Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

29 mai 2022 7 29 /05 /mai /2022 13:22
Brussels Jazz Weekend - Mona Mio Swing Trio ' The Gypsy and the Moon' @Le Strof, Bruxelles, le 27 mai 2022

Brussels Jazz Weekend - Mona Mio Swing Trio ' The Gypsy and the Moon' @Le Strof, Bruxelles, le 27 mai 2022

 

michel

On a connu les aventures Jazz Rallye, puis Jazz Marathon,  depuis Bruxelles vibre aux sonorités de la note bleue sous l'étiquette Brussels Jazz Weekend.

L' ample entreprise en est à  sa sixième édition, du 27 ou 29 mai pas moins de 150 concerts gratuits se déroulent sur diverses places et dans divers bistrots de Bruxelles.

En ce vendredi où la ville héberge également un nouveau festival qui voit les choses en grand, le Core Festival, tu as opté pour le Strof pour entamer ton circuit.

Le Strof  est situé downtown Brussels,au coin de la rue de Rollebeek et de la rue Haute, ce zinc branché est fréquenté par les amateurs d'échecs, de cocktails et de musique, plusieurs concerts y sont programmés chaque semaine.

A l'affiche, à 16h, Mona Mio Swing Trio ' The Gypsy and the Moon'!

 Mona Sarah Miodezky a  commencé la musique à l'âge de 21 ans à la Rimon School en Israel, à Bruxelles elle poursuit son apprentissage au Conservatoire tout en se produisant dans les clubs de jazz sous l'identité Mona Mio.

Le Music Village ou  l'Ultieme Hallucinatie  l'ont vue défiler, elle s'est également  tapé The Voice Belgium il y a quelques années. Pendant la journée elle donne des cours de chant au Music Shop Cavell à Uccle.

En formule trio, baptisée The Gypsy and The Moon, elle est accompagnée par le jeune contrebassiste Antoine Maes et l'expérimenté Romain Verwilghen ( vu aux côtés de Jelena Stupaka), deux musiciens talentueux et souriants.

Au menu du jour: des standards, du swing, du manouche, du Yiddish.

Un beau sourire et les présentations, we are The Gypsy and The Moon, le troisième larron n'a pas de nom.

'I've found a new baby' ouvre le bal, la voix est suave, l'accompagnement est à la hauteur, Romain a probablement entendu la version de Charlie Christian, son jeu souple et racé s'approche de celui du maître.

Mona a la bonne idée de laisser les boys vagabonder, ils en profitent, avant de la laisser batifoler avec son très handsome nouveau petit ami.

Dehors l'astre brille, inside Mona Mio sings ' Shine' , comme Louis Armstrong n'était pas disponible, le solo de trompette buccale est pour madame.

Ella, qui passait par là, lui a fait un clin d'oeil.

Cheers, everybody, enfin pour ceux qui ont un verre, voici ' Blue Skies' , toujours pour faire plaisir à Ella et éventuellement aux piafs picorant des restes de French fries, fabriquées à Bruxelles.

Un petit coup de scat avant d'attaquer ' Honeysuckle Rose', en mode bluesy mais sans effrayer les abeilles.

La voix légèrement rocailleuse de Mona, le jeu limpide de Romain et la sobriété ( musicale) d'Antoine, rendent justice à la composition de Fats Waller.

'Some of These Days' , you're gonna miss me, baby.

Tu t'en vas, c'est con, je comptais t'offrir un verre, honey!

Le trio enchaîne sur une version de ' Sweet Georgia Brown' qui ne manque ni de sel, ni d'allant, elle permet à Romain de dérouler en finesse.

Toujours au rayon grands standards, voici ' All of Me' qui précède l'ultime pièce du premier set, le superbe ' Joseph, Joseph', un traditionnel yiddish des années 20, repris en son temps par les irrésistibles Andrews Sisters.

Tous les manouches du coin, Joseph y compris, ont entamé un Lindy Hop pas piqué des hannetons et c'est sous des applaudissements nourris que Mona annonce la pause boisson.

Don't leave, kids, on revient.

 

Comme tu n'es plus un kid, tu as repris ton bâton de Saint-Jacques pour rejoindre Sainte-Catherine, où tu es attendu avant 18h.

Brussels Jazz Weekend - Mona Mio Swing Trio ' The Gypsy and the Moon' @Le Strof, Bruxelles, le 27 mai 2022
Brussels Jazz Weekend - Mona Mio Swing Trio ' The Gypsy and the Moon' @Le Strof, Bruxelles, le 27 mai 2022
Brussels Jazz Weekend - Mona Mio Swing Trio ' The Gypsy and the Moon' @Le Strof, Bruxelles, le 27 mai 2022
Partager cet article
Repost0
16 mai 2022 1 16 /05 /mai /2022 16:42
Bonham - Bullick band au CLUB (de Jazz) - OPEN-MUSIC,  Comines- Warneton, le 13 mai 2022

Bonham - Bullick band au CLUB (de Jazz) - OPEN-MUSIC,  Comines- Warneton, le 13 mai 2022

 

Mitch ZoSo Duterck

 

BONHAM-BULLICK: Le Club de Jazz – Comines-Warneton (BEL) – 2022.05.13
Setlist:
01.See You Again. (new album track)
02.I Had A Dream. (new album track)
03.Feel So Alive.
04.I Need Love.
05.Can You See What You’re Doing To Me. (new album track)
06.Bleeding Muddy Water. (new album track)
07.Take Me Down.
08.Fly.
09.Painbirds.
10.What Did I Do Wrong. (new album track)
11.Grace.
12.Jack Past 8.
13.No Angel.
14.The Hunter. (Albert King cover)
15.Devil In New Orleans.
16.Rock And Roll. (Led Zeppelin cover)
Vendredi 13! Un signe de chance pour les uns, de malchance pour les autres, en tout cas, un jour qui ne laisse jamais indifférent. Pour être franc, en ce qui me concerne, je ne suis pas superstitieux, ça porte malheur! Quoiqu’il en soit, c’est bien le 13 que nous retrouvons enfin nos amis britanniques après une séparation de deux ans due au COVID. Cette soirée est donc chargée en émotions car, en plus des retrouvailles, c’est le tout premier concert en « Europe » depuis le Brexit et le groupe nous revient avec un album flambant neuf dont j’ai déjà fait la revue pour ceux qui me suivent encore.
L’endroit est cosy et charmant, c’est en fait un ancien dancing reconverti à grands frais, en lieu de concert. En configuration « assise », Le Club affiche une capacité de 120 personnes, un peu plus ce soir, mais n’ébruitons pas trop la chose, on ne sait jamais. L’endroit est charmant, le personnel est très accueillant, même si vous ne souscrivez à la demande d’abonnement qui vous est proposée à l’entrée. L’avantage d’arriver tôt, c’est qu’on peut choisir sa place. Nous voilà donc Marc, Cedric et moi, installés au premier rang. On a même la chance d’assister au sound-check et de se congratuler avec le band.
Superbe concert en deux parties qui nous permettra de découvrir en exclusivité live cinq des treize titres que comporte l’excellent nouvel album. Le public est non seulement connaisseur mais aussi très respectueux du groupe surtout lors des parties musicales plus confidentielles qui recommandent une oreille attentive et une respiration au débit contrôlé. Vous savez, ces moments où d’habitude on entend des idiots imbibés beugler au bar et des matrones en mal d’émotions glousser comme gallinacés en goguette. Ça fait du bien de pouvoir écouter dans de telles conditions, bravo chers auditeurs.
Un concert très bien équilibré au niveau du choix des chansons et un rendu toujours aussi bon. N’oublions que les musiciens qui composent le band sont également ceux qui ont accompagné Paul Rogers (ex. Free, Bad Company, Queen) lors de sa dernière tournée mondiale. Deux reprises, et non des moindres, viendront mettre le feu aux rappels. La sœur de John Bonham (défunt batteur de Led Zeppelin) sait y faire en matière scénique et c’est sous une ovation triomphale que le groupe se retire.
Comme promis on boit un pot ensemble, on plaisante et on se raconte les derniers potins (il y en a pas mal en deux ans) avec promesse faite de se revoir bien vite. J’ai hâte.
Mitch « ZoSo » Duterck
Bonham - Bullick band au CLUB (de Jazz) - OPEN-MUSIC,  Comines- Warneton, le 13 mai 2022
Bonham - Bullick band au CLUB (de Jazz) - OPEN-MUSIC,  Comines- Warneton, le 13 mai 2022
Bonham - Bullick band au CLUB (de Jazz) - OPEN-MUSIC,  Comines- Warneton, le 13 mai 2022
Partager cet article
Repost0
16 mai 2022 1 16 /05 /mai /2022 15:09
Chester Remington et Ottis Coeur à Bonjour Minuit • musiques actuelles à Saint-Brieuc, le 13 mai 2022

 Chester Remington et Ottis Coeur  à Bonjour Minuit • musiques actuelles à Saint-Brieuc, le 13 mai 2022

 

michel - photos Jacques Rolland

Le vendredi 13 , Robinson mange des fraises.

Le  13 mai  1917, la Vierge Marie apparaît à Fatima.

Le 13 mai 2022, tu te rends à Bonjour Minuit ( près de 90 pèlerins sur place )  pour le concert de  Chester Remington et Ottis Coeur, deux fleurons de la nouvelle scène rock cocorico.

Ottis Coeur, naît en 2020,  Camille Luca, la grande bassiste, et Margaux J. Rose ((Margaux Jaudinaud), la petite rigolote à la  guitare, se sont rencontrées, sont sorties en boîte et ont décidé de former un groupe de rock dans lequel  leurs voix se mélangeront .

Elles ont été programmées sur de belles scènes: Les Transmusicales, le Printemps de Bourges, une première partie à l'Olympia, e a . Elles ont enregistré un EP ( « Juste derrière toi ».) et préparent une suite.

Sur scène, la blonde et la brune sont assistées par une troisième fille, douée, à la batterie, sans doute Amélie Le Roux, une demoiselle qui accompagne aussi Ysé et Pierre de Maere.

De là à parler d'un power trio féminin, il y a un pied que nous hésitons à poser.

C'est rock , OK, mais dans le genre DIY, garage et même yéyé, l'énergie et l'humour en prime!

La batterie attaque 'Il est déjà trop tard', Margaux embraye, puis arrive Camille qui entame le chant avant d'entendre celle qui ne boit pas de Médoc l'assister.

C'est du rock radieux et frais au refrain accrocheur, que les filles balancent en souriant.

Margaux, légèrement fofolle, se tape d'emblée une incursion dans la fosse pour prendre un spectateur timide par la main et l'inviter à s'approcher de la scène.

Elles enchaînent sur un titre, canin, aux odeurs sixties,  'Labrador' est prévu pour le prochain disque

Tandis que Margaux accorde son jouet, basse et batterie lancent  l'agressif  'Coeur à corps' que la guitariste habille de riffs mordants avant d'entendre  les filles  le scander à l'unisson pour terminer en répétant à l'infini ...tu ne m'aimes pas...

Mais si, on vous aime, beaucoup, mesdemoiselles. 

La Bretagne , on vous caresse dans le sens du poil, Saint-Brieuc ce n'est pas Paris, c'est vachement plus sympa,  voici ' Dernière Fois' , un morceau de notre EP.

Ensuite, la basse s'emballe pour envoyer un titre dépeignant l'orgasme ( ou l'absence de) féminin, ' Jamais je ne viens'.

Derrière toi,  Rocco Siffredi déclare ' j'arrive'.

Margaux l'a repéré et s'allonge à ses pieds, ça l'a intimidé, il s'est dirigé vers le bar pour se commander une citronnade.

'Le son de ta voix' a une histoire, pas une histoire d'amour, nous étions dans la voiture avec un individu qu'on n'aimait pas,  on a fini par détester le son de sa voix . 

Après avoir craché leur haine sur riffs tendus, elles proposent le downtempo minimaliste  ' Léon' , une guitare à la Scout Niblett, deux voix et une description pas tendre de ' Léon' , le ton monte quand la batterie puis la basse  interviennent, Léon, vieux, tu resteras seul, tu l'as cherché!

Le titre ' Je marche derrière toi' monte en puissance  et vient se coller dans ton crâne tandis qu'un pied bat la mesure.

 Margaux, échauffée, se tape une nouvelle balade dans la salle, histoire d'encourager les plus craintifs, qui n'étaient guère nombreux,  une grande partie du public reprenant le refrain en choeur.

Après avoir mis ' Le cercle' sur orbite, Ottis Coeur  lâche  une dernière salve démarrant par une ligne de guitare élégante, mais lors d'un second mouvement  ' Devinez la fin' vient éclater à nos pieds pour nous éclabousser de notes salement  rock.

Rock, elles le sont, les filles, qui élèvent leurs instruments bien haut au dessus de leur tête, elles les retournent, tu lis "More women on stage"!

We agree!

 

Chester Remington.

Le groupe n'est pas originaire du Cheshire, c'est là , on ne t'apprend pas grand chose, qu' on fabrique le Chester, il vient de Reims,  où très peu de gens consomment du saké.

Ces gamins ont-ils vu un cliché représentant Chester Himes attelé à sa table de travail sur laquelle repose une Remington?

No idea...

Un petit malin évoque feu Chester Bennington, lead vocalist chez Linkin Park, c'est du domaine du possible.

Quoi qu'il en soit, cinq individus, presque aussi beaux qu'Adonis, rappliquent vers 22:15',    le fondateur du combo, Odilon Horman, une grande bringue arborant une casquette de base-ball ( lead vocals, guitar)/ l'énervé Olivier Leclerc ( drums)/ Renaud Drapier ( seconde voix) , caché, mais pas derrière un drap, derrière ses claviers/ Paul Villars ( vise mon T-shirt Idles) , le peroxydé fébrile à la lead guitar / Thomas Gosselin, en apparence le plus calme, à la basse.  

On leur connaît deux enregistrements: 'Nobody Cares About My 4 Tracks Record ' et 'Doldrums' .

En survolant quelques critiques,  on a relevé une  description musicale; du rock psyché, du garage, du stoner,  la plus correcte étant du rock kaléidoscopique!

Quelqu'un a actionné la sirène anti-intrusion, à moins qu'il ne s'agisse d'un vol de voiture, dans la salle, personne ne panique, Olivier agite ses baguettes, c'est parti, 'If he answers' est sur la voie ferrée.

Ce truc, fiévreux, déménage sérieusement, si les gars de Champagne avaient ajouté une touche électronique à leur cocktail, t'aurais pu penser à  !!! ( Chk Chk Chk) , d'autres avancent  Thee Oh Sees , la fureur y est, les riffs cinglants, le drumming échevelé et le chant saccadé,  tout contribue  à te signifier que tu as eu une bonne idée en laissant madame seule face à Mask Singer.

Il n'y a pas que les touristes visitant la Bretagne a enfilé un ciré jaune, Chester et sa machine à écrire nous balancent un 'Yellow Coat', bourré d'onomatopées ( merci les  Rivingtons - Papa Oom Mow Mow), de rythmes syncopés, et d'arrangements chaotiques, c'est vachement délirant et hautement jouissif.

Pas  d'assagissement en vue avec le sautillant et élastique  'Nobody Cares About My 4 Tracks Record' au chant blasé  et au final truffé  d'effets larsen décapants.

Avec ' Out There' ils optent pour une plage de 'Doldrums', si le refrain enfantin prête à sourire, il n'en va pas de même du fond sonore, les mecs enfoncent le champignon à fond, d'ailleurs on se demande ce qu'ils ont fumé, ça cavale dans tous les sens. T'es submergé par des vagues à faire frémir le plus hardi des surfeurs, avant d'avaler la tasse,  tu parviens à te relever pour regagner le rivage, l'eau atteignait à peine tes talons, mais, bordel, une nouvelle baïne te déséquilibre et tu te retrouves sous l'eau.

Perchés sur leur chaise haute, les sauveteurs  côtiers se marrent.

Crapules!

Si la prof de musique nous faisait chanter 'Santiano' de Hugues Aufray, elle n'aurait jamais osé proposer  l'anarchique ' Singing in Class' de Chester Remington, un nouveau pétard sonore mixant chant choral, guitares débridées, drumming bouillonnant  et claviers déboussolés.

Comme si les élèves de 2022 n'étaient déjà pas assez indisciplinés, soyons sérieux, Messieurs...

Oublie le ' Jimmy' de Moriarty, il ne s'agit pas de folk, même si cette plage est plus calme que les précédentes.

 Elle inclut même une séquence valse farfelue sur un texte chanté d'un timbre caverneux.

Avec Chester Remington, nous ne sommes pas loin de tenir le Frank Zappa du 21è siècle.

Pas trouvé de trace discographique pour la suivante ' Call 911', puis on a lu...   in an emergency, dial 911 or your local emergency number immediately....

On a fait ce numéro, on est tombé sur une nana qui pratique le massage Nuru chez elle, un hic, elle réside à Mayotte.

Et sinon, ce ' Call 911' est aussi déjanté que les morceaux précédents.

Virage punk avec ' Don't say Shit' qui fait passer Johnny Rotten pour un moine cistercien, le meilleur endroit pour apprécier cette plage affolante est le rollercoaster , on évite le terme  montagnes russes pour ne froisser personne.

Tu montes, tu descends, tu remontes, tu vomis, tu redescends, t'es tout blême, tu te dis, plus jamais!

Le titre ' Two to Two' est aussi saugrenu que toute la discographie du groupe belge BRNS et pour rester au nord de Lille, on te propose aussi Mountain Bike , The Guru Guru ou Gruppo di Pawlowski, de Mauro Pawlowski.

Saint- Brieuc, on approche du terme, on a besoin de ton aide pour la dernière ariette, tu peux faire le cri des mouettes à mon signal?

La rieuse ou la tridactyle?

Au choix, voici 'Beach' , un twist/surf pompé sur les Trashmen.

Le spécialiste des oiseaux, Hitchcock, Alfred, pas Robyn, qui passait dans le coin a ajouté, ils sont fous ces Champenois, puis il est retourné sur le dancefloor pour twister avec Kim Novak.

 

Le 28 mai à Strasbourg. 

 

 

Chester Remington et Ottis Coeur à Bonjour Minuit • musiques actuelles à Saint-Brieuc, le 13 mai 2022
Chester Remington et Ottis Coeur à Bonjour Minuit • musiques actuelles à Saint-Brieuc, le 13 mai 2022
Chester Remington et Ottis Coeur à Bonjour Minuit • musiques actuelles à Saint-Brieuc, le 13 mai 2022
Chester Remington et Ottis Coeur à Bonjour Minuit • musiques actuelles à Saint-Brieuc, le 13 mai 2022
Partager cet article
Repost0
15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 09:10
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec SBRBS à Guingamp, le 7 mai 2022

 Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec SBRBS à Guingamp, le 7 mai 2022 

 

NoPo _ photos: Distoufer

WAR RAOK’N ROLL Brasserie Distoufer Guingamp - Samedi 7 Mai 2022 - groupe SBRBS

Rappel des épisodes précédents :
Night Fuss
Vertical
The Chapas
WAR RAOK’N ROLL, en fête pendant 2 jours, tout semble prévu y compris la météo et 4 groupes, rayonnants évidemment :
Pour le dernier, now ladies and ladies... ok and gentlemen aussi, SUUUBURBS (en donnant de la voix) SBRBS (en l'écrivant) des rennais, un peu (beaucoup) briochins quand même.


SBRBS descend directement des faubourgs du 1969 Club qui nous avait bien secoués entre 2012 et 2016.
Dans un style rock brut sur la route du stoner, ils se posaient là.
Marie Herbault (alias Hermann Lopez, la grrrl), et Hadrien Benazet (alias Charlie B., the bbboy), abandonnent le nom mais continuent ensemble.
Ils en profitent pour un changement de couleur avec relooking pileux. SBRBS conserve des muscles mais montre plus de rondeurs.
Des nouveaux titres, dès fin 2017, figurent sur un 1er EP 'By Lust & gone' édité Octobre 2019.
Palindrome mais finalement si, avec le 'R' qui griffe au milieu, je les rapprocherai de Band of Skulls (apprécié par Marie), voir de Royal Blood. On cite aussi The Kills, autre couple électrique, autres tueurs.
La tendance britannique (dont se réclament les 2 compositeurs), à 2 voix mixtes inséparables, se confirme.
Franck Richard (Yelle, Octave Noire, Dewaere) les rejoint en cours de route.

Sérieux, j'avais préparé une chronique sur ces premiers titres qui commencent à dater mais j'avais oublié qu'en Mars, après 4 jours de résidence à Bonjour Minuit, SBRBS avait rôdé ses nouveaux titres pour un album fin 2022.
En même temps, en Mai, fais ce qu'il te plait. Et ce 7 Mai, place aux nouveautés (même si on préfère le café! Ououh nom de Zeus, mes cheveux ont repoussé et mes jeux de mots avec!)
Bon, ben me vlà bien! j'suis piégé mais faut pas gâcher!! Voici une courte review en forme de retour vers le futur et on revient au live de suite après.


'I know you lie' Ment-il s'il te dit qu'il ment? On s'en fout, la musique, elle, ne ment pas.
Le riff bégaie en saccades et l'ondulation provoquée régale. Riche idée que ces deux voix ensemble, elles se Marie(nt) et Hadrien superbement!

Le titre suivant 'Life, shapes, now' frappe à la porte des hits indie. La mélodie vocale sinueuse nous emmène sur une plage au sable blanc où l'on peut dessiner des coeurs.
Après roulements en caisse claire et rebonds fréquents, la reprise de la trame principale opère un effet euphorique au point d'espérer que jamais ne se termine. Atterrissage abrupt! 

'Pretty steady pale' mélange guitare grattée et saturée (rappelant 1969) et douce mélopée d'un nouveau genre.
La basse rebondit alors que la gratte bastonne. Les vocaux proposent une belle dose de sensualité.

'Ivy' délivre une grosse basse, ça balance pas mal à Guingamp! La cloche vient accompagner une guitare vibrante. Les voix croisées glissent sereinement.
La guitare, diablement expressive, vient esquisser des zébrures et, vibrante, monte en puissance.

'Holding everything that went wrong' se déroule sur un tempo chaloupant et enveloppant. Ce morceau dévoile une autre facette du groupe et montre que Marie possède des intonations soul.
Par instants, l'accompagnement du chant, touchant, se dépouille et à d'autres, la guitare déchire le ciel. Un solo couleur électronique s'échappe avant que les 3 instruments ne se mettent à bouillonner ensemble.

Bar en transes, Art rock, I'm from Rennes etc, j'en passe et des murailles, les musiciens ont déjà bien roulé leur bosse du rock.
Je vous assure que les nouveaux morceaux complètent le puzzle avec une maturité remarquable.

Dès l'entame, on sent la tension, en accordéon, comme un jeune groupe en ouverture d'André Verchuren.
Pourtant, ce sont les musiciens qui nous bénissent d'emblée et 'Blessings' nous plonge dans la transe, pire, ça dégouline déjà.
'Heavy Hearted' gonfle nos coeurs à vif et 'Common Lightning' éblouit évidemment.

Les plages suivantes ne seront pas là pour s'allonger. Aucun temps mort!
Le grand Franck, casquette à l'envers et en short, impressionne de maitrise dernières ses fûts (pour la bière, c'est en face).
Même Charley en pause, son pied, en rythme, toujours remue.
Les 2, en façade, ne font qu'un, par instants près de l'os, tellement l'osmose.
Impossible de tout décrire, j'avais oublié de mettre mon cerveau sur 'REC'.

Marie interpelle ceux de la buvette toujours à la trinquette : 'En même temps, on est à Guingamp!'
Elle invite ensuite le public à pêcho avec une chanson aux voix mêlées sur une mélodie plus fragile, un délice!

'This is gonna suck' un ancien titre retrouve les essences stoner. La batterie bombe le torse.
Le riff, hypnotique, zigzague allègrement et les voix s'entrecroisent.
Un passage pesant précède la progression rythmique basse batterie bien costaud, puis la guitare, du tac au tac, attaque et ne lâche rien jusqu'au bout.
This is the end my friend...


Finir avec le power trio dans cette belle lumière et sous les étoiles, quoi demander de mieux? La bière est bonne, le rock aussi, on oublie tout!
'On a vraiment apprécié le moment, les lieux, les gens' (sic).
Merci les artistes et merci Fabien!

SETLIST
Blessings
Heavy Hearted
Common Lightning
Meet Your Maker
The Devil You Know
Be Brave
How to trick someone into loving you
UU
In Control
Bélize
Life, Shapes, Now
This is gonna suck

Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec SBRBS à Guingamp, le 7 mai 2022
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec SBRBS à Guingamp, le 7 mai 2022
Partager cet article
Repost0
12 mai 2022 4 12 /05 /mai /2022 11:28
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec The Chapas à Guingamp, le 7 mai 2022

 Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec The Chapas  à Guingamp, le 7 mai 2022 

 

NoPo

 

WAR RAOK’N ROLL Brasserie Distoufer Guingamp - Samedi 7 Mai 2022 - groupe The CHAPAS

Rappel des épisodes précédents :
Night Fuss
Vertical


WAR RAOK’N ROLL, la fête pendant 2 jours, tout semble prévu y compris la météo et 4 groupes rayonnants évidemment :
2è jour
les Chapas du Trégor (tout de suite là maintenant)
les rennais (un peu briochins aussi) SBRBS (tout à l'heure un peu après)


On avait laissé Iolo et Swann en sortie de confinement à Lannion :
Les voici sur scène à Guingamp (Trégor mi amor). 19h30, le public arrive tout juste et va affluer pendant la prestation.

L'habituelle super coupe de cheveux de Swann se remarque, sûr, (je peux le taquiner, cheveux,  dire ici que je connais cette problématique capillaire) et un beau dessin scotché sur un tom en représente la belle forme arrondie (voir photos).
Petit joueur, il a déjà fait plus extravagant pendant le confinement...
Comme Samson, tire-t-il sa force de sa chevelure? En tous cas, il déborde d'énergie et de puissance vocale.

L'inévitable 'Call me up' lance la chevauchée fantastique, toute en secousses. Un riff filandreux déroule la pelote sur laquelle tricote la batterie.
Après s'être tendues, les peaux se taisent et seules les cymbales sonnent pour laisser la place entière à la gratte qui tremble comme le sol et toute sa clé.

'Hello' intervient après 'Call me up'... normal ils auraient même pu dire 'Allo' quoi! L'intensité ne baisse pas d'un iota et Swann, très poli, s'entête à répéter des 'Hello hello' fébriles.
Iolo se cabre et malmène ses cordes.

Une voix plus rauque souffle 'I will leave you man' devenu classique. La guitare gratte du gros grain rouillé à la ZZ Top. La rupture sentimentale pèse dans une progression heurtée et plaintive.

On commence à sentir la 'Pressure' qui alourdit l'atmosphère et dans une suite cohérente, Iolo annonce un enchainement stoner avec 'Old world' et 'I need a nurse'.
On apprécie le voyage difficile dans la poussière et les pierres, ça donne soif. Des morceaux lourds de vie qu'on aimerait trouver sur un nouveau disque.

C'est Iolo qui s'y colle pour le public relation : 'Quand c'est gratuit, faut avoir un verre à la main!' 
Autrement aussi mais pas pratique pour applaudir!! Pas de problème, le gobelet dans la poche va se remplir rapidement et on commence même à avoir un petit creux, ça sent la grosse galette...

'Jungle road' blouse les spectateurs, c'en est un vrai qui pourrait sortir des 70's. Les riffs de Iolo invitent au raid mais en mouvements.
La voix de Swann pleure sur la route, sa baguette fait de la magie. Le titre finit, à bout de force, dans un étouffement.

'Lookin at my face' oui, parfois les deux musiciens se regardent, complices, et semblent même se défier. Zyva, je te suis! Toute la clique claque, pas l'heure de dormir!

'99 lives' jamais ne ralentit. Les coups, en pluie sur le cercle de la caisse, amorcent un rythme soutenu jusqu'au bout 'Come on babe gonna live so fast'.
La gratte riffe à répétition, en dérapage contrôlé. Swann hurle de douleur mais ne faiblit pas. Ils peuvent tenir 99 vies trépidantes.
Encore un incontournable de leur répertoire!

'The boy' ferme la marche espérée plus longue.


Un chaud set d'une heure qui sent bon le blues rock moite dont l'impact aurait pu être supérieur au coeur de la nuit avec le pic d'affluence.
7 titres ne figurent pas sur l'unique disque des Chapas mais mériteraient d'être enregistrés pour la postérité et même plus...
Le duo a tant donné (comme toujours), des types tellement attachants! Ohla vat, comment tu t'enflammes!
En vrai, quelle chance de voir ce duo d'un niveau de composition et d'interprétation digne d'une audience internationale!


SET LIST
Call Me Up
Hello
I will leave you man
Pressure
Old World
I Need a Nurse
Where are you going?
Jungle Road
Lookin at my face
99 Lives
The Boy


Line up
Swann YDE voix, batterie
Iolo GURREY Guitare, choeurs

Jean-Luc Le Meur au son

Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec The Chapas à Guingamp, le 7 mai 2022
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec The Chapas à Guingamp, le 7 mai 2022
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec The Chapas à Guingamp, le 7 mai 2022
Partager cet article
Repost0
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 18:01
Rage Against The Peppers et Princesses Leya à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 7 mai 2022

Rage Against The Peppers et Princesses Leya  à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 7 mai 2022

 michel

Ce n'était pas la toute grande foule à La Grande Ourse, la concurrence est rude, à moins de 3km de là, la Brasserie Distoufer entamait sa seconde soirée de concerts gratuits, Nantes allait remporter la finale de la Coupe de France, forcément pas mal de Bretons étaient rivés face à leur plus si petit écran,  Caroline Vigneaux croquait la pomme du côté de Rennes, et on ne mentionne pas le karaoké privé, organisé par Miss Kitty, stripteaseuse itinérante.

Les temps sont durs, en arrivant sur place tu apprends que les concerts bretons  de Gaëlle Buswel sont reportés à 2023 ( préventes insuffisantes).

Ce soir à partir de 21h ( c'est trop tard, a insinué madame) on attend deux formations que Ionesco va qualifier d'absurdes.

T'as intérêt à accepter le second, voire le vingtième, degré,  pour tolérer l'humour, 99% de graisse, de  Rage Against The Peppers et  de Princesses Leya.

Une bande son folklorico-celtique, suivie d'une séquence fête foraine virant hymne de foot, annonce  le groupe qui s'approprie le répertoire de RATM et des Red Hot de Flea and co.

Un poste, branché sur la NBC, nous distille des images d'un match de catch, la scène est plongée dans l'obscurité, des pugilistes, portant cape et capuchon, cachant leur faciès hilare, font leur apparition, un arbitre portant le t-shirt rayé réglementaire se cache derrière le drumkit.

 Andréas Uppercut (Andréas & Nicolas), Matt Savate (Ultra Vomit), Jimmy Crochet ( Muezli)  et Cyril La Gniak ( Clignement 182),  sont prêts à en découdre, tous les coups sont permis, même ceux qui tombent sous la ceinture.

Le bel Andréas, moustache empruntée aux Village People, se promène avec une pancarte indiquant Round 1.

N'attends pas de nous un compte-rendu de concert, ce à quoi on a assisté n'était pas un concert mais un combat sans merci, donc pour les titres, tu oublies.

On croit qu'ils ont entamé le match avec 'D-Generation X' de la bande à  Tom Morello. Sur scène , on  assiste à un ballet nerveux,  interrompu par une séance de punching ball, soudain Jimmy refile un crochet au  pauvre Matt, pas parce qu'il joue comme une savate, mais bien parce qu'il fait partie du clan ennemi, comme à l'époque de West Side Story.

Un second titre ( des Peppers) suit, quelques blagues infâmes sont lâchées, un troisième morceau  arrive, puis vient la première intervention de Tony Perez, un des referees les plus illustres de Brooklyn, sur l'écran apparaît le brave Derrick, inspecteur des riffs , Andréas et Jimmy entament une valse tronquée, c'est le grand n'importe quoi!

On arrive au round 2, entamé par la ballade 'These Are the Ways' des Red Hot Chili Peppers, lors d'un faux mouvement le ring tombe en miettes,  les débris resteront jonchés sur le plancher pendant tout le concert.

Achtung, baby, danger, le chanteur s'approche dangereusement du premier rang, t'avais pas prévu une assurance concert, tu recules de 50 cm.

Une sirène annonce l'arrivée imminente des missiles russes, l'acrobate, au genou en compote, gravit un monitor, il est  heureusement soutenu par un assistant social, la troupe pilonne en mode RATM.

' Wake Up' fait toujours aussi mal.

Matt Savate, victime d'un malaise vaginal, s'écroule, pas d'infirmière, style Hot Lips, dans l'assistance, le massage cardiaque est pratiqué par le Dr Folamour.

Plus de peur que de mal, pas de K O, le combat reprend, torse nu, Matt Savate est beau comme un Tarzan de 58 kilos,.

Quoi, Robin?

Du cirque, d'accord!

Lazare a repris sa basse, ' Bullet in the head' est lâché et pourtant la saison de la chasse est clôturée.

Les Red Hot rappliquent puis on affiche Last Round.

C'est au tour de Zack et de ses potes de balancer une bombe avant un nouveau break, grande nouveauté, c'est la première fois que tu assistes à un rasage de moustache sur scène, Andréas désormais sans parure, poursuit ses vocalises avant de voir l'enseigne indiquant "bonus round".

Les Red Hot enfilent leur tenue de scène de gala, c à d, qu'ils sont à poil, une chaussette, même pas lavée, recouvrant leur asperge.

'Give it away' met le feu à la salle et pour terminer le show, le groupe invite Princesses Leya à les rejoindre sur le podium  pour une version apocalyptique de "Killing In the Name".

Sortie de scène en mode slow motion.

Direction le bar pour avaler une mousse analeptique. 

 

22:50' , les fans de  Leia Organa d'Alderaan, ayant choisi Princesses ( note le S) Leya comme identité, arrivent sur fond sonore kitsch, un grondement inquiétant suit la rengaine, la bassiste, ex- championne du 100 mètres de sa classe de 3è primaire, arrive au pas de course, suivie par l'élément mâle de la coterie.

T'avais pas lu la fiche avant de te taper Saint-Agathon, très con de ta part, elle disait: A Stupid Rock Show. Voici la première comédie musicale sur le métal.!

Donc, ce n'est pas un concert, mais de là à présenter leur essai comme une comédie musicale, il y a un gouffre.

Une galéjade relativement inepte, OK!

 Antoine Schoumsky , ze flashy causeur (guitare), Cléo Bigontina (basse) , Xavier Gauduel (batterie) et le grand prêtre,  Dédo ( chant),  vont donc nous concocter un Ring des Nibelungen  metal.

Dédo a des ambitions: devenir une rock star, Antoine, aussi: passer à l'Eurovision.

C'est mal barré quand il faut bosser ensemble, voilà la trame ( mince) de l'histoire.

Après, tu subis des sketches parfois rigolos, souvent débiles, des chansons  estropiées, des riffs Rammstein, de la variétoche pas comestible, quelques bons moments, tout de même, quand Cléo met sa basse en évidence, sinon tu te demandes ce que tu fous là.

On a entendu un truc ridicule et gras  baptisé ' Lalalala' , ils ont massacré ' You sexy thing', puis se sont attaqués à Céline Dion en pensant à René,  ils ont  eu une pensée pour Rika Zaraï et ses recettes culinaires.

Obispo n'a pas été épargné, ' Makeba' , pas Myriam celle à qui l'on doit ' Pata Pata' , le tube de Jain a subi un sort atroce, ils se sont mis à sauter comme des kangourous épileptiques, puis Cléo a reçu le micro pour chantonner un couplet dédié aux fils de pute.

On a appris ce qu'était une BTS.

Tu veux savoir:  une baise tout seul, Gigi l'arrosoir s'est pointé, Germaine est tombé en amour.

Comme les briquets n'existent plus, 89% des spectateurs ont utilisé leur smartphone comme lampe de poche,  c'était smart.

Le gros Bernard a bien ri à la séquence testicules en folie, puis ils s'en sont pris à Sabrina, son 'Boys boys boys' est devenu 'Balls, balls, balls'.

Raymond Devos s'est retourné dans sa bière, Bigard a ri.

Le beau Dédo, pas content, leur a dit 'Je Vous Emmerde et Je Rentre à ma Maison'.

Puis on a encaissé une sorte de danse des canards, atteints de la grippe aviaire.

Ils nous ont obligés à nous agenouiller avant de sauter, t'as entendu certains cartilages exploser.

Ils ont bien vu qu'il y avait des ancêtres dans le public, pour eux ils ont chanté ' La Vieillesse' , une caricature, pas sympathique pour les pensionnaires de l'Ehpad.

Roméo, Juliette et Justin Bieber ont fait une apparition, on n'a pas vu la Sainte Vierge.

T'as consulté ta Rolex, quoi, 23:55', t'as réfléchi deux secondes , ton cerveau a dit "t'as eu ta dose", t'as abandonné les princesses, Blanche Neige et les sept nains pour retrouver ton chez toi.

 

Dans ta caisse, pour rester dans le thème,  t'as écouté  ' 1999' de Prince !

 

Rage Against The Peppers et Princesses Leya à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 7 mai 2022
Rage Against The Peppers et Princesses Leya à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 7 mai 2022
Rage Against The Peppers et Princesses Leya à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 7 mai 2022
Rage Against The Peppers et Princesses Leya à La Grande Ourse, Saint-Agathon, le 7 mai 2022
Partager cet article
Repost0
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 11:45
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Vertical à Guingamp, le 6 mai 2022

 Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Vertical à Guingamp, le 6 mai 2022 

 

NoPo

WAR RAOK’N ROLL Brasserie Distoufer Guingamp - Vendredi 6 Mai 2022 - groupe VERTICAL

Le décapsuleur breton fête ses 3 ans, le patron, un peu plus; Fabien Jezequel, martyrise aussi ses fûts à ses heures perdues (pas nombreuses mais il a son groupe de rock!) et supporte EAG (du roc aussi il y a quelques années et du Kalon-coeur-).
Un endroit accueillant fleurant bon le (bon) R&R avec ses (très bonnes) bières Morisson, Hendrix, Cobain, Joplin... et ça tire... et ça plait...
La belle déco intérieure, en phase, présente l'affiche du 'Goo' de Sonic Youth sauf qu'une canette de bière vient s'y inviter par surprise.
Tables et chaises vous tendent les bois, une vitre transparente autorise la vue sur les cuves et le brillant espace de production.

WAR RAOK’N ROLL, la fête pendant 2 jours, tout semble prévu y compris la météo et 4 groupes rayonnants évidemment :
les brestois de Night Fuss (remplacent au pied levé STADE qui aurait pu se lever aussi mais Baptiste, le batteur, a bobo bras!),
Vertical de St Nazaire
demain :
les Chapas du Trégor
les rennais (un peu briochins aussi) SBRBS


Né en 2017 et fort d'un album en 2021, voici venir Vertical et ses 4 musiciens :
Joris Ooghe Chant, guitare
Sacha Eleque, guitare
Thibauld Chatellier, basse
Rémi Douay, batterie



Après une jolie intro répéthérée (si ça existe dans mon dico!), où guitare sonne comme clavier, et nommée 'Intro' (quelle belle idée, au moins, on ne nous vend pas du rêve!), le vif 'I wish' annonce la couleur cold wave 80's (exaltante ai-je lu et c'est bien vrai ça!).
Placebo me suggère Michel; The Sound (Adrian Borland) rétorque-je... finalement, on s'entend plus tard sur Echo and the Bunnymen (en particulier les vocaux expressifs) et The Smiths.
Pas osé dire The Cure mais je l'ai pensé très fort! Ne pas oublier les Editors non plus! Bref, que du bon!

Un belle basse, bien dodue, confirme notre perception sur le joyeux 'Let it go'. La rythmique carrée permet aux guitares de broder dans la réverb et parfois la saturation.
Rémi, à la batterie, assure tranquillement, faisant tournoyer continuellement sa baguette. Le chanteur, à la voix suave et modulée, délivre ensuite le nom du groupe et son origine.

'Dear friend' décrit l'amitié dans une mélodie toute simple et à la fois séduisante.
On perçoit, de mieux en mieux, l'enchevêtrement lumineux des 2 guitares cristallines.

La basse puissante de Thibauld guide le sombre 'An eye on Mars'. Les guitares pétillent, synthétiques.
Michel : 'C'est pas Bowie!'. 'Si, c'est trop beau, oui, t'es con, j'vais chialer!' comme d'autres sur 'Dancing with tears in my eyes' (Ultravox).

Et maintenant 'Stay'! Bowie encore? Ben non, ils savent écrire. 'Stay', on n'avait pas l'intention de partir...
Les cordes vocales, sensibles, vibrent et font vibrer tout autant que celles des guitares, caracolant sur une cadence emballante. 

Sur 'The mirror', la trame des grattes nous emmène vers le pays du soleil levant. Ici, ça fait un moment qu'il s'est couché sans se plaindre de la musique verticale... les voisins non plus!

Joris veut tester notre mémoire à la poisson rouge : 'Vous vous rappelez de notre nom?'. 'Horizontal!' s'amuse Michel qui n'a pas compris de travers...

La ritournelle de 'Vice' se loge entre vos 2 oreilles sans plus en sortir... vicieux, sûr!
Jouée d'abord par la gratte, galvanisante, et portée par une basse gonflée, la chanson se fait gifler par des frappes sèches.
A peine plus de 2 minutes semble beaucoup trop court!

Quant à la mélopée légère et sautillante de 'Something for you', j'ai l'impression de la connaitre depuis si longtemps...

Une basse neworderienne ouvre 'The corner' et la voi(e)x impétueuse. La ligne mélodique, punchy, évite les angles et file, droite, par une guitare scintillante dans l'écho (sans les bunnymen).

Pour le futur, écoute le morceau mélancolique, ambiance 'C'était mieux avant!'.

Inversement sur un 'Miss it all' enjoué, la basse ronde échange des mots avec une gratte qui mâche les siens.
Le refrain tisse merveilleusement son canevas électrique et convainc les spectateurs en mouvement ondulant.

'Birthday' tombe à point nommé. 'Y-a-t-il quelqu'un qui fête son anniversaire aujourd'hui?' interroge Joris. Effectivement, une jeune femme blonde se manifeste et s'en souviendra probablement...
Le morceau, très émouvant, marche sur des oeufs et quelques notes de guitare. La voix triste ne fait pas plus de bruit au départ puis monte, plaintivement sur quelques frappes à la batterie.
Nom de Zeus, ils veulent nous faire pleurer, si c'est pas malheureux... un jour d'annif(avec accent breton)!

'The land of the free' déchaine le public. Le rythme virevoltant nous entraine dans ses bonds. Le chant fragile captive l'attention autant que les textures de guitares comme des étoiles filantes.
Cette composition, un peu plus longue, fascine, hypnotise, dynamise... de la bombe pour la WAR!

Les titres courts, remplissent un répertoire dépassant les 20 titres et donc allègrement les 13 de l'album. Que du plaisir!
La belle lumière, bien équilibrée, régale les photographes et les spectateurs.

Vu que les musiciens sont secs (la bière coule pourtant à flot), le rappel vient par une reprise de 'Let's go surfing' des (inconnus à mes oreilles) The Drums (5 albums quand même entre 2009 et 2019!).



Après leur prestation, les artistes, disponibles et souriants, dédicacent et tapent la discute avec qui s'intéresse à eux et à leur musique. Merci à Rémi pour la set list dénichée près de sa batterie.
Sacha, prolixe, nous l'assure : leur son harmonieux de guitare ne vient pas de l'instrument mais de ses doigts et des pédales d'effet... inutile d'acheter des instruments à des milliers d'euros!

La lumière brille dans nos yeux, un bon signe... quelle belle soirée, demain je remets ça!



SET LIST
Intro
I wish
Let it go
Dear friend
Organ
Too late
Human tetris
Harassment
An eye on Mars
Stay
The mirror
Vice
Something for you
The corner
Fear
The future
Miss it all
Hide n' seek
Please leave me
Birthday
The land of the free
Let's go surfing

Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Vertical à Guingamp, le 6 mai 2022
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Vertical à Guingamp, le 6 mai 2022
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Vertical à Guingamp, le 6 mai 2022
Partager cet article
Repost0
8 mai 2022 7 08 /05 /mai /2022 16:13
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Night Fuss à Guingamp, le 6 mai 2022

Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Night Fuss à Guingamp, le 6 mai 2022

 

michel 

 La brasserie Distoufer, à Guingamp, fête son troisième anniversaire en grande pompe ( elles vont couler à grands flots, nous sommes en Bretagne, Bon Dieu),  deux jours de concerts. Evénement baptisé War raok’n’roll, ( = En Avant le rock’n roll) avec quatre groupes à l'affiche.

Le  6 mai, à partir de 19 h: Night Fuss (Brest )  et Vertical (Saint-Nazaire ) .  Le 7 mai, idem, à partir de 19 h:  The Chapas (Côtes-d’Armor) et SBRBS (Rennes ).

Initialement Stade était prévu le vendredi, le groupe a été obligé de déclarer forfait, un joueur de l'équipe  étant à l'infirmerie, Night Fuss a remplacé le gang de Plouha au pied levé.

Fuzz n'est pas fuss, mais ça revient au même, faut secouer, même la nuit.

19h, c'est pas encore la grande foule, tu peux te commander une Distoufer sans faire la file, en attendant le chaland ( belle  aquarelle, Jouan, pas les Pins) , tu fais comme le groupe, tu patientes, en compagnie de Po, qui n'écrit pas de romans fleuves.

C'est à 19:40 que  Jimos Costiou ( gt, voice), Tudi Cariou (  drums ) et Jean-Baptiste Arnaud ( basse) rappliquent.

Night Fuss existe depuis 2016, le line-up a évolué depuis, certains des  éléments actuels ont un passé musical, Jimmy a évolué au sein de Call Me Max tout comme J B, et auparavant il s'amusait chez The Snooze,.

Tudi tabasse des caisses au sein du Bagad Bro Konk Kerne de Concarneau , il fait également partie du groupe Tribé.

Traces discographiques: l'EP 'The Insight', en 2020.

Style: un savant mix de prog rock, de rock acide, de power rock, de funk rock ou de bluesy rock.

Une très longue  intro amorce le set, Jimos empoigne d'emblée le levier vibrato de son jouet pour accentuer les sonorités  trémolo. Le son est fluide, la  rythmique opiniâtre et, en bruit de fond, tu perçois une bande discrète.

Le ton monte lorsqu'un pied écrase la pédale wah wah, le guitariste entame son chant clair, 'One night stand'  est sur les rails.

Les arrangements sont subtils, tu sens que le groupe a  des planches, pas question de balbutier.

Ils enchaînent sur ' Cosmic Trip' ,  au vu de l'intitulé tu sais que tu n'entendras pas du hip hop.

Si tu aimes les vieux groupes comme James Gang, Humble Pie ou les plus récents style My Morning Jacket ou Band of Horses, tu as sonné à la bonne porte chez Night Fuss.

Le bluesy 'Hidden Mind'  se colle dans ton esprit, même s'il est bien caché, 'Funky Freddy' est comme le dit le titre, funky à souhait, faut varier les plaisirs..

C'est qui Freddy?

On leur a pas demandé, mais Freddie King peut mixer le funk et le boogie, c'est une piste!

La basse brode, Tudi assure à l'arrière tandis que la guitare travaille en piqué.

Avec ' Highlands of Atmosphere' le band envoie un premier midtempo planant et atmosphérique, c'est écrit dans l'intitulé.

Tu peux penser aux travaux solo de Peter Green.

Une nouvelle attaque à la wah wah amorce 'Here I belong' aux riffs épais et au background blues rock.

C'est légèrement moins gras que Cactus mais ça remue pas mal, merci!

' World to the Wise' rejoue la carte funk blues  et permet de te cultiver pour devenir un nouveau Spinoza.

' Stand still' annonce Jimmy, ce titre traite d'un cauchemar ( fallait pas exagérer avec le chouchen) , un solo de guitare digne de Steve Howe amorce cette plage stellaire. 

Retour au blues rock avec 'The Silent Watcher', un titre  chanté d'une voix déformée et truffé de riffs brûlants.

Depuis le début du set, le jeu irréprochable de la basse et de la batterie permet au guitariste/chanteur de déambuler au gré de ses envies en sillonnant des pistes diverses.

L'éclectisme n'est pas une tare.

On arrive à la dernière tirade qu'ils ont baptisée ' Groove on' et si un réalisateur a dans l'idée de tourner un nouvel épisode de 'Shaft' et que Isaac Hayes ne peut quitter ses copains les anges, il peut toujours faire appel à Night Fuss pour la bande-son.

 

En plus d'être doués, les musiciens de Night Fuss se montrent abordables et obligeants, merci pour la setlist, messieurs.

 

On passe le relais à NoPo pour la suite.

Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Night Fuss à Guingamp, le 6 mai 2022
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Night Fuss à Guingamp, le 6 mai 2022
Anniversaire Brasserie Distoufer WAR RAOK'N ROLL avec Night Fuss à Guingamp, le 6 mai 2022
Partager cet article
Repost0
8 mai 2022 7 08 /05 /mai /2022 12:09
Ebel Elektrik [session live Radio Activ'] à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022

 Ebel Elektrik [session live Radio Activ'] à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022

 

NoPo

 

EBEL ELEKTRIK Session live Bonjour Minuit Saint-Brieuc jeudi 5 Mai 2022

Toujours une joie de revenir aux sessions live à Bonjour Minuit (même plus tôt pas de problème!) avec l'impression d'être à la maison (non pas besoin de téléphone maison).
On y retrouve pas mal d'amis et le zinc pour barboter dans une bière et baratiner sans limites.
Voici l'Ebel, frais comme des gardons et sans coup de pompe malgré leur passage le 30 Avril à Plancoët (au pied de la pompe justement).
Les invités de ce soir ont visiblement fait suivre l'invitation à leurs potes et c'est tant mieux!

On a eu le plaisir de voir une partie de leur set à Paimpol l'année dernière ( article) une tuerie!
EBEL... facile, c'est écrit dessus, électrique on te dit, musclé et tonique comme Bebel mais pas que!

La référence au revival 70's semble parfois un peu galvaudée mais pour Ebel, elle reste tout à fait justifiée.
Il s'agit d'un blues-rock racé rappelant Rory Gallagher, Jimi Hendrix, Robin Trower (on peut même y entendre Led Zeppelin) et s'aventurant parfois dans des passages folk prog aux allures des premiers albums de Brieg Guerveno encore plus évident avec le chant breton.

Un album en 2019 suivi d'une longue pause obligée mais d'autres morceaux s'intègrent dont 3 distribués ce soir : Sparfell, War an hent, Spontailh.


Intro larsenique sans vieilles dentelles. La guitare transperce la rythmique lourde.
Aucun échauffement pour les artistes, ils sont déjà en feu, Basile grimaçant à terre.
Florian à ses heures perdues, travaille les transmissions de pensées, il en échange avec les auditeurs en voiture. 

'Sparfell' enchaine directement par un solo de guitare sur un fil.
Un mid-tempo s'installe dopé par la voix énervée de Florian et les vagues de riffs.

Le désert bleu (Gouelec'h Glas), après un départ très blues rock rebondissant, nous invite dans un voyage spatio temporel.
Un long passage prog glisse comme un serpent venimeux dans le sable. La gratte gonfle en reverb alors que les cymbales se perdent et que la basse ronfle harmonieusement.
La guitare s'écharde sur les pierres et gémit tel un animal blessé. On pourrait aussi penser à certains morceaux stoner (sentiment confirmé par Marcus plus tard).
Au bout de plusieurs minutes, retour au magma brûlant.

Une pause bien méritée pour l'interview donne l'occasion aux musiciens de se présenter :
Florian Ebel, chanteur, compositeur et guitariste lorientais d'origine, vient d'aménager à St Brieuc depuis 5 mois.
Basile Tuauden, bassiste costarmoricain (Lantic), a étudié ici à Freyssinet.
Axel Roudaut, batteur, vient du bout du monde, plus précisément Douarn(enez), terre rock.
'Vive le rock' gueule d'ailleurs Basile sous la douleur de son front qui a fait connaissance avec son manche de basse.
Florian en profite, avec son accent breton, pour vanter les mérites touristiques du temple de Lanleff où le groupe a enregistré un clip. Ils sortent de résidence au labo à Dinan (y'a pire comme Ehpad!).
Marcus fait remarquer les amplis Kelt appropriés au groupe avec ces racines celtiques.
Florian explique ses textes inspirés par des lectures américaines notamment Kerouac et d'ailleurs le morceau suivant s'appelle 'Sur la route'(War an Hent).

Démarrage tout en douceur pour faire un long chemin : qui va doucement...
Axel soutient Florian aux choeurs. Le solo part dans un bouquet de notes virevoltées sous les doigts agiles du barde. Non de Zeus, ça décoiffe!
Basile martyrise ses grosses cordes qui se plaignent. 'The long and winding road' trace beaucoup plus âpre que chez les Fab Four...

Place à l'épouvantail ('Spontailh'). La guitare encore toute dégoulinante s'ébat, hurle et tente son coming out Jimi Hendrix!
Le rythme se calme mais la guitare me rappelle celle en fusion de Robin Trower (normal un disciple de Jimi). La basse aime ça, elle fait le gros dos et ronronne.
A nouveau un développement évanescent se barre sur les cordes plaintives de la gratte. On passe ensuite à un moment tribal tout en percussions, la cloche n'étant pas laissée de côté et ça sonne!
Et quand j'ai dit 70's, je n'ai pas menti, on a droit à un solo de batterie échevelé autant que sur la tête d'Axel.

Enfin voici l'homme fou qui se prend pour un ornithorynque. Basile en profite pour se placer derrière Florian et finit par emmêler son long fil blanc sur le noir de l'électrique.
C'est ça l'amour! Cependant une femme vient sur scène mettre un terme à cet idylle.
Axel joue sur les bords de sa caisse qui roule magnifiquement.
Florian s'enflamme dans un style à la Gallagher, une bête de scène lui aussi! Puis les cordes chantent telles des sirènes ou des baleines à la Pink Floyd.
Les musiciens dégagent une énergie incroyable et montrent une complicité parsemée de sourires amicaux. 'Riboul (dingue!) Fistoul...'
Il faut les voir se rouler par terre ou se mettre à genoux (bon, pas le batteur, il est dans un fauteuil mais ça a l'air de le titiller!).
Le final s'achève au milieu du public dans des positions toutes plus extravagantes les unes que les autres.


Ebel chante en breton, fiers de l'être. Les gars ne ménagent pas leurs forces, ils donnent tout... un poing c'est tout!!
Simplement fascinant, ils nous emmènent où ils veulent sans résistance et c'est nous qui finissons exténués... mais heureux!




SET LIST
Intro
Sparfell
Gouelec'h Glas

Pause Interview

War an Hent
Spontailh
Dourgi Beghouad

 


 

 

Ebel Elektrik [session live Radio Activ'] à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022
Ebel Elektrik [session live Radio Activ'] à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022
Ebel Elektrik [session live Radio Activ'] à Bonjour Minuit, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022
Partager cet article
Repost0
7 mai 2022 6 07 /05 /mai /2022 11:37
Noble Sauvage au Cessonnais, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022

 Noble Sauvage au Cessonnais, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022

 

michel

 

Si même au Québec on a lu Jean-Jacques Rousseau .... mais si tu sais, l'idée du noble sauvage....  l'homme est un être naturellement bon, aimant la justice... au 18è siècle, on pouvait être un brin crédule!

Fi de la philosophie à deux balles, en route pour le Cessonnais qui programme Noble Sauvage.

A Cesson ( Saint-Brieuc), il est un sympathique zinc, tenu par des gens hospitaliers, qui organise des concerts.

Au Cessonnais, tous les patients sont atteints de la même maladie, la soif aiguë, et ce n'est pas en buvant l'eau minérale naturelle, finement pétillante, de Vals- les-Bains qu'ils se soignent, par contre ce qu'ils ingurgitent leur donne la pêche et les rend de bonne humeur, aussi le concert du trio Noble Sauvage a pu compter sur leur enthousiasme contagieux.

20:00 sur l'affiche, le temps d'avaler deux Amstel , il est 20:25,  la Tribu québecoise Noble Sauvage, peux pas te dire s'ils sont Naskapis, Hurons ou Micmacs, ce qu'on sait c'est qu'ils sont montés dans leur canot, ont traversé pas mal de mers pour aboutir en Mayennne, se pointe.

T'as les soeurs: Pialli, ex-artiste équestre, devenue musicienne après une cascade manquée, aux drums et aux vocaux enragés, sa petite soeur, Stella, à la basse et aux vocaux satinés, et le père, Pascal, King Kong, à la guitare tempétueuse.

Détail, on a eu l'occasion de croiser les soeurs au sein de Crocodile Boogie, t'as pigé qu'elles ont un lien avec Beast Records.

Seule trace discographie repérée, l'EP ' Vivant ou Mort'.

Saint-Brieuc, il est encore tôt, la consommation de mousse ou autres élixirs revigorants est encore raisonnable , tu es 'Encore Debout' .

Debout, elles et il le sont  et nous balancent un garage rock vaguement ordurier et rentre-dedans.

Oui, on est chauds, Pialli, merci. De sa voix rauque, elle expulse son texte agressif tout en tabassant sa mini-batterie telle une furie, Papa, à l'arrière, fait gicler sa gratte, Stella, plus posée,  imprime le rythme avec sa basse mélodieuse.

Mixant la hargne de Mademoiselle K et le rock de Téléphone, époque ' Au coeur de la nuit', le trio impressionne.

'La louve', comment ont-ils/elles  su qu'un loup rodait dans les monts d'Arrée?

Vachement rock, cet animal!

 Tiens, en parlant d'animal, tu penses à Alice Animal, une autre écorchée vive, That Blond Btch te vient aussi à l'esprit.

Les femmes de France sont insoumises, pas vrai J L.

'Passion', pas besoin de dessin , oublie le détachement ou l'indifférence, la wah wah  insuffle un groove  brûlant à cette première plage funky interprétée par le trio.

'Tour de piste' évoque le passé d'acrobate de Pialli, qui se souvient de son accident équestre.

Je suis une survivante, la vie je la bouffe à pleines dents.

Parfum reggae pour 'Liberté conditionnelle'  qui va t'en savoir pourquoi te fait penser à ' Femme Libérée' de Cookie Dingler.

On a toute l'éternité pour dormir mais on a  ' Une vie à vivre' , la guitare de papa crache des flammes, Pialli scande son texte tout en brutalisant tous les éléments de sa batterie, Stella, au sourire Mona Lisa, caresse les quatre cordes  de la basse, le bistrot frappe le sol du talon.

Ouais, nous sommes vivants!

Après quelques digressions philosophiques, papa envoie une suite de  riffs suintant le groove, la plus âgée de ses gamines entame 'Au pied du mur',  obstacle dans lequel elle balance un formidable coup de pied.

Avec Haroun Tazieff, elle propose une expédition au ' Coeur du Volcan'.

Légèrement carbonisé, on ressort du cratère pour partager une histoire d'amour avec les filles, 'Noir sur Blanc' qui précède la dernière salve du premier set, ' Zone Grise' , une plage pas plus calme que tout ce qui a précédé. 

Quelques coups fougueux sur la cowbell, des riffs agressifs, le paradis peut attendre! 

 

Pause Amstel au jardin, Inch 'Allah!

 

Un des barmen leur a refilé une boisson énergisante à base de fruits baignant dans un liquide éthylique, elles sont d'attaque, le fringant barbu aussi, comme il ne s'agit pas d'un moteur diesel et encore moins d'une merde électrique, elles/il poussent à fond sur la pédale, ' L'écran' risque d'imploser.

Quand je ne dors pas
La nuit se traîne
La nuit n'en finit plus... Petula Clark.

Noble Sauvage, par contre,  chérit ' La Nuit' , et vous, braves gens, aimez-vous la nuit?

Oui, madame!

Faites- vous entendre, bon dieu!

C'est le moment que choisit une gentille demoiselle pour donner un coup de coude dans la boisson à base d'orge et de houblon du brave Armand,  le verre se brise et éclabousse ses escarpins du dimanche, Pialli voulait du fracas, elle est servie.

Pas d'accalmie en vue, le trio enchaîne les tisons fumants, ' Vivant ou Mort', puis pour Ulysse, ' Sirène' , Pénélope tricotait, puis vient  l'anti-social ' Cannibale'.

Tu dis, Bernie?

Elles sont bien, ces nanas! 

Bien d'accord avec toi, un bémol, elles ont ' La Haine'.

Un esprit punk traîne dans le coin, et c'est encore plus évident avec la suivante' Carré' qui s'adresse à tous les emmerdeurs qui gouvernent le pays.

Quoi, carré?

Il sera carré ton cercueil!

On  a droit à une amorce vaudou pour ' Le Serpent' qui dépeint la lutte entre le bien et le mal.

Pialli, femme crotale, secoue un tambourin et crache son venin, faut se tenir à distance. 

Voilà, Saint-Brieuc, on arrive au bout, c'est la dernière, Noble Sauvage a opté pour une cover qui lui colle à la peau, ' Rebel Yell' de Billy Idol, et là, ça canarde vache.

Le bistrot est en ébullition, du coup Pialli annonce: on avait prévu un bis si vous chantez avec nous, ' Freedom' de George Michael reçoit un traitement sauvage , qui a plus à tous sauf à Andrew Ridgeley .

Elles s'apprêtaient à quitter leur coin, quand King Kong, insatiable, esquisse les premières notes de 'Whole Lotta Love',  la folie nous gagne , le traitement destroy taquine nos neurones.

Pas moyen de calmer le guitariste qui s'en prend à Nirvana, ' Smells like teen spirit' et pour succéder au grunge vient l'hymne disco ' I will survive' en mode cradingue.

 

Ne rate pas Noble Sauvage, si le groupe passe près de chez toi, récurage des oreilles garanti!

 

 

Noble Sauvage au Cessonnais, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022
Noble Sauvage au Cessonnais, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022
Noble Sauvage au Cessonnais, Saint-Brieuc, le 5 mai 2022
Partager cet article
Repost0

Articles Récents