Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 09:01
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Melissa Laveaux sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 1 mai 2022

Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Melissa Laveaux sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 1 mai 2022

 

michel

 

Seconde journée de fête à la coquille Saint-Jacques à Saint-Quay - Portrieux,  pendant que les éternels casseurs ternissent la manifestation du premier mai à Paris.

Programme moins copieux que la veille, tu as pointé Melissa Laveaux sur la grande scène, à 14:30.

En 2019, l'autrice-compositrice-interprète, canadienne à l'époque (née de parents haïtiens immigrés) , française aujourd'hui , était passée par La Passerelle à Saint-Brieuc où elle avait fait grosse impression.

Depuis ce passage en terre briochine, sa discographie s'est enrichie d'un quatrième album: Mama Forgot Her Name Was Miracle, qu'elle décrit comme une ode aux héroïnes oubliées.

L’égalité homme-femme  est un thème qui lui tient à coeur.

Le line-up sur scène a légèrement évolué , ils sont quatre désormais; Mélissa au chant et à la guitare, Elise Blanchard aux claviers, à la basse et aux backing vocals ( qui a sorti un EP avec son groupe Schaar),  Martin Wangermée aux drums et, pour cette tournée,  Julien Cavard aux claviers, à la lead guitar, à la flûte et aux choeurs.

Ce dernier jeune homme, très demandé, a notamment participé au spectacle Starmania en 2019. 

Ouverture des débats avec 'Fire next time' ,un soul pop track soyeux, présentant un léger soupçon  trip hop, les sonorités fluides soutiennent la voix si particulière de la chanteuse, Elise assurant les backings derrière les claviers.

'Fire next time' fait référence à Harriet Tubman ( 1820 (?)- 1913) , l'esclave  qui avait réussi  à prendre fuite pour se réfugier dans un état ayant aboli l'esclavage,  pour ensuite lutter farouchement pour la libération d'autres captifs, ce qui lui a valu le surnom de "Moses of her people" et  une reconnaissance nationale, puisqu'en 1990 fut instauré le Harriet Tubman Day  ( le 10 mars) in honor of the anti-slavery activist.

Amorce tribale pour ' Ching Shih'  qui évoque la femme pirate qui terrorisa les mers de Chine au 19è siècle. Musicalement, pas question de barbarie, l'accompagnement sonore navigue entre indie et art pop soigné,  avec toujours une mise en exergue du  timbre ensorcelant et légèrement voilé de celle qui désormais vit à Paris.

Oui, l'album traite de grandes figures féminines, non, il ne sera pas question d'Anne de Bretagne, désolé, 'Papessa' est  la 2e arcane du Tarot de Marseille, on la  considère comme le reflet de notre quête intérieure.

Le morceau, imparable et  poppy par ses backing vocals  est porté par une basse enivrante et truffé d'arrangements subtils.

Arrière-plan de ' Gee's Bend' :  "Depuis le milieu du XIXe siècle, les femmes de Gee's Bend, un hameau reculé de l'Alabama, confectionnent des courtepointes ( patchworks) remarquables par leur simplicité géométrique et leur esthétique moderne." 

Phillip March Jones!

Le clip de ' Gee's Bend'  montre  Bebe Melkor-Kadior, militante afro-féministe, prostituée, actrice et auteure du livre ' Balance ton corps' , ici la musique offre des tonalités caribéennes, mariées à un drumming impétueux, le tout assaisonné de choeurs hantés.

Oublie Moby Dick, ' La Baleine' pourrait être ce que je suis devenue en cauchemar après une nuit agitée, plus sérieusement le titre ( chanté en anglais) est dédié aux asthmatiques et aux cétacés.

En fermant les yeux, tu peux te retrouver dans le grand bleu, entouré de poissons exotiques, tu rêves.  D'un coup tu es la  Walrus  des Beatles, ...  Goo goo g'joob... non, je vous jure, monsieur l'agent, je n'ai pas absorbé du LSD.

Plus sérieusement, Melissa a confié à un journaliste que le titre fait écho à  la méditation conçue par Alexis Pauline Gumbs, "Undrowned : black feminist lessons from marine mammals".

 'Nan Fon Bwa', une  mélodieuse chanson folklorique haïtienne, chantée en créole et décorée d'une flûte insulaire,  est extrait de « Radyo Siwèl », tout comme  le chaloupé et coquin   'Tolalito' (  'Last night I had a dream,  you were a bicycle and I rode you all night'.., on espère que la bicyclette était munie du phare blanc réglementaire, les nuits sont noires sous les tropiques).

Avec ces deux titres plus anciens, Melissa nous montre un autre aspect de sa large palette. 

Retour vers le nouvel album avec ' Rosewater'  et ses accents jazzy veloutés ( pas de November Ultra sur le podium, dommage , le rendu demeure toutefois magique).

Si vous pouviez pousser  un cri d'hyène furieuse à mon signal pendant  'Half a Wizard, Half a Witch', vous aurez droit à une reconnaissance éternelle.

Pas de problème, Miss, on vous emballe ça!

Et on peut savoir  qui est cette sorcière?

Le titre est basé sur une phrase extraite de "In Search of Our Mothers' Gardens" d' Alice Walker

Sur la vidéo,  on aperçoit la dessinatrice féministe  Pénélope Bagieu qui  a consacré un ouvrage aux héroïnes  oubliées du féminisme,  ' Culottées'.

Il n'y a pas que Nicki Minaj à se proclamer "a bad bitch", Melissa Laveaux groove à mort sur ce  'Half a Wizard, Half a Witch'.

 "Storm Helen, Storm Caster" permet à Julien de placer quelques riffs mordants, le chant saccadé et les rythmes convulsifs doivent, peut-être,  décrire l'état d'esprit des athlètes Caster Semenya et Helen Stephens ( Fulton Flash) soupçonnées d'être de sexe masculin.

 Première femme d'Adam et tueuse d'enfants, séductrice et épouse de Satan, reine du royaume du Mal, c'est ' Lilith' ,  un des morceaux les plus sauvages de la playlist du jour.

Un bridge baroque et un passage en créole assouplissent quelque peu la tension, mais la violence n'est pas occultée.

Le glorieux '7 sisters' achève un  captivant voyage, balançant  entre rock, pop, soul et jazz.  

 

Pour le bis, la clique revient vers l'album 'Radyo Siwèl' avec le tourbillonnant et obsédant ' Kouzen', un blue rondo créole.

 

Superbe concert.!

Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Melissa Laveaux sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 1 mai 2022
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Melissa Laveaux sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 1 mai 2022
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Melissa Laveaux sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 1 mai 2022
Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 16:49
Label Charrues: Dewaere à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022

 Label Charrues: Dewaere à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022 

 

NoPo - Jacques Rolland ( photos)

DEWAERE Vendredi 29 Avril 2022 Bonjour Minuit Saint-Brieuc Label Charrues (Suite et fin)

Rappel :
Le label 'charrues' a bien tracé son sillon depuis 2014 et ce, malgré les 2 dernières mauvaises saisons.
Soirée riche et gratuite (merci aux organisateurs!) où plusieurs centaines de spectateurs, sevrés de prestations live, s'émoustillent gaiement.

L'affiche :
Damien Fléau en première partie
La Battue
Dewaere


...

Dernière partie de soirée, sans avoir pu accéder au bar saturé, heureusement, voici Dewaere, des gars du cru avec le plus australien des cuisiniers costarmoricains (ou inversement) l'impayable Mr Farrington!
Sa participation à Maxwell et le Super Homard commence à faire parler de lui, mais il publie aussi un disque solo et il reste tout aussi apte à faire des chansons de Noël avec son ami Yann Olivier.
Bref! Le grand écart ne lui fait pas peur!
Julien Henry, à la guitare, et Marc Aumont, à la basse (et auparavant au chant, synthé et batterie) constituent le remarquable duo Rafale en 2008 (influence Daft Punk) muté en Menthol (2013). Ils ont pété un plomb et lancé Dewaere!
Fils du batteur des nus, Franck Richard les rejoint récemment à la batterie. Ayant déjà joué avec Rafale, Republik, Yelle, ou Octave Noire et même Dewaere en live, qui plus est, capable de jouer en apnée (!), le cogneur s'intègre naturellement.
Leur second album 'What is pop music anyway?' vient de paraitre.
Dewaere frappe comme un coup de tête ou coupe comme du verre brisé. Il s'agit d'une espèce de métal noisy en mutation, le virus originel venant de trames pops dessinées par Maxwell.
On se souvient de leur prestation volcanique en 2019 à Binic Folk Blues festival, le chanteur s'installant dans une chaise pliante de plage avant de bondir avec rage. Les sauts de cabri de Julien nous restent aussi en mémoire...

Un titre charmeur de MF (non c'est pas motherfucker!) les accueille, spontanément enchainé live par le crooner. Le béret basque, le bonnet (pas blanc) demeure australien breton.
La frappe lourde avance rectiligne et lâche parfois des déflagrations. La basse solidaire, défonce. La guitare balafre les ritournelles diaboliques.
Le géant frontman danse aussi, à sa façon décontractée, sur des morceaux... indansables, agrémentant le spectacle de quelques réparties loufoques.
Ptite blague à la Maxwell : 'Un ro(u)main entre dans un bar et commande 5 bières (en levant 2 doigts en 'V')".
Le chanteur joue l'équilibriste passant du babil enjôleur aux hurlements de folie à la limite de la rupture.
Ses mouvements, en moulinets ou ronds de jambes, s'exécutent avec des membres qui n'en font qu'à leur tête.
Maxwell "... danse un peu chinois, la chaleur dans les mouvements d'épaules, à plat comme un hiéroglyphe inca de l'opéra", Marcia Baila appréciera.

Les titres barrés et bourrins, idéaux pour le pogo, rentrent dedans instantanément. Yaka filer à Budapest en 2'30 chrono de distorsion jouissive pour s'en faire une idée.
Julien se retourne souvent vers son ampli saturé. Les riffs, plein de larsen et de hargne, ravagent l'atmosphère. Parfois dissonants comme l'attache d'une remorque frottant sur 'Get down', ils fouraillent les tripes.
Le guitariste peut s'accrocher à la colonne formée du duo Marc et Franck, en furie continuelle. Malgré les gestes casse-cous, aucune crainte de l'hernie discale!

Les nouveaux titres se posent beaucoup plus volontiers sur une couche poppy, au chant crooné iggypopien (aux intonations Ian McCulloch -Echo & the Bunnymen-, par moments), toutefois minée à la nitroglycérine.
On sent la douce patte de Maxwell susceptible de griffer. 'My Shangri-Laaa' le prouve indéniablement. Souvent, Maxwell minaude tranquillement avant de disjoncter car il a oublié son calmant.
Parfois il alterne, avec classe, grâce et emportement : 'Make it in the morning (shake it in the night!)' (ah, c'est donc ça?) au refrain accrocheur (si si!) sur une séduisante guitare hurleuse.
'Bricks' insiste et enfonce le clou avec un riff bégayant puis dérapant sur une rythmique presque autiste par instants. 'Everybody wants one now', titre incroyablement long (5'), confirme le côté stéréopsychotypé avec des 'yeyeyeyeyeye' répétés.

'Burning desire' (rien à voir avec Lana Del Rey) dérape, brûle et se consu(o)mme instantanément.

Les plages courtes (où l'on ne dore pas au soleil) s'enchainent, le répertoire quasi complet pour un set d'un peu moins d'une heure.

Sur leur terrain, l'équipe donne un concert de malades, aucun carton rouge ni jaune! Le public déchainé, danse, pogote et s'arrose de bière (ça tombe bien, on n'avait plus rien à boire!).
Un forcené tente un stage diving qui finit par atterrir laborieusement.
Maxwell fait la morale aux spectateurs : 'Faut assumer!', il est vrai que le cascadeur, sans casque, a failli s'assommer! Il aura le droit plus tard à un 'Ta gueule!' inattendu...

Les Korgis doivent se retourner dans leur tombe (ah bon, ils sont pas morts?), la version trépidante de Dewaere, reconnue et pourtant méconnaissable, déménage et arrache tout sur son passage.
Etonnamment, on se surprend à chanter en chœurs, mes voisines, devant moi, adorent.
On passe allègrement à des sonorités after punk (ils reprennent aussi The Fall) voir krautrock ('Clink and cluster').

Lemmy nous répétait : 'Si c'est trop fort, c'est que tu es trop vieux'. 'Voilà now you're old' répond un titre allongé (6') et déchirant de finesse pour une fois (bah à la fin, ils craquent un peu quand même!).



L'attitude globale du groupe est incroyable, toujours à fond sans se poser de questions.
Spontanéité, décontraction, humour, énergie sont les mamelles de Dewaere et à la vôtre!
Fiers d'être briochins!

Label Charrues: Dewaere à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022
Label Charrues: Dewaere à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022
Label Charrues: Dewaere à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022
Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 11:58
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Wolfoni sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022

 Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Wolfoni sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022 

 

michel

Après les comptines pas trop enfantines de Sidi Wacho, tu enfiles tes bottes de sept lieues pour parcourir les 79 mètres ( je sais on avait dit  75 mais le soir tombant, la distance s'allonge) te séparant de la petite scène où on attend Wolfoni.

Il est 20h, la fraîcheur est tombée, tu traduis: ça caille, t'as déjà dans l'idée que tu ne vas pas assister aux derniers concerts, en attendant, ceux qui se sont inspirés des  Tontons Flingueurs de Georges Lautner  pratiquent le fastidieux exercice de la balance.

Sur scène, un crâne connu, sous un galurin emprunté à Jules Bonnot,  Clément Palant, chanteur/batteur au sein de Broken Waltz, boum, boum et  crrr , crrr, (c'est quand il gratte les cymbales),  il est rejoint par Gil Riot, qu'on ne te présente plus ( si, deux ou trois noms, alors: Crocodile Boogie,  Orville Brody & Goodfellas , Casse Pipe, Swing Bazar, Rio Cinema Orchestra....) et Mr Tof, que sa maman connaît sous le nom de  Christophe Rehault, un contrebassiste qui depuis plus de 20 ans s'ébat dans les troquets les plus infâmes en terre bretonne, seul ou chez les Rednecks, Orville Brody, Earthmen, Hudson Maker,  Sleeper Bill & Mr Tof , The Big Sailor....,  on en a probablement oublié, mais on ajoute toutefois que ce n'est pas lui qui a accompagné Mireille Mathieu.

20;10', Wolfoni is ready, rock'n'roll, lâche Gil qui ne vient pas de Retz.

Avant de décrire leur office, on te signale qu'ils ont deux albums dans leur valise: 'Letter from Lucifer', pas timbrée, et 'North Coast Killers', l'affiche dit wanted dead or alive, pas vu le montant de la prime!

'I Won't Cry over It  ' avec lequel ils entament le bal sonne plus Johnny Cash que Hervé Vilard, une guitare métallique, une contrebasse galopante et un jeu de batterie rodéo, plus un  chant adulte ( Gil) ...  excellent début!

Quelques ajustages sonores sont réalisés avant ' Ice Cold' , c'est comme ça que les cowboys aiment leur Budweiser. Comme Josette et Louis aiment le rockabilly pur jus, ils ont entamé un pas de danse coquin.

Deux minutes, les gars, un de mes micros flanche, je le remplace, signale Clément, puis Mr Tof se colle aux vocaux pour 'Primitive' à l'intro pompée sur Suzie Q.

Effets vibrato garantis d'origine et voix rustique, ça fait du bien d'avoir sur scène un groupe authentique qui ne paye pas ses consommations avec un  smartphone.

'Lonely Weekends' de Charlie Rich doit dater de 1959, Wolfoni n'a pas pris la peine de le dépoussiérer, tant mieux!

Toujours en mode vintage rockabilly, voici ' I don't care' dans lequel, pour rire, on insère un hey ho, let's go, piqué au Blitzkrieg pop.

Le 'Lonesome train' de  Johnny Burnette s'amène mollo, la vieille locomotive est essoufflée, pas la guitare, ni la contrebasse elles impriment un rythme d'enfer, Clément, à l'arrière,  se méfie, la SNCF  n'a plus entretenu cette ligne depuis plus d'un demi-siècle.

Encore du Burnette, 'Blues stay away from me' .

Tu dis, Eddie, c'est un morceau des Delmore Brothers.

C'est noté, t'es une encyclopédie, mec.

Le vent se lève, faut calfeutrer les fenêtres there's a  ' Tornado' ..... rockabilly et garage font bon ménage.

A toi, Clément,  'Riot in Cell Block #9', que font  les surveillants pénitentiaires,  Mélenchon va encore critiquer Darmanin.

Allez, on vous emmène à Chinatown avec ' Brorther Twang', Duane Eddy rôde dans le coin.

Une once de country  avec 'Little Bit Lonesome' de Charles Ross , et si t'as le blues, bois un coup ( ou deux).

Parenthèse, le gars vient de Paris, mais pas sur la Seine, Paris, Tennessee.

Tu connais ' Rawhide',  tu vas y penser en entendant 'The Devil and Miss Jones'  avec sa guitare métallique, ses chevaux trottant à la manière de  Zorro, sans se presser,  et la  voix fatiguée du pauvre cowboy

' Steady Drivin' Man' te ramène vers le regretté Willy DeVille , le titre précède l'instrumental surf magique  ' Mandrake'.

Sérieuse accélération avec ' Please don't touch' , une pépite que les Stray Cats, Motorhead +   Girlschool, Johnny Kidd et ses pirates ou Matchbox ont tous inclus dans leur répertoire.

These boots are made for walking chantait Nancy, Wolfoni chante ses godasses, ' My shoes and Me',  ces pompes galopent!

Un rire sardonique, digne de Screaming Jay Hawkins introduit la dernière, un rockabilly / punk baptisé 'Makin Monsters for My Friends'.

Voilà, les enfants, on a des CD's à vendre, on descend pour les dédicacer. 

 

Et le bis, allez, en piste, les affreux!

Un dernier rock énergique achève une prestation  électrique ayant ravi tous les rebelles des années 60, désormais grands-parents fringants.

 

Le froid, tenace, t'a amené à renoncer à la suite du programme, t'as jeté l'éponge pour t'enfiler un remontant de Charente chez toi.

 

 

Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Wolfoni sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Wolfoni sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Wolfoni sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022
Partager cet article
Repost0
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 16:44
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Sidi Wacho sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022

 Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Sidi Wacho sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022 

 

michel

 

Un déplacement de 75 mètres pour se retrouver devant la grande scène et c'est comme si t'avais changé de continent.

Vincent Bloyet et Sidi Wacho ne vivent pas dans le même monde.

La famille Sidi Wacho se compose, sur scène, de cinq membres, pas forcément enfantés par la même maman: au chant, le jovial Benja Berenjena , quand il résidait encore à Valparaiso, il était membre de  “La Mano Inquieta”, et Saïdou Dias ( ex - Ministère des Affaires Populaires et Zone d’Expression Populaire)/  à la trompette, Manel Girard, grand spécialiste des affaires balkaniques ( pas confondre avec les Balkany, habitant à Fleury-Mérogis)/  à l'accordéon , un sosie de   Volodymyr  Zelensky, Jeoffrey Arnone ( MAP, HK& Les Saltimbanks) et enfin, un percussionniste,  Christophe Demazeux, qui donne des cours de percussions à Boulogne-sur-Mer, si t'as 25€ dans ta tirelire.

Le nouvel album de la clique, 'Calle Sound System' doit sortir incessamment, il succède  à 'Libre', ' Bordeliko' et 'Elegancia Popular'.

Genre?

Du rap, du hip hop, de la cumbia, de la polka, du balkanique et de la musette à la mode couquebaque.

Pas de setlist, on suppose qu'ils ont démarré avec l'intellectuel et jouissif ' Mala Hierba', au message social à peine déguisé.

A tes côtés, une colonie féminine a déjà entamé une danse colombienne en adoptant quelques variantes fest-noz, vu que Saint-Quay se trouve en pays breton.

Après 5' de concert, le thermomètre vient de grimper de 5 à 6 degrés, quand Saïdou annonce ..sortez les tambours, les trompettes et les casseroles ... pour attaquer un titre festif chantant la révolte ( 'Sin Medio') .

Comme le petit Benja amorce un discours en espagnol, un indépendantiste local se met à hurler La Bretagne aux Bretons, Mélenchon a ajouté et la retraite à 60 ans, le collectif, pas impressionné, embraye sur un 'Con Sabor'  ardent.

Debout camarades, le  pouvoir au peuple!

La contestation continue, tandis que l'accordéon virevolte, que la trompette appelle à l'émeute et  que Christophe assure un groove dingue, les MC's se baladent, chantent, crient, haranguent la foule, lèvent le poing, mais toujours avec un large sourire aux lèvres... on veut bien voter pour vous, mais faut accepter nos conditions...

Une petite salsa?

Si.

Au secours, indique Saïdou, mon micro ne répond plus, il peut secouer  le bidule, rien n'y fait, une visite chez le toubib s'impose, Benja poursuit seul pour faire bailar la Bretagne.

Problème technique résolu, ' Te gusta la cumbia' et sa chorégraphie qui a fait rire Maurice, non pas Chevalier, celui qui a dirigé Le Ballet du XXᵉ siècle , précède un hommage au Pas-de-Calais.

A Roubaix, Tourcoing ou Lens, on guinche au son de l'accordéon,.

Le Chtis mettent l'ambiance, le Chili rapplique, le mariage des langues, des rythmes  et des sonorités se poursuit pour le plus grand plaisir d'un public qui chaloupe depuis plus de 30'.

Sur scène, la famille chante toujours la lutte ouvrière, la désobéissance ,  la résistance face à l'ordre établi.... la rue elle est à nous, mes frères , et on danse en guenilles.

El pueblo unido jamas será vencido, chante le petit sud -américain avant de s'éclipser avec les copains, le seul à demeurer sur le podium est le percussionniste.

Retour de Benja Berenjena armé d'un charango, il attaque le dansant  ' El presidente'  avant de proposer une séance d'aerobics pénible pour certains  genoux ankylosés.

'Grita Justitia' voit 455 poings levés dans l'assistance, on ne compte plus se taire face à la violence policière, des voix  s'élèvent..

Le petit côté La Mano Negra plaît beaucoup aux Bretons qui ne sont jamais les derniers à  descendre en rue pour manifester.

Et si on retournait la planète,  ' Desorden Internacional' ...Poner el mundo poner el mundo al reverse,  Poner el mundo poner el mundo al reverse  ... aux sons des trompettes des Balkans et des percussions cubaines.

 La révolte est mondiale!

Vite une dernière, une profession de foi, on est ' Bordeliko' , fumigènes à l'appui!

Enthousiasme général et un double  bis , l'oriental  ' Salam Wacho'  et puisque vous voulez continuer la fiesta, une rumba  pour tous nos élus bien tordus!

La Familia compte enflammer bon nombre de festivals cet été, tu peux la voir aux Ecuries de Cornillon (Cornillon-en-Trièves)  fin mai.

 

Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Sidi Wacho sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Sidi Wacho sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Sidi Wacho sur la grande scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor- le 30 avril 2022
Partager cet article
Repost0
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 12:32
Label Charrues: La Battue / Damien Fléau à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022

 Label Charrues: La Battue / Damien Fléau à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022

 

NoPo - Jacques Rolland

 

LA BATTUE Vendredi 29 Avril 2022 Bonjour Minuit Saint Brieuc Label Charrues


Le label 'charrues' a bien tracé son sillon depuis 2014 et ce, malgré les 2 dernières mauvaises saisons.
Soirée riche et gratuite (merci aux organisateurs!) où plusieurs centaines de spectateurs, sevrés de prestations live, s'émoustillent gaiement.

L'affiche :
Damien Fléau en première partie
La Battue
Dewaere

Damien Fléau débarque de Saint-Malo avec son album 'Breaking Waves' qui doit beaucoup aux paysages marins.
Le pianiste, en solo pour sa première prestation live, n'oriente que la visière de sa casquette face au public. Immergé, il passe du synthé au piano avec facilité, fabriquant des sons parfois acoustiques et parfois électroniques au gré des vagues.
L'ambiance, changeante et prenante, se promène entre caresses atmosphériques et touches plus dynamiques. Nous n'assistons qu'aux 10 dernières minutes (pour une prestation totale de 30 minutes) mais les retours, autour de nous, s'entendent très positivement.

Vient 'La Battue' que nous connaissons via le net mais surtout à travers leur background.
La fratrie Eleonore et Bertrand James connaissent bien St Brieuc, ayant fait leurs premières chasses à la Citrouille (ancien patronyme de la salle des musiques actuelles) avant de la quitter vers l'Est en carrosse.
note- Un passage à Bonjour Minuit en 2019
Enfants d'un couple anglais, maman choriste de Joe Cocker, Eurythmics, Toto, papa, ingé son de Michael Jackson et Madonna (excusez du peu!) et constructeur, à ses moments perdus de steel pans (espèce de poêle que l'on frappe avec la main en percussions célestes).
Bref, ils sont tombés dans la marmite (ou la poêle) tout petits et continuent leur exploration malgré les tentatives de dissuasion des parents.
Ils suivent des chemins parallèles. Bertrand frappe chez les fascinants allumés Totorro et accompagne d'autres artistes tels que Ladylike Lily.
Ellie varie les plaisirs, au chant et clavier, avec Bumpkin Island (découvert dès 2013 lors d'un concert intimiste au Dandy Rock), Mermonte, MHA et même en solo... que du subtilement beau!
En 2018, ils rencontrent Yurie Hu, chanteuse et claviériste de YachtClub et hop, la chasse bucolique s'ouvre (un chien à casquette -celle qu'il a prêtée à Damien Fléau- figure d'ailleurs sur la 1ère pochette, animal fétiche sur leurs visuels).
La Battue, formée de végétariens sensibles à la cause animale, ne fait donc pas dans la violence mais poursuit plutôt une quête de sérénité.
Les synthés servent de fusils (signification à prendre à son origine latine 'focilis', « pierre qui produit du feu ») et la batterie déclenche et dirige les tirs. Oubliez les guitares tueuses, y'en a pas!
Les doux impacts amènent à l'amour plus qu'à l'amer malgré les embruns.
Après deux 5 titres : 'Search party' en 2020' et 'Get set, Go!' en 2021, voici leur 3è EP 3 titres 'In the Attic' (dont deux anciens morceaux jamais parus et réarrangés).
Un math-électro-synth popoétique (inspirations Grizzly Bear, Ladylike Lily-qui aime la guitare-, Bumpkin Island, certains disent Beach Boys), ça veut rien dire sauf inclassable!
La Battue commence à faire parler d'elle; les bons choix de France Inter se sont déjà portés sur le groupe pour une chronique d'Aline Afanoukoé.

Un tapis vocal accueille l'arrivée des musiciens puis un jingle futuriste au synthé prévient du décollage immédiat.
Les voix live confirment alors que ce sont bien elles qui tapissaient l'intro. 'Ca va Saint-Brieuc?' clame Yurie.
Tout le monde en pantalons et Bertrand, en chaussettes, grimace sur son rythme souvent décalé. Les filles se trémoussent ensemble d'un pied sur l'autre et d'une touche à l'autre. Magique!
Nous aurons droit à 4 nouvelles compositions, 'Caroline' en fait partie.

Cette fois, la sirène d'un bateau annonce le largage des amarres. Les choeurs, sur une légère pluie au clavier, sonnent japonisants.
Avant deux minutes, l'embarcation escalade les vagues de frappes à la batterie, poussée par un vent d'allégresse. Premier single 'Big picture' offre une vue d'ensemble de leur monde onirique.
On sent bien que l'équipe joue quasiment à la maison, les interactions avec le public sont nombreuses.

STO 9 figure sur la set list, un second nouveau morceau.

Le motif rythmique alterne finement frappes sur le cercle, caisse claire et grosse caisse, pourtant Bertrand n'en fait pas des caisses. Les synthés proposent un balancement joyeux parfois pulsé aux cymbales.
Les chants flottent aussi légèrement que le pépiement d'un oiseau. Le titre joue, à nouveau sur la notion de démarrage 'Get, set, Go!' pour un rendez-vous cocasse cette fois (sur le modèle 'La belle et le clochard' dans le premier clip).

Eleonore prône ses conseils à son frère, c'est son tour de chanter. Sa voix souffle, suave et douce et les filles n'hésitent pas à donner de la leur, aérienne, pendant que l'un des synthés produit un son répétitif.
L'autre joue alors une boucle, comme la houle, avec un effet dopant sur la batterie et le ton monte jusqu'à la coupure finale. L'histoire d'une rencontre marine '(If a) sailor, save(s) her(?)'.

2 nouvelles créations suivent, mais, difficile d'en parler, je n'ai pas pu les réécouter.

'Acrasia' mélange 2 voix d'ange sur un rythme marqué, Yurie, en embuscade, hulule. La ritournelle au synthé envoûte sans enluminures.
Au milieu, Bertrand s'interrompt et se lève pour apprécier le son; les filles emmêlent leurs voix qui se répondent dans un long passage d'une grande beauté; Bertrand applaudit à la charley puis il roule les mécaniques.
La vague finale, crescendo, trace un magnifique vague à l'âme 'I need time' (...pour apprendre de mes erreurs).

Surprise, surprise! Yurie (l'animatrice musicale en tournée!) entonne quelques notes de Céline Dion à la flûte (!), instrument récemment pris en main, mélodie reliée à joyeux anniversaire.
Bertrand, chef d'orchestre, nous invite à fêter, en chanson, les 30 ans de sa soeur (Ah, les miens sont un peu loin...).
Bien chaud, le Bertrand explique que les 2 dernières pistes seront enchainées (mais si si, il y en a bien 2!).

Intro vaporeuse enchainée à un leitmotiv, bien accrocheur, au clavier, 'Quicksand' se présente. Les voix célestes modulent et s'élèvent au ciel (en même temps, normal vu qu'elles sont célestes!).
Le synthé varie les plaisirs, appui répétitif sur une touche, montée en puissance, redescente en tourbillon.
Le chant croisé de Yurie et Eléonore file alors sur 'Attacus Atlas' soutenu par la batterie dynamique du frangin, sans fioritures mais tellement bluffante.
Un synthé joue la basse l'autre s'étourdit dans des sinusoïdes un peu folles. La mélodie virevoltante, parfois même explosive nous enivre. Quelle belle conclusion pleine d'imagination!

J'ai lu des références aux sixties, flower power et Beach Boys.
Pour ma part, je trouve le trio extrêmement moderne, à la fois inventif et précis dans ses thèmes oniriques d'une grande fraicheur communicative.
Les musiciens partagent leur plaisir par une belle complicité souriante, contagieuse au niveau du public. A découvrir sans retenue, on en sort heureux!



Set List
Caroline
Big Picture
STO 9
Get set, Go!
Sailor, save her!
1/100
Arisaig
Acrasia
Quicksand
Attacus Atlas
   
   
Label Charrues: La Battue / Damien Fléau à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022
Label Charrues: La Battue / Damien Fléau à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022
Label Charrues: La Battue / Damien Fléau à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 29 avril 2022
Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 17:09
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Vincent Bloyet OMB sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 30 avril 2022

 Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Vincent Bloyet OMB sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 30 avril 2022

 

michel

 

2022, tout reprend un cours normal, les événements proscrits pendant la pandémie refont surface, aussi  la Fête de la Coquille Saint-Jacques, deux années de purgatoire, elle fête son retour, en grande pompe,  à Saint-Quay -Portrieux.

La dernière édition, pluvieuse, avait eu lieu à Paimpol en 2019, les dates du 30 avril et du premier mai ont été retenues en 2022.

Samedi 30 avril, une foule imposante se presse sur le Port d'Armor,  ces braves gens ne sont pas tous venus pour les concerts, les animations ne manquent pas: tu pouvais assister  à la pêche à la coquille Saint-Jacques, aux côtés de pêcheurs aguerris, musarder dans les allées du village  où  plus de soixante d’exposants tentent d'écouler:  bijoux, décorations marines, tableaux, vins d'origines diverses, broderies, crêpes ou galettes, pâtisseries du cru, coquilles Saint-Jacques en sac de jute de 25 kg, si t'as pas d'âne, Manon, tu les colles sur le dos de ton conjoint, et autres babioles... quoi, t'as soif, une dizaine de buvettes te serviront des bières artisanales, tu seras obligé de te payer un gobelet ( 1€), non repris, tu le gardes comme souvenir!

Le programme musical:

Samedi

13h30 : Duo Mc Carthy / Thouenon (petite scène)
15h00 : Ryoddson (grande scène)
17h00 : Vincent Bloyet OMB (petite scène)
18h30 : Sidi Wacho (grande scène)
20h00 : Wolfoni (petite scène)
21h30 : Cachemire (grande scène)
23h00 : Vendange Tardive (petite scène)

Dimanche

12h00 : Avis de Grand Frais (petite scène)
14h30 : Melissa Laveaux (grande scène)
16h30 : Crocodile Boogie (petite scène)
18h00 : JP Bimeni & the Black Belts (grande scène)

 

Malgré ton arrivée tardive, au pas de course depuis le Casino où, par bol,  tu as réussi à larguer ton char, les places de parking, tolérées ou anarchiques,  des  environs  du port  étant toutes occupées, cela va de soi, Vincent Bloyet n'a pas encore débuté son set.

Sur le plateau, tu dénombres trois guitares et quelques éléments, démontés, d'un kit de batterie.

Un mec gominé, raybans, rouflaquettes vintage à faire pâlir  Eugène-François Vidocq, se pointe et c'est parti pour une séquence soundcheck éreintante.

25 larsens plus tard , Vincent Bloyet semble prêt à en découdre.

Oui, Louis?

D'où, il sort?

Du Morbihan, il fait partie du combo The Bloyet Brothers and Lourychords, formé avec deux frangins et un pote ( deux albums), mais il a décidé de faire cavalier seul sous l'appellation   Vincent Bloyet OMB .

Le sigle?

Aucun rapport avec The Office of Management and Budget, tu comprends, One Man Band, dans le style Bob Log III, sans le casque et les nanas sur les genoux, mais musicalement tu t'en rapproches: du punk blues, lo-fi, crasseux sur les bords et relativement rugueux.

On te signale qu'il a  joué quasi la totalité du set à la slide, en plus de son attirail décrit plus haut, il a fixé un ankle shaker au dessus d'un de ses bottillons.

Pas de setlist visible, pour l'énumération des titres, on bricole

 Un premier EP ' Step on Your Groove ' est sur le point d'être commercialisé, tu pouvais te le procurer après son récital.

Boum, boum, le pied en action,  le bottleneck  patine,  quelques riffs soutenus déferlent, et...merde, il s'arrête, les balances n'étaient donc pas terminées.

Il disparaît pour revenir armé d'une petite mousse ( merci Cécile de France) et  enfin dégainer et balancer un blues rageur,  bourré de fuzz , tandis qu'un pied tabasse une grosse caisse ou un semblant de cymbale.

Rien à dire, c'est efficace et convaincant.

Il enchaîne sur  'Death valley', le scénario est identique, si ce n'est qu'il utilise un second micro qui dénature la voix pour lui donner des airs de zombie enrhumé.

Du groove minimaliste, crapuleux et salement poussiéreux.

La vallée de la mort n'est pas l'endroit le plus touristique de la planète.

La suivante est une ballade, confie le bluesman, j'ai composé ' Morning Drive' sur une plage.

Il saisit une acoustique pour nous envoyer une truc  qui sent bon les Stones quand ils font du country rock inspiré par Gram Parsons.

Direction le bayou du 56, celui qu'on trouve près de Saint-Perreux .

Un peu d'histoire pour ne pas mourir idiot: en 1793, on ne parlait pas encore de Chouans, mais les paysans se révoltent contre la levée en masse, il fallait du sang frais au sein de l'armée, c'est à Saint-Perreux, au bord de l'Oust, qu'eut lieu la bataille, les insurgés n'ont pas fait long feu face aux 800 fantassins envoyés par un général républicain.

Après ce born on the bayou breton , il enchaîne sur un  ' West Summer Blues'  rustique et impétueux.

Saint-Quay, tu chantes?

Yeah, répond Chantal, du coup ils sont 25 à fredonner le refrain... hey, hey, baby....

Pendant le piquant  'Hobo Song' , quelques enthousiastes passablement imbibés, ou sous influence, entament une guinche désarticulée  non reprise dans le catalogue te permettant de danser avec les Stars.

Pas impressionné, Mister Bloyet nous propose un trip  vers l'Irlande pour une ballade  verte, suivi par le titre donnant son nom à l'EP, 'Step on your groove'.

Il me faut un peu d'exercice, j'abandonne les percussions pour jouer debout face aux premiers rangs.

Le speedé ' Happy Dream' achève une aubade nerveuse et appréciée.

Tandis que tu te dirigeais vers une crémerie servant coquilles, galettes et frites  sans OGM , le OMB bazarde un bis vite fait et bien emballé!

 

Le 6 mai à Allaire pour une release party  du premier EP!

 

Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Vincent Bloyet OMB sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 30 avril 2022
Fête de la Coquille Saint-Jacques 2022 - Vincent Bloyet OMB sur la petite scène - Saint-Quay-Portrieux sur le Port d’Armor.- le 30 avril 2022
Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 15:44
Jazz ô Château-Baiju Bhatt & Red Sun feat Nguyên Lê et Dock In Absolute - Château de Pommorio - Tréveneuc - le 23 avril 2022

Jazz ô Château- Baiju Bhatt & Red Sun feat Nguyên Lê et Dock In Absolute  - Château de Pommorio - Tréveneuc - le 23 avril 2022

 

michel

 

Après être arrivé tardivement au Château de Pommorio, où le Razzco Trio distille son élégant jazz fusion dans les jardins , tu attends l'ouverture des portes pour le plat de résistance de la seconde journée payante du festival, sont prévus: Dock in Absolute et Baiju Bhatt & Red Sun feat Nguyên Lê.

Si l'assistance est un peu moins nombreuse que la veille, le programme reste de qualité!

Dock in Absolute ( what's in a name), est catalogué band luxembourgeois, c'est là qu'il réside,.

Le trio, composé du grand-ducal  Victor  Kraus à la batterie (  Canto Ostinato, Nomad the Group, KrausFrink Percussion,...), de David Kintziger, Luxembourg belge,  à la basse électrique (IsaMia quartet, Val et les Bateleurs ...) et de Jean-Philippe Koch, piano teacher at the Conservatoire de Luxembourg, au piano et compositions (il est  actif au sein du Koch trio avec papa et Laurence, sa soeur), a récolté une multitude de' Awards dans sa jeune carrière: “Export Artist of the Year”  ( 2 x),  "N.1 discovery artist of the year" (Jazz News) .

Les festivals a les avoir accueillis ne se comptent plus, on se contente de quelques noms: the Tokyo Jazz Festival, the Hong Kong International Jazz Festival, Edinburgh Jazz Festival, Liverpool Jazz Festival, Paris Jazz Festival à la Cité, Yokohama Jazz Promenade Festival, Brussels Jazz Marathon, Stuttgart Musikfest, Südtirol Jazz Festival ,Ploiesti Hot Jazz Summit, Shenzhen Fringe Festival, Jazz In July Singapore... que Tréveneuc ait réussi à les programmer relève de l'exploit.

Discographie: Dock in Absolute ( 2017) - Unlikely ( 2019) , un troisième album est sur le point d'être enregistré en Italie.

C'est ce nouveau projet qui servira de pierre angulaire pour le récital de ce soir, qui débute par 'Rise in the East' , une composition, en forme de mini concerto,  mariant lyrisme et électricité, pour compléter la description on ajoute un  drumming vachement rock.

Flamboyance, technicité , grâce, émotion et punch se côtoient pour former un emboîtement idéal.

Si David avait manié une contrebasse, on aurait pu dresser un parallèle avec les envolées de The Bad Plus.

La setlist signale 'Rolling' comme seconde plage, vive et présentant divers coloris.

La suivante, 'Heartbeat'  est à nouveau un titre recevant son baptême du feu en concert.

Aucune arythmie, l'activité cardiaque est régulière, le myocarde supporte les changements de tempo instaurés par le trio.

Victor lance ' Interstice'  par quelques coups de baguettes agressifs, tandis qu'un pied martyrise la pédale de la grosse caisse à faire claquer sa peau tendue, la basse, méthodique, et le piano se pointent, ce qui ne suspend pas l'approche répétitive instaurée par le batteur.

Le piano caracole sans hâte comme si le vrai départ n'avait pas encore été donné.

Victor s'octroie une pause  pour laisser ses copains achever la plage en douce.

L'équipe reprend la route avec 'Swell' , une pièce toujours aussi aventureuse.

Jean-Philippe décide de placer un piano solo qu'il n'a pas réussi à baptiser, toutes vos propositions sont les bienvenues, ajoute-t-il.

Juliette avait pensé au ' Bal des Lucioles', une dame moins lunatique proposera 'Bruine'.

 Episode recueillement pour la basse et la batterie,  durant  cette pièce qui aurait beaucoup plu à Wim Mertens.

'Submission', un extrait du premier LP,  se présente comme une marche dramatique.  Fougue et romantisme se rejoignent comme si Franz Liszt avait rendez-vous avec Wagner.

On quitte les  Valkyries pour une plage introspective inspirée du Japon, ' Kintsugi'  ou comment réparer une poterie avec des coutures d'or.

'Floating Memories' se trouve sur le second album , dans les méandres du cerveau, tu cherches l'origine des crises épileptiques.

'Sofia' a été écrit pour la  fillette ( 1 an) de Jean-Philippe, la berceuse est plus turbulente que sereine.

Le morceau 'Ascension'  s'avère assez mélodieux, tu crois même y dénicher des relents Michel Legrand.

Victor a sorti un triangle et un xylophone ( invisible)  de sa trousse, le piano prend des sonorités de clavecin, tout baigne dans un calme relatif avant un galop final.

Voici la  dernière, ' Broadwalk Sunshine' qui démarre sur un jeu de basse groovy  avant de partir en rondo nerveux.

Ovation méritée et ' Heartbeat' en rappel avant une longue séance dédicaces!.

 

Pause boisson avant le concert de  Baiju Bhatt & Red Sun  qui est annoncé avec un invité de marque: le guitariste Nguyên Lê .

Le violoniste vaudois Baiju  Bhatt propose un mix de musique indienne ( son grand-père était   une légende du sitar indien, qui rivalisait avec Ravi Shankar) et de jazz européen ( le fils de Françoise Burger , enseignante à Vevey,  a fréquenté la Haute-Ecole de Musique de Lausanne). 

Avec son groupe Red Sun , il a sorti deux albums: 'Alive in Lausanne' en 2017- et  'Eastern Sonata ' en 2019, un troisième disque est prévu, sans qu'une date de sortie n'ait été mentionnée.

Le line-up:  

Baiju Bhatt, violon / 

Valentin Conus, saxophones ( tenor et alto) , il dirige son propre quartet /

 Mark Priore au piano ( Mark & The Peaceful Explorers)  / 

Paul Berne à la batterie ( Uptake, Odil, Mental Climbers, Sarab...)  

et  Blaise Hommage ,  hello j'ai une toute nouvelle basse, ( Raïlo Trio, Valentin Conus 4tet, Louis Billette Quintet....).

Après une amorce pointilliste,  Baiju et ses copains du Soleil Rouge attaquent 'Pari Shokogun', un jazz ethnique enivrant qui, pendant huit minutes, t'invite à quitter l'Occident cartésien pour te plonger dans un univers moins nombriliste.

Sax et violon papillonnent, basse et batterie impriment un tempo remuant, le piano, par petites touches,  distille un parfum classique.

C'est d'ailleurs Mark qui lance la suivante' ' Carnaval, d'après le papier gisant aux pieds du violoniste.

Ce nocturne indien voit l'équipe en attente, un sixième élément s'apprête à rejoindre la troupe, il attend son heure.

Le violon part en voltige, basse et sax s'éveillent, Paul patiente, soudain, il sort de son état léthargique et la composition prend de l'ampleur.

On a enregistré ce morceau il y a tout juste deux jours en Allemagne, confie le leader de la formation.

 Nguyên Lê, grand admirateur de Jimi Hendrix, fait entendre le son caractéristique de sa guitare pour entamer ' Cloud'.

Un nuage qui ne ressemble pas vraiment à celui de Django Reinhardt, même si en 2012 on  a attribué le prix Django Reinhardt à ce grand monsieur.

Le guitariste, qui peut étaler une carte de visite à faire baver tous les gratteux de la terre, manie l'ebow , les sonorités vibrantes de sa guitare semblent émaner d'un sitar, il multiplie les effets sidéraux, le public, cool, en reste baba, ses amis musiciens, en souriant, admirent son toucher.

Paul est le premier  à sortir de sa rêverie pour accompagner le musicien d'origine vietnamienne, la basse saute dans le wagon, puis le violon, le son gonfle encore avec l'arrivée du sax ( alto) et du piano.

Cette très longue plage évoque les meilleurs moments du grandiose  Mahavishnu Orchestra, fondé par John McLaughlin.

Baiju, Mark, Paul et Blaise parviennent à faire oublier Billy Cobham, Jan Hammer, Rick Laird ou Jean-Luc Ponty.

Bill Evans, présent dans la dernière mouture du supergroupe, aurait apprécié le jeu de Valentin Conus, s'il avait été présent dans la salle.

Le public, en ébullition, applaudit à tout rompre au terme de la plage.

Il s'agit de calmer les esprits, le piano et le violon, en duo, proposent une romance plaintive qui leur permet d'improviser à leur guise, ' People and Tomorrow'.

Paul a eu le temps de recharger les accus , il entame ' Belly'  par un solo de batterie musclé qui précède une séquence free jazz épique et luxuriante.

Qui a dit qu'en Suisse tous les musiciens pratiquaient la  Streichmüsik, le yodel, ou accompagnaient les chanteurs ou chanteuses de Schlagers?

C'est un jugement hâtif, voire injurieux: Samuel Blaser, Patrick Moraz, Erik Truffaz ( né en Suisse), Sophie Hunger, Stephan Eicher, The Young Gods, Gotthard ou Krokus , sans oublier Lys Assia , première gagnante de l'Eurovision, font dire à Lio, les Suisses ne comptent pas pour des prunes, même si leur Damassine vaut toutes les eaux-de-vie à base de quetsches d'Alsace.

Il en reste une, annonce le violon: 'Nataraj',  une composition bourrée d'effets tantôt raffinés, tantôt fracassants.

 

Forcément, le public réclame un rappel, ce sera 'Garuda' , un aigle géant mythique, une des incarnations de Vishnou.

Rideau!

 

Ce concert explosif restera dans les annales du festival!

 

 

 

 

 

 

Jazz ô Château-Baiju Bhatt & Red Sun feat Nguyên Lê et Dock In Absolute - Château de Pommorio - Tréveneuc - le 23 avril 2022
Jazz ô Château-Baiju Bhatt & Red Sun feat Nguyên Lê et Dock In Absolute - Château de Pommorio - Tréveneuc - le 23 avril 2022
Jazz ô Château-Baiju Bhatt & Red Sun feat Nguyên Lê et Dock In Absolute - Château de Pommorio - Tréveneuc - le 23 avril 2022
Jazz ô Château-Baiju Bhatt & Red Sun feat Nguyên Lê et Dock In Absolute - Château de Pommorio - Tréveneuc - le 23 avril 2022
Partager cet article
Repost0
25 avril 2022 1 25 /04 /avril /2022 07:15
Jazz ô Château - Sylvain Le Ray trio et YOM - Château de Pommorio - Tréveneuc, le 22 avril 2022

Jazz ô Château - Sylvain Le Ray trio et YOM  - Château de Pommorio - Tréveneuc, le 22 avril 2022

 

michel

 

Après le hors-d'oeuvre Pikey Butler, les clients s'acheminent vers le chapiteau,  sous  lequel doivent se produire  Sylvain Le Ray trio et YOM , les têtes d'affiche de la première soirée payante du festival.

Pas de sold-out, mais à peine une dizaine de sièges inoccupés.

 

 Sylvain Le Ray trio, des locaux, Sylvain est originaire de Trégueux, il a sorti son premier album, 'The Unchosen Way',  en 2020, un second volume est en gestation.

Le jeune pianiste prodige est accompagné par Simon Prud'homme à la batterie ( Ginko Biloka, Sparfell) et Matis Regnault à la contrebasse ( un jeune homme issu du centre de formation Didier Lockwood , il joue aussi aux côtés de Tom Guillois, s'ébattait au sein de Minuit 10, les X -Swings ou  les Marx Sisters,  quand il n'accompagne pas l'artiste lyrique Elodie Kimmel).

Un piano classique introduit ' Young Years' une plage extraite du premier album de Sylvain.

Beau et symboliste comme une rêverie de Debussy, après quelques minutes, Simon a l'idée de gratter, puis de caresser ses cymbales, Mathis réagit, l'atmosphère reste pudique, il faudra patienter avant de voir les flots s'agiter .

Lyrisme, légèreté et virtuosité font bon ménage, déjà le public a compris que la soirée  s'annonce sous les meilleures auspices, les amateurs de muzak en sont pour leur frais.

Comme on n'a pas eu l'occasion de jeter un oeil sur la setlist, on te donne des titres avec les réserves d'usage.

Une seconde composition ( Hole ?) tout aussi complexe et exigeante est entamée, à nouveau le background classique prédomine, la pièce, sérieuse et technique,  fait appel à l'esprit et éclipse l'élément groove.

Le swing, c'est pas pour aujourd'hui.

Simon , d'une frappe méthodique, amorce  'Conversation entre peur et espoir', le piano et la contrebasse s'immiscent dans le cercle dessiné par le batteur, les coups de baguettes prennent une forme plus sèche, la plage se tonifie avant de ralentir pour voir le pianiste caracoler en mode Erik Satie.

Contrebasse et batterie esquissent une toile abstraite,  peur et espoir ébauchent des arabesques sinueuses sans vraiment décoller, pas d'explosion mais un attentisme circonspect.

Soudain la tension monte, chaque intervenant pousse l'autre dans ses derniers retranchements, sans toutefois le terrasser, un relâchement opportun nous conduit vers la fin du voyage.

' Les Tisserands' est construit sur un air originaire de Loudéac.

La contrebasse, concentrée, est la première à tisser, timidement, les autres liciers entament leur labeur, mais c'est bien Mathis en tricotant, tout en chantonnant, qui abat le plus dur du boulot.

Après ce soliloque, Sylvain s'envole, batterie et contrebasse assurant le fond rythmique.

Tu le sais, les tisserands bretons ont du savoir-faire, leur compétence leur permet de créer une broderie fine, décorée de motifs non figuratifs, qui fera merveille dans le salon de ta tante Simone.

Après avoir remisé le métier à tisser, le trio propose 'Golden Song', une longue plage, méticuleuse et cérébrale avant d'attaquer ' Searching for Hope', une composition qui, comme les précédentes, naviguent dans les mêmes eaux que les combinaisons imaginées par Brad Mehldau, Keith Jarrett, Tigran Hamasyan ou  Esbjörn Svensson.

Si ton truc c'est le boogie, Jerry Lee Lewis ou  Scott Joplin, tu oublies!

Toujours prévu pour le prochain disque, voici ' Create a new world' , ce monde sera mathématique et clean!

Pour faire plaisir à Marguerite Duras,  la chanson suivante ( sans paroles) est interprétée en mode moderato cantabile et c'est avec le rondo flamboyant ' Discovering' ( ?) que s'achève un récital qui a vu le public se lever comme un seul homme pour saluer une prestation de haut niveau.

 

Le 29 avril au Noktambül à Rennes! 

 

YOM.

A l'issue de la représentation de YOM, les commentaires fusent: magique, époustouflant, cosmique, inspiré, visionnaire... 90% des auditeurs débordent d'enthousiasme.

Il y a les autres: assommant, artificiel, enflé, vaniteux....

Tu te rapproches du second clan.

Le numéro de l'auto-proclamé New King of Klezmer Clarinet ne t'a ni impressionné, ni transporté au nirvana.

Un mot t'a traversé l'esprit: fake, il a beau arborer une tunique de gourou, tu n'es pas prêt à faire partie de ses disciples.

Guillaume Humery, alias Yom, et le pianiste Léo Jassef ( Lafé Bémé, la Tribu des Fous de Bassan,  Michto la Pompe, MST , le trio à Lunettes  et membre du tricollectif,  des musiciens improvisateurs parisiens), en piste vers 22:20.

YOM, c'est plus de dix albums, ce sont des tonnes d' éloges qui pleuvent lors de la sortie de chacun de ses recueils.... fougue ardente, virtuosité, esprit aventureux, il souffle la tempête dans sa clarinette, etc... 

Mais là, le duo est sur un podium, d'emblée le messie nous prévient, ce soir, on vous joue 'Celebration' d'une traite, si vous écoutez bien vous pourrez voyager dans l'espace et peut-être même croiser Elon Musk.

Alors pas d'applaudissements pendant l'office, je dépose le micro et le reprendrai lorsque la navette spatiale aura rejoint la terre.

Les consignes du despote ont été respectées à la lettre. 

On a subi d'une traite ( peut-être dans le désordre) :

1 Celebration 3:34
2 Elegy for the New Born 4:28
3 Longing for the Beat 3:55
4 Erratic Love 4:50
5 Born Again 5:51
6 Ray of Light 3:35
7 Ancestors Dance 2:47
8 Tantric Epic 5:29
9 Inner Peace 2:29
10 Oui 3:19
11 New Life 3:26
 
Là tu comptes plus ou moins 44', sur scène on a eu droit à +/-   65 à 70 minutes de jazz(?)/ambient transcendantal, mêlé de mysticisme au rabais, le tout parfumé, tantôt arabo-andalou, tantôt klezmer avec quelques pointes berbères.
En méditant, comme il l'a suggéré, tu as vu un charmeur de crotales, tu as bu du thé dans le harem d'Archimède, tu as entrevu l'oasis en mirage, t'as voulu te reposer sous un palmier, t'as évité de justesse une morsure de scorpion, t'as surveillé la naissance de fleurs du désert, t'as regretté d'avoir 200 voisins, car une séance de yoga en groupe, c'est pas ton truc, tu t'es rappelé qu'un jour à une tombola tu as gagné  un album baptisé 'Atmospheric Meditation Relaxing Ambient Music', tu l'as refilé à ta belle-soeur pour ses Pâques.
Donc YOM tire des sons de sa clarinette, Léo y ajoute des jaillissements improvisés au piano, avant de laisser le maître placer un solo en latex de près de cinq minutes, du coup, tu t'es mis à regretter d'avoir dit du mal de Erasure.
L'organisation n'avait pas prévu de bâtonnets  d'encens indiens ( sans pesticides)  favorisant le recueillement, pas moyen de planer, t'as jeté un oeil autour de toi pour dénombrer une bonne douzaine de braves gens assoupis.
Quand Ludovic s'est mis à ronfler, sa voisine lui a refilé un méchant coup de coude dans les côtes, heureusement, le duo venait d'entamer une séquence plus musclée, ce qui l'a tenu éveillé.
Arrivé au terme du trip cosmique, idéal comme musique de fond si tu décides de relire ' Le Désert des Tartares'  , la salle entière, même ceux qui ont sommeillé ( des masos) , applaudit à tout rompre.
Donc le mystificateur propose un bis, un brin moins long que la tirade unique, 'Rêve de l' enfant' est extrait de l'album 'Unue' de 2009 et comme les admirateurs ne sont toujours pas repus, Ze king of klezmer musik enchaîne sur 'Longing for the Beat' que tu n'as pas reconnu, alors que ce titre faisait partie de la suite inaugurale.
 
En fin plaisantin, le chef, gynécologue à ses heures perdues, indique qu'il s'agit d'un morceau intra-utérin!
 

 

Jazz ô Château - Sylvain Le Ray trio et YOM - Château de Pommorio - Tréveneuc, le 22 avril 2022
Jazz ô Château - Sylvain Le Ray trio et YOM - Château de Pommorio - Tréveneuc, le 22 avril 2022
Jazz ô Château - Sylvain Le Ray trio et YOM - Château de Pommorio - Tréveneuc, le 22 avril 2022
Partager cet article
Repost0
24 avril 2022 7 24 /04 /avril /2022 09:50
Jazz ô Château - Pikey Butler Trio- jardins du Château de Pommorio- Tréveneuc, le 22 avril 2022

 Jazz ô Château - Pikey Butler Trio- jardins du Château de Pommorio- Tréveneuc, le 22 avril 2022

 michel

Première  soirée au Château de Pommorio.

Pour ne pas déroger aux habitudes, le festival a prévu un concert apéritif au jardin , restauration prévue: coquilles Saint-Jacques, homard, huîtres, galettes saucisses... personne ne mourra de faim, ni de soif, d'ailleurs, les bénévoles s'affairent à la buvette.

A 18:10', Pikey Butler, aux couleurs de l'Ukraine, ( contrebasse, chant) , flanqué du fidèle Mathieu Crochemore ( guitare) et de Pierrick Vidal  ( saxophone, flûte) prennent place.

Peter Butler et Mathieu étaient passés par Tréveneuc ( à l' Église Saint-Colomban) lors de l'édition Jazz ô Châtaignes, leur set avait fait l'unanimité ( cf article).

Ce soir ils ont soudoyé Pierrick Vidal ( Blow West) pour les accompagner au saxophone.

Le blues 'Sack O Woe' de Cannonball Adderley ouvre le bal,.

Tu le sais, les bluesmen ont tendance à se plaindre, la vie leur joue suivant de vilains tours,... Misery, company and I'm feeling low
Trouble follows me wherever I go
The bag I'm in is just a sack o'woe..

T'avais pas de kleenex à leur offrir, eux, par contre, se sont mis en valeur, après une escapade du sax, Mathieu nous la joue Wes Montgomery, tandis Peter/Pikey caresse aimablement sa double bass.

Ils enchaînent sur le standard  Makin' Whoopee, Pikey arborant un couvre-chef presque aussi seyant que celui de Frank Sinatra.

Un gars nous rappelle que notre brave Toots avait l'habitude d'interpréter le classique à l'harmonica.

On va accélérer légèrement car il fait frisquet, voici 'Rat Race', pas celui de Count Basie, non, un morceau de ma plume que j'ai composé pendant ma période londonienne. 

On connaissait les courses de lévriers, les combats de coqs, mais des compétitions de rats,j amais entendu parler.

OK, il y a  Speedy Gonzales, mais c'est une souris.

La bise pique, j'enfile ma jaquette et on vous joue du Gerry Mulligan, l'instrumental ' Line for Lyons' date de 1964.

Place à un autre géant, Duke Ellington avec 'I Ain't Got Nothin' But The Blues'.

On te l'a dit, le blues c'est pour les pleurnicheurs.

This was a windy blues, ajoute le plus breton des British, en souriant.

Braves gens, j'ai écrit ' Like a Flame' en pensant à James Brown. 

Pas de Cold Sweat, ce soir, le vent picote ce qui ne pousse pas à l'excès de consommations.

Vite, une dernière avant la pause.

 Sois sympa, you go your way I'll go mine, mais s'il te plaît  ' Please Don't Talk About Me When I'm Gone'.

Un rendu efficace.

 

Une bière plus tard, les revoilà! 

Pierrick a sorti une flûte de son petit sac pour ' Nature Boy'  que Nat King Cole chantait d'un timbre ressemblant à du melted butter.

Puis vient la plus triste de la famille, ' Sister Sadie' , un morceau d'Horace Silver , lyrics d' Eddie Jefferson.

On laisse la mean chick à ses malheurs pour attaquer le slow blues qui fait un malheur dans la version d'Ella Fitzgerald ' Since I fell for you'.

 Pikey Butler's Jumpin' Five  a enregistré ' Rollercoaster' il y a pas mal d'années, la voix de crooner fatigué de Pikey sied à merveille à ce blues nonchalant.

Virage jazzy avec ' Four' de Miles Davis ( lyrics Jon Hendricks)  , un morceau au groove purulent et pour terminer en beauté, le trio opte pour Ray Charles , ' I got a woman'.

 

Job rempli à la perfection, public ravi.

Well done, chaps!

 

Jazz ô Château - Pikey Butler Trio- jardins du Château de Pommorio- Tréveneuc, le 22 avril 2022
Jazz ô Château - Pikey Butler Trio- jardins du Château de Pommorio- Tréveneuc, le 22 avril 2022
Jazz ô Château - Pikey Butler Trio- jardins du Château de Pommorio- Tréveneuc, le 22 avril 2022
Partager cet article
Repost0
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 10:08
Jazz ô Château - Singing in the Rennes _ aux Barriques sur Pattes à Saint-Quay-Portrieux, le 21 avril 2022

Jazz ô Château - Singing in the Rennes _ aux Barriques sur Pattes à Saint-Quay-Portrieux, le 21 avril 2022

 

michel

 

Toujours sous le soleil, toujours à Saint-Quay Portrieux ( le bar branché les  Barriques sur Pattes), le festival Jazz ô Château se poursuit avec un nouvel événement gratuit.

Nous étions prévenus: il y a intérêt à réserver pour se restaurer, effectivement la foule se presse autour des barriques ( on n'a pas vu de pattes). Dénicher une table libre, relève de l'exploit que même les plus balèzes  candidats de Koh-Lanta auront du mal à  relever.

Le trio Singing in the Rennes est placé tout au fond de la salle, c'est là que tu parviens à te caler contre une armoire pendant que madame, intrépide, se tape le bar.

18:30' disait l'affiche, le comité organisateur t'avait prévenu, il y aura deux sets pour permettre au public d'ingurgiter frites et hamburgers.

A 18:50',  se pointent,  Jean-Baptiste Rannou, saxophone (Sax O’Celte, The Erikson Project, Vickyis in da House....), Léo Debroise, contrebasse ( UNCG Project'18, Azilis Esnault,...) et Rafael Tintaya, chant et guitare, un jeune homme dont la famille joue avec le groupe des Andes Llapaku! 

 

Ces jeunes gens, pas 30 ans, pratiquent un jazz tout - terrain qui plaira aux jeunes et aux anciens, mariant standards et morceaux plus récents , le tout à leur sauce pas du tout écoeurante. En un mot: du talent à l'état pur!

Le coup d'envoi est donné sous forme latine, il t'a fallu un bon moment pour reconnaître ' 'Take Five' de Dave Brubeck dans les  sensuelles tonalités bossa nova  de l'approche.

Tout devient plus évident lorsque Rafael, après plusieurs minutes, se met à chantonner....Won't you stop and take a little time Out with me Just take five... , madame se dandine et murmure, sont vachement bons, ces jeunes gens.

Un jugement judicieux. Donc, tu acquiesces, Carmen McRae, debout à deux mètres de là, te refile un clin d'oeil complice.

Enchaînement sur l'upbeat 'Dinette' , du gypsy swing mené tambour battant ( sans drums), le guitariste gratifie l'assistance d'un chant en onomatopées, Django, qui se tenait à côté de Carmen, refile un clin d'oeil à ta compagne.

Rafael: non, Jean, les raybans, c'est pas pour la frime, le soleil nous éblouit.

D'accord, répond Jeannot, vous aussi, vous êtes éblouissants.

La suivante est hors contexte, vu la température ambiante, ' Jardin d'hiver'  , la perle que Keren Ann et Benjamin Biolay ont offerte à Henri Salvador.

Toujours in French, 'Je me suis fait tout petit ' nous confirme une fois de plus que Brassens et le jazz font bon ménage.

Le trio a le bon goût d'orner la ballade d'un final improvisé qui permet à chacun de mettre en valeur sa dextérité ou sa fluidité.

Après un départ velouté, Singing In The Rennes joue la carte manouche, t'as scruté le ciel, tu y as vu de petits  ' Nuages' blancs et t'as rêvé.

Le charme opère!

Parenthèse, le titre est repris sur leur enregistrement 'Les Girafes' audible sur Bandcamp.

 'Misty' souffle le brumeux Rafael à ses copains. 

C'était pas Ella Fitzgerald mais c'était vachement bien, le velouté du sax a réussi à faire couler une larme de l'oeil gauche de madame, elle a atterri dans son Chardonnay.

Sacré Django, il est à la fête en ce début de soirée, voici ' Minor Swing', en trio, pas en quintette.

Stéphane Grappelli n'était pas libre.

Jean: pourquoi t'agenouilles-tu?

Suis astigmate et amétrope, peux pas lire la setlist sans me baisser.

Ah, merde, moi, c'est pas mieux, je souffre d'hémorroïdes.

Après le passage dans le cabinet du  toubib, le set se poursuit, avec du   Jacques Prévert, ' Les feuilles mortes'., attaqué en duo guitare/contrebasse.

Maintenant que les amants sont désunis, le sax rapplique pour ajouter une dose de mélancolie à la romance.

Pour terminer le premier set on a remastérisé le standard 'How deep is the ocean'.

Ce late jazz classic, à écouter sous un clair de lune en regardant la chandelle, caressée par une brise légère, vaciller met fin à la première partie du récital qui aura fait frémir plus d'un auditeur.

 

On se tape un dernier verre avant de regagner le bercail, pas envie d'attendre la fin des agapes, on renonce à   la seconde  mi-temps.

 

Rendez-vous au Château de Pommorio pour la suite du festival!

 

 

Jazz ô Château - Singing in the Rennes _ aux Barriques sur Pattes à Saint-Quay-Portrieux, le 21 avril 2022
Jazz ô Château - Singing in the Rennes _ aux Barriques sur Pattes à Saint-Quay-Portrieux, le 21 avril 2022
Jazz ô Château - Singing in the Rennes _ aux Barriques sur Pattes à Saint-Quay-Portrieux, le 21 avril 2022
Partager cet article
Repost0

Articles Récents