Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 13:30

Chick Willis, le Stoop Down Man, est décédé samedi dernier, le cancer!

dscn0851.jpg

Ce cousin de Chuck Willis, qui a composé 'C C Rider', se lance comme chanteur de blues dans les fifties, un premier single ' You're Mine" sort en 1956.

Il décide d'apprendre à jouer de la guitare et accompagne Elmore James, e.a., sans abandonner l'idée de faire carrière sous son nom.

1972, un hit ' Stoop Down Baby.

Il sortira 17 albums de blues, le premier en 1972  Stoop Down Baby...Let Your Daddy See - le dernier en 2009, Hit and Run Blues, suivi d'un Best Of!

Il aura collectionné quelques blues awards dont celui de Best Live Performer en 2006 et 2010!

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:44

Edition 9 pour Pjeireblues, toujours dans le superbe Ruiterijcomplex du Domaine de Drie Fonteinen.

Un programme international ce soir, les fiers coursiers provenant d'élevages grec, hispanique, batave ou du pays de Waas!

Moins de monde que lors de l'épisode 2012, mais toujours une organisation parfaite jusqu'à l'avant-dernier chapitre, l'imbroglio final étant à mettre sur le compte de 'pas de chance'!

1468644_1438911802989280_729155019_n.jpg

20:00 l'annonceur maison, Don Croissant, ressemblant de plus en plus à Gaston Berghmans et sobre comme un chameau carburant au gros rouge qui tache, muni d'un feuillet écrit en hazaragi antique, introduit le groupe auquel incombe la lourde tâche d'ouvrir les ébats:  Band of Eli!

1476337_1438910219656105_1610105571_n.jpg

Un blues-rock trio né en 2012.

1475898_1438910362989424_386406983_n.jpgLe chef c'est  le prophète Elie De Prijcker, guitare et vocals, les disciples appliqués se nommant  Joris De Bock ( drums) et Steven 'The Doors'  Hebb ( bass).

Exploits notables:  podiumprijs de 'Jonge Wolven' aux récentes Gentse Feesten, un passage au Blues Café de Classic 21 et déjà un CD dans les bacs, 'Sunrise'.

Verdict, docteur?

Pas mauvais mais ne brille pas par son originalité, les Band of Ely nourris aux Ten Years After, Rory Gallagher,  Gary Moore, Julian Sas, Danny Bryant...   on les compte par centaines dans le milieu blues et à choisir, on préfère, et de loin, Ganashake.

Elie sait manier une guitare, c'est une évidence, mais son jeu accumule tous les poncifs du genre, quant au feeling, il est aux abonnés absents.

Le groupe est jeune, il va s'améliorer!

Sept titres, des compos personnelles et quelques reprises!

Première salve  bien cliché...my babe, she makes me lose my head... puis le méchant et agité ' Shoes, apple and 994990_1438910046322789_1077306924_n.jpgsnake', qui sonne Ganashake, justement.

Petite gymnastique dorsale recommandée par le huisarts, tu tiens ta guitare à hauteur des reins, tu fais les mêmes mouvements qu'Elvis the Pelvis pas encore bouffi,  tu chantes comme Peter Frampton, tu vas voir, ça marche à tous les coups!

' Irene' the sweetest milf I have ever seen,  un soulblues téléphoné.

'These are the days' chanté d'un timbre Sting et agrémenté de quelques phrases à la Carlos Santana.

Bien, ket!

' St. James Infirmary', une trompette buccale pour remplacer Louis Armstrong, en congé à l'hôtel Eden.

995260_1438909899656137_1836755326_n.jpg

1487428_1438910252989435_1909005164_n.jpg

'Emma's room' plus jazzy, puis un Neil Young, 'Like a hurricane' sentant  fort Scorpions ou Deep Purple, et  pour finir le remuant 'Moonshine in the Night'.

Don Croissant aimait beaucoup ce dernier titre!

1456672_1438912569655870_724107136_n.jpg

Mickey Pantelous and Dr. Albert Flipout One Can band

1489143_1438911839655943_1490971633_n.jpg

 Mickey Pantelous, a Greek/Danish singer songwriter, se sentait seul sur scène depuis la dissolution du groupe The Chess- Mates, il a donc adopté ‘Dr. Albert Flipout’, une mascotte devant lui tenir compagnie durant les shows, partager sa couche et laver ses chaussettes.

Le Croissant chaud vient introduire le duo de manière colorée ce qui entraîne la réaction du one man band: this sounds Greek to me!

Deux albums: ' Can't Find my Pills' et 'I come from a land North Africa', de l'humour et du talent , le mec ( ses guitares, harmonica, kazoo, mini drumkit, hi-hat cymbals et footbass) a tenu Vilvorde en haleine avec un set vif et bien torché.

1459098_1438912249655902_776409809_n.jpg

1499440_1438912596322534_1418232414_n.jpg

' Can't find my pills' un premier blues rugueux, grungy et artisanal, bien  plus profond que les fades prophéties d'Elie.

Une tragédie grecque moderne...'Bankrupt', les Grecs ne rigolent pas, les économistes ont beau tenter d'analyser les 960083_1438911946322599_1666851520_n.jpgraisons de la faillite ' La Crise grecque: une faillite européenne', ça va pas aider les locaux!

Un blues engagé illustrant bien le titre  imagé de l'album 'I come from a land North Africa'!

Même thème, encore plus sombre, 4000 suicides chaque année en République hellénique, des factures d'électricité non payées, des appartements saisis, une corruption à l'échelle nationale, le merdier total...vive l'Europe: 'This ball, this chain', c'est autre chose que I woke up this morning, mon café était froid...

L'exode de milliers de Grecs vers le Nord, ' Time to pack my things and go', Moïse au kazoo pour ce uptempo nerveux.

Sur fond cabaret waltz ( ce qui explique les parallèles avec Tom Waits) ' Nickels And Dimes', dont les lyrics ont été composé par un ami , relate le fait divers sanglant ayant coûté la vie à Dimebag Darrell ( de Pantera) abattu sur scène par un gunman fou qui aura massacré quatre personnes pendant son exercice de tir.

Cachez vos filles et vos légitimes, ' There goes Jack' et son kazoo viril.

This is a blues festival, une version champ de coton du Péloponnèse du Muddy Waters, ' Catfish Blues'.

Du bon boulot!

L'histoire du serial killer qui n'avait plus personne à qui parler...'And then I shot myself'!

'People talk about you, baby' et pas pour vanter la distinction de ta robe.

Une slide vicieuse pour ce blues sexiste.

Hier, on est sorti, au bar ils n'avaient pas de limonade, en cette fin de matinée..I'm a mess, yes, yes... 'Hangover' ( a neverending story) in a jazzy mood.

On se quitte avec le gospel joyeux, 'Down by the riverside'!

1466154_1438916192988841_2037685504_n.jpg

Pike Cavalero and The Gentle Bandoleros.

1456651_1438916369655490_814179082_n.jpg

Le rockabilly ne connaît pas de frontières, les Russes ont leur Messer Chups, Punch it Baby vient de chez les bouffeurs de maatjes,  The Jet-sons sont Polonais, en Norvège sévissent les Hard Rollin' Daddies, Las Vargas ou Pike Cavalero and  The Gentle Bandoleros nous viennent d'Espagne!

999219_1438916842988776_1376157859_n.jpgDécembre 2013, Pike Cavalero and  The Gentle Bandoleros nous rendent une  visite amicale.

  Naissance en 2009, un album en 2011 ' Just a Matter of Manners', des festivals rockabilly un peu partout en Europe: les brillantinés Pike Cavalero: vocals, rhythm guitar - Alfonso Dual: lead gt - Javi Carrasco: contrebasse et Antonio Quesada: drums vont réchauffer l'écurie avec leur greaser rock sentant bon les années cinquante!

Amorce instrumentale surf à la Johnny Guitar, ' Torro' , suivi de 'Weekender'.

Zont de la gueule les hidalgos, Alfonso est du style Lucky Luke, le petit contrebassiste et Antonio assurent comme des bêtes et Pike est plus nerveux que Bill Haley, ça va chauffer!

A fond la caisse, au risque de dérailler, la locomotive folle enchaîne rocks sauvages et sonorités Johnny Cash endiablées: ' Crazy train boogie' - 'Hey Sir' - 'Lonely Rancher's weep' - ' Carcelaras del puerto'.

Quoi, Hans?

Fangio, dat was een Spanjaard?

Mais non, menneke, il est né dans les Marolles!

La Maserati  déboule à du 100 à l'heure, Stirling Moss a deux tours de retard, les Bandoleros attaquent 'Let's get this chicken fried', on arrose le poulet avec une ou deux Duvel et on poursuit avec 'Wannabes'.

Tu dis, Croissant, tu veux pas de bise, tu préfères un ballon de Beaujolais!

Time for a ballad, 'Those lovin' days', puis sur le EP 'Second Round', 'My bunch of Lovin' girl'.

Une accélération brutale, 'Miss Froggie', une grenouille chaussée de blue suede shoes et sautillant comme une dégénérée.

Une touche country/blues 'When I've got the blues'.

Encore un flingueur, 'Six shooter blues', tous aux abris!

On calme le jeu avec le brylcreem blues  ' Just a matter of manners' avant le métallique' Little I' .

Je vois qu'il n'y a aucun membre des alcooliques anonymes dans la salle, allons -y pour 'Coke 'n' rum blues' et puis un petit twist animé 'Twistin little baby'.

1463648_1438916472988813_240636269_n.jpg

1472094_1438914989655628_589241800_n.jpg

Un signe de la table de mix, only one more!

Ce sera 'Real deal woman'!

A stomping show!

1424506_1438915722988888_62742912_n.jpg

Pause causette et commentaires, une eau pour JP, de la mousse pour arroser tes amygdales, soudain l'obscurité totale, la défaillance électrique imprévisible.

20 minutes plus tard, les thérapeutes déclarent forfait, maladie incurable!

Quel malheur s'exclame le stand-up comedian avant d' introduire la Maison du Malheur qui décide d'honorer son contrat et de jouer unplugged, en bas  dans la foule, à la lueur des reflets de lune traversant les rares lucarnes  percées dans les murs de l'étable.

On les a pas comptés, on ne voyait plus nos doigts, on suppose que  J.P. Mesker • Arno Bakker • Hector Wijnbergen • Thijs Elzinga • Martin de Ruiter • Hans Sulmann • Janfie van Strien, de braves citoyens venus de chez  les Oranje-Nassau, étaient tous là!

On a entendu un banjo,une contrebasse, une clarinette, un sousaphone, des chants gospel ou jazz d'avant la guerre de 14/18, on a cru voir  un streetband avec des gars portant chapeaux, une ou deux barbes, et autour d'eux un attroupement de festivaliers faisant contre mauvaise fortune bon coeur.

On nous avait soufflé que l'univers de Maison du Malheur s'approchait du score de ''O Brother, Where Art Thou?', on avait pas tort!

Me demande pas ce qu'ils ont interprété, on peut te dire que leur album se nomme 'Wicked Transmission'.

1450851_1438915892988871_1033971844_n.jpg

1473050_1438915986322195_518135793_n.jpg

Un machin swinguait pas mal, peut-être ' Jailbird' , sinon la veillée s'est poursuivie avec un negro-spiritual, on a également entendu un air vaguement klezmer, puis JP te lance... suis parti, pas moyen de tirer des photos!

Après le vieux ragtime/ jazz de Memphis Minnie , 'Moonshine', tu te dis que JP avait raison, c'est bien sympa ce concert aux chandelles mais il est l'heure de regagner ta tanière.

Sur le parking tu retombes sur JP, sa Cadillac est coincée par le van des Hollandais et 26 autres véhicules bloquant la sortie.

Aux dernières nouvelles il a rejoint sa conjugale vers 6 heures du matin!

 

Photos: JP DANIELS

Repost 0
Published by Michel - photos: Jp Daniels - dans Concerts
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 11:50

Le 'Cyclo Tour' de Zazie passe par la Belgique, Forest National, une organisation Live Nation.

084.JPG

Du monde pour une des chanteuses les mieux payées en 2013, dixit Media Mass!

 

Support choisi par Isabelle Marie Anne de Truchis de Varennes: Renaud Papillon Paravel!

007-copie-1.JPG

Le gars de Sigean  se considère plutôt comme un diseur qu'un chanteur, quatre albums et tout frais pondu, l'EP 'Avec La Langue'.

A trois sur scène, le Papillon et probablement Olivier Lapauze, guitare et  Camille Fire, Claviers et Loops.

Champ sonore agressif puis du groovy slam pas débile et pas forcément politiquement correct ( on applaudit) à l'accent du Sud-Ouest ( cf. Cabrel).

Moins cliché que Grand Corps Malade, dont t'es pas fan!

Une seconde tranche sur fond electro rock cinglant est suivie du tendre et poétique, bravo pour les  lignes d'harmonica mélancoliques, ' Mon petit élément'... chut, chut...vous allez réveiller l'enfant qui me dort dedans..  le final étant emprunté à Céline Dion.. parce qu'au bout du compte on se rend compte qu'on est toujours seul au monde...!

008-copie-1.JPG

 

Voyage introspectif  basé sur les accords trafiqués de 'Fever', 'Je suis les rails' .

Bien foutu!

On refait la fin, les amis, j'adore vos applaudissements!

'T'es qu'un oiseau', une autre espèce de piaf que celui chanté par Fugain et un sixième titre âcre,  vachement agité et lucide ...on t'a promis la lune, on t'a donné le caniveau...

25', un peu court pour apprécier la qualité des textes!

018-copie-1.JPG

Zazie

036.JPG

Un huitième album, ' Cyclo' et une tournée ayant débuté à Dijon le 12 novembre et qui se poursuivra jusqu'au14 décembre ( Genève).

066Cinq musiciens, la crème en France,  Olivier Coursier ( Mass Hysteria puis AaRON), Jean-Luc Léonardon ( J L Aubert, Souchon...),  tous deux aux claviers , Aleksander Angelov ( Brigitte, Jennifer) à la basse, Philippe Paradis ( Garou, Mylène Farmer, Christophe Willem...) à la guitare  et Matthieu Rabaté à la batterie ( une liste imposante, allez, un ou deux: Vanessa Paradis, Daho, Johnny, Sheller etc...).

C'est Olivier Coursier qui a produit l'album et donné une direction gros rock teinté d'éléments electro au rendu scénique.

Plus de deux heures de show, le cadeau de Saint-Nicolas a séduit l'imposante masse de fans de la native de Boulogne-Billancourt.

Quoi, Julie?

Elle ne fait pas ses 49 balais....

Effectivement, madame a la pêche!

'Où allons-nous', amorce relativement paisible, puis electro beats épais, le TGV est sur les rails.

Du Zazie grave, ' Les contraires',  puis une image réaliste de la société de consommation 'Tout'...et tout de suite, et que 077ça saute...avant un détour vers un titre plus ancien, il doit dater de 1912 avant la naissance de Jésus de Nazareth, précise la star, 'Ça fait mal et ça fait rien'.

Premiers mouvements de foule dans la fosse, surtout qu'elle poursuit avec un autre tube, 'Larsen' ( 1995),  avec ses jeux de mots et rimes estampillées Zazie.

Elle passe derrière le piano pour la ballade 'Je ne sais pas' , un ton plus sombre, proche de certains Françoise Hardy.

On aime la Zazie  dramatique!

'L'amour dollar' sur 'Za7ie', constat amer ...tout s'achète et tout se vend...!

On t'a pas encore parlé du lightshow, ni du son ( l'acoustique du bunker n'a pas toujours été top), rien à redire, impeccable, du travail de pro, soigné jusque dans les plus petits détails!

'Electro libre',  Albert Einstein goes synthpop, avalanches de gimmicks tapageurs, Forest aime!

J'étais chez Maxime Le Forestier, un ami, sur une table un feuillet ' Adam et Yves', le titre m'intrigue...

095.JPGIl est pas de moi me confie, Maxime, mais de  Joëlle Kopf, souviens-toi,  Cookie Dingler, 'Une femme libérée', c'est elle!

Ni une, ni deux, je la contacte et met 'Adam et Yves' en musique!

On te signale que la chanson date d'avant l'adoption définitive de  la loi du  "mariage pour tous".

Un texte sibyllin écrit par mon frère 'Des Astres' ( chanté avec M sur Za7ie).

Le voyage se poursuit avec 'Polygame' suivi de l'ouragan  'Cyclo', assurément un des titres phares du set.

Le premier single du dernier album ' Temps plus vieux' , une douceur qui, une nouvelle fois, présente des coloris Françoise Hardy.

Les musiciens se tirent, Zazie pour meubler nous narre quelques vannes concernant les interviews et passages radios d'après sortie de 'Cyclo' , la presse en prend pour son grade, la grande bringue nous la joue petite Muriel Robin puis nous  annonce des guests, une troupe de Saint-Nicolas brésiliens ressemblant furieusement aux musicos s'étant taillés 5' plus tôt.

Du coup, Forest, content du tirage au sort de la coupe du monde, entame 'Brazil', le show vire burlesque avec des 079.JPGtouches Two Men Sound, Pipou où es-tu, pour ne pas mentionner Patrick Sébastien.

Le jardin d'enfants, sont tous coiffés du bonnet du Saint préféré des mioches, égrène quelques titres  tout en tapotant des glockenspiels miniatures.

Le grand n'importe quoi, Zazie descend dans la fosse pour entamer un cadavre exquis plus ringard qu'expressionniste.

Retour sur scène, la brabançonne, la danse des canards, I just can't get enough, versions Bontempi!

Question: vous avez payé vos places?

Hilarité, bon, 61€ c'est pas rien, je confisque leurs jouets et on reprend le concert!

'Chanson d'Amour' puis 'Chanson d'Ami', belle chanson d'amour pudique à l'accompagnement musical perlé,  avant le final rock flamboyant.

Allo, Fellini ? Non.

 Donna Summer? Non.

 Christophe?

Non plus , chacun sa 'Dolce Vita', celle de Zazie, tout en tendresse, émeut.

L'ambiance monte encore d'un cran, les fans s'agitent.. non, Adèle, elle ne reprend pas Polnareff, quoi de plus naturel en somme, le tribal et énergique ' Je suis un homme'  la voit tournoyer comme une furie avant de finir à genoux.

056.JPG

051.JPG

Encore plus excité, l'electro rock  'Rodéo' qui termine le set 'normal'.

Six  mille bras levés, à peu près autant de gorges s'époumonent... Z A Z I E, reviens..

034.JPG

Quatre bis!

' SPA' - le très Farmer 'J'ai 20 ans' - un  'Rue de la Paix' athlétique, voyant tout Forest debout et battant des mains - et un final au piano, la ballade, 'Ça'.

Salut, présentation de l'équipe, bye, bye, la Belgique!

103.JPG

Les quelques dizaines de paroissiens ayant quitté la salle prématurément auront manqué le cinquième bis, la fantaisie Johan Strauss ' J'envoie valser'.

 

Un concert généreux et sympa, des milliers de bourgeois souriants regagnent leur petite auto, Zazie reprend le métro!

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 22:04

Le billet de JPROCK:

J'ai toujours eu pour David Lynch une admiration sans bornes. Rien d'étonnant donc à ce que je sois littéralement tombé amoureux de la voix de son égérie la belle, voluptueuse et troublante Chrysta Bell.
Depuis que je l'ai découvert son album "This Train" lancinant et sombre, cette femme, tout droit sortie d'un film du maître, hante mes jours et mes nuits. Et son disque tourne, tourne sur ma platine.
581163_486814581435145_1561208063_n.jpg
C'est il y a dix ans que David Lynch rencontre Chrysta Bell. La chanteuse texane cherche un mentor et lui une chanteuse pour interpréter quelques titres de sa composition pour la BO de Inland Empire. L'osmose entre les deux êtres est totale.
Plus tard, David Lynch dira d'elle quelle est "belle comme un rêve et chante comme dans un rêve", et quand on connaît les rêves du cinéaste-musicien on ne peut que prendre cette déclaration comme un magnifique compliment.
1469840_486814631435140_343118809_n.jpg
Ce soir c'est au  30CC Schouwburg à Louvain qu'elle entame sa mini tournée belge de trois dates.
Le 30CC Schouwburg est un de ces magnifiques théâtres à l'ancienne, superbement restauré, et à l'acoustique irréprochable. On peut d'ailleurs rapidement s'en rendre compte avec la prestation de 

Few Bits, le projet de Karolien Van Ransbeeck.

 

 

C'est la deuxième fois que je vois le groupe aujourd'hui en trio et même si leur court set est bien agréable, les compos de Karolien et ses musiciens ne me laissent pas un souvenir impérissable. De la belle ouvrage, sans plus.
1459169_486814124768524_591301101_n.jpg
Il est un peu plus de 21h, lorsque le visage de David Lynch apparait sur l'écran géant placé en fond de scène et annonce sa muse : Miss Chrysta Bell !
1463161_486814361435167_1816918850_n.jpg
Les trois musiciens -guitare, claviers, batterie- démarrent un trip-hop bluesy tandis que la diva s'avance sur scène dans une robe digne de Jessica Rabbit. Derrière elle, des images urbaines défilent au ralenti sur l'écran tandis que la musique sombre , oppressante et belle nous prend aux tripes

 Et puis il y a cette voix…et quelle voix ! Magique, envoûtante, sensuelle et d'une grande beauté, Chrysta Bell nous prend par les c…. et le coeur, et on tombe à genoux, soumis et merveilleusement résigné.
"Real Love" lance le bal noir et maudit.

1476197_486814118101858_764152678_n.jpg

1394400_486814784768458_1529869837_n.jpg

Les morceaux se suivent : "This Train"..."Friday night Fly"... la dame ôte ses gants et s'empare d'une guitare. Les lights sont impressionnants et jouent sur les clairs- obscurs tandis que la belle interprète le premier titre écrit avec son mentor : le lancinant "Right Down to You"
988386_486814304768506_455463588_n.jpgA partir de là, je dépose mon carnet de notes électronique et tant pis pour la setlist, je perds pied et me laisse emporter par la beauté du show. 

Je ne vais donc pas vous citer tous les titres car je ne les ai pas notés, mais vous livrer mes impressions, mon ressenti, mes frissons...
Je me laisse bercer par "All the Things", je plane littéralement sur "Down in Babylon", je m'abandonne à elle sur "Angel Star" qui vous fouette le coeur comme les lanières d' un fouet sur la peau.
Aaaah Chrysta..! On comprend mieux la fascination qu'elle exerce sur Mister Lynch, cette femme est un ange doublé d'un démon.
La belle desserre ensuite son étau sensuel pour interpréter le remuant "Swing with Me", ode à sa ville d'Austin et à son bar texan préféré.
Et lorsque son interprétation de "Sycamore Trees" emprunté à Twin Peaks surclasse l' extraordinaire version de Jimmy Scott, j'ai l'impression de vivre une petite mort auditive et orgasmique.

 Le plaisir est intense et la perte de repères troublante.

 Divin !

1426729_486815008101769_598656842_n.jpg

Le public debout rappelle l'artiste qui reviendra pour un dernier salut mais sans rajouter de titre supplémentaire à cette fin magique et idéale.
Chrysta Bell est une énorme interprète, une femme à la plastique irréprochable, à la voix étonnante et envoûtante, et dotée d'un charme fou.
Et après une pareille prestation on ne peut qu'être à ses pieds…
1000367_486814624768474_542552893_n.jpg

1457653_486814204768516_2004600894_n.jpg

 

Texte et photos: JPROCK

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:22

Prévisions alarmistes, allait-on revivre le désastre du 31 janvier 1953, la presse annonçait ...La tempête Xaver a frappé jeudi de plein fouet l'Ecosse et plusieurs régions de l'Angleterre, provoquant la mort d'un chauffeur routier, la suspension de nombreuses liaisons ferroviaires et l'annulation de plusieurs vols. Elle s'approche de la côte belge...

Avec Jprock  on a décidé de braver les éléments et de se taper Louvain.

75' pour traverser Bruxelles, au ralenti sur la E40, des bourrasques de vent et de pluie, et, comme d'habitude, les problèmes de parking dans le centre historique, pas le manque de place, non, mais en refilant tes pièces à l'horodateur tu n'as droit qu'à une heure de stationnement et la taxe est due jusqu'à 21h, comment font les clients des restos?

1459268_1438339269713200_1034157075_n.jpg

Le 30 CC Schouwburg, un admirable théâtre comme il n'en existe plus à Bruxelles, 650 sièges confortables, des hôtesses aimables, un espace bar magnifique, la vedette du jour, Chrysta Bell était d'accord avec nous...what a great venue!

 

Une sonnerie t'invite à quitter le salon pour t'installer dans la baignoire, JP est au balcon, l'autre JP, muni de ses objectifs est aux pieds du podium..

1396792_1438325593047901_1874443261_o.jpg

Le support est confié à  Few Bits!

1497917_1438326036381190_1522271265_o.jpgDécidément, tu n'arrêtes pas de croiser  Karolien Van Ransbeeck!

A trois ce soir, Karolien, son acoustique et son phrasé Mazzy Star- et deux guitares électriques: le fidèle Steven Holsbeeks et Nico Jacobs (The Go Find).

35' de laidback  lo-fi indie tendance alt.country, dont tu finis par connaître tous les titres.

Louvain a apprécié, pendant la pause et après le set de Miss Bell, CD's et vinyles se vendaient comme des petits pains au chocolat un dimanche matin dans une boulangerie de Montmartre.

Comme avant Tom Odell, Few Bits démarre avec le fragile 'One night friend', suivi par le single 'Shell', que ta voisine affirme avoir entendu sur FM Brussel.

'Sweet Warrior' de l'Americana d' inspiration Chopin... Eine kleine Nachtmusik...

Subtil!

Demain c'est Saint-Nicolas, Zwarte Piet, désormais c'est politiquement incorrect, l'âne est resté dans l'étable, c'est moi qui vous refile du chocolat et du massepain.

Attrape, Swatje, pan, sur son nez!

Sorry!

1412524_1438326106381183_42247113_o.jpg

1425514_1438325986381195_1879119657_n.jpg

Le caressant ' Could it be'

Yes, c'est arrivé, ma chère!

Pour Koen, en coulisses, c'est son anniversaire, l'alt.country ' Pick you up', puis  'People', du slowcore délicat.

La setlist mentionne 'Tricky You', l'épisode lancer de friandises ne lui permet pas de le jouer, timing serré, la dernière sera la berceuse 'Night, night'.

...don't weep, babe, moon has come...

Le bébé fera de beaux rêves, demain dans son chausson, du spéculoos, du massepain et des pièces en chocolat!

903235_1438339589713168_509486755_o.jpg

Chrysta Bell

1421241_1438339753046485_1282122021_o.jpg

Ouverture musicale opulente, sur l'écran, David Lynch en esthète/annonceur introduit Chrysta Bell.

Sur scène un trio de musiciens compétents: aux keyboards/electronics, Rodrigo Castro - basse ou guitare, Christopher English Smart et a new drummer, prénommé Jason. 

Des oohs admiratifs émanent de la salle lorsque la sculpturale égérie du génial metteur en scène fait son apparition: longue, des formes généreuses, mises en évidence par une robe se soirée moulante et des gants assortis, une chevelure de feu, un teint blanc aristocratique, une démarche de mannequin... pas étonnant que le dandy se soit transformé en Pygmalion pour s'impliquer dans la production de l'album 'This Train'. 

Et la voix, demandes-tu?

A l'avenant, monsieur... du velours chaud et soyeux!

'Real love', langueur, crooning jazzy, a bluesy trip hop  waltz sur fond de visuels urbains.

Bienvenue dans l'univers  noir, énigmatique et oppressant de David Lynch.

1484203_1438339686379825_695023886_n.jpg

 

922489_1438340196379774_726785578_o.jpg

'This train' , un contralto étonnant pour ce lent et intrigant voyage ferroviaire  vers the great unknown.

D'une beauté spectrale.

'Friday night fly', un mix Portishead ( ils sont nombreux les critiques à évoquer Beth Gibbons), David Bowie et Annie 885313_1438340286379765_829618863_o.jpgLennox, toujours sur un tempo engourdi.

D'un geste de diva à la Rita Hayworth,  Chrysta se débarrasse des longs accessoires couvrant mains et poignets, on lui tend une guitare.

This is the first song I ever wrote with David, la lovesong sensuelle,  'Right down to you'.

On vient de sortir un disque trois titres, c'est la première fois que ' Slow', écrit par Christopher, est interprété sur scène, du surf rock aux couleurs Chris Isaak. 

Effets sonores insolites, des flammes dansant sur l'écran, ' Up in flames' sur le soundtrack de 'Wild at Heart'.

... I fell for you baby like a bomb

Now my love's gone up in flames...

Pas la peine de comparer avec Julee Cruise, la version de la rousse incendiaire est incandescente!

Another new song, ' All the things', a song about love and longing, an unusual concept ajoute-t-elle sans sourire!.

Un slow incroyable te renvoyant à la glorieuse époque des sixties.

En dehors des longs-métrages de Lynch, s'il fallait citer un autre film, on opte pour 'The Hot Spot' de

Dennis Hopper, mêmes climats moites et charnels.

Veine dramatique pour le slow  'Down in Babylon' , claviers somptueux, guitare métallique, voix cathédrale intense, tu 1485996_1438340903046370_1784312829_o.jpgfrissonnes sur ton fauteuil!

Quelle nana!

Troisième nouveauté, ' The truth is', composé par David Lynch en plein trip méditatif.

On vous  joue ce trip hop sans parachute.

Titre emballé, un grand sourire, that was it! 

Elle se complaît en mode chill-out, tel pendant le théâtral et troublant  'Angel Star', avant d'attaquer un des morceaux les plus énergiques de la soirée, une ode à sa ville, Austin, et à son bar préféré où on peut danser all night long, le bluesy 'Swing with me'.

On était plus de cinquante à vouloir répondre à l'invitation to swing with her.

T'avais même compté le pognon qu'il te restait, t'aurais pu lui payer un Bourbon bien tassé!

Chrysta, quand t'en auras marre de David Lynch, passe nous un coup de fil!

Thank you, Leuven, la dernière, l'incroyable 'Sycamore trees' ( David Lynch/ Angelo Badalamenti) chanté par Jimmy Scott dans Twin Peaks.

Presqu' aussi fort que Billie Holiday chantant 'Strange Fruit'.

1495161_1438340719713055_2051127217_o.jpg

Un concert et une femme, plastique et voix, admirables!

1490650_1438340089713118_1400015323_o.jpg

Photos: JP DANIELS

Repost 0
Published by Michel- photos: JP Daniels - dans Concerts
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 12:57

 J'ai fait un rêve... 

Rien  à déclarer, messieurs, dames?

Qu'y a-t-il dans cette  valise?

Quelle valise?

Vous vous foutez de nous?

Faut pas halluciner, si vous y tenez, douze cantiques à écouter au coin du feu!


The Imaginary Suitcase a sorti une troisième rondelle, 'Full Moon Fever', après 'Here's to those we could not save...' et 'Putting things on top of other things'!

a4283370671_10.jpg

 
The Imaginary Suitcase, pour les non-initiés, c'est l'alter ego de Laurent Leemans, chanteur et guitariste chez Ceilí Moss ( un combo folk rock sévissant sur nos scènes depuis 1995), un biographe nous signale l'avoir connu vierge!

Pardon?

Laisse nous finir... La Vierge du Chancelier Rolin!

La notice d'emploi indique: L L wrote all the songs, except le traditionnel ' Bonny at morn' - he played all the instruments, sur le même Bonny, Cécile 'Seesayle' Gonay assure les backings et caresse un violon - sur 'Moonlight on the water' et   ' A une passante', Jean-François Durdu ( Ceilí Moss - Camping Sauvach) maltraite l'alto ( viola).

934932_536167519756075_1818131814_n.jpg

1: 'Yer Mother'  

Une voix grave, un chant agité, un fond sonore étonnant, mixant sonorités Americana, mais à la David Lynch, et la palette utilisée par Martin Hannett pour ses productions coldwave. 

Entrée en matière intrigante et tonitruante!

2. ' Bonny at morn'. 

Changement radical de piste avec le Celtique 'Bonny at morn' ,a Northumbrian folk song dont on retrouve une trace dans les songbooks en  1921

Le titre est un des favoris des small pipes players, il est également au répertoire de Barbara Dickson ou des Watersons.

Clos les paupières, imagine voir les moutons..

 The sheep's in the meadow and the kye is in the corn

Thou lies ower lang in thy bed, bonny at morn...

Superbe seconde voix, chevrotante, de Seesayle.

Une réussite! 

3. ' Electric'

Une balade dans un Sud aride, malsain, la guitare caracole, croisant au passage quelques membres de Wilco, Son Volt et autres adeptes d'un alt.country rugueux, quant à la voix, râpée comme blessée par un cactus malveillant, elle s'insinue pernicieusement dans ton encéphale pour agresser  tes nerfs cérébro-spinaux.

4. 'Stay awhile'

Je t'offre une tasse de thé?

Titre apaisé!

5.'Moonlight on the water'

Un gospel crépusculaire sur guitare morbide.

Laurent fait son Janis Joplin.

6.'Every little thing'.

...she does is magic?

Oublie les flics ou  Paul McCartney, ce 'Every little thing', avec son violon  gémissant, est le prototype de la ballade folk mélancolique.

7. ' A une passante'  

Charles Baudelaire revu par Noir Désir ayant croisé Louise Attaque.

Littéraire et attachant!

8.'It is he'. 

Un titre hanté proche des efforts de Bert Dockx au sein de son Flying Horseman. 

T'es pas trop étonné de lire que L L cite Wovenhand ou 16 Horsepower comme influences!

On apprécie beaucoup le violon 'Nine by Nine ' ( John Dummer).

9.( make up your own title)

A chacun son job, mec!

Petit instrumental badin!

10.'Where are we?' 

Une longue plage/ cauchemar aventureuse.

 A l'amorce psyché/atmosphérique lancinante ( Pink Floyd n'est pas loin) succède un  récitatif solennel et inquiétant avant de reprendre une route passant par de sordides venelles d'où jaillissent d'on ne sait où des ombres sinistres.

Maman, où suis-je?

11. 'Whatever keeps us undertained'.

Un blues lo-fi décoré de lignes d'harmonica roots.

12.'You know you're always welcome'. 

En mode British folk classique, style Ralph McTell, Nic Jones ou Martin Simpson.

 

'Full Moon Fever', un album varié que tu peux te procurer en prenant contact avec Mr Leemans à cette adresse:

info@theimaginarysuitcase.be

 

 

 

d4226i93252h195405.jpg

Repost 0
Published by Michel - dans Albums
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 06:43

Le glam/metal band suédois Nasty Idols perd son chanteur Andy Pierce ( Anders Persson) after suffering a brain hemorrhage, ce 5 décembre!

Il était âgé de 45 ans!

idols.jpg

Le groupe né en 1987 pratiquait un glam influencé par Mötley Crue, Kiss ou Alice Cooper.

Il aura sorti 6 albums, le premier 'Gigolos on Parole' en 1989, le dernier 'Kalifornia' en 2012, après un split en 1995, il s'était reformé en 2006.

 

 

Une jeune fan sur facebook:  Rest in Dreams, Andy!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 19:05

Concert en images: Claude Le Roux!

 

La Californie se dore près de la mer

Et ne connaît pas l'été de la mer

La Californie est une frontière

Entre mer et terre, le désert et la vie....

 

Merci, Julien!

 

1468554 10152024663010053 1029694135 n

Deux groupes en provenance du Golden State à  La Rotonde, Deap Vally et JJUUJJUU!

1425741 10152022078690053 2115125824 n

 JJUUJJUU

1452542_10152022079420053_418914377_n.jpg

Un duo  Phil Pirrone ( Moon Block Party)  + Andrew Clinco ( Incan Abraham) pratiquant un psychedelic/ trance-y rock stoner et ayant un EP à leur actif  'FRST EP'.

Pour la petite histoire, la presse people  indique que Phil semble être le conjugal de Julie Edwards, drummer chez Deap Vally!

1452353_10152022079300053_746407136_n.jpg

 

537250_10152022079045053_944202004_n.jpg

C'était comment, Nathan?

... thanks for the awesome gig yesterday! It  blew me away...

1458458_10152024661050053_470044501_n.jpg

 

Deap Vally

1463318_10152024662670053_1876809293_n.jpg

 Lindsay Troy (chant, guitare) et Julie Edwards (choeurs, batterie)-  Un album, 'Sistrionix'.

Chevelures ébouriffées, mini-shorts seyants, bare legs, flanquées d'un  moustachu à la gratte, les nanas ont balancé leur garage rock tantôt bluesy, tantôt glam aux fans ravis.

Thelma et Louise nous rappellent les White Stripes du début ou les Black Keys!

1463525_10152024662045053_216425154_n.jpg

1459255_10152024662800053_1999686080_n.jpg

Rien à ajouter, Angelo?

 Jesus Christ. I fuckin love these chicks...

Tu ne sembles pas être le seul!

 

1468651_10152024660900053_559460330_n.jpg

 

 

Photo de la setlist!

  1471930 10152024663805053 2143117211 n

Repost 0
Published by Claude Le Roux - dans Concerts
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 09:32

Concert en images: Luk Stiens!

 

Septième édition de l'événement 'Toernee Mondi’Alle' pendant lequel plusieurs cafés  du centre historique de la fière cité ayant vu naître Adrien-François Servais et dont la Sint-Martinusbasiliek, récemment restaurée, abrite la Zwarte Madonna, objet d'un pèlerinage bisannuel, organisent des concerts, comedy shows, deejay sets ou des lectures poétiques.

 

De Vaantjesboer ( Maandagmarkt 16) est un des vieux estaminets participant à la fête, pour ta gouverne, les Vaantjesboeren est le surnom des Hallenaren depuis le Moyen-Age.

 

Au programme: The Buckshots.

1397076_10202596245055416_659075378_o.jpg

Un rootsband ( hillbilly, rockabilly, country..) campinois, né en 2005, auteur de l'album ' Broomstick Buckaroo' plein de twangy guitars, de Buck Owens feel et de western waltzes à tomber par terre.

1450741_10202596248015490_958459652_n.jpg

Comme toujours des mouvements au sein du line-up.

Il semblerait qu'en 2013 les Buckshots se nomment  Flip Geudens (lead vocals/guitars), Tom Hermans (guitars/vocals) , Tom Proost (double bass), Els Oostvogels ( vocals) et Joris Verdonck ( drums).

1463159_10202596246815460_1891884043_n.jpg

1454697_10202596249175519_923826094_n.jpg

Leur calendrier annonce un gig au Zilvermeer (Mol) le 20 décembre et le lendemain au 't Hoekske à Gierle.

1463067_10202596247935488_1789051577_n.jpg

Le titre de George Jones ouvrant l'album!

1463050_10202596244015390_1238735450_n.jpg

1454975_10202596242935363_553606862_n.jpg

Repost 0
Published by Luk Stiens - dans Concerts
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 21:03

Le billet de JPROCK:
1450880_486534468129823_341125275_n.jpg
Avec sa voix angélique, Asgeir Trausti Einarsson fait le buzz dans les salons musicaux branchés.
1458494_486534471463156_1358246422_n.jpgLe jeune homme dont la voix fait penser à celle de Bon Iver semble être le nouveau diamant brut en provenance d'Islande.
Son premier album en anglais "In the Silence" a été réalisé avec l'aide du chanteur australien John Grant et il n'est pas très étonnant dès lors que la Rotonde du Botanique  affiche complet ce soir. 

Le concert était d'ailleurs à l'origine prévu au Witloof Bar avant d'être transféré à la Rotonde vu la demande plus importante de places.
Que dire donc de la prestation d'Asgeir ?
Flanqué de ses quatre musiciens ( guitare, synthés, basse et drums) l'artiste n'est pas bavard et s'avère ne pas être très à l'aise sur scène.
Dès le premier titre il se plante devant un pied de micro réglé au moins trente centimètres plus bas que la hauteur de son visage ce qui fait qu'il chante quasi plié en deux, les yeux braqués vers le sol. 

Au niveau de la communication avec un public on a vu mieux !

 Et après quelques titres il faut bien avouer que la vue de son bonnet au premier plan 541525_486534358129834_2113072462_n.jpgcommence à être plutôt lassante.
Musicalement parlant par contre c'est du très haut vol, même si on peut lui reprocher une certaine similitude dans les compositions et un statisme peu emballant.
Pendant 70 minutes l'Islandais partagé entre les claviers et la guitare et dont les morceaux sont chantés en islandais ( il semble peu à l'aise en anglais!) va nous jouer la plupart des titres de son album avant de repartir sous une jolie ovation.
A-t-on eu devant nous ce soir un futur grand ?

 L'avenir nous le dira.

 Mais sur base de ce que j'ai pu voir et entendre ce soir, le diamant est brut et ne demande qu'à être finement ciselé.
1466182_486534411463162_158124126_n.jpg

994977_486534498129820_1467292034_n.jpg
Texte et photos: JPROCK.

SETLIST :1. "Going Home", 2. "Lupin Intrigue", 3. "Ocean", 4. "Summer Guest", 5. "On that Day", 6. "Higher", 7. "Head in the Snow", 8. "Shoote the Pain", 9. "In the Silence", 10. "Nù Haen Blaes", 11. "King and Cross", 12. "Was there Nothing",13. "Torrent".

 

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents