Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 12:44

Propulse - Orangerie - 22h30: Electric Château!

DSC07041.JPG

Fait divers, t'avais des gars attristé par une déflagration dans une rue animée de Dallas, aucune victime humaine, mais Froon, un clebs, Pussy, une chatte et Mistigri, une sourire blanche... pets, indique la presse locale, ont péri sous le décombres, les mecs deviennent the Dallas Explosion.

DSC07052.JPGLes années ont passé, chantait Hugues, Dallas Geoffrey Hautvas, un Vismet  décide d'entamer une nouvelle aventure: Electric Château!

Il lui faut des laquais, il en engage quatre, au pédigrée impeccable:  Maxime Honhon: basse, chant ( Solkins, Lucy Lucy, Meridians...) - Alexandre de Bueger: batterie ( David Bartholomé) et deux soul-/jazzmen soudoyés, Laurent Doumont: saxophone et Alain Palizeul: trombone, vus il y a peu au Marni.

Cette clique squatte Moulinsart, profitant d'une absence du capitaine ivrogne, elle enregistre une démo ( 'Noblesse Oblige') et se produit sur scène.

Tu t'enquiers: style?

Du rock'n roll aristocratique, chemise à jabot, jaquette vermillon en velours  et escarpins étroits.

Mais encore?

De forts relents classic rock sautillant, un brin de soul  ou de r'n'b, vu la chaude section de cuivres, beaucoup d'énergie et de second degré.

En gros, un amalgame ayant séduit le public, dont une Noa Moon, ma foi, fort souriante!

DSC07049.JPG

Une première salve  nerveuse mixant Blur et funk, ' The Hunting Season'.

Sont fougueux ces poulains, normal...the wolves howl at the moon...ça flanque, la trouille.

Fameuse galopade.

Seconde plage, t'entends un son de clavier, d'où il sort, bordel, t'es pas le seul à être retourné, 'Head over Heels', toujours aussi remuant et accrocheur.

DSC07031.JPG

DSC07028.JPG

Our first single, il dit, 'King's shilling' et sa  wah wah bien grasse valant son pesant d'or.

La suivante sera encore plus tumultueuse... I've been 16 days on the highway... chante le sang-bleu, son fier destrier crevait de soif, et sentait arriver les premiers signes d'une petite slaptitude, mais le cavalier, n'en ayant cure, continuait à cravacher comme un malade.

On enchaîne sur un blues cuivré dégageant des parfums Chicago Transit Authority ayant croisé les Kinks qui venaient de larguer Victoria, salle histoire.

La dernière, toujours aussi musclée, 'Where I belong' et son jeu de scène destroy .

Performance haute en couleurs, fort appréciée.

DSC07043.JPG

Electric Château devrait faire fureur pendant la saison des festivals!

DSC07004.JPG

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 12:10

Propulse - Rotonde - 21:40': Thibet!

DSC06957.JPG

Sans ambages...la claque de la première soirée!

DSC06959.JPG

Thibet, enfin de l'indie innovant mixant electronica, sonorités psychédéliques, guitares acérées,  présence scénique tonique et voix envoûtante.

Pas pour rien qu'en décembre 2013, Thibet a raflé la palme lors du dernier Kampioenschap van Brussel.

Si le groupe est jeune, les musiciens ont de la bouteille.

Gregory Vandamme, le H de Thibet c'est lui, n'a aucun lien de parenté avec un homonyme de Lokeren s'ébrouant dans différentes séries flamandes, le chanteur/guitariste s'est égaré dans plusieurs bands pratiquant un hardcore pur et dur, on l'a connu  Guilty Brothers Experience, aperçu avec Highsleep with Sloane, dans un passé plus lointain, il pratiquait du Christian rock tendance shoegaze avec Jesus Project, des érudits citent Spbär ou Beyond my Dreams..., bref la galère rock en Belgique, il connaît.

Pour exhiber son projet sur scène il lui fallait des acolytes, il en a débauché trois: Thomas Venegoni: Guitare, claviers, chant ( aMute- Highsleep...) / David Davister: Batterie, electro, chant ( Highsleep with sloane, Dissident...) et Julien Bacquet: Basse, chant.

DSC06966.JPG

DSC06982.JPGIl a fallu jouer du coude pour s'immiscer dans la Rotonde, avec Fred Cerise on nous a parqués sous le plafond, au dessus de la table de mix.

Sur scène, les bonnets jaunes ont amorcé ' Carry my fears', une des 10 plages de ' Vision and Certitude', le premier full CD du band devant sortir en avril.

Un son neuf, t'as évidemment envie de t'accrocher à des points de repère, on citera pêle-mêle, Radiohead, Fever Ray, des intonations David Bowie, Melody's Echo Chamber ou d'autres adeptes de la dream pop, mais c'est uniquement pour te donner une idée, car en fait Thibet ne clone aucun des noms cités.

Un piano grave introduit 'Tear the veil', une voix tremblotante essaye de nous faire entrevoir cette orientale pudique déchirant son voile, en parlant, de mantille, un voile de mystère plane sur la Rotonde, Bruxelles semble subjugué.

La courte pièce 'The Burden' instaure des climats progrock que ne renierait pas Porcupine Tree, on sait, cependant, que Steven Wilson n'est pas un adepte de la concision.

 

 

DSC06976.JPG

'Song' ( Memory, hither come), sur le EP 'Three Songs from William Blake".

Le poète/peintre mis en musique.

 Pour les fans de romantisme, de mélancolie, de spleen,  de Baudelaire, de Rodenbach ( Georges, pas le truc qu'on sirote en décortiquant des crevettes..).

Ce superbe titre baigne dans une ambiance Bruges-la-Morte.

'Fountain of Joy' , sais pas s'il s'agit de celle de Sienne, une guitare Lynchéenne se promène entre les jets d'eau, la voix enchante de manière traîtresse. Il y a du Nick Cave dans ce long morceau qui, après une accélération subite, vire post punk malgré les vénéneuses  lignes Link Wray de monsieur Venegoni.

Le public a bien compris qu'il a à faire à un projet original et applaudit ce titre à tout rompre.

Le set se termine par 'With every breath', beau à couper le souffle.

DSC06969.JPG

Tu dis, Fred?

T'en restes baba..

Je te paye une Blanche?

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 11:31

Propulse - Orangerie- 20:50 - The Feather.

DSC06949.JPG

Les attentes étaient grandes, The Feather, projet parallèle de Thomas Médard ( Dan San), dont l'album 'Invisible', sorti fin 2013 et façonné à 98% à son image, est sanctifié par tous les musicographes du Sud du pays, sur scène, flanqué d'un groupe, ça donne quoi?

Avis mitigés, certains crient au génie, d'autres, utilisant une jauge différente, y voient une copie conforme de Dan San, avec les mêmes qualités: superbes harmonies, travail soigné, climats éthérés , délicatesse ouatée et les mêmes défauts: joliesse exacerbée, relative monotonie, manque de passion...

Un bel exercice de style, une toile décorative d'où la fougue est absente!

DSC06944.JPG

T'as rien compris, te glisse, Simon!

Normal, suis flamand ...

DSC06941.JPG

Casting annoncé:  Thomas Médard: Chant, guitare/Maxime Lhussier: Chant, guitare/Elise Dutrieux: Chant, piano /Xavier Guinotte: Basse/Benoit Huvelle: Vibraphone, percussions et Simon Fontaine: Batterie.

DSC06940.JPG

Une première plage subtile, aimable, bucolique , reverb sur la voix, à tes côtés on prononce les noms de Sufjan Stevens ou Fleet Foxes,moment choisi par le sextet pour amorcer soudain  un mouvement  plus agité.

'Around', de l'indie folk ne reniant pas les éléments progrock et toujours ces admirables harmonies vocales te rappelant la grande époque des Moody Blues.

Superbe morceau.

 

DSC06945.JPG

Le premier single, 'Sighs' , du soft indie pop aussi énervé qu'un bruissement de feuilles caressées par une tiède brise.

En esquimau enthousiaste écrit: "The depth of the instrumentation and the subtle harmonies really give the song a different and welcome edge. ", Nanouk s'y connaît en atmosphères vaporeuses.

Next lullaby, les effets bénéfiques de la musique sur la santé des enfants étant scientifiquement prouvés pourquoi se priver de fredonner une berceuse à son bébé, The Feather ne s'en prive pas.

Un titre bulle de savon frivole pour suivre, 'Rays', puis l'euphonique ' Here and now' (I'm not there) et ses effets de voix audacieux.

Attention fragile!

La suivante est du même acabit, t'as un peu perdu le fil, Fred Cerise te refilant une Maes en ajoutant , en souriant, qu'il préfère Soulfly.

Sur scène ils ont entamé la pièce maîtresse, 'Invisible', l'indie folk côtoie  le planant ( les morceaux les plus caressants du Floyd), nous aurons même droit à une impétueuse et bienvenue poussée postrock tranchant avec la bonhomie ambiante.

 

OK, circonstances atténuantes, une plume c'est léger ... achetez plutôt  l'album!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 10:20

Propulse, partie ouverte au public, cinq groupes chaque soir.

Rotonde et Orangerie en alternance!

DSC06936.JPG

20:00 - Rotonde - Apaches.

DSC06933.JPG

La réserve Chiricahua est décimée, les survivants ont pris leurs frusques et leur 45 tours des Shadows et ont émigré DSC06908.JPGsous d'autres cieux, plus cléments et plus humides, la réserve de Bruxelles.

Ce soir David Delander (Reno, ex-Psalm, ex-Broken Promises etc.), drums et vocals et Julien Dufrane (Reno, Siamese Queens), guitare et backing vocals, ont 30 minutes pour convaincre la Rotonde de leur savoir-faire.

Après cinq minutes, tout le monde avait pigé, ces native Americans ne sont ni des macareux, ni des maquereaux, leur blues rock/ garage bien crade décoiffe, même le crâne le plus aride.

Bien sûr, les esprits chagrins avanceront, à quoi ça sert de déterrer la hache, ces Peaux- Rouges ont deux/ trois guerres de retard, les Black Keys, Black Box Revelation et une multitude d'autres ont déjà emprunté cette piste, c'est du réchauffé.... tu acquiesces du bonnet, en tapotant gentiment  l'épaule du pleurnicheur et puis tu tapes du pied et headbange à l'aise.

'Ghost song', le mec à la table a du mal à dénicher le bon mix, les lyrics sont incompréhensibles, un général sudiste lui avait refilé de l'alcool frelaté, il s'emmêlait les pinceaux, après avoir sucé une pastille rose, il est parvenu à équilibrer le son.

DSC06931.JPG

DSC06927.JPG

Un second bluesrock mordant, 'Moonlight', suit , les fantômes sont couchés!

..I see you crying... éructe David d'un timbre éraillé, Julien un calligraphe, spécialiste en hiéroglyphes, t'avait griffonné la setlist sur un feuillet, ton  chat, Ugly,  appelé à l'aide, y lit ' Tragic cancer', lui ai refilé les binocles de Tournesol, il confirme, nous on hésite, anyway la berceuse était du style lancinant.

'Temple of days' du Black Sabbath joué à deux, comment ils font?

Deux voix, ' River of light', un midtempo bluesy lumineux.

Sur leur EP, trois titres, 'Hard Time', un nouvelle tranche de hard rock minimaliste, guitare en fuzz, drumming massif, vocaux Ozzy avant sa crise de sénescence!

'Release my heart', toujours aussi redoutable d'efficacité.

Leur trip s'achève avec 'Blacksmith', bon à savoir, un forgeron frappe lourd sur l'enclume!

Vulcain, ce canard boiteux a fait une belle carrière au Panthéon, gageons que nos Apaches feront de même sur nos sites festivaliers.

DSC06926.JPG

Le 21/2, Apaches peut s'entendre à Braine-l'Alleud, à la maison de jeunes Le Prisme !

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 09:38

 Propulse: 15h15,  Karim Gharbi et Consort!

DSC06858.JPG

Non, s v p, tu ne la places pas!

M'enfin... Couscous Gharbi: c'est bon comme là-bas, dis... c'est pas méchant!

Tu cherches vraiment des ennuis, mec!

DSC06848.JPG

Karim Gharbi est un cas:  chanteur, danseur, comédien, pédagogue, maître de musique, lauréat de la Biennale de la chanson française, dragueur, matamore... on en passe!

DSC06861.JPG

Le spectacle proposé cet après-midi s'intitule Karim Gharbi et Consort.

Et le consort est des plus intéressants: Eric Bribosia ( Wolke, Rackham...): Piano/ clavier -  Fred Becker: percussions, sax - Clément Nourry ( Joy as a Toy...) : Guitare - Olivier Taskin: Batterie et  Alex Aymi: basse.

DSC06857.JPG

Avertissement: si vous décidez de quitter le spectacle, vous le faites pendant qu'il fait noir, entre les morceaux, j'ai des espions dans la salle, on vous retrouvera, ça va pas rigoler, c'est clair?

Oui, Madame!

DSC06875.JPG

'Sil fallait tout oublier', mi-chanté, mi-récité, mi désenchanté, sur fond de tango languissant déchiré par la guitare incisive de Nourry.

Un one night stand tristounet aux relents Claude Nougaro.

Abusé, désabusé... je lui ai dit 'je t'aime' ce n'était que des mots...

Je te  téléphone... vaine promesse!

DSC06878.JPG

 

La suivante m'a été inspirée par une banque ayant fait faillite, ' Le blues de l'oeuf dur'.

Surréalisme pas mort, du jazz cabaret plus noir que Jonasz et moins intello que Sheller,  combiné à un  jeu de scène parodique, c'est délirant!

Nouveau sketch, une valse dramatique chantant un poisson d'or suivie d'un traité psychanalytique 'Narcisse au miroir' , c'est pas le tableau de Dali que ton cerveau imagine mais bien une rencontre improbable de Karim Gharbi et de Marie-Paule Belle batifolant, dévêtus, dans un hôtel de province.

Tu dis, Karim?

Il se fait, que je m'aime...

Je t'offre un thé vert?

Reviens, toi... il apostrophe un photographe ayant eu l'outrecuidance de se diriger vers la sortie.

Légèrement cabot, Monsieur Gharbi... l'Orangerie se marre!

' Le cha cha cha du Tchat', plus rigolo que Dany Brillant et vachement lascif.

Ce mec est un fameux jongleur verbal, ses pirouettes reposent sur un background sonore irrésistible.

La plus grosse claque du set, le 'Céline' d'Hugues Aufray en version kabyle.

Renversant, attendrissant, tout simplement superbe.

DSC06885.JPG

Karim Gharbi, un talent fou, une présence scénique insolente, un grand Monsieur!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 07:33

 Propulse: 12:30'  Chrystel Wautier!

DSC06838.JPG

 

One of the best female jazz singers in the lowlands!

DSC06832.JPG

Chrystel Wauthier est loin d'être une novice, elle se produit sur scène depuis 2002, soit comme choriste, soit au sein de son propre quartet, tu l'as également vue comme chanteuse du  Radoni's Tribe, elle  a sorti trois albums: 'Between Us', 'Peace of Time' et le tout récent 'Before a song'.

Si les deux premiers sont truffés de standards ( 'Just one of these things' - 'My favourite things' - 'Let me hear a simple song'- 'Eu Quero Um Samba'..) où la voix veloutée de la native de La Louvière excelle,le dernier entame un virage l'éloignant du jazz traditionnel pour flirter avec la pop, la nu soul ou le blues.

DSC06842.JPG

Un fameux groupe pour l'accompagner, avec, en tête, le petit mais super doué Lorenzo Di Maio à  la guitare. Jacques Pili à la  basse, Jérôme Klein: batterie et Cédric Raymond au piano ou à l'orgue!

Chrystel ouvre avec le titletrack du dernier né, 'Before a song'.

Elle a beau affirmer avoir quitté les sentiers Blue Note, cette plage soyeuse contient pas mal d'ingrédients jazzy, le phrasé par exemple.

DSC06840.JPG

DSC06845.JPG

'B Town'  un midtempo satiné, proche de certains titres de Minnie Riperton, pas d'effets de voix, le naturel lui sied à merveille, le fond sonore est parfait, une plume pour l'escapade au piano.

Next one is a gospel, prédit Miss Wautier, 'You make me feel so good'.

Si tu t'attendais à 'Oh Happy Day', tu seras déçu, son gospel présente d'agréables saveurs nu soul.

Oublie Sister Rosetta Tharpe, pense à Roberta Flack ou à la rigueur à Robin McKelle.

Pendant les pauses vocales, tu as tout le loisir d'admirer le superbe jeu de Lorenzo qui a d'ailleurs composé ' Every Step', baignant dans un univers fusion.

Le mini-set  prend fin avec une étonnante version du blues 'Hard Time Killing Floor Blues' de Skip James, la voix de Chrystel prenant de chaudes intonations Etta James, pendant une digression intéressante le piano transformera le blues en swing.

DSC06844.JPG

Chrystel Wautier confirme, elle est bien l'une de nos meilleures voix jazz!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 06:01

 Propuse -  11:45' , dans la cage aux singes, la Rotonde, cinq copains à Jane Goodall: Muziek de Singe! 

 

Une entrée en matière début de siècle, le marchand ambulant derrière son triporteur: 'Ménagères, ménagères, profitez de notre passage, le poisson-loup à prix de gros...'

Le quintet loufoque commence son spectacle.

DSC06820.JPG

Muziek de Singe, c'est Benoit Dumont : Contrebasse/Martin Chemin : Percussions/Martin Kersten : Saxophones/Gilles Kremer : Guitare et Maxime Tirtiaux : Guitare, des farfelus que tu as  pu croiser au sein de KermesZ à l’Est, le Benoit Minon jazz trio,  Turdus Philomelos, The Peas Project ou la fanfare Bernard Orkestar.

Deux albums: ' Les nuages ne font pas de lait' et le tout récent 'Fermé le lundi'.

Une musique inclassable, iconoclaste et hautement jouissive!

DSC06794.JPG

'Poisson-Loup' ouvre, comme annoncé par Darry Cowl.

DSC06799.JPGUn premier swing comedy-capers renversant, les guitaristes ne peuvent renier leur passé manouche, la contrebasse, son amour du jazz, le batteur, son flirt avec les rythmes africains et le sax ses accointances avec les spectacles jeune public.

Avis: ceci n'est pas un concert, mais un extrait d'un spectacle dont le titre est 'Fermé le Lundi', voici 'Sale Inuit', d 'agréables sonorités gypsy,  un sax arabisant, un ou deux charmeurs de crotales et une souple danseuse, tout baigne, crac, changement de cap, la plage vire Barnum rock débridé, retour au calme sur frôlement de contrebasse discret.

Dames en Heren, uit Holland, pour vous, le champion du monde du sifflement,  Geert Chatrou, il est venu spécialement de Mierlo sur son fiets orange pour nous accompagner pendant 'Manaïs'.

Incroyable prestation de ce rossignol barbu, néerlandais, Hugues, néerlandais... du Ennio Morricone virant El Condor Pasa.

Une plage cinématographique ayant ravi la Rotonde, ta voisine n'avait qu'un regret, le plumage de ce volatile n'était pas aussi séduisant que son ramage, elle glisse à son compagnon.. elle est tarte sa veste!

On embarque pour une traversée de la mer Ionienne, 'Brindisi - Patras', un soundscape croisière de luxe, allongé sur un transat, un cocktail exotique à portée de main, les flots sont bleu émeraude, le ciel est dégagé, la félicité....

De légers remous en fin de voyage, on accoste dans le Péloponnèse.

DSC06814.JPG

DSC06809.JPG

Un dernier titre acrobatique, ' Cheval de trois et demi portion', une touche orientale, des sonorités de guitare arabo-andalouses,  une contrebasse sensuelle, un sax Gato Barbieri, ces singes savants ont plus d'un tour dans leur sac et ont tenu le public en haleine pendant les 30' du showcase.

DSC06795.JPG

Tu veux du différent, du déconcertant, du sentiment et de la rigolade, va voir Muziek de Singe!

Un rappel: défense de nourrir les animaux!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 03:51

 ProPulse, le Rendez-vous des Arts de la Scène, la grande braderie de la Fédération Wallonie - Bruxelles a débuté le 3 février ( musique classique à Flagey) , ce 5 février le Botanique est investi pour des concerts de jazz, de world music, de chanson française et de rock!

En matinée et l'après-midi, des showcases réservés aux professionnels de la culture ( what the fuck does it mean...) - le soir, le commun des mortels est admis!

 

Le menu est copieux et demande une sélection sévère!

DSC06786.JPG

11:00 Alex Beaurain Quintet.

Alexandre n'est ni borain, ni de  Beauraing, ne lui parle pas de pèlerinage, ces reins sont esthétiques,  tu me demandes, arrête la picole... le jeune homme nous vient de Montargis ( source non fiable, mais tant pis), joue de la guitare jazz, suit des cours, décide d'aller goûter le cassoulet du côté de Toulouse, intègre un big band de Haute-Garonne, avant d'émigrer chez Manneken Pis et de monter son quintet.

2013, un album chez Mogno Music, ' Sentiments d'un clown'.

DSC06785.JPG

Line-up:  Alex Beaurain: Guitare/Eve Beuvens: Piano/Maayan Smith : Saxophone/Olivier Stalon: Basse/Toon Van Dionant: Batterie.

DSC06783.JPGQuelques connaissances, remarques-tu!

Eve Beuvens, évidemment, une incontournable, croisée 10 fois, au moins.

Olivier l'étalon, vu avec Todd Bishop.

Toon, le touche à tout:  The Belbouchos, One Trick Po, The Sidewinders etc...

 Maayan Smith, la seule inconnue,d'autant plus qu'il n'est pas crédité sur l'album, le gars de Jérusalem s'est tapé une belle récompense en 2013, le Toots Thielemans Jazz Award, d'après ce qu'on a entendu à l'Orangerie, un prix non usurpé, un jeu rayonnant!

'Conte des dunes' ouvre, du jazz atmosphérique porté par un sax lyrique, aux couleurs du désert.

Une brève interruption permet à Toon de placer un soliloque aussi discret qu'efficace, la guitare se permet une escapade John Scofield,  puis ce smooth jazz reprend son cours fait de méandres ondoyants, quelques touches impressionnistes au piano, un ou deux riffs subtils d'Alex, toujours ce sax onctueux et comme soubassement rythmique, une basse souveraine!

De la belle ouvrage.

'Exploration' sera tout aussi onirique.

Casque colonial de rigueur, avec  Henry Morton Stanley à la recherche de David Livingstone. Non, tu ne rêves pas, comme moi, tu vois une frêle embarcation de pêcheurs immobilisée sur les eaux limpides du lac Tanganyika.

DSC06765.JPG

 

DSC06779.JPG

'Lapin vicieux', il est bondissant ce coniglio.

Quelques exercices acrobatiques de la pianiste, la basse ronronne, la bête a les oreilles tendues, elle flaire un danger, le sax fluide la ramène à de meilleurs sentiments, lorsque l'arrivée du crépuscule la conduit  vers son terrier.

Une dernière composition, 'La Falaise', du jazz aux coloris ECM, une guitare à la Pat Metheny et un sax frivole.

DSC06776.JPG

Un concert apprécié,  un jeune artiste faisant preuve d'une étonnante maturité et d'une créativité aigüe!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 16:53

De son vrai nom William Clarke, le Jamaïcain  Bunny Rugs, aura fait partie de deux formations phare du reggae: Inner Circle et Third World,mais c'est au sein de Charlie Hackett and the Souvenirs qu'il commence sa carrière musicale.

bunny-rugs-artist.jpg

Il fait donc partie de la première mouture de Inner Circle, à la fin des années soixante, avant de s'exiler aux States et de collaborer avec différents dance acts.

Revenu à Kingston il enregistre avec la star Lee 'Scratch' Perry puis avec Ricky Grant, un album To Love Somebody.

En 1976, il devient le lead singer de Third World, enregistrant e.a. le fameux album 96° in the Shade.

Il restera membre de Third World et chantera sur tous les albums jusqu'à son décès, ce 2 février, tout en  poursuivant une carrière solo.

 Cinq albums sont recensés, le dernier 'Time' en 2012.

En 2013, la faculté diagnostique un cancer, Bunny en décède en février 2014.

 Les fans de reggae pleurent!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 19:43

Le billet de JPROCK:

 

 LAURA PAUSINI The Greatest Hits Tour à FN le 02.02.2014.

 

1506011_516810011768935_945886547_n.jpg

 Forest National affiche quasiment complet pour cette date belge du " Greatest Hits World Tour" de Laura Pausini. 

1779081_516810101768926_1774406036_n.jpg

Vingt ans déjà que la chanteuse italienne foule les planches des scènes du monde entier avec un succès 1795785_516810168435586_608487656_n.jpgconsidérable et à son actif plus de 70 millions d’albums vendus.
C’est la quatrième fois que j’assiste à un concert de la charmante native de Faenza et à chaque fois je suis séduit par sa voix incroyable et par son indéniable présence scénique.
Chaque concert est une fête pop basée sur un répertoire de très bonnes chansons, entaché parfois par quelques petites fautes de goût (choix de titre, arrangement trop kitsch) qui lui sont vite pardonnées.
Et pourtant, en ce qui concerne ses albums je suis beaucoup moins séduit.
Il faut bien reconnaître que les trois derniers opus ne sont guère emballants et que le nombre de titres de calibre international s’y comptent sur les doigts d’une main.
Mais qu’importe, car "on stage", Laura propose le meilleur, et on a droit à une succession d’excellents morceaux portés par de très bons musiciens et soutenus par un public à
l’enthousiasme communicatif. 

Il suffit de regarder mes trois voisins de droite, deux hommes et une femme (moyenne d’âge trente ans) qui se 1621663_516810241768912_1787640589_n.jpgtrémoussent et hurlent à plein poumons à chaque intervention de leur idole.
Et en ce qui concerne Laura Pausini, le terme idole est plutôt galvaudé, car l’attitude de la chanteuse s'apparente plus à celle d’une bonne copine qu’on se réjouit de revoir à chacune de ses visites.
Laura est très en beauté , change quatre fois de tenue, s’exprime de mieux en mieux en français et même parfois en néerlandais, et visiblement semble très heureuse d’être sur scène.
Au niveau de la setlist, mentions spéciales à plusieurs morceaux irrésistibles comme" Io Canto", "Resta in Ascolto", « Surrender", "E Ritorno da te", "Un' Emergenza d’amore », « Incancellabile" et bien sûr l’inévitable "la Solitudine" chantée en clôture d’un concert de plus de deux heures.

3820_516809975102272_1243255850_n.jpg

1898286_516810115102258_1185571765_n.jpg

Bref, un concert sans surprises, mais qui se déguste avec gourmandise du début à la fin.
Une chose est certaine, les fans en sont sortis ravis.
1625520_516809795102290_1486497235_n.jpg
Texte et photos : JPROCK

 

Une organisation: Gracia Live!

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents