Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 21:49
Le club annonce complet depuis des semaines, une chambre noire surpeuplée.

Magic Arm
Un projet solo électronique annonce l'affiche. T'es déjà prêt à tremper ta plume dans l'acide pour égratigner le nième bricoleur se masturbant en public.
Erreur majeure! Marc Rigelsford, barbu, fan de Nixon, nous a gratifiés d'un set d'electrofolk réjouissant, tenant la route comme les plus belles DS dessinées par Bertoni.
Une guitare, un synthé, des loops et bleeps, un harmonica et sa casquette rouge niks on, le gars, au bras magique, attaque un folk sur arrière-plan expérimental... you should know, you should know that I don't have this much time for anyone else... un 'laptop - folk troubadour', ainsi est-il décrit par les critiques anglo-saxons. Description réductrice, mais exacte.
Il invite Tim, le trompettiste des Camera Obscura, pour les 2 titres suivants 'The ballad of Melody Nelson' sa réinterprétation, méconnaissable, du tube de Gainsbarre. Jolie trompette.
Une petite intro au Korg, je la mets en boucles: 'Widths & Heights' (sur son CD 'Make Lists Do Something'), folkpop soignée: James Yorkston croisant Kevin Ayers.
Un petit blues psychédélique sur beats électroniques pour suivre... if you ever reveal what's pictured in you... je me retourne pour chanter dans mon second micro, merde, where is it? Con, que je suis, je l'avais passé à Tim pour sa trumpet. Cassure... Sorry, je continue! Pas la peine de s'énerver, ces bidouillages artisanaux font partie du personnage.
'Bootsy Bootsy' sera suivi d'une cover géniale du bluesman Leroy Carr: 'Six cold feet in the ground'. Tiens, revoilà la trompette. Nouvelle surprise de dimension: 'Daft Punk is playing at my house' de LCD Soundsystem, version minimaliste. Et un huitième titre achève de nous convaincre, Marc Rigelsford est un petit génie: 'Rested Bones' mélodie mielleuse sur pulsions lourdes.
Tof!

Camera Obscura
Hello, We're Camera Obscura and not James Morrison (qui a fait le plein de Radio Contact/Fun Radio listeners en bas!).
C'est en 1996 que naît le band de Glasgow. Quatre albums, une première visite à Bruxelles et un premier sold-out pour cette tournée.
Sont 6 dans la boîte: Tim, tu le connais, aux percussions et trompette - Lee Thomson: drums - le grisonnant, Gavin Dunbar: basse - Kenny McKeeve: guitares et backings et les ladies: Carey Lander: piano, organ, backings et la petite Tracyanne Campbell: lead vocals, guitares, handshakers.

'My Maudlin Career' le titre de leur dernier CD. Les comparaisons avec Belle & Sebastian s'avèrent exactes. De la pop indie alambiquée, sentant le Phil Spector à plein nez.
'Swans' ritournelle raffinée, te ramenant vers la pop romantique de Prefab Sprout, Aztec Camera, The Pale Fountains... ou les Cardigans!
'Tears for Affairs' une ballade, que l'on retrouve sur l'album précédent.
'Teenager', encore plus vieux (2004), du Chris Isaak/Roy Orbinson écossais.

'Honey in the sun' surfing time à la Beach Boys.
Dédié au tombeur de pucelles, ici en dessous: 'James'. Slow time, baby. Un petit salaud, ce James... Oh, James you broke me... répété à l'infini!
'The sweetest thing', le dernier single sirupeux. Des ooh oooh oohs... collants te rappelant le 'Spanish Stroll' de Mink De Ville.

'French Navy' marine bleu blanc rouge sur fond The Ronettes.
'80's fan' pencherais plutôt pour les sixties (les Tremeloes, les Fortunes, les Hollies... ).
'Let's get out of this country' titre du CD précédent. Les titres poppy, aux arrangements fouillés, se succèdent, mais, petit à petit, tu te mets à regretter le côté uniforme de cette suite de jolis moments, d'autant plus que, scéniquement, ça ne bouge pas beaucoup. Des fonctionnaires faisant, consciencieusement, leur petit job pas vraiment emballant.
Que dis-tu, Claude? Un troupeau de vaches broutant paisiblement, en contemplant le passage de l'omnibus. T'exagères pas un peu?
'Country Mile' un downtempo, décoré d'une slide plaintive.
'Lloyd, I'm ready to be heartbroken', grandes orgues, batterie nerveuse, peines de coeur énergiques.
Lee enchaîne sur la dernière du set: 'If looks could kill', toute la smala bat des mains, sauf le drummer qui tapote ses caisses.
Soixante minutes d'une pop délicate, fragile, parfois naïve, d'autre fois enjouée... OK, mais tu restes sur ta faim, tu sais que dans deux semaines, t'auras tout oublié de ce concert.

Double bis convenu:
'Come back Margaret' oui, ils sont revenus, comme prévu, pour un petit rock cha cha cha et prennent congé avec 'Razzel Dazzel Rose' au final noisy.
Où cours-tu, Jean-Paul?
Ecouter Sonic Youth!

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

mini camera 12/03/2010 16:20



ca devait être excellent



Articles Récents