Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 10:36

 

Review: Markus Hagner!

road_songs-565x560.jpg

Mike Zito is a most electrifiying solo-artist, songwriter and virtuoso guitarist and has an enchanting voice besides being a member of the Royal Southern Brotherhood

He is and was permanently on the road to spread his loving music! 

Z_S27A0438_0.jpg

Live Mike Zito And The Wheel are at their best, so it is a great thing that Ruf Records are publishing in their “Songs From The Road” series the shows from Dosey Doe, a fine Texas music club, on CD and DVD!

CD and DVD feature complete different set-lists, so both are a delight to be played loud.

The show started by “Don’t Break A Leg”, a hooky funk-blues. Mike succeeded to hex his fans immediately by his guitar virtuosity and his powerful voice. Jimmy Carpenter , the saxophonist, blows the roof off by his chili-hot solos.  The cd has a superb recording-sound quality. “Little Red Corvette” a love-song  definitely drawed the devotees into its ban by the charming voice and the warm-blooded sax-extravaganzas. “Rainbow Bridge” is like a homecoming song. When he returns from gigs somewhere in Louisiana and crosses the Neches River in Port Arthur he knows “Not Far Anymore To His Sacred Home”! Mike loves to be in New Orleans, so “Subtraction Blues” was his devotion-song to the town of Mardi Gras, spreading “Laissez Les Bons Temps Rouler” atmosphere with steamy honky-tonk piano-solos by Lewis Stephens. By the title-track from his latest studio-output “Gone To Texas” Mike Zito And The Wheels conclude the fervid cd-gig and send home the happy freaks in loving spirituality.

Z_S27A0612.jpgFor fans of Mike Zito And The Wheels in live motion the dvd is the real deal. The show was captured by hd-cameras and the sound is in excellent pcm-stereo quality. By looking at it you are  hooked  visually and can see  what extraordinary musicians Mike has gathered around him. Mike and Jimmy duel  on guitars and sax. The second song intensifies what extraordinary rhythm guys Scot Sutherland on bass and Rob Lee on drums are. “I Never Knew A Hurricane” is a stormy rocker that filled the fans at Dosey Doe with enthousiasm. “Hell On Me” is a fine blues-rock with a highly energetic drive, Texas style if you see what I mean.

MZ proves that he is also versatile in playin’ the Chicago blues by “Dirty Blonde”.  “Subtraction Blues” rocked  the house  to the rhythms of the “Big Easy”. The regular set was concluded by “Gone To Texas”.

Mike re-entered the intimate stage solo with a beautiful semi-acoustic black six-strings for “Let Your Light Shine On Me” , he was escorted by a loveable cutie admiring him. For  the swamp-boogie “Natural Born Lover”, The Wheel returned and Mike made this song so spicy showing extravagant slide-rides with his bottleneck. Then he  made the fans funky-rollin’and tumblin’ with “Texas Flyer” ending in a fantastic eye and ear blowing jam.

Mike Zito And The Wheel live – Hotter Than Hell!

As bonus there are fan-interviews and storyteller’s videos for the songs “Dead Of Night”, “Death Row” and “Gone To Texas”.

 

 

Track List:

CD                                                           DVD

Introduction                                            Dont’ Break A Leg

Don’t Break A Leg                                Greyhound

Greyhound                                              I Never Knew A Hurricane

Little Red Corvette                                Hell On Me

Rainbow Bridge                                   Pearl River

Pearl River                                            Dirty Blonde

Hell On Me                                           One Step At A Time

C’mon Baby                                          Subtraction Blues

Judgment Day                                      Judgment Day

Dirty Blonde                                         Gone To Texas

Subtraction Blues                                Let Your Light Shine On Me

Gone To Texas 

Texas Flyer                                    Natural Born Lover

 

 Markus Hagner

 

 

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:20

 

Album review by Ioana Nica

( review originally published @ Concert Monkey)

 

 

milleplateauxcoverhd.jpg

 

 

A mysterious and étrange artist of Greek-American origins, who was born in Florida, lived in 

 Detroit, moved to Brussels and performs under an Italian alias … His latest album – a double LP – carries the name of a French philosopher’s book. Four chapters of beautiful music which might unconsciously bring back here and there bits of riffs you may think you recognize from your experience as a music aficionado (Secret Chief 3, Mark Lanegan, Mike Patton …). But these prove to be just random neural connections; there is no place for confusion here: with such spatial background and artistic sensitivity, Georgio 'the Dove' Valentino is one of a kind.

One should not be discouraged by the length of the record – Valentino’s style is pure invitation of diving into a world where the time stops.  Not the kind of music to put on your mp3 player either. Vinyl is the only choice as changing the records is the only temporal segmentation of the audition.

“The reality gets to people who've never seen it up close.”

Face A of the first disc is called “Georgio 'the Dove' Valentino & la Société des Mélancoliques”. Although I believe that any of the 4 LP sides may be listened to independently of one another, this first side is particularly good to start with because it quenching a curiosity: where Tuxedomoon and La Société des Mélancoliques intersect each other. It contains also all the distinctive elements that gives the album a delicate dark specificity: Valentino’s velvety voice and guitar, the hypnotic bass of Patrizia F., Blaine L. Reininger’s violin and Luc van Lieshout’s trumpet. There is a strong cinematographic flavor on this side of the disc. “I Wish We Were Insects” is evoking swarms behavior and has a devilish science-fiction preaching at the end.  “Don’t Do Me Any Favours” brings in the perspective of a classic psychological thriller, through a combination between the sound of the 60s’, movie speeches and threatening lyrics. Nevertheless, “The Gift of Fury” and “Mille Plateaux” reach the same effect just instrumentally.

“What Chuck Berry said”

The second side – FACE 2 - "I Won't Betray You" (Hommage à Chuck Berry) – is definitely nothing one might expect from a track called Hommage à Chuck Berry.  It’s a sexy and deranged love song, twice orgasmic within its 17 minutes length. Inspired by a true story, it captures the twisted blessed feeling which can exist behind socially unaccepted fascinations. A beautiful undertaking of explaining the instinctive irresistibleness.

“I could unfold my wings, I'd be a frightening beast”

Part 3 – FACE 3 - The Astounding 12-String Guitar of Jorge 'el Dovo' Maldonado

– retakes two songs featured on first LP: the record’s opening track “I Wish We Were Insects” and the album title track “Mille Plateaux”, but in unique interpretations, as improvised variations.  Even more amazing is “Nietzschean Love Theme” which presents itself as a melancholic attempt of healing from a broken heart and building hope of recovery. Except for the very suggestive ending… “Washed-Out World” is probably, musically speaking, the most cheerful track of the entire record, a romantic repetitive guitar ballad, but it has its shadows in the lyrics. “Bête Noire” starts as a lyrical invitation to introspection and breaks away in a fanfare flourish.  

“Questa vita è corta, è scritto sulla pelle.”

Face 4 – FACE 4 - Ο Γιωργος Jesús Παπανικολοπουλος Sings Piero Ciampi

– is Valentino’s Mondo Cane but without the glamour, orchestras or choirs. It wouldn’t hurt listening to the original versions beforehand, for maximum effect and surprise. Valentino’s musical arrangements are unexpected and delightful, a true avant-garde transformation.

***

There is probably at least one concept hidden beyond each song. Each new audition brings along new understandings, more nuances, richer, deeper and clearer than the previous. If you plan falling in love with a fine piece of art, here it’s your record. All you need to do is finding a Sunday afternoon. The rest has been exquisitely taken care of.

 

pressphotofabiennecresens.jpg

More information and online audition: http://georgiothedovevalentino.com/

Recorded at various locations in Belgium, France, the Netherlands, Scotland and the United States

  • Performed by:

Georgio 'the Dove' Valentino - voice, guitar, organs, atmospherics

Patrizia F. - bass guitar

Benjamin Meunier - drums, percussion

with: Blaine L. Reininger - violin, viola, backing vocals and Luc van Lieshout - trumpet, flugelhorn

and special guest contributions by Alexandre Alquier, Daan Arisz, Jeff F, Gilles Le Guen, Sissy Kotsoni, DC Shell, Todor Stefanov, Joost Verhagen, Lars and Niels van der Weiden, Zack Williams and Richie Wohlfeil.

 

Check this:  Georgio 'the Dove' Valentino live -Sun 21 Sept 2014 | Het Depot | Leuven BE
with Tuxedomoon

 

 

 

Press photo: FABIENNE CRESENS!

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 12:49

Près de dix ans après un premier effort discographique ( Sugar For A Dream), sorti in eigen beheer alors qu'elle n'avait que 17 ans,  Susan Clynes présente ' Life is...' un full-length LP sorti sur le label Moonjune.

Produced by Susan Clynes.

 All compositions ( eleven) by Susan Clynes.

 

Miss  Clynes sings and performs on piano.

 She is joined by Simon Lenski ( DAAU) on cello  on five tracks.

Nico Chkifi ( Gang, Bambeen Grey, Antoine Guenet ( her hubby...) Trio, Radicant, Togani Trio) on drums and Pierre Mottet ( The Wrong Object, Panopticon, Pit’M Project, Monday Morning ...), on bass,  join in for two selections.

Lors du concert vu à l'Archiduc en 2012, ce sont les mêmes Nico et Pierre que tu vis accompagner la séduisante Susan.

L'album a été enregistré Live lors de trois prestations, deux shows à l'Archiduc ( Bruxelles) et un concert  au Bib ( = bibliotheek) à Bree.

7375213.jpg

Il débute par le titletrack 'Life is...'.

 Sur un tempo lent et d'un ton dramatique, la singer/songwriter digresse sur le sens de la vie.

Les rapprochements avec Tori Amos ou Kate Bush ne sont pas extravagants.

Une plage devant plaire aux amateurs du genre "Frau am Klavier"

Changement de cap avec le sautillant 'A good man' ( son père, Darius Clynes),  baignant dans un élégant univers cabaret.

Le ton monte lorsque le violoncelle mordant de Simon Lenski entre en piste, le good man perd son calme.

On assiste à un saute-mouton audacieux,  le phrasé saccadé de la chanteuse bondissant par dessus les coups d'archets vifs du membre de  Die Anarchistische Abendunterhaltung.

Une même vivacité caractérise le premier mouvement de  'Childhood Dreams', une pièce à la structure complexe, alternant épisodes calmes soulignés par des cordes apaisées et séquences tumultueuses.

Une réussite.

'Les Larmes'.

 En 2012, ce dramatique et imposant instrumental ( 9'35"), avec en toile de fond le conflit israélo-palestinien, que la jolie Susan décore de vocalises sombres, avait  ému la clientèle du cabaret Art-Déco de la rue Antoine Dansaert, la version enregistrée produit le même effet.

Place au romantisme et à la mélancolie avec la brumeuse ballade 'Tuesday Rain'.

Le miracle et les joies de la maternité sont illustrés par le lumineux 'Ileana' s song' , Ileana is her daughter.

Une intro néo-classique ébauche 'When you're dead', dominé, once again, par le dialogue véhément entre le jeu en cascatelles du piano et les interventions tantôt sévères, tantôt lyriques, du violoncelle.

La répétition incessante de la question...  where we'll you be when you're dead and those voices in your head... s'imprègnent dans tes neurones pour te tourmenter jusqu'aux notes finales.

Plus Carla Bley ou Laurie Anderson  que mainstream jazz.

L'instrumental aérien 'Pigeon's intrusion ' apporte une délicieuse bouffée de grâce après ces instants poignants.

Un impromptu au piano, 'Le Voyage'  t'invite à la rêverie, tandis que 'Linear Blindness' suscite des rapprochements avec certaines oeuvres de Regina Spektor.

La lecture de l'album prend fin avec le rondo   'Butterflies' et ses itérations vocales obsédantes.

Les délicats lépidoptères voltigeant de corolle en corolle n'éveillent pas uniquement en toi d' impressionnistes et bucoliques images, en contemplant leurs élégantes arabesques, un certain désarroi finit par te gagner.

 

'Life is..' à classer sur quelle étagère?

 Vocal Jazz? pop baroque? progrock? avant-garde? art rock? neoclassical pop?....

Tous ces tags sont plus ou moins judicieux, mais Susan Clynes fait partie de ces artistes  "incataloguables" , on préfère l'analyse de Thanos qui critique l'album pour Grande-Rock: “Life Is...” can be defined as an emotional, smooth and imaginative music work…

 

 

 Track Listing:

1. Life Is… (4:21)

2. A Good Man (3:49)

3. Childhood Dreams (6:31)

4. Les Larmes (9:35)

5. Tuesday Rain (5:08)

6. Ileana's Song (3:37)

7. When You're Dead (7:15)

8. Pigeon's Intrusion (6:00)

9. Le Voyage (3:22)

10. Linear Blindness (4:12)

11. Butterflies (6:38)

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 13:36

Simon, dis-nous si on se trompe, Cellex-C est une marque de soins anti- vieillissement connue dans le monde entier.

Mauvaises sources, fiston, prends le dictionnaire kabyle/français, lettre C, le verbe cellex = fragmenter!

Suis-je  cloche, mon cousin Abdel de  Tifrit n'Aït el Hadj me l'avait dit!

0642738916781_600.jpg

Cellex, ainsi se nomme le deuxième album du plus glorieux représentant du prog/psychedelic rock gaulois,

The Narcotic Daffodils!

Ce 27 mars, un cri calligraphié...  CD out! (recorded at Noise Factory Studio and Uptown Studio -produced by les Daffodils et Nicolas Debois - cover design Valérie Lenders).

 

Irene Csordas (vocals, keyboards) - Hakim Rahmouni (guitar), Merlin Fourmois (drums), Flupk’e Declerq (bass) et Simon Rigot (keyboards/sitar) ont sué sang et eau pour dénicher un distributeur après leur premier effort discographique éponyme de 2011,  également sorti au Japon, où les jonquilles font un tabac, chez Oh!Music, so, what a relief en cet ensoleillé mars 2014, le second enfant est né.

Il a tous ses doigts?

Oui, dix!

 

1) 'Light Dry Gordon',  que tu as déjà entendu sur scène, débute sur claquements de castagnettes avant qu'Irene, d'un timbre décidé, scande nerveusement ses lyrics tourmentés sur fond rock brutal, tu penses à Atomic Rooster (avec ce bon vieux Vincent Crane) ayant engagé Jerney Kaagman ( Earth and Fire)  au chant.

Le dernier mouvement de cette première plage sera moins crispé.

 

2) 'Surfer Boy' introduit par Simon Sitar, un saint, te rappelle à la fois les Moody Blues, George Harrison ayant rencontré Ravi Shankar, The Nice, le Floyd et, à nouveau, Earth and Fire, mais pas les Beach Boys, les rois du surf.

Trippy stuff!

Pendant ce temps Stevie Winwood s'inquiète, there's a hole in my shoe!

 

3) 'Million Dollar Baby'

Irene enfile les gants, tu te dis qu'elle va te travailler en uppercuts, erreur...I'm gonna kick your ass...clame-t-elle, Hakim a sorti les dobermans...wah, wah, wah... un bel exemple de psycho jazz funk prog rock, te rappelant vaguement le méchant avant-garde band Back Door, au sein duquel on retrouvait Colin Hodgkinson, un teammate d'Alexis Korner.

 

4) 'Weathered' que les Daffodils jouent déjà depuis pas mal de temps en concert.

Un conseil si tu veux tous les détails pour danser la valse sans stresser, adresse -toi à Ludivine les Salons.

A noter, l'accordéon est confié à Luna Doppée.

Tu glisses esthétiquement sur ce background filmique et pourtant t'es pas à l'aise, c'est Irene et son chant halluciné, la faute à ses origines hongroises, sans doute...

Elle évoque en toi la comtesse Élisabeth Báthory, la dame sanglante de Csejte.

 

 

5) 'The Barber'

On demeure chez les tueurs en série,  Sweeney Todd... là, on a le trouillomètre en dessous de zéro, ça craint vraiment!

Un thriller progrock hallucinant, bien loin des produits mainstream que produisent bon nombre de groupes belges.

Une pièce majeure de l'album ( près de huit minutes).

 

6) 'Sun for the rest' débute en mode aérien.

 Des cieux azur, une légère brise, tu t'allonges sur l'herbe tendre, le temps  est idéal pour écouter Barclay James Harvest ou Gryphon et son progressive rock médiéval.

 

7) 'Go love yourself', sur le précédent il y avait 'go fuck yourself with your cat on the roof', une suite?

Pas vraiment, on aura droit à un second downbeat harmonieux d'affilée, Irene geint tandis qu'en background des volutes d'orgue vaporeux et une guitare tendre tissent de majestueuses sonorités King Crimson, style 'Epitaph'.

Attention il ne s'agit pas de comparer 'Go love' au masterpiece du combo de Robert Fripp, on te suggère un univers musical.

 

8) ' Shout'

Pas étonnant qu'un site chez les Rosbifs analysant le précédent ouvrage mentionne à la fois Jefferson Airplane et Focus, Jan Akkerman et Hakim Rahmouni, même combat, même arrière-plan jazzy, Irene et la Slick, pas con comme rapprochement, an authentic brew of blues-driven, organ fuelled psychedelic retro rock, disait le gars, on veut bien le croire.

Putain, cet orgue manié cérémonieusement par maître Rigot, ce drumming 'Return For Ever' et la basse cimentant le tout, du travail de pro.

 

9) 'The Sewer'

Raw, wild, mordant, obsédant...des vagues élastiques et cette voix autoritaire qui te martèle les neurones.

Les claviers te rappelant ce groupe tristement oublié: Greenslade!

Curieusement, le matraquage cérébral prend fin sur de frivoles pa pa pa pa. à la  Michel Legrand.

 

10) 'Jolyne'

.. Jolene, Jolene, Jolene, Jolene

I'm begging of you please don't take my man

Jolene, Jolene, Jolene, Jolene

Please don't take him just because you can...

Non, Dolly, c'est pas la même!

Une impressionnante  intro 'Cantate Domino', interprétée par les nonnes de Malonne, virant prog empreint de majesté et d'esprit Renaissance.

A comparer aux meilleurs The Enid.

 

index.jpg

 

'Cellex', un objet que tout amateur de neo-psychedelism se doit de posséder.

 

En avril, les Narcotic Daffodils se produisent à Charleroi ( le 19) - au prog-Résiste event à Soignies ( le 27)  - à Namur ( le 30).

 

Et plus tard:  The Narcotic Daffodils' "Cellex" will be released on  May  7 in Japan. Therefore we organize on May 10 a Japanese release party at the London Calling - Brussels

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 05:26

Le billet de JPROCK

 1966688_534455876671015_271499268_n.jpg

THE IMAGINARY SUITCASE : Driftwood (2014)

Au début des années nonante Laurent Leemans est le chanteur du groupe arty -new wave la Vierge du Chancelier Rolin, groupe culte s’il en est et dont album Eva King est une petite perle incontournable à redécouvrir.
Puis, à partir de 1996, Laurent officie au sein de Ceili Moss dont la mission est de faire partager au public un répertoire folk punk acoustique.
Caressant aussi le désir de s’exprimer en solo l’homme crée alors, fin 2010, The Imaginary Suitcase, et sort aujourd’hui son quatrième album intitulé « Driftwood ».
Dès le premier titre éponyme on est happé par cette voix grave et belle emprunte de mélancolie portée par des arpèges de guitare folk et qui nous bouleverse.
En onze chansons et cinquante deux minutes l’artiste installe un climax très personnel par ses compos inspirées et son chant habité et rend hommage à ses maîtres avec les très belles reprises de "Bring on the Dancing Horses" des Bunnymen et de "Ashes to Ashes" de David Bowie.
Laurent Leemans est un conteur qui vous souffle à l’oreille ses sentiments sur la vie, la mort, la souffrance, le tout mis en valeur par une excellente production qui fait de Driftwood un grand disque de dark folk.
On pense à Léonard Cohen pour l'émotion, à Death Can Dance à ses meilleures heures, ou à Jesus and The Mary Chain sur "Hall of Myself" lorsque la guitare électrique s’invite à la fête

L’apaisement d’un titre comme "Holy Water » affronte l’instant d’après le délire apocalyptique et brûlant de "3 Sisters « , puis la voix de Laurent Leemans nous remue littéralement avec cette interprétation a capella de "Before I Knocked », un poème de Dylan Thomas.
Avec "A plausible Lie », dansant et déjanté, l’ombre de Ceili Moss , des Pogues ou de Bellowhead n’est pas loin.
Le voyage se clôture en douceur avec « Full Moon Lullaby" une jolie comptine interprétée avec la participation talentueuse de Seesayle (Cécile Gonet à la ville).
Avec Driftwood, The Imaginary Suitcase tient là un album passionné et passionnant offert dans un habillage plus épuré que ne l'était l’album précédent Full Moon Fever.
Dans son Imaginary Suitcase Laurent Leemans transporte ci et là un dark folk de grande qualité, porté par une interprétation tout en tension retenue et empreinte d’une immense puissance émotionnelle qui ne peut que vous faire craquer et vous donner l’envie de replonger dès le dernier titre dans cet univers singulier en repoussant sur la touche play…
Un très bel album !


Texte : JPROCK

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 09:30

Chronique rédigée par Eloy

cover.170x170-75.jpg

South Beat, les nouvelles racines musicales du sud de l' Italie

Canto Antico, un groupe culte italien nous présente "South Beat", un album de musique de fusion entre la musique underground napolitaine et celle jouée  depuis plus de vingt siècles dans la communauté rurale autour du volcan Vésuve, situé près de Naples.
Fransceca Di Ieso au tammora (tambour de trame napolitain) est omniprésente dans toutes les chansons. Armando Illario (voix, accordéon) et Francesco Nastasi (piffero: instrument à anche traditionnel, cornemuse, guimbarde), influencés par des groupes tels que The Pogues et Jethro Tull, surprennent par les envolées de soli hallucinants. En ajoutant le son contemporain de la guitare basse et de la batterie, l'effet final est un son énergique et dansant.
1609599_453266571439581_194697086_n.jpg

Un commentaire de Biagio De Prisco, un fermier et joueur de musique traditionnelle résume l’esprit de l’album : « Canto Antico creuse les traditions dans l’avenir »


Leur vidéo de promotion, un extrait de la chanson « me vulesse adourmi » nous donne une idée de l’album distribué via Amazone et autres boutiques digitales reprises sur leur site Canto Antico 

tracklist

1 Fico a dicembre    -  2 Sanghe     3 Gallina  -  4 Cunta lu jentu  -  5 Fontanelle      -      6 Carpino revolution   -  7 Malarazza  -  8 Aremu rindineddha    -  9 Me vulesse addurmì     -     10 Cicerenella

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 12:57

 J'ai fait un rêve... 

Rien  à déclarer, messieurs, dames?

Qu'y a-t-il dans cette  valise?

Quelle valise?

Vous vous foutez de nous?

Faut pas halluciner, si vous y tenez, douze cantiques à écouter au coin du feu!


The Imaginary Suitcase a sorti une troisième rondelle, 'Full Moon Fever', après 'Here's to those we could not save...' et 'Putting things on top of other things'!

a4283370671_10.jpg

 
The Imaginary Suitcase, pour les non-initiés, c'est l'alter ego de Laurent Leemans, chanteur et guitariste chez Ceilí Moss ( un combo folk rock sévissant sur nos scènes depuis 1995), un biographe nous signale l'avoir connu vierge!

Pardon?

Laisse nous finir... La Vierge du Chancelier Rolin!

La notice d'emploi indique: L L wrote all the songs, except le traditionnel ' Bonny at morn' - he played all the instruments, sur le même Bonny, Cécile 'Seesayle' Gonay assure les backings et caresse un violon - sur 'Moonlight on the water' et   ' A une passante', Jean-François Durdu ( Ceilí Moss - Camping Sauvach) maltraite l'alto ( viola).

934932_536167519756075_1818131814_n.jpg

1: 'Yer Mother'  

Une voix grave, un chant agité, un fond sonore étonnant, mixant sonorités Americana, mais à la David Lynch, et la palette utilisée par Martin Hannett pour ses productions coldwave. 

Entrée en matière intrigante et tonitruante!

2. ' Bonny at morn'. 

Changement radical de piste avec le Celtique 'Bonny at morn' ,a Northumbrian folk song dont on retrouve une trace dans les songbooks en  1921

Le titre est un des favoris des small pipes players, il est également au répertoire de Barbara Dickson ou des Watersons.

Clos les paupières, imagine voir les moutons..

 The sheep's in the meadow and the kye is in the corn

Thou lies ower lang in thy bed, bonny at morn...

Superbe seconde voix, chevrotante, de Seesayle.

Une réussite! 

3. ' Electric'

Une balade dans un Sud aride, malsain, la guitare caracole, croisant au passage quelques membres de Wilco, Son Volt et autres adeptes d'un alt.country rugueux, quant à la voix, râpée comme blessée par un cactus malveillant, elle s'insinue pernicieusement dans ton encéphale pour agresser  tes nerfs cérébro-spinaux.

4. 'Stay awhile'

Je t'offre une tasse de thé?

Titre apaisé!

5.'Moonlight on the water'

Un gospel crépusculaire sur guitare morbide.

Laurent fait son Janis Joplin.

6.'Every little thing'.

...she does is magic?

Oublie les flics ou  Paul McCartney, ce 'Every little thing', avec son violon  gémissant, est le prototype de la ballade folk mélancolique.

7. ' A une passante'  

Charles Baudelaire revu par Noir Désir ayant croisé Louise Attaque.

Littéraire et attachant!

8.'It is he'. 

Un titre hanté proche des efforts de Bert Dockx au sein de son Flying Horseman. 

T'es pas trop étonné de lire que L L cite Wovenhand ou 16 Horsepower comme influences!

On apprécie beaucoup le violon 'Nine by Nine ' ( John Dummer).

9.( make up your own title)

A chacun son job, mec!

Petit instrumental badin!

10.'Where are we?' 

Une longue plage/ cauchemar aventureuse.

 A l'amorce psyché/atmosphérique lancinante ( Pink Floyd n'est pas loin) succède un  récitatif solennel et inquiétant avant de reprendre une route passant par de sordides venelles d'où jaillissent d'on ne sait où des ombres sinistres.

Maman, où suis-je?

11. 'Whatever keeps us undertained'.

Un blues lo-fi décoré de lignes d'harmonica roots.

12.'You know you're always welcome'. 

En mode British folk classique, style Ralph McTell, Nic Jones ou Martin Simpson.

 

'Full Moon Fever', un album varié que tu peux te procurer en prenant contact avec Mr Leemans à cette adresse:

info@theimaginarysuitcase.be

 

 

 

d4226i93252h195405.jpg

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 06:09

Paisley, tu dis!

On connaît Paisley en Oregon, Paisley ( Pàislig en gaélique) quelque part dans les Lowlands écossais, le design bariolé, on connaît aussi,  doit y avoir une dizaine d'adeptes de soccer de ce nom, un country singer, mais il se prénomme Brad!

Eclaire notre lanterne s v p!

 Dimitri Muylaert (chuck as you know him), naît en 1986 dans un patelin de la province anversoise, à l'école il se débrouille bien, à l'unif, il ne joue pas au whist et obtient un diplôme, résultat: afdeling vaccinologie van de Universiteit Antwerpen.

On veut bien, gamin, mais il s'agit  de musique!

On y arrive, Yves, il apprend à jouer du violon, de la guitare, participe à des jams au Crossroads Café, pendant ses études à Gand, il joue ses propres compositions dans les bistrots du coin, se retrouve dans quelques groupes de la cité de Jacob van Artevelde et fait de mauvaises rencontres, Bherman, avec lequel tu le vis jouer, notamment!

De fil en aiguille il enregistre quelques EP's et, en 2013, sort un premier full CD, comme le gars tâte de la poésie et lit Baudelaire en français, il choisit un titre imagé, 'Where the Doves Bark', excès d'absinthe probablement! 

a2112210123_2.jpg
Where the Doves Bark

 

released 10 November 2013

All songs written by Chuck Paisley (Dimitri Muylaert)

Recorded, mixed and mastered by Chuck Paisley at Paisleysound Studio, Gent

 

Chuck Paisley: Vocals, Acoustic Guitars, Electric Guitars, Banjo, Organ, Percussion and Piano ("He Is Poet, He Is Song" and "Before Showtime")

Marten Roobol: Bass

Dorien Horemans: Piano ("The City" and "Lottery Of Fools")

Cedric Robbrecht: Violin

 

Photography: Diederik van Hoorebeke

Artwork: Krysztoff Dorion

 

 

Track 1: ' The City'

Une ville en clair obscur, un spleen à couper au couteau, un subtil fond sonore folky, décor idéal pour un mois de novembre maussade.

Tu peux,  Paul...

 Les sanglots longs

Des violons

De l'automne

Blessent mon coeur

D'une langueur

Monotone....

2: ' Bondages of Bedlam', tu ouvres un livre d'histoire pour situer les faits: The Bethlem Royal Hospital in London became infamous in the 1600's in regards to the inhumane and cruel treatment of its patients as revealed by psychiatric historians...

Moins violente que  'One flew over the cuckoo's nest', la plage baigne dans un univers Pentangle, Nick Drake,  l'horreur y est révélée par petites touches délicates.

3: 'Horrible little tango'...we'll dance away the sorrow..., aussi mélancolique  et profond que 'Dance me to the end of love' de Leonard Cohen, le burning violin n'y est pas étranger!

4: 'Lottery of fools', une plage toujours aussi fragile, une acoustique gentiment caressée, un piano discret, une mandoline mélodieuse  et une voix apaisante... and she knows it's a wonderful, wonderful night... du dream folk pour âmes sensibles.

Ta conjugale passant la tête dans le bureau te souffle, c'est beau, c'est qui..

Un bon signe!

5: ' Rain', Robert Schumann Liederkreis Op 39 - IX - 'Wehmut' , Cesaria Evora ' Saudade' - Rokia Traoré ' Mélancolie'... it's only rain, ferme la porte, approche-toi, it's only rain!

6: 'A postcard', un instrumental hispanisant.

 La plaine du  Guadalquivir, une oliveraie survolée par un oiseau de proie altier, la sérénité!

7: 'Man overboard', another sketch, aux couleurs americana ce coup-ci car enluminé par un banjo flegmatique.

Capitaine, un homme à la mer...

Du calme, du calme, on avise!

8: '' Before showtime', romantisme, pas mort!

... il fallait peu de chose à ma rêverie: une feuille séchée que le vent chassait devant moi, une cabane dont la fumée s'élevait dans la cime dépouillée des arbres... François-René Chateaubriand!

9:  ' He is poet, he is song' , piano/voce , gravité et majesté.

On a déjà cité Cohen, on ajoutera Bill Callahan ( même si le timbre de ce dernier est plus sévère), Bonnie Prince Billy ou le regretté  Jason Molina, tous personnages non inventoriés dans la catégorie fantaisistes!

10: 'Paper Roses'.

Brel:  'Je vous ai apporté des bonbons. Parce que les fleurs c'est périssable....', pas les fleurs en papier, Jacques!

Chuck Paisley n'est pas Chuck Norris,  pas de tsuki, de ju-soko, d'ichigeki... de la tendresse, de la sensibilité, de la grâce!

11: une reprise instrumentale languissante de 'The City'.

525253_10151553145108114_1315229605_n.jpg

 

                                                                    ( photo: Kees Van Mansom, merci!)

'Where the Doves Bark', dix petites perles à chérir, suis le conseil biblique, do not cast  these pearls before swine!

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 13:51

T'avais des enfants de choeur, ceux que chérissait Roger, évêque à Bruges, t'avais aussi les enfants du paradis, couvés par Arletty, les enfants du Pirée, des bouffeurs de petits os, t'as des fils à papa, des fils de pute... mais ceux que tu préfères ce sont les rebelles de Brux Hell, Sons of Disaster!

Ok, quelque part en Alabama, il y a une certaine Maylene et ses Sons of Disaster, c'est pas les mêmes, ce n'est qu'un filet américain mal assaisonné.

Revenons à nos chéris qui écument les plus sordides scènes de notre fier royaume depuis juin 2010. Ce 4 octobre, jour béni coïncidant avec les trente ans d'existence du DNA, qu'ils comptent incendier dans la soirée, doit sortir leur premier 'vrai' album, 'Death and Destruction', une plaque qui ne se vendra qu'en conditionnement vinyle.

Le toujours sobre Selim t'envoie un pack WAV, tu pensais que ce signe était synonyme de We Are Vampires, mais non Google t'éclaire 'Waveform Audio File Format', en te demandant de prêter une oreille à leurs élucubrations sonores, il ajoute "N'oublie pas de t'armer d'une bonne bouteille de Whisky ou un d'un six pack de bière!!!", étant végétarien, on suppose que c'était une farce!

998801_580527268655327_1507088891_n.jpg

Sons of Disaster -  ' Death and Destruction'

clac, clac... scène un: 'Pain'!

 Le frêle et pas triste Greg Triest- Vocals ( style Farinelli)/ Selim  Mahdhi ( mad  tout court, y sait pas écrire) - Guitar/ JT ( rien à voir avec Journal des Tribunaux, y sait pas lire) Paridaens - Guitar/ Gilles pas de Binche,  Gutmann - Bass et Steve" Bullitt" 'ncis' Harlall - Drums ( un copain d'Arno et de Made J) ont décidé de frapper très fort dès l'entame, 'Pain' fait mal, tellement mal qu'il te faudra plus que cinq comprimés effervescents ( prends du Dafalgan forte sauf si t'es enceinte) pour digérer ces riffs de guitares barbares, cette basse écrasante, le martèlement primitif de Steve et les vociférations d'aliéné, auquel on vient d'arracher trois molaires sans anesthésie, du petit chanteur à la croix en chêne massif.

Deux: ' Family Values'!

Le respect de soi, le respect d'autrui, la politesse, l'étiquette, le sens des responsabilités, l'honnêteté, la fidélité conjugale...et tout ça, Greg, tu nous fais une leçon de morale?

Va te faire foutre, connard, écoute...my mother tried to give me a conscience but never told me how..my sister 's sucking dicks in an alley et moi je vais te flinguer et voir pisser ton sang...

Trois: 'War!

Tu peux oublier Edwin Starr ou Eric Burdon et ses copains funk ( 'Spill the wine'), c'est de hard rock qu'il s'agit, pas de branlette de puceau acnéique.

Quatre: 'Break my mind', même trempette, pas prolongée, pas 2', dans un marais punk salutaire.

Pas la peine de te taper la Mer Noire, Eforie Sud, et ses centres de thalasso réputés pour les bains de boue bénéfiques, place ton pognon dans la rondelle des Sons, tes problèmes rhumatismaux s'évanouiront après trois écoutes de l'intégralité de l'oeuvre.

Cinq: 'Death and Destruction', ce qui s'est fait de mieux in Bloody Belgium depuis les Kids!

Six: 'Living Hell', attachez vos ceintures, direction l'enfer, ses damné(e)s et le poète maudit qui divague.

 Raconte, Arthur: ..Mais, cher Satan, je vous en conjure, une prunelle moins irritée ! et en attendant les quelques petites lâchetés en retard, vous qui aimez dans l'écrivain l'absence des facultés descriptives ou instructives, je vous détache des quelques hideux feuillets de mon carnet de damné...

Une petite tisane, Arthur?

Sept: 'Rock'n roll soldier'.

Moustache peignée, baïonnette aiguisée, c'est l'heure, les rock'n roll soldiers sont prêts à charger!

Huit: 'U can't stop us now'.

T'avais les trois petits cochons voulant empêcher le méchant loup d'assouvir ses bas instincts.

Les Sons of Disasters ont bouffé les porcelets et le canis lupus, ils n'ont laissé que les feuilles de salade.

Le bruit que tu viens d'entendre, c'est le petit rot de Gregory.

Neuf: 'We are...' ( sons of disaster).

Une autobiographie brute, pas romancée!

Dix: 'Waste my time'.

Steve tape comme un bûcheron néolithique ( silex de Spiennes, cacheté UNESCO), ses copains arrosent la futaie de projectiles en principe destinés à la Syrie, mais tombés d'un camion, tandis que le pauvre Greg crie son désarroi existentiel.

C'est redoutablement efficace.

Onze: 'You gonna die'.

Et pas de vieillesse dans ton lit!

Si tu ne le crois pas, tu lis la prophétie de Saint-Malachie!

sons-of-disaster---pochette-recto-verso.jpg

 

Bien sûr, on te recommande la galette, mais Sons of Disaster, c'est encore mieux sur scène!

Trois dates en octobre: le 4 au DNA ( Bruxelles) - le 5 au Rockerill ( Charleroi) et le 9: Negasonic à Alost (Aalst)!

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 06:17

"We believe in the true resurrection of this flesh that we now possess" (Council of Lyons II: DS 854). We sow a corruptible body in the tomb, but he raises up an incorruptible body, a "spiritual body" (cf. 1 Cor 15:42-44).

Jésus de Nazareth est ressuscité d'entre les morts au troisième jour suivant son décès, il aura fallu bien plus de temps à Flesh & Fell pour quitter l'ossuaire.

m-flesh-fell_217_0.jpg

 

 Het Belgisch Pop & Rock Archief parle d'une naissance dans les mid-eighties et, malgré de minutieuses fouilles, aucun avis nécrologique n'a jamais été retrouvé mentionnant la date de la mise en bière, le cortège funèbre constitué Flesh--Fell-fleshfell.jpgde deux ou trois pleureuses, louées au Brico, n'ayant pas été filmé sur iPad, il ne reste rien de la cérémonie.

Les vétérans ayant survécu aux rages EBM, New Beat, New Wave made in Belgenland, se souviennent, la larme à l'oeil, des singles ou EP's ( Emma - The Hunger..) et d' un avant-programme prestigieux pour  The Sisters of Mercy, mais, pour tout le monde, la page était close, sauf pour Pierre Goudesone ( Goudi, Speaking T...) qui par un sombre jour de 2011 décide de régénérer Flesh & Fell.

Il embrigade de sérieux clients, Laurence Castelain, alias Laurence SonicWitch (ALK-A-LINE, The Chicks...) et le mercenaire Laurent Stelleman ( Sarah Carlier, Goudi, Lukka, Garner, Cinnamon Alley...) et, miracle, un premier album est sur le point de voir le jour, 'Flesh & Fell', sortie prévue le 13 septembre sur un label berlinois, "Out Of Line Music"!

fleshandfell.jpg

La tracklist:

 1. Hunger

2. The Devil In Me

3. Love Machine

4. Suicide Hero

5. Suspicious

6. Abracadabra E-rotica

7. Something In Between

8. The Wind

9. Tipsy

10. Tongue-Tied

11. Emma (Eighties Release)

12. Hunger (Eighties Release)

13. The Wind (Eighties Release)

 

Un trailer de 'The Devil in me'

 

'Hunger', Laurence n'a manifestement pas le même timbre, peut-être légèrement daté d'ailleurs, que l'haletante et Nina Hagen soundalike Catherine Van Houcke.

La voix est plus brutale et sexy, quant au background sonore, lui aussi il a pris de l'ampleur, le synthétique fait place à l'artillerie lourde, sans oublier les vocalises sombres semblant flotter dans un environnement  brumeux.

Salement addictif.

Un gars du Maryland, a baseball cap vissée sur un crâne rasé et le majeur orné d'un faux diamant énorme, avance hunger for more...ça vient, Lloyd, ça vient!

'The devil in me', electro grooves, chant frelaté, choeurs noirs et guitare lourde!

Pour te faire une idée, on mentionne 'In the temple of love' des Sisters of Mercy et  'Happy When It Rains' des Jesus and Mary Chain, juste pour te faire une idée!

' Love Machine' nous plonge dans un bain aux essences eighties, Miss Castelain égrenant un countdown nettement plus sensuel que celui des minets de Europe!

Dansante et hypnotique, cette love machine!

Lent, autodestructeur, noir, ' Suicide hero' emprunte une partie de son discours à David Bowie et un  sens  profond du désarroi et de lucidité à John Lennon.

'Suspicious', oublie Elvis, relis l'Ancien Testament, repens-toi!

Une sale guitare métallique sur fond electro trafiqué et la voix blanche de Laurence la rousse, ton cerveau souffre!

' Abracadabra E-rotica', Sade où es-tu, Sade, que fais-tu?

Je joue aux dames avec Gainsbourg!

'  Something In Between', un mix improbable et détonnant, The Cure croisant le fer avec les Chicks on Speed, tiens, Siouxsie, t'es là aussi?

Flesh & Fell, sans qu'il soit question d'opportunisme, de nostalgie, de vague à l'âme maladif, a repris le flambeau psychotic beats qu'il avait perdu il y a 30 ans. Le band ravive une flamme industrial new wave, vacillante après le décès de Francis John Tovey.

Une version 2013 de 'The Wind', moins Edith Piaf/ Juliette Gréco,  mais pas moins attrayante.

'The Wind' reste dans la lignée Polyphonic Size.

Pour la petite histoire Goudi et Claude Perwez ( Kloot per W) se sont souvent retrouvés à la même affiche dans les glorieuses années 80.

Le fantastique 'Tipsy' et ses lignes de basse Red Lorry Yellow Lorry/ Killing Joke,  hante la veine post-punk, il précède le dernier titre 'normal', l'oppressant ' Tongue Tied', au  drumming mécanique et vocaux scandés.

 

 

Trois bonus tracks archaïques agrémentent l'article, l'irrésistible  'Emma' de Hot Chocolate en mode Goth Rock, ' Hunger' en mode saccadé et 'The Wind', un dernier coup de vent aux senteurs synth pop!

 

 

 'Flesh & Fell', ein Debüt nach über 30 jahren... ein voller Erfolg!

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents