Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 22:26

L'avis de Christian

D'un apéro fascinant plein de charme à un fromage tourmenté et lourd trop long. C'était le menu du concert "ELEKTRONIK" d'Ars Musica.

Premier tiers plutôt superbe avec Elastic3 et la charmante joueuse de flûteàbeccontrebassePaetzold, Eva Reiter. J'étais dans des vagues d'eau ou d'air sans trop savoir. En plus, sa composition personnelle était aussi envoûtante. Faut dire que le dialogue flûte, guitare électrique et bande électronique était intrigant et passionnant.

Deuxième tiers, une intéressante conversation entre un trombone et son ombre électronique. J'ai aimé la découverte d'une autre façon de jouer du cuivre.

Dernier tiers, là, c'est du violoncelle sportif. Faut pas trop chercher si c'est le musicien ou l'installation électronique qui renvoie son image miroir décalée qui jouent. Certaines aiguës crispantes. La dernière composition, très physique, aurait pu se résumer à la moitié du temps. Mais le violoncelliste peut participer au J.O. Seul intérêt, la voix du musicien en même temps que son jeu.

 

 

 

Le bémol de Rudi

Encore un mauvais point pour l'organisation d'Ars Musica qui nous a gratifié d'un concert de musique acoustique-électronique un peu gâché par la sonorisation. Les enceintes sont de moyenne qualité, sont mal disposées et mal orientées. Le son est souvent mal maîtrisé, ca crachote, ca fait des "tics" ... Pire que la semaine passée (voir dans les articles précédents).

Heureusement, la prestation de la magnifique Eva Reiter sur la superbe pièce de Romitelli et sur sa propre composition n'a pas été affectée et a permis de sauver la mise de cette soirée en demi teinte.

 

 

Repost 0
Published by Collectif - dans Concerts
commenter cet article
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 22:05

La critique de Rudi

 

J'avais fait des bonds quand j'avais appris que c'était Ladytron qui faisait le première partie de ce concert, je voulais les voir l'année passée au Botanique et ils avaient annulés. Ces 4 anglais sont accompagnés de deux invités qui renforcent leur prestation sur scène. Leur Rock/Electro sonnent très 80's, leurs synthés Korg renforcent encore leur son très typé. L'ingénieur du son devait être un stagiaire, un apprenti ou un crétin mais les basses étaient exagérément résonnantes et dérangeantes. Ca tuait franchement les compositions sombres mais légères que j'appréciais tant sur CD. Le groupe reste assez froid et le leur petite chorégraphie digne des pires moments d'Abba n'arrivent même pas à dérider un public qui reste fort indifférent. J'attendais beaucoup de cette première partie et j'ai été franchement déçu ...

Nine Inch Nails dans une petite salle comme l'AB, des tickets qui s'arrachent en quelques heures, autant de choses qui créent l'émoi et vous font penser que vous allez assister au concert de l'année. On a manifestement changé l'ingé-son car y'a rien a redire de ce côté là, ca joue fort mais c'est nickel. La scène reste relativement dépouillée, le light show reste discret, mais où ont-ils donc déchargés les deux semi-remorques qui stationnent à l'extérieur ? J'avais lu dans le journal "Le Soir" que Trent Reznor avait dit n'être pas satisfait de la production du spectacle, il avouait n'y avoir pas assez travaillé ... c'est bien de l'avouer, ca se voit, mais ca ne s'entend pas ... car finalement, on est là avant tout pour la musique et on n'est pas déçu. 1H45 d'énergie, de tubes, c'est du lourd. Le chanteur et les musiciens y mettent toute leur énergie, leur charisme, ce sont des pros, c'est très efficace. Le public est très chaud, ils chantent, crient, pogotent, se battent ... Les morceaux s'enchainent ne laissent aucune place pour des applaudissements. Dernier morceau, on rallume et pas de rappel. Ca manquait peut-être un peu de chaleur et de contact avec le public. Ca reste un beau grand concert ... mais ca ne sera pas le meilleur de l'année, c'est sûr ! 

La critique de Fred

Commençons par le commencement, histoire de vous mettre dans l'ambiance...de fait, je ne veux pas être le seul a avoir supporte la première partie! ... Ladytron ... 3 nanas, 3 mecs ... belle perspective vous me direz? ben pas trop! - somnifère cacophonique - ... ou "donnez 2 Kriek et un micro a une fille et voyons le résultat" ... je ne sais pas ce que le mec à la balance a foutu (il devait rester des Krieks) ... mais un mot: insupportable! Toutefois, j’attends d'écouter une version studio de leurs "exploits" pour m'avancer plus. Mettons cela sur le dos de la technique et d'un lundi pourri.

Passons à l'essentiel, nos déjantés de NIN... un mot: du pure bonheur! Même si quelques points sont a soulever, comme l'attente assez longue après la première partie (notez, le calme après la tempête c'est bien aussi), et un technicos aux lumières pas très "éclairé"! Retard par rapport au son, parfois pas de lumière du tout (ne mettons pas tout sur le dos de la Kriek non plus!). Mais après tout, on ne voulait de la lumière plein la vue mais du son plein le caisson ... et ca! croyez moi on en a eu! C'est qu'ils tiennent la forme nos papys! surtout le guitariste .. parfois un peu trop même, sur certains morceau on se demandait si sa guitare lui servait encore a produire un son ou uniquement a éclater son environnement immédiat ... Mais saluons les enchainements, à peine un morceau terminé que déjà le son, la note, le bruit voire le cri de la chanson suivante résonnait déjà! Infatigables! et c'est ce qu'on demande après tout! seul point négatif a cela, c'est que forcément, on ne voit pas de rappel passer ... une conclusion pour les NIN : Continuez comme ça! (mais changez de première partie)...et une conclusion pour vous: arrivez en retard  pour rater les Ladytron (le bar reste ouvert), mais foncez voir NIN!

 

Repost 0
Published by Collectif - dans Concerts
commenter cet article
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 22:03

Cette critique sort un peu du cadre des articles habituels plutôt axés sur la scène Rock puisque le concert de l'"Ensemble Modern" s'inscrit dans le cadre du festival Ars Musica. Trois compositeurs contemporains sont mis à l'honneur ce soir : Reich, Adams et Dessy.

 

La première pièce est de John Adams, un des compositeurs contemporains à être le plus joué dans le monde. C'est probablement parce qu’il est le plus accessible. Sa musique répétitive, minimaliste reste malgré sa spécificité très variée et très mélodique. Pour preuve, "Shaker Loops" a été écrit en 1978 et a été utilisé dans des musiques de films et de jeux vidéo. Ce morceau est magnifiquement interprété par le "septet" à corde.

 

La deuxième, est un morceau de Steve Reich écrit pour un triple quatuor à corde. Comment souvent dans ce cas deux quatuors sont enregistrés sur bande et c'est le troisième qui joue live ... C'est un peu dommage surtout quand la balance n'est pas bonne à tous les endroits de la salle. Les malheureux des premiers rangs et des extrêmes gauche et droite se prennent juste l'enregistrement ou le live selon l'emplacement ! Franchement pas terrible dans ces conditions. Dommage pour ce magnifique morceau de Reich qui aurait mérité mieux. L'organisation pourrait faire un effort de sonorisation pour que tout le monde profite pleinement du concert.

 

Après l'entracte, c'est Jean-Paul Dessy, compositeur belge, qui clôture la soirée avec sa nouvelle création  "O CLOCK" : une longue méditation, une “machine à démonter le temps”, selon les mots du compositeur qui a présenté sa composition avant le spectacle. L'ensemble est très varié : des cordes, des cuivres, un piano, une guitare électrique, des sons électroniques, ... Malgré tout ca, j'ai été fort déçu. J'avais déjà entendu de biens meilleurs moments de JP Dessy.  Les sons électroniques sont très "clichés" et peu travaillés, la guitare électrique sature souvent et c'est dérangeant. C'est assez plat et pas toujours cohérent. Pire, malgré son explication d'avant concert, je n'ai pas entendu le Temps qui passe, qui accélère, qui ralenti, "qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend ..."

 

Comme toujours ces impressions n'engagent que moi et beaucoup d'autres spectateurs vous raconteront certainement le contraire ... Ecoutez, faites vous votre propre opinion ... et partagez-le avec nous.

 

 

Repost 0
Published by Rudi - dans Concerts
commenter cet article
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 22:39

D'abord, la salle : "Het Depot", une première pour moi ... C'est simple à trouver : en face de la gare de Leuven ! C'est moins facile pour garer la voiture ! Tip : parquez-vous derrière la gare, le soir c'est vide et gratuit, vous traversez la gare (par les sous-sols) et vous y êtes ! Quand vous entrez ca ressemble à un bar dans un couloir ... pas terrible ! Puis vous passez une porte sur votre gauche et vous vous retrouvez dans une ancienne salle de cinéma ! Les sièges sont toujours là, l'écran est remplacé par de grands draps noirs, la salle est dans l'obscurité ... derrière ce rideau noir se cache la salle de concert à proprement parler ... une grande scène et de quoi accueillir 400 personnes au moins (assez similaire à l'Orangerie du Botanique) ... sauf que s'ils enlèvent les rideaux noirs ... la salle est augmentée de l'ensemble des sièges de l'ancien cinéma ... et on peut à mon avis caser alors un peu moins de 1000 personnes ... En plus, il y a des concerts programmés deux à trois fois par semaine ... gardez donc cette adresse dans vos favoris : Het Depot

 

 

Côté musical, c'est Nunan qui est en "support act". Ces cinq belges néerlandophones : Elgrandelgado (chant), Uncle Kurt (guitare), El Jefe (guitare), Monsieur Herald (batterie) et Zsenomsky (basse) viennent de sortir un disque ‘bad music for ugly people’ qui vu son titre ne donne pas trop envie d'être acheté ! C'est très 70's, y compris dans leur look, ca sonne un peu 'Doors' et ca n'est pas désagréable. Le grand chanteur chevelu se tortille autour de son micro, le bassiste fait les cent pas sur la scène, c'est parfois un peu cliché, ca ne révolutionnera pas le style mais c'est efficace.

 

Le très attendu Little Barrie dont on dit partout le plus grand bien est un trio composé de Barrie Cadogan (chant et guitare), Lewis Wharton (basse) et Billy Skinner (le nouveau batteur). Les deux albums qu'ils ont à leur actif : "We are Little Barrie" et "Stand Your Ground" s'enchainent bercés par la douce voix légère de Barrie. Il joue de sa guitare comme un maestro, le batteur est également un musicien de premier choix, à eux deux, ils assument la majeure partie du son sur scène. Musicalement, je trouve que ca tire sur le Rock and Roll (au sens 60's du terme)  ... A part le premier morceau qui m'a fait penser au Kills, pour le reste ca tire plutôt sur les Stray-Cats boosté aux amphétamines ... Les critiques les mettent généralement plutôt dans une catégorie Blues-Funk, autant vous dire que je ne partage pas du tout cet avis ... Le son de la Gibson Vintage de Barrie renforce encore cette impression qu'ils tirent leurs racines du côté de Chuck Berry ... Berry ... Barrie ... Non !? A vous de juger ... En concert ca reste bien, efficace mais pour moi, sans plus ... La majeure partie du public vous prétendra le contraire vu l'ambiance qui régnait ce soir dans le très chaud 'Het Depot'.

 

 

 

Repost 0
Published by Rudi - dans Concerts
commenter cet article
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 22:39

Deux avis totalement divergents sur ce concert ... faites nous savoir ce que VOUS en avez pensé ...

L'avis de Samanta :

 

Piano Club était en première partie des Anglais de Klaxons. Piano Club, c'est une formation entre certains membres de Hollywood Porn Stars (dont le chanteur Anthony Sinatra) et Malibu Stacy. Ce nouveau combo liégeois n'a pas encore sorti d'album mais est déjà très à l'aise sur scène et a plusieurs chansons à proposer. Certains morceaux font penser au groupe The Killers, d'autres à Duran Duran ; le groupe joue des chansons calmes, comme du rock plus dur, plus indie. Ils font même une excellente reprise de Monitor de Nelly Furtado. On ressent fort la présence d'une partie des HPS et c'est pour notre plus grand plaisir. A voir absolument sur scène !!!!!

 

C'est vers 21h00 que les membres de Klaxons montent sur scène. Ce trio anglais s'est formé en novembre 2005 et grâce au site myspace, a réussi à décoller assez rapidement. Ce lundi soir, on pensait faire la fête, « pogoter », sauter, bouger… Ce ne fut malheureusement pas le cas même avec la venue de jeunes anglais ayant débarqué exprès à Bruxelles pour voir le groupe du moment. Les inventeurs de la New Rave Generation, ne communiquent pas ou peu avec le public, font leur show pendant 50 minutes puis s'en vont sans même faire un rappel. Pourtant, les chansons sont plus rythmées et plus rapides que sur l'album ( Myths Of The Near Future). Ils jouent « Gravity's Rainbow, Atlantis To Interzone, Magick, etc. etc. Mais il manque quand même ce petit quelque chose pour que ce soit un concert sympa. Résultat, on a préféré la première partie aux Klaxons.

 

 

L'avis de Lio :

 

Les Liégeois de Piano Club (mélange des musiciens de Malibu Stacy et des Hollywood Porn Star) ouvrent la soirée par une prestation pas très emballante. Les chansons sont pas mal, l'énergie est là aussi, mais quel dommage d'accompagner toutes leurs chansons par des bandes ! On en a marre d'entendre pleins de sons qui ne sont pas joués mais enregistrés...  ça gâche tout ! ! Batterie live inexistante, bruits de cloche (percussion) à gogo... on finit par s'ennuyer... le meilleur de leur concert sera la reprise d'un tube de Nelly Furtado.  C’est tout dire ! !

 

 

Un groupe qui écrit sur sa basse "ou west mon cochon d'inde" ne peut être qu'un bon groupe..  Une guitare une basse un synthé et une batterie: LES KLAXONS. Pas de bande ici, que du bruit de la rage et des mélodies bien foutues... 40 minutes de pur bonheur ! !  Pas de rappel mais on en a eu pour son argent ! !  Quelle puissance, quelle énergie ! ! Et un guitariste de génie (on le voit pas tellement parce qu'il se planque mais c'est lui qui fait 80 pourcent de la musique).

Ils n'ont pas l'air très présent physiquement (chimiquement??), mais musicalement ils sont bien là. Du bon punk qui vous éclate à la tronche pas de temps mort, que du gros son du début à la fin... le public derrière les 10 premiers rangs semble bien sage, mais devant ça bouge bien... on choisit son camps et on profite...

 

 

Retenez leur nom, c'est à voir d'urgence ! !

 

 

Repost 0
Published by Lio et Samanta - dans Concerts
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 22:16

Les Bruxellois présentaient leur dernier et quatrième album, dont j’ai oublié le titre qui est imprononçable. C’est à 21h00 que Vincent Liben et son groupe montent sur scène. Ils nous présentent deux nouvelles chansons suivies de Tribal Dance, morceau figurant sur leur troisième album A Life On Standby . Le groupe est heureux de retrouver son public, s’amuse réellement sur scène et partage sa bonne humeur. Le quatrième titre chanté est le nouveau single Monkey Doll . Pour le morceau suivant, Vincent Liben fait monter une jeune asiatique sur scène pour l’accompagner tout au long de cette nouvelle chanson. Ensuite, on s’arrête un peu sur le précédent album avec Debbie and Charlie, Today et New Eve que le public connaît très bien. Le chanteur présente enfin les membres du groupe (Blazz à la basse, Charlie de Croix à la batterie et Fred Donche aux claviers) avant de continuer avec trois nouvelles compositions. Pour terminer, vient le rappel avec seulement deux chansons car Joshua est aussi en concert le même soir. Le concert de Mud Flow se termine donc avec Chemicals et une dernière nouvelle chanson.

 

C’est 1h20 de bonheur que j’ai passée à l’AB Box même si je trouve dommage que le groupe n’ait pas joué une seule composition des deux premiers albums. Il ne faut pas oublier que ce ne sont pas les même musiciens qu’au début de la formation et qu’avec cet album-ci (qui sort ce 3 mars) le groupe a encore mûri

 

Mud Flow sera le vendredi 11 mai au Botanique pour les Nuits du Botanique.
Repost 0
Published by Samanta - dans Concerts
commenter cet article
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 22:38

C'est seulement devant une toute petite centaine de privilégiés que les Bromheads Jacket vont jouer ce soir. Heureusement que cela se passe dans la Rotonde, une salle qui parait déjà bien remplie avec si peu de monde. Ils viennent de Sheffield UK, catégorisent leur musique comme Punk/Rock et citent Steve Albini dans leurs influences. Pour avoir vu ce dernier en concert, je peux vous assurer que les Bromheads Jacket sont beaucoup plus sages, moins noisy et donc finalement plus Rock que Punk. Ils joueront même quelques morceaux franchement pop (et pas terrible) en milieu de concert. Ceci étant dit c'était quand même un très bon concert. Les morceaux les plus énergiques ont fait danser les quelques fans du premier rang et mis une ambiance plus que sympathique : ils vont plaisanter et discuter avec le public, ils vont même jusqu'à partager leur mauvais vin. Le chanteur terminera la prestation en jouant le dernier morceau au milieu du public. Après une petit heure de concert, c'est fini on rallume la salle, on remet de la musique, cassez-vous , y'a plus rien à voir ... Mais le public ne l'entend pas de cette oreille et décide de rester, siffler et gueuler pour avoir un rappel ... Le chanteur reviendra, à ses dires, pour le premier rappel de sa vie et une seule magnifique chanson "Rosey Lee" ...

Tim, Jono et Dan finiront la soirée au bar à signer des autographes et à discuter leurs fans ...

Repost 0
Published by Rudi - dans Concerts
commenter cet article
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 21:31

Le grand manège est enfin réouvert aux concerts... malheureusement ils n'ont pas fait un grand effort de présentation. Le bar est plutôt sympathique, mais la salle est très froide, la scène est décentrée et le son n'est pas terrible. Je suis un peu déçu. Je ne sais pas ce qu'ils ont fait comme travaux d'aménagements mais ils auraient pu faire un petit effort.

Raymondo joue en première partie, j'ai entendu beaucoup de bien de ce groupe bruxellois et ils sont convaincants. seule la voix du chanteur est décevante, le groupe joue très bien (on sent de bons musiciens) les compositions sont plaisantes, calmes, romantiques (on pense à Maximilian Hecker) mais la voix est vraiment a la rue, c'est dommage...

 

 

Sophia débarque après près d'une heure d'attente... le son a encore du mal (sono vieillissante poussée a son max), ce qui n'arrange rien a la prestation très médiocre de Sophia. Aucune présence scénique, des chansons plates, jouée de la même manière (début seul a la guitare acoustique, puis le groupe rejoint petit a petit le morceau pour finir énergiquement), et chaque morceau dure deux plombes ! !

 

 

J’ai tenu 45 minutes. C’est déjà pas mal ! ! j'ai du puiser dans mes ressources...

 

 

Et le tout coûtait 20 euros pour ceux qui ont payé, puisque plus de 400 places ont été distribuées et que la salle contenait plus ou moins 600 personnes.

 

 

Repost 0
Published by Lio - dans Concerts
commenter cet article
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 22:32

Première partie très réussie pour Thomas Belhom et Volker Zander qui nous livrent une musique d’ambiance très calme crée principalement à la batterie pour Thomas Belhom et la contrebasse pour Volker Zander (instrument que je vois peu en concert mais qui me séduit à chaque fois par son apport). Pour varier les sonorités, Thomas Belhom use de temps en temps du xylophone, lance quelques samples à partir d’un magnéto ou réalise des percussions sur des objets posés sur les différents éléments de sa batterie. Très agréable en concert mais je ne suis pas sûr que le charme opérera sur moi de la même manière via l’écoute de l’album.

Ensuite Saroos nous livrent également une musique d’ambiance mais bien plus musclée et dans le domaine de la musique électronique (electronica même d’après le site du Botanique) accompagnée par une basse et une batterie. Réussite en demi-teinte car autant le début et la fin du concert m’ont plu, autant les morceaux joués en milieu de concert m’ont semblé répétitifs et lassants. Très bonne soirée malgré tout qui aurait méritée une Rotonde un peu plus remplie.

Repost 0
Published by Collectif - dans Concerts
commenter cet article
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 19:00

Arrivée malheureusement assez tard, j’ai loupé les premiers concerts et les premières minutes du set de Bacon Caravan Creek à l’Orangerie. Assez curieux de découvrir ce groupe qui a eu d’excellentes critiques pour son premier album (sorti il y a plus ou moins deux ans), j’ai été directement séduit par leur musique pop-rock avec un zeste d’électro. D’humeur positive, je me suis rendu compte que l’ennui me gagnait au fur à mesure que le concert se déroulait. La première raison de cet ennui fût principalement le son mou et sans relief ne mettant pas du tout en avant le style musical du groupe. Comme si cela ne suffisait pas, le groupe lui-même ne porte pas sa musique et donne l’impression de ne pas s’amuser sur scène (alors que le site de la Boutik Rock les présente comme un groupe qui « trouve sur scène sa véritable identité bourrée d’une énergie furieuse »). D’après les dires d’une amie, le groupe a joué principalement des chansons de leur nouvel album qui seraient en-deçà des précédentes …

 

Vient ensuite le concert des Tellers qui verra une Rotonde tellement remplie que je n’ai pas réussi à assister au concert. A entendre le public à la sortie, le concert était plutôt réussi.

 

Retour à l’Orangerie pour le concert de Superlux avec leur son electro-rock assez dansant. L’énergie du groupe et leur musique va très vite emporter le public. Certains morceaux étaient un peu répétitifs à mon goût et le volume des basses un peu trop fort par rapport au reste. Malgré tout ce fût un agréable concert alors que ce n’est pas trop mon genre de musique.

 

Le final de la soirée se déroula dans la Rotonde avec le concert de Kris Dane. Concert qui va me marquer par sa beauté et l’émotion qu’il dégage. Kris Dane nous livre des chansons douces aux  mélodies sublimes limitent minimalistes. Sa voix accompagnée régulièrement de celle de sa « batteuse » sont superbes et se marient à merveille. Le tout étant délivré par un son nickel. J’ai été séduit dès la première chanson et chaque nouvelle chanson me fera chavirer un peu plus. Un bonheur !

 

N’hésitez pas à aller consulter le blog « Live » pour les chroniques des autres concerts de la soirée et de la Boutik Rock en général.

Repost 0
Published by Collectif - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents