Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 22:46
Le collectif 'Teenage Kicks' organisait une soirée 'Rock Against Leterme' au café The Student ,rue du Palais à 1030 BXL ,à 2 pas de l'Eglise Royale Ste Marie.

Let's go punky!

Ce sombre kaberdouche s'est rempli d'une faune vestimentée chains,zips,whip shirts,bondage tops, black redingotes,combat skirts and boots...Des coiffures spiky ou Mohak (de toutes les couleurs) ,sans oublier les épingles ,clous,piercings, badges divers et résilles.
Back in the mid-seventies est le mot d'ordre.
J'ai vu des sosies de Sid Vicious ou John Lydon ,beer bottle en main et crachant à la face de l'establishment.

Premier couac , pas de MORAL DILEMMA , le groupe a annulé -batteur malade.

ONE SHOT

un band provenant du Hainaut (Soignies) booké par l'agence AEM Project.
3 petits jeunes proprets,sortis du berceau .
Formation punk typique :batterie,guitare,basse .Les 2 derniers essayant de vociférer méchamment.(sans succès)
20' de balbutiements inoffensifs.Ce trio manque de planches et les copains se foutent d'eux :'One Shot à poil ......'
Une parenthèse!


DAMMIT

Encore un trio basique.
Les frères Gyll -Murray et aux drums Nick Baker.
Leur bio mentionne une origine belge et british(Cornwall).
C'est du sérieux.
Un straight punk rock avec des lignes de métal.
Un batteur déchaîné ,un bassiste et guitariste descendant de scène pour se mêler aux pogoteurs se tapant dessus.
Une jolie nana vient se réfugier derrière mon torse, aussi puissant que celui d'un JCVD au chômage.
Le band nous gratifie d'une reprise mordante des MISFITS,les maîtres du hardcore punk.
Danzig( et son horrorpunk )is back in town.....
Un set (30')décoiffant .
Les pugilistes ont soif . Un mec ,T-shirt 'The Exploited' ,est presque mort.
Le band tourne pas mal au UK,où la scène punk est toujours vivante.On les retrouve sur la compil de Fury 76 Records.
Il joue à Ecaussines ce soir.

Top of the bill , from London : DEFCON ZERO

A classer dans la catégorie Punk/Hardcore/Trash .
Quelle est votre influence,gentlemen?
Beer,man.

Leo ,crinière de lion,était le chanteur de 17 Stitches (imagerie punk oblige).Il a un chant carnassier.
Monkey ,le drummer est infatigable.
Ben Zero assure ,avec le batteur simiesque ,une rythmique d'enfer.
Quant à Seamus ,il se charge des riffs destroy à la guitare.
Ces agneaux se réclament des Damned (Brian James,Captain Sensible,Dave Vanian,or Rat Scabies....),leur hymne 'New Rose' restera à jamais,l' emblème punk.
Leo(rien à voir avec Tindemans) est un sauvage ,incitant les rescapés de la première confrontation à un street- fight sans merci.
Le band nous assène des berceuses de 2' jouées LOUD,à un tempo TGV.
Les accords brefs se succèdent à une vitesse supersonique.
Après 30' et un rappel ,ils sont morts.
La veille ,ils devaient jouer à Paris .Ils étaient dans leur van à 1h de leur destination ,lorsque on les appelle sur leur mobile:
You can go back to the UK,la police vient d'arrêter le mini-festival .
Trop de bruit,de came etc...La vie d'un punk-band n'est pas toujours new rose...
Enfin hier,ils ont touché leur cachet et ce soir :Amiens ,en principe, car la maréchaussée pourrait jouer les trouble-fête!

Punk's not dead....
Et j'ai pas perdu une dent.
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 22:54
Un samedi soir sur la terre...... ouais, mais en cette période de solstice d'hiver,marchés de Noël,glühwein ..et en sachant que l'AB a servi son exit 2007 la veille...

Quel bol,il reste le DNA.
So BX Hell still lives ...

Le concert de dIPLOMAT est annoncé à 20h.
Tu t'amènes à 20.30.Tu peux compter sur les doigts le nombre de spectateurs potentiels, 3 rigolos en sont à leur 46ème Jupiler....
21h30 le 'rock temple 's'est rempli et le quatuor bruxellois estime que l'heure est venue d'investir la scène.

'Line-up:
Miss Sophie Chiaramonte :bass (jolie nana, efficace à la basse)-
On drums(some backing voc.):Niko Collaer (il ne joue pas dans The Vismets ,ce ket?)-
Gaethan Dehoux on lead guitar and second vocals,actif dans Alpha2.1 ou IMIDOV(=in the middle of nowhere):un jeu pas vraiment diplomatique ,plutôt dévastateur -
et le Frenchie:Fabrice Dubard (avec D,ivrognes...) au chant et seconde guitare ,un ex Noisy Faces.

'Messiah'
une première salve qui décoiffe.
La balance n'est pas optimale (DNA oblige) ,les backing vocals sont peu audibles, mais on est parti pour 50' de rock garage brut,non dénué de mélodies soignées.
Très vite, les gens se massent au pied de la scène et 2 cute English girls (who know what drinking is) hurlent, comme au bon temps du Marquee (Soho,my dear).
Ce band a de la gueule!
Une dégaine 'The Strokes'.
Une énergie rough rock & roll.
Fabrice a une voix vicieuse ,style David Johansen( New York Dolls). Il a d'ailleurs le look Marc Bolan(T Rex) ou Johnny Thunders (des Dolls,too- died in 1991-le prototype de la rock star :sex ,drugs etc..).
'Fake Duplicity' 'Found & Lost' c'est du rentre dedans.
Des riffs rageurs et secs ,une rythmique soutenue (Sophie ,poing levé ,nous incite à gueuler de plus belle),Fabrice prenant des attitudes de guitar hero.
We're sweating et il fait soif!

'Foe of Needless Exposure' un des morceaux de bravoure du band ,une mélodie hypnotique,des guitares qui tuent.
Qu'attend Pierre Guyaut pour passer ce truc dans 21 rocks?

'On Tour Trail ' 'Human' 'White man's right' -un black dans l'assistance se saisit d'un tambourin et accompagne le jeu de batterie .En fait, il le détruit et la female agent du band lui confisque l'objet.Il retourne à sa première activité :je picole....
'Last Disco Bitch' un pop rock catchy qui devrait s'installer dans les charts.
People ,two more songs: 'On the radio ' sur lequel s'enchaîne le brûlot 'Picture of You' :l'essence du rock-énergie,sueur ,un brin d'arrogance et du show sur scène :Fabrice grimpe sur les fûts ,avant de faire un petit saut à la Pete Townsend.
Ce band a du punch.
(Il n'a rien inventé ,me souffle t-on- who cares?It's rock and roll....on a passé un moment hyper fun!)

'Een topper in spé ':telle est la formule utilisée par un journaliste flamand lors du mini-rock.be.
Zeker weten!

Un album , à la production, le légendaire Luc Van Acker(Triggerfinger,Neon Judgement), devrait voir le jour sous peu.
The diplomatic machine is on its way ...annoncent-ils dans leur bio.
En février , ils font le bota:we'll be there!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 22:38
Tout le monde l'attendait ce concert...Une rotonde sold-out depuis belle lurette (une orangerie vide,allez comprendre le bota...);
Some friends dans l'assistance:Bert ,uit Heist- op- den- Bert,papy Milou (toujours attiré par la chair fraîche), et les 2 Fred.

20h10

Alina (Estelle) Hardin

Une jolie et timide (maladivement) jeune fille de Nevada City ,grande amie d'Alela ,ouvre les débats.
Elle a participé à 'the Family Album' publié chez Grass Roots,tout comme Alela ou Mariee Sioux.
Un look shy Cherokee girl .

Elle va s'asseoir sagement sur un tabouret , jette un regard inquiet au public à ses pieds, lance ses accords à la guitare et nous chante (murmure) pendant 20'/25' de jolies mélopées , inspirées de sa prime jeunesse en Northern California.
De douces rêveries romantiques ayant comme inspiration les éléments naturels (air,ocean and so on...) ,mais aussi les dilemnes humains : l'amour , la mort....
Elle a un joli filet de voix ,elle attire une sympathie bienvaillante .On voudrait l'aider ,car on la sent saisie d'un trac incommensurable : deux couacs au niveau accords guitaristiques dans le premier titre, la voix qui coince dans le second....Pas un sourire, une expression de jeune fille souffrant de coliques, notre coeur maternel est pris d'effroi et de pitié.
'Cotton White' 'Cliffs of Ocean Cove' 'Moonlight's beach' sont de beaux morceaux poétiques et tendres.Le public apprécie.
Notons qu'Alela est venue lui prêter main forte for the last tune.(un beau chant en harmonies)
Soulagée ,elle quitte la scène sous nos applaudissements.

ALELA DIANE (Menig) - 24 printemps

En couverture de nombreux magazines musicaux (les 2 Rif Raf.....,les Inrocks pour lesquels elle s'est tapée d'une session acoustique) - la nouvelle sensation folk,donc.
Mini tournée européenne sold-out-

Discographie: un 6 titres (introuvable): 'Songs whistled through white teeth ' un self-released LP'Forest Parade' et un cd 'The Pirate's Gospel' sorti en 2006(Fargo) et réédité depuis (avec quelques titres supplémentaires).

Tout comme Alina , Alela est originaire de Nevada City. Cette métropole de chercheurs d'or, doit avoir une atmosphère particulière , tant elle est fertile en talents neo-folk (Joanna Newson).
Une deuxième squaw (fille de hippies) sur la scène bruxelloise , mais pas de problèmes de viscères pour Alela.
Une guitare (pas toujours maîtrisée ,either) et une voix.
What a voice..... , depuis Melanie on n' avait plus rien ouï de si pur ou poignant.
Le public est plongé dans une écoute religieuse pendant près d'une heure.
Une accumulation de merveilles folk:'Dry grass &shadows' 'Sister Self' 'Tatted lace' 'My Brambles' Très vite Miss Diane est rejointe par la Joconde Alina ,et on aura droit à de sublimes harmonies vocales.
Un premier point fort 'The Pirate's Gospel' .
Un gospel imparable avec des mmh mmh mmh ,yoo yoo yoo ,sing the pirate's gospel.....(génial,même sans le banjo de l'album).
On ferme les yeux ,on se laisse balancer ,on murmure le chorus...
Tous conquis !
'Foreign Tongue' avec jolis sifflements et chorus.... ever again ,ever again ,
'White as Diamonds' nouveau titre , écrit en hiver .... what is the winter cold in Brussels ... no harm,your voice will warm us,baby....
Ses chansons sont une ode à la simplicité et à la beauté.Le vieil héritage folk américain a repris vie par magie.
'Clickity Clack' avec joyeux choeur enfantin,et ( parenthèse): discordances techniques-elle devrait peut-être se contenter de jouer de la rhythmique et engager un ace -guitarist....
On pardonne!
'Pieces of String'
Claque magistrale :'The Rifle' histoire de féminité menacée ,de menace d'agression domestique .Tu sens le danger,tu trembles pour la jeune fille:
...they're coming from the woods oh they're coming from the woods ...
va -t-elle se saisir du rifle et tirer sur ces men with black boots?
Silence majestueux dans la rotonde!
'Oh ,my Mama' ... she told me use your voice ,little bird....une
nouvelle perle.
She's leaving

Encore
'Tired Feet' un magnifique lament ,digne des plus grandes blues/soulsisters( Bessie Smith ,Billie Holiday )avec des lyrics mystiques .Poignant!
Et on termine par 'To be Still' un nouveau titre.

Un concert tout en émotions...
I think I'm falling in love.


Ps:thanks to Fred le Zamp pour son aide logistique!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 22:50

Des chaises hier soir dans le club. Une bonne centaine de connaisseurs (dont le revenant Guy,Steven et sa copine 'Leentje, ou Danny ,la compagne de feu Derrol Adams....) pour assister au show du merveilleux Tom Russell ,trop méconnu dans la partie francophone du pays.

Ce natif de Los Angeles (1950) a plus de 20 albums à son actif .Ces titres ont été repris par Johnny Cash,Nanci Griffiths,Ian Tyson,Joe Ely... Il a grandi dans le monde de Bukowski, John Steinbeck ou Jack Kerouac...
Cet alt-country troubadour nous narre des histoires de marginaux ou nous dépeint des pages historiques des Southern States. Il est de la même veine que Townes Van Zandt,Lee Clayton,B Dylan ou Leonard Cohen.
Pour cette tournée ,il est accompagné par le virtuose de la mandoline ou de la guitare acoustique: MICHAEL MARTIN.

Ce musicien ,originaire de San Antonio ,a son propre combo :The Infidels.
Il vient de sortir son premier CD 'Fatal Flower Garden' : à découvrir d'urgence ....

Tom (au look Jack Nicholson, période Easy Rider) accorde sa black cowboy guitar et c'est parti pour deux sets de 55' de country songs aux relents beatnik,ou mariachi ( Michael est un guitar ace!),de ballades nostalgiques ,de satires politiques ,ou de social songs.

Une part belle aux stories (ce mec sait écrire), tu écoutes religieusement ses anecdotes.
'The pugilist is 59', 'Beautiful Trouble', 'Who's gonna build your wall' le gouvernement amerloque envisage la construction d'un mur (remember Berlin) près de la Mexican border pour contrer le terrorisme (la parano Bush).

' ...who's gonna build your walll,boys who's gonna maw your lawn who's gonna cook your Mexican food when your Mexican maid is gone.....'quelle ironie-sans compter qu'il faut encore torcher les bébés californiens.

Le Tom nous en balance une à propos de nos petits problèmes sociaux : grève de la SNCB hier,il a mis 12H pour effectuer un trajet de 2 miles.... Et en ville il a vu des tas de gens habillés de rouge ou de vert (manif des syndicats) , il a voulu demander à une female cop où trouver un Mc Do ou autre tente à hamburgers , l'aubergine (elle comptait les manifestants sur les doigts) l'a envoyé paître.

Des salades , il nous en a servi des tonnes!!!!! Ainsi, Il a mangé un 'chickenfish!!!!!' , bu du Soave dégueu rempli de glaçons......American way of life oblige....etc...

Une chanson pour sa jeune compagne Nadine.
'Tower of Song ' de Leonard Cohen.
Une cover de Townes Van Zandt,specially for l'Ancienne Belgique.
Ou encore l'épique 'Van Ronk' sur l'album 'hotwalker' :
des anecdotes hilarantes à propos de nuits de beuveries dans l'appartement d'un certain Dave Van Ronk (le titre fait plus de 7')- on y cause de Bob Dylan ou Rambling Jack Elliot en sifflant du mauvais vin italien,pour s'endormir (archi bourré) sur le sol....
Le fabuleux 'California Snow' .
2 titres en SpanGlish, dont le très Flaco Jimenez 'Gallo del Cielo' .
'Tonight we ride' de l'album 'Indians Cowboys Horses Dogs'
'Beyond the Blues' composé avec Peter Case et Bob Neuwirth.

Une accumulation de perles ,tu ne vois pas les heures s'égréner .

En rappel :
a request:
' 'Blue Wing', un autre joyau mélancholique sur l'album 'Poor man's dream':avec le chorus
...it's dark in here ,can't see the sky
but I look at this blue wing and I close my eyes
And I fly away beyond these walls..

Nous,on s'est envolé par delà les océans pendant 2 heures magiques ....
Thank you,Tom!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 22:22

Vu par Michel :

Rotonde même pas à moitié remplie pour recevoir ces 2 bands ( et le bota avait refilé une cinquantaine d'invitations....).

LEGOPARTY
un trio belgicain 100% féminin.
3 nanas aux patronymes branchés 1980 (Suzy Fury -Melody Destroy -Sally Ann) .
Ne te pince pas ,ça existe....
Une image' caissières de chez Carrefour ayant enfilé leur outfit glam'.
Une certaine expérience scénique (surtout subsidée communauté française):Boutik rock,les nuits du soir,nuit belge à Paris.....tu vois le topo :une mini hype' bruxelloise-walliche 'à te foutre la trouille.
Du synthépop dansant à la mode disco de Céroux-Mousty.
Samplers ,avec jeu de guitare minimaliste pour la cheftaine et, heureusement plus évolué pour Miss Destroy ,qui l'échange souvent contre une basse (elle est la seule à tirer son épingle du jeu).
On nous les présente ainsi :
'un son brut ,sonique(sic),radical et primitif......Cherchez l'erreur!
Elles se revendiquent des Breeders,Elastica,B52's,Electrelane ou du punk façon Clash (oups...)
C'est mignon tout plein ,c'est décoiffant (dans le sens où en bougeant la tête ,tu risques d'abîmer ta mise en plis),ça vient du plus profond du coeur! (comme elles l'ont confié lors d'une interview au Figaro ou au Monde ,I don't remember)
Elles ajoutent :entre nous trois l'osmose est parfaite...(rubrique du coeur Femmes d'Aujourd'hui -novembre 2006).
Trêve de plaisanterie :tu passes ça à un mariage après 'ça plane pour moi' et avant 'smoke on the water' :tout le monde est content!
Euh :elles reprennent 'Sweet Child of Mine'

Bunny Rabbit

une gamine black (with fair hair) de Brooklyn,signée sur le label Voodoo Eros de CocoRosie.

Obviously le public présent(blank-faced) n'était pas initié à son house/hip-hop/dance beats.
Il a fallu attendre les derniers morceaux pour que les gentils bruxellois daignent se lever et se trémousser maladroitement sur les rythmes joyeux du gentil duo.
(Rachid et sa compagne ,plantés face au petit lapin ,ont eux fait la fête depuis les premières mesures).
Duo: car Melle Bunny est accompagnée par une DJ dynamique :lady Black -Cracker ,qui est chargée d'envoyer les beats corrosifs et de mettre l'ambiance.
Le hip hop exige une interaction artiste/public et, finalement, après 25' de balbutiements(ballons dans l'assistance, lyrics relevés de mothafucker ,pussy,shit.....,pas de danse suggestifs) , Bunny Rabbit y est arrivé.
Les titres 'Saddle up' ou 'Lucky Bunny Foot''Pussy Queen' font en sorte que tu shake your ass .... mais l'infantilisme guette.
Les attitudes 'naughty little girl' avec lapin en peluche ,qui ne veut pas aller faire dodo,de Miss Bunny ne font qu'accentuer cette impression.

Au fond Bunny Rabbit est l'enfant bâtard de Peaches.
La question demeure :Qui est le papa?
Not me,je le jure!

Vu par Rudi :

On avait déjà vu Legoparty en novembre 2006 à la Soundstation. Elles devaient revenir en première partie de Yelle en octobre de cette année. Mais cette dernière avait préféré annuler son concert du Botanique pour faire la première partie de Mika à Paris : « Bitch », comme dirait Bunny Rabbit. Le groupe s’est réduit à trois jeunes et jolies filles, elles ont remplacé le reste du groupe par un Mac … C’était tellement chaotique à Liège qu’elles ont probablement bien fait de changer de formation. Malheureusement, du coup, ca fait un peu karaoké … à part la bassiste qui joue de son instrument, les deux autres ne font que chanter, même si de temps en temps elles tapotent un peu la guitare ou le synthé …  Si elles chantaient juste, on aurait pu s’en contenter, mais malheureusement, même les voix ne sont pas toujours en place … ca fait beaucoup … surtout qu’on ne peut pas dire qu’elles débordent de charme ou d’énergie. Même leur reprise de Guns&Roses n’est qu’une pâle pantomime d’Axl Rose. Vous avez encore du travail mesdemoiselles, beaucoup de travail …

 

Legoparty quitte la scène et la salle se vide … ca devait être des amis et de la famille car ils ne reviendront pas … dommage … car ça va créer véritablement un trou d’ambiance que Bunny Rabbit, malgré toute l’énergie déployée, aura du mal à combler.

 

Bunny Rabbit est proche de Coco Rosie, elles font des tournées ensemble, travaillent sur le même label Voodoo Eros. Musicalement, c’est assez différent, là où CocoRosie travaille le son, l’ambiance, l’émotion, Bunny Rabbit privilégie le beat, le fun … sur album c’est plus dans l’esprit de Peaches mais en Live c’est très Hip Hop, on se rapproche plus de Salt-n-Pepa ou même de Public Enemy … Sur scène, c’est boite à rythme et sampler, Black Cracker la partenaire de Bunny lance les morceaux et assure le spectacle … Ca met une pêche d’enfer ! Elles sont drôles, elles s’amusent beaucoup et c’est communicatif … mais ce trop peu de public (et pourtant le Bota avait offert de nombreuses places) a du mal à mettre le feu … c’est dommage car c’est un des concerts les plus divertissant que j’ai eu l’occasion de voir cette année ! Merci Bunny, revient vite … nous serons là !

Vu par Florin :

En première partie, Legoparty, un groupe de 3 filles, l'air un peu ados et produisant quelque chose que je ne pourrais pas qualifier de musical. Je suis resté jusqu'à la fin de leur représentation avec mes bouchons bien enfoncés et par respect pour l'organisateur qui m'avait gracieusement offert cette entrée. Durant une heure on a eu droit à des basses fracassantes, des sons de guitare saturée et des voix agaçantes. Il y avait pourtant une poignée des fans qui se tordaient dans tous les sens au « rythme » produit alors qu'une autre poignée de la majorité restée assise, bougeaient lentement leur tête d'avant en arrière, tel les petits chiens à l'arrière des voitures.

Après une courte pause et la malheureuse perte d'une bonne moitié de la salle qui n'est jamais revenue, agonisant certainement dans un coin du bar, est apparue Black Cracker. Mixeuse de Bunny Rabbit derrière son pupitre de mixage. Elle lançait des ballons roses sur la scène en encourageant le public à s'approcher pour accueillir Bunny. Un adorable petit bout de choux fit son apparition, blonde, souriante, une robe noire à dentelles et des bas collants. La musique que je qualifiais de Rap était selon un expert du Hip Hop. Ce n'est pas ma tasse de thé mais je dois admettre que cette fille a remonté le niveau de la soirée tout en employant des termes en bas de pâquerettes.. Les paroles étaient riches en « dick, fuck, suck, cock, tits, pussy, mother fucker …» dans une atmosphère que je pourrais qualifier de Disneyland pornographique. Un contraste entre la petite fille du Magicien d'Oz dans dans monde féerique et la réalité du Démon de chacun de nous qui ne se dévoile que tard la nuit. Elle n'arrête pas de bouger un instant, au début de chaque chanson elle se comporte en petite fille sage et timide et dès que le « beat » du Hip arrive, elle assure un spectacle permanent en ne glissant jamais dans la vulgarité visuelle que cette musique a l'habitude de nous servir en général. Sa copine Black l'embrasse souvent, lui touche les fesses en lui tournant autour. Elle l'accompagne vocalement et va même jusqu'à traiter quelques uns de « bitch » en les pointant du doigt, sans pour autant choquer. Sur la dernière chanson elles ont invités le public qui le désirait, à mon ter et danser sur scène. J'ai encore l'image en tête d'un fan qui se tortillait dans tous les sens parmi pas mal d'autres volontaires.

Elles étaient dans les couloirs du Bota pour la vente de leur marchandise, en nous prévenant que si d'aventure, une odeur de vin nous semblerait provenir des t-shirts, il ne s'agirait que du pur fruit de notre imagination…

Une bonne soirée donc en fin de compte qui s'est terminée dans les couloirs avec 3 potes, à rire et déconner.

 

Vidéo de Bunny Rabbit au Botanique

Repost 0
Published by Collectif - dans Concerts
commenter cet article
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 22:54

Castanets "Ray Solo" est un gars de Brooklyn affublé d’une grande barbe à la ZZTop, il s’accompagne seul à la guitare. Ca commence plutôt bien, il a une voix extraordinaire. Côté musical, c’est une sorte de blues … expérimental, dirons-nous, pour exprimer que c’est assez décousu, tant au niveau rythmique, qu’au niveau harmonique. Il joue avec des loops qu’il contrôle aux pieds et comme souvent, ca ne marche pas … marre de ces loops, ca déconcentre l’artiste et c’est toujours la même construction en couche. Il serait temps d’offrir de nouveaux outils aux chanteurs solo ! Par moment, c’est tellement décousu qu’on s’y perd, qu’on décroche et sa seule belle voix ne suffit plus à nous tenir attentif … dommage … mieux exploité, mieux maitrisé, il aurait pu nous conquérir !

 

Depuis la sortie de son premier album « Sweet Heart Fever » en 2001, Emma Louise Niblett arpente le monde pour défendre ses petites perles de chansons. Ce soir, c’est sur la scène de la Rotonde du Botanique de Bruxelles qu’elle débarque, seule, à 21H15, avec son petit air de Meg Ryan.  Will Oldham (Bonnie Prince Billy) n’est pas présent, comme sur son dernier album, pour interpréter « Kiss » ou « River of No Return ». Elle commence son show avec beaucoup de maîtrise. Deux morceaux tout en douceur, le batteur la rejoint ensuite et la tension monte, monte jusqu’à l’explosion des guitares saturées, hargneuses. Tout ça est très bien amené, géré. On assiste à une prestation déjà rodée depuis quelques mois … que dis-je, quelques années. En effet, Scout Niblett, n’est pas une novice, «This Fool Can Die Now» est déjà son troisième album (sans compter les nombreux « EP »). Ne vous fiez pas à ses airs de petite fille sage, elle  cache une rage, une énergie qui se déchaîne dans ses chansons. Elle a une incroyable faculté à sourire et plaisanter avec le public, puis en un dixième de seconde, se re-concentrer, s’immerger totalement dans le morceau suivant à interpréter.

Mention toute particulière à « Dinausor Egg » ma perle préférée sur le dernier album :

On pourra, après ce magnifique concert, la croiser dans les couloirs du Botanique entourée de drôle d’énergumène déguisé en militaire (il y avait Laibach dans la salle voisine).

On a également été faire un tour au StartinPop 3 party : la présentation d’une nouvelle compilation. On y a remarqué Virgil, un subtil mélange d’InterPol et des Editors … à découvrir, si vous aimez le genre …

Puis retour au bar, soirée méga branchée, DJ CosyMosy, … bof, bof …

Repost 0
Published by Rudi - dans Concerts
commenter cet article
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 09:53

Ca commence tôt à l’AB ce soir, 19H30, Jos Steen arrive sur la scène … en titubant … on dirait le papa de Florin, même chapeau, même carrure, même passion pour le Blues … mais une passion différente : l’alcool … il est bourré, rétamé ! Il s’assoit, c’est plus prudent, attache un élastique autour de sa guitare et de son bras et se met à tirer et faire claquer ce bout de caoutchouc sur ses cordes … n’importe quoi ? Non, un hommage à Stockhausen (décédé récemment) d’après lui … bon, ca aurait été drôle 5 minutes mais une demi heure d’un jeu de guitare blues approximatif, de blagues à deux balles, de cris dans ou à côté du micro, de larsens non maitrisés, c’était un peu long !

 

Heather Leigh Murray est le deuxième cadeau bonus de la soirée. Elle est seule, assise,  mais manifestement plus claire d’esprit que le papy précédent. Gros riffs de guitares saturés, gueulades à l’unisson dans le micro … une petite mélodie de 3 notes qui se répètent pendant plus de deux heures … enfin, non, vérification faite ca n’a duré que 20 minutes  … mais ca paraissant tellement long, tellement long ! Chiant, très chiant !

Douze ans après son premier album solo « Psychic Hearts » Thurston Moore (chanteur et guitariste de Sonic Youth) revient avec « Trees Outside the Academy » et une tournée. L’éternel adolescent qui va avoir 50 ans l’année prochaine (incroyable quand on le voit) arbore un T-shirt à l’effigie de son label « Ecstatic Peace ». Il est accompagné d’un guitariste, un bassiste, une violoniste et du batteur de Sonic Youth. Erreur de casting ou choix esthétique : Ils ont décidé de jouer avec des guitares électro-acoustiques …  ca va donner au show une couleur toute particulière qu’on appréciera ou pas … pour ma part, j’ai préféré, de loin, le rappel de 4 morceaux entièrement joué à l’électrique pure et dure … plus de puissance, ca colle mieux avec l’écriture musicale des compositions … mais d’autres ne partageaient pas mon avis … Thurston Moore est toujours aussi détendu, sympathique, plaisantant avec le public : « Merci d’avoir choisi notre concert et pas celui de LedZep à Londres » et assurant toujours autant au niveau instrumental et vocal. Un très grand Monsieur, un très grand concert !

Repost 0
Published by Rudi - dans Concerts
commenter cet article
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 22:02

La Rotonde est au trois quart remplie, pas de première partie, 35 minutes de retard, Day One monte sur scène …

On les attendait depuis longtemps … après leur premier album « Ordinary Man » en 2000, ils étaient passé au Pukkelpop pour une prestation « oubliable » … Puis, le trou noir … Day One n’était plus … juste une apparition dans une boite de nuit du film d’Yvan Attal (Ma femme est une actrice) nous avait remémoré cet excellent premier album … En 2007, ils réapparaissent enfin avec un nouvel album calqué sur le premier « Probably Art ». Ils font toujours du Hip-Pop … non ça n’est pas une faute de frappe … c’est vraiment pop avec un fond de hip hop légèrement slammé … enfin, … allez écouter si mes explications ne sont pas claires !

Le groupe en live se compose d’un guitariste, un bassiste, un batteur, Doni Hardwidge le claviériste (guitariste à l’occasion) et Phelim Byrne le chanteur. Un mac trône sur la scène pour lancer les « backing sounds » enregistrés. Ca ne laisse pas place à l’improvisation … les musiciens doivent se caller sur cette « bande son ». Ca fige un peu le show … Phelim n’est pas très causant, il se contente d’annoncer le titre des morceaux qu’ils vont jouer … « Bad before good », « Cosmopolita » d’entrée de jeu … ca commence plutôt bien, mais les chansons qui vont suivre, un peu plus faibles à mon gout, vont ramollir les ardeurs : « Feet firmly », « The little things », … « Probably art » le titre phare du dernier album va réveiller un peu l’intérêt qui s’estompe peu à peu … en plus, le son n’est pas au rendez-vous, la voix est trop présente, on n’entend pas le guitariste, ce qui en soit n’était pas trop grave tant son jeu tenait du niveau de la classe de guitare de première année de l’académie de Virton …  le public ne s’y trompe pas il rentre, sort, va chercher des bières ou quitte même définitivement la salle.

Au bout de 55 minutes, on attend un rappel pendant près de 10 minutes … mais il ne viendra jamais … Frustration ! Ils n’ont pas joué "Bedroom Dancing", “Waiting for the Break”, "I'm Doin Fine", ni même “Ordinary Man” … sur leur set list il était pourtant prévu un “In the event of an encore : Ordinary Man (piano-vocal) Probably Art (next single)”. Ont-ils été agacés par le public un peu mou (une grosse moitié de la sale restée assise), par les allés-venues des soiffards, … toujours est-il que tout le monde est retourné spolié …

Repost 0
Published by Rudi - dans Concerts
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 08:43

Windmill assure la première partie de la Texane. Deux jeunes bien barrés et visiblement fous, bourrés ou autres… Le chanteur au synthé chante avec sa jolie voix d’enfant le batteur assure discrètement la rythmique et quelques soutiens vocaux. C’est sympathique, calme et leur bonne humeur et leur douce folie nous font passer un bon début de soirée. Musicalement c’est assez calme avec quelques envolées de synthé et de la voix du chanteur… On pense un peu a Mercury Rev mais minimaliste…

 

« Magnifique »

« OOUUUAHHHH »

« En plus elle est super jolie ! ! »

« EHHH pas mal »

« P%$#* que c’est beau »

….…. (Sans voix)

Sont quelques-unes de mes pensées lors du concert de St VINCENT, de fait, c’était magnifique…

Tous de costume vêtu, le batteur, le violoniste et le bassiste accompagnent la très jolie Annie.

Un batteur hors pair, un violon bien placé et un excellent bassiste accompagnent la guitare de St Vincent. Sur album elle assure seule toute la musique mais ici elle s’accompagne de très bons musiciens et du coup revoit entièrement son orchestration de l’album… Sur album, on pense à Bjork ou Camille mais ici, en live, on pense plus à Emilie Simon. Mais si Emilie se pose plus du coté du petit chaperon rouge et de sa Mère Grand, St Vincent elle est du coté du grand méchant Loup… Bien Plus sombre, plus rock et en plus y’a pas un con avec un grand chapeau qui fait le malin avec des machines électroniques à deux balles… (voir E. Simon en concert ! !) Vraiment une classe au-dessus…

L’ambiance jazzy ne cache pas des compositions rocks enjouées, impeccablement interprétées par une magnifique St-Vincent qui attire tous les regards dans sa jolie robe… Quand elle chante « Marry me » on a envie de crier « oui moi ! ! Prem’s »

Seul bémol de la soirée, je n’ai pas pu la voir après le concert pour faire signer mon album… Tout le groupe était là et m'ont assuré qu'elle allait arriver mais après 30’ minutes d’attente je suis parti sans ma dédicace.. tant pis se sera pour la prochaine fois… vivement son retour…

Repost 0
Published by Lio - dans Concerts
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 22:55

En première partie Auryn & The Nightingales, une très jolie jeune femme habillée d’une magnifique robe blanche (mariée ?)  dotée d’une merveilleuse voix mielleuse. Après le premier morceau à capella, la salle est assez scotchée, époustouflée par cette impressionnante performance. Elle s’assied ensuite au piano et interprète quelques chansons moyennement inspirées qui partent souvent dans une envolée « lyrique » assez peu convaincante. Une fois ca va , trois fois …

 

Arrive ensuite une violoniste (pour une première) habillée d’une paire d’ailes noires franchement ridicules. Cette nouvelle sonorité renouvellera un peu l’intérêt mais l’émotion n’est pas au rendez-vous … elle veut probablement trop bien faire et donc trop en faire … Avec un peu plus de « modestie » et du travail sur ses compos, cette damoiselle devrait arriver loin, très loin …

 

 

Un groupe réduit à l’essentiel pour le concert de ce soir : un batteur, un bassiste-guitariste et Keren Ann. Trois superbes artistes en pleine possession de leurs instruments (ils jouent magnifiquement) et de leurs morceaux. Elle chante en anglais, en français et même en portugais (dernier rappel, une reprise à capella) avec un incroyable grain de voix. Keren est exceptionnellement très prolixe, elle n’arrête pas de remercier, de raconter des anecdotes, de nous encourager à participer … Musicalement, on passe du sublime au moins bon en fonction des morceaux. Personnellement, je préfère les chansons teintées de Velvet, de nostalgie,  de country (surtout le dernier album). Le son des vieilles Gibson, des électro-acoustiques, des gros amplis Fender est parfait, un vrai régal (enfin, presque … car un des amplis captait faiblement une radio qui au devant de la scène était, parait-il, assez dérangeant). Après une bonne heure de concert, un premier rappel de 4 morceaux dont deux incroyables reprises de Queen of the Stone Edge et Emilou Harris et un second rappel, nous sommes reparti avec le sentiment d’avoir assisté à un très bon concert qui sera encore meilleur la prochaine fois quand elle n’aura plus dans son répertoire que des bonnes chansons. Bon, sur ce, je retourne écouter l’intégrale de Jonhy Cash.

 

Repost 0
Published by Rudi - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents