Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 06:01

 Propuse -  11:45' , dans la cage aux singes, la Rotonde, cinq copains à Jane Goodall: Muziek de Singe! 

 

Une entrée en matière début de siècle, le marchand ambulant derrière son triporteur: 'Ménagères, ménagères, profitez de notre passage, le poisson-loup à prix de gros...'

Le quintet loufoque commence son spectacle.

DSC06820.JPG

Muziek de Singe, c'est Benoit Dumont : Contrebasse/Martin Chemin : Percussions/Martin Kersten : Saxophones/Gilles Kremer : Guitare et Maxime Tirtiaux : Guitare, des farfelus que tu as  pu croiser au sein de KermesZ à l’Est, le Benoit Minon jazz trio,  Turdus Philomelos, The Peas Project ou la fanfare Bernard Orkestar.

Deux albums: ' Les nuages ne font pas de lait' et le tout récent 'Fermé le lundi'.

Une musique inclassable, iconoclaste et hautement jouissive!

DSC06794.JPG

'Poisson-Loup' ouvre, comme annoncé par Darry Cowl.

DSC06799.JPGUn premier swing comedy-capers renversant, les guitaristes ne peuvent renier leur passé manouche, la contrebasse, son amour du jazz, le batteur, son flirt avec les rythmes africains et le sax ses accointances avec les spectacles jeune public.

Avis: ceci n'est pas un concert, mais un extrait d'un spectacle dont le titre est 'Fermé le Lundi', voici 'Sale Inuit', d 'agréables sonorités gypsy,  un sax arabisant, un ou deux charmeurs de crotales et une souple danseuse, tout baigne, crac, changement de cap, la plage vire Barnum rock débridé, retour au calme sur frôlement de contrebasse discret.

Dames en Heren, uit Holland, pour vous, le champion du monde du sifflement,  Geert Chatrou, il est venu spécialement de Mierlo sur son fiets orange pour nous accompagner pendant 'Manaïs'.

Incroyable prestation de ce rossignol barbu, néerlandais, Hugues, néerlandais... du Ennio Morricone virant El Condor Pasa.

Une plage cinématographique ayant ravi la Rotonde, ta voisine n'avait qu'un regret, le plumage de ce volatile n'était pas aussi séduisant que son ramage, elle glisse à son compagnon.. elle est tarte sa veste!

On embarque pour une traversée de la mer Ionienne, 'Brindisi - Patras', un soundscape croisière de luxe, allongé sur un transat, un cocktail exotique à portée de main, les flots sont bleu émeraude, le ciel est dégagé, la félicité....

De légers remous en fin de voyage, on accoste dans le Péloponnèse.

DSC06814.JPG

DSC06809.JPG

Un dernier titre acrobatique, ' Cheval de trois et demi portion', une touche orientale, des sonorités de guitare arabo-andalouses,  une contrebasse sensuelle, un sax Gato Barbieri, ces singes savants ont plus d'un tour dans leur sac et ont tenu le public en haleine pendant les 30' du showcase.

DSC06795.JPG

Tu veux du différent, du déconcertant, du sentiment et de la rigolade, va voir Muziek de Singe!

Un rappel: défense de nourrir les animaux!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 03:51

 ProPulse, le Rendez-vous des Arts de la Scène, la grande braderie de la Fédération Wallonie - Bruxelles a débuté le 3 février ( musique classique à Flagey) , ce 5 février le Botanique est investi pour des concerts de jazz, de world music, de chanson française et de rock!

En matinée et l'après-midi, des showcases réservés aux professionnels de la culture ( what the fuck does it mean...) - le soir, le commun des mortels est admis!

 

Le menu est copieux et demande une sélection sévère!

DSC06786.JPG

11:00 Alex Beaurain Quintet.

Alexandre n'est ni borain, ni de  Beauraing, ne lui parle pas de pèlerinage, ces reins sont esthétiques,  tu me demandes, arrête la picole... le jeune homme nous vient de Montargis ( source non fiable, mais tant pis), joue de la guitare jazz, suit des cours, décide d'aller goûter le cassoulet du côté de Toulouse, intègre un big band de Haute-Garonne, avant d'émigrer chez Manneken Pis et de monter son quintet.

2013, un album chez Mogno Music, ' Sentiments d'un clown'.

DSC06785.JPG

Line-up:  Alex Beaurain: Guitare/Eve Beuvens: Piano/Maayan Smith : Saxophone/Olivier Stalon: Basse/Toon Van Dionant: Batterie.

DSC06783.JPGQuelques connaissances, remarques-tu!

Eve Beuvens, évidemment, une incontournable, croisée 10 fois, au moins.

Olivier l'étalon, vu avec Todd Bishop.

Toon, le touche à tout:  The Belbouchos, One Trick Po, The Sidewinders etc...

 Maayan Smith, la seule inconnue,d'autant plus qu'il n'est pas crédité sur l'album, le gars de Jérusalem s'est tapé une belle récompense en 2013, le Toots Thielemans Jazz Award, d'après ce qu'on a entendu à l'Orangerie, un prix non usurpé, un jeu rayonnant!

'Conte des dunes' ouvre, du jazz atmosphérique porté par un sax lyrique, aux couleurs du désert.

Une brève interruption permet à Toon de placer un soliloque aussi discret qu'efficace, la guitare se permet une escapade John Scofield,  puis ce smooth jazz reprend son cours fait de méandres ondoyants, quelques touches impressionnistes au piano, un ou deux riffs subtils d'Alex, toujours ce sax onctueux et comme soubassement rythmique, une basse souveraine!

De la belle ouvrage.

'Exploration' sera tout aussi onirique.

Casque colonial de rigueur, avec  Henry Morton Stanley à la recherche de David Livingstone. Non, tu ne rêves pas, comme moi, tu vois une frêle embarcation de pêcheurs immobilisée sur les eaux limpides du lac Tanganyika.

DSC06765.JPG

 

DSC06779.JPG

'Lapin vicieux', il est bondissant ce coniglio.

Quelques exercices acrobatiques de la pianiste, la basse ronronne, la bête a les oreilles tendues, elle flaire un danger, le sax fluide la ramène à de meilleurs sentiments, lorsque l'arrivée du crépuscule la conduit  vers son terrier.

Une dernière composition, 'La Falaise', du jazz aux coloris ECM, une guitare à la Pat Metheny et un sax frivole.

DSC06776.JPG

Un concert apprécié,  un jeune artiste faisant preuve d'une étonnante maturité et d'une créativité aigüe!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 16:53

De son vrai nom William Clarke, le Jamaïcain  Bunny Rugs, aura fait partie de deux formations phare du reggae: Inner Circle et Third World,mais c'est au sein de Charlie Hackett and the Souvenirs qu'il commence sa carrière musicale.

bunny-rugs-artist.jpg

Il fait donc partie de la première mouture de Inner Circle, à la fin des années soixante, avant de s'exiler aux States et de collaborer avec différents dance acts.

Revenu à Kingston il enregistre avec la star Lee 'Scratch' Perry puis avec Ricky Grant, un album To Love Somebody.

En 1976, il devient le lead singer de Third World, enregistrant e.a. le fameux album 96° in the Shade.

Il restera membre de Third World et chantera sur tous les albums jusqu'à son décès, ce 2 février, tout en  poursuivant une carrière solo.

 Cinq albums sont recensés, le dernier 'Time' en 2012.

En 2013, la faculté diagnostique un cancer, Bunny en décède en février 2014.

 Les fans de reggae pleurent!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 19:43

Le billet de JPROCK:

 

 LAURA PAUSINI The Greatest Hits Tour à FN le 02.02.2014.

 

1506011_516810011768935_945886547_n.jpg

 Forest National affiche quasiment complet pour cette date belge du " Greatest Hits World Tour" de Laura Pausini. 

1779081_516810101768926_1774406036_n.jpg

Vingt ans déjà que la chanteuse italienne foule les planches des scènes du monde entier avec un succès 1795785_516810168435586_608487656_n.jpgconsidérable et à son actif plus de 70 millions d’albums vendus.
C’est la quatrième fois que j’assiste à un concert de la charmante native de Faenza et à chaque fois je suis séduit par sa voix incroyable et par son indéniable présence scénique.
Chaque concert est une fête pop basée sur un répertoire de très bonnes chansons, entaché parfois par quelques petites fautes de goût (choix de titre, arrangement trop kitsch) qui lui sont vite pardonnées.
Et pourtant, en ce qui concerne ses albums je suis beaucoup moins séduit.
Il faut bien reconnaître que les trois derniers opus ne sont guère emballants et que le nombre de titres de calibre international s’y comptent sur les doigts d’une main.
Mais qu’importe, car "on stage", Laura propose le meilleur, et on a droit à une succession d’excellents morceaux portés par de très bons musiciens et soutenus par un public à
l’enthousiasme communicatif. 

Il suffit de regarder mes trois voisins de droite, deux hommes et une femme (moyenne d’âge trente ans) qui se 1621663_516810241768912_1787640589_n.jpgtrémoussent et hurlent à plein poumons à chaque intervention de leur idole.
Et en ce qui concerne Laura Pausini, le terme idole est plutôt galvaudé, car l’attitude de la chanteuse s'apparente plus à celle d’une bonne copine qu’on se réjouit de revoir à chacune de ses visites.
Laura est très en beauté , change quatre fois de tenue, s’exprime de mieux en mieux en français et même parfois en néerlandais, et visiblement semble très heureuse d’être sur scène.
Au niveau de la setlist, mentions spéciales à plusieurs morceaux irrésistibles comme" Io Canto", "Resta in Ascolto", « Surrender", "E Ritorno da te", "Un' Emergenza d’amore », « Incancellabile" et bien sûr l’inévitable "la Solitudine" chantée en clôture d’un concert de plus de deux heures.

3820_516809975102272_1243255850_n.jpg

1898286_516810115102258_1185571765_n.jpg

Bref, un concert sans surprises, mais qui se déguste avec gourmandise du début à la fin.
Une chose est certaine, les fans en sont sortis ravis.
1625520_516809795102290_1486497235_n.jpg
Texte et photos : JPROCK

 

Une organisation: Gracia Live!

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 15:28

Lessines, c'est en Roumanie?

T'es biesse,

C'est pas parce que Taraf de Haïdouks fait escale en Hainaut Picardie, que tu dois déplacer le bourg dans les Carpathes.

Combien de pattes?

T'es plus que biesse, t'es taré!

DSC06682.JPG

18h, disait l'affiche, le carillon de Saint-Pierre sonne six fois, tu t'immisces dans une file imposante attendant le bon vouloir des préposés aux guichets du CC René Magritte.

Plus de trente minutes avant de pénétrer dans la salle, les derniers arrivés se trouvaient encore à hauteur du fritkot situé à 500 mètres.

Gros remue-ménage, des citoyens pas tout jeunes agrippent les chaises planquées dans le hall pour les installer n'importe où dans le complexe, d'autres clients optent pour la station debout, tous se mélangent, atteindre le bar relève de la mission impossible.

Explique, Myriam!

Les Tarafs se sont pointés en retard, panne de minibus, ze große bordel!

DSC06638.JPG

18:45' Astrakan Project sur scène!

Un duo, rescapé de l'ère Woodstock, ongles bleus, hippie hair style, fringues baba cool.

 Yann Gourvil, le mec - Simone Alves, la nana, sont originaires de Bretagne, ont participé à divers projets musicaux dans le pays de Bernard Hinault, puis sont partis humer l'air en Turquie pour finalement installer leur tipi chez les Grecs.

Après le gig, ils vendaient, contre monnaie trébuchante et pas du fromage de chèvre, leur album Astrakan Project!

Au menu de ce soir, neuf titres qu'il serait malaisé de cataloguer comme allègres, il s'agit de traditionnels bretons chantés en brezhoneg, me demande pas si la couleur locale avait des teintes trégorroises, vannetaises ou plutôt cornouaillaises, suis du genre béotien, toujours est-il que ces chants lugubres psalmodiés d'un timbre pur par Simone reposent sur un  fond sonore mixant instruments à cordes ( guitare acoustique, normal, et plus excentrique pour l'Ouest français ( Vive la Bretagne Libre fulmine un membre du pobl, Parti pour l'Organisation de la Bretagne Libre..), l'oud et le bağlama) et éléments électroniques, Simone se contentant de faire retentir de fines clochettes ou de secouer un tambourin ayant appartenu à Janis Joplin.

' 1932', misère, récoltes anéanties, famine, chômage et autres avanies... une complainte lancinante et intéressante.

Ce sera le seul titre mentionné, Simone ayant décidé de laisser place à l'émotion et à la musique.

Encore un titre à la guitare, puis une lamentation ( peut-être 'Barzh an ifern')   dotée de coloris orientaux de par l'usage de l'oud.

Même instrumentation plus quelques clochettes, un nouveau lament arabisant. ( 'Kreñv ‘veld ar garantez' ?)

Le bağlama à trois cordes pour ébaucher une autre mélopée  puis une danse, 'Twist en-dro', narrant  les désarrois d'un célibataire.

Nouvelle expédition du côté du Bosphore puis le 'Tri Martolod An Oriant' que tu connais par Alan Stivell et, enfin, un dernier aria sombre, relatant  on ne sait quelle infortune  affligeante.

DSC06628.JPG

DSC06629.JPG

Avec l'Astrakan Project on  est loin des ambiances festives, pas vraiment le groupe qui fera danser la foule au fest-noz de Ploumanac'h, mais leur trip interpelle!

DSC06693.JPG

Bye, bye la Bretagne, bonjour Clejani, les plaines du Danube, les enterrements ou les mariages  arrosés au țuică et bien sûr, la gloire locale depuis sa performance dans Latcho Drom de Tony Gatlif:  Taraf De Haïdouks!

DSC06732.JPGCe  soir ils ont ( après de très longs préparatifs) débuté à onze, ils seront rejoints par une chanteuse, ayant vécu, pour un ou deux titres, après le break, un pépé ayant plus ou moins dessaoulé les rejoindra, et en fin de set une gitane ( Anjelica) inconnue de l'ancêtre présentant la troupe poussera la chansonnette.

Te nommer les membres est un défi que l'on ne relèvera pas, l'organisateur reçoit un line-up avant le show, le jour même, t'as trois musiciens de plus et pas ceux annoncés... tous des virtuoses de 25 à 85 ans, quatre accordéons ( deux aïeux plus sérieux qu'un pape constipé, deux comiques), trois violons, deux jeunes pousses et un sexagénaire semblant diriger la bande de brigands, une flûte ( le facétieux mafioso Gheorghe Falcaru) , une clarinette bulgare ( Filip Simeonov), une contrebasse et un cymbalum, l'époustouflant Ion Tanase.

Pendant près de deux heures ( deux sets) cette troupe hétéroclite aura transformé la salle en fiesta Rom turbulente.

Dès l'entame, violons et accordéons te saisissent par le bras et entament une folle cavalcade, le mirliton voltige, puis un violon décide de déserter, la rythmique est tenace, ça virevolte de partout, tu ne sais où braquer les yeux.

Une seconde salve tout aussi déglinguée  et décorée d'un mouvement Johan Strauss nous éloigne définitivement de notre sage pays pour nous déposer du côté de la Valachie.

Changement de cap, un chant nostalgique psalmodié d'une voix brisée, accélération brusque, Lessines bat des mains, le chanteur se fait véhément avant de terminer son laïus.

Ballades et danses infernales se succèdent, Gheorghe,  le colibri, en fait des tonnes et excite les photographes, il aura droit à cinq minutes de repos pendant un lament larmoyant chanté par un des doyens.

Puis vient le tour de la romanichelle aux dents en or, elle entame une mélopée sensuelle et ensorcelante avant de regagner les coulisses.

DSC06670.JPG

DSC06712.JPG

Polkas endiablées, rythmes effrénés, visions de derviches tourneurs, mélodrames gitans, ballades langoureuses, un olé pour nous inviter à applaudir davantage, une dernière sarabande frénétique , puis le chef annonce une pause pub.

Les Roms ont soif!

 

DSC06724.JPG

Second set.

Il débute par une romance plus sentimentale que 'Les roses blanches', le pathos est à couper au hachoir de boucher.

DSC06697.JPGAssez pleuré, bonnes gens,une version gypsy de la danse des Cosaques.

Tu viens de remarquer que certains soldats manquent à l'appel, le flûtiste farfelu est resté au bar, l'accordéoniste austère s'est endormi sur sa chaise dans la cuisine.

Tu recomptes l'armada, dix, ils sont...Pasalan, 82 piges, ayant enfin cuvé les trois litres de péquet qu'il avait ingurgité pendant le voyage, s'est mis  dans l'idée de fredonner un air ou deux  au grand plaisir des spectateurs, la manager, craignant un accident fatal, vient récupérer le papy sur scène pour le ramener à la raison.

Les autres se marrent et poursuivent le périple.

Tiens, qui voilà, the Pied Piper of Hamelin, tandis que deux violons entreprennent un duel cocasse tout en rivalisant de bravoure.

La clarinette décolle, les accordéons s'agitent, le final sera épique.

Retour du onzième élément, reposé, une nouvelle danse psychotonique et apparition de la diva pour un brin de mélancolie.

Où vas-tu, Gheorghe ?

M'acheter des cibiches, tiens ma place...

Il revient avec un paquet de Gitanes sans filtre en tend une à l'accordéon installé à côté de lui.

Regarde l'écriteau, petit:  'No Smoking'.

M'en fous, sais pas lire!

Anjelica en piste.

Huston?

Non, sa cousine roumaine!

Deux gypsy pop  tunes chantés d'une voix aigüe.

Grand-mère rapplique, c'est autre chose que les jérémiades de la petite!

Encore deux derniers morceaux de bravoure avec soli éloquents, présentation   des voltigeurs et rideau!

DSC06689.JPG
Du grand art!

DSC06730.JPG

Taraf de Haïdouks se produit à Mouscron le 7 février

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 12:26

Retour du mec le plus cool né à Santa Monica, California, Stephen Malkmus qui, malgré le chiffre 47 affiché au compteur, a toujours le look d'un student attardé fréquentant le UC Santa Barbara ou une autre institution du même calibre.

Il y a des lustres tu l'as croisé avec Pavement, plus tard tu l'as entendu joué sous son nom, ça fait une paye, 'Wig Out at Jagbags' est déjà le sixième album de  Stephen Malkmus and The Jicks!

DSC06563.JPG

Il a fallu patienter avant que  l'Orangerie ne se peuple honnêtement, les retardataires ont eu tort car le support,  

 The Megaphonic Thrift, était épatant!

Catherine, une fois n'est pas coutume, sobre  comme un camélidé à la veille de participer à la Camel Cup de Dubaï, acquiesce!

Elle est bien cette grande fille, parfois elle s'égare, mais bon, elle n'a pas la taille du Petit Poucet!

DSC06491.JPG

The Megaphonic Thrift

DSC06463.JPGOriginaire de Bergen, pas chez Di Rupo, en Norvège, un supergroupe au pays des fjords:  Richard Myklebust (vokal, gitar), Linn Frøkedal, jolie nana ( vokal, bass), Fredrik Vogsborg ( trommer), Njål Clementsen, jolie casquette et barbe virile ( gitar) ont deux full cd's à leur actif, "The Megaphonic Thrift" (2012)- "Decay Decoy" (2010), un troisième en est au stade de foetus!

Pitchfork:  «A surge of scribbly, dissonant guitars, propelled by a percussive bass line and drumbeat that punishes the hi-hat and cymbals».... càd, du noise rock qui ne  renie pas les lignes mélodiques, en d'autres termes du Sonic Youth ne versant pas dans l'anarchie.

Une saine énergie sur scène, six titres, trente minutes semblant bien trop brèves!

Le secouant 'Exploding eyes' ouvre, catchy vocals sur fond  de guitares rebelles, une première claque!

'Raising flags', les guitares restent incisives, l'étendard guitar rock( cf. Dinosaur jr.), qui parle de déclin,  flotte haut dans les cieux.

Next one is new and untitled, vocaux mixtes  pour cette plage plus mélodique.

Le trommer au chant, rejoint par la bassiste et le nerveux Richard, ' Bergen Revels', a clean melody, légèrement psychédélique, un beau soleil illumine  la côte est de la Norvège.

' Dragon Vs Dust ', de l'indie chatoyant, des vocaux toniques collés sur une toile de guitares cinglantes précédent une montée en puissance vertigineuse, la plage évoluant en shoegaze excité.

Superbe morceau!

DSC06466.JPG

DSC06490.JPG

C'est notre onzième date comme support de Stephen Malkmus, thank you for coming, this is our last tune, 'Neues'.

Un chant neutre sur fond sonore turbulent.

La pub dit: for fans of A Place to Bury Strangers, la pub ne ment pas!

Well done, Norway!

DSC06558.JPG

 Stephen Malkmus and The Jicks

Les Jicks en piste, l'engageante Joanna Bolme à la basse, le peu chevelu malgré son jeu heavy, Mike Clark aux keys et à la guitare et  Jake Morris derrière les caisses, une intro funky avant l'arrivée au pas de course de Stephen Malkus, le DSC06591.JPGgeste de  Zdeněk Štybar franchissant la ligne à Hoogerheide, il embraye sur "Cinnamon and Lesbians", un midtempo, Pavement touch,  désabusé,  figurant sur le dernier né 'Wig Out at Jagbags'.

'Spazz' sera plus énervé, il dégage de relevés relents Pixies agréables aux oreilles, une wah wah bluesrock pour les fans d'Hendrix, ça cogne sec.

Le concis  'Scattegories' précède 'Lariat', une fausse indie ballad typique avec ses lo-fi guitar lines séduisantes.

Encore plus lent, '  No One Is (As I Are Be)', quelques acrobaties/gimmick watch me play my guitar behind my neck, mais le flow reste fluide et apaisé.

Retour au rock spasmodique et syncopé  avec 'Forever 28', les fans de Pavement sont ravis!

Pause, petit chat avec un fan, le cousin de RickyBilly sans doute, qui narre sa vie aussi passionnante que celle d'un cornichon poussant dans une serre à Poperinge.

On enchaîne, 'Rumble at the Rainbo' suivi de 'Shibboleth' et sa basse lourde.

Trois voix pour 'Jo Jo's jacket' sur l'album solo sorti en 2001, certains y entendent du Tom Verlaine, on ne les clouera pas au pilori.

'Chartjunk' navigue dans des eaux Americana.

Morceau terminé, le quadragénaire vient à l'oreille de Joanna pour lui raconter la blague du jour, chez Malkmus le second degré est roi.

'J smooth' sera lisse, le frontman la jouant crooner!

La dernière fois que je me suis produit ici, j'ai vu Arab Strap, cool band, this one is called 'Senator', Mike, ayant aperçu une souris ou une araignée géante, grimpe sur un baffle avant de sauter à pieds joints sur la bestiole.

Le sénateur poursuit son discours.

DSC06585.JPG

DSC06601.JPG

Tu dis, Joanna?

Moi, quand j'étais ici, j'ai vu Grandaddy, Elliott Smith et les Smashing Pumpkins, le même jour, na!

'The Janitor revealed', sonnant bizarrement comme un effort des Beatles, époque 'Back in the USSR'.

'Houston Hades' démarre en douce avant de virer fuzz et chaos intégral.

'Tigers' des félins aimant la pop sucrée.

Le set normal prend fin avec le laidback  'Real Emotional Trash' et son doublé de guitares à la Wishbone Ash.

Outro et présentation des moussaillons, 80' de show!

DSC06578.JPG

Les bis ( pas moins de 6 titres, la playlist en mentionnait 3).

Un nouvel aparté avec quelques commères, I think we talk too much, voici, la ballade 'Church on white', puis 'Harness your hopes', la seule concession au répertoire Pavement.

Pour rire, ' I can see clearly now' de Johnny Nash, Catherine Garage connaît la version de Jimmy Cliff, pas mal!

Un musclé et vicié 'Baby C'Mon' engendre la folie à tes côtés.

Joanna se dit, OK, peux aller me doucher,  tu parles l'insatiable Malkmus attaque un medley dans lequel on a reconnu 'Tender' de Blur avant que le drummer ne lance un final outro juteux.

DSC06596.JPG

Stephen Malkmus, fidèle à son image de marque!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 09:26

Concert/ événement en images: Dikken van Giesbergen!

1483118_10202853577125683_1959120302_n.jpg

L' American Tournai Club , une association de fanatiques des belles américaines: Mustang, Sally ou une autre, Torino, celle de Clint ou une autre, Eldorado, Régal, Camaro, Corvette, pas celle de Prince, trop petite pour tes longues guibolles... organisait en ce premier jour de février son septième souper, oui, il y avait de l'américain au menu.

En fait, le terme souper est un prétexte pour avaler des litres de houblon, pour faire passer cette consommation inconsidérée de liquide, on a invité un band, histoire d'éliminer les toxines sur la piste de danse, pas une quelconque bande de ploucs chantant du Mike Brandt ou du Dave, non, les rois du rockabilly noir, jaune, rouge:  Smooth and the Bully Boys!

1544481_10202452597929855_910723493_n.jpg

 

Comme d'habitude, le flamboyant  Michel Brasseur - Gus Upright Bass et le petit frisé Yann Pèr Brezhoneg de Plerguer, alias JaM ont mis le feu avec leur répertoire reprenant les pionniers du genre: Carl Perkins, Elvis, Johnny Cash, Gene Vincent, Charlie Feathers et les plus récents mais pas moins authentiques, Stray Cats, tu y ajoutes quelques compositions personnelles pas bidon et tu ne seras pas surpris si on te dit que des citoyens enthousiastes dansaient sur la table, oui Rika, sans chemise et sans pantalon!

999233_10202452600009907_1305390726_n.jpg

Si tu sais que Smooth et sa clique ont réussi à faire gigoter les Rednecks du côté de Tampa en octobre 2013, tu saisis rapidement que les chauds wallons ne tenaient pas en place!

1604917_10202452603649998_1021274624_n.jpg

Rock'n roll fever dans le Tournaisis!

1622759_10202452606010057_69037908_n.jpg

7751_10202452607010082_1388965249_n.jpg

1017403_10202452603609997_173844090_n.jpg

1186768_10202452601049933_1903481383_n.jpg

Repost 0
Published by Dikken van Giesbergen - dans Concerts
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 05:37

Concert en images par Focale 2.8

 

 

Du lourd pour ouvrir l'année à Silly, Machine Gun plays AC/DC et Dr Voy, deux machines dont le compteur indique plus de 300.000 km sur les routes semées d'embûches du rock'n roll made in Wallonie!

970577_624010180980121_156897940_n.jpg

Machine Gun plays AC/DC

1888538_624010647646741_409836554_n.jpg

Intersection, leur agent mentionne comme line-up:  The boys of the band - Patrick "Pat" Lead Singer - Ulrich "Ul" Lead Guitar - Michael "Malcolm": Bass Guitar - Cedric "Ced" Drums - Laurent "Doc": Rhythm Guitar.

A prendre avec les réserves d'usage, ces braves gens ne mettant que rarement leur fichier à jour!

1510918_624010394313433_1629063648_n.jpg

 

La MINIMI® 5.56 light machine gun, née en 1997, n'est pas manufacturée à Herstal, mais du côté de Mons.

 

1780642 624010347646771 662513660 n

A l'origine un cover band touche à tout qui en 2003 se consacre à 100% au répertoire d'AC/DC!

De belles scènes: Raismes, Dour, le Prog Power Festival, le Brussels Tribute Fest, le Festival des Floralies à Quiévrain etc...

1779805_624010057646800_1898687018_n.jpg

 

1796500_624010124313460_505336777_n.jpg

AC/DC dans toute sa splendeur, que ce soit avec  Bon Scott ou Brian Johnson.

Non, Ulrich ne se promène pas en culottes courtes et un sale ket a volé son cartable!

 

1743699_623815340999605_1401915090_n.jpg

Dr Voy

1560550_623815277666278_324130908_n.jpg

Les enfants d'une louve aux crocs acérés, s'appellent tous Voy, à La Louvière les madames sont monogames: Jeff Voy ( gt. / vc.) , Reg Voy ( dr) ,Vince Voy ( gt., backing vc.), le quatrième pose problème, selon facebook le canis lupus femelle a baptisé le bassiste David Voy.

L'état civil s'en tient à Jasonic.

Les effets de l'alcool consommé à la Taverne du Théâtre, sans doute!

61313_623815467666259_1448311402_n.jpg

 

Section?

Hard rock!

Le Zep, les Stones, pas la période 'Miss You', UFO, AC/DC, Scorpions, un peu de punk qui pique,une tranche de boogie à la Status Quo... beaucoup d'énergie et de sueur!

 

261766_623815550999584_1107067601_n.jpg

Disco: trois plaques, la dernière 'That's all fake' en 2012!

Ce doc ne prescrit pas de médoc pour guérir ton spleen, contente-toi de secouer ton crâne dégarni ou non et de taper du pied.

Lequel?

 Au choix, sauf pour  les unijambistes !

62376_623815487666257_2035811446_n.jpg

1618548_623815267666279_1114823103_n.jpg

Le 15 février le Salon annonce   Les Francos Sillies, avec, notamment, la craquante Mademoiselle Nineteen!

 

Focale 2.8

Repost 0
Published by Focale 2.8 - dans Concerts
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 22:26

 Concert en images: Claude Le Roux

 

Une association Les Soirées Cerises /  Music Brussels pour ce double concert au Rock Classic.

 

Mercelis

1622087_10152153039255053_702926044_n.jpg

 

1014377_10152153040120053_1527706570_n.jpgou Jef Mercelis, tous les gens un peu au courant de la scène bruxelloise s'échinent à répéter que ce jeune homme n'a pas ( encore) eu la reconnaissance qu'il méritait!

En 1992, déjà, Mercelis, se retrouvait en finale du Humo's Rock Rally, on lui promet une belle carrière de singer/songwriter.

Plusieurs albums à son palmarès, des ventes confidentielles, il sombre plus ou moins dans l'oubli, pour de temps en temps remonter sur scène, soit il privilégie l'effort solo, soit il se fait accompagner.

Il a  également prêter main forte à quelques collectes musiciens, plutôt du genre artistes maudits,  ainsi, par exemple, il se retrouve embarqué dans le projet 'Berlin Telegram Record' de Leila Albayaty.

Ce soir, il est flanqué de Teuk Henri à la guitare, pas besoin de tracer l'historique du programmateur du Monk ou de la Salle Martine et de Tricky Clauwaert aux drums ( Françoiz Breut).

Jef au Korg!

T'attends pas à du Don McLean ou  à du Donovan, ce soir dark atmosphere et post punk au rendez-vous!


 1544296_10152153039375053_894281868_n.jpg

1554414_10152153039460053_332188692_n.jpg

1794780_10152153039305053_1129898057_n.jpg

 

Neufchâtel

1798864_10152154963100053_564623488_n.jpg

 

 Les Bruxellois viennent présenter leur tout neuf EP 'Glossolia'

S'ils n'ont pas atteint la finale du dernier Kampioenschap van Brussel, honte au jury... pour ne pas proférer d'insultes, certains parlant de pur sabotage lors de l'éliminatoire à la VUB,  Nelson Beumer - Vocals / Lead Guitar,  Colin Le Roux - Noise / Rythm Guitar, David Temprano - Drums, NoKowTow - Bass continuent leur bonhomme de chemin devant les amener au sommet.

Comme d'habitude leur raw indie/grungy rock aura impressionné!

1013317_10152154962870053_1258082763_n.jpg

71585_10152154963580053_1885768696_n.jpg

Suki?

 

Both bands were wonderful and amazing!

1622654_10152154964595053_666431794_n.jpg

Thanks, Suki! 

1618502_10152154963270053_2136696562_n.jpgTry to read the setlist...

 

1609570_10152154964840053_159525876_n.jpg

Repost 0
Published by Claude Le Roux - dans Concerts
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 16:33

Un concert intimiste à Haren, riante entité bruxelloise devant, dans un avenir proche, accueillir un établissement pénitentiaire flambant neuf!

Pas de Willy à Toogenblik ce soir, la table de mix est à l'abandon, vers 21h10', Lukske prononce son discours électoral au goût de bouillabaisse pour introduire les copains de longue date: Derek et Yves Meersschaert.

Le duo, qui fête 20 ans de collaboration artistique, vient d'entamer une tournée ( jubileumtour) qui les verra traverser la Belgique entière, avec quelques escales en Wallonie ( le Spirit de Verviers, Soignies, Couvin, Houffalize).

Pas question de retracer l'historique de ces complices, tu les as déjà croisés maintes fois, pour  Derek la dernière rencontre date du Music Village avec Rony Verbiest (en octobre dernier), pour  Yves, il faut remonter à août 2012, Vilvorde, avec Le Grand Bateau!

DSC06394.JPG

Derek et Yves ne sont pas vraiment des singer/songwriters dans le sens accepté par la majorité, vaut mieux les classer sur l'étagère 'chansonniers', avec un répertoire trilingue: Dutch, anglais und Frans!( tu remarques que nous on omet la majuscule).

DSC06397.JPGYves, (pourquoi tu boîtes? Ligaments déchirés en tapant dans un ballon), au piano, Derek à l'acoustique et au chant, 'Nightnurse' en blouse blanche et petit bonnet, une ballade érotique.

'The road that swings' et pas 'The rope that swings' comme l'avait suggéré ce journaliste bourré qui nous a vus à Asse, un swing nonchalant comme savait si bien les jouer JJ Cale.

 Rien de tel que de tomber dans les bras de 'Morphée' et de rêver en trois langues!

Tu passes allègrement de Zjef Vanuytsel, à André Bialek, pour finir ce titre cabaret en idiome Shakespearien au goût de Bourbon et à l'accent Tom Waits.

Yves a écrit la valse mélancolique 'C'est dingue' en 1999, et la bluette bucolique, sautillante et dilettante 'Parbleu', malgré son titre, est verte.

Aucune explication, on ajoutera toutefois qu'il n'était pas question de langage cru et Wouter Van Besien n'était pas dans la salle!

Des tonalités jazzy fleurissent durant l'interprétation de 'I want that boy back', décoré d'une séduisante digression d'Yves dont l'orgue sonnait comme un Hammond tapoté par Jimmy Smith.

Toogenblik, amour est un verbe, il a 69 synonymes au moins, 'Oui, je t'aime' = je te consume, je te câline, je t'invente...je te déshabille, je te sauve...non, pas je t'emmerde, carte rouge!

Un final excité!

Direction le Brésil, sans chaussures de foot, 'We're all victims of our own perception', un touriste à Sao Paulo lisant du Hemingway sur fond sonore exotique.

'Cry rivers' du Paolo Conte uit Vlaanderen, si Paolo chante 'Come di', Derek fredonne comedy, comedy, capers...

DSC06409.JPG

DSC06438.JPG

A première vue Derek ne fait pas partie des 30% d'électeurs votant De Wever, une ode à la Belgique ' Non, non, non'...laissez donc le noir, jaune et rouge unis!

Merci, Derek!

Yves?

Ja?

'Prends-moi'

Ici, devant tout le monde, t'es Derek, pas Bo Derek!

Une dernière, au galop,  avant la pause, 'Disguise', dans la veine Leon Redbone!

DSC06441.JPG

Set 2

 

DSC06411.JPG

'Mind traveller' datant de l'époque Derek en Vis , la truite, c'est Yves, un titre joué par un beau jour dans un repaire punk à Prague, on était à court d'épingles à nourrice, notre coiffeur ne connaissait pas la coupe Mohican, pour ne pas se DSC06415.JPGfaire jeter, on a joué torse nu, du punk rock en mode road ballad.

Un petit ragtime, 'Coucou', suivi de 'Bloodstain', no mike et effets de theremin pour ce blues sanguin.

Changement de cap avec la romance sentimentale 'Ik wil nog wel met jou' et son orgue à la André Brasseur, avant une escapade Jacques Dutronc.

Accélération soudaine, 'Onder stroom', du pop rock musclé, puis un morceau de l'album 'The Waiting Room', la valse 'Wonderful rainy day'.

Haren, à vous, un singalong ensoleillé et optimiste, 'Si je voulais bien'.

When Derek goes Michel Fugain!

Retour dans les boîtes enfumées où on te sert du whisky frelaté, où le rouge-à-lèvres des madames, vers les 3 plombes du mat, leur donne un air de clown triste, Derek excelleDSC06418.JPG dans cet univers Ben Sidran/ Tom Waits.

Title?

Le feuillet mentionnait 'Handy', pas retrouvé ce titre dans le catalogue des Trois Suisses!

Le duo enchaîne sur le sensible 'Zusje', chanté tout en retenue.

Et maintenant pour terminer le voyage,  een dansliedje pour maman, 90 balais, ' Simona'.

DSC06432.JPG

Le rituel à Toogenblik exige le retour de Lukske avant les bis.

Tradition respectée!

Pour Bugs Bunny, Roger Rabbit et Hugh Hefner la rengaine aux senteurs variété 'Petit Lapin'... non pas à la gueuze, Jef!

Un final Bugs Boogie avant d'oser ' Vesoul' de Jacques Brel.

Un dernier intermède swing d'Yves Meersschaert, une dernière Maes, avant d'aller saluer Hortense dans le Cantal!

Chauffe, Marcel, chauffe...

DSC06407.JPG

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents