Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 14:24

19:15', déjà une queue impressionnante devant  l'Orangerie, les collégiens/giennes attendent sagement le bon vouloir de la security team ayant reçu l'ordre de donner accès à la salle à 19:30'.

Leur tocante balbutie un max, ils s'exécutent à 19:35.

Pas de JP à l'horizon, a -t-il été victime de l'Obamamania, est-il coincé quelque part sur une voie devant mener vers le centre de Bruxelles?

Entouré d'adolescents qui n’ont encore connu que la veuve Poignet ( merci le dictionnaire érotique) et de lycéennes délurées et fébriles, tu attends sagement le début du gig annoncé à 20h15'.

10157291_1479785432235250_1031547953_n.jpg

20:25 MØ .

10153092_1479785592235234_1516146620_n.jpg

La vache, elle est en retard!

Karen Marie Ørsted de Odense est la nouvelle sensation dans le petit monde de la pop electronica, après quelques singles, un EP, la dynamique maiden à la natte virevoltante a sorti un premier full album, 'No mythologies to follow' en 2014.

Trois musiciens accompagnent le phénomène dont le producer  Ronni Vindahl à la guitare, un trommer blond, ayant piqué le short du centre-avant de Saint-Etienne, et un deejay aux synthés et samples, Karen Marie ne les a pas présentés!

1380748_1479785848901875_2112994830_n.jpg

C'est parti, 'Fire Rides' , un premier synth/glitch pop éloquent, évidemment les connaisseurs te soufflent Chvrches,  Aluna George, Banks, Rhye ou Grimes, la jeunesse se fout de toutes ces comparaisons et, déjà, clame sa joie.

La jolie gymnaste fera admirer sa souplesse féline pendant 'Maiden', sur voix synthetic soul et fond asiatique.

Malgré  la différence d'âge énorme, tu fais comme tes petits voisins tu te trémousses plus ou moins esthétiquement.

1234136_1479784975568629_441212405_n.jpg

10013498_1479785402235253_19412064_n-copie-1.jpg

'XXX 88' ( avec le concours de Diplo sur le disque) la voit continuer ses exercices de sweaty aerobics.

'Freedom' débute façon thriller  avant quelques prouesses vocales sur accords de piano pop.

1511063_1479785645568562_2070022853_n.jpg'Slow love' hante la veine nu-disco et te rappelle The Communards.

Chouette! 

Pendant 'Pilgrim' elle décide qu'un pèlerinage dans la fosse s'impose, tout en sautillant, elle se fraye un passage parmi la foule ravie .

Elle doit avoir vu Moïse  écartant les eaux de la Mer Rouge.

Quoi, Joseph?

 T'aurais pas voulu voir Barack au lieu de ce miracle.

'Red in the grey' et ses gimmicks sonne  nineties avec ses ravey synths et two-step beats, puis  l'athlétique enfant promet a lovesong, le tendre 'Dust is gone'.

Le single 'Waste of time'  revient aux rythmes syncopés, ensuite elle prévoit10155106 1479785825568544 194944253 n de nous charmer avec le meilleur titre du show, ' Never wanna know', un slow comme les girl groups des années 50 pouvaient en concocter par dizaines.

Aaah, ces doo-wop backing vocals à damner un saint... la classe!

Retour au hip hop poppy avec ' Walk this way', suivi par le hit fougueux,   'Don't wanna dance'.

 MØ  sue comme un boeuf, se démène comme un boxeur évitant les jabs de son adversaire avant de plonger  dans la fosse, elle revient sur le podium pour finir le dancetrack à genoux, tout en secouant sa crinière.

The end, thank you, Brussels!

1794775_1479785492235244_336291058_n.jpg

Toute l'Orangerie glapit comme un renard affamé, la bande rapplique.

Do you know the Spice Girls?

Yeaaaaah..

'Say you'll be there' suivi de ' Glass'.

Elle est à 15 cm de ton crâne, se débarrasse de ses pompes et se jette dans le public en bousculant ta gentille voisine, Daniel s'écarte, tu crains le pire pour la dentition de la belle Danoise, heureusement, elle est soulevée par quelques musclés et traverse l'Orangerie en crowdsurfing avant de se  tirer définitivement.

 

DSC09389.JPG

 

DSC09300.JPG

Rentré chez toi, tu avises un mail de JP décrivant le show: dik in orde!

 

photos: JP DANIELS - une ou deux de michel

Repost 0
Published by Michel- photos: JP Daniels - dans Concerts
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 09:35

Paulo Schroeber avait à peine 40 ans,il souffrait d'insuffisance cardiaque, la transplantation a échoué, il y est resté.

Paulo-schroeber.jpg

Paulo est surtout connu pour avoir fait partie de  Almah ( le power/progressive metal band de São Paulo) de 2008 à 2011, il s'entend sur les albums 'Fragile Equality' et 'Motion'.

Il  a commencé sa carrière au sein de  Fear Ritual  (melodic death metal), on le retrouve brièvement chez Burning Hell  et Predator puis chez Fall Up, des tonnes de concerts et une demo.

Plus sérieux, il fait partie de Naja qui sort trois albums.

Puis vient l'épisode Almah, en parallèle il joue pour  Astafix, on le retrouve sur deux cd's du groupe de trash metal, et Hammer 67, un album.

En 2011 il sort un premier album solo, l'instrumental 'Freak Songs'.

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 09:12

Peru this week titre: "Peru lost one of its most iconic Afro-Peruvian singers to diabetes last night", en effet, José Porfirio Vásquez Montero, alias Pepe Vásquez, est décédé le 25 mars, after along battle with diabetes.

pepe-vasquez_2.jpg

Le chanteur de criolla  music avait 52 ans, il était considéré comme LA star péruvienne de ce style dynamique et explosif, proche de la salsa cubaine.

Le site Worlds of Music recommande l'album ' Ritmo de Negros' pour se faire une idée de la chaleur se dégageant des enregistrements de Pepe.

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 02:14

Au Canada, Bill Merritt était surtout connu pour son implication dans le Winnipeg Folk Festival et le Winnipeg International Children's Festival.

cd07294499acda1266dc87a3fb0acadf.jpg

Il se battait depuis plusieurs années contre la maladie, début 2011, les médecins décèlent a brain tumor, ses amis musiciens organisent d'ailleurs un benefit concert pour l'aider à payer l'onéreux traitement.

Il est décédé ce mardi au Riverview Health Centre à l'âge de 66 ans.

Comme bassiste, il est surtout connu pour avoir fait partie de  Mood Jga Jga, un groupe formé par Greg Leskiw, ex Guess Who.

Mood Jga Jga sortira deux albums 'Mood Jga Jga'  et 'Boys Will be Boys'.

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 14:03

Veni, vidi Anna Calvi et j'ai souri...

DSC09213.JPG

Le second balcon de  l'AB était fermé, pas un envahissement massif pour le quatrième passage de la séduisante Anna dans la salle de la rue des Pierres, honorée par un Vlaamse cultuurprijs, mais du beau monde!

 

Support, un trio  originaire de la Ville Lumière, résidant à Londres:  We Were Evergreen!

DSC09087.JPG

Que dis-tu, Roy Orbison ou Barbra Streisand ..non, Fabienne Debarre ( vocals, synths, xylophone, percussions), Michael Liot ( vocals, ukulele, acoustic guitar, charango, trumpet, percus) et William Serfass ( vocals, percussions, rhythm loop, bass, electric guitar).

Genre?

 Indie-electro-pop radieux enluminé de rythmes exotiques et d'harmonies vivifiantes.

Verdict: un set des plus plaisants!

Jusqu'ici quelques EP's, le premier album ' Towards' sort en mai.

DSC09095.JPG

'Tambourine like a crown', utilisé pour la bande-son de  'Fonzy 'd'Isabelle Doval, ouvre.

Une mélodie printanière du type music to make you feel happy, de jolies voix, un ukulele enfantin et des percussions discrètes... sympa!

DSC09083.JPG

DSC09105.JPG

Le single 'Daughters', même impression de charme bucolique te donnant envie de folâtrer dans les prés.

Du School is Cool moins énervé!

'Antlers' , chouette rengaine au final jazzy agité, trompette et percussions en folie!

Un flux et reflux  nerveux peut caractériser 'False Start', suivi du virevoltant 'Best thing', l'ambitieux ' Belong', ses boucles et son final tribal, achève la prestation.

Et, Frank?

Fabienne a des yeux de biche.

On sait... deux papillons bleus!

 

DSC09281.JPG

Anna Calvi

DSC09122.JPG

and band, des gens discrets mais ooh combien efficaces, en commençant par la multi-instrumentiste Mally Harpaz, aux drums, Daniel Maiden Wood et aux synthés, keys, basse :  Glenn Callaghan, la mystérieuse Anna de Twickenham ne s'entoure pas de faire-valoir.

Depuis octobre 2013, le second album 'One Breath' se vend chez les bons disquaires, après le show fabuleux de ce soir, les responsables du merch. en ont écoulé une bonne cinquantaine.

DSC09250.JPG

 'Suzanne and I’, du premier album, donne le ton, la soirée sera sous le signe du pathos, du mélo, la jeune femme fera geindre sa Fender sur fond de fifties, époque bénie où le rock c'était Gene Vincent, Vince Taylor, Elvis, bien sûr, ou Roy Orbison, demande à Dick Rivers, il te citera d'autres noms.

Même ambiance, mêmes trémolos irrésistibles pendant 'Eliza'.

Place au spectral et abyssal  'Sing to me' et son fond de sirène, suivi de 'Cry', ses lignes de guitare explosives et sa voix déchirante.

DSC09215.JPGL'AB est à genoux et se tait, cette fille est machiavélique, un air angélique mais aussi des envolées meurtrières.

Une première reprise, 'Surrender' d'Elvis Presley, le choix n'étonne guère, la version d'Anna sera insolente et sensuelle.

A tes côtés, quelques mâles bavent!

Le blues/surf métallique en diable, 'Rider to the sea',  entamant le premier album , déclenchera des cris d'enthousiasme.

Cette nana n'a rien à envier aux pseudo guitar heroes portant pantalon.

Quoi, Jean?

Elle est sapée d'un pantalon, juste, mec, c'est le style toréador, le bull va passer un sale quart-d'heure.

Te fie pas au titre, 'First we kiss', c'est le baiser de Judas avant la tuerie... tell me why...qu'elle chante, on lui pose la même question!

L'électrique et grinçant 'I'll be your man' sera encore plus sauvage, quant à  'Love of my life', il ressemble à du P J Harvey ayant fait un horrible cauchemar, du blues/grunge chaotique.

DSC09279.JPG

 

( merci v7nce)

DSC09159.JPG

Une plage apaisée ( peaceful), ' Piece by piece' ,ramène la paix intérieure que ne troublera pas  la pop somptueuse de 'Suddenly', ni le gentil xylophone ornant la ballade 'Carry me over' et pourtant ce climat de douce béatitude sera rompu par un final  tumultueux, la belle s'acharnant sur sa poignée vibrato pour faire geindre l' instrument torturé.

On reprend son souffle avec 'Bleed into me' qui précède la seconde cover de la soirée, solo,  'Fire' du Boss, à mille lieues de la version disco des Pointer Sisters.

'Desire'.

U2?

Non, Calvi goes Celtic rock, l'AB tangue!

Présentation de la dream team puis la dernière, ' Love won't be leaving', where Calvi goes Peter Green en ajoutant quelques riffs tango/blues au tableau.

Thank you, goodnight, trois révérences, exit!

 

Bis

'A kiss to your twin', l'épique 'Blackout' et, enfin, une version incroyable de 'Jezebel' ( Frankie Laine) qui valait le déplacement à elle seule.

 

Pas beaucoup de contact avec la foule... insinue un réticent..

On s'en fout, ce show est à marquer d'une pierre blanche!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 20:30

Concert en images: Pat Barbieux.

1621879_10202748031915389_1723793029_n.jpg

 

Zombies, spectres, liches, draugars, vampires, vetâlas, Vincent  Price, Christopher Lee, Bela Lugosi, Marty Feldman... s'étaient donnés rendez-vous au  CC René Magritte pour un remake du Bal des Vampires à la mode picarde, le Carnaval des Morts-Vivants!


La partie musicale débute avec Les Biffsticks

aka Coït, dit le flyer, qui ajoute.. servez saignant!


Les plus fins limiers du Hainaut sur la brèche..

Résultats aussi vagues que l'enquête sur les Tueurs du Brabant-Wallon.

Encore un coup du doofpot?

On te cite ce qu'ont déniché Hercule et Marlowe: Thierart d'Elby, Coït 'La Valise' en 1983, Corbeaux 85 'Une Comme', street art,un vieux cliché...

1545705_10202111753626608_866837680_n.jpg

 

Style: chants grégoriens, polyphonie d'outre-tombe!

Quelques titres interprétés:

Dans le tram -  Flipper ( reprise du groupe Téléphone ) - La valise -  Quelqu'un...

 

 

Sugar & Tiger 

1962834_10202810210549947_1142809254_n.jpg

 

Naissance vers 2011, un duo Florence Vicha et Didier Wampas, ouais, le Didier Chappedelaine des Wampas...

Le couple s'est associé avec quelques massacreurs de notes, des rejetons du brave Didier, un Wampa... pour balancer un punk/ bubblegum pop rock second degré aux accents Gainsbourg se tape les Ramones.

Une sélection parmi les titres joués:

Henri - Sophomore -  Paris-Monaco   -Highway 40  - Rimini ( dédié a Marco Pantani )  - Chat uranium   - Johnny Téléphone  - Rising  - Je pense a toi  - Manu Chao Noël/Christmas  - Ca plane pour moi (featuring Lou Deprijck )...

485525_10202815643445766_1239920541_n.jpg

10153021_10202810207629874_1198269767_n.jpg

A voir à Paris,  le 19 avril Place Sainte Marthe!

1970458_10202810214870055_869317176_n.jpg

 Lou Deprijck et " Skarnage".

10009892_10202809977904131_703038409_n.jpg

Skarnage =  des anciens membres de Skarbone 14 et de  Poulycroc.

Qui croque, Poulidor?

Non,  Poulycroc, une Maison fondée en 1996, dit le carton!

1619152_10202809981384218_1888574925_n.jpgSpécialités: covers ska-punk festives, sports extrêmes et bière de luxe.

Et Skarbone fourteen, un  cristallogène?

Non, Eugène, du ska rigolo made in Tournai.

Lou s'est  entouré des plus beaux spécimens des deux combos pour transformer le jukebox local en skabox carnaval.

Des titres?

En voilà:

 Hollywood,Hollywood   - Kingston,Kingston  - Brigitte Bardot   - Magic carpet ride -  Que tal America  - Ou c’est qu’il fait chaud ?   - La Bamba Rosie (  en Flamand  dans le texte) Ilarie  - China ska -  Serre-moi la queue-  Est-ce quelqu’un içi peut me dire ce que j’ai fait hier soir ?  - Charlie Brown -  Sentimentale-moi / Ca plane pour moi..

Puis Lou  se dirige vers le bar et la troupe finit le set avec  'I won’t never let you go.

10154250_10202809987824379_382252303_n.jpg

10153859_10202809992584498_702307304_n.jpg

Le Dr Maboul derrière les consoles pour faire danser les survivants!

1959250_10202809990024434_1033666764_n.jpg

Repost 0
Published by Pat Barbieux - dans Concerts
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 15:07

 Hooverphonic reprend la route!

1475823_1479263802287413_1350302339_n.jpg

Fin août 2013, fin de la tournée with orchestra, une ou deux FNAC, un muziekcafé , un show caritatif en décembre, puis repos... une hibernation de courte durée, puisqu'un nouveau tour débute par deux dates sold-out au Depot, le 'Reflection Tour', du nom du huitième album studio du band.

1600987_1479262985620828_44274969_n.jpg

 

Avec JP, klein maar dapper, on se colle frontstage, faudra patienter une heure sans risquer un passage au bar pour ne pas se faire piquer nos places.

JP a l'oeil, t'as vu le décor, sont passés chez Planet Fifties, mon grand-père avait le même kapstok, et ce canapé bleu se vendait 100 € sur Ebay!

1959302_1479263112287482_763098621_n.jpg

21:10' entrée en matière signée Hitchcock, Raymond Geerts muni d'une Rickenbacker est le premier à se présenter, un nouveau venu, Joey Brocken, le suit, accompagné par Tom Tritsmans. Les deux choir boys, guitaristes et claviéristes, doivent participer au nouveau son d'un des meilleurs représentants de la scène pop nationale ( ils s'en tireront avec brio).

On avait avancé une troisième recrue, Yassin Joris: niet gezien!

La suite arrive:  le bouclé  Arnout Hellofs ( drums) - le revenant David Poltrock aux keys - Alex Callier, très en verve ce soir, à la basse et celle qui se fait attendre, Noémie Wolfs, qui paraît fort grande dans sa salopette de mécano, une jolie  coupe Jean Seberg, elle éblouira autant par son allure que par son timbre exceptionnel.

10153638_1479263565620770_1266869216_n.jpg

'Boomerang' ouvre et caractérise bien la direction pop sophistiquée prise par Hooverphonic, la mélodie paraît simple et séduit, comme promis aucun gimmick, ce soir tout est joué live, les computers sont restés dans le studio.

Le plus ancien 'Expedition impossible' reçoit le même traitement, la ritournelle voltige dans les airs tandis que quatre paires de paumes accentuent le rythme.

1534308_1479263918954068_1161850633_n.jpgOn revient vers 'Reflection' avec le twist désuet ' Devil kind of girl' suivi de  'One' ( 2002)  au cachet Hooverphonic évident, cette guitare surf de Raymond impressionnera toujours.

Piano en évidence pour le single 'Ether' et ce sont les vocalistes qui seront à l'honneur pendant le mélodrame ' Single Malt'.

Première intervention de Monsieur Callier en mode broebeleir, pendant tout le show il draguera une nana du premier rang qui, selon lui, lui fait perdre tous ses moyens.

De sérieux symptômes de gagatisme faisant sourire la troupe.

'Gravity'... I, I do stumble, stumble and fall over you... une superbe lovesong magnifiquement chantée par Miss Wolfs.

La rengaine 'Plasticine'  sera plus sautillante, 'Wait for a while' aura le1975184_1479262782287515_881060324_n.jpg même goût pop acidulée.

Alex: non, on n'en a pas marre de jouer les gros tubes, voici 'Mad about you'.

Leuven jubile!

Hooverphonic reprend la lecture du nouvel album avec le pétillant 'Roadblock' suivi par le piano pop ' Bad Weather' d'inspiration Tori Amos, Joey et Tom vocalisent derrière la sérieuse Noémie.

'Eden', merci, une de tes préférées!

Les photographes au boulot, Noémie transformée en déesse grecque statique ça vaut un clic!

Ta préférée, ' Jackie Cane', précède un nouveau numéro de l'espiègle Alex.

C'était l'achtermiddag ( sic) à Saint-Nicolas, le temps était ensoleillé, pourtant un affreux sentiment s'empare de tout mon être, je suis malade, je suis atteint du writer's block, l'inspiration s'est envolée, je suis foutu, quand tout à coup, la fée Clochette passe par là ou le génie d'Aladdin, je ne sais plus, et vlan, je compose 'Anger never dies'.

Bien, Alex, quand Geert Hoste prendra sa retraite on pensera à toi!

1939777_1479263048954155_813030763_n.jpg

998416_1479263482287445_314427837_n.jpg

Une cowbell pour Tom, quelques cris de Sioux, c'est parti pour le chaloupé 'One, two, three' et pour finir le set, le sensuel 'Amalfi'.

Une heure de show!

1382126_1479263165620810_823963972_n.jpg

Bis

Noémie: pour mon papa qui fête 53 bougies aujourd'hui, ' The night before', en version piano/voce.

'Sometimes' sera repris en choeur par la moitié de la salle, puis Alex annonce la seule cover de la soirée, 'This strange effect' de Ray Davies, un hit énorme chez nous dans la version de Dave Berry.

On t'explique Alex, Dave Berry l'a chanté au Casino de Knokke en 1965, lors du Songfestival et a fait forte impression, il est devenu star chez nous sans connaître la notoriété au UK.

1966878_1479263675620759_256049466_n.jpg

Merci, Leuven, à demain!

 

Second retour et dernières pitreries du bassiste avant le formidable trip hop '2 Wicky' et 'Clouds' qui clôture le nouvel album.

1924815_1479263445620782_202953567_n.jpg

Oui, Nele... genoten van't begin tot de laatste noot!

Nele aime les noix!

 

 

photos: JP DANIELS

Repost 0
Published by Michel- photos: JP Daniels - dans Concerts
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 23:35

On cite Blabbermouth: "Roommates  found Brockie's body at his home Sunday evening "( le 23 mars).

 Dave Brockie avait 50 ans.

gwar-3.jpg

Gwar naît en 1984 d'une rencontre fortuite, Dave Brockie faisait partie du groupe punk Death Piggie, dans le local où le groupe répétait il tombe sur les gars de Slave Pit, a production space, qui fabriquent des costumes pour un space pirate movie, du coup les deux entités collaborent et créent GWAR!

Premier line-up:  Ben Eubanks (vocals), Dave Brockie (guitar), Steve Douglas (guitar), Chris Bopst (bass guitar), Sean Sumner (drums) et Hunter Jackson( le gars de chez Slave Pit).

Les habituels changements de line-up débutent très vite, sur le premier album ' Hell-O' de 1988 sont crédités: Dave Brockie (Oderus Urungus) - Lead vocals  / Dewey Rowell (Flattus Maximus) - Lead and Rhythm guitar, backing vocals  / Steve Douglas (Balsac the Jaws of Death) - Lead and Rhythm guitar, backing vocals  /  Michael Bishop (Beefcake the Mighty) - Bass, backing vocals  / Rob Mosby (Nippleus Erectus) - Drums   / Don Drakulich (Techno Destructo) - Lead vocals on "Techno's Song".

Le groupe sortira treize plaques, 'Battle Maximus' datant de 2013.

Brockie jouait également dans X-Cops et DBX ( the Dave brockie Experience).

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 12:10

Photo-reportage: focale 2.8

998949_645009492213523_65933913_n.jpg

Cinquième édition du Titans Fest, les 21 et 22 mars 2014 au  Lotto Mons Expo!

1974365_10202840788554672_1997757231_o.jpg

Une nouvelle fois, Walter Spadari a fait de l'excellent boulot!

 

Une première soirée dédiée aux groupes de composition, belges, la seconde, le Tribute to the Titans, consacrée aux cover bands avec une exception, Ginger, des locaux jouant leur matériel!

998293_645008972213575_1605160577_n.jpg

Ginger.

1013872_645009042213568_855264822_n.jpg

1977381_645008922213580_1899889470_n.jpg

 Quasi rien  à dénicher sur le net, sache que ces Montois ne sont pas vraiment des amateurs de claquettes, ne t'amène donc pas avec Ginger Rogers et oublie le gingembre.

On a bien découvert un album, ' So be it', et leur heavy metal with balls  sonnait plutôt bien.

Ces potes à Walter ont convaincu!

 

Sevenson plays Iron Maiden.

1939554_696801477022166_1538485229_n.jpg

1622869_696799803689000_1655968519_n.jpg

Naissance à Liège en 2010.

 Christophe Brockmans – Vocals/ Diego Martinez – Lead & Rhythm Guitar/ Wayne Davidian – Lead and  Rhythm Guitar, Backing Vocals/ Sharian Davidian – Bass, Backing Vocals/ Nico Hallen – Drums.

Des habitués des événements Tribute bands, il y a peu ils se produisaient au  Metal Battle à Terneuzen ( Zeeland).

10009874_696802247022089_281377475_n.jpg

Un avis neutre, Alix:  c'est mon beau frère qui joue de la batterie dans Sevenson et Hell Patrol, ils sont très forts...

10004041_696802293688751_559395782_n.jpg

Prochain gig:  le Durbuy Rock Festival.

 

The Hell Patrol plays Judas Priest.

10001389_645049522209520_1700147221_n.jpg

1978911_645049738876165_1884606308_n.jpg

Au départ, tu as Burden of Flesh, un heavy/trash metal band de Mons/Liège ( un album: 'Burden of Flesh) et Nico le batteur de Freezin' Flame, des gars qui écoutent le Purple, Whitesnake, Megadeth ou Judas Priest, il nous en faut encore un décident-ils, ce sera  Geoffrey, la guitare de Cover Age, le band de Mitch... The Hell Patrol est né!

10007463_645049805542825_451431360_n.jpg

Tu veux entendre 'The Ripper'- 'Electric Eye' - 'Painkiller' - 'Diamonds and Rust' ...car t'as raté le Titans Fest, faudra patienter, rien de prévu dans un futur proche!

 

Purple Years a tribute to Deep Purple.

1965015_645050095542796_402277264_n.jpg

1975138_645050215542784_1346088913_n.jpg

Charleroi envoie  Didier Bruyr - Gérard Fortemps - Philippe Collu - Steve Rodgers - Sébastien François ( The Abelians)  pour jouer un des premiers groupes hard du UK, et un des meilleurs.

Il y avait some fire au Lotto Mons Expo.

In the basement?

On the water, avec de la fumée?

Everywhere, ça chauffait méchant!

1959915_645050125542793_136732250_n.jpg


 Machine Gun plays AC/DC

1962763_645050515542754_1515618290_n.jpg

1922198_645050855542720_742769174_n.jpg

Les mêmes qu'à Silly: Patrick "Pat" Lead Singer - Ulrich "Ul" Lead Guitar - Michael "Malcolm": Bass Guitar - Cedric "Ced" Drums - Laurent "Doc": Rhythm Guitar.

Plus une apparition pendant 'War Machine', un Titan plus vrai que nature!

Les excès de vitesse se comptaient par centaines sur la Highway to Hell.

T'as des nouvelles des alcotests?

La maréchaussée était beurrée!

1620932_645050552209417_1569038170_n.jpg

Le 28 du 3 au Star à Binche!

10003029_645009792213493_517256286_n.jpg

Tu veux ajouter quelque chose, Michou:

"  Super soirée métal hier au Lotto Mons expo avec Machine gun Plays Acdc , Sevenson, Purple Years et The Hell Patrol Belgium. A recommander, une bonne organisation, une bonne implantation et un prix modique."

10007514_645050308876108_305465790_n.jpg

Walter, paye lui un godet!

Repost 0
Published by Focale 2.8 - dans Concerts
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 08:44

Le billet de JPROCK :
1920634_540764736040129_1125694889_n.jpg
Aaah  John Mayall !
A 80 ans depuis le 29 novembre dernier ( eh oui, lui et moi, on est né le même jour !) "the best living European bluesman" a entamé une tournée anniversaire marathon qui le conduira sur plusieurs continents et qui a démarré le 1er mars à Zaragosa (Spain) pour se terminer fin novembre à Dartford (UK) .
Le blues ça conserve m’sieurs-dames, on en a eu la preuve flagrante ce samedi soir dans l’enceinte de la salle de la  rue des Pierres.

lightin-guy.jpg
Après un set acoustique bien agréable de notre Lightnin Guy national qui reçoit ce soir du public un accueil plus que chaleureux, il est l’heure de retrouver la légende du blues, le fondateur des célèbres Bluesbreakers, Mister John Mayall himself !
Je dis bien retrouver, car à peine deux heures plus tôt j’avais eu l’occasion de croiser notre homme assis tout simplement à son stand merchandising, tranquille, regardant nonchalamment entrer les premiers spectateurs dans le hall de l’AB. C’est l’occasion idéale bien sûr d’aller serrer la pogne d’un artiste que j'admire et qui se montre d’une grande gentillesse et d’une incroyable disponibilité.
Beaucoup se seraient réfugiés dans les loges afin de se concentrer et de se reposer avant d’affronter un public impatient , le John , lui, vient à sa rencontre tout simplement. C’est à peine s’il ne vous propose pas de boire un godet en attendant l’heure de monter sur scène.
Incroyable !
1982321_540765262706743_1800362990_n.jpg
Et lorsqu’il fait son apparition sur scène sur le coup de 21h flanqué de ses trois musiciens Rocky Athas à la guitare, 1558573_540765456040057_397318598_n.jpgGreg Rzab à la basse et Jay Davenport à la batterie il ne faut pas bien longtemps pour se rendre compte qu’à quatre fois vingt ans notre homme est dans une forme olympique, n’a rien perdu de sa légendaire voix, et prend un énorme plaisir à jouer live.
Chacun profite du show avec délectation car ici pas de blues chiant et répétitif, mais des morceaux d’une grande bravoure dans des versions jubilatoires qui donnent à chaque musicien l’occasion de démontrer l’ampleur de son talent sans toutefois en faire trop.
Passant de l’harmonica aux claviers puis à la guitare, Mister Mayall célèbre une grand messe blues de plus qui s’ajoute à la longue liste de toutes celles qu’il a données depuis 1963 année de fondation des Bluesbreakers, son band mythique au sein duquel on a pu voir défiler une multitudes de musiciens devenus ensuite célèbres comme Eric Clapton, Mick Taylor, Peter Green, Jack Bruce, Aynsley Dunbar, John Mc Vie, Coco Montoya, Walter Trout, Buddy Witthington et bien d’autres. 

1549504_540765406040062_220755709_n.jpg

Impossible de les citer tous.
Car John c’est l’humilité faite homme, un maître de cérémonie qui laisse ses musiciens s’exprimer et qui aide à sublimer leurs instants de gloire en s'effaçant.
Il a beau être baptisé le "Godfather of British Blues » et avoir été décoré de la médaille d'Officier de l'Ordre de l'Empire britannique, John Mayall reste un homme simple au service de son art.
Impossible de citer tous les titres joués ce soir, j’aurais pu tenter de les noter mais le plaisir de vivre le moment présent sans m’encombrer d’une prise de notes a pris le dessus. De toute manière ce genre de concert se ressent et se vit quelle que soit la setlist du jour.

1237085_540765446040058_1204466092_n.jpg

1982105_540765642706705_956726838_n.jpg

Je peux malgré tout épingler au sein d'une longue liste "Oh Pretty Woman" et "All your Love "et un formidable "Hideaway « joué en toute fin de set.
1925339_540765172706752_780656668_n.jpg
Il est 22h45, et après 105 minutes passées sur scène John quitte la scène.
Pas de rappel, la salle se rallume et personne n’est déçu vu la qualité de la performance de ce soir, et au vu de l’âge respectable de l’artiste.
Les roadies s’affairent déjà au démontage et le décor est hissé vers le plafond de la salle, lorsque notre homme décide de revenir sur scène avec son band nous en jouer une dernière sous une immense ovation.
Je ne vous dis pas la tête des roadies qui s’affairent pour rebrancher ce qui doit l’être à toute vitesse et redescendre le décor au plus vite !
John a le sourire, le public est aux anges, et avant de quitter cette fois définitivement les planches il signale au micro qu’il sera dans quelques instants au stand merchandising pour signer tous les autographes désirés et dédicacer ses albums.
Ce type ne s’arrête jamais, et à un âge ou beaucoup hantent les maisons de retraite John Mayall est toujours aussi passionné par son art et proche de son public.
1549228_540765689373367_2044662318_n.jpg
C’est beau, c’est généreux, ça en devient même émouvant...
Diable d’homme !

Texte et photos : JPROCK.

Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents