Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 22:00
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016

Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016

TRIO KEYNOAD (France)- scène région PACA/ Provence- Alpes - Côte d'Azur

Le Trio Keynoad est composé de Ameylia Saad Wu (voix et harpe celtique), Christian Kiane Fromentin (violon, gheytchak et saz) et Nicola Marinoni (percussions).

Ils sont soutenus par l'association Arts et Musiques, un opérateur culturel itinérant en Provence.

Les paroles des chansons sont des poésies, mises en musique, du père d'Ameylia.

Ameylia est la fille de l'écrivain libanais Michel Saad et d'une mère chinoise. Elle a passé sa jeunesse sur l'Ile de la Réunion et elle s'est vite intéressée à l'apprentissage de la harpe celtique et du chant lyrique. Elle a acquis une large ouverture musicale et une source d'inspiration qu'elle nous transmet durant son concert.

Okianoss: un instrumental traditionnel grec pour entamer un voyage dans le temps et l'espace. De suite, nous remarquons la virtuosité des instrumentistes, et surtout les émotions qu'ils partagent avec le public.

Berceuse: "Berce-moi mon amour, tant qu'il est temps d'aimer, tant qu'il est temps d'aimer. Berce-moi, il est tard, avant de m'oublier (extrait de chanson"). Ameylia chante en arabe d'un timbre lyrique.

Suivez votre étoile: un rythme soutenu par une darbouka. Nous reconnaissons facilement les gammes orientales se structurant sur des échelles contenant des intervalles de trois-quarts de tons.

Le reste du répertoire " Séga des iles" et "La nuit s'envole" sont de la même qualité exceptionnelle. Un mélange de néo-classique et world music.

COMPAGNIE LYAKAM (Inde/France) - Chapiteau

Extrait du communiqué de Babel Med Music

"Fondée sur l'héritage culturel dravidien !de l(Inde du Sud),Cie Lyakam retrace de manière novatrice l'itinéraire d'une jeune femme indo-européenne. Cette création contemporaine accompagne les pas de Jessie Veeratherapillay, adepte de la danse indienne classique de ses ancêtres tamils: le Bharata Natyam. Elle interprète cette forme traditionnelle avec des teintes contemporaines sur des compostions musicales au saveurs indiennes aux atmosphères jazzy voire aux réminiscences flamencas"

Cela donne un aperçu correct de la représentation et je n'ai aucun commentaire à ajouter (voir photos).

SAODAJ (La Réunion - France) - salle des Sucres

La salle est remplie. Je comprends. Le groupe Soadaj nous amène un vent de fraîcheur.

Ils ont repris le flambeau du maloya qui est, avec le séga, l'un des deux genres musicaux majeurs de la Réunion.

Toutes les influences africaines et européennes s'entre-tissent dans leur musique à l'image du melting-pot des musiciens.

Pour mieux comprendre ce groupe de musiciens nomades, je vous présente brièvement les membres et une partie de leur parcours.

Marie Lanfroy: née à la Réunion, elle a vécu à Madagascar , au Cameroun, et en France. A 18 ans, se sentant déracinée, elle s'installe à la Réunion. Compositrice.

Laurence : Réunionnaise. La voix de contre-point de Marie.

Jonathan Itéma: percussionniste, joue les instruments suivants du maloya: roulèr, kayam, sati, poker, bob,triangle, tambour malbar, morlon, tarlon. Etudes au conservatoire de St Pierre et composition.

Frédérik Cipriano: voyages en Guinée et au Mali. Il s'installe à la Réunion en 2005 et sa palette percussive s'étend des côtes occidentales africaines aux confins de l'océan indien.

Anthony Séry: percussionniste réunionnais, ethnomusicologue de formation.

Out 'Po: La voix cristalline de la blonde Marie envahit l'espace, secondé par le son du didgeridoo, nous plongeant dans la transe chamanique. Une attitude de rockeuse sur scène. Cela colle bien au renouveau de la musique traditionnelle maloya.

L' amour oublié: un morceau plus lent commençant au son du triangle. Marie est la chanteuse principale , mais Laurence en qualité de seconde voix est très présente. La rythmique est complexe avec des temps différents et des ralentissements et accélération de tempo.

Saodaj mérite une reconnaissance internationale. Les musicien(ne)s plein de beauté, de talent et de jeunesse , doté d'un bagage solide et d' une expérience de la réalité de la vie, nous apportent de l'authenticité et le public ne s'y trompe pas.

VARDAN HOVANISSIAN & EMRE GÛLTEKIN (Arménie, Belgique, Turquie) - Cabaret

J'ai déjà eu le plaisir de faire un compte-rendu de concert de Vardan Hovanissian et Emre Gültekin lors du Propulse Festival au Botanique à Bruxelles le 3 février 2016

Le Cabaret dans le complexe culturel "Dock des Suds", c'est une scène de 50 m2 et une salle insonorisée de 469 m2 pouvant contenir debout 1.400 personnes.

C'est bien ce nombre de spectateurs participant au spectacle de Vardan Hovanissian et Emre Gültekin.

Vardan Hovanissian est arménien. Vardan a été initié au doudouk par son maître Khatchik Khachatryan. Le doudouk est un instrument de musique arménien à anche double comme le hautbois.

Emre Gültekin est turc. Il a appris le saz turc, un luth à manche long auprès de Talip Özkan et son père Lüftu Gültekin.

Les deux musiciens apportent ce savoir de vivre ensemble qui existait durant l’empire ottoman jusqu'auxs événements tragiques de début du 20e siècle avec l’élimination physique estimée à 1.500.000 Arméniens.

Vardan et Emre ont produit un album duo « Adana » cent ans après le début du génocide arménien. Adana: la chanson est dédiée à la ville Adana qui abritait une large communauté arménienne à la fin du 19e siècle et qui a été exterminée durant le génocide. Au début, le doudouk émet un son plaintif, appuyé par la contrebasse, puis suivent le saz et la percussion. Emre est au chant exprimant toute la douleur.

Daglar: signifie en français "montagne, un poème écrit par le père d' Emre.

Vardan joue une mélodie accompagnée de solos ou arpèges de saz. Emre chante d'une voix douce, mais appuyée mettant en valeur le texte. L'accompagnement à la darbouka est aéré créant une impression de plénitude dans les grands plateaux montagnards. Ils sont secondés par des musiciens chevronnés aux percussions et à la contrebasse dans les prouesses musicales. Les structures musicales turques et arméniennes s’appuient sur des gammes différentes.

Il y a environ 600.000 français d'origine arménienne en France. Marseille abrite une grande communauté et j'ai la certitude de la présence d'arméniens afin de vivre cet instant de réconciliation entre les deux peuples.

Je me réjouis que des opérateurs comme Muziekpublique (ils sont rares, mais ils existent) soutiennent des groupes/projets. Leurs visions sont internationales, ils respectent l'équilibre entre l'artistique et la viabilité à long terme. A Babel Med Music, les groupes sont exposés à un panel de professionnels et un public différent que celui des centres culturels nationaux ayant même des exigences locales.

Le concert de Vardan Hovanissian et Emre Gültekin se termine par un standing ovation de plus de 1.500 personnes, une partie du public écoutant aux portes d'entrée du Cabaret.

7SON@TO

7 SON@TO est un sextet de la Guadaloupe , porte-drapeau de la relève du Gwo Ka, un genre musical propre à leur île. Il est principalement joué avec des tambours de différentes tailles appelés « ka », famille d’instruments de percussion. Le Gwo Ka est inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO depuis 2014.

Sur scène, un chanteur principal au centre, 3 choristes (deux femmes et un homme), trois percussionnistes aux tambours et un musicien aux petites percussions.

Péyi Dèwo : Le choriste reprend le chant principal et les autre musiciens et une partie du public répond »Ah ma me Yayoi Mama » avec des harmonies gagnant en puissance. Je retrouve une partie du vocabulaire créole dans les chants de l’Afrique centrale. En effet, le gwoka est né durant la période de l’esclavage et était un moyen d’évasion et de communication. Les chants varient entre des timbres gutturaux, rugueux contrastant les plus limpides et lumineux.

La Nou Yé: le rythme est plus lent. La musique, construite sur les percussions, offre une panoplie de rythmes. Quelques exemples: Kaladia (rythme à 2 temps, lentement), Menndé (rythme à 4 temps), Woulé (rythme à 3 temps).

Le public accompagne les chants et danses. Une belle ambiance des îles.

Je trouve que la représentation fait carte postale. Les musicien(ne)s portant des habits traditionnels accentuent cet effet. Ils gardent le mérite de divulguer leurs traditions ancrées dans notre époque. Leur concert m' a enrichi de leur culture.

Le temps est merveilleux à Marseille et 7SON@TO continue à nous apporter des rayons de soleil dans la nuit.

Babel Med Music offre chaque année un nouveau cru. J'ai l'impression que le contexte est moins propice pour les professionnels. J'ai participé en 2013 et l'ambiance était d'une dynamique différente. Le grand public comme d'habitude s'est bien éclaté.

Babel Med Music est un endroit où nous rencontrons une partie les artistes/groupes participant aux festivals 2016.

Charles Eloy

Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Charles Eloy - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents