 94 ans.

Le survivant, Paul Tourenne ( 89 ans), réside au Québec.

 

 

Après l'avatar Frères Jacques, Georges Bellec, qui avait fait l'école des Beaux-Arts à Bordeaux, a repris les pinceaux et peut se targuer d'avoir brillamment réussi une seconde carrière, celle d'artiste- peintre!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 19:35

Patsy Cline, Willie Nelson, Charley Pride,  Johnny Cash, Loretta Lynn, Chet Atkins, Faron Young, The Monkees, Charley Pride, Don Gibson...voici quelques noms avec lesquels William Paul Ackerman a collaboré durant sa carrière.

Le natif de Nashville ( May 1, 1939) est devenu batteur pro dès l'âge de 17 ans.

Willie-Ackerman-and-Jim-Glazer-circa-1958.jpeg

Durant trois décennies ( les années 60, 70, 80), Willie Ackerman fut l'un des Nashville A-Team Drummers, il a été pendant tout un temps batteur pour le Grand Ole Opry, le country show par excellence, de même que pour le country television show  Hee Haw qui connut un immense succès  aux States pendant plus de 20 ans.

Voici quelques hits sur lesquels he set the tempo: “Amos Moses” by Jerry Reed,Walk on By” by Leroy Van Dyke , "Girl on the Billboard” by Del Reeves ou '" The Grand Tour" by George Jones...

 

(With Marion Worth)

 

 

Ackerman s'est éteint dans sa 73 e année au  Skyline Medical Center de Nashville.

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 19:45

Eddie Burns est né à Belzoni ( Mississippi) le 8 février 1928.

 A l'âge de 20 ans il s'établit à Detroit.

eddie.jpg

Celui que les spécialistes considèrent comme le second dans la hiérarchie des bluesmen, juste après John Lee Hooker, commence sa carrière en citant comme influences majeures Sonny Boy Williamson ou Big Bill Broonzy.

Lorsqu'il quitte le Delta il joue essentiellement du blues harp, on peut l'entendre sur son debut single ' Notoriety Woman' sur lequel John T Smith joue de la guitare.

Lors d'une soirée privée à Detroit, il fait la connaissance de John Lee Hooker qui l'embrigade dans son band, il jouera de l'harmonica et de la guitare.

On le retrouve sur l'album 'The Real Folk Blues'  de JL, une compilation sortie en 1966 , mais les enregistrements dataient de la période 1948 à 1954.

Sa discographie solo est relativement mince, mais il a sorti quelques singles frappants, dont 'Hello Miss Jessie Lee' ou 'Treat Me Like I Treat You'...

MI0000782156

Un premier album en 1972, 'Bottle up & go' , puis ' Detroit ' en 1989, il sortira un cinquième et dernier effort discographique en 2005, ' Second Degree Burns'.

Dans les seventies, Eddie Guitar  perce en Europe, il fera partie du American Blues Legends tour ( avec e.a. Homesick James ou Tommy Tucker..) en 1975.

La même année, son ' Orange Driver' repris par le J Geils Band renfloue son compte en banque.

 

 

C'est son ami, l'harmoniciste Little Sonny qui préviendra la presse du décès à l'âge de 84 ans de Eddie Burns.On lui cède la parole...Little Sonny described Burns as a “lost legend.” “So many people don’t know who he is, but he was such a great artist!


Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 12:22

Pas de sixties psychedelic sound sans Ravi Shankar !

C'est en 1965, que Roger McGuin, des Byrds, fait connaître le sitar de Ravi Shankar à George Harrison lors d'une party chez Zsa Zsa Gabor. Le LSD aidant, le Beatle le plus calme décide d'entamer un voyage aux Indes et de suivre des cours chez Robindro Shaunkor Chowdhury, alias Ravi Shankar.

Le résultat s'entendra sur 'Rubber Soul' ( incroyable 'Norwegian Wood') et plus tard  sur 'Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band'.

Enchaînement logique , d'autres grandes rockstars de l'époque subiront l'influence du Pandit: les Stones, Stevie Wonder , les Byrds ayant donc été les premiers à s'inspirer du maître de Varanasi.

Ravi_Shanker3.jpg

La carrière musicale du papa de Norah Jones aura débuté à la fin des années trente, époque où il donne ses premiers récitals d'Indian classical music, plus tard il compose pour des oeuvres chorégraphiques avant de travailler pour All India Radio.

Son étoile grandit, il est invité en Europe où il combine tradition indienne et musique occidentale.

Il fait la connaissance de Yehudi Menuhin, qui l'invite à jouer aux States, il doit décliner l'offre pour raisons familiales, son remplaçant, Ali Akbar Kha, y fera un tabac.

Ravi Shankar se produira plus tard aux Etats-Unis, ses ragas impressionnent, il est invité à enregistrer plusieurs albums.

Puis vint la rencontre fortuite avec les Byrds, ils enregistraient dans le même studio, le raga rock est né!

En 1967 il se produit au Monterey Pop Festival et son 'West Meets East' enregistré avec Menuhin est nominé et gagne un Award.

MI0000225114.jpg

John Coltrane  également tombé sous le charme, dès le début des années 60, s'inspire de son oeuvre  et prénommera son second fils Ravi

En 1969, on le retrouve sur une scène de Woodstock , ensuite il compose  le Concerto for Sitar and Orchestra pour le London Symphony Orchestra.

 

 

 

Harrison l'invite à participer au caritatif Concert for Bengladesh, il est à son apogée.

Revers de la médaille, Ravi Shankar détestait son nouveau statut de popstar!

Durant les décennies suivantes, le virtuose du sitar continue à se produire et à composer , travaillant notamment avec Philip Glass.

En 1992, il subit une opération cardiaque mais poursuit ses tournées.

Il donnera un dernier concert le 4 novembre dernier avec sa fille, Anoushka Shankar, à laquelle il enseigna la pratique du sitar, pour s'éteindre le 11 décembre au Scripps Memorial Hospital de San Diego, des suites de problèmes respiratoires et cardiaques, il avait 92 ans!


Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents