Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 22:04

Le billet de JPROCK:

J'ai toujours eu pour David Lynch une admiration sans bornes. Rien d'étonnant donc à ce que je sois littéralement tombé amoureux de la voix de son égérie la belle, voluptueuse et troublante Chrysta Bell.
Depuis que je l'ai découvert son album "This Train" lancinant et sombre, cette femme, tout droit sortie d'un film du maître, hante mes jours et mes nuits. Et son disque tourne, tourne sur ma platine.
581163_486814581435145_1561208063_n.jpg
C'est il y a dix ans que David Lynch rencontre Chrysta Bell. La chanteuse texane cherche un mentor et lui une chanteuse pour interpréter quelques titres de sa composition pour la BO de Inland Empire. L'osmose entre les deux êtres est totale.
Plus tard, David Lynch dira d'elle quelle est "belle comme un rêve et chante comme dans un rêve", et quand on connaît les rêves du cinéaste-musicien on ne peut que prendre cette déclaration comme un magnifique compliment.
1469840_486814631435140_343118809_n.jpg
Ce soir c'est au  30CC Schouwburg à Louvain qu'elle entame sa mini tournée belge de trois dates.
Le 30CC Schouwburg est un de ces magnifiques théâtres à l'ancienne, superbement restauré, et à l'acoustique irréprochable. On peut d'ailleurs rapidement s'en rendre compte avec la prestation de 

Few Bits, le projet de Karolien Van Ransbeeck.

 

 

C'est la deuxième fois que je vois le groupe aujourd'hui en trio et même si leur court set est bien agréable, les compos de Karolien et ses musiciens ne me laissent pas un souvenir impérissable. De la belle ouvrage, sans plus.
1459169_486814124768524_591301101_n.jpg
Il est un peu plus de 21h, lorsque le visage de David Lynch apparait sur l'écran géant placé en fond de scène et annonce sa muse : Miss Chrysta Bell !
1463161_486814361435167_1816918850_n.jpg
Les trois musiciens -guitare, claviers, batterie- démarrent un trip-hop bluesy tandis que la diva s'avance sur scène dans une robe digne de Jessica Rabbit. Derrière elle, des images urbaines défilent au ralenti sur l'écran tandis que la musique sombre , oppressante et belle nous prend aux tripes

 Et puis il y a cette voix…et quelle voix ! Magique, envoûtante, sensuelle et d'une grande beauté, Chrysta Bell nous prend par les c…. et le coeur, et on tombe à genoux, soumis et merveilleusement résigné.
"Real Love" lance le bal noir et maudit.

1476197_486814118101858_764152678_n.jpg

1394400_486814784768458_1529869837_n.jpg

Les morceaux se suivent : "This Train"..."Friday night Fly"... la dame ôte ses gants et s'empare d'une guitare. Les lights sont impressionnants et jouent sur les clairs- obscurs tandis que la belle interprète le premier titre écrit avec son mentor : le lancinant "Right Down to You"
988386_486814304768506_455463588_n.jpgA partir de là, je dépose mon carnet de notes électronique et tant pis pour la setlist, je perds pied et me laisse emporter par la beauté du show. 

Je ne vais donc pas vous citer tous les titres car je ne les ai pas notés, mais vous livrer mes impressions, mon ressenti, mes frissons...
Je me laisse bercer par "All the Things", je plane littéralement sur "Down in Babylon", je m'abandonne à elle sur "Angel Star" qui vous fouette le coeur comme les lanières d' un fouet sur la peau.
Aaaah Chrysta..! On comprend mieux la fascination qu'elle exerce sur Mister Lynch, cette femme est un ange doublé d'un démon.
La belle desserre ensuite son étau sensuel pour interpréter le remuant "Swing with Me", ode à sa ville d'Austin et à son bar texan préféré.
Et lorsque son interprétation de "Sycamore Trees" emprunté à Twin Peaks surclasse l' extraordinaire version de Jimmy Scott, j'ai l'impression de vivre une petite mort auditive et orgasmique.

 Le plaisir est intense et la perte de repères troublante.

 Divin !

1426729_486815008101769_598656842_n.jpg

Le public debout rappelle l'artiste qui reviendra pour un dernier salut mais sans rajouter de titre supplémentaire à cette fin magique et idéale.
Chrysta Bell est une énorme interprète, une femme à la plastique irréprochable, à la voix étonnante et envoûtante, et dotée d'un charme fou.
Et après une pareille prestation on ne peut qu'être à ses pieds…
1000367_486814624768474_542552893_n.jpg

1457653_486814204768516_2004600894_n.jpg

 

Texte et photos: JPROCK

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:22

Prévisions alarmistes, allait-on revivre le désastre du 31 janvier 1953, la presse annonçait ...La tempête Xaver a frappé jeudi de plein fouet l'Ecosse et plusieurs régions de l'Angleterre, provoquant la mort d'un chauffeur routier, la suspension de nombreuses liaisons ferroviaires et l'annulation de plusieurs vols. Elle s'approche de la côte belge...

Avec Jprock  on a décidé de braver les éléments et de se taper Louvain.

75' pour traverser Bruxelles, au ralenti sur la E40, des bourrasques de vent et de pluie, et, comme d'habitude, les problèmes de parking dans le centre historique, pas le manque de place, non, mais en refilant tes pièces à l'horodateur tu n'as droit qu'à une heure de stationnement et la taxe est due jusqu'à 21h, comment font les clients des restos?

1459268_1438339269713200_1034157075_n.jpg

Le 30 CC Schouwburg, un admirable théâtre comme il n'en existe plus à Bruxelles, 650 sièges confortables, des hôtesses aimables, un espace bar magnifique, la vedette du jour, Chrysta Bell était d'accord avec nous...what a great venue!

 

Une sonnerie t'invite à quitter le salon pour t'installer dans la baignoire, JP est au balcon, l'autre JP, muni de ses objectifs est aux pieds du podium..

1396792_1438325593047901_1874443261_o.jpg

Le support est confié à  Few Bits!

1497917_1438326036381190_1522271265_o.jpgDécidément, tu n'arrêtes pas de croiser  Karolien Van Ransbeeck!

A trois ce soir, Karolien, son acoustique et son phrasé Mazzy Star- et deux guitares électriques: le fidèle Steven Holsbeeks et Nico Jacobs (The Go Find).

35' de laidback  lo-fi indie tendance alt.country, dont tu finis par connaître tous les titres.

Louvain a apprécié, pendant la pause et après le set de Miss Bell, CD's et vinyles se vendaient comme des petits pains au chocolat un dimanche matin dans une boulangerie de Montmartre.

Comme avant Tom Odell, Few Bits démarre avec le fragile 'One night friend', suivi par le single 'Shell', que ta voisine affirme avoir entendu sur FM Brussel.

'Sweet Warrior' de l'Americana d' inspiration Chopin... Eine kleine Nachtmusik...

Subtil!

Demain c'est Saint-Nicolas, Zwarte Piet, désormais c'est politiquement incorrect, l'âne est resté dans l'étable, c'est moi qui vous refile du chocolat et du massepain.

Attrape, Swatje, pan, sur son nez!

Sorry!

1412524_1438326106381183_42247113_o.jpg

1425514_1438325986381195_1879119657_n.jpg

Le caressant ' Could it be'

Yes, c'est arrivé, ma chère!

Pour Koen, en coulisses, c'est son anniversaire, l'alt.country ' Pick you up', puis  'People', du slowcore délicat.

La setlist mentionne 'Tricky You', l'épisode lancer de friandises ne lui permet pas de le jouer, timing serré, la dernière sera la berceuse 'Night, night'.

...don't weep, babe, moon has come...

Le bébé fera de beaux rêves, demain dans son chausson, du spéculoos, du massepain et des pièces en chocolat!

903235_1438339589713168_509486755_o.jpg

Chrysta Bell

1421241_1438339753046485_1282122021_o.jpg

Ouverture musicale opulente, sur l'écran, David Lynch en esthète/annonceur introduit Chrysta Bell.

Sur scène un trio de musiciens compétents: aux keyboards/electronics, Rodrigo Castro - basse ou guitare, Christopher English Smart et a new drummer, prénommé Jason. 

Des oohs admiratifs émanent de la salle lorsque la sculpturale égérie du génial metteur en scène fait son apparition: longue, des formes généreuses, mises en évidence par une robe se soirée moulante et des gants assortis, une chevelure de feu, un teint blanc aristocratique, une démarche de mannequin... pas étonnant que le dandy se soit transformé en Pygmalion pour s'impliquer dans la production de l'album 'This Train'. 

Et la voix, demandes-tu?

A l'avenant, monsieur... du velours chaud et soyeux!

'Real love', langueur, crooning jazzy, a bluesy trip hop  waltz sur fond de visuels urbains.

Bienvenue dans l'univers  noir, énigmatique et oppressant de David Lynch.

1484203_1438339686379825_695023886_n.jpg

 

922489_1438340196379774_726785578_o.jpg

'This train' , un contralto étonnant pour ce lent et intrigant voyage ferroviaire  vers the great unknown.

D'une beauté spectrale.

'Friday night fly', un mix Portishead ( ils sont nombreux les critiques à évoquer Beth Gibbons), David Bowie et Annie 885313_1438340286379765_829618863_o.jpgLennox, toujours sur un tempo engourdi.

D'un geste de diva à la Rita Hayworth,  Chrysta se débarrasse des longs accessoires couvrant mains et poignets, on lui tend une guitare.

This is the first song I ever wrote with David, la lovesong sensuelle,  'Right down to you'.

On vient de sortir un disque trois titres, c'est la première fois que ' Slow', écrit par Christopher, est interprété sur scène, du surf rock aux couleurs Chris Isaak. 

Effets sonores insolites, des flammes dansant sur l'écran, ' Up in flames' sur le soundtrack de 'Wild at Heart'.

... I fell for you baby like a bomb

Now my love's gone up in flames...

Pas la peine de comparer avec Julee Cruise, la version de la rousse incendiaire est incandescente!

Another new song, ' All the things', a song about love and longing, an unusual concept ajoute-t-elle sans sourire!.

Un slow incroyable te renvoyant à la glorieuse époque des sixties.

En dehors des longs-métrages de Lynch, s'il fallait citer un autre film, on opte pour 'The Hot Spot' de

Dennis Hopper, mêmes climats moites et charnels.

Veine dramatique pour le slow  'Down in Babylon' , claviers somptueux, guitare métallique, voix cathédrale intense, tu 1485996_1438340903046370_1784312829_o.jpgfrissonnes sur ton fauteuil!

Quelle nana!

Troisième nouveauté, ' The truth is', composé par David Lynch en plein trip méditatif.

On vous  joue ce trip hop sans parachute.

Titre emballé, un grand sourire, that was it! 

Elle se complaît en mode chill-out, tel pendant le théâtral et troublant  'Angel Star', avant d'attaquer un des morceaux les plus énergiques de la soirée, une ode à sa ville, Austin, et à son bar préféré où on peut danser all night long, le bluesy 'Swing with me'.

On était plus de cinquante à vouloir répondre à l'invitation to swing with her.

T'avais même compté le pognon qu'il te restait, t'aurais pu lui payer un Bourbon bien tassé!

Chrysta, quand t'en auras marre de David Lynch, passe nous un coup de fil!

Thank you, Leuven, la dernière, l'incroyable 'Sycamore trees' ( David Lynch/ Angelo Badalamenti) chanté par Jimmy Scott dans Twin Peaks.

Presqu' aussi fort que Billie Holiday chantant 'Strange Fruit'.

1495161_1438340719713055_2051127217_o.jpg

Un concert et une femme, plastique et voix, admirables!

1490650_1438340089713118_1400015323_o.jpg

Photos: JP DANIELS

Repost 0
Published by Michel- photos: JP Daniels - dans Concerts
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 12:57

 J'ai fait un rêve... 

Rien  à déclarer, messieurs, dames?

Qu'y a-t-il dans cette  valise?

Quelle valise?

Vous vous foutez de nous?

Faut pas halluciner, si vous y tenez, douze cantiques à écouter au coin du feu!


The Imaginary Suitcase a sorti une troisième rondelle, 'Full Moon Fever', après 'Here's to those we could not save...' et 'Putting things on top of other things'!

a4283370671_10.jpg

 
The Imaginary Suitcase, pour les non-initiés, c'est l'alter ego de Laurent Leemans, chanteur et guitariste chez Ceilí Moss ( un combo folk rock sévissant sur nos scènes depuis 1995), un biographe nous signale l'avoir connu vierge!

Pardon?

Laisse nous finir... La Vierge du Chancelier Rolin!

La notice d'emploi indique: L L wrote all the songs, except le traditionnel ' Bonny at morn' - he played all the instruments, sur le même Bonny, Cécile 'Seesayle' Gonay assure les backings et caresse un violon - sur 'Moonlight on the water' et   ' A une passante', Jean-François Durdu ( Ceilí Moss - Camping Sauvach) maltraite l'alto ( viola).

934932_536167519756075_1818131814_n.jpg

1: 'Yer Mother'  

Une voix grave, un chant agité, un fond sonore étonnant, mixant sonorités Americana, mais à la David Lynch, et la palette utilisée par Martin Hannett pour ses productions coldwave. 

Entrée en matière intrigante et tonitruante!

2. ' Bonny at morn'. 

Changement radical de piste avec le Celtique 'Bonny at morn' ,a Northumbrian folk song dont on retrouve une trace dans les songbooks en  1921

Le titre est un des favoris des small pipes players, il est également au répertoire de Barbara Dickson ou des Watersons.

Clos les paupières, imagine voir les moutons..

 The sheep's in the meadow and the kye is in the corn

Thou lies ower lang in thy bed, bonny at morn...

Superbe seconde voix, chevrotante, de Seesayle.

Une réussite! 

3. ' Electric'

Une balade dans un Sud aride, malsain, la guitare caracole, croisant au passage quelques membres de Wilco, Son Volt et autres adeptes d'un alt.country rugueux, quant à la voix, râpée comme blessée par un cactus malveillant, elle s'insinue pernicieusement dans ton encéphale pour agresser  tes nerfs cérébro-spinaux.

4. 'Stay awhile'

Je t'offre une tasse de thé?

Titre apaisé!

5.'Moonlight on the water'

Un gospel crépusculaire sur guitare morbide.

Laurent fait son Janis Joplin.

6.'Every little thing'.

...she does is magic?

Oublie les flics ou  Paul McCartney, ce 'Every little thing', avec son violon  gémissant, est le prototype de la ballade folk mélancolique.

7. ' A une passante'  

Charles Baudelaire revu par Noir Désir ayant croisé Louise Attaque.

Littéraire et attachant!

8.'It is he'. 

Un titre hanté proche des efforts de Bert Dockx au sein de son Flying Horseman. 

T'es pas trop étonné de lire que L L cite Wovenhand ou 16 Horsepower comme influences!

On apprécie beaucoup le violon 'Nine by Nine ' ( John Dummer).

9.( make up your own title)

A chacun son job, mec!

Petit instrumental badin!

10.'Where are we?' 

Une longue plage/ cauchemar aventureuse.

 A l'amorce psyché/atmosphérique lancinante ( Pink Floyd n'est pas loin) succède un  récitatif solennel et inquiétant avant de reprendre une route passant par de sordides venelles d'où jaillissent d'on ne sait où des ombres sinistres.

Maman, où suis-je?

11. 'Whatever keeps us undertained'.

Un blues lo-fi décoré de lignes d'harmonica roots.

12.'You know you're always welcome'. 

En mode British folk classique, style Ralph McTell, Nic Jones ou Martin Simpson.

 

'Full Moon Fever', un album varié que tu peux te procurer en prenant contact avec Mr Leemans à cette adresse:

info@theimaginarysuitcase.be

 

 

 

d4226i93252h195405.jpg

Repost 0
Published by Michel - dans Albums
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 06:43

Le glam/metal band suédois Nasty Idols perd son chanteur Andy Pierce ( Anders Persson) after suffering a brain hemorrhage, ce 5 décembre!

Il était âgé de 45 ans!

idols.jpg

Le groupe né en 1987 pratiquait un glam influencé par Mötley Crue, Kiss ou Alice Cooper.

Il aura sorti 6 albums, le premier 'Gigolos on Parole' en 1989, le dernier 'Kalifornia' en 2012, après un split en 1995, il s'était reformé en 2006.

 

 

Une jeune fan sur facebook:  Rest in Dreams, Andy!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 19:05

Concert en images: Claude Le Roux!

 

La Californie se dore près de la mer

Et ne connaît pas l'été de la mer

La Californie est une frontière

Entre mer et terre, le désert et la vie....

 

Merci, Julien!

 

1468554 10152024663010053 1029694135 n

Deux groupes en provenance du Golden State à  La Rotonde, Deap Vally et JJUUJJUU!

1425741 10152022078690053 2115125824 n

 JJUUJJUU

1452542_10152022079420053_418914377_n.jpg

Un duo  Phil Pirrone ( Moon Block Party)  + Andrew Clinco ( Incan Abraham) pratiquant un psychedelic/ trance-y rock stoner et ayant un EP à leur actif  'FRST EP'.

Pour la petite histoire, la presse people  indique que Phil semble être le conjugal de Julie Edwards, drummer chez Deap Vally!

1452353_10152022079300053_746407136_n.jpg

 

537250_10152022079045053_944202004_n.jpg

C'était comment, Nathan?

... thanks for the awesome gig yesterday! It  blew me away...

1458458_10152024661050053_470044501_n.jpg

 

Deap Vally

1463318_10152024662670053_1876809293_n.jpg

 Lindsay Troy (chant, guitare) et Julie Edwards (choeurs, batterie)-  Un album, 'Sistrionix'.

Chevelures ébouriffées, mini-shorts seyants, bare legs, flanquées d'un  moustachu à la gratte, les nanas ont balancé leur garage rock tantôt bluesy, tantôt glam aux fans ravis.

Thelma et Louise nous rappellent les White Stripes du début ou les Black Keys!

1463525_10152024662045053_216425154_n.jpg

1459255_10152024662800053_1999686080_n.jpg

Rien à ajouter, Angelo?

 Jesus Christ. I fuckin love these chicks...

Tu ne sembles pas être le seul!

 

1468651_10152024660900053_559460330_n.jpg

 

 

Photo de la setlist!

  1471930 10152024663805053 2143117211 n

Repost 0
Published by Claude Le Roux - dans Concerts
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 09:32

Concert en images: Luk Stiens!

 

Septième édition de l'événement 'Toernee Mondi’Alle' pendant lequel plusieurs cafés  du centre historique de la fière cité ayant vu naître Adrien-François Servais et dont la Sint-Martinusbasiliek, récemment restaurée, abrite la Zwarte Madonna, objet d'un pèlerinage bisannuel, organisent des concerts, comedy shows, deejay sets ou des lectures poétiques.

 

De Vaantjesboer ( Maandagmarkt 16) est un des vieux estaminets participant à la fête, pour ta gouverne, les Vaantjesboeren est le surnom des Hallenaren depuis le Moyen-Age.

 

Au programme: The Buckshots.

1397076_10202596245055416_659075378_o.jpg

Un rootsband ( hillbilly, rockabilly, country..) campinois, né en 2005, auteur de l'album ' Broomstick Buckaroo' plein de twangy guitars, de Buck Owens feel et de western waltzes à tomber par terre.

1450741_10202596248015490_958459652_n.jpg

Comme toujours des mouvements au sein du line-up.

Il semblerait qu'en 2013 les Buckshots se nomment  Flip Geudens (lead vocals/guitars), Tom Hermans (guitars/vocals) , Tom Proost (double bass), Els Oostvogels ( vocals) et Joris Verdonck ( drums).

1463159_10202596246815460_1891884043_n.jpg

1454697_10202596249175519_923826094_n.jpg

Leur calendrier annonce un gig au Zilvermeer (Mol) le 20 décembre et le lendemain au 't Hoekske à Gierle.

1463067_10202596247935488_1789051577_n.jpg

Le titre de George Jones ouvrant l'album!

1463050_10202596244015390_1238735450_n.jpg

1454975_10202596242935363_553606862_n.jpg

Repost 0
Published by Luk Stiens - dans Concerts
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 21:03

Le billet de JPROCK:
1450880_486534468129823_341125275_n.jpg
Avec sa voix angélique, Asgeir Trausti Einarsson fait le buzz dans les salons musicaux branchés.
1458494_486534471463156_1358246422_n.jpgLe jeune homme dont la voix fait penser à celle de Bon Iver semble être le nouveau diamant brut en provenance d'Islande.
Son premier album en anglais "In the Silence" a été réalisé avec l'aide du chanteur australien John Grant et il n'est pas très étonnant dès lors que la Rotonde du Botanique  affiche complet ce soir. 

Le concert était d'ailleurs à l'origine prévu au Witloof Bar avant d'être transféré à la Rotonde vu la demande plus importante de places.
Que dire donc de la prestation d'Asgeir ?
Flanqué de ses quatre musiciens ( guitare, synthés, basse et drums) l'artiste n'est pas bavard et s'avère ne pas être très à l'aise sur scène.
Dès le premier titre il se plante devant un pied de micro réglé au moins trente centimètres plus bas que la hauteur de son visage ce qui fait qu'il chante quasi plié en deux, les yeux braqués vers le sol. 

Au niveau de la communication avec un public on a vu mieux !

 Et après quelques titres il faut bien avouer que la vue de son bonnet au premier plan 541525_486534358129834_2113072462_n.jpgcommence à être plutôt lassante.
Musicalement parlant par contre c'est du très haut vol, même si on peut lui reprocher une certaine similitude dans les compositions et un statisme peu emballant.
Pendant 70 minutes l'Islandais partagé entre les claviers et la guitare et dont les morceaux sont chantés en islandais ( il semble peu à l'aise en anglais!) va nous jouer la plupart des titres de son album avant de repartir sous une jolie ovation.
A-t-on eu devant nous ce soir un futur grand ?

 L'avenir nous le dira.

 Mais sur base de ce que j'ai pu voir et entendre ce soir, le diamant est brut et ne demande qu'à être finement ciselé.
1466182_486534411463162_158124126_n.jpg

994977_486534498129820_1467292034_n.jpg
Texte et photos: JPROCK.

SETLIST :1. "Going Home", 2. "Lupin Intrigue", 3. "Ocean", 4. "Summer Guest", 5. "On that Day", 6. "Higher", 7. "Head in the Snow", 8. "Shoote the Pain", 9. "In the Silence", 10. "Nù Haen Blaes", 11. "King and Cross", 12. "Was there Nothing",13. "Torrent".

 

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 15:59

Permutation de salle de dernière minute au Bota: Àsgeir à la Rotonde et Glasser dans la cave!

C'est dire que les préventes pour Cameron Mesirow n'étaient pas mirobolantes.

1455916_1437855049761622_2082613412_n.jpg

Un support: Brain Rain!

964364_1437850313095429_828175125_o.jpg

Te casse pas les méninges, ne cherche pas de midi à quatorze heures, Brain Rain, c'est le projet indie/electro de deux demoiselles originaires de Lituanie mais résidant à Bruxelles: Gota Slick, la blonde, peinture de guerre bleue assortie à son uniforme  ( voix, electronics)  et Eliza Lozovska ( backing vocals, guitar, electronics).

Elles ont participé au Concours Circuit Electronique organisé par Court-Circuit, leurs soundscapes filmiques, tendance new age aérien peuvent s'entendre sur Soundcloud.

Sur scène, elles sont flanquées d'un bassiste/ claviériste ( Jules Fradet) et d'un gars non-identifié ( more electronics), que les filles ont caché derrière un pilier.

Quarante minutes agréables, satinées et esthétiques. 

1421293_1437850473095413_1259873_o.jpg

1399002_1437850643095396_1058612834_o.jpg

1404951_1437851313095329_1427520394_o.jpg' Haunted Swing ', sonorités synthétiques apaisantes et projections thématiques, du Debussy électronique, un mouvement plus rythmé annonce le chant de Gota que tu ne confondras pas avec Grace Slick, ni le même registre, ni le même look.

Si tu tiens absolument à établir des rapprochements, on peut te proposer MS MR ou SX de Courtrai.

'Arms wide open', ponctué par une basse aux pulsations rythmiques , fait preuve d'un potentiel radiophonique évident.

Mêmes climats éthérés pour  'Face to Face', tandis que 'Hunger', fredonné à deux voix, te balade dans des fonds marins riches en coraux, algues aux formes étranges, poissons-clowns et autres variétés multicolores.737278_1437851366428657_1110907483_o.jpg

Next song is called 'Too much', en français 'Too Much'.

Pourquoi tu ris, JP?

Dark ambient et sensibilité romantique, beau et mélancolique comme 'Le voyageur contemplant une mer de nuages' de Caspar David Friedrich.

A new one, ' Giant Trees', nous emmène du côté de la Forêt amazonienne.

Eliza: this is our dance sonck, Wesley, 'Maybe tomorrow will be longer', effectivement sur l'écran les otaries dansent.

La dernière: ' Waiting can kill'... longue et désespérée fut l'attente...

Un concert décoratif!

 

1401426_1437854953094965_1415839860_o.jpg

 

Glasser

980669_1437854316428362_555707339_o.jpgPremière surprise Cameron Mesirow, aka Glasser, n'est pas seule à fouler la scène, tu pouvais te douter qu'elle ne serait pas uniquement accompagnée de samples et de visuels, en apercevant tout un jeu percussif, comprenant, e.a., une dizaine de cloches ou de cowbells, une sorte de xylophone électronique, des pads et le sampler, la jeune personne ( non présentée, flûte alors), aux traits asiatiques, abattra un boulot incroyable aux côtés de la fille de Casey Cameron ( Human Sexual Response) et d'un membre du Blue Man Group , troupe de théâtre avant-garde.

Un second album, 'Interiors' et une mini-tournée européenne.

Au centre de la scène, avec un air de petite fille sage et une robe à motifs géométriques ayant pu être dessinée par Mary Quant, Glasser. A droite la fabuleuse multi-instrumentiste, un écran en fond de scène, un moniteur géant à gauche, sur lesquels sont projetés de lumineux visuels futuristes créés par 1412703_1437854619761665_2018607043_o.jpgJonathan Turner.

Pas de setlist, compte-rendu à l'aveugle!

'Shape',  évidemment qu'il faut citer Björk , tu peux ajouter Lykke Li si ça te chante, mais la bizarre voix enfantine de Cameron vient rapidement s'incruster dans ton cerveau pour ne plus lâcher prise.

Arrangements subtils,  ton dramatique, mélodie déstructurée, acrobaties vocales... fi de la banalité et des stéréotypes!

Tout aussi arty, 'Forge', comparer Brain Rain, le support, et Glasser revient à mettre en balance Vasarely et Vassily  Kandinsky.

'Exposure', le magicien d'Oz en mode electro sur beats caoutchouteux et bas-reliefs asiatiques.

Un superbe clip illustre le pointilliste  'Design', tandis que sur scène Miss Mesirow entame un pas de danse  plus géométrique que voluptueux.

1404842_1437854443095016_1045623786_o.jpg

1425360_1437854726428321_2057637071_o.jpg

'Landscape', un voisin avance Bat for Lashes on ne le clouera pas au pilori, ce paysage urbain futuriste doit beaucoup à Antonio Sant'Elia.

'Dissect', pas de sang sur la table d'André Vésale, le disciple d'Hippocrate dissèque un minéral.

On insiste, une nouvelle fois, sur l'incroyable besogne abattue par la musicienne de l'ombre.

Un timide sourire, temps mort, je dois relacer un de mes escarpins.

Un moment tragique durant 'Keam Theme', la ballerine s'effondre théâtralement, poursuit son chant à même le sol pour se relever sans égratignures et achever le morceau.

Elle s'évente, je meurs de chaud, pas vous, en avisant une demoiselle, and you wear a coat... une danse épileptique, elle entame 'Apply' sur fond tribal.

 Quelques halètements évoluant en  aboiements décorent ce titre du premier album.

Chaque fois que je joue 'Apply' sur scène, ça ne rate pas, j'ai le nez qui coule.....hi, hi, hi...

Le féérique 'New Year' précède 'Mirrorage', ses Ooh-ah ooh-ah ooh-ah ooh-ah…et sa chorégraphie de marionnette désarticulée.

Only one more, pas besoin de quémander un rappel, le mélancolique ' Divide' et ses effets de voix élastiques, puis un petit final jazzy avant de nous saluer et de se diriger vers le merch. stand.

1403043_1437854646428329_684387067_o.jpg

Un fascinant concert s'éloignant des sentiers battus!

 

Photos: JP DANIELS

Repost 0
Published by Michel/photos: JP DANIELS - dans Concerts
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 09:18

Concert en images: JP Daniels

 

Configuration flex au Depot  pour le show de  Yo La Tengo!

966087_1437551689791958_1459511982_o.jpg

L'indierock band de Hoboken fêtera bientôt ses trente ans d'existence, en 2013 il a sorti l'album 'Fade' , le treizième enregistrement studio.

1451515_1437551879791939_1752721513_n.jpg

La firme de disque Matador annonce:

 

Fade is the most direct, personal and cohesive album of Yo La Tengo’s career. Recorded with John McEntire at Soma Studios in Chicago, Fade attains a lyrical universality and hardwon sense of grandeur that’s rare even for this band.

1398108_1437552279791899_2144059669_o.jpg

Ira Kaplan ( vocals, guitar) , Georgia Hubley ( drums, percus)  et James McNew, le bassiste depuis 1992 ,joueront deux sets: a soft one et,après la pause, un programme plus musclé, noisy et expérimental.

1405059_1437552346458559_999523307_o.jpg

1404424_1437551759791951_549329612_o.jpg

En principe le trio change de setlist lors de chaque représentation, un aperçu de ce qu'ils ont joué la veille à Utrecht!

1403332_1437552226458571_1750253011_o.jpg

Stupid Things    Moby Octopad     Super Kiwi     Stockholm Syndrome    If It's True   The Point of It      Double Dare   I'll Be Around   Before We Run    Nothing to Hide    Nothing But You and Me   Tom Courtenay   Ohm    The Story of Yo La Tango  

Encore:       Autumn Sweater         Speeding Motorcycle  (Daniel Johnston cover).

1421058_1437552166458577_1843313952_o.jpg

Repost 0
Published by JP DANIELS - dans Concerts
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 07:28

Junior Murvin ( 64 ans) est décédé à l'hôpital ( Port Antonio) ce 2 décembre, il souffrait du diabète et d'hypertension depuis quelques temps.

Junior Murvin était considéré comme the most prolific reggae star of the late '70s, il avait modelé son falsetto en écoutant Curtis Mayfield.

JuniorMurvinC20050812.jpg

Il entame une carrière musicale sous le pseudo de Junior Soul et sort quelques singles, puis il se produit dans les hôtels fréquentés par les touristes US à Kingston.

 1976, il passe une audition chez Lee "Scratch" Perry qui produit le smash - hit  'Police and Thieves' qui connaîtra une carrière encore plus fulgurante avec la reprise des Clash.

Murvin sortira sept albums, la dernière trace discographique étant le simple ' Wise Man' sorti en 1998.

 

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents