Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 16:41

Du monde pour une des nouvelles coqueluches des teenagers fleur bleue, la YouTube hype, Gabrielle Aplin.

Perdu, dans cet amas juvénile parfumé poudre aux fragrances cotonneuses, t'es heureux de voir arriver Marc, qui, comme toi, fera grimper légèrement la moyenne d'âge du Witloof qui devait avoisiner 15 ou 16 avant son apparition.

DSC05885.JPG

Lourde tâche que celle qui échoit à Box Story de devoir assurer l'avant-programme de la nette enfant de Bath.

Disons le tout de suite,  Laetitia Solimando ( guitare, voix), bien secondée par Nicolas Maistriau ( percussion, glockenspiel, backings) a fait plus qu'assurer, son folk/pop inspiré, passionné, ardent, tourmenté a dégagé une impression de profondeur et de vie pas vraiment présentes  lors du récital relativement uniforme de la jeune fille du Somerset.

DSC05895.JPG 'The Only Thing I'll Keep', seule à l'acoustique.

 Une plage mélancolique, une voix limpide, la fin d'une liaison sans excès larmoyants.

C'est bon signe, le jardin d'enfants écoute religieusement.

Nicolas se pointe, le classique Box Story , ' Hard Way', au background bluesy, un timbre rageur imposant le silence, le respect....toute l'intensité d'une Mariee Sioux

'The Place' exprime ce que je ressens sur scène, le lieu où j'existe vraiment.

Convaincant!

Un autre classique de Miss Dour, ' Away Always' , la gracieuse ballade connaîtra une accélération abrupte, lorsque Nicolas, de deux coups de baguettes, décidera de lâcher la bride pour entamer une cavalcade agitée.

Niet slecht, entends-tu prononcer par une jeune voisine, comment s 'appelle ce groupe?

Box Story, répond la copine immortalisant le titre sur son iPod Touch en acier inoxydable, cadeau précoce d'un saint barbu.

Laetitia attaque le feutré ' The Seasons' que Nicolas décore au melodica.

 

DSC05911.JPG

Par une nuit agitée, je fis, en pensant à Henry Fuseli, un sombre  ' Nightmare'. Résultat, en m'éveillant je suais de la tête aux pieds.

C'est grave, docteur?

 Une fabuleuse reprise du titre masochiste de Lily Wood and the Prick, ' Down the drain', précède ' Once Again' dernier fait d'arme, played solo, de ce concert attachant.

 


Gabrielle Aplin

DSC05969.JPG

 

 

Après l'épisode  performance videos on YouTube, Gabrielle Ann Aplin, 20 ans, s'est forgée un répertoire d' original  songs, a sorti 3 EP's et remplit des salles de 1000 personnes ( imberbes) au UK où elle vient de faire quelques dates accompagnée par un band et un quartet of strings.

Ce soir, elle sera seule avec son acoustique ou un piano, la différence est énorme, car la succession de titres lents, d'un romantisme adolescent, finit par lasser au bout de 25 minutes.

Un joli minois et une bonne voix ne suffisent pas à captiver un vieillard de ton espèce.

DSC05959.JPG

Bonsoir, Bruxelles, euh, je viens d'apprendre ce mot, voici ' Panic Cord' , charmante plage, à la mélodie simpliste, chantée d'une voix cristalline.

J'adore Bruxelles, le chocolat, Manneken-Pis, les gaufres, le sapin futuriste.... et, Freddy Thielemans, t'en penses quoi?

A new song, 'How do yo feel today?' , d'une délicatesse exquise, puis le gentiment rythmé ' Keep pushing me' sur le EP 'Home'.

Recommandé aux fans d' Ingrid Michaelson ( qui est plus consistante, toutefois!).

Seconde nouveauté de la soirée, la superbe folky ballad ' Rings round roses', un des moments forts du set.

Au piano: ' Salvation', suivi de la  magistrale et dramatique reprise de Frankie Goes to Hollywod,  'The Power of Love' .

Tout le Witloof en pâmoison!

Elle se souvient être passée à l'Ancienne Belgique en support de Gotye, I played '  Not your problem'.

D'une voix implorante..I won't be your problem any more... qui est ce méchant, ce pas beau, responsable de ce gros chagrin?

DSC05966.JPG

 

Le nouveau single qui sortira en février, le catchy upbeat ' Please, don't say you love me'.

Il m'en reste deux,  le lisse  ' Evaporate'  et 'Home' repris en choeur  par 99% de la salle, Laura était aphone!

 

35' charmantes!

DSC05958.JPG

Reviens, Gabrielle, nous t'aimons...

Je n'avais pas prévu de rappel, si vous y tenez je vous joue une reprise!

Oui, oui.....

' Fix You', Coldplay!

 

New Noise résume: she's the the next Ellie Goulding...

 

C'est qui encore Ellie Goulding ?

T'as trente-six guerres de retard, mon brave!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 13:05

L'Express titrait hier soir: Le guitariste américain de jazz et blues Mickey Baker est décédé ce mardi 27 novembre à l'âge de 87 ans à son domicile, près de Toulouse.

Celui qui était responsable des lignes de guitare sur la première version de 'Shake, Rattle and Roll', celle de Big Joe Turner ( 1954), vivait en France depuis le début des années 60.

MickeyBaker.jpg

MacHouston Baker naît à Louisville( Kentucky ) en 1925.

Une enfance agitée: orphelinat à 11 ans, d'incessantes fugues, il aboutit à New York à 16 ans, des petits boulots pour survivre, il décide de devenir musicien de jazz et ambitionne d'acheter une trompette, ses maigres économies lui permettent l'acquisition d'une cheap guitar.

Autodidacte, en grande partie, il monte son premier  groupe en 1949, au répertoire: du mambo, calypso et R & B.

Après un détour par la Californie, il revient à N Y et devient musicien de studio ( Decca, Atlantic, RCA...), on peut entendre son jeu sur quelques classiques des fifties, le déjà mentionné ' Shake, Rattle & Roll', "Money Honey" et "Such a Night" des Drifters, "Whole Lot of Shakin' Going On" de Big Maybelle, mais encore sur des oeuvres de Ray Charles, Louis Jordan ou Coleman Hawkins...

Sur la lancée, il forme le duo, d'inspiration Les Paul/ Mary Ford, Mickey & Sylvia, avec Sylvia Robinson, une de ses étudiantes.

Gros hit en 1956 ' Love is Strange'.

En 1959, Mickey Baker sort son premier solo album, ' The Wildest Guitar' .

On raconte qu'à la même époque c'est lui, et non Ike, qui chante en duo avec Tina Turner sur le hit  "It's Gonna Work Out Fine".

 

 

 

Après le split de Mickey & Sylvia, Mickey Guitar émigre en France!

Chez De Gaulle/ Pompidou/ Giscard, il accompagne Françoise Hardy, Ronnie Bird,  Sylvie Vartan, Colette Magny et euh... Chantal Goya!

 

 

Pour Toi ( Ronnie Bird- Mickey Baker)

 

MickeyBakerAdagiodAlbinoniR.jpg

Il enregistrera également quelques albums de blues en Europe, dont ' Take a Look Inside' , ' Tales from the Underdog' ou ' Up on the Hill'...et avec Stefan Grossman, ' Blues and Jazz Guitar'.

 

En 2003, Rolling Stone le classait n°53 dans le listing des 100 Greatest Guitarists of All Time, juste derrière Lou Reed et devant Jorma Kaukonen de Hot Tuna / Jefferson Airplane!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 16:00

Un Witloof configuration glacière, peuplée par une vingtaine d'esquimaux , non Annie, pas bonbons, caramels, esquimaux, chocolat, des du genre Inuits, pour accueillir deux confréries de Montréal: The Luyas et Valleys!

DSC05868.JPG

                                              ( The Luyas)

20:15 Valleys

Ni des apparentés à Jean "L’amour ça fait chanter la vie", ni les scénaristes de 'Qu'elle était verte ma vallée', mais un duo mixte, Marc St. Louis et Matilda Perks, se produisant naguère sous le nom de They Were Valleys et ayant sorti, en 2009, la plaque ' Sometimes water kills people', début 2013, cette rondelle devrait voir arriver une petite soeur, en attendant le groupe a sorti un ou deux EP's.

Du White Stripes québecquois?

Non, fiston: Marc St Louis chante et hante la guitare, mais tu chercheras en vain la présence d'une batterie,  Matilda Perks chante également et manipule keyboards, samplers et analog synthesizers.

DSC05760.JPG
Bonsoir, tout le monde ( euphémisme), we're from Montreal, we're Valleys, nous sommes heureux d'être ici...

' Us' deux voix hantées,  une guitare opaque, les synthés planants créant un climat lugubre, on nage dans un univers dark/lo-fi  indie énigmatique et voilé.

' Them' , us and them, merci le Floyd..., toujours aussi atmosphérique et froid avec de méchantes envolées shoegaze. 

Sur le EP ' River Phoenix', 'Dept Bondage', l'agréable mélodie spatiale, rehaussée d'un chant éthéré, se cabre lorsque la guitare noire du Saint Capétien entre en piste.

Bien foutu!

 

 

DSC05751.JPG

' Finnish', du  Sibelius ma cabane au Canada, entourée d'un immaculé tapis de neige.

 Lyrique, fragile et lancinant.

Amorcé par de gros beats, un nouveau soundscape tracé d'une palette glacée, le moody, ' John'.

 Marc entame le dark goth ' Hounds' d'un timbre caillouteux, à la Mark Lanegan, avant d'être rejoint par la frêle voix de sa compagne. La texture post- rock , les effets de distorsion, les rythmes fermes, les drones pervers avec en contrepoint des vocaux souvent soyeux contribuent à créer un univers énigmatique et intrigant.

' Miner Insight' termine ce concert captivant.

DSC05864.JPG
Préparatifs tirés en longueur avant le début de la seconde tranche de la soirée, 21:20, The Luyas!

Plongé dans un Jourdain québecquois en 2006, trois full CD's, le dernier 'Animator' en 2012.

Mené par la dynamique Jessie Stein ( faisant également partie de Miracle Fortress et, avant cela, de S S Cardiacs, avec un certain Owen Pallett comme membre..), vocals, guitare, claviers, moodswinger ( drôle de zither électrique), le quintette est complété par: Pietro Amato , un autre multi-instrumentiste talentueux ( Arcade Fire - Bell Orchestra e.a.) , keyboards, French horn, electronics  - Mathieu Charbonneau ( Ferriswheel, Torngat, Timber Timbre) au Wurlitzer et au cor - Mark Wheaton ( Land of talk)  aux drums et enfin, Mike Feuerstack ( Snailhouse, Wooden Stars) à la pedal steel, xylophone et guitare.

DSC05866.JPG

DSC05817.JPGAvanti pour un des gigs les plus aventureux de 2012!

' Face' à l' orchestration sophistiquée sur laquelle glissent des  vocaux murmurés .

Un premier voyage fascinant dans un monde aux confins de l'étrange, essaye d' imaginer un Robert Wyatt fricotant avec Feist sur fond vaguement trip hop!

 Le tout aussi subtil  'Traces' suit la même piste, le timbre ténu, enfantin de Jessie te donnant l'envie de la protéger de tous les dangers pouvant la guetter dans cette jungle hostile.

Elle ramasse le moodswinger pour amorcer le psychédélique et étrange ' Moodslayer' .

Consciente de l'état de surprise de pas mal d'auditeurs, non préparés à une musique moins accessible, Jessie nous questionne en plein morceau, 'ça va toujours?'

Bruxelles semble acquiescer, le drummer lance one, two...  le collectif achève la plage, enchaînée sur le concis ' What mercy is', dominé par un cor omniprésent.

Petit problème technique vite arrangé, l'oiseau reprend son vol: ' Canary', un volatile asiatique, déplumé, squelettique, soudain déchiré par un riff  métallique auquel succède un cor en pleur, tandis que Jessie chuchote... I dream of drowning... sur fond Cousteau.

Fragile et angoissant!

Faut briser ce climat sinistre, Pietro s'en charge, t'as pas un ouvre- bouteille, cette Maes demande à être avalée?

Aucune réaction!

Mike, le sauveur: refile la moi, je l'ouvre with mon bottleneck!

DSC05800.JPG

 

DSC05805.JPG

Un rock touffu et déstructuré, le formidable ' Fifty-fifty' , le style de truc qui devrait plaire à Rudy Trouvé.

 Inspiré par l'épitaphe gravée sur la tombe de John Keats Here lies one whose name was writ in water, "Your Name's DSC05770.JPGMostly Water", bubbling sounds, jungle beats, escapade jazzy du French horn, et toujours ce timbre ingénue Lolita.

Etonnant mix Frank Zappa meeting Talking Heads, avec une pointe de Talk Talk.

La plage ouvrant le dernier CD, 'Montuno', superbe symphonie en plusieurs mouvements: un lento dominé par les cuivres, puis un bruitage amazonien précédant l'andante, un allegretto aux odeurs Gentle Giant, on saupoudre de quelques pincées psychédéliques et on obtient a masterpiece!

Passe-moi ta guitare, Barbe- Bleue!

Shit, qu'as-tu fabriqué avec cet engin?

I tuned it backwards!

C'est malin, bon je jouerai des claviers!

' Channeling', une sombre berceuse.

 Le saccadé 'Too beautiful to work',  titletrack du CD de 2011, clôture ce set élégamment  arty.

DSC05812.JPG

Bis

Après la lente introduction aux cors d'harmonie, ' The Quiet Way' évolue en gazouillis electro, le psyche blues '  Tiny Head', proche de certaines plages des Doors, mettra un terme à ce concert pas banal.

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 10:44

"Speedoo" ( 1955),  le plus gros hit du groupe de rock'n roll/ r'n 'b/ doo-wop The Cadillacs , titled after Earl Carroll's nickname: Speedy!

earl-carroll-456.jpg

En 1953, Earl Carroll  (lead vocalist), Bobby Phillips, LaVerne Drake (bass vocalist) et Gus Willingham forment les Carnations, ils s'adjoignent un cinquième élément, James "Poppa" Clark ( un ex- Five Crowns) , pour devenir The Cadillacs, dont l'inspiration majeure sera The Orioles ( immense hit en 1948, (It's Gonna Be A) Lonely Christmas).

Un premier single  'Gloria'/ 'Wonder Why' connaîtra un succès local.

Très vite des modifications de line-up touchent le band, Earl Wade et Charles Brooks sont les nouveaux venus, et en 1955, par ici la monnaie: 'Speedoo' casse la baraque!

 

 

 

Les mouvements au sein du groupe se poursuivent, LaVerne Drake se tire, de dissensions en dissensions, on assiste à un dédoublement des Cadillacs: The Original Cadillacs, menés par Earl Carroll et The Cadillacs  avec Jimmy Bailey, le remplaçant de LaVerne Drake, aux lead vocals.

Les frères ennemis ont continué à enregistrer chacun de leur côté pour la même firme de disques, Jubilee!

Après tout ce micmac , les deux groupes signent l'armistice et reforment The Cadillacs en ayant largué quelques chauffeurs.

 Fin 1957, les biographes indiquent comme line-up Carroll, Bailey, Brooks, Phillips et Wade!

Brooks se tire, hello Bobby Spencer..

Pendant ce temps, le doo-wop fait rage, avec comme groupe majeur The Coasters.

Les Cadillacs virent doo-wop!

Un hit en 1958, ' Peek-A-Boo', encore un ou deux singles anecdotiques et, en 1959, Earl Carroll cherche un autre véhicule!

Les Cadillacs continuent sans lui jusqu'en 1963, halte prolongée au garage!

0001152152_350.jpg

Earl forme Speedo & the Pearls, un projet  quasi mort-né.

 En 1961, il rejoint The Coasters qui avaient aligné une série impressionnante de chartbusters: 'Along Came Jones - 'Poison Ivy' - 'Yakety Yak ' - ' Charlie Brown'..., il sera crédité sur quelques hits mineurs tels ' Girls, girls, girls' ou la cover des Clovers ' Love Potion n° 9' ( titre composé par Leiber & Stoller) .

Il restera membre du groupe jusqu'au début des nineties pour rejoindre les Cadillacs ressuscités.

 

2012, à l'âge de 75 ans, Speedoo s'éteint des suites d'un infarctus et de complications du diabète..

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 12:49

TomTom: faudra  mettre votre carte de navigation à jour... chemin Massart à Tubize, la grande inconnue!

Bordel de matériel à la con, elle existe la  MJ Antistatic, elle s'est établie dans l'ancienne ferme Massart.

 Jeu de piste et jurons... tu parques ta brouette dans la cour de la métairie vers 19h40, tu glisses ton écot dans une main tendue par une accorte rousse pour très vite assaillir le préposé au bar, une Jupiler, bitte!

 

Salut, Benoît, pas évident à trouver le goulag!

Ouais, viens d'avoir un coup de fil des Joris Bros, sont coincés à la sortie de Bruxelles, ça rigole jamais un vendredi soir par temps de pluie.

 Sinon, le coin  a de la gueule: une étable,  avec auges et abreuvoirs en pierre, transformée en salle de concert pouvant abriter +/- 9O spectateurs, un salon/bar cosy et des hôtesses souriantes.

Le MMI ( Modern Music Institute)  y organise régulièrement des concerts suivis d'une jam, ce soir, deux groupes, Meridians et Silence Breakers!

DSC05662.JPG

Silence Breakers

 

Quatre gamins, même pas 17 ans, ayant amené: papa, maman, mamie Juliette, tonton Cristobal, tantine Danielle, le vilain petit frère et Maude, la grande soeur de 18 ans, tous équipés d'un Nikon, Canon, Pentax , Toshiba, Panasonic ou brol de chez Sarma pour immortaliser l'événement.

Ces kets, Antoine al Assouad ( Guitar, Vocals)/Antoine Gerard (Drums)/Thomas Damas ( Guitar)/Bastien Koch (Bass Guitar), tout beaux dans leurs costumes de communiants  et qui, il y a peu, jouaient aux billes dans la cour de l'école primaire de Couthuin, ont formé Silence Breakers en 2007( tu t'imagines..) et ont déjà foulé quelques scènes du Sud du pays ( le Couthuin Rock Festival, ne ris pas - les 24 heures de Louvain-La-Neuve - le Festival Couleur Cerise de Tihange etc..).

Ils viennent de sortir un EP, enregistré à Londres et comptent bien devenir des stars!

DSC05676.JPG

20/20, c'est parti!

 

 

 

' World of  Music'  un  garage/ punk énergique au drumming binaire mais vachement efficace.

Un bassiste, le timide de la classe, concentré, une seconde guitare percutante et un petit chanteur/guitariste hargneux.

Tu te dis, il faut bien commencer un jour, ces briseurs de silence, avec le culot de leurs quinze ans, ont choisi la voie d'un  rock Sixties Beat à  la Small Faces, The Who  , Pretty Things, Kinks, Animals, Dave Clark Five ou autres Troggs, même si eux  citent les Clash, Pistols, Foo Fighters ou les Hives comme influences.

Une version épaisse de ' Seven Nation Army' précède l'angélique  ' In Hell'  aux relents hard/ blues, il y a du Black Sabbath dans ces riffs irascibles.

Un punk rock sentant bon The Damned, ' Mute, blind and deaf', pas vraiment la description de ma belle-soeur, me glisse un indigène attaquant sa cinquième Duvel.

Les Beatles ' Come Together' , version garagiste wallon venant d'apprendre  qu'il aura un contrôle TVA dans l'heure.. en rage,  il est!

 Le couillu, 'Youth got balls' et pas des fausses en plastique!

 Du hard / punk, 'Soda beer ain't paradise', il parle d'expérience, dirait-on!... sex, drugs, rock'n roll... faudra tout confesser au curé, petit!

Encore un titre imagé, ' Cannabis is sold-out', ceci explique les files à la frontière belgo-hollandaise.

Marrant comme le truc te rappelle les Kids.

Antoine, tu t'en vas, gamin, un besoin urgent, une petite soif?

Il galope vers la sortie guitare/baïonnette au canon pour revenir présenter ses copains.

Le sanguinaire 'Bloody Storm' précède la dernière ' U K Rocks' , à nous les petites anglaises et les nonic pint glasses!

DSC05673.JPG

Bien joué, kets, on applaudit l'esprit rock, ras le bol des sous-Dan San, sous- Tellers, sous- Joshua, ou pire sous- Suarez!

 

Meridians

DSC05677.JPG

Graines de star de la  Britpop concoctée à Bruxelles, des centaines de gigs aux quatre coins de la planète Di Rupo, un eponymous EP sorti en octobre 2011, un second en préparation...• Benoît Leclercq : Guitar - vocals • Quentin Joris : Drums• Julien Joris : Bass - vocals n'en sont plus au stade rodage, plus question de conduite évolutive, moteur au régime maxi dès les premières notes, tant pis si le feu passe au rouge, on fonce!

' Streets of  Fear' au sens premier... you gotta keep running ... le gang descend sur Tubize, fermez vos portes et vos serrures, enfermez vos femmes...

DSC05680.JPGQuoi, DSK arrive?

Pas d'impertinence au rabais, fieu!

Un drumming athlétique  prélude ' Left my mind' , deux voix décidées, un tempo alerte, Mitchum et Monroe sur un radeau descendant la River of No Return.

Le sol de la soue tremble sous les coups de talons de bestiaux excités.

 Virage rock, ' Nobody's help' suivi du mordant  et Kooksy ' In my own town' .

' Where do you go '... nulle part, on reste ici après un bref passage au comptoir.

Guitare acérée, basse ronronnante et travail de tronçonneur fou à l' arrière, ça ne rigole pas du côté du méridien de Bruxelles (4° 21' 36,8" à l'est de Greenwich).

' Something New' suivi du classique des Kinks ' You really got me' , du béton!

Place au  sec 'Our Revolution'.

C’est une révolte ?

 Non sire, ce n’est pas une révolte, c’est une révolution....

Cocorico!

La basse en vadrouille, ' Say it wrong tonight' , Quentin se dit:  faut que je bûche méchant, m'entends plus jouer, le monstre se libère, forcément, ils attaquent le percutant 'Out of my cage' , le gardien a mis les voiles, un carnage!

La curée... ' About it' ... there's blood in the water et les bêtes ne sont pas rassasiées.

DSC05711.JPG

DSC05698.JPG

Guitare et basse changent de mains, les Meridians terminent par la sereine ballade ' Facing the sun' .

DSC05691.JPG

Le 20 décembre, le trio assurera la première partie d' Alpha 2.1 au Botanique!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 16:43

Extrême tension à quelques encablures du  Botanique: début des discussions pour le sommet européen chargé d'établir  le budget 2014 - 2020.

 Merkel, Cameron, Hollande, le petit Herman et leurs copains risquent de passer des nuits blanches.

Au Bota, choix cornélien: Dry the River ou Mystery Jets?

Pile, ce sera Mystery Jets!

 

20:20 Oh Othello .

Des Maures envieux?

An  English  folk pop duo, constitué de George Jephson and Thos Henley, deux globe-trotters, dandys romantiques s'étant croisé du côté de Saint-Germain-des- Prés et ayant décidé d'unir leurs efforts après une courte carrière soit solo, soit au sein de bands obscurs.

Désormais, Oscar Wilde et George Brummel ont posé leurs valises à Berlin.

Un EP 5 titres ' Above the Pretty'.

DSC05568.JPG

En français suave, bonsoir, on s'appelle Oh Othello, on garde nos redingotes car il ne fait point torride dans ce phénoménal amphithéâtre.

Deux acoustiques, deux voix : ' Whisky & Fireworks'.

Un look Wham, mais des sonorités soft folk pop mélodieuses à rendre jaloux les Everly Brothers.

Un univers se rapprochant plus de celui de Shelley ou de Byron que de celui du plus illustre enfant de Stratford-upon-Avon.

Entrée en matière brillante, et de plus, ce qui ne gâte rien, ces esthètes anglo-saxons font preuve d'humour  et d'esprit.

 

 

DSC05579.JPG

 Il n'est pas trop tôt pour les 'New Year's Resolutions' aux harmonies dignes de Simon & Garfunkel.

Next song is about going out, to a pub to get drunk,  I mean, m'est avis que le ' Agony Club ' n'est pas fréquenté par le commun des mortels s'enivrant à la Cara Pils.

' Lily' pas celle de Pierre Perret, une autre.

Esprit sixties, jolies close and open harmonies, une gracieuse rengaine que tu te surprends à fredonner sans la connaître.

Guys, après toute cette fureur rock'n roll  it's time to bring it down, le réconfortant ' Warm White Wine',  à siroter près du feu.

Dans peu de temps on assure l'avant-programme d'une star hip hop, comme on n'a aucun envie de se faire jeter avec nos ballades, on a composé a rap song, ' At what cost'. 

Acrobaties vocales applaudies, mais ce sera du rap fleur bleue.

' Wounded Knee' , non, c'est pas Redbone, mais ce titre  magnifique allie  profondeur et charme.

Un peu comme les premiers Everything but the Girl ou Kings of Convenience et dans une moindre mesure, les Frenchies, Cocoon.

La dernière, le catchy  ' Kids from the eighties' .

DSC05571.JPG

Oh Othello, belle surprise, excellent contact avec le public, superbes voix et emballage ravissant.

On attend impatiemment un premier full CD.


Mystery Jets

DSC05649.JPG

Formé au début des nineties, le gang de Eel Pie Island a sorti un cinquième CD, ' Radlands', en 2012.

Catalogué Britpop à ses débuts, le groupe a sérieusement évolué pour virer vers un rock aux accents roots, sentant bon le Texas et les seventies, sans renier son passé, toutefois.

Le line-up a changé au fil des années, Blaine Harrison, muni de béquilles, reste le charismatique frontman, lead vocalist, guitarist.

Seconde figure de proue, le guitariste/ chanteur: William Rees.

A la basse, depuis peu,  Pete Cochrane -  un autre petit nouveau au rôle prépondérant, Matt Parks, aux claviers, pedal steel ou guitare et enfin, l'efficace Kapil Trivedi aux drums.

DSC05591.JPG

Une musique de fond/ slow purulent discothèque de province annonce l'arrivée du quintet.

 

DSC05655.JPG

' Someone Purer' , la pedal steel colore la plage de teintes alt.country mais les whoa-oh-ohte rappellent les heures de gloires de groupes à la Kaiser Chiefs.

DSC05613.JPGCe sera du solide, du touffu... give me rock'nroll... répète le petit Blaine,  ils vont nous en donner du rawk 'n rawl.

Le scandé ' Serotin'  succède, le public bat des mains.

Un doublé de claviers amorce ' Flash a hungry smile' le sourire n'a pas le temps de s'éteindre, il fond dans la reprise de Wings, ' Jet'. 

Méchant truc!

Did you recognize McCartney?

One of ours, now : ' Greatest Hits' qui sonne à la fois comme les Kinks et les Kooks.

A would-be hit single, auquel on colle ' Saviour' ( The Hale Bop).

 Le midtempo 'Radlands' ( oui, il s'agit d'un jeu de mot faisant allusion à Badlands de Terence Malick en portemanteau avec le Redlands, la propriété de Keith Richards)   est dédié à Oh Othello et  baigne dans une poussière sudiste.

' Sister Everett' is about a nun, du couvent rock fort éloigné de Soeur Sourire, nic  nic!

Fusion stonienne sur ' Veiled in grey' pour annoncer a pop song you can dance to,  Bruxelles a reconnu 'Young Love' et danse, bras levés haut  dans les airs. 

Le slow qui t'achève, ' Flakes' , a break up song.

Brussels is swaying, une  jeune voisine a le mal de mer,  l'abus de Maes sans doute!

Virage Americana, la ballade épique ' Lost in Austin' qui précède le dernier morceau du set, ' Luminiscence' , introduit par une acoustique te rappelant les grands moments des Byrds.

DSC05590.JPG

Concert redoutable d'efficacité!

 

Le roadie sur scène afin de tout aiguiser en vue de rappels.

DSC05642.JPG

Une suite de hits: le Britpop anthem ' Half in love with Elizabeth' - un singalong adolescent ' Two doors down' et ' Alice Springs'.


Dorothée: c'est la cinquième fois que je les vois, can't wait until next time...


Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 16:13

Vu la forte demande de tickets, ce concert prévu à la Rotonde aura lieu à l'Orangerie ....

 

20:15', le retour sur une scène non peut-être, une fois peï,  du citoyen de Brattleboro ( Vermont), Sam Amidon!

DSC05526.JPG

D'une démarche nonchalante , le Gaston Lagaffe de l'independent folk rapplique, muni d'une valise, il en sort un violon, nous gratifie d'un good evening pour engager un western country,  style Grand Ole Opry, souligné par battements de pied.

On sait le gaillard imprévisible et bricoleur du dimanche, il ne décevra pas, un récital décousu, fumeux, pour ne pas le qualifier de bordélique.

Si sur disque ( le dernier ' I see the sign' ) le gars parvient à convaincre, sur scène il a tout du froecheleir je m'en- foutiste intégral.

A la guitare, le lent et sombre bluegrass  traditional, ' Short life of trouble' , comme il sait que le Grateful Dead avait ce titre à son répertoire, il improvise une séquence composée dans l'après-midi, it should sound like what the Dead sounds in my mind...

Plaisantin!

Il se gratte le crâne, and now?

DSC05533.JPGUn petit air au banjo, un gospel nerveux commençant par la ligne "As I rode down on a cold winter's night..." ( non, ce n'était pas 'The Wreck of the old 97'..).

I'll play you more old folk songs, décide Sam en reprenant la guitare, le formidable et poignant ' Bright Sunny South' , datant de  la Civil War, et repris notamment par Doc Watson, Rory Block, Alison Krauss...

Ensuite, il dépoussière le naïf ' Little Satchel' 

...Under my bed you can set your little satchel

On my head you can rest your hand

If you be my little darlin'

I will be your little love man...

Avant de s'attaquer au répertoire irlandais, ' The Streets of Derry' , morceau mélancolique que reprend e.a. Cara Dillon.

J'ai entendu la suivante il y a 3/4 jours on a country radio station: ' My old friend'  ( Tim McGraw) , a sad final goodbye song.

Sur son dernier CD ' How come that blood' , horrible murder ballad, chantée d'un timbre laconique.

Après ce fait d'armes, il ramasse son fiddle pour une gigue entraînante qu'il massacre allègrement, la transformant en affreux crissements de craie sur tableau noir, te rappelant, du même coup, l'horrible Monsieur Van Beneden, prof d'histoire surnommé  la reine du postillon.

Une petite dernière?

Le bluegrass ' Pretty Saro' .

 

 

 

Sorry, je dois recommencer... il avait entamé sur une note perchée à une altitude avoisinant l' Everest, sans avoir sucé de pastille, et est obligé de redescendre au niveau du sol pour chanter la folk ballad datant du 18e siècle, à l'origine anglaise, elle a atterri du côté des Appalaches through oral traditions.

 

35' chaotiques: du tout bon, de l'artisanal, du pénible!

 

Beth Orton

DSC05565.JPG

Après Monsieur, nous aurons droit à Madame, qui après six longues années de silence discographique( two times pregnant, Sam is the father of one...) vient de sortir ' Sugaring Season'.

La blonde jeune dame du Norfolk, munie d'un carnet scolaire, se présente sur scène, un mince sourire, bonjour, quelques accords de guitare, c'est parti: ' Magpie' , un folk inspiré, hanté, lancinant, quelque peu affecté ( elle a suivi des cours de guitare chez Bert Jansch), un timbre d'une vulnérabilité attachante.

 Les electonic trip hop beats des premiers albums seront absents de cet acoustic show solidement ancré dans la tradition folk.

DSC05545.JPG

DSC05550.JPG

 

John, à la table de mix, take my voice down just a little bit, please ... elle mettra le gars à l'ouvrage fréquemment!

Aidée de Sam, l'élégant ' State of Grace', quelques trémolos dans la voix et une tasse de thé à ses pieds semblent indiquer qu' Elizabeth Caroline Orton souffre d'un possible refroidissement.

Elle passe derrière l'imposant piano et entame la profonde et mélancolique ballade, ' Last leaves of autumn', chantée d'une voix à la tessiture crayeuse, cf. Melanie Anne Safka.

An old song, now... 1996, ' She cries your name', toute la force d'une Joni Mitchell ou d'une Rickie Lee Jones.

Seconde vieillerie, ' Central Reservation', rendue de manière chevrotante.

Hier, j'avais deux guitares, l'une d'entre elles est restée chez le docteur, that's why the tuning is so long, this one is called ' Mystery'.

Aucun mystère, Beth connaît ' Both Sides Now'.

Retour du serviable Sam lui offrant une infusion chaude.

 Un violon, une guitare, deux superbes voix en harmonie, ' Poison Tree' , un poème de William Blake mis en musique.

La classe!

Palabres conjugaux ... on joue ceci, non celle-là...

Révélations, avant le dodo, le père de Sam récite des sonnets de Shakespeare à notre petit Arthur qui déteste ça, il fait des cauchemars..

Sam, écoute, j'interprète ' Something more beautiful' seule, mais elle est pour toi cette chanson...magnifique, au demeurant, avec des effets vocaux surprenants, elle passe de la douceur aux high pitches en saupoudrant le tout de quelques pointes de falsetto.

Sur l'album précédent, ' Comfort of Strangers', Vermont au violon, une romance: ' Safe in your arms'.

Même disque, ' Shopping Trolley' au duo de  guitares nerveux.

I want to play an old song.

 Sam tire la gueule.

Sam, don't boss me, je fais ce que je veux ..

Au fond, ma femme est gentille!

 Le jazzy ' Sweetest Decline'  suivi de ' Concrete Sky' , a classic folk ballad  à la Sandy Denny.

Un vingtième  Merci beaucoup, puis l'aérien et ensoleillé ' Call me the breeze' , à la Fleetwood Mac, époque Stevie Nicks.

Au revoir, Sam, place au tamisé ' Candles'.

Et si vous voulez entendre un dernier titre, just let me know by clapping and shouting.

Ce que Bruxelles fit.

 Elle nous offre le narratif ' Touch me with your love' avant le merci beaucoup n° 36, puis reprend son calepin pour, d'un pas léger, regagner les coulisses.

DSC05549.JPG

Bis

Diane et Magda sont ravies, leur plage préférée, ' Stolen Car', à la Suzanne Vega et une cover pour terminer, ' O-o-h Child' des Five Stairsteps , a Chicago soul group des années 70.

 

Beth Orton  goes way  beyond a standard singer-songwriter, c'est le moins qu'on puisse dire!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 12:03

Le monde du jazz frappé de stupeur en apprenant le décès du jeune prodige, Austin Peralta, à l'âge de 22 ans!

Aucun rapport officiel, aucune cause de décès, mais depuis deux jours la mauvaise nouvelle se propage sur le net et dans les médias.

austin-peralta.jpg

Austin apprend le piano dès sa prime jeunesse et à quinze ans, à peine, il se produit en trio au Tokyo Jazz Festival.

Sur la lancée, il enregistre deux albums au Japon, il n'avait pas encore entamé sa 16e année d'existence.

Son jeu moderne, explorant de nouveaux territoires, effleurait aussi bien le jazz traditionnel, que la fusion, l'improvisation, le hard bop,  le hip hop ou l'électronique.

Pas étonnant qu'il collabore avec des musiciens issus de milieux différents: Ron Carter, Chick Corea, Sadao Watanabe, Hank Jones... mais aussi the Cinematic Orchestra, Erykah Badu ou Jaga Jazzist.

 

 

Discographie officielle:

 2006 ' Maiden Voyage' avec Ron Carter à la basse et Billy Kilson aux drums.

 Fin  2006 ' Mantra', avec le personnel suivant: Austin Peralta – piano/Ronald Bruner, Jr. – drums/Steve Nelson – vibes/Marcus Strickland – tenor/soprano saxes/ Buster Williams – bass.

2011 'Endless Planets' , line-up: Austin Peralta – piano/ Zach Harmon – drums/ Zane Musa – alto sax/ Hamilton Price – bass/ Ben Wendel – tenor and soprano saxes.

 

En 2012, il est crédité sur l'album 'Until the quiet comes'  de l'experimental music producer et laptop musician, Flying Lotus.

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 13:05

Peter Sims, surnommé Pete La Roca pour avoir joué des timbales dans plusieurs combos de latin jazz, s'est éteint à New-York, tôt mardi matin, des suites d'un cancer du poumon.

Il était âgé de 74 ans.

 

14toWG8o8D.jpg

De 1957 à 1959, il joue avec Sonny Rollins, on le retrouve notamment sur l'enregistrement' A Night at the Village Vanguard' .

Ensuite, il est appelé à seconder des tout grands du hard bop ou post - be bop: Freddie Hubbard, Slide Hampton, Joe Henderson, ...

En 1960, il fait partie du John Coltrane Quartet, dans lequel il précède Elvin Jones.

De 1961 à 1962, il dirige  son propre groupe, ensuite il devient le drummer maison au Jazz Workshop  à Boston.

 Paul Bley, Art Farmer, Charles Lloyd, Steve Kühn ... loueront ses services.

 

 

 

Il sortira deux albums sous son nom, ' Basra' (1965) et ' Turkish Women at the Bath ' ( 1967) , ressorti sous le nom ' Bliss' et attribué à Chick Corea en 1968.

Cette même année, Peter décide de quitter le monde musical pour devenir avocat, il n'avait pas digéré l'histoire du disque vendu sous le nom de Chick Corea.

Il reprend du service en 1979 et, en 1997, enregistre un album chez Blue Note ( ' Swingtime').

o9J3UYEMhB.jpg

A memorial concert will be held Dec. 28 at St. Peter's Church, known as "the jazz church," in New York: indique NPR Music!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 10:15

C'est en 1973 que le guitariste rejoint Renaissance, le groupe fondé par Keith Relf  et Jim McCarty, deux ex-Yardbirds.

Début de vie mouvementé pour le quintet, très vite (  après deux albums) Relf et McCarty, de même que le bassiste, Louis Cennamo, parti rejoindre Colosseum, se tirent, laissant Jane Relf et le pianiste John Hawken aux commandes du vaisseau.

Le guitariste Rob Hendry participera à l'enregistrement du 3e LP ( 'Prologue'), ensuite John Hawken se souvient de Michael Dunford avec lequel il avait joué au sein des Nashville Teens, un gros hit en 1964 avec leur version de 'Tobacco Road'.

Michael fera partie du classic line-up de 1973 à 1987, année pendant laquelle Renaissance disbands.

Reformation en 1998, avec brièvement un certain Ron Wood tenant la basse, Michael Dunford est dans le coup.

Nouveau split en 2002 et renaissance en 2009!

MI0002973278.jpg

Le groupe aura sorti plus de quinze albums et a connu son heure de gloire dans les seventies, avec les LP's ' Ashes are burning' ( on notait Andy Powell de Wishbone Ash en guest guitarist) et l'épique 'Scheherazade and Other Stories'.

 

 

Avant de rejoindre Renaissance, après l'épisode The Nashville Teens, Michael Dunford avait joué avec les groupes Pentad du Surrey ou The Plebs, un obscur beat band ayant accompagné Jerry Lee Lewis en 1964 et Gene Vincent la même année.

263705_481886335184283_2142455463_n.jpg

Michael Dunford est décédé, chez lui dans le Surrey, des suites d'une hémorragie cérébrale.

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents