Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 06:49

Voilà ce que titre Andalucia Critica.

Pepe Suero ( José Suero Romero) était un cantautor andaluz des plus appréciés.

PEPE-SUERO-PORTADA-DISCO-POR-LA-PAZ.jpg

Il a chanté son pays avec ferveur et chérissait particulièrement les valeurs de l'Andalou: dignité, tolérance et sens de l'amitié.

Il s'est impliqué très tôt dans un combat contre le racisme.

Il a également mis en musique bon nombre de poètes du Sud de l'Espagne.

Originalité: il décore son flamenco aux accents d'une flauta flamenca.

Sa discographie compte une dizaine d'albums dont Mi tierra es un potro (1982), Andalucía en la memoria (2002)  ou Utopía (2005).

En 2006 il est récompensé con la 'Medalla de Andalucía'.

 

 

Le chanteur est décédé le 5 juillet.

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 11:35

Depuis l'ouverture du Hard Rock Cafe sur la Grand-Place, t'avais pas encore eu l'occasion d'y mettre les pieds.

024.JPG

Un concert acoustique des Cinaciens,  Cover Age, semblait constituer une excellente conjoncture.

Un dimanche soir in the historical heart of the city par une température estivale, ça veut dire 3896 Japonais, 103 Bataves, 489 Espagnols, 701 citoyens venus du pays d'Obama, 6 petits Chinois, 489 Polonais, quelques locaux ne parlant pas le Brusseleir, 402 flics costumés ou incognito, 46 voleurs à la tire , 6 pseudo-artistes crayonnant et 8 autres chantonnant... faut traverser ce troupeau afin de t'infiltrer dans le troquet aux murs décorés de guitares ayant appartenu à quelques pointures.

Un des nombreux serveurs te confond avec un Texan ou un gars de Bristol et te propose, en anglais accent Céroux-Mousty, une imperial pint ( 1⁄8   imperial gallon).

Trop drôle, Jules, une normale dans un verre normal, tu actionnes la pompe, tu verses, tu me sers, je paye!

3€50, ok, c'est une Carlsberg, te voilà revenu 35 ans en arrière, c'était chicos d'ingurgiter des Carlsberg ou des Tuborg, pas de panique toutefois, on a évité la Heineken!

035.JPG

21:15', les vidéos font place à Cover Age!

 Geoffrey Cheuvart : guitare et chant/Michel Duterck : idem/Gérard Gosset : idem/Lionel Tillement : Drums/Jean-Luc Evrard : keyboards et chant/Stéphane Neusy : basse et chant.

Sont beaux comme des premiers communiants de 50 balais et fébriles comme une pouliche devant participer à son premier tiercé.

055.JPG

Pink Floyd ' Run like hell'!

A part ...run, run, run.... tu comprends que dalle aux lyrics, la gentille voisine qui partage ta table est dans le même cas, un son assourdi, des vocaux flottants, une bouillie indigeste, les 6 musiciens sont confinés dans un espace aussi grand que le bocal de ton poisson rouge qui a la chance d'y gambader en solitaire.

C'est pas la gloire!

058.JPGLes roadies essayent de remédier à la situation, ils sont obligés de le faire en se couchant sur le sol, la machinerie est incrustée dans le mur à hauteur des mollets de Gerard.

Les Stones, 'Sympathy for the devil', légers progrès au niveau acoustique, version luciférienne.

Nouveau break entretien de la mécanique, un ou deux coups de tournevis, lubrification, réglage de l'allumage, moins de basse, plus de claviers... OK!

Un duo Beatles ' Blackbird' et 'Hey Jude' porté par le timbre mélodieux de Stéphane, un cousin du maïeur de Bruxelles, le Freddy ( p s: tu lis post-scriptum, tu penses pas à Elio , le nez du Steph est moins vermillon que celui du copain de manneken pis).

Bon travail des bricoleurs,le son est devenu potable et tout le bistro psalmodie la ballade composée par Paulo.

The Doors ' Love me two times', super!

' Light my fire' encore mieux!

Quelque part au paradis, Ray et Jim se disent... not bad at all!

1968, Steppenwolf ' Born to be wild', en 2013 t'es un peu moins wild, mais le truc te fait toujours autant d'effet.

Peter Gabriel cède la place au mièvre Phil Collins et sort un premier album solo, voici la pièce maîtresse ' Solsbury Hill'.

Virage plein sud, une réponse au vilain Neil Young, Lynyrd Skynyrd, ' Sweet Home Alabama', même avec les acoustiques, le titre accroche!

Fin du premier set avec le délicat 'Dust in the wind' de Kansas!

015.JPG

Fernand, une Carlsberg, bitte!

045.JPG

 Back to business...

Le second set démarre en fanfare par une mouture glorieuse du 'Kashmir' du Zep.

Attention, effet stylistique que renie Jacques Mercier: 'de la belle ouvrage'!

 

053.JPG

Bizarrement, Michel oublie de créditer Bruce Springsteen lorsqu'il cite le 'Blinded by the light' en mode Manfred Mann's Earth Band.

Point deux, Manfred Sepse Lubowitz est né à Johannesburg, assez loin du UK donc!

Détails, tu me dis , d'autant plus que le rendu est de premier choix!

Un petit tour chez les Aussies, INXS, ' New Sensation', puis Supertramp ' Give a little bit'.

Ce jukebox ne contient que des perles!

... Buying bread from a man in Brussels

 He was six foot four and full of muscle

I said, "Do you speak my language?"

 He just smiled and gave me a Vegemite sandwich...

Les gars de Men at Work ( 'Land down under') sont tombés sur un nouveau belge!

Tous sur le trampoline, 'Jump', Van Halen!

On annonce Michael Stipe et son REM, les paris sont ouverts: ' Losing my religion'...c'était couru d'avance!

Allo, Bono, ça va, on est dimanche.. qu'en dis-tu?

'Sunday, bloody Sunday'!

You too?

En tant qu'ancien prof tu ne peux recommander 'The Wall' du Floyd, il n'y avait pas des masses d'enseignants dans le troquet zont tous beuglé... Hey! Teacher! Leave them kids alone!...

Un message de John Fogerty, ' Rockin' all over the world' !

Lenny répond ' Are you gonna go my way'.

Vanessa réagit:njet, elle hèle un tacard et se tire!

Vite une dernière avant le couvre-feu, Midnight oil,  ' Beds are burning', godv. les pompiers font la grève...

031.JPG

Agréable soirée, vais aller consommer une bière à 1€50 dans un petit café dont je tairai le nom!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 08:02

Le billet de JPROCK :
1010277_407145986068672_279272010_n.jpg
Grosse affluence ce soir devant le Montmartre place de la Petite Suisse à Ixelles, qui propose une affiche prestigieuse et alléchante en la personne de  Malina Moye. Considérée par le célèbre magazine Guitar World comme 995913_407146222735315_648171497_n.jpgl' une des dix meilleures guitaristes féminines du monde et surnommée "The female Jimi Hendrix', Malina Moye possède plus d'une corde à son arc et à sa guitare.
Fondatrice de label, vocaliste de talent, guitariste surdouée, Malina, sexy en diable est aussi une performer redoutable "on stage" capable de faire le show et de captiver son public d'un bout à l'autre de sa prestation.
Accompagnée par un band de six musiciens, pour qui le groove est une deuxième nature, la belle fait son entrée en scène moulée dans une combinaison satinée jaune du plus bel effet. Mais hormis une plastique de rêve, c'est surtout lorsque qu'elle fait parler sa guitare que la jeune femme impressionne.
Sa musique que l'on peut qualifier de rock-funk teinté de soul ferait danser un paralytique ! On pense à Prince, à Sly & the Family Stone, et pour la partie rock à Hendrix bien sûr.
En deux sets entrecoupés d'une pause d'une vingtaine de minutes et plus de nonante minutes de show devant un Montmartre sold-out, elle nous secoue, nous séduit et nous rend très impatients de découvrir son prochain album "Rock' n Roll Baby"( le 1er pour BDG-Sony Red) dont la sortie mondiale est prévue pour la fin de l'année. 1044751_407147172735220_431753635_n.jpg
Parmi les invités sur l'album il y aura un certain Bootsy Collins!

Car les célébrités ont déjà reconnu le talent de la guitariste américaine, comme Kenny Wayne Shepherd, Joe Bonamassa, Robert Randolph, Eric Johnson avec qui elle a déjà eu l'occasion de croiser le manche.
Elle fut aussi la première femme africaine guitariste gauchère à intégrer la célèbre "Fender Family" et à apparaître dans le très pointu documentaire anglais "Stratmaster: The greatest Guitar Story Ever Told" au côté de légendes comme Robert Cray , Mark Knopfler et Jimi Hendrix.

 En 2012 elle a aussi participé en tant qu'unique femme guitariste au "Experience Hendrix Tour" en l'honneur du célèbre guitariste disparu.

 

1044779_407159272734010_539440184_n.jpg

C'est donc forte d' une setlist qui alterne rock et funk et qui propose des titres de son futur album, d'autres plus anciens et quelques reprises, que Malina enflamme le Montmartre.

 En fin de set sa version torride de "Foxy Lady" vaut à elle seule son pesant d'or.
Après le show c'est une femme souriante et très accessible que j'ai la chance de rencontrer pour une petite discussion et une photo souvenir.
Amateurs de rock et de funk retenez son nom, car il est certain que dans les années à venir il sera bientôt sur toutes les lèvres.

947221_407148812735056_2114454145_n.jpg

Malina Moye sera probablement de retour en Belgique début 2014, d'ici là son album sera sorti dans les bacs, apprêtez vous à succomber à son groove et à son charme !

Texte et photos : JPROCK.

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 20:22

Onzième édition du meilleur festival folk du Pajottenland: Gooikoorts!

A quelle heure, Luk?

Vers midi quart!

Maman, à l'aube!

Sur place: un parking, une plaine ensoleillée, déjà du monde, une équipe organisatrice (plus 250 bénévoles) accueillante, deux chapiteaux prévus pour les concerts, une buvette couverte, merci Duvel, kinderanimatie, un marché aux instruments anciens, un restaurant, un fritkot, un snack, un paquet de jolies filles et une absence totale d'agressivité...

Le festival noir/jaune/rouge le plus sympa auquel tu as assisté dans ta courte vie.

gk13d2-591.jpg                                              ( Malicorne)

En saluant les responsables, une tuile mineure: Chemin de Fer, le groupe du Val d'Aoste devant animer le bal doit déclarer forfait.

Normal tu me dis, SNCB/ Trenitalia même sérieux, retards et suppression de trains à gogo...tu te trompes, Eustache, un accident de voiture et un avion raté.

Faudra dénicher un remplaçant, car 50% de la clientèle se déplace pour cet exercice folklorique, le boerenbal!

 

Première pils et une eau pétillante pour Luk, le dragueur, il faudra le secouer à 13:30 pour qu'il arrête de faire de l'oeil à une belle locale dont le conjoint trime à la caisse: 't is tijd, fieu, ramasse tes Nikon, la fête commence!

gk13d2-258.jpg

Concerttent ( le grand chapiteau): Broes!

A l'origine un quartette, depuis peu un cinquième membre à la contrebasse!

Anouk Sanczuk: viool ( = violon) - Dennis Allegaert: accordeon-  Florian De Schepper: gitaar ( enlève un a ajoute un u et un e)- le nouveau,  Frédéric Dothée: contrabas ( t'as compris?) et le local, Wout Van Liedekerke: percussie( ssion).

Des Gantois, sauf Wout, ayant débuté en 2009, Folkkroddels les a désignés comme meilleur débutant en 2010.

Genre?

gk13d2-181.jpgDu folk au sens large: éléments traditionnels, parfums balkaniques, un soupçon de jazz ou de pop, une incursion dans le monde country, du filmique, de la world... un machin passe-partout pas désagréable mais manquant d'âme d'après René, un puriste!

Nous, on a apprécié le côté rafraîchissant et réjouissant du cocktail proposé sans pour autant crier au génie!

Dix titres variés et chaleureusement applaudis: ' Irish Whispers', mélodie entraînante portée par un violon fringant.

Frieda et Tia ont déjà entamé un pas de danse guilleret à deux mètres du podium, avec un thermomètre indiquant 30° C, on salue leur audace!

'Poblé Sec', une station de métro à Barcelone, impossible à  débusquer - une exotique  ' Danza Arabica', puis ' Hespewespewals', du musette pour Big Bill et les guêpes - le seul titre chanté, par Wout, la cover de Ben Harper ' Steal my kisses' - retour au folk avec la gigue fluide et sentant bon la verte Irlande ' Typp-Ex'- le saccadé ' Thunderoes' peut s'entendre sur notre demo, l'accordéon caracole, le cajon s'énerve - Anouk a composé la ballade sensible' Zwarte morgen' - 'Alizé' de Frédéric n'a rien à voir avec la petite Lolita corse et on clôture par un singalong ' Eastern Eggs'.

gk13d2-276.jpg

Au pas de course vers la tente de capacité restreinte prévue pour les concerts acoustiques: Balatone featuring Gille Decock aux percussions excentriques.

Très vite l'endroit se transforme en sauna suffocant, les entrées sont filtrées, fotoman Luk, une petite nature, préfère shooter les Hoeilanders, aussi beaux que Léon du Mallemolen, et apparentés ( Tervuren), de loin, c à d en dehors du chaudron!

Au menu?

gk13d2-280.jpgDes bourrées pas dessalées, des mazurkas, polkas, valses.... proposées avec l'accent du terroir, tu entends un bruxellois époque Tichke à l'église ou du brabançon sentant les étangs de Groenendael, ça change du nouveau parler de Molenbeek, issu du régime Moureaux and co.

Tjerrie Verhellen ( un ex- Kaberdoesj), beau comme un docker pas encore bourré, Eric Mat et Johan Kayaert jouent de tout: guitares, tin whistles, vielle de gambe, banjo, cornemuse, bodhran, mandoline, trekzak ( tu lis accordéon), ils gazouillent mieux que Urbanus van Anus et, leur associé occasionnel, le Gille, même s'il ne vient pas de Binche, est du genre facétieux, un peu comme Gilles Van Binst, on l'a vu manier un washboard décoré de poêlons que Quick et Flupke s'étaient amusés à accrocher à la queue de Felix le chat de la voisine de Marie-Louise Beullemans, des bâtons, des coquilles St-Jacques, des cuillères en argent enz.. 

Ambiance folklorique in' t kot dès la première salve: 'Nieuwe patatte polka' , puis une mazurka interactive, tiens Thérèse, prends ces bouts de bois, fais du bruit, frappe sur la tête de Franz, ton époux si t'as envie - ' Bourrée à Régis/ Papillon' - ' Bille Marut' emprunté à 't Kliekske, du folk didactique - une nouvelle série de bourrées sur le chemin de Compostelle- ' Belotje' pour ma femme qui boit que du vin de messe - 'Track 13' savent pas compter, c'était la septième - le chef-d'oeuvre en péril, l'Unesco devrait intervenir, ' Wee goeter mij no d'helle' ( patatten schellen) - et le bilingue 'Petit oiseau'.

Ovation immense, suivie d'un bis dédié au voddeman.

La classe! 

gk13d2-379.jpg

Alasdair Fraser & Nathalie Haas

gk13d2-390.jpgL'ambassadeur du Scottish fiddle, flanqué de la séduisante celliste américaine qui ne ressemble pas à un lièvre!

Un de leurs albums a pour nom 'Fire and Grace', c'est bien de cela qu'il s'agit!

...  Dazzling teamwork and driving, dancing rhythms... un superbe set mixant old traditional tunes et des compositions du duo!

Pas de setlist, Alasdair et Nathalie entame le gig par une ballade mélancolique te permettant de visualiser un paysage composé d'ancient rocks devant dater de l'ère cambrienne, enchaînement sur une série de reels fougueux ou romantiques.

Du doigté, de la sensibilité, un classicisme éloquent!

Une apologie du fiddle which is a scary instrument ( sic), il y a des siècles, violon et violoncelle constituaient les seuls instruments utilisés lors des bals en Ecosse.

' The Highlander's Farewell', grâce, énergie,vivacité... Gooik savoure.

Les Scottish dance tunes enivrants se succèdent, Luk te fait signe qu'il faut penser à se désaltérer par ces chaleurs tropicales, ta pils danse sur la table.

Retour sous le chapiteau, some tunes from the Isle of Skye où Alasdair anime a violin school, visitée un jour par the First Minister of Scotland, Alex Salmon, prônant l'indépendance des porteurs de kilt.

Une suite, le majestueux ' John Mac Donald's reel' suivi par le vif ' The Referendum'.

Le dialogue courtois ' The Pitnacree Ferryman' datant du 18è siècle sera suivi by a new tune, but from the old well, ajoute le barde grisonnant, I wrote it for a wedding ( for  the bride) , il a fallu la composer en quelques heures dans la voiture nous conduisant au Nord de l'Ecosse: ‘Glenfinnan Nights’, le duo enchaîne sur a traditional reel déchaînant l'enthousiasme.

gk13d2-359.jpg

 

Coup d'oeil en coulisse, time for another suite, ok!

Please, listen to Nathalie's rock'n roll cello,  c'est parti pour une dernière envolée enflammant la tente: handclappings et stomping feet ... the joy between both musicians was palpable and infectious...indeed!

 

gk13d2-411.jpg

Pandeireta.com

gk13d2-421.jpgPlus question de pénétrer dans l'étuve akoestische concerttent, comme Luk, on suivra les faits et gestes des Galiciens bruxellois à l'extérieur.

Des émules de Ialma: chant et percussion ( le pandeireta),   Eva Fernandez Palomo ( fille de Marisol: Ialma) -Xabi Sanchez e Iglesias ( membre de A Contrabanda) - Ana Palomo Diaz  et Benoit Kensier  à la  gaita (cornemuse galicienne).

Un travail archéologique pour nous présenter des airs traditionnels de Galice.

Intéressant, mais également vite fastidieux, d'autant plus que le chant aigu des donzelles agresse âprement tes pavillons habitués à plus de douceur.

Une premier morceau ( une jota)  quasi a capella, Eva frappant un instrument agraire d'une pierre sans mousse, puis une mélopée arabisante aussi enthousiasmante qu'un choeur de pleureuses à Ramallah.

Luk a soif, il se tire,  nouvel épisode geignant suivi d'un fond sonore Exploration du Monde 'Les Chemins de Compostelle'.

Tu prêtes une oreille distraite à ces chants quelque peu désolants, ton regard étant attiré par les membres inférieurs  longilignes de la jolie Ana.

gk13d2-434.jpg

La complainte funèbre qui suit te décide à aller rejoindre Luk confortablement attablé à la buvette où se produit Nietto, groupe composé de musiciens jouant tous de la nyckelharpa.

gk13d2-522.jpg

Rua Macmillan Trio

gk13d2-547.jpgEncore un violon écossais!

Rua Macmillan est considéré comme le nouveau prodige du folk issu d'Alba, the land of the Gaels.

Un album ' Tyro', des centaines de concerts mais une première chez nous, bravo Gooikoorts.

Le solide violon est accompagné par un as du bodhran,  Adam Brown, et par une mignonne et super-efficace guitariste, Tia Files ( membre du groupe Bodega).

Une approche plus rock que celle du compatriote Alasdair Fraser.

Dès l'entame, 'Kitchen Criminals', ça cogne sévère, un violon virulent, un accompagnement sec, attachez vos ceintures! 

Scoop: it's my first gig ever with glasses, sans essuie-glaces c'est pas évident, la sueur perle de son front.

A suite of three gigs ( 'Slip/Jigs' indique le parchemin traînant sur scène), if you feel like dancing, faut pas vous gêner, détail, le thermomètre a grimpé aux environs de 48°. 

Two of my own reels to follow, 'The djembe walk'  et la seconde n'a pas de titre mais on pense la baptiser 'Tia s'est abîmé la lèvre en la jouant'.

Une enfant fébrile! 

A slow march écrite par Duncan Chisholm, suivie par un solo de bodhran.

 Adam, le rouquin, est aussi souriant qu'un prêtre copte pratiquant l'exorcisme, mais le  gars est doué.

Violon solo,  'Bidh Clann Ulaidh', un vieil air que me chantait my granny étant bébé.

' Taxi' a une histoire: une amie hèle un cab, boum, le gars l'accroche, je vous conduit à l'hosto, en bon Ecossais, le gentleman lui compte un aller/retour salé, ça méritait une chanson.

Une nouvelle suite, une ballade non titrée jusqu'ici et un morceau agressif écrit par The Guns ( à vérifier).

 Le trio  termine ce concert bien enlevé par a traditional Scottish tune sur un tempo chevauchée fantastique.

gk13d2 555

 

Ovation et  bis bluesy avant de s'enfiler une demi-douzaine de Duvels.

Rua Macmillan Trio: un gros potentiel!

gk13d2 072

Intermezzo, Duvelstage:  Mystic Moose!

Mise en jambes avant le vrai balfolk, les adeptes de  la gambille auront l'occasion de s'adonner à leur exercice favori pendant le set d'un quintette de Begijnendijck, jouant un folkpop tendance muzak.

Carolien Vissers - Viool / Jelle Ghys - Gitaar, Zang/ Jeroen Vissers - Bas/ Timmy De Waele - Percussie/ Tsane Tips - Accordeon forment Mystic Moose, né en 2009.

Ce cervidé contemplatif et  pas écervelé,  n'est pas vraiment nul, mais il lui reste pas mal de boulot avant d'atteindre un niveau correct.

gk13d2-582.jpgA leur actif, un EP enregistré dans les studios d' Anton Walgrave .

Un gypsy folk édulcoré pour ouvrir ' Spiritual Waltz'.

 Une blonde locale, aux jambes plus velues que celles d'un orang-outang chaussant du 46 fillette, invite Madame Vandenslash pour un petit tour élégant sur la piste.

Luk s'en fout, il a repéré une blonde pas infâme et la mitraille avec ses Nikon, ce mec est incorrigible!

' Woman', sais pas s'il s'agit de la créature qu'on vient de mentionner..

C'est gentil, distrayant et inoffensif.

Un petit Raymond?

Poulidor?

Je crois qu'il s'agit de la  Forêt Verte, savais pas qu'il avait composé un tango à consommer en buvant de la wodka.

Swing time avec ' New born man', pas du swing Glenn Miller, plutôt le genre tsoin tsoin.

' Put your shoes on', pour ceux qui sortent de la mosquée, puis un soundtrack bruit de fond barbecue sauce schaslick.

Là, tu te souviens qu'il faut se sustenter.

Game over, Mystic Moose,  keep on folking, kids!

gk13d2-657.jpg

La tête d'affiche incontestable, le grand retour et le seul concert en nos terres de Malicorne!

1973 l'album 'Pierre de Grenoble', Gabriel Yacoub va quitter Alan Stivell et former Malicorne avec, bien sûr, Marie Sauvet gk13d2-712.jpgplus Laurent Vercambre et Hugues de Courson.

Pendant 10 ans le groupe sera un des chantres du renouveau de la chanson française traditionnelle, un vent nouveau souffle sur l'hexagone, des albums illustres de folk rock progressif, encensés partout.

1988 l'arrêt!

Retour pour un concert exceptionnel lors des Francofolies de La Rochelle en 2010 et en 2012, Malicorne renaît de ses cendres après un bref épisode Gabriel & Marie de Malicorne!

Line-up 2013:  Gabriel Yacoub - chant, guitare, mandoloncelle/ Marie Sauvet - chant, dulcimer, psalterion/  Romain Personnat : chant, accordéon, harmonium/ Yannick Hardouin : chant, claviers,basse/  Gilles Chabenat : vielle et David Pouradier Duteil : chant, percussion.

Un nouvel album est prévu cette année!

20:30',  chapiteau bondé, une question: la magie Malicorne subsiste-t-elle encore?

75' plus tard, un cri unanime: oui, 5000 fois oui, elle est intacte.

 Un concert époustouflant, émouvant et intense!

'Au bout du bois', titre ancien issu de la Louisiane, mais nouveau dans le répertoire de Malicorne.

Cette première complainte polyphonique, déjà te fait frissonner.

Une ronde enregistrée sur l'album phare ' Almanach', 'Voici la Saint-Jean', d'une efficacité redoutable.

'La nuit des sorcières' et en fondu le traditionnel anglo-saxon ' The Lyke-Wake Dirge', ayant inspiré  Stravinski ou Brittengk13d2-677.jpg et ayant été chanté par Pentangle, Maddy Prior et autres grands du folk de la Verte Albion.

Beau à couper le souffle!

'Solide', un blues freudien, précède l'antimilitariste et amer 'Comprenez-vous'.

Place à l'instrumental martial ' Bacchu Ber' suivi du folk celtique 'Coeur volage' interprété sans le couple phare, Gabriel et Marie.

Une grosse claque en pleine figure, cinq voix a capella t'assènent 'Marions les Roses'.

Intemporel!

Un brin de mystère pour amorcer le fragile  'Le Luneux.

Tout le monde à bord pour le lancinant et troublant 'Les bannières qui claquent'.

Drums et basse impriment un rythme soutenu et amorcent le folkrock, 'Beauté / Twelfth song of the thunder', malheureusement quelque peu terni par de petits problèmes techniques.

Gabriel se doit de ménager ses cordes vocables, mises à rude contribution.

 L'incident est mineur.

Une nouvelle, '  Soleillet de l'air en l'air' pour terminer avec leur titre fétiche, une chanson du Dauphiné datant de l'époque napoléonienne, ' Pierre de Grenoble'.

Chapeau bas, madame, messieurs!

gk13d2-592.jpg

 

Gooik, jeunes et vieux, leur fait un triomphe.

Emus Marie, Gabriel et l'équipe reviennent pour nous servir une chanson sur le temps qui passe, reprise en choeur par la tente entière: 'Le sel et le sucre'!

gk13d2-093.jpg

Bien plus que de la nostalgie... du bonheur!

gk13d2-733.jpg

Faut patienter jusqu'à 23h pour le bal final, c'est le  Trio D'Hoore qui doit faire oublier Chemin de Fer!

 Koen Dhoore: contrebasse, vielle -Hartwin Dhoore: accordéon, cornemuse, flûtes et Ward Dhoore: guitare auront fait ce qu'on attendait d'eux, faire danser le peuple.

La piste n'a jamais désempli: scottishes, bourrées, polkas, mazurkas, valses... ça n'a pas arrêté de tourbillonner à nos côtés.

gk13d2-755.jpg

gk13d2-129.jpg

Une salle en ébullition, ambiance fest-noz sans les coiffes bretonnes typiques.

 La Duvel remplace le cidre, les sabots sont oubliés, chaussés de sandales, mocassins  ou pieds nus, Dieter, Klaas, Fritz,le fils du curé, Marieke, Freekje, Tessa et ses taches de rousseur, l'androgyne poilu de tout à l'heure, pirouettent avec ou sans élégance.

Luk a évidemment repéré une petite pas bidon et l'immortalise pour sa collection personnelle.

Regarder  virevolter les autres, ça donne soif, on abandonne les valseuses et Gérard pour  rejoindre Rua, Tia et Adam au bar.

gk13d2-796.jpg

L'heure est au bilan: superbe journée, bonne humeur, pour ne pas dire liesse générale, programme de qualité et pas une once de violence!

 

Sur le chemin du retour, Luk repère un bistro ouvert à Pepingen, la serveuse est pas mal, un dernier godet, menneke?

Rien, tu peux lui refuser!

 

Photos: LUK STIENS

Repost 0
Published by Michel- photos: Luk Stiens - dans Concerts
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 06:09

Les chanteurs irlandais Tommy et Maureen Nolan enfantent à la pelle, en 1963, avec leur progéniture, ils forment The Singing Nolans, including mom and dad,  two brothers and five sisters ( à l'époque, car Coleen Nolan verra le jour en 1965)

Ventes modérées, un album et le single 'Blackpool', repris comme emblème par le soccer team de la ville où la famille s'était établie après avoir quitté la verte île!

En 1974, exit papa, maman et les frangins, il reste The Nolans, groupe uniquement composé des soeurettes: Anne (born November 12, 1950) * Denise (born April 9, 1952) * Maureen (born June 14, 1954) * Linda (born February 23, 1959) *

Bernadette (born Bernadette Therese Nolan, October 17, 1960) * Coleen (born March 12, 1965).

2481-berienolanprof1b.jpg

Succès immédiat, elles sont invitées au show télévisé présenté par Cliff Richard.

Elles ouvrent lors des tournées européennes de Frank Sinatra ou d' Engelbert Humperdinck.

En pleine ère disco elles font un tabac avec “I’m in the Mood for Dancing,” Gotta Pull Myself Together,” and “Attention To Me.”

Leur compte en banque s'en portera bien!

 

 

Au début des années 90, Bernie décide de voler de ses propres ailes et de se lancer dans une carrière cinématographique, on la voit dans plusieurs soaps.

Retour à la musique en 2004, un album solo 'All by myself', bourré de ballades sirupeuses .

2010, les médecins diagnostiquent un cancer du sein, il s'avère incurable, Bernie s'éteint le 4 juillet 2013!

Elle avait 52 ans!

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 20:20

Plazey touche à sa fin, une dernière soirée consacrée aux concerts en ce vendredi grisâtre, mais sans précipitations.

C'est déjà ça, disait un autre!

020.JPG

Public clairsemé, ambiance fête villageoise, il est 19h,  Igit peaufine son soundcheck.

 Serein, à la buvette, tu sirotes une mousse en compagnie d'anciens collègues sans te rendre compte, aucune 022.JPGannonce, que les Parisiens ont débuté leur set devant une vingtaine de badauds.

Comme la panade semblait digeste, tu plantes Brigitte et son homme, non il ne se prénomme pas Günter, sur place pour te coller face au podium.

Igit c'est  Antoine Barrau "Igit":chant, guitare, boucles, tu entends loops - Hugo Zanghi: contrebasse et Paul Amboise: batterie.

 Gouaille et accent parigot, ne va pas les comparer à Maurice Chevalier, toutefois, le trio s'ébat dans un univers blues/cabaret/ jazz/reggae/ chanson folk/ blue-eyed  soul / rock français aux odeurs Louise Attaque, épicées de quelques pointes Paul Personne, Têtes Raides, Kurt Weill ou Medi!

Antoine Igit, marcel pas immaculé, nonchalance et coolitude, voix rocailleuse, si tu veux ajouter de fumeur de Gitanes, libre à toi, et gueule  Guillaume Canet, vit ses textes, les jette en pâture en grimaçant  et quand il abandonne ses guitares, c'est pour agripper le micro des deux mains comme pour l'étrangler, bref le petit gars de Montmartre, flanqué de ses  deux comparses, aura convaincu un Cuquelbère ( sic), attentif et charmé.

Du bar, tu ouïs un blues décalé te rappelant au bon souvenir de Charlélie, bye bye Brigitte, merci pour la pils, direction le podium!

Voici notre hit en Birmanie septentrionale... tu te laisses bercer  par un groove aux allures reggae  chanté d'une voix 007-copie-1.JPG burinée et chaude ( 'Je suis libre' ?).

Le Titi nous promet une chanson d'amour ( comme tous nos titres d'ailleurs) avant d' attaquer la superbe et amère valse 'Venu'.

La suivante se trouve sur notre EP cinq titres dont on a déjà vendu 16 exemplaires, ' Don't get me wrong', du Tom Waits parachuté sur la butte. Dans un coin Utrillo esquisse le portrait d'un jeune homme grattouillant une six cordes et chantonnant... don't you get me wrong, I'd like you to stay..., les passants s'arrêtent, jettent un coup d'oeil au travail du griffonneur tout en tanguant aux sons d'un cabaret blues ondoyant.

J'achète votre EP, déclame Paulette!

Chouette, 17!

Le graisseux uptempo  'Like angels do'  rocke sec, il sera suivi d'une version hallucinée du classique 'Fever'.

Place au blues convulsif 'Any sense at all', à la lapsteel, sentant bon Morphine!

'Viene se va' aux couleurs du Sud nous apporte soleil  et exotisme.

Aux applaudissements nourris succèdent les merci, merci  et une confidence, c'est notre septième concert en trio et le premier où on est sobre!

Les chaloupés et mouvementés 'The long way home' et 'My home' affichent certaines similitudes avec les titres de Charlie Winston et la confession  'Million Cigarettes' achève ce concert brillant!

008.JPG

015.JPG

Pause, direction le comptoir, tu croises quelques dangereux desperados pour lesquels eau est synonyme de maladie incurable... quoi, Marc ( Mongolito)?

10000 Women Men donne un 10 years reunion show chez Madame Moustache le 24 août, on promet rien mais on note!

110.JPG

21:10'  Dans Dans

082.JPGBonswar, we zijn Dans Dans, on va commencer, il est temps d'abandonner la cantine, please, come closer!

Le public, se pressant près de la scène,  avoisinera la centaine d'individus!

Dans Dans, des copains de Béjart ou de Wim Vandekeybus?

C'est çà, Tessa...

Trêve de plaisanterie,  Bert Dockx ( The Flying Horseman, Work ...) on guitar -Fred Lyenn Jacques on bass ( la presse cite surtout Mark Lanegan, c'est réducteur...Lyenn a travaillé e.a. avec Marc Ribot, Shahzad Ismaily, Ches Smith, Jolie Holland ... et a sorti avec 'The Jollity Of My Boon Companion' un des meilleurs albums de 2009) - Steven Cassiers on drums, surtout connu pour ses prestations avec Dez Mona, mais tu l'as croisé chez Rackham et il joue également chez Galore.. ont sorti il y a peu un second CD ' I/II' que toute la presse a vénéré.

054.JPG

063.JPG

Mise en marche en mode surf, 'Au Hasard', signé B.Dockx, un travail tout en souplesse du guitariste sur fond sonore filmique.

C'est bien parti, Balthazar!

Sun Ra, 'El is a sound of joy' ( enregistré sur leur premier effort discographique)  démarre sur un roulement de tambour sur lequel se greffe une guitare lyrique, faudra pas attendre longtemps pour que le sound of joy vire jazz rock impétueux.

Bert, vachement énervé, réussi à faire passer Al Di Meola pour un paralytique ayant ingurgité un soporifique puissant.

Marc, pas un con à la gratte, te souffle, j'abandonne la guitare, à partir de demain je me mets au triangle!

De la plume de Lyenn, le midtempo 'Gazelle'.

Gracieux et agile comme une svelte  antilope en pleine course.

075.JPG'Muskiet' ( Dockx, Lyenn, Cassiers), un voyage saccadé et débridé, tu passes sans entracte du rockabilly sur drumming échevelé, aux expérimentations avant-garde crachées par la guitare du Horseman pendant que Lyenn seconde Steven pour assurer un tempo infernal.

Une déferlante de vagues sonores devant plaire à tous les Taj Burrow, Rob Machado ou Tom Curren de la planète!

Tom Waits, la ballade mélancolique '  Yesterday Is Here', puis 'Waterpoort'  une autre composition de  Bert, un thème à la Dick Dale qui au fur à mesure quitte les eaux californiennes pour pivoter vers un univers psychédélique lancinant et bourré d'effets floydiens.

Reprise du sujet initial  et retour au calme.

Superbe plage de plus de dix minutes pendant laquelle les limites sont poussées à l'extrême, l'équilibriste, maître de son art,  te tient en haleine, tu t'attends à chaque coup à une culbute fatidique, mais non, le bateau arrive à bon port et les matelots seront ovationnés comme il se doit.

Godv., je connais ce titre, pas moyen d'y coller un titre, c'est vachement frustrant, Michel te libère, mais si, 'Le Clan des Siciliens' de Morricone.

Finesse et dextérité se marient à merveille, une nouvelle fois le public sera subjugué.

Clochettes, bruitages incongrus, un ou deux riffs limpides suivis d'effets de saturation, une version étonnante et concise de 'Some Are' de David Bowie.

La dernière,un second Sun Ra, ' Ancient Aiethiopia', du jazz rock fulgurant et sensuel.

118.JPG

Concert flamboyant, Bruxelles ne s'y trompe pas et rappelle les ballerines qui décident d'asséner un Sonny Rollins sulfureux et truffé de méchants impacts de wah wah en rappel, ' Freedom Suite pt.2'.

 

File chez Lut ( Bestov), disques et T-shirts se vendent bien!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 12:27

Le French free jazz, c'est François Tusques, Michel Portal, Louis Sclavis, Beb Guerin, Jacques Thollot, Jean-Louis Chautemps, Bernard Vitet et quelques autres....

Vitet.jpg

Le trompettiste Bernard Vitet ne soufflera plus désormais, il est décédé ce 3 juillet, à l'âge de 79 ans.

Sa carrière débute durant les années 60, à Paris il accompagne les musiciens américains débarquant en France, et pas des moindres: Chet Baker ou Lester Young.

En dehors de ses contacts jazz on retrouve ses trompettes en support de Serge Gainsbourg, Brigitte ( la Brigitte de La Madrague),  Yves Montand, Clo Clo, Marianne Faithfull...

Début 70 il se lance dans le free jazz et radicalise son jeu.

1976: Un Drame Musical Instantané  ou le travail improvisé de Jean-Jacques Birgé (synthesizers, flute, news, vocals) , Bernard Vitet ( trumpets, piano) et Francis Gorgé ( electric guitar, synthesizers), le groupe à géométrie variable ( jusqu'à 15 musiciens) enregistrera plusieurs oeuvres avant-garde.

Bernard Vitet sortira également sous son nom des LP's plus traditionnels et se retrouve sur près de 200 disques d'artistes divers ( Georges Arvanitas- Sunny Murray- Hélène Sage- Jack Diéval- Alexander von Schlippenbach...) tous catalogués experimental ou free jazz!

 

 

Bernard Vitet composera également des musiques pour la scène et sera reconnu comme le Léonard de Vinci ou Dali de la musique, inventant des instruments tels que le cor multiphonique, la trompette à anche ou le clavier de poêles à frire et de pots de fleurs...

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 07:13

Une quinzaine de jours à batifoler et la liste d'artistes décédés pendant ce laps de temps prend des allures de malédiction!

Dans le désordre:

La chanteuse de gospel/ soul Mary Love ( ou Mary Love Comer), 69 ans, un hit soul en 1966 'Move a Little Closer', suivi 2 ans plus tard par "The Hurt Is Just Beginning".

Elle se consacre au gospel à partir des années 80.

 

 

 Kevin McDade, bassiste et chanteur du stoner band Behold! The Monolith, un accident de voiture!


Gary Pickford-Hopkins, chanteur de Wild Turkey, surtout connu pour avoir collaboré avec Rick Wakeman, il chante sur plusieurs solo albums du claviériste ( ex Yes).

He has passed away following a struggle with cancer.

sjpcd138.jpg

Wendy Saddington, Australian blues, soul and jazz singer née en 1949.

She had been battling oesophageal cancer and “passed away at her home with those who she cared most about around her".

Celle que les Aussies comparaient à Janis Joplin, aura fait partie de plusieurs groupes à succès aux antipodes ( The Copperwine and Teadrop, The James Taylor Move..) et connaîtra un gros succès avec le single ' Looking through the window'.

 

 

Sûrement le plus connu:  Robert Calvin Brooks, alias Bobby 'Blue' Bland who developed a sound that mixed gospel with the blues and R'n'B.

Il s'est éteint à l'âge de 83 ans dans un faubourg de Memphis.

Une trentaine d'albums, des singles immortels tels que 'Farther up the road', 'I pity the fool' , 'That's the way love is' ...

Bobby est cité dans le roman ''High Fidelity' de Nick Hornby, une référence!

33075979.jpg

Puff Johnson (  Ewanya Johnson) an American singer-songwriter,  born in Detroit, she  succumbs to a battle with cervical cancer, elle avait 40 ans!

Elle a tourné avec Michael Jackson et pondu quelques hitsingles majeurs: 'Forever More' - 'Over and Over'.

 

 

 Alan Myers, le batteur qui rejoint Devo en 1976 pour les quitter 10 ans plus tard.

Il jouera ensuite dans différents bands de L A, dont Babooshka,  Skyline Electric ou Swahili Blonde...

Il décède d'un cancer du colon à 58 ans.

 

 John Harrelson, he could play 20 different instruments, notably guitar, bass, pedal steel, piano, violin and saxophone, il aurait écrit plus de 4500 titres.

Premier groupe notoire, le garage band Hard Luck Boy, une vie courte, John continue solo: sept albums au compteur, veine country rock/ honky tonk, quelques titres ' Mojave' - 'Cottonmouth revelator' ( chouette pochette).

harrelson5.jpg

Le pianiste de jazz Paul Smith  a surtout  travaillé pour Ella Fitzgerald  et dans ses premières années a joué avec Les Paul ou Tommy Dorsey.

Il décède à 91 ans.

 

 Gary Shearston, an Australian singer and songwriter, a  leading figure of the folk music revival of the 1960s pour citer Wiki.

Avant de rejoindre le clergé, il a sorti une kyrielle d'albums et a squatté les charts avec sa version de ' I get a kick out of you'.

 

 

 

La Corse déplore la perte de  Christian Filippini, alias Christian Méry: comédien, chanteur, compositeur ayant côtoyé Francis Blanche, Michel Simon, Fufu ou Darry Cowl.

Cet habitué des Trois Baudets aura débuté quasi en même temps que Brel ou Brassens, il est plus connu pour ses sketches que pour ses chansons.

 

 

Il aura fallu plus d'une semaine pour que la mort du bluesman Little Willie Littlefield soit confirmée.

Encore un hoax se disaient les fans du twelve bar, mais non, le pianiste et chanteur  de r'n'b/ boogie woogie est bien décédé aux Pays-Bas où il résidait.

Il avait 81 ans.

Son nom restera lié à "Kansas City” qu'il fut le premier à enregistrer.

 On lui doit une petite vingtaine d'albums.

Les spécialistes le citent comme source pour le jeu de Fats Domino.

 

 

Toujours dans le milieu blues:  'Texas’ Johnny Brown décède à Houston, à l'âge de 85 ans.

C'est à ce fabuleux guitariste que nous devons  'Two Steps from the Blues', un hit pour cet autre défunt Bobby Bland.

Il n'aura laissé que deux long-playing albums comme trace discographique, mais aura accompagné quelques légendes dont Amos Milburn ou Junior Parker.

Texas-Johnny-Brown---Nothin--But-The-Truth---Front.jpg

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 20:12

Rival Sons - Rockhal Club, Esch-sur-Alzette

Rival Sons - Rockhal, Esch-sur-Alzette (LUX) - 2013.07.04

 Lineup : Jay Buchanan : Vocals Robin Everhart : Bass and Backing vocals Scott Holiday : Guitar and Backing Vocals Michael Miley : Drums and Backing Vocals 

1011255_10151707645699301_1659163941_n.jpg

  Ce 4 juillet, l'Independance Day, jour d'importance pour tous les Américains de par le monde, nous permettait de recevoir les  Rival Sons de retour en Europe pour une nouvelle tournée commencée à Helsinki.

 Le concert initialement prévu à l'Atelier à Luxembourg avait été déplacé à la  Rockhal (version Club) d'Esch-sur-Alzette . Cette dernière ayant une capacité d'accueil d'environ 500 personnes. Rendez-vous était pris à 19.00 pour une interview avec le batteur Michael Miley. Sur place bien avant l'heure, j'ai été convié à assister au souncheck du groupe par Pete Stahl, le tour manager du groupe. Ensuite, direction opposée et nouvelle rencontre avec un Michael très en forme qui m'accorde une interview d'une bonne vingtaine de minutes. Il est toujours aussi fan de ma veste et me demandera un essayage (voir photo).

1044328_10151707645074301_737256623_n.jpg 

On se dirige ensuite vers la terrasse où sont servis les repas et hop, une rencontre de plus avec les autres membres du band. 

Toujours cette petite complicité supplémentaire avec Scott, on se prend dans les bras comme de vieux potes et on se congratule à la manière américaine, on appelle ça les "hugs". Pour ceux qui ne connaissent pas cette façon particulière qu'ont les citoyens du Nouveau-Monde de saluer quand vous dépassez le rang de simple connaissance, çà fait "tap tap tap" dans le dos.

 On parle guitares et concerts. Jay Buchanan est là aussi et pour une fois j'en profite pour passer un plus long moment avec lui, on discute littérature et "Native Americans" un sujet d'intérêt commun. Bon, c'est pas tout ça, on va boire un coup et puis dès 20.00 je reçois mon sésame pour accéder "officiellement" à la salle. 

Il n'y a pas foule lorsque les lumières de la salle s'éteignent pour laisser place à celles de la scène. C'est le groupe Luxembourgeois "Mother Heroine" qui est chargé d'assurer la 1ère partie pendant de longues minutes.

 Du moins c'est l'impression que j'en ressens.

 Le dernier morceau à une très belle consonance Black Sabbath au niveau guitares. C'est tout ce que j'avais à en dire. 

 

 

Vient ensuite le tour des Rival Sons et là, comme par magie, le public entre en masse. Tout étant relatif au vu de la capacité restreinte de la salle. A peu près 400 personnes si mon estimation est bonne. Bien appuyé plein centre contre les barrières entourant les régies son et lumière je suis prêt à recevoir mon 8ème baptême Rival Sons. Et ça démarre comme d'habitude sur ce que les techniciens qui testent les hauts-parleurs appellent un "bruit rose", sorte de souffle sonore qui emplit l'espace. 

1044328_10151707645049301_287543443_n.jpg

On se prend d'un coup "You Want To" en plein visage et c'est toujours aussi efficace! 

Viennent ensuite le punchy "Get What's Coming" presqu'un petit frère de "How Many More Times" de Led Zeppelin suivi comme son ombre de "Wild Animal". 

C'est très bon et le son est parfait. 

 Pourtant, quelque chose me fait dire qu'il y a un petit problème du coté de Jay. Il nous révèlera après avoir interprété "All The Way" qu'il est en problème de voix ce soir car il est malade mais qu'il va tout donner. Et il va le faire! 

 Toujours aussi habité, aussi généreux, Jay ne va pas renoncer une seconde et puiser en lui les ressources nécessaires à assurer le concert de façon brillante. Bravo Jay, tu es un véritable artiste car là où beaucoup d'autres auraient renoncé ou encore raccourci le set, tu es allé au bout de toi même et ça rendait la prestation de Rival Sons encore plus émotionnelle. 

1044328_10151707645059301_1916423563_n.jpgTrès belle version de "Jordan" qui fait monter une petite larme aux yeux de ceux et celles qui en ont compris le sens profond. C'est ici que j'ai du mal à cacher mon grand déplaisir à l'égard d'une certaine catégorie d'individus composant le public. En effet, sur ma droite, le bar est resté ouvert et il y a toujours un groupe d'individus imbibés d'alcool qui beuglent comme des veaux et ne respectent pas les artistes, ça m'énerve ce genre de cons. On se croirait à un match de football. Merde quoi! respectez les musiciens! A ma gauche, deux Luxembourgeois passent leur temps à tout commenter comme si ils étaient les jurés d'un procès en musique. Vos gueules! Et le pompon, devant moi, deux français qui ont des idées sur tout. Je suis au comble de l'énervement lorsque ces imbéciles n'arrêtent pas de causer alors que Jay nous explique la signification du "Manifest Destiny" et les agissements inacceptables de l'armée américaine lors de la conquête de l'ouest ainsi que les incidences sur la culture des Plaines. C'est sans doute trop intellectuel pour des alcooliques. Heureusement qu'il reste des gens qui viennent au concert pour écouter la musique et qui respectent les musiciens.

 On entame donc le très beau "Manifest Destiny - Part 1" qui débute la trilogie des blockbusters de Rival Sons, à savoir: le morceau précité, "Keep On Swinging" et le très Zeppelinien "Pressure and Time". 

 

1011255_10151707645689301_341633066_n.jpg

Les tee-shirts du dirigeable sont d'ailleurs légion dans la salle et c'est très bien ainsi. Une sorte de reconnaissance de la filiation par les fans. 

Nouveau Speech de Jay qui nous parle de son fils et des responsabilités d'être père avec beaucoup d'émotions dans la voix et c'est parti pour un somptueux "Face of Light" qui termine le concert. Viennent ensuite les trois rappels dont un beau solo de batterie de Michael Miley, suivi du puissant "Burn Down Los Angeles" et, pour terminer, une version royale de "Soul" quasi mystique.

 1h40 de concert magique comme à chaque fois avec le quatuor californien originaire de Long Beach et pas ailleurs.

 Bravo et encore merci à vous d'être aussi généreux et surtout de resteraussi simples et abordables pour vos fans de plus en plus nombreux.

 See you very soon guys!1044328_10151707645069301_1761199526_n.jpg

 UN programme de deux heures consacré au band et comportant de nombreux "Live" ainsi que les interviews de Scott et de Michael sera diffusé à la rentrée sur les ondes de Radio Quartz.

 Je vous informerai.

 Un grand merci tout spécial à Talita Janice pour son aide précieuse.

 

 

Mitch Zoso Duterck

Repost 0
Published by Mitch ZoSo Duterck - dans Concerts
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 11:10

 

 

Le samedi 22 juin, j'ai rendez-vous pour la deuxième soirée de Vanilla Fudge au

 BB King  Blues Club sur la 42ème Rue à New-York au  avec de véritables légendes oubliées du rock psychédélique .

Mark Stein a inventé le style et le son popularisé ensuite par Jon Lord à la grande époque de Deep Purple.

Un jour de 1965, un peu par hasard ,qu'il jammait avec des copains il pousse un Hammond au delà de la limite de saturation et en obtient ce son saturé qui fera par la suite la gloire des premiers groupes Hard-Rock (Deep Purple, Steppenwolf , Uriah Heep , Argent, Kansas ...) et progressifs (ELP , Collegium Musicum , Birth Control, Earth&Fire ...) . Jon Lord a toujours déclaré que Mark Stein a été sa principale source d’inspiration, et quand on connaît l'influence de Jon Lord sur plusieurs générations d’organistes, on peut mesurer l'importance capitale de Mark Stein dans l'histoire du rock. Mark Stein a formé avec Tim Bogert et Vince Martell, The Pidgeons , devenu Vanilla Fudge à l'arrivée de Carmine Appice.

 

juillet-13-9758.JPGAlors Carmine Appice, voilà encore un musicien dont l'influence est fondamentale chez tous les batteurs rock, à commencer par John Bonham qui ne l'a jamais caché. Il a écrit une méthode pour batteur rock qui fait encore autorité, et à 68 ans il n'a rien perdu de sa puissance, de sa dextérité et de sa subtilité. Sa biographie est impressionnante, il a joué sur  "A Momentary Lapse of Reason" de Pink Floyd, il a composé avec Rod Steward "Do you think I'm sexy" , il a bien sûr joué dans Cactus , Ozzy Osbourne et tant d'autres. Mais comme Mark Stein il reste discret.

Bref, j'avais rendez-vous avec deux légendes, trois si on compte Vince Martell , autre membre original de Vanilla Fudge , dont la carrière après le premier split du groupe en 1970 est restée plus discrète. Pour compléter le tableau il manque Tim Bogert , qui a annoncé qu'il arrêtait définitivement de faire de la musique , et qui est remplacé depuis quelques années par l'excellent Pete Bremy.

Bref, ce sont des musiciens d'exception qui vont donner un show parfait avec un son impeccable.

 

 

 Ils ouvrent avec quasi l'intégrale du premier album de Vanilla Fudge , soit "Ticket to ride" , "People get ready" de Curtis Mayfield , "She's not there" ou Mark Stein étale un solo aussi impressionnant que Rod Argent une semaine plus tôt à Central Park , "Bang Bang" dédiée à leur vieil ami Sonny Bono, "Take me for a little while" et "Eleonor Ridgy". Toutes des juillet-13-9760.JPGreprises vous me direz. Mais attention, Vanilla Fudge n'est pas un cover band, c'est un groupe qui sur leur premier album ont adapté des standards à leur sauce inimitable, où l'orgue dégouline, la basse vrombit, la guitare suinte et la batterie martèle, et les 4 musiciens chantent ensemble ou séparément avec un égal bonheur.

 Les connaisseurs auront noté que le groupe n'a pas encore joué "You keep me hanging on“. Comme le dit Mark Stein, celle-là on vous le réserve pour plus tard.

 Et d'enchaîner avec des extraits de leurs autres albums , une reprise très efficace de "You cant't do that" (Bonus sur "The Beat goes on") , "Season of the witch" (de Donovan , sur "Renaissance") , "Shotgun" (sur "Near the beginning") , bien sûr "You keep me hanging on" qui reste leur plus grand succès , et finalement une version "purplienne" du Zeppelinien "Dazed and confused" , après avoir signalé que Led Zeppelin a fait sa première tournée américaine comme support act de Vanilla Fudge et que de cette période est née une admiration mutuelle .

 En 2007 ils ont d’ailleurs enregistré tout un album de reprises de Led Zeppelin bien sympathique.

A noter qu'avant Led Zeppelin c'est avec Jimi Hendrix qu'ils avaient eu l'occasion de tourner, et Vince Martell avait également noué de véritables relations amicales, concrétisées bien plus tard dans un album hommage au maître de la Stratocaster.

Nous avons croisé après le show Juma Sultan , percussionniste de Jimi Hendrix à Woodstock , et qui est toujours un ami très proche de Vince Martell.

 Bref, une soirée en tout point exceptionnelle , ponctuée par une séance de dédicace et des échanges très sympathiques avec les 4 membres , dont Carmine Appice qui m'apostrophe quand il entend que je suis aussi organiste en me demandant si honnêtement je connais un organiste aussi époustouflant dans le style que Mark Stein , et Mark Stein qui déclare que Jon Lord , avec tout le respect qu'il voue à sa mémoire , a copié tous ses "trucs" , ou Vince Martell qui me demande de leur trouver un endroit pour jouer en Belgique (ce qui ne devrait pas poser de problème vu que Carmine Appice et Pete Bremy étaient avec Cactus au Spirit of 66 il y a 3 mois).

 Bref un immense respect pour Vanilla Fudge et une dernière soirée réussie à New-York.

 

juillet-13-9748.JPG

Simon Rigot

Repost 0
Published by Simon Rigot- photos Lydia Simons - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents