Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 17:17
Mac Arnold à La Grande Ourse de Saint-Agathon, le 6 mars 2022

Mac Arnold à La Grande Ourse de Saint-Agathon, le 6 mars 2022 

 

michel

 

Enfin, le grand retour des concerts blues dominicaux à La Grande Ourse se réalise, et pour ce premier événement 2022, Melrose n'a pas sélectionné un second couteau, Mac Arnold collectionne les Awards.

Le natif de Ware Place ( Caroline du Sud) a d'ailleurs sa place  dans l' Alabama Blues Hall of Fame depuis 2017.

En juin, le jeune homme, un des treize enfants nés dans la ferme de ses parents métayers,  fêtera ses 80 piges, s'il n'a plus la vigueur d'un adolescent, il tient toujours sur ses jambes, chante avec ferveur et joue de la basse et de la guitare ( a gas can guitar, qui ressemble pas mal à l'engin utilisé par Bo Diddley) sans faiblir.

En début de carrière le grand Mac se retrouve dans le groupe J. Floyd & the Shamrocks dans lequel un certain James Brown pianote.

Peu après, il met le cap sur Chicago, où on le voit jouer aux côtés de légendes telles que Muddy Waters, John Lee Hooker ou  Otis Spann.

Nouveau déménagement: L A, où il forme The Soul Invaders qui servent de backing band pour BB King ou pour  les Temptations, après avoir travaillé pour la TV ( le show Sanford and Son),   il rejoint ses terres pour fonder le Mac Arnold & Plate Full O’ Blues, band qui existe toujours et avec lequel il tourne en Europe depuis fin février, avec pas moins de 10 dates en France.

Le line-up ( aucun clown): Austin Brashier, lead guitar, vocals.

Guitariste d'exception qui tourne avec son propre band mais qui a également été soudoyé par Eddie Kirkland, Phil Guy, Bob Margolin, ou  Hubert Sumlin.

 Max Hightower ( belle casquette): bass, harmonica, rhythm guitar, vocals.

Encore un gars fort demandé:Hubert Sumlin, Willie Smith, Bob Margolin e a .

Et enfin, le mercenaire espiègle, from Nantes, France: interprète à ses heures,  Denis Agenet aux drums.

Il dirige sa formation, Denis Agenet & Nolapsters et a fait partie des  Bad Mules.

A 17:35,  un trio  rapplique, Mac est resté avec la maquilleuse.

Denis, goguenard, vous allez bien?

Ya!

Allez, on y va, avec Austin au chant ... I have the same old blues, every night and every day... pour bien te faire comprendre que ce soir c'est du blues pur jus et pas un succédané quelconque.

La voix d'Austin n'a rien à envier à celle de Magic Sam et son jeu de guitare, bien juteux,  a impressionné la madame assise derrière toi.

Elle lance un 'wouah' admiratif qui n'est pas incongru.

Virage funky, présentation de la magic team et apparition ( en dodelinant) de la légende Mac Arnold. Fringué d'un costard gris qu'il a porté le jour de sa première communion et coiffé d'un chapeau de cowboy qui doit valoir un bon prix s'il le met sur Le Bon Coin.

 D'une voix brisée, le vétéran amorce le foot- tapping  ' If walls could talk' de Robert Miller , un truc que Dr Feelgood avait repris à son répertoire.

A l'arrière, le Frenchie déjà à la fête, place un petit solo pas con qui permet au band d'embrayer sur l'autobiographique ' Ghetto Blue' qui retrace sa vie dans le ghetto in Southside Chicago et  mentionne tous les gens qu'il a rencontrés, parmi eux, Buddy Guy, Muddy Waters, Tyrone Davis... et bien d'autres.

Pendant un bridge, Austin Brashier place une digression lumineuse, basse et drums le suivent sans accrocs pour terminer ce Chicago blues fumant.

Mac a empoigné sa petite guitare rectangulaire, la lead a déjà envoyé les premiers accords de  'Everybody Want To Know Why I Sing The Blues', un des chevaux de bataille de B B King.

Voix rauque, riffs qui tuent, rythmique salée, un véritable  régal, et pourquoi chantent-ils tous le blues, Johnny?

Ecoute la réponse.... Well, I've been around a long time, I've really paid my dues...

Tu parles d'un classique, voici  'Forty Fays And Forty Nights' de Muddy Waters, ça fait 40 nuits blanches et 40 journées à pleurer, car elle a mis les bouts. 

Il espère encore le bougre, I hope she come back home tonight!

La version ultime de 'These arms of mine' pour toi est celle d'Otis Redding, mais Mac Arnold, de sa voix cassée,  a réussi à donner  une autre dimension à ce slow grandiose, pendant lequel , le grand Max a sorti pour la première fois un mouth harp.

 There's two kind of people I just can't stand, evil-hearted woman and a lyin' man... sont les premières lignes de 'Don't lie to me' que Tampa Red a gravé en 1940 et qui, depuis,  a été repris pour une kyrielle de bluesmen et d'autres rock stars.

Jolie amorce en doublé de guitares et nouvelle démonstration du talentueux Austin Brashier.

Viens, papy, je vais attacher la lanière de la basse, je  ressors un de mes harmonicas et on attaque ' All your love' ( I miss loving) d'Otis Rush que tu avais appris à connaître dans la version de John Mayall's Bluesbreakers, avec Eric Clapton à la guitare.

Encore une grosse claque, le public ne s'y trompe pas et bat des mains pendant plusieurs minutes.

Avec ' As the years go passing by', la clique nous balance le slow blues qui arracherait des larmes au pire dictateur.

Albert King, Gary Moore , Jeff Healey, Santana, ils ont tous magnifié ce morceau, Austin Brashier n'est pas à la traîne!

C'est au tour de Max Hightower de saisir le micro pour interpréter d'un timbre agressif un titre qu'il assure être ' I don't know', après quelques mesures il switche vers l'harmonica, qu'il tient comme un jouet, pour en tirer des lignes époustouflantes.

La madame de tout à l'heure glisse à monsieur: il a du coffre et il n'est pas laid.

Dis, Simone, t'as 69 ans, sois calme!

Second titre chanté par la tour, un Junior Wells craquant, ' Hoodoo Man Blues' pendant lequel il se permet quelques fantaisies, il a glissé l'harmonica dans un verre de Coreff ( vide) pour en tirer des sons déformés , un peu comme le gars qui joue d'une mute trumpet.

Après coup tu vas le trouver pour lui demander d'où lui est venue cette idée, well, brother, in the States I use a jug, il n'y en avait pas au bar, j'ai pris un verre.

Il reprend la basse, Austin le relaye au chant, Mac s'éclipse, le trio envoie l'épique ' Keep the love a comin' ' de John Nemeth .

Retour du parrain qui explique que  'Cackalacky Twang ' a été spécialement écrit pour les gars de la Caroline.

 Move your hips....ça balance pas mal en Caroline, à l'arrière Denis s'amuse comme un fou, il place un drum solo aussi facétieux qu'efficace.

Saint-Agathon répond avec enthousiasme, et en comprenant qu'il s'agissait du dernier titre se lève pour les faire revenir.

Vous êtes certains de vouloir un rappel s'enquiert le batteur revenu en éclaireur?

Je vais les chercher.

Les loups sont de sorties, ils hurlent hou hou hou, ' Smokestack Lightnin' nous rappelle que Howlin ' Wolf n'était pas un pingouin.

Eh, Max, refile - moi la basse, zont été bien à La Grande Ourse; on leur joue 'I'm Going Out Walking' de Muddy Waters et on va signer les CD's.

 

79 piges but he still brings the blues, le public ne s'y est pas trompé et lui a fait une ovation amplement  méritée!

 

 

Mac Arnold à La Grande Ourse de Saint-Agathon, le 6 mars 2022
Mac Arnold à La Grande Ourse de Saint-Agathon, le 6 mars 2022
Mac Arnold à La Grande Ourse de Saint-Agathon, le 6 mars 2022
Partager cet article
Repost0
6 mars 2022 7 06 /03 /mars /2022 14:35
Session Live Radio Activ' : Smiling Soldiers à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 3 mars 2022

 Session Live Radio Activ' : Smiling Soldiers à Bonjour Minuit,  Saint-Brieuc, le 3 mars 2022 

 

NoPo

SMILING SOLDIERS Session Live radioactiv' à Bonjour Minuit Saint-Brieuc Jeudi 3 Mars 2022 19H


Dediou! J'y retourne enfin à la session live...
On a voulu m'arrêter à cause d'un pass (pas impasse mais presque) défaillant... ah ben non, trop motivé! J'y suis, j'y reste à Bonjour Minuit, on ne me refoulera pas!
A l'intérieur, accueil dans une ambiance au goût cosy (bière y compris). Je compte une bonne trentaine de personnes, idéal pour l'esprit club.

Ce soir, un tout jeune groupe rennais (7 mois, ils sont même pas nés!) remplace au pied levé notre Maxwell Farrington local très pris.
Mon pote Jeremy me confirme qu'il n'y a pas encore de support physique (à part les musiciens eux-mêmes!) pour écouter leur musique. Pas grave, ton tube te permettra sans doute de les voir nets.

A l'antenne, J2L les ayant déployées avec ses mots coeur qui remontent le mot 'râle', le live peut démarrer.

Après un fond parlé, enregistré in English, des bruits électros percussifs introduisent des vocaux, suaves et vibrants qui font naitre une émotion agréable.
A travers ce morceau, on perçoit une world music soul avec des paroles pleines de positive vibrations marleysiennes.
La présence de racines profondes se fait sentir dans cette composition sobre. David (Lisandro) possède, en effet, des origines mauriciennes et écrit 'Plus de demain' dans l'avion vers Paris.

Le second titre 'An old friend' (aussi intitulé 'Darkness') parle des doutes en quittant sa région d'origine.
Il débute dans une soul à la voix puissante et contenue, soulignée par des choeurs (préenregistrés) puis bondit dans un hip-hop vif, débité avec une grosse énergie.

'Blessed you are' communique des good vibrations qui n'ont rien à voir avec les Beach Boys (même si David connait certainement bien la plage).
Intro planante au synthé signé Roman (Gervaise), l'avion prend son temps et finit par atterrir. Le clavier nous berce d'une douce mélopée rythmée aux balais (Samuel, le batteur... pas Bissel!).
Dès que le chant s'emballe, un ange passe. David assure, a capella ou presque, avant de chavirer dans un groove hip hop qui donne des fourmis dans les jambes.
Les mots 'So tell me now' jettent l'élastique pour un jump débridé.

Séance Véronique et Davina pour le public, les muscles chauffent, jump, jump!! Echanges verbaux : David 'C'est la gaie-team', le public 'Pas le temps pour la dé-prime!'
La chanson suivante ( Hémiole) démarre dans un style French soul en intégrant le slogan motivant en leitmotiv. La compo, au clavier tintinnabulant, sautille, proche du R&B, sur les balancements de la batterie.
Moment survitaminé!


Pause-Présentations/Interview
Marcus fait référence au son de la côte Est des Etats-Unis, Son Little ou The Roots... pas con ça! J'ajouterais le trip-hop de Earthling (plutôt que Portishead) plus marqué dans la 2è partie du set.


'Give me a cigarette' propose de remplacer les addictions par le rêve. Et pourquoi la sécu et la médecine n'y ont pas pensé?
L'allumage brûle dans un magnifique flow qui prend les tripes (hop!). Imparable, le groove bouillonnant nous apporte joie et sérénité.

'Change has come' bouscule par sa mélodie prenante et son sujet sur Black Lives Matter. La voix, superbe, module avec beaucoup de finesse, puis monte sur un clavier évanescent et les frappes sur le cercle de la caisse.
La flamboyance du ton, sur bruit de foule, émeut avant un développement flirtant avec le trip-hop dans un passage puissamment cadencé par Samuel ( Lothon, SamSam pour les intimes). Fascinant!

'O GC J me' ou 'Only God can judge me' (2Pac aurait approuvé). Le message clair t'explique 'Fais ce que tu veux!'.
L'appel 'Sing with me Oh my God' nous invite à la prière, celle qui soulève l'âme et remplit l'esprit de positive attitude.
'Don't stop, just climb', si vous cherchez un coach de vie pour les encouragements, just call David!
Peut-être le titre le plus proche du style Earthling, atmosphère envoûtante!

Fin du répertoire! Pas de problème, le trio reprend le flambeau par le bouleversant 'Blessed you are' et finit par répéter la vérité 'Pas le temps pour la déprime!'.
Les gars savent chauffer une salle!

Le sweet smile leur correspond bien, les soldats ne sont pas ceux qu'on croit mais plutôt les héros du quotidien (sic).
Après une journée difficile, je me suis baigné dans une expérience musicale radieuse active et j'en ai sué de plaisir!
 

Session Live Radio Activ' : Smiling Soldiers à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 3 mars 2022
Session Live Radio Activ' : Smiling Soldiers à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 3 mars 2022
Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 12:57
Elli de Mon au Chaland Qui Passe, Binic, le 3 mars 2022

 Elli de Mon au Chaland Qui Passe, Binic, le 3 mars 2022

 

michel

Depuis le 25 février et ce jusqu'au 5 mars, Elli de Mon promène ses guitares, son mini drumkit, ses cymbales, le sitar et un road manager sur les routes, pas toujours belles,  de France.

Le Chaland Qui Passe, l'incontournable bistro rock de Binic, accueillait la jolie Elisa de Munari, alias Elli de Mon, en ce jeudi où l'on fête les Guénolés.

 Elisa De Munari  è nata nel 1981 a Vicenza ma ha vissuto a Bologna per molti anni.

Pendant le concert, la séduisante jeune maman nous le confiera , je suis Italienne mais je n'ai pas grandi en écoutant  "Nel blu dipinto di blu" ( 'Volare' si tu es fan des Gipsy Kings) , ce sont les blues ladies des années 20 (  Bessie Smith, Gertrude « Ma » Rainey,  Memphis Minnie, Alberta Hunter, Lucille Bogan...)  qui l'attirent.

Pendant le confinement, elle leur consacre un bouquin intitulé "Countin' the blues. Donne indomite", son deuxième manuscrit après 'La donna serpente' de 2017.

Avant de tourner sous l'étiquette Elli de Mon, Elisa jouait de divers instruments  et chantait pour Almandino Quite Deluxe, The Hunzikers ou Le-Li.

Douée, la jeune personne  è diplomata in Contrabbasso al conservatorio di Ferrara e Sitar al conservatorio di musica indiana di Vicenza.

Sous le label Elli de Mon on lui connaît cinq albums, le dernier  "Countin' the Blues: Queens of the 1920's"  peut être considéré comme le soundtrack de son dernier manuscrit.

 

21:00, la onewomanvintagebluesband a pris place dans un coin du zinc le plus exigu de l'ouest et, sans prévenir, amorce un premier garage blues bien crasseux,  sentant fort le cambouis et la misère, car si sur un album de 2015 l'amorce de ' Wild Blues'  offre un paysage country blues, ce soir sa vieille et capricieuse guitare est d'emblée maltraitée, la slide va et vient sans répit, d'un pied Elli  tabasse la grosse caisse, tout en secouant la cheville de l'autre panard sur laquelle elle a fixé un grelot,  piqué à un canasson breton.

Le mec assis sur un tabouret, près du comptoir, a failli s'étrangler avec sa feuille de laitue, surpris par la vélocité et la férocité du jeu de la jeune dame.

Moins loufoque que Bob Log III , Elli peut toutefois rivaliser avec Seasick Steve pour la dextérité avec laquelle elle manoeuvre sa six cordes.

Elle enchaîne sur ' Spell' qu'elle qualifie, à juste titre, de punk blues .

Comme te souffle un voisin, she put a spell on me.

Binic, don't be afraid, approchez-vous, je ne mords pas.

Timidement quelques auditeurs viennent se coller à un mètre de la Signora qui propose' Shade' un morceau speedé au chant saccadé, que tu peux entendre sur l'album éponyme sorti en 2014.

Ils sont quelques uns à s'être fait avoir par la fausse fin, un blanc passager précédait une dernière ruade enragée.

Après avoir troqué la guitare ancestrale contre une électrique, c'est ' Devil' qu'elle lâche, un morceau qu'elle dédie à l'une de ses influences majeures, Robert Johnson.

Après ce titre diabolique vient ' Grip' , un titre tout aussi radical qui peut faire penser à la rage dégagée par le  ' Rid of Me' de P J Harvey.

La suivante est  une chanson sombre composée par Bessie Smith, ' Blue Spirit Blues' s'entend sur le dernier disque d' Elli de Mon, qui relève le morceau de touches vaudou pimentées.

 ‘Prove It On Me’ de Ma Rainey est considéré   comme un des premiers hymnes lesbiens..

Ma , en tant que  femme libérée ( ouch, ,Cookie Dingler), chantait le sexe, l'alcoolisme, l'adultère...  sujets tabous dans une Amérique bien pensante.

Rory Block a récemment repris 'Wayward Girl Blues' de Lottie Kimborough, Elli a également inclus ce country blues sur son dernier CD.

Comme l'intitulé le laisse entendre, ' Storm' signifie le retour au front, la fleur au fusil,  tu braveras les éléments et l'ennemi.

Et puis j'espère que somebody will save my soul avec la tempête à nos portes!

Quelques bruitages métalliques envoyés par le copain de la madame lui permettent d'aller dénicher un sitar, enfoui dans une housse matelassée, pendant deux bonnes minutes le grand luth   fait entendre ses vibrations obsédantes, Elli les met en boucle puis greffe des accords de guitare sur le fond indien et entame 'Ratri', un morceau vachement saturé et entêtant.

Elle saisit un  nouvel instrument, une lap steel guitar ressemblant diantrement à une God Tone de chez  Weissenborn, un peu comme celle de Guy Verlinde quand il joue du Hound Dog Taylor.

D'ailleurs Guy lui aussi reprend le classique 'Grinnin' In Your Face' de Son House.  Le morceau achevé, Elli embraye sans pause sur 'Louise'  qui n'est ni une copine de Daniel Lanois, ni celle de Patrick Bruel.

Après cette chanson rugueuse, on nous prédit la fin du concert, et comme c'est la dernière, il est logique de la nommer ' The Judgement'.

 

Le public  en reste baba et oublie presque de quémander un rappel, il l'aura.

La native de Vicenza  décide de terminer le show parmi nous,  à l'acoustique, no mic, en interprétant le gospel  ' Take your burden to the Lord' attribué à  Washington Phillips.

Mission accomplie avec ferveur, après avoir achevé le psaume et proféré les remerciements d'usage,  vient l'exercice merch puis le fastidieux déménagement du parc instrumental.

 

Jusqu'ici  pour toi le blues italien c'était  Zucchero ( même le public neutre le connaît),    Egidio 'Juke' Ingala, la guitariste Eliana Cargnelutti, Maurizio Pugno, Luca Giordano, Rudy Rotta, Bud Spencer Blues Explosion, Linda Valori ... tu vas ajouter le nom d'Elli de Mon à la liste!

 

 

 

Elli de Mon au Chaland Qui Passe, Binic, le 3 mars 2022
Elli de Mon au Chaland Qui Passe, Binic, le 3 mars 2022
Elli de Mon au Chaland Qui Passe, Binic, le 3 mars 2022
Partager cet article
Repost0
2 mars 2022 3 02 /03 /mars /2022 18:22
Grande • Vince Lahay à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 27 février 2022

GrandeVince Lahay à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 27 février 2022

 

michel 

 

Nouveau concert dominical à Bonjour Minuit , démarrage à 18h, c'est  mieux pour se préparer au boulot du lundi, pas forcément au soleil.
Le programme annonce Grande (aus Tours) und Vince Lahay ( aus Glomel), l'un est catalogué indie folk, les Tourangeaux ( pas de la famille d'Ariana) se définissent comme des adeptes du loud folk, d'autres sources indiquent cold folk, pour profiler large, on les désignera comme un groupe de rock alternatif, d'indie, si tu préfères. 

La grande salle de Bonjour Minuit est aménagée en formule cabaret, tables et chaises attendent un public qui ne s'est pas déplacé en nombre.

Coup d'oeil à l'agencement scénique: des guitares acoustiques et électriques, une contrebasse, des violons, des claviers/synthés, quelques shakers, une batterie, combien seront-ils sur le podium?

Réponse à 18h00 pile, ils sont quatre, pas de batteur, Vince Lahay ( chant/guitare) est soutenu par Dylan James ( contrebasse, guitare électrique, secondes voix), un gars dont le bristol mentionne plusieurs groupes: An Tri Dipop, Skaramaka, Nefertiti in the kitchen, Moger, pour n'en citer que quelques uns, Tamm-Kreiz le répertorie dans une petite dizaine de formations pratiquant le Fest - Noz.

Floriane Le Pottier, déjà vue avec le Dour et Pottier Quartet,  se charge du violon, Pierre Droual ( Dièse 3,   Quatuor Poisson-chat, Skeduz, Gwenfol, Kiñkoñs, e a ) aux  claviers et violon,  complète la formation.

Vince est l'auteur de deux albums: Birds on the Grave ( 2017) et Spring is on the Ride ( 2021).

Pierre au synthé et Dylan, à la guitare électrique, introduisent  la première plage, Vince fait entendre sa voix précise et haut perchée, le lumineux' Spring is on the ride' nous rappelle que l'hiver touche à sa fin et que la nature s'éveille.

La plage se lit comme du  folk fragile évoquant les peintres intimistes tels Henri Le Sidaner   ou Henri Martin.

Floriane rejoint les garçons, Vince propose un road trip bucolique porté par des cordes souveraines ( pendant tout le concert la contrebasse sera caressée par un archer cotonneux), le morceau est   baptisé ' From Mile to Mile'.

Les jolies harmonies vocales évoquent les Fleet Foxes , Bon Iver ,  Iron & Wine et d'autres sympathisants d'un folk feutré  à tendance baroque.

' Sober night' et son côté  Nick Drake porte-t - il bien son titre, ...I need more wine... chante-t- il  d'une voix plaintive, tandis que les violons se lamentent en bruit de fond.

' Crosses' se montre plus mouvementé.

 Dylan frappe sa contrebasse de la paume,  la guitare et les violons tissent  de fines  arabesques  ,  le cours d'eau  part en méandres sinueux, tu te prends à rêver de longues balades   dans des futaies majestueuses.

Le voyage se poursuit, avec le ' Weatherman' ,  tu traverses une ville déserte où, après une effroyable tempête, ne subsiste qu'un seul arbre.

Après cette parabole qui éveille en toi des images de chansons de Nina Simone, le groupe  te propose une pause sur un 'Park Bench' pour te raconter la fin d'une liaison amoureuse.

'The Painter' a sorti une palette  aux couleurs pastel, pas de gros coups de pinceaux agressifs mais un paysage champêtre reposant et quelque peu mélancolique.

Les sanglots longs des violons de l'automne annoncent la plage ' Go find someone else',  car  moi je dois trouver ma voie, hope you will find love soon,.....  nos chemins se séparent.

Vince en solitaire ébauche ' Steal away', il sera rejoint en vue du terme par des violons joués en mode pizzicato tandis que Dylan, agenouillé, tripote la loop station pour créer des climats vaporeux.

La suivante dépeint un pêcheur à l'éthique douteuse, il rencontre une cousine de Moby Dick, tombe malheureusement à l'eau, découvre une épave échouée dans les fonds marins, elle est bourrée d'or, il décide de remonter le trésor but  ....  he drowned .

La fable précède 'These wooden arms' , un  titre somptueux  qui ouvre le dernier disque .

C'est à Ben Howard que tu songes à l'écoute de cette plage radieuse qui, en principe, devait conclure le récital.

Saint- Brieuc insiste et ne devra pas attendre des heures pour le rappel , un hommage quasi symphonique  au père, simplement intitulé ' Father'.

Fin d' un concert propice à la méditation qui  agit comme un baume en ces temps perturbés.

 

Grande

" GRANDE c'est le doux trash d'une tasse de thé dans un concert punk, c'est une claque douce dans un gant en cuir."

Comme les singes ne sont  poètes, ils empruntent ( volent)  la description à l'Electrophone.

Sinon, Grande ( singulier, mais à deux) ne sont pas les gosses de Sophie Huriaux, la Grande Sophie, mais de beaux enfants venus de Tours.

Chloé Boureux joue du violon et assure les backings et Gabriel Debray, pas le metteur en scène, chante et joue de la guitare. Sur scène, le duo est entouré de Mélanie Loisel à la contrebasse  ( Parlegast va Grantaleure, Antifer, Möbius Band, etc...) et de Annabelle Akms à la batterie ( Polyanna, CHEVALIEN).

La discographie de Grande se compte sur deux doigts, si on omet les singles, l'EP Grande de 2017 et Chasing the Giant en 2020.

 

Après une longue amorce atmosphérique, la voix claire et enveloppante de Gabriel fusionne  avec l'assemblage sonore, la playlist mentionne ' Coldplay' comme titre . On n'a retrouvé aucun morceau de la bande à   Chris Martin contenant les lyrics ...we drive on the same road.... et plus loin...please don't be sad, don't be mad.... on suppose donc qu'il s'agit d'une de leurs  nouvelles compositions, lustrée et  brillamment orchestrée.

Le groupe embraye sur une plage en français, ' Sommeil', si les préliminaires sont apaisés, très vite le violon et la contrebasse tracent une ligne menaçante, soudain "hop" crie Gabriel et le morceau part crescendo.

Vachement agité ce sommeil, monsieur  rêve de nuits d'orgie.

 Le réveil sera moite.

Chloé en mode pizzicato pour introduire  la valse ' Yellow Saturday'  qui esquisse l'épopée des gilets jaunes,  elle a laissé des cicatrices aussi bien morales, que physiques.

...can't you feel the rage growing... murmure-t-il, cette colère n'a pas été comprise par tous.

Les arpèges de 'This Fever' évoquent Jeux Interdits, une nouvelle fois le morceau s'allume sur un tempo andante, petit à petit, le violon s'active, la rythmique suit le mouvement,  le chant prend des intonations douloureuses, et c'est sur un roulement de tambour menaçant que le titre, superbe, se meurt.

Chloé et Gabriel en duo pour une chanson qualifiée de  triste, les prières ne sont pas toujours tristes, ' Pray the Lord'  l'est,   franchement!

..I've been broken for years... c'est pas la joie, but don't try to fix me.

Il était un géant d'argile qui se nourrissait des larmes des pauvres mortels... ' The Giant' est bourré d'images qui collent à l'actualité. 

Place à la confession poignante  ' Hold' , un lament, sur fond de cordes ténébreuses; qui t'arrachera quelques larmes.

Des bruitages aqueux  servent à introduire 'White Roses' , un morceau qui éclate en folle sarabande lors d'un dernier mouvement agité.

Sur la lancée expiatoire le groupe nous soumet ses ' Demons' .

Chacun d'entre nous cache des génies malfaisants quelque part dans son corps ou son âme,  les démons de Grande sont du genre turbulent .

L'univers du groupe est souvent associé à des gens aussi respectables que PJ Harvey ou Agnes Obel, bizarrement c'est à certains  morceaux aux teintes orientales  de Sting que tu penses à l'écoute de ' Demons'.

Avec l'orageux ' The Ceiling' le groupe vire au rock  fougueux pour retrouver un semblant de lenteur avec ' Wild Animals' qui démarre comme un cortège religieux avant d'éclater au final. Les animaux sauvages ont flairé l'odeur du sang, il faut s'attendre au carnage.

Il nous reste deux titres, il n'y aura pas de rappel mais on ira boire quelques bières ensemble. 

Le premier, en français', ' Silence' prend la forme d'un tango qui se termine sur un cri rageur,   il annonce le troublant  ' La petite sirène' , malgré le titre le texte est interprété in English.

Pour une analyse psychanalytique du conte, tu peux , soit lire Marie France ou t'adresser  à Carl Gustav Jung. Sache que les contes peuvent être cruels, et trompeurs.... et si la petite sirène était de sexe masculin?

 

La question reste ouverte, un point  est incontestable toutefois,  étonnantes  sont les capacités  de Grande, un jeune groupe qui combine intensité, magie, efficacité et pouvoir suggestif.

 

Leur tournée " Chasing the Giant"  les conduira  à la Boule Noire le 18 mars, n'hésitez pas à parcourir leur page facebook pour découvrir les autres dates!

 

 

Grande • Vince Lahay à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 27 février 2022
Grande • Vince Lahay à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 27 février 2022
Grande • Vince Lahay à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 27 février 2022
Grande • Vince Lahay à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 27 février 2022
Partager cet article
Repost0
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 17:44
Maxwell Farrington, Pandapendu, Dead in 1985 à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 26 février 2022

Maxwell Farrington, Pandapendu, Dead in 1985 à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 26 février 2022 

 

michel

 

Plus de cinq mois après le premier Clubster, lors duquel La Grande Ourse avait invité Santa Claws et Moundrag, Ludo, et son équipe de chez Melrose, proposent une seconde édition de concerts en mode club. Trois groupes locaux se partagent l'affiche:  Maxwell Farrington, Pandapendu et Dead in 1985.

Le début des hostilités étant prévu à 21h, tu as prévenu chez toi qu'il ne fallait pas s'attendre à te voir revenir avant la fin de Columbo.

Vers 21:10', l'Australien, adopté par les Bretons, diplômé d’hôtellerie-cuisine, qui a appris aux clients du Chaland Qui Passe a apprécié le civet de kangourou préparé au cidre, sir Maxwell Farrington se pointe.

Toujours aussi élégant dans sa parka de SDF et coiffé d'un bonnet tricoté par une Bigoudène centenaire, Maxwell dépose son smartphone dernier cri, bourré de backing tracks hyper soignés,  sur l'estrade, palpe l'engin pour envoyer l'accompagnement sonore adéquat devant lui permettre d'interpréter un premier titre.

Pas besoin de te dire, que le crooner, dont le coiffeur est mort depuis plusieurs mois,  n'est plus un inconnu dans le paysage musical hexagonal, l'album "Once" qu'il a gravé avec Le Super Homard  a été, en son temps,  Disque du mois de la Rédaction de Rock&Folk, et son dernier né, baptisé "Maxwell Farrington ",  fait l'unanimité dans la presse spécialisée, qui s'autorise des rapprochements avec Philippe Katerine ou Jacques Dutronc , deux autres artistes, rois de la facétie.

 Le déconcertant romantique  débute le show par un titre extrait de l'EP 'Sans OMG', 'il se pose une question ... how many times must a man fall in love..tu lui aurais bien conseillé de prendre contact avec Charles Denner, on te dit qu'il repose, sans doute, dans un cimetière du côté de Dreux.

A un mètre de toi, deux copines ( pas tes copines)  déjà lui font des yeux doux, lui, d'une pression sur le Samsung balance la suivante, en français suave: ' Je préfèrerais'.

Du jazz sucré, parfumé d' effluves Barry Manilow, aux  lyrics scorpionides que ne chantera jamais Klaus Meine.

Si tu ne craques pas pour le solo de sax alangui, tu dois être béotien ou rustre bovin.

 Maxwell  glisse élégamment  sur scène  en adoptant des mouvements plus comparables à la démarche et aux mimiques de Mister Bean qu'aux évolutions de Fred Astaire.

Pour dire adieu à son coeur ( 'Norway') , le dandy quitte le froid scandinave et t'emmène du côté de Mexico Bay, il avait oublié ses raybans  dans sa chambre à l'hôtel Costes , ça l'a perturbé, il a interrompu la bande avant la fin du morceau.

Merde, qu'il dit avant de se corriger, car ce n'est pas poli, donc il émet un Fuck australien.

Après nous avoir soumis une certaine ' Rita'  , aussi glamour que Rita Hayworth,  il embraye sur une nouvelle romance désuète, aromatisée aux sonorités   Gilbert O'Sullivan, puis il décide qu'il est l'heure de se présenter, je m'appelle Maxwell et toi, en s'adressant à un citoyen accompagné d'une madame pas hideuse?

 Guy, je suis marchand, fuse la réponse.

Passons à l'épisode disco toujours en mode auto-dérision, ' If it were paper' est suivi d'une bossa chaloupée qui  dépend des conditions météo ( 'Weather' ) avant de retourner au crooning avec '2 AM', titre   à écouter en cas d'insomnie ou si t'es fan de l' Englishman in New-York de 10CC, pour le strange apparatus.  

Oui, Aurélie?

Sont bons les musiciens...well, Miss,  t'es aussi givrée que  Max! 

' Haikus' est sorti en 2017, la voix enfantine décorant la ritournelle ajoute un brin de poésie nippone  à ce morceau fripon.

Comment tu te sens chez toi, Max?

My home is my own paradise! ( 'Stay @ home').

Ensuite, il nous place  un nouveau disco jazz , que le brave Tony Bennett aurait pu chanter avec Lady Gaga .

Joe avait abattu sa nana , elle l'avait trompé avec un autre mec, l'histoire se répète avec le countrty folk 'Back @Ma's'.

Le génial touche à tout  revient au français avec ' J'aime les filles',   mixant Jacques Dutronc, Zachary Richard  et Francis Cabrel sur un fond Euro disco spongieux.

Passons au hit,  entendu  459876 fois sur France Inter,  'We, us the pharaohs' qui ouvre l'album 'Once' de Maxwell Farrington & Le SuperHomard et si tu crois y entendre des relents de ' Camouflage' de Stan Ridgway, t'es pas le seul.

Je descends  pour danser à vos côtés pour la dernière, le synth pop/ techno ' Shadow' .

Tu aimes le patinage artistique, Danse avec les Stars, Sandra, Kate Ryan et ' Vamos a la Playa', tu vas adoré ' Shadow', n'oublie pas les paillettes si tu veux danser au camping, cet été .

Qui peut me ramener à Saint- Brieuc.?

Toi, Martin, très bien, je t'offre le vinyle .

You want more, any requests?

No, vous êtes timides!

Allez on y va pour une country song à rendre jaloux Charlie Rich et  Engelbert Humperdinck!

Un set imparable, comme toujours! 

 

Près de quatre mois après les avoir croisés à Bonjour Minuit lors d'une Session live Radio Activ',  revoici Pandapendu, avec cette fois-ci, un EP dans les bacs.

Yann Ollivier,  Thomas Kerbrat et  Greg Perrochon n 'ont pas chômé cet hiver, la veille ils mettaient le feu au Dôme à Saint-Brieuc, le 24 c'est Paris qui les accueillait.

Là, ils sont rodés.

 Comme à Bonjour Minuit, le premier morceau se nomme ' Final',  ça s'agite d'emblée.

L'Ange' est démoniaque, guitare incisive, drumming costaud et basse JJ Burnel,  le trio est désormais bien soudé.

Comme il est quasi chez lui, Yann fait le show.

Il passe derrière le  mellotron pour 'Ruskov' déjà un hit,  sauf  en Tchétchénie.

Après une amorce/gimmick caoutchouteuse au drumpad,  ' Falling in Love with You' voit le chanteur descendre du balcon pour faire la cour à Juliette, après t'avoir accordé quelques câlins virils.

L'ambivalence n'est pas un vain mot.

Retour derrière les claviers pour le downtempo ' Surrender'  qui pose les questions essentielles...why does life have to be so cruel...

Loop station en action, basse ronflante et frappes lourdes, le dance -pop ' My tragi-comic Mystery' est vachement plus rentre-dedans que sur l'EP.

Tout le monde attend l'été, le morceau ' Summertime' t'y prépare à merveille, ...hush, don't speak, écoute les abeilles butiner et les pinsons pépier, pendant que madame s'amuse à étendre sur la corde,  au vent léger, son petit linge multicolore.

Deux nouvelles compositions in French:  n)1, ' Le Minois' un ravissant mix Christophe/Etienne Daho et  n°2, ' Fajitas et Parasol',   contenant l'idiom 'the early bird catches the worm', c'est plus imagé in English qu'en français.

' Believe it' offre toujours des échos New Order étonnants , alors que  la ballade 'Thanks' clôture un set vibrant.

Eh, lui dit Enrico, on ne va pas se quitter comme ça....

D'accord, on vous fait une reprise d'un petit groupe local, aujourd'hui défunt, le morceau a été enregistré à Guerlédan.

Les fans se souviennent de 'Nobody Knows' de Thomas Howard Memorial sur lequel se fond 'Human Race'.

Le panda regagne son arbre, tu commandes une hirondelle artisanale. 

 

Il est 23:40', acte 3: Dead in 1985!

Avec Cecil SansE ( c'est un garçon) et Chris Bang Bang( c'est pas Cher),  Cécil Rich et Christophe Ursot-Pourrier pour l'état civil, tu vas vivre un épisode les Divas du Dancing, à la fois  kitsch et intellectuel.

Accroche-toi, mémé, ça va chauffer!

Cecil aux machines et backings, Bang Bang aux vocaux, parfois à la guitare, et aux exercices de fitness.

C'est parti ' Good Day'( for dying)  un extrait de l'EP  'Hyperfréquentiel', donne le ton: dérision et électro campagnard font bon ménage, t'as bien compris que tu ne vas pas assister à un débat politique rébarbatif.. ce soir, on danse, on boit et on rigole.

Tu veux du Gold,  Images, du Nacash en mieux, tiens, voilà  'Des Sirènes'  et puis,  si t'es sage et que t'écoutes bien tes géniteurs, tu seras fort comme 'Ton Père' .

Un brin macho et facho peut-être, mais il suffit de lire entre les lignes et de danser.

'After the grave' , démarre comme  le slow qui tue dans les cimetières avant de virer zombie disco, 'Frosty' qui suit est salement dark, tandis que ' L'Inconnu' plagie Stromae sans vergogne.

Jane Birkin connaissait un ' Aquoiboniste' mais elle ne connaît pas le désespéré ' A quoi bon' de Dead in 1985.

C'est beau, l'amour!

Ils ont acheté un guide touristique et du coup décident de vanter la ville bleue du Rif marocain, ' Chefchaouen' ,  en s'inspirant, vaguement, du plus grand tube de Marc Lavoine.

Trois groupies mixtes ont investi le dancefloor pour se trémousser sur ' Regarde moi', un titre narcissique.

La main sur le coeur, comme Thuram lors de la coupe du monde,  je vais vous chanter un hymne politique à la gloire de  Kim Jong-un, le gentil chef d'état de la Corée du Nord, celui qui a une coupe de cheveux qui rend  jaloux Boris Johnson, ' Sauveur Suprême'.

Jusqu'ici t'avais souri, mais là t'es plié en deux!

'Our special day' , cette première expérience sexuelle ne restera pas dans les annales , ce n'était pas du genre 'Sex Bomb' de Tom Jones. 

' Je cours après ma vie' et l'imparable ' Miami 87' , qui ressuscite James Sonny Crockett et Ricardo Tubbs,  mettent un terme à cette prestation haute en couleur.

 

 

C'est pas vrai, vous voulez un bis, le stock est épuisé, allez, on vous refait 'Les Sirènes'.

T'as pas attendu l'arrivée des poulets,  tu les as laissés avec les tifosi  pour rejoindre madame.

Maxwell Farrington, Pandapendu, Dead in 1985 à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 26 février 2022
Maxwell Farrington, Pandapendu, Dead in 1985 à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 26 février 2022
Partager cet article
Repost0
23 février 2022 3 23 /02 /février /2022 16:42
Rock nation tribute night : Gallows Pole Plays Led Zeppelin au Zik Zak à Ittre, le 19 février 2022

Rock nation tribute night : Gallows Pole Plays Led Zeppelin au Zik Zak à Ittre, le 19 février 2022

 Mitch ZoSo Duterck

 

 

Gallows Pole – Le Zik Zak, Ittre (BEL) 2022.02. 19
Set List :
01.Rock And Roll.
02.Immigrant Song.
03.Ramble On.
04.Heartbreaker.
05.Misty Mountain Hop.
06.Good Times Bad Times.
07.Going To California.
08.All My Love.
09.How Many More Times / The Hunter.
Break
10.Babe I’m Gonna Leave You.
11.Stairway To Heaven.
12.Trampled Underfoot.
13.Thank You.
14.Since I’ve Been Loving You.
15.Gallows Pole.
16.The Battle Of Evermore.
17.Black Dog.
18.Dazed And Confused.
19.Whole Lotta Love.
20.Kashmir.
Il y a des choses comme ça, des trucs auxquels tu ne peux pas résister, quelque chose qui te laisse parfois un souvenir impérissable, stocké pour l’éternité dans une de tes banques de données personnelles et non moins internes. C’est le cas pour la crème pâtissière, un bon whisky, ton premier ours en peluche, le mariage, à moins que ce ne soit le divorce (non, là je déconne, quoique). Bref, un petit « je ne sais quoi » qui fait que rien qu’une simple évocation active aussitôt en ton for intérieur un processus « bons souvenirs » qui fait que tu veux t’y replonger illico presto (1€ le billet) comme on dit à la Loterie Nationale. Dont acte.
Les mesures de restriction Covid ayant été assouplies, nous voilà « on the road again » comme le chantaient si bien en leur temps Canned Heat et Bernard Lavilliers. Juste le temps de reprendre notre souffle entre deux avis de tempête et nous voilà filant cap sur Ittre par vent arrière, que l’on appelle plus communément « pet », eut égard à son bruit de sortie. Ça va laisse tomber, ne cherche plus te dis-je, si tu ne les chopes pas au vol, les calembours, même pourris perdent toute leur saveur, à l’inverse du camembert.
Déjà quatre mois que nos Hennuyers préférés ne se sont plus produits en public puisque à cette période là, on était censés tous mourir dans d’affreuses convulsions et que donc, on ne pouvait pas le faire une dernière fois tous ensemble (mourir). À première vue on dirait qu’on est encore tous là, il y a même des nouveaux venus qui ont déjà l’air vieux ! Comment font-ils ? Au Zik Zak, c’est toujours le même plaisir, Annick, Nicolas et toute leur joyeuse équipe sont fidèles au poste avec un grand sourire et un mot sympa pour nous accueillir comme il se doit. En plus, nous sommes dispensés de masques, que pourrait-on demander de plus ? Dans les groupes de fans et/ou de curieux autour de moi, j’entends des gens qui se plaignent que la veille, dans un autre club du pays, le public se serait fait dégager à 23 heures alors que l’autorisation portait le couvre-feu à minuit. Ça râlait sec en tout cas, je cite : « on nous prend pour des chiens », « c’est vraiment un manque de respect », « ils ne sont pas sympas » « on vient de loin et même pas moyen de prendre un verre à l’aise », etc) Certains parlaient même de boycotter définitivement l’endroit. Je ne juge pas, je rapporte ce que j’entends dans la salle, c’est tout.
C’est donc sous la férule du Herr Kapellmeister Franco (pas le général, l’autre ) qu’ils nous apparaissent tous les six comme des petits-suisses au petit déj’. Rock And Roll enchaîné à Immigrant Song, boum ! Là on sait d’entrée que notre Vincent est en grande forme, et il le restera durant les 20 morceaux du concert. Flamboyant! Non seulement il intègre de plus en plus le jeu de John Bonham que maintenant l’aisance dont il fait preuve derrière son kit de batterie l’autorise à se détacher de la partition originale de son maître à jouer pour y inclure quelques lignes d’hommages brillants, profonds et personnels.
Pour moi qui suis habitué à les voir (38ème fois) je sais tout de suite quand quelque chose ne va pas comme d’habitude. Ce soir c’est notre Jacques qui tourne un peu au ralenti, il n’arrive pas à saisir les notes hautes essentielles dans le répertoire de Led Zeppelin. Exercice dans lequel Robert Plant restera pratiquement le maître incontesté entre 1968 et 1973. Notre Jack, en vrai chanteur intelligent qu’il est, ne va pas essayer de se suicider en montant à l’assaut des crescendos stratosphériques. Il va plutôt adapter sa voix parfois un ton plus bas, ne poussant les aigües, qu’à de rares occasions, juste là où il faut, donnant l’illusion qu’elles sont toutes là, bravo pour cette intelligence. Les cinq instrumentistes sur qui il s’appuie assurent à fond, comme d’habitude devrais-je dire. On sait que le groupe a préparé le quatrième album dans son intégralité et que tout cela fera l’objet d’une série de concerts bien ciblés. Alors, si je ne dois plus parler que d’un seul morceau du spectacle, ce sera The Battle of Evermore, un de mes préférés, un intouchable selon moi. Et bien je me suis trompé, ils l’ont fait, sans la seconde voix tenue par Sandy Dany, la chanteuse de Fairport Convention, invitée sur ce morceau du 4ème album. L’arrangement proposé est tout simplement splendide, j’en suis resté bouche bée. Le morceau va crescendo jusqu’à l’instant sublime où Vincent utilise des mailloches pour frapper ses fûts, leur arrachant la lugubre sonorité des tambours de guerre, tandis que Manu nous gratifie d’une excellente partie de claviers dans laquelle il inclut un petit solo. Rien de démonstratif ni de pompeux mais tout simplement en place et juste. On se retrouve plongé en plein Seigneur des Anneaux de Tolkien, c’est fou ! On sent la rage et l’âpreté des combats, le sang, la sueur, la mort. Les mecs, écoutez bien mon conseil, remplacez le son du clavier par un son de cornemuses uniquement lors du solo et ce morceau méritera de figurer sur n’importe quel tribute à Led Zeppelin.
Le somptueux et arabisant Kashmir termine cette soirée de folie qui a encore gagné de nouveaux fans qui viendront désormais grossir nos rang. Et Jacques me direz-vous ? Il a tout simplement prouvé qu’il était un grand frontman et un vrai pro . Le deuxième set, il se l’est approprié, il l’a tout simplement sublimé ! Aussi vrai que le Phénix renaît de ses cendres, notre homme a émergé des limbes pour tout dévorer. Les deux autres acteurs dont je n’ai pas parlé s’appellent Thierry et Mario qui ont été à l’image du band : parfaits ! Merci Gallows Pole.
Nous on reprend la route du Condroz avec cette merveilleuse musique plein la tête, l’esprit vagabondant par delà les Misty Mountains.
Mitch « ZoSo » Duterck
Thierry Le Bon, Franco Cravotta, Mario Maffeo, Vincent Sànvénicotra, jJack Gallows,
Rock nation tribute night : Gallows Pole Plays Led Zeppelin au Zik Zak à Ittre, le 19 février 2022
Rock nation tribute night : Gallows Pole Plays Led Zeppelin au Zik Zak à Ittre, le 19 février 2022
Rock nation tribute night : Gallows Pole Plays Led Zeppelin au Zik Zak à Ittre, le 19 février 2022
Partager cet article
Repost0
22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 16:52
ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: Ronnie Bonneville and the Coqs au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022

ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: Ronnie Bonneville and the Coqs au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022 

michel

ZE Salon Vintage de l'Ouest #5 - acte 2 - from Rennes: Ronnie Bonneville and the Coqs

Accouche, Bandmix....  Ronnie Bonneville and the coqs est un trio de rockabilly & de rock'n'roll originaire du bassin Rennais.

Il existe, ce Bonneville?

Le gars, qui manie la Gretsch avec brio  et chante avec culot, se nomme Ronan Perrot, alors Ronnie, OK, mais Bonneville?

Jamais entendu parler du  Bonneville Salt Flats, Gary Gabelich sur sa Blue Flame a atteint  une vitesse de 1 001,67 km/h sur 1 mile.

Bordel, mon cousin sur sa mob trafiquée est arrivé à 56 km:h, en descente. 

Bon, pour composer le trio il en manque deux, déballe...

Il y a un hic, la contrebasse et la batterie sont restées anonymes.

Pour la upright bass on donne un prénom, qui reste sujet à caution, Dominique , quant au papy derrière les caisses, aucun Ehpad n'a signalé de disparition, donc pas la moindre idée de son identité, quoique un  flic du coin avance le Grand Pat!

 

Ready, Saint-Quay?

Yes.

' Lonely weekends' ouvre le bal, le trio a de la gueule mais pour capter ce que Ronnie chante, il te faudrait un cours accéléré de yaourt brassé.

Ils enchaînent sur ' Hound Dog', une deuxième prise en ce samedi quinocéen.

A l'arrière le sosie de Lange Jojo la joue à l'économie, faut pas pousser pépé, un moteur diesel ne doit pas être brusqué.

Saint-Quay, vous êtes avec nous?

Ouais.

Ah bon, on ne joue pas de la muzak pour l'afternoon tea , c'est du rock qu'on sert, bougez- vous.

Voilà 'Gene and Eddie'.

Non pas Gene Kelly et Eddie Constantine, des autres!

D'ailleurs on vous balance une couche de ' Be bop a Lula'.

La Gretsh en exhibition, la rythmique mouline, dans le medley  j' ajoute une pincée de ' C'mon everybody', puis je descends au purgatoire .

Mauvaise idée, le jack se barre, plus de son, Véronique!

Les aléas du live.

Improvisez les copains!

Ouf, il y a pourtant un truc qui me dérange, où sont nos bières?

Pendant qu' un bon apôtre se dirige vers le bar, un gominé,  pris de pitié, tend son demi au chanteur dont le gosier est aussi sec que les gâteaux que confectionnent ma belle-mère.

Direction la gare pour rencontrer  Johnny Burnette, ' Train kept a rollin' , ça déménage méchant, et ça se calme pas des masses avec ' 'Ooh, my head'.

Ritchie, c'était pas un calme!

La machine tourne à plein régime, ' That's alright, mama' est suivi par 'Drinking Wine Spo-Dee-O-Dee' chanté par Dominique.

L'absorption massive de pinard ne favorise pas la pratique des langues étrangères, ce n'est qu'un détail.

Vont défiler: ' Flip flop & fly', ' Paralyzed' ( Elvis), ' Route 66' en respectant la speed limit,  puis la romance qui a fait chialer Marie-Madeleine ' "Can't Help Falling In Love".

Tu dis, Thierry?

Effectivement, sont pas mauvais, on ne s'ennuie pas.

Après un cool instrumental permettant à Ronnie d'étaler son savoir-faire, tu sais le style de truc que les forains passaient dans les sixties alors que,  avec ton auto-tamponneuse, tu fonçais sur l'engin piloté par la petite Suzy, dont toute la bande était amoureux.

Oui, c'était l'époque bénie où Paul and Paula susurraient ' Hey Paula'.

Plus récent, voici le ' Stray Cat Strut' de  Brian Setzer et de ses copains, les souris décampent , le Creedence  arrive avec son ' Lookin' Out My Back Door'.

Du calme, papy, faut pas exagérer avec les amphétamines, il amorce ' Something else'  à fond la caisse, au risque de se faire flasher.

Elle est comment cette nana, Johnny?

Terrible, mec!

Toujours en mode speedé, le trio reprend ' Black Slacks' de Joe Bennett & The Sparkletones.

Pas question d'épater la galerie, ce qui compte c'est l'efficacité, ben, on est  servi!

A last one, qu'il dit,  avant de lancer l'agité   ' Twenty Flight Rock'  .

T'étais sur le point de regagner ton chez toi quand ils décident d'en rajouter une pour les groupies, comme 96% des groupes de rockabilly ils optent pour 'Mystery Train'.

T'as pas trop confiance dans la ponctualité de la SNCF, t'attends pas l'arrivée du tortillard, tu sautes dans ta caisse pour retrouver madame.

Chez toi, elle questionne, c'était comment?

Intellectuel, mon ange.

Tu te fous de moi?

Euh, suis légèrement déçu,  il n'y avait pas de Wanda Jackson au menu.

 

 

ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: Ronnie Bonneville and the Coqs au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022
ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: Ronnie Bonneville and the Coqs au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022
ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: Ronnie Bonneville and the Coqs au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022
Partager cet article
Repost0
21 février 2022 1 21 /02 /février /2022 18:19
ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: The show Angèle's au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022

 ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: The show Angèle's au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022

 

michel 

 

Après une éclipse en 2021 ( pas besoin de dessin en ombres chinoises) , le  salon Vintage de l'Ouest revient pour une cinquième édition  au centre de congrès de Saint-Quay-Portrieux.

Pendant deux jours  le public est invité à plonger dans les fifties/sixties en déambulant parmi les stands proposant du mobilier et accessoires vintage,  des Levi's portés par James Dean ou un Perfecto sorti de la garde-robe de Marlon Brando, pour madame, tu peux te procurer des escarpins dans lesquels Bettie Page a glissé ses petons, plus loin,  des vinyles d'époque côtoient des plaques émaillées vantant une boisson rafraîchissante aux extraits végétaux ou des  posters exhibant des pin-ups aussi sexy que la sulfureuse Jayne Mansfield, dans un coin, un barbier, armé d'un coupe-choux affuté, peut te transformer en sosie de Robert Mitchum avant un rencart avec  Susan Hayward, comme tu as à nouveau le droit de te désaltérer lors d'un concert, on a installé une buvette à l'entresol.

Oui, on t'a parlé de concerts, c'est ce qui justifie ta présence à Saint-Quay.

Deux attractions sont prévues le samedi: The Show Angèle's à 14h et, deux heures plus tard: Ronnie Bonneville and the Coqs!

14hs: ouverture du cabaret pour le show de Miss Angèle, qui n'est pas la soeur de Roméo Elvis et qui ne vient pas Linkebeek , elle est originaire de Vannes et, de surcroît, elle ne se prénomme pas Angèle, elle décline Sandra Lairie comme identité.

Angèle/Sandra est seule en scène , elle chante, danse, fait des yeux doux aux mâles esseulés, change plusieurs fois de tenue en se dissimulant derrière un paravent et ce pendant 90 minutes, sans faiblir.

Et la musique?

Des bandes.

Elle apparaît alors que la sono balance ' In the Mood'. Petit chapeau marin, robe bleu marine, évidemment, chaussures blanches ,  elle prend place derrière un micro retro pour entamer "Bei Mir Bist Du Shein", popularisé par The Andrew Sisters.Un salut naval ponctue le chant yiddish, elle sort une mini-trompette de sa valise pour attaquer ' Sing sing sing '  ( with a swing').

Le jeu de jambes est alerte, le ramage et le plumage séduisent.

Un nouveau bibi pour interpréter l'electro swing ' That man' que tu as connu chanté par Caro Emerald.

En Polynésie je me suis procuré un ukulele, elle grattouille les quatre cordes et psalmodie ' Bring me sunshine', oups la mélodie prend fin abruptement, la bande diffuse la même chanson, miss Angèle saute dans le wagon et poursuit ce charleston remuant, tandis qu'un choeur masculin, invisible, la soutient en mode doo - wop.

Premier passage derrière la cloison, Mowgli en profite pour taquiner les singes.

Elle revient en tenue Joséphine Baker, non pas de bananes, et se lance dans la BO du Livre de la Jungle , vas- y, Baloo!

Toujours dans le monde de Walt Disney, voici ' Everybody wants to be a cat'.

Fin de la séquence en mode crooning  et second effeuillage occulté, elle refait surface en femme fatale pour un numéro Marilyn Monroe, ' My heart belongs to Daddy' , puis vient un passage chez le joaillier et  'Diamonds are a girl's best friend'.

Changement de registre, elle nous prend par les sentiments avec l'immortel  ' Summertime' de Gershwin and then another one Ella sung, 'Lullaby of Birdland '.

Madame a du goût, for sure!

Après un message destiné à la gent masculine, ' My baby just cares for me' , c 'est à une version  cinématographique de ' Cry me a river' qu'on a droit.

Tu oublies Julie London ou Viktor Lazlo, l'orchestration héroïque et les effets de voix lyriques s'éloignent des approches classiques.

Cloison, acte 3: tenue bleu ciel très seyante pour une séquence  mouvementée.

Jules, sais-tu ce qu'est un hound dog?

Quoi, un hot dog?

Elvis lui sait, ' Hound Dog' , les mouvements pelviens sont fournis en prime, un second rock/ doo wop non identifié, l'accent Frenchie n'aide pas, précède 'Boogie woogie country girl', une copine à Big Joe Turner. 

La souple country girl  sautille à tes côtés puis regagne le podium pour nous balancer une version épatante du blues 'Please Mr. Jailer', won't you let my man go free.

Le regretté Solomon Burke avait enregistré ' Cry to me' en 1961, merci Miss Angèle d'avoir déterré cette perle soul.

Avec  John Travolta  et Olivia Newton-John on atterrit dans une autre époque.

Allez,  sors la brillantine et chantonne  'You're The One That I Want' ..

Elle s'éclipse, la bande annonce bienvenue au Cabaret, le soundtrack du film de Bob Fosse retentit,  Liza Minnelli pointe le bout du nez,  mais c'est un titre de  Pink Martini qu'elle met en scène, ' Je ne veux pas travailler', une philosophie que partage pas mal de gens.

 

 Liza sur une chaise du Kit Kat Klub fait le show:

 You have to understand the way I am, mein Herr.
A tiger is a tiger, not a lamb, mein Herr.
You'll never turn the vinegar to jam, mein Herr.

C'est fini, mon vieux,  Du sollst mich nie mehr sehen mein Herr...

 

Fausse alerte, elle n'a pas disparu, il en restait une.

 ' New York , New York' ponctue un show apprécié par un public admiratif, 1h30' seule en scène, jolie performance!

 

ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: The show Angèle's au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022
ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: The show Angèle's au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022
ZE Salon Vintage de l'Ouest #5: The show Angèle's au centre de Congrès, à Saint-Quay-Portrieux, le 19 février 2022
Partager cet article
Repost0
14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 17:15
La compagnie Mobilo Lyricus ( Marion Jacquemet et Benjamin Pras) au Centre de Congrès de Saint-Quay-Portrieux, le 11 février 2022

 La compagnie Mobilo Lyricus ( Marion Jacquemet et Benjamin Pras) au Centre de Congrès de Saint-Quay-Portrieux, le 11 février 2022

 

michel

 

 Saint-Quay-Portrieux gâte ses  résidents ( et ceux des communes voisines), les spectacles ( souvent gratuits) foisonnent et pas uniquement à la belle saison.

Malgré la présence d'un vilain virus, un cadeau chinois dont le monde se serait bien passé, la mairie avait organisé un double concert durant la période de Noël.

 Février 2022, on célèbre le carnaval un peu partout sur terre, de Venise à Rio en passant par Nice et Las Tablas, à Saint-Quay, ni masques, plumes ou  confetti, mais  le spectacle ' Les Vols-au-Vent'  proposé par la Compagnie Mobilo Lyricus. 

Deux éléments de la troupe ont fait route vers le Centre de Congrès afin d' embarquer les Quinocéens pour une incursion au pays du Bel Canto: la mezzo-soprano Marion Jacquemet et le pianiste Benjamin Pras.

Ce dernier collectionne les lauriers et se débrouille aussi bien dans le domaine de la musique sacrée que dans celui du jazz ou de l'opéra.

Marion fait ses débuts en tant que danseuse, apprend à manier le saxophone, avant de bifurquer vers l'art lyrique et de monter sur scène pour interpréter des rôles dans divers opéras (Cosi fan Tutte, Die Fledermaus,   La Grande-duchesse de Gérolstein, Madama Butterfly...e.a.).

Ce soir, le public aura droit  à un florilège d'airs célèbres, ou  oubliés, prélevés dans le riche répertoire de la colorature.

Coup d'envoi avec un extrait de 'Carmen' de Bizet,  "Près des remparts de Séville".

Pas de doutes, Marion n'est ni Zahia, ni Clara Capri,  ou autres minettes au chant défeuillé, son timbre, sonore et assuré, déjà impressionne.

Après ce hors-d'oeuvre andalou, la Cecilia Bartoli des Alpes annonce le déroulement du programme:  une suite de trois airs datant du 18è siècle: le premier est extrait de "Giulio Cesare" d'Haendel, Marion a opté pour un aria interprété par Sesto, le fils de Jules, ensuite on passe à Mozart avec un extrait de ' Le nozze di Figaro', Cherubino  en proie à des émois amoureux psalmodie " Non so più, cosa son, cosa faccio" et enfin, avec Rossini, on accompagne " L'Italiana in Algieri" pour écouter " Cruda Sorte".

Marion tout à son jeu nous gratifie de quelques minauderies et autres espiègleries ayant le don de dérider l'assistance.

Benjamin, concentré, accompagne la belle Isabella, toujours  amoureuse de Lindoro,  à la perfection.

Exit la mezzo- soprano qui doit reprendre son souffle,  c'est parti  pour un premier interlude au piano solo,  Benjamin a sélectionné un monologue impressionniste composé par Claude Debussy, "L'Isle joyeuse ".

Pour vous qui profitez de la Manche à longueur d'année, il n'est guère difficile d'imaginer un lever de soleil sur la mer. L'amour lui aussi peut se révéler solaire,  Debussy était amoureux en 1904.

La belle dame ressurgit et décide d'attaquer la période romantique avec ' Nobles Seigneurs, salut' de Giacomo Meyerbeer, un air, extrait de 'Les Huguenots', exigeant souffle, entrain, énergie et une pointe d'humour.

Le romantisme en France c'est Hector Berlioz,' Premiers transports' est extrait de la symphonie dramatique ' Roméo et Juliette'.

Chers paroissiens, la suivante ne demande aucune présentation.

 Effectivement l'assistance a reconnu l'aria  'L'amour est un oiseau rebelle', une des pièces majeures de "Carmen" de Georges Bizet.

La femme fatale , sensuelle et bohème, a ensorcelé le brave homme assis à deux mètres de toi, ta compagne, par contre, n'a pas trop  apprécié  de l'entendre jouer les secondes voix chevrotantes.

Second solo du pianiste, qui a un faible pour  Debussy, il ébauche ' La  plus que lente',  une valse composée en  1910,  qui  présente, selon lui , des harmonies qui annoncent le jazz.  

Interprétation somptueuse et nouveau  retour  de Marion Jacquemet pour une suite consacrée aux mélodies françaises.

Gabriel Fauré nous emmène ' Au bord de l'eau', Reynaldo Hahn, lui, nous fait découvrir '  L'heure exquise', c'est le moment où la lune blanche luit dans les bois,  les hiboux trouvent ça chouette.

Pour son  dernier aparté, le pianiste a décidé d'improviser, comme le faisait Arthur Rubinstein à la fin de chaque récital.

Il me faut un thème et trois notes.

Philomène: les astres!

Malcolm, qui a des problèmes avec l'arithmétique: do mi sol fa !

Tous dans la fusée pour un périple sidéral,  homérique et elliptique.

Le 20è siècle, à présent: ' La Pêche à la baleine' de Jacques Prévert et Joseph Kosma, ou la rencontre de  Moby Dick et de  Gaston Lagaffe.

Loufoque, tu dis, pas plus que la pêche aux moules, mais peut-être plus cruel.

Tu voulais de l'acrobatique, du casse-gueule, t'es servi avec le  saugrenu ' Cabaret Voltaire' de   Graciane Finzi,  d'après le manifeste Dada d'Hugo Ball.

Après cette incursion savante et audacieuse dans le monde de la musique contemporaine iconoclaste, le duo termine par ' Les chemins de l'amour' de Francis Poulenc sur un texte de Jean Anouilh.

 

Ovation méritée et une friandise cocasse en guise de bis  "Ah, que j'aime les militaires" , le rondeau de la Grande- Duchesse, charmée par les hussards, tiré de  l'opéra bouffe" La grande Duchesse de Gérolstein" d'Offenbach.

C'est donc sur une note héroïco- comique que prend fin une soirée ayant tenu toutes ses promesses.

 

 

 

 

La compagnie Mobilo Lyricus ( Marion Jacquemet et Benjamin Pras) au Centre de Congrès de Saint-Quay-Portrieux, le 11 février 2022
La compagnie Mobilo Lyricus ( Marion Jacquemet et Benjamin Pras) au Centre de Congrès de Saint-Quay-Portrieux, le 11 février 2022
La compagnie Mobilo Lyricus ( Marion Jacquemet et Benjamin Pras) au Centre de Congrès de Saint-Quay-Portrieux, le 11 février 2022
Partager cet article
Repost0
14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 12:40
UKAN au Mar'mousse - Kav & Bar, Plérin, le 12 février 2022

 UKAN  au Mar'mousse - Kav & Bar, Plérin, le 12 février 2022

 

NoPo

 

 Le moment vient de porter l'EP Ar-spi encore tiède sorti du four en Novembre 2021 (mais bien chaud à l'intérieur).
Tout se passe au Mar' mousse 20H30, port du Légué, côté Plérin où Kevin joue à domicile.
On a déjà eu l'occasion de le voir et l'entendre, à ce même endroit, plusieurs fois, à 5 musiciens, ou à 2 et cette fois à 4, Kevin aime varier les plaisirs.

La quadrette, qui a enregistré le disque, se présente au complet :
Kevin Ruellan, chant, claviers, saxophone ténor
Gaëtan Buzaré, guitare électrique
Eva Montfort, basse
Arnaud Le Breton, batterie

Le troquet propose de bonnes bières à son public, assez jeune, mais il ne pense pas aux anciens en perte d'ouïe, aïe! Si peu de décibels pour des chansons si belles...
Lemmy disait "Si c'est trop fort c'est que t'es trop vieux !", me voilà rassuré ce soir!

A cette occasion d'une revue complète du répertoire, le groupe joue tout et le reste, on a même droit à 2 services... 2 concerts pour le prix d'un, qui plus est, gratuit, pas mal!

Départ dans l'ordre du dernier EP, l'ode au loup et l'espoir ouvrent avec aisance la séance.

'Kanenn ar bleiz' permet à Gaëtan de montrer de quel bois il se chauffe; il riffe dru et ça pourrait péter bien plus avec les potards à 11!
Le morceau alterne ces moments hargneux avec des passages en coulures prog, le tout dans une belle mélodie.

'Ar spi' astique la piste de danse sur la Pauline, chaloupe, sur laquelle le groupe a navigué sous le soleil entre le Légué et Dahouët.
Un plaisir perceptible sur ce morceau joyeux à la basse rebondie et la guitare funky.

Puis l'heure de la révolution approche. 'Hon dispac'h' (sur le 1er EP de 2016) avance sombrement avec des claviers virevoltants, Kevin chantant plutôt en harangue vindicative.
Arnaud surprend avec des cymbales couchées l'une sur l'autre et sa double caisse claire qui claque.

La plage suivante donne l'opportunité à Kevin de faire une petite leçon à Arnaud, le dernier recruté et débutant en breton.
"C'est 'Ma hent din', ma route à moi et pas 'Ma hent dit', ma route à toi, c'est bien moi qui chante!". Le batteur, amusé, avoue toute ignorance de la langue.
Le morceau, extrait du CD précédent, possède une mélancolie émouvante qui nous emporte avec elle sur un rythme chaloupé. L'intro, retravaillée, invite un clavier électro et une guitare vivace.

'In memoriam' interprété uniquement en live, se veut un hommage touchant à un ami disparu.

La cadence très dansante prend le contrepied du titre 'Dansal en ur lenvan' (danser en geignant) écrit au moment des incendies en Amazonie, rappelle Kevin et donc avant d'autres catastrophes.
Le morceau enfonce, avec insistance, ce clou rythmique comme une malédiction jusqu'à la digression philosophique 'We don’t protect nature, We are nature'

'Den ebet all' signifie 'personne d'autre', une chanson d'amour alors? Ce morceau guilleret ouvrait le premier EP.

Après, j'ai noté 'An dle', kesako? J'ai du buggé ou avoir une absence, je ne me souviens pas, t ki toi?

Vous l'attendiez tous, voici 'An alkemiour', l'alchimiste qui change tout! La compo m'a toujours enthousiasmé, plus encore en concert, et ce soir, elle me permet d'apprécier le jeu de basse ondulant de Eva.
Je sens souffler ce même vent de liberté que sur 'Ride like the wind' de Christopher Cross, l'époque où je glissais cheveux au vent et jambes en feu (si si!) sur le dancefloor!

Puis c'est au tour de 'Du man' de me prendre les tripes cette fois avec son piano noir et sa voix solennelle!
Le morceau qui donna naissance à Ukan sur le Net, début 2016, avec un clip filmé dans un manoir à l'ambiance quasi napoléonienne.

Dans les derniers titres, Kevin saisit et secoue son saxo en fricotant avec le free jazz, transformant complètement les arrangements studio. Riche idée!
Deux extraits du 1er enregistrement d'abord.

'Ene ar bed' (l'âme du monde) se reflète bien sombrement comme une dans les yeux des soldats partant, au pas, au combat.
En contrepoint, la superbe mélodie principale entraine les coeurs vaillants.

'Da garantez', la chanson d'amour selon Ukan. Son enchainement, du couplet sur piano languissant au refrain à la mélodie somptueuse, reste un envoûtement.

Conclusion avec le récent 'E lec'h ma fell din mont' (là où je veux aller). Le clavier fricote avec le riff rapide et funkysant de la guitare.
Un OVNI jazz prog, piloté par Kevin et particulièrement propice à l'expression du saxophone.

Mais non, le mot 'FIN' s'estompe, Kevin décide, par surprise, d'une autre' (une autre!) alors que Gaëtan avait déjà joué 'Débranche'.
Arnaud, lui aussi, pris au dépourvu, confesse ne pas en avoir mis une dedans sur celle-là! Moi aussi, j'avais un peu baissé le rideau, je n'en sais plus le titre ...

Il faut dire qu'après plus d'1h30 de musique, en comptant les 2 tours, ils avaient donné, généreux Ukan!
Non, je ne me lasse pas de louer ces gens et je vous encourage à les découvrir à la moindre occasion, vous en garderez un super souvenir!



SET LIST
Kanenn ar bleiz
Ar spi
Hon dispac'h
Ma hent din
In memoriam
Dansal en ur lenvan
Den ebet all
An dle
An alkemiour
Du man
Ene ar bed
Da garantez
E lec'h ma fell din mont

UKAN au Mar'mousse - Kav & Bar, Plérin, le 12 février 2022
UKAN au Mar'mousse - Kav & Bar, Plérin, le 12 février 2022
UKAN au Mar'mousse - Kav & Bar, Plérin, le 12 février 2022
Partager cet article
Repost0

Articles Récents