Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 15:13
So 'N' So à L'Acoustique - Namur - le 9 janvier 2016

So 'N' So àL'Acoustique - Namur - le 9 janvier 2016

Line Up :
Benoît BOHON : Guitars.
Marcel BOHON : Guitars - Vocals.
Françoise BOTTON : Vocals.
Jean-Luc EVRARD : Piano ; Keyboards - Backing Vocals.
Vincent LIBERT : Drums, Keyboards - Vocals.
Stéphane NEUSY : Bass - Vocals

Setlist :
01. DON'T WORRY.
02. AS IF.
03. JACK IN THE BOX.
04. JUST WHEN I NEEDED YOU MOST.
05. YEAH YOU.
06. SUBWAY.
07. LOVELY DAY.
08. JOE.
09. PEACE TRAIN. (CAT STEVENS COVER)
10. TRUE LOVERS.
11. AT THE AGE OF 65
12. PLEASE DO.
13. A LITTLE MORE.
14. ALONE BY THE TREE.
15. I WANT YOU BACK.
16. DRUNK WITH AIR.
17. IN THE SUNSHINE.
18. DONT'STOP. (FLEETXWOOD MAC COVER)
19. MARIA.
20. WHATEVER HAPPENS.

En ce samedi 9 janvier, jour du 72ème anniversaire de Jimmy Page, il aurait été indécent de passer la soirée sans concert, c'est pourquoi mon choix s'est porté sur le groupe condruzien So 'n' So. Direction Namur et hop, je me hisse au deuxième étage de l'Acoustique situé au numéro 3 de la rue des Dames Blanches. L'endroit est plutôt cosy (Powell) mais on ne peut pas dire que ce soit une vesprée placée sous le signe de la grande affluence malgré la gratuité d'accès. Pour ma part, n'ayant aucune contrainte mercantile à faire valoir, je préfère assister à ce genre de concert dans une ambiance intimiste plutôt que d'avoir à subir les affres des éructations borboriques d'une engeance avinée pour qui le respect des musiciens à autant d'affinités qu'un machette tutsi avec une nuque hutue. In Fine, nous privilégierons donc la qualité à la quantité.

Les impératifs commerciaux imposant un concert en deux sets, il ne me reste plus qu'à espérer qu'ils seront gagnants. Je te sens trépignant d'impatience Ô lecteur fidèle. Je te sens croisant et décroisant les pieds à la manière sensuelle d'une Sharon Stone de la chaussure, les boyaux du ventre grognant sauvagement en une sorte de « Basic Intestin » de l'impatience. Mais je ne cèderai pas à la pression, fusse-t-elle servie en verre (et contre tous) de 25 centilitres. Tu attendras la fin du récit pour savoir ! Cela s'appelle ménager le suspens, chose inconcevable pour les sujets de sa majesté The Queen. Tu imagines tous les grands-bretons en suce-pences ? Suce-pounds ne leur siérait pas mieux d'ailleurs. Bien, revenons au sujet de mon exil hivernal autant que passager en terre namuroise.

On entame les fraternités, pourquoi toujours dire les hostilités, par deux titres chantés de fort belle manière par Fanfan, sorte de Rita Hayworth du micro, une rousse flamboyante et sautillante comme une petite fille espiègle invitée au Muppet Show. « Don't Worry » suivi du très rythmé «As If » avec déjà notre Stevie en backing vocaliste de luxe. J'ai oublié de vous préciser que, mis à part les deux reprises signalées comme telles dans la setlist que tu n'as pas manqué de lire en début de page, So 'n' So interprète ses propres compositions. D'ailleurs, pour ceux qui se demanderaient d'où vient ce « jeune groupe », sache que Marcel, Stéphane et Jean-Luc ont déjà oeuvré sous ce label au début des années 90 mais à l'époque, le répertoire était beaucoup plus axé covers . Les trois compères se retrouveront quelques années plus tard aux côtés de votre serviteur au sein de Cover Age, autre célèbre formation condruzienne. Vincent le drummer-boy n'en n'est pas à son coup d'essai non plus, vous l'aurez déjà certainement vu à l'oeuvre dans les T'chapiats ou dans Quartz. Au niveau batteur, c'est probablement ce qui se fait de mieux à des kilomètres à la ronde.
Voici notre Cello et sa voix basse qui nous fait jaillir le pantin de sa boîte dans « Jack in the Box ». Ce morceau faisait déjà partie du répertoire du trio précité, j'ai une certaine aversion à utiliser « susnommé » qui est rempli de connotations équivoques je trouve…« Just When I Needed You Most » , non, rien à voir avec la chanson de Randy Van Warmer, ici on lorgne franchement du côté des Fab four de Liverpool et « c'est très bien ainsi » comme le disait Bernie Bonvoisin dans le « Mittard ». Vient ensuite « Yeah You », un titre qui évoque « quelque chose qui revient sans arrêt et qu'on arrive pas à chasser de son esprit ».
Le groupe fonctionne en mode relax, humour et sourire et c'est parfait. On sent que scéniquement parlant, il y a encore de petits ajustements à faire au niveau des automatismes mais après tout, le plus important n'est-il pas la qualité d'interprétation ? Petit coup de nostalgie avec le très beau « Subway » autre survivant du So 'n' So première époque chanté par Marcel. Le public est séduit, comment ne pas l'être d'ailleurs ? Ces guys'n'gals savent ce que jouer et chanter signifient et ce, pour notre plus grand bonheur !

« Lovely Day » un magnifique duo vocal partagé entre Stéphane et Françoise.

Le sujet de la chanson ? Je cite : « c'est encore une histoire de vous savez bien quoi » oui, on devine… c'est une composition de Vincent avec un chorus qui vient à chaque fois introduit par un roulement de caisse claire, un peu à la manière d'un numéro de cirque périlleux dans lequel on retrouve Stéphane en Monsieur Loyal, sorte de Roger Lanzac des temps modernes. C'est génial.
Composition de "nosse" Jean-Luc pour « Joe » une chanson dédiée à notre ami et musicien Georges «Jojo » Hendrick emporté par la maladie. Jojo avait également fait partie de Cover Age. Une reprise très classe du « Peace Train » de Cat Stevens et puis c'est le tour de « True Lovers » un magnifique reggae digne de Serge Gainsbourg qui vient clore ce premier set de fort agréable manière. La voix de Marcel flirte autant avec celle du grand Serge (il n'y a pas que Meaulnes qui était grand) qu'avec celle de Billy Gibbons de ZZ Top. Ce morceau est tout simplement un tube en puissance : ma-gni-fi-que ! Vivement un pressage en CD. Il y a même un petit côté « Walk of Life » de la bande à Knopfler dans l'intro.
Vas-y , appuie sur « Pause ». Allez, étire-toi, bois un coup et ne baille pas en public stp. Reviens vite t'asseoir parmi nous, ça va reprendre.

Dans le titre, « At the Age of 65 » c'est un clin d'oeil manifeste aux Beatles et à Toto (Africa) dans la ligne mélodique, je vous l'ai dit, on sent les influences. Très beau morceau également. « Please Do » est une autre histoire d'amours maudits. Vient ensuite une chanson dédiée « A ceux qui ne sont pas là mais qui ne sont pas loin » comme le dit Françoise pour introduire cette nouvelle compo de Jean-Luc. On enchaîne avec « Alone By The tree » et son solo de guitare à la David Gilmour.

Et nous voici arrivés à ce qui constitue à mon sens LE momentum du concert, on entre carrément dans le music-hall , nous sommes à Broadway ladies and gentlemen ! A certains moments on plonge même dans le « Wizzard of Oz » aux côtés de Judy Garland et on marche sur l'arc-en-ciel, un arc-en-ciel de notes, d'harmonies vocales, d'ambiances et de climats qui à eux seuls valent le déplacement. « I Want You Back » c'est le petit coup de colère de Fanfan qui clame « Don't You remember me no more ? » avant de plonger dans « Drunk With Air » introduit tout simplement par un duo piano/voix de toute beauté. Pendant cette petite dizaine de minutes, on a flirté avec le sublime, c'est une réussite totale à tous les niveaux et si d'aventure le groupe décidait d'en faire une sorte de comédie musicale mâtinée d'opéra rock eh bien ce serait la première du genre que j'irais voir, je vous l'assure, superbe !

« In the sunshine » est la troisième ancienne compo qui amène à la seconde reprise de cette soirée, le « Don't Stop » de Fleetwood Mac . A mon avis et selon mes goûts personnels de fan de la bande à Stevie Nicks, c'était un poil rapide. Ce sera ma seule petite égratignure au contrat dont nous honore So 'n' So. On s'achemine vers la fin du spectacle avec humour par le truchement de « Maria » une chanson qui à l'origine devait porter le titre de « Sex In the Morning ».

« Whatever Happens » le dernier morceau du répertoire est une compo géniale de Vincent, tour à tour chanteur pratiquement castrat et siffleur de charme qui permet aux musiciens de quitter la scène les uns après les autres pour finalement laisser notre batteur comme unique représentant de So 'n' So, un groupe qui nous a vraiment séduits par sa prestation et la qualité de ses compos. A revoir au plus vite. Vous voilà prévenus.

Mitch « ZoSo » Duterck

So 'N' So à L'Acoustique - Namur - le 9 janvier 2016
So 'N' So à L'Acoustique - Namur - le 9 janvier 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by Mitch « ZoSo » Duterck - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents