Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 02:59

GALLOWS POLE

(Led Zeppelin Cover Band)

Live At “Le Bateau Ivre” 7000 Mons 19.05.2012

Whole-Lotta-Love-Medley_1.JPG

Samedi je me déplaçais à Mons pour aller voir et surtout écouter ce qui est pour moi un des

tout meilleurs groupes de reprises de Led Zeppelin que j’ai pu voir !

Oui, Ils sont belges et bourrés de talent et contrairement à des groupes où on accorde plus

d’importance au visuel (je ne citerai personne) GALLOWS POLE peut vraiment s’en passer car

ils ont compris et ingéré l’esprit de Led Zeppelin.

Jacques ESTIEVENART, leur nouveau chanteur, a fait un boulot impressionnant en ingérant

le répertoire du groupe en 5 mois à peine et, si de temps en temps il y a un très léger

flottement, Jacques le fait passer avec tout son métier à un point tel que seuls les vrais

fondus et puristes peuvent le remarquer, chapeau Man !

Leur interprétation du répertoire du dirigeable est extraordinaire. Ce n’est pas du » note à

note » comme certains tentent de le faire, mais c’est du vrai live qui sent la poudre, qui flaire

bon la folie que générait le groupe dans les années 70. Je préfère ça à un type qui copie le

moindre battement de cils de Robert Plant à tel point que ça en devient gênant. Un type qui

a la voix de Brian Johnson et ne s’attaque à aucune des montées vocales du célèbre Robert

(non, je ne donne toujours pas de noms).

Gallows Pole revisite le catalogue de Led Zeppelin en y apportant ses touches personnelles

sans jamais manquer son but. Chaque morceau fait mouche et je sais de quoi je parle croyez

moi.

Si vous voulez prendre un bain dans les seventies de la bande à Jimmy Page , c’est GALLOWS

POLE que vous devez aller voir d’urgence. Ce groupe mérite 100 fois mieux que ce qu’ils

connaissent actuellement et un petit coup de pouce ne serait pas de trop pour les propulser

à la place qu’ils peuvent revendiquer de plein droit.

Whole-Lotta-Love-Medley_2.JPG

Line Up :

Franco CRAVOTTA : guitars

Vincent NICOTRA : Drums

Thierry LEBON : guitars, backing vocals, darbouka

Jacques ESTIEVENART : Vocals & harmonica

Mario : Bass guitar

 

Voici la setlist de leur dernier concert :

 

01. Good Times Bad Times.

02. What Is And What Should Never Be.

03. Heartbreaker.

04. Living Loving Maid (She’s Just A Woman).

05. Custard Pie.

06. Thank You.

07. Ramble On.

08. Since I’ve Been Loving You.

09. Gallows Pole.

10. Celebration Day.

11. Nobody’s Fault But Mine.

12. Black Dog.

13. Kashmir.

14. Four Sticks.

15. Stairway To Heaven.

16. Whole Lotta Love (Medley Including : How Many More Times & Bring It On Home)

17. Immigrant Song.

 

Encores :

 

18. Bron-Yr-Aur Stomp.

19. Rock And Roll.

 

 

A mon sens, « LE » temps fort du concert c’est l’interprétation de “Four Sticks”.

C’est entre la version de Led Zeppelin et celle de Page &Plant, tout simplement FA-BU-LEUX,

des frissons partout.

Je résumerai le concert en me levant et en applaudissant à tout rompre. Bravo les gars et

merci de rendre hommage à Led Zeppelin comme vous le faites.

Vincent_Jacques---Mitch.JPG

Consultez leur site internet et leur page Facebook pour vous informer de leurs prochaines

dates, c’est « The Place To Be »

 

https://www.facebook.com/pages/Gallows-Pole/253417051375514

 

http://www.gallowspole.be/index.html

 

By Mitch « ZoSo » Duterck

Repost 0
Published by Mitch “ZoSo” Duterck - dans Concerts
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 15:04

Ladies rule: virons ces mecs incapables, les nanas au pouvoir!

 

Quel cirque, hier soir  rue de l'Enseignement, lors de la nuit n° 8: fous rires, larmes, French rock, chansons à texte, blues, gospel,  sincérité, émotions intenses, folie, énergie brute, humour provocateur ou décalé, dérision, talent... la totale!

Tu me dis... bof c'est pas de l'indie, c'est de la variété Grand Public, je hausse les épaules et je souris, comme Didier, Bernard, Milou, les deux nanas qui travaillent dans le spécial à Soignies et des milliers d'autres... de la variété de cette tenue on en veut tous les soirs!

 

Nadéah

DSC06209.JPG

Une grande blonde, des couettes, des bas résilles habillant des guibolles attrayantes...

Bonsoir, je m'appelle Nadéah et je suis bien contente d'être avec vous..   un accent Petula Clark prononcé.

La première grosse claque de la soirée que cette fille nature, Nadya Miranda, originaire de Melbourne et ex- Nouvelle Vague ( quel dénicheur de talent, Marc Collin!), the  loveGods ( 2 albums), ou B for Bang de Katia Labègue.

Elle a sorti un album en 2011, 'Venus gets even', et, au Cirque, elle est accompagnée par un trio pas con: Antoine Simoni, issu du jazz, à la basse/contrebasse - David Chalmin, sound engineer pour le CD, à la guitare et Emmanuel aux drums.

 ' Whatever lovers say' ouvre le bal, un rock cabaret remuant , déjà les premiers rangs bougent  les fesses, tandis que la belle, emmitouflée dans un un caban hivernal, arpente la scène de long en large.

Elle se saisit d'une acoustique, une ballade pop sensible:  ' Suddenly afternoons'.

Toute la bande en fingersnaps, une contrebasse Blue Note, une claque magistrale avec le jazzy/blues bilingue, imparable ' Pinot Noir and Poetry for Breakfast' , du Billie Holiday blond, délirant et déluré.

Un saut dans les douves, elle vient se frotter aux curieux ébahis et enchantés par ce timbre chaud.

Adieu le manteau et les bottillons,I pick up my blue guitar, vous allez voir a true guitar hero, je suis le Jimi Hendrix en jupons , un nerveux et saccadé ' Scary Carol', finissant en clin d'oeil Christmas Carol,... Santa Claus is coming to town... façon Mary Poppins!

Derrière un piano, une soul pop ballad à la Joss Stone, ' Nobody but you'.

DSC06207.JPG

 

 

T'es amoureux , questionne Didier?

T'as rien entendu...

Présentation des garçons, some handclaps, un gospel: le hitsingle ' Odile' , après un virage swing, le truc devient carrément méchant rock , les guitares crachant des étincelles.

Un coup de pied au guitariste , un saut périlleux dévoilant ses dessous, cette nana a mis le Cirque en poche en 30', à peine!

Nadéah, I think I'm in love!

DSC06227.JPG

Anaïs

L'équipe technique s'affaire et en un temps record le matos d'Anaïs Croze et band est monté.

Obscurité, un microsillon:

 Si j´étais une cigarette

Tu me tiendrais entre tes doigts

Et sous le feu d´une allumette

Tu me ferais flamber pour toi...

DSC06225.JPG 1949 , Eliane Embrun ( Louis Poterat/ André Salvador).

En douce, trois musiciens se pointent avec, e.a., aux  platines/ scratch DJ Netik, un drummer et un guitariste, la rengaine  vire disco/scratch/rock incendiaire,  la fille de Grenoble apparaît en costard et noeud pap noirs, rose  rouge à la boutonnière + melon, sans bottes de cuir, une meneuse de revue époque Maurice Chevalier.

Elle nous assène sa version iconoclaste de 'Si j'étais une cigarette', une des pièces maîtresses de son dernier CD de reprises de vieilleries françaises méconnues, non tu compares pas avec Bruel, ' A l'eau de javel', un truc décapant, tu l'as compris!

La suite sera encore plus dingue ' Je n'embrasse pas les garçons' ( Carmen Sévilla/ Georges Guétary) , devenu  rock kazoo western swing.

Délirant!

A poil, gueule un quidam!

Il est un peu tôt, fuse la réplique.

Allez, vous avez droit à une connue, quoique pour vous emmerder j'ai transformé les lyrics ,  ' Quizas, Quizas, Quizas', le boléro à la sauce dub dérape pour se muer en James Bond Theme grandiloquent.

T'es plié en deux, t'es loin d'avoir tout subi.

Marie Dubas ' Le tango stupéfiant' ( 1936) à prendre dans tous les sens.

Elle démarre en onomatopées exotiques avant de s'attaquer au tango.

On n'a pas inventé les toxicomanes en 2012... j'ai fumé de l'eucalyptus et je m'en vais à la dérive..., soudain Francis Carco vire Donna Summer ' Love to love you baby' , une overdose de naphtaline?

Fait show, bye bye papillon et jaquette.

Les sixties, le yéyé, Evy, ' Maman retire  tous les tapis', chef-d'oeuvre méconnu sur fond twist débridé.

Un boute-en-train infatigable, la môme.

Justement, voilà Piaf à Hollywood ...Oh, my Lord... un blues noir, chanté d'une voix admirable, car elle sait chanter, la nénette... oui, mais, on est à Bruxelles, pas chez Barack, après quelques simagrées une version corde sensible de 'Mon Dieu'.

Ta voisine pleure!

Flash-back MTV Awards 2007, Justin Timberlake 'Rock your body', puis des grimaces Fernand Raynaud/ Bourvil, elle avale un ballon de mauvais rouge, titube, joue le poivrot et attaque 'Mon anisette' , Andrée Turcy,1932.

Hilarant!

Pas bien de rire, Messieurs, l'alcool cache un mal-être profond.

Les rires redoublent!

Encore un ou deux couplets en hommage à la Disco Queen dont 'The Last Dance', suivi d'une reprise de moi-même , le slow vache ' Christina', avec la ligne qui à elle seule valait le déplacement... sans tes couilles tu serais peut-être moins con...

DSC06236.JPG

 

Bruxelles, je vous annonce que ceci est ma première tournée d'adieu, voici la dernière: 'Sombreros et Mantilles' Rina Ketty, une sevillana scratchée mieux que Carmen chantée en duo par Tino Rossi et Jean-Luc Fonck.

Olé!

Une ovation, deux oreilles et la queue du taureau!

DSC06269.JPG

Il sera 22:15' lorsqu'une musique introductive annonce l'arrivée imminente de La Grande Sophie

DSC06290.JPGLe band en éclaireur, de super musiciens: Phi­lippe Almos­nino : Gui­tare-Mathieu Denis : Basse — Cla­vier & Violoncelle-Ludo Leleu : Cla­vier-Jef­frey Bou­dro : Bat­te­rie

Ils attendent le bon vouloir de l'enfant de la Comtesse: Sophie Huriaux, 1mètre 86, cheveux de jai, teint blanc, élégante robe noire dévoilant son dos, l'aristocrate, la Grande Sophie!

Intro aux claviers, le symphonique ' Ma radio' sur son dernier CD ' La place du fantôme' .

Excellente entrée en matière.

La suite sera à l'avenant!

Le lucide, lyrique et mélodramatique ' Tu fais ton âge', beau comme 'Le bal des Laze ' de Polnareff.

Elle cueille une acoustique et salue Bruxelles avant d'amorcer en vocalises sur fond de contrebasse le charmant  'Quand le mois d'avril' que Philippe Almosino décore de lignes Lynchéennes.

Un country rock galopant ' Ma Romance', Sophie virevolte, Bruxelles envoûtée bat des DSC06311.JPGmains en mesure.

Elle s'installe sur une grosse caisse, la ballade  poétique, douce- amère, 'Suzanne', Bruxelles retient sa respiration.

Pour pleurer après l'hommage à Donna Summer, une version bluesy de ' Hot Stuff'.

Merci, Sophie, mille fois merci!

Epoustouflant!

Un violoncelle, un piano discret, pour un titre de 2004 ' Du courage', la salle vibre et accompagne en tapant des pieds.

' Sucrer les fraises' délicieux même sans Chantilly, joli comme du Françoise Hardy, elle enchaîne sur le singalong irrésistible: 'Ne m'oublie pas'.

DSC06254.JPG

 

 

DSC06262.JPG

Bonne humeur généralisée, sourires béats, le bonheur...

Sur la lancée , une intro psychédélique pour ' Ecris- moi' qui prendra des teintes Goldfrapp.

Superbe jeu de guitare et halètements hypnotiques.

Baguettes en main,  gros coups sur la caisse, méchants beats , place au  flashy glam rock 'Bye bye etc', après lequel elle présente l'équipe.

En veine disco/funk ' Dans ton royaume', ça pompe rond, Bruxelles se déhanche, la guitare gicle, la basse pulse, Sophie en mode sensuel.

Un de ses premiers succès ' On savait' ( Devenir grand), ...on savait, on savait que ça n'allait pas durer... repris par  plus de 700 voix , les rêves adolescents revivent!

Le set s'achève avec ' Quelqu'un d'autre', une dernière rengaine accrocheuse finissant en rock suant.

Euphorie générale!

DSC06271.JPG

Bis

A genoux face aux premiers rangs, une version slow/ fable  de' Petite Princesse' ( un rock sur l'album 'La Suite') , descente dans la fosse, elle déambule, éclairée par un spot, tout en vocalisant.

Etincelante Sophie qui invite les gens assis à se coller au podium pour le second rappel.

Tous sur une ligne pour  un ' Je ne changerai jamais' d'anthologie!

DSC06319.JPG

Ne change pas Sophie, c'était parfait!





Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 02:27

 Lorsque Paul Hester quitte le success band australien Crowded House, en 1994, il est remplacé par

Peter Jones, un ancien prof de Liverpool, ce session-drummer fera partie du groupe des frères Finn jusqu'au split de 1996.

Crowded_House-Recurring_Dream_-album_cover-.jpg

Lors de la reformation en 2006 il cèdera la place à l'Américain Matt Sherrod ( ex - Beck).

Avant l'aventure Crowded House, Peter officiait au sein de groupes obscurs: Harem Scarem, Stove Top ou encore avec le rock band de Melbourne Lucy's Crown.

640x392_85030_215115.jpg

( Peter Jones on the right)

Après le split, il tient les baguettes chez Deadstar, rejoint à la basse par un autre transfuge de Crowded House: Nick Seymour!

 

 

Le décès serait dû à une tumeur cérébrale cancérigène, Peter Jones était âgé de 45 ans!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:34

Le billet de JPROCK :

Dans le cadre des Nuits Botanique que Baxter Dury se produisait ce soir à l'Orangerie .
Lorsque j'arrive devant la salle il est 19h45 et le public  est plutôt clairsemé. Les gens arrivent de plus en plus tard pour ce genre d'évènement ce qui leur évite de devoir parfois se farcir des premières parties peu emballantes.

522785_220346728081933_100003198218121_350747_1011697506_n.jpg

 

Ce soir nous aurons droit tout d'abord à Oh Burgundy, duo pop minimaliste from Brussels.

 

 

DSC08902.JPG

Avec de jolies harmonies vocales soutenues par une guitare et un synthé, beaucoup de douceur mais des titres pas toujours très inspirés, le duo laisse entrevoir un joli avenir et une marge de progression indéniable. Ce n'est que leur troisième gig, laissons leur le temps de mûrir.


On enchaine ensuite avec Leaf House qui disons le tout de suite m'a somptueusement ennuyé.
Les liégeois et leur folk teinté d'electro beats assommants ne sont pas du tout ma tasse de thé et leurs compos très similaires dans leur structure et assez décousue ne m'ont absolument pas touché même si le guitariste chanteur a une assez bonne voix.

DSC08907.JPG

 

Désolé, chacun son truc, moi ça ne m'a inspiré qu'un immense bâillement d'ennui. Pour amateurs donc...


525042_220348868081719_100003198218121_350758_571017236_n.jpgAu fil du temps l'Orangerie s'est finalement bien remplie et affiche presque complet lorsque sur le coup de 22h Baxter Dury et son band font leur apparition.
Le fils de Ian a su finalement au cours du temps se faire un prénom et son dernier album "Happy Soup" est en tous points remarquable d'inventivité, et peuplé de compos de grande qualité alliées à plein de bonnes idées.
Jouant à fond la carte du dandy nonchalant, chemise blanche et veston beige sur pantalon noir, cannette de bière ou verre de whisky à la main, Baxter campé sur un pied de micro placé au beau milieu de la scène  nous livre avec brio ses titres évoquant  ses ex petites amies, ses déboires, et sa vie de bohème. On retrouve dans sa musique quelques influences indéniables du jazz-punky de son père même si la pop du fiston est un poil plus ludique. A sa gauche une claviériste- choriste en mini robe lamée argentée est indéniablement l'atout charme et sexy de son show. Raaaah... !!
Le band groove comme on aime, et en 75 minutes durant lesquelles il passe de temps à autres aux claviers et alterne avec le même talent énergie et émotion (Oscar Brown, magnifique !) entrecoupées de dialogues humoristiques avec son public Baxter a convaincu les derniers sceptiques qu'il faudra désormais compter avec lui pour la décennie à venir.
Un concert trois étoiles !

561282_220349328081673_100003198218121_350760_1297442308_n.jpg

547169_220345791415360_100003198218121_350740_764112626_n.jpg
Setlist :
Francesca's, Isabel, Claire, Leak, Afternoon, Happy Soup, Trellic, Picnic, Babies, Brixton, Th Sun, Lucifers, Oscar Brown, Cocaine man, Love in the Garden.

156288_220347914748481_100003198218121_350755_115348860_n.jpg

Repost 0
Published by JPRock - dans Concerts
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:33

  Fred Cerise combine un exceptionnel concert de dernière minute dans le spacieux loft de Bernard, des connaissances lui font savoir que  Jon AuerThe Posies, Big Star ) sera dans le coin le jour de l'Ascension et cherche un petit gig à Bruxelles.

En moins de deux le deal est signé et une trentaine de veinards auront l'occasion d'assister au récital confortablement installés dans le boudoir bruxellois.

7221388764_225af578bb_n.jpg

Flanqué de sa charmante compagne, Tiz Aramini, avec laquelle il a monté un nouveau projet, Dynamo Royale, le gars de Seattle est tous sourires et, verre de pinard à portée de main, converse avec les convives, parmi lesquels tu reconnais un Monotrol Kid nous rappelant qu'il se produira à Toogenblik le 1er juin.

7221390768_c6bcaea3e6_n.jpg

20:30', c'est l'heure, il ramasse la guitare que Samuel lui a prêtée et entame, en mode rustic folky  ballad, 'Tears' , plage des Chameleons, que tu retrouves sur son album de covers de  2001 '6 1/2' !

Hello, I'm  Jon Auer et la sirène que vous pouvez entendre sur le boulevard, it's the police, they're looking for me, they know I had to play here...

Comédien!

You probably know me from The Posies, un groupe que j'ai formé avec Ken Stringfellow et qui existe depuis l'aube des temps, d'autres m'ont peut-être vu avec Alex Chilton au sein de Big Star, j'ai également joué avec Van Halen, mais n'étant pas kaaskop ils ne m'ont pas gardé..

Comédien, bis!

7221397434_57e1e09828_n.jpgCe soir vous aurez droit aux morceaux les plus sinistres de mes albums solo!

Voici ' The year of our demise' sur mon debut LP '  Songs From the Year of Our Demise', une de mes chansons gothiques, d'ailleurs, à l'époque je ressemblais à Robert Smith.

Pop noir de haut niveau!

J'ai composé ' Lady Sweet' pour Big Star , la lady est vraiment sweet!

' Six feet under' a une histoire: vous connaissez la série qui a fait un tabac Outre-Atlantique, j'avais écrit ce titre, on me proposa de l'utiliser pour certains épisodes du feuilleton, je me préparais à acheter une Cadillac, lorsque le créateur, Alan Ball ( celui d'American Beauty), estima que cet excellent morceau ne pouvait avoir le même intitulé que son enfant, adieu jackpot, fuck the ball!

D'une beauté  triste!

Any requests, Brussels, pas de Shaggy, Backstreet Boys ou Sandra Kim s v p!

Radiohead, propose Gaston, 'Septembre gurls' ( Big Star) avance Samuel!

Ok, Samuel!

Des filles assez excitées, riffs de guitare mordants!

En 2010, après un hiatus de cinq années, les Posies ressortaient un album: ' Blood/Candy',  dont voici un extrait ' So Caroline', une lovesong allègre aux effets ondulants.

Let's see if I can remember next one, sur 'Frosting on the Beater' toujours des Posies: ' 20 Questions' , moins grunge joué solo, mais  sûrement pas moins convaincant.

En 1993, les Posies découvraient l'Europe pour une longue tournée avec, notamment, Teenage Fanclub, we had a great time, le mélancolique' Suddenly Mary' ( sur  'Dear 23'), aux odeurs Lennon/McCartney, date de cette époque.

J'espère que les enfants sont couchés.. explicit lyrics, Ween ' Baby Bitch' , une catchy breaking song..I'm better now, so fuck off...

Encore une cover, un petit gars from Minneapolis, forget about Prince, Paul Westerberg,  ballade ensoleillée  à la James Taylor, 'Swinging Party'.

By the way, no drugs in here?

T'es en Belgique pas à Sluis, fieu!

Vous remarquerez  que les Canon, Nikon, Olympus etc.. are much louder than the performer.

Tu disais?

Clac , clac, clac...

Le plus gros hit des Posies ' Dream all day' et une anecdote, je la dédie au militaire français qui, lors d'un contrôle routier musclé, nous a demandé le nom de notre groupe  et s'est mis à chantonner le refrain lorsqu'on le déclina.

Il poursuit par une version feutrée et élastique, avec ou sans micro, de 'Throaway' ( 1999).

Manifestement, Jon prend plaisir au concert et ne songe pas à arrêter, le public est ravi.

Clac, non c'est pas un Pentax, une corde vient de lâcher.

 Séance bricolage, vous allez me raconter votre vie: vous monsieur?

Je m'appelle X, j'ai une mère, un père, je travaille!

Mademoiselle?

Je m'occupe de psychopathes.. et vous, cher ami?

Ik kom uit Kortrijk.

Ah yes, on the Ocean!

Right , Jon, l'Oceanus Borealis!

Hüsker Dü, Grant Hart, 'Green Eyes', que je dédie à ma petite amie dont les yeux sont bruns.

7221392220_65a6d8caba_n.jpg

7221395862_536df21651_n.jpg

 

Puis un Big Star, joué par pas mal d'artistes ( Elliott Smith, Wilco, mais aussi berk... Nickelback, je crois!, pas sûr, Jon, pas sûr): 'Thirteen' un rock repris dans les 500 greatest songs of all time; par le magazine Rolling Stones.

' Conversations' les Posies 2005, encore une ballade influencée par les Beatles, suivie d'une plage magistrale ' Coming right along'... reverb, feedback et lignes bluesy dignes de Peter Green.

Impeccable.

Un signe de Bernard, il est 22h, les voisins, la flicaille, le frigo est vide, va falloir mettre un terme au concert!

Une dernière pour les nostalgiques:  ' Blackbird', les Beatles, l'album blanc, un oiseau noir, une perle!

 

Concert généreux, un gars sympa et disponible!

 

Photos: Claude LE ROUX

Repost 0
Published by Michel/photos Claude Le Roux - dans Concerts
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 16:51

'Tôt ce matin nous avons perdu Donna Summer Sudano , une femme pleine de talents, le plus grand étant sa foi' indique le communiqué de la famille.

donnasummer176855.jpg

 

La disco queen avait 63 ans!

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 17:43

Le billet de JPROCK:

Thomas Morgan Robertson, mieux connu sous le nom de  Thomas Dolby a eu son heure de gloire dans les eighties avec quelques albums majeurs et plusieurs énormes hits comme "She blinded me with Science" en 1982 et "Hyperactive" en 1984 écrit à l'origine pour Michael Jackson.

318106_219721498144456_100003198218121_349171_559069377_n.jpg

Producteur et musicien de session, l'homme a toujours été un précurseur, et il fut associé au mouvement new pop et new wave. Aujourd'hui il revient jouer en Europe après une absence de 30 ans.

 L'AB est ce soir en mode théâtre assis jusqu'au balcon. Sur scène, une batterie , des claviers et des guitares.

Pas de support- act, le show est prévu à 20h30 et sans entracte.

C'est donc flanqué de trois musiciens que Thomas  fait son apparition sur scène.

Coiffé d'un chapeau à liseré noir et vêtu d'un veston en velours, le maître se dirige vers ses claviers et entame "Commercial Breakup". Le son est excellent.

"We'll gonna play some old & new songs tonight. Thank you for coming !"

385720_219722901477649_100003198218121_349178_690390240_n.jpg

 

Visiblement très heureux d'être là on stage, et faisant preuve d'un humour incisif dans ses anecdotes toujours intéressantes , le natif de Londres sera excellent de bout en bout d'un set qui fera la part belle à ses hits mais aussi à quelques titres tirés de de son excellent dernier album "A Map of the Floating City". Avec des compos comme entre autres," Field Work" écrit avec son ami Ryuichi Sakamoto , " Europa and the Pirate Twins", " I love you goodbye", " Spice Train" et bien sûr "She blinded me with Science" et "Hyperactive" Thomas Dolby a ravi le public fidèle qui s'est déplacé ce soir à l'Ancienne Belgique pour l'applaudir après toutes ces années et c'est devant un parterre de fans debout et enthousiastes qu'il reviendra en rappel pour  interpréter les très electro " Eastern Bloc" et " Silk Pyjamas"  joué en première mondiale !

Pari gagné pour ce retour en grâce mille fois mérité.

428514_219723791477560_100003198218121_349184_362786079_n.jpg

550481_219721251477814_100003198218121_349169_2318622_n.jpg

Setlist:

525537_219721764811096_100003198218121_349172_783961098_n.jpg

 

  1. Commercial breakup  
  2. One of our submarines  
  3. The flat earth  
  4. Evil twin brother  
  5. My brain is like a sieve 
  6. Road to Reno  
  7. The toad lickers  
  8. I love you goodbye  
  9. Field work  
  10. Spice train  
  11. Europa and the pirate twins  
  12. Airhead  
  13. Hyperactive  
  14. She blinded me with science  
  15. Encore:
  16. Eastern bloc  
  17. Silk pyjamas 
Repost 0
Published by JPRock - dans Concerts
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 14:02

Chuck Brown

alias the godfather of Go-go , le funk/soul/latin mix originaire de Washington D C in the mid-sixties/early seventies.

Chuck_Brown-239x300.jpg

La carrière du guitariste débute dans les années 60 lorsqu'il rejoint  Jerry Butler and The Earls of Rhythm pour ensuite se produire avec Los Latinos, groupe qui lui donne le goût des percussions latines.

En 1972, il est noté pour la première fois dans les charts  R'n'B avec les Soul Searchers et le tube 'We the People', plus tard ( en 1977) 'Bustin' Loose' (Part 1) lui amène  gloire et dollars, d'autant plus qu'il sera samplé par le rapper Nelly.

 

 

 

Le style du parrain influencera la scène rap et hip hop.

Chuck retravaillera des standards jazz ou blues ( 'Stormy Monday' ou 'It don't mean a thing..' e.a.) à la sauce go-go and became huge in the Washington area.

Il continuera à se produire et à sortir des albums, ' We 're about the business ' datant de 2007, peaked at number 2 on the R&B charts!

Il devait décéder des suites d'une pneumonie au  Johns Hopkins University Hospital de Baltimore, ce mercredi 16 mai!

 

Doug Dillard

180px-DougDillard

Banjo player et membre fondateur du bluegrass band 'The Dillards' s'est lui éteint à Nashville des suites du longue maladie.

A l'âge de 5 ans, il jouait de la guitare pour passer au banjo à 15 ans, encouragé par cette autre légende décédée il y a peu, Earl Scruggs.

Premier groupe en 1956, avec son frangin Rodney:  Ozark Mountain Boys, ensuite Joel Noel and the Dixie Ramblers

Début 60, il fonde The Dillards, toujours avec Rodney au dobro ou à la guitare, Dean Webb à la mandoline et Mitch Jayne à la contrebasse.

Leur premier concert à St-Louis est enregistré sur cassette et deviendra leur premier album 'Dillards Live: A long time ago'.

Le groupe signe chez Elektra qui sort un premier LP officiel ' Back Porch Bluegrass' incluant les singles 'Dooley' et  'Deulin' Banjo' .

 

 

 

Les Dillards, un des premiers groupes à électrifier son bluegrass, auront une influence majeure sur le mouvement country rock californien:  les Byrds, Eagles, Nitty Gritty Dirt Band, Poco, Flying Burrito Bros...

Le groupe connaîtra d'incessants changements de line-up et comptera en ses rangs quelques pointures: Dewey Martin ( Buffalo Springfield) , Herb Pedersen ( Emmylou Harris, Linda Ronstadt..), Byron Berline ( Flying Burrito Bros, Stephen Stills 'Manassas...) ,Glen D Hardin ( Elvis, John Denver..)!

cover.jpg

En 1967/68 Doug quitte les Dillards et s'associe avec Gene Clark des Byrds pour former Dillard & Clark et sortir deux albums considérés comme des must pour tout amateur de country rock.

 

Par après Doug Dillard poursuit une carrière solo,  alignant une série d'albums solo ou jouant en guest sur les enregistrements de quelques stars country : Johnny Cash, Joan Baez, Arlo Guthrie, Linda Ronstadt ... ou pop/rock: les Beach Boys, Nilsson, les Monkees and so on...

 

Un fan: Doug's candle burned out long before his legend ever will!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 09:13

 Les Nuits, night 5, Brooklyn à La Rotonde!

 

La soirée débute à 20:30 avec le duo d'electro minimal,  High Places!

DSC06055.JPG

Mary Pearson: vocals , electronics et Rob Barber, percussions, sampling drum pads, loops, ont sorti trois albums sur Thrill Jockey, le dernier 'Original Colors' .

DSC06051.JPG

Un set de 30' balançant entre ambient, danceable electro-acoustic pop music , soft drum 'n bass, sweet dancehall jungle, le tout porté par la jolie, mais aux lyrics inaudibles, voix de la mignonne Mary.

Sympa, mais loin d'être transcendant, car finalement fort sage et quelque peu daté. Wouty, connaisseur, affirme que ce son existe depuis une bonne dizaine d'années ( Plastikman, Richie Hawtin..), que Still Corners, Veronica Falls, Caged Animals, etc... sont plus performants.

' Even the morning' ouvre.

 Rob pratique une saine gymnastique vespérale en frappant nerveusement un tampon électronique, tandis que sa compagne bidouille une collection de boutons et trafique son timbre en maniant des effect pedals.

En arrière-plan,  un écran sur lequel défilent des natures mortes.

Second dancing track ' Altos Lugares', toujours ces sonorités caoutchouteuses et ses beats lancinants.

Beats épais et effets tribaux hypnotiques : ' Year off', Didier et cinq ou six gamines se trémoussent!

 

DSC06056.JPG

 

' Sophia' mélodie lente, baignant dans un climat feutré, drumming sobre. Soundscape idéal pour une fin de soirée à la bougie, un Armagnac à portée de main.

'Banksia'  légers relents psychédéliques sur rythmes lancinants, on passe à  ' Sonora' aux doux  cliquetis aquatiques et au timbre haletant..

' Dry lake' sera répétitif, scandé et cotonneux à la fois, le NME y entend des influences Andrew Weatherall.

La dernière, aux loops flottant: ' The Pull',  electro cosmique et ouaté!

 

PS: merci pour la setlist, Mary!

DSC06097.JPG

Friends

Formé en 2010 et nominé pour le BBC's poll 'Sound of 2012', le quintet emmené par  l'allumeuse, future diva,  Samantha Urbani, aux vocals et  teasing tricks, a laissé une forte impression aux Bruxellois ayant quasi rempli l'hémicycle.

Le second élément féminin n'est pas mal non plus, Lesley Hahn ( bass,  keys, shakers, backing vc.), le band est complété par trois boys: Nikki Shapiro ( guitar, bass, keys) - Matthew Molnar ( keyboards, percussion, bass) et Oliver Duncan (drums).

DSC06112.JPG

Leur indie pop frais et sexy brasse plusieurs genres: disco/funk, rap blanc, sixties girls pop, dance rock/punk rock, post-disco... seul but avouer: te faire bouger, et ça marche à fond!

Fat Possum doit sortir leur premier album '  Manifest' le mois prochain.

DSC06114.JPG

DSC06094.JPGSamantha, sous influence, un sourire carnassier: You look so sweet and so polite, you, guys, we're Friends from Brooklyn!

' Movement': cowbells, basse élastique, vocalises, profusion de rythmes et la voix captivante de celle qui ressemble à un croisement Cindy Lauper ( 1975)/ Wendy et Lisa (1987).

Hot!

L'équipe s'échange les instruments, Oliver attaque la suivante en frappant sauvagement caisses, cymbales et toms: ' Home', irrésistible dream pop tribale, les Beach Boys virant Tom Tom Club.

Hey Brussels, we love your town , la bière est bien moins chère que dans la Big Apple.

Un de leurs singles ayant cartonné dans les boîtes new-yorkaises: ' Friend Crush' , la délurée descend dans la fosse, vient danser aux côtés d'un barbu, se colle à une minette, gratifie Ursule d'un shampoing à sec, caresse les joues de DSC06098.JPGGrégoire, embrasse Justine tout en chantonnant ... wanna be your friend...

Elle a déjà tout compris, Miss Urbani, Lady Gaga a une concurrente de plus!

Elle rit aux éclats, next one is about dying... ' Ghosts', sexy, les zombies!

 Quelques miaulements et grincements, le saccadé et nerveux ' Ruins' , aux riffs de guitares acérés.

Une reprise de ' My Boo' , Ghost Town  D J's, du hip hop radiophonique à la sauce Friends.

'Mind Control, du white funk proche de Talking Heads avec de petites pointes pop à la Madonna ou rap à la 'Rapture' de Blondie.

Futur hit!

 Le chaloupé et exotique ' Thing like this' repose sur un jeu de basse funky en diable.

Hey, guys, do you like sunsets on a tropical beach?

Sure, darling...

Vous allez être servis: ' Sorry', tout en minaudant, elle se dirige vers nous, s'assied à côté de Didier, lui fait une cour honteuse en posant la tête sur son épaule de colosse, vient tâter son menton rasé il y a trois jours, avant de rejoindre les copains.

Ne mentionne pas mon nom, supplia Didier!

Ai failli tenir ma promesse!

DSC06130.JPG

 

DSC06101.JPG

Le hit single: ' I'm his girl', Bruxelles goes nuts!

Puis a handclapping one ' Feelin Dank', pour terminer par ' Van Fan Car Du' ( ?) , un dernier post punk funky à la Neneh Cherry!

DSC06104.JPG

Friends, un nom à retenir, ce groupe va casser la baraque!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 09:06

 Steven Wilson:

    “People talk about progressive rock as pompous, fussy, obsessed with technique, but the only thing the best progressive rock bands had in common was ambition... Yes, Pink Floyd or King Crimson, they concentrate on the album as an art form, treat the album as a musical journey that tells a story.”

STEVE_WILSON-_120514_-46.jpg

Pour te donner une petite idée de ce qui nous attendait à l' AB Box en ce lundi de mai.

Le leader de Porcupine Tree n'a jamais été classé dans la  même catégorie que  Mr Bean/ Benny Hill ou Jim Carey, il se prend même vaguement au sérieux, mais, avec lui un show approche de la perfection.

 

A 19h20', les fans purs et durs forment déjà trois rangées derrière une barrière Nadar les séparant de la scène.

Jean- Pierre, le photographe de Keys & Chords, a réussi à dénicher une place stratégiquement valable, à l'extrémité du premier rang, où il pourra travailler sans être gêné par un rideau de tulle séparant public et artiste.

Les consignes sont strictes, photos pendant trois morceaux et puis Auf Wieder Sehn, messieurs!

STEVE_WILSON-_120514_-35.jpg

20:00 pile, toujours dans l'obscurité, le drummer, Marco Minnemann ( KMB, Adrian Belew, Paul Gilbert, Kreator..) prend place  pour une intro musclée, la basse le rejoint, un look Gretchen aux couettes blondes et à la barbe naissante, Nick STEVE_WILSON-_120514_-74.jpgBeggs, ex-Kajagoogoo, ensuite les claviers, Adam Holzman ( Ray Manzarek, Miles Davis, Chaka Khan...) et le guitariste bulgare, Niko Tsonev (Jamiroquai, Richard Ashcroft...),  l'intro vire groove, puis jazz/progrock étincelant, cinquième élément, la flûte, Theo Travis ( Gong, Soft Machine Legacy, Cipher, Anja Garbarek...), ce multi-instrumentiste maniera différents saxophones, une clarinette et tapotera un orgue, enfin, apparition de l'architecte, Steven Wilson, qui vient saluer Bruxelles, encourager son équipe et participer à la confection de cette première plage ambitieuse et épique ' No twilights within the court of the sun' sur l'album 'Insurgentes'.

Sur l'écran, en background,  un jeu d'images sombres sur lesquelles se dessinent les ombres des virtuoses.

Esthétisme symboliste!

Wilson est loquace: Good evening, thank you for coming, d'une voix déformée, robotisée, du même ton d'outre-tombe il poursuit...

I’m a collector, I collect anything I find

I never throw anything away that’s mine..

Le théâtral et crimsonien ' Index' , pieds nus, il déambule avant  de s'agenouiller mains levées.

Bel effet dramatique.

Une intro au piano ' Deform to form a star', majestueuse ballade, ornée d'harmonies éthérées, digne des meilleurs Yes.

Une acoustique, sur laquelle se greffent de gros riffs de guitare,  amorce l'instrumental à la structure complexe 'Sectarian' .

STEVE_WILSON-_120514_-251.jpg

STEVE_WILSON-_120514_-114.jpg

 

Le rideau disparaît, la foule manifeste sa joie, sur scène, un jazz  fusion du meilleur effet.

L'Ancienne Belgique is one of my favourite venues in Europe, déclare le gars de Kingston upon Thames pour annoncer ' Postcard', une ballade que tu retrouves sur son dernier ( double) CD ' Grace for Drowning'.

'Remainder the black dog' une des pièces maîtresses du set, pendant un bridge instrumental il admoneste deux tristes sires, bruyants et visiblement entamés... vous pourriez pas vous tenir cois , vachers avant d'aller s'installer derrière son orgue pour aider la troupe.

Brillant solo de sax te faisant penser à If ( avec Dick Morrissey) , Nucleus ou Colosseum.

De la lave en fusion!

STEVE_WILSON-_120514_-119.jpgDeux guitares: ' Harmony Korine' suivi du léger, Pink Floydien,  ' Abandoner', légèreté passagère, une étourdissante explosion secoue la mélodie qui  peu après se meurt en douceur.

Nouvelles remarques aux buveurs, puis ' Insurgentes', titletrack de son premier effort solo et titre que le band a appris la semaine dernière.

It's a fragile piece of music, so be quiet!

Piano dominant et Nick Beggs au Chapman Stick, instrument cher à Tony Levin.

A brand new one, Brussels, d'ailleurs je l'introduis par un jingle, it is called 'Luminol' et  ce morceau imposant présente certaines similitudes avec le 'Roundabout' de Yes.

'No part of me' , fragilité et beauté seront, une nouvelle fois, agressées par de lourdes rafales sur lesquelles un sax oriental caracole hardiment.

Convaincant!

Les musiciens rock ne sont pas très futés, leurs titres traitent souvent de chicks ou, comme les miens, de serial killers, hier à Dortmund, un gars de Sofia m'a affirmé que la Bulgarie a enfanté un des plus horribles tueurs de cette terre, Niko ne le connaissait pas.

What about Belgium?

Pêle-mêle, Di Rupo, Danneels, Annie Cordy, Dutroux... fusent!

J'aimerais un silence monacal pendant l'intro, vu les Taloche...

 Prêts pour  une suite de plus de vingt minutes de prog lumineux?

'Raider II'  débute par un grand piano classique, vire ambiance film d'horreur, en quadriphonie, un mouvement vulnérable à la flûte fait place à une déflagration monstrueuse, puis vient  un chant funèbre sur coulis noir et grondements inquiétants, ça virevolte, soubresaute, des torrents de guitare, des nappés de piano, des rires, des pleurs: c'est  l'Odyssée!

Le public devient fou, le maître se barre en douce, laissant les musiciens orphelins.

Le clavier tire sa révérence, puis Theo Travis, après quelques lignes lyriques Niko rejoint la Bulgarie, seuls restent en piste la basse et la batterie.

Le Titanic prend eau de toute part, le duo plonge dans les coulisses.

1h50' de très haut niveau!

STEVE_WILSON-_120514_-181.jpg

Un bis

' Get all you deserve' avec un Steven Wilson affublé d'un masque  à gaz.

 

Les fans resteront longtemps présents après le départ du SW Band qui ne reviendra pas, qui ne distribuera pas les setlists!

 

Photos: JP Daniels

Repost 0
Published by Michel/photos JP Daniels - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents