Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 12:11
Trainwreck Trio - Rock Classic- Bruxelles - le 17 juillet 2015

Trainwreck Trio

La tournée européenne des Aussies, qualifiés d' Australian Trash-Sex-Rock-Country oder The Blues Brothers auf Speed par un illuminé, probablement un cousin de Merkel, passe par Bruxelles.

Le Rock Classic,les Soirées Cerises et Curieus Schaarbeek se sont accordés pour faire venir cette bande de dégénérés dans notre capitale, que le monde entier nous envie depuis que Mayeur a eu l'idée lumineuse de l'interdire aux véhicules motorisés.

Pssst, Yvan faudra nous expliquer pourquoi plus de dix tas de ferraille étaient stationnés dans la rue du Marché au Charbon, des livreur de houille, sans doute!

En parlant de déraillement, il n'y a pas que le clown ayant succédé au rougeaud Thielemans à avoir l'esprit dérangé, on te rappelle les dernières péripéties SNCB, "Suite à un préavis de grève du Syndicat Autonome des Conducteurs de Trains (SACT), le trafic des trains sera légèrement perturbé jusqu’au dernier train ce samedi 18 juillet.".

Vive le transport en commun, réplique Yvan!


Vers 21:45 un quartet mixte gravit les trois marches les conduisant sur le podium.

Trio, mon cul, entends-tu grommeler derrière toi!

Le core du band c'est Billy Ray Simon, perruque, bermuda Canary Bay, guitare, claviers, vocals et la furie, Janis the Wreck ( c'est écrit sur ma culotte), also known as Arna Rox, au chant, le bassiste/guitariste/chanteur Chad Irwin, alias Chadwa Shuttleworth, les a rejoints dans la matinée et une invitée se charge des drums, une terrible nana embrigadée irgendwo in Deutschland.

Janis, à la voix cassée, la nuit a été longue à Köln, le schnaps a coulé à grands flots, se commande une vodka/red bull pour se soigner les amygdales.

C'est qui son toubib?

Doctor House!

Bonswar, Bruxelles, ça va, isn't she sexy our little drummer girl from Germany, ah voilà, Janis, on se lance... 'Bad moon rising' .

Bien crasseux et une voix éraillée à souhait.

On te mentionne, sans s'y attarder, le look improbable de la virago, legging zébré, frou- frou, jupette rouge, cravate dénichée aux Petits Riens et galurin refusé à Ascot.

Billy Ray a déjà embrayé sur le fameux 'Wagon Wheel', ensuite il assure les vocaux sur ' Mercury Blues' qu'il attribue au chanteur country Alan Jackson.

Question: an original or Nancy?

Le zinc préfère Sinatra, la dingue vient promener ses boots dans la foule tout en draguant trois ou quatre péquenots.

On s'emmerde pas ce soir au Rock Classic!

Voici leur compo, ' Do you wanna', le titletrack de leur EP, en mode downtempo collant.

L'allumeuse en profite pour s'asseoir sur les genoux d'un quidam sirotant un demi au comptoir.

Virage rock avec Bill Haley ' Rock around the clock', la basse a pris le relais vocal.

Billy Ray fait admirer ses guibolles velues en allant pianoter 'C'est la vie' suivi par un 'Twist and shout' vicelard.

La voix rocailleuse fait merveille.

Si il fallait comparer ces malades à un combo existant on pourrait, à la rigueur, avancer Nashville Pussy, même dégaine, même ode au raffinement.

Exit les godasses, savates et soquettes, t'es gentil Chad, je change de place, suis sensible des narines!

On attaque 'Get a job' des Offspring à la cosaque, avant de balancer une seconde oeuvre personnelle, 'Tell your story over'.

Fait soif, ' Proud Mary' façon Tina Turner achève le premier set.

Unanimité parmi les clients: méchant cocktail!

Coup de sifflet du chef de gare.

La locomotive ahane, la loutre reste parmi les clients pour clamer hey hey hey.....'Treat her right' des Commitments.

I feel like singing an original qu'il dit, sur tempo galopant, 'Rock star' suivi par l'explosif 'TNT' d'AC/DC, du coup 50 candidats au titre d' air guitar hero Brussels entrent en lice...oi, oi, oi, oi....

C'est couchée sur le comptoir que Janis the Wreck accompagne Billy Ray au chant pendant 'Blister in the sun' des Violent Femmes.

' Jailhouse rock' décoiffe même les chauves, les tabourets tremblent et ce n'est pas 'Wild Thing' qui va ramener un semblant de calme.

Jerry Lee?

Ok!

'Great balls of fire'.

Fred, fieu, nous sommes déshydratés: quatre chopes pour touristes, et vite!

Janis sings Janis,'Mercedes Benz'.

Oh Lord, buy me a night in Belgium.

Trop cher, poupée, essaye Karachi!

Moins connu dans nos contrées, pas moins efficace, 'Achy Breaky Heart' de Billy Ray Cyrus.

'Blue suede shoes' excite quelques petites nanas légèrement embrumées, le classique est suivi par une pièce de leur collection ( 10€ the CD) avant de constater 'Your sex is on fire' ( Kings of Leon).

Comment y remédier?

Un medley, (You Gotta) 'Fight For Your Right' (To Party) suivi par 'Foxy Lady' de Jimi Hendrix, une autre madame difficile à satisfaire.

Dix minutes de pause.

Minuit dix, troisième mi-temps.

Refile-moi ta guitare, Billy Ray.

Et il se débrouille vachement bien, Chad.

'Betty Davis eyes' va comme un gant à la chatte brûlante sur un zinc glacé, elle a une nouvelle fois transformé le rade en litière pour ensuite bondir et hurler 'Hound dog'.

Un troisième titre voit Chad aligner de solides riffs country, quand , soudain the Wreck est prise d'une inspiration, shall we play some Blondie?

Plus tard, mon chou, tu trouves pas que mon look est proche de celui de Mick Jagger, let's play 'Miss You' et on y introduit du Kylie Minogue, pour les compatriotes.

'Can't get you out of my head' sonnera plus Aerosmith que Kylie.

Batterie et basse doivent s'accrocher, le guitariste s'égare, dans ses élucubrations, un voisin a reconnu 'Eye of the tiger', il décide de reprendre 'Miss You' pour conclure: that was a hell of a journey.

Requests!

AC/DC, un gars s'invite sur scène pour psalmodier, valablement, 'Highway to hell'.

Et Blondie?

Ça vient, 'One way or another'.

Quoi, 'Whiskey in the jar'?

L'année prochaine.

INXs, OK!

Men at Work, 'Down Under', ses moules etc, OK!

Le gig vire karaoké, ce party band peut tout vous jouer!

Un moins simplet propose Pat Benatar.

C'était sympa de réentendre 'Hit me with your best shot'.

Du coup les demandes les plus absurdes fusent, Dire Straits, The Police défilent avant de reprendre le fil de leur concert et de balancer une version nerveuse de 'I'm a believer' pour finir avec l'immortel 'Do you love me' des Contours.

Someone buy me a vodka, implore Janis quasi aphone.

On revient dans dix minutes, annoncent les infatigables.

Coup d'oeil au tick tack, 01:40', sans moi, les kangourous!

Trainwreck Trio - Rock Classic- Bruxelles - le 17 juillet 2015
Trainwreck Trio - Rock Classic- Bruxelles - le 17 juillet 2015
Trainwreck Trio - Rock Classic- Bruxelles - le 17 juillet 2015
Trainwreck Trio - Rock Classic- Bruxelles - le 17 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 18:14
Kath Biss & the Boom Boom Rockets @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015

Second concert de la soirée au Thon, encore moins de monde!

Avec Kath Biss et ses Boom Boom Rockets, Gert Surfing Airlines Geluykens a, à nouveau, eu le nez fin, ces Canadiens ( Montréal) pas trop connus hors de la cité fondée par Paul de Chomedey de Maisonneuve, ont époustouflé le lounge bar bruxellois de leur classe.

Avant de tenter de narrer leurs exploits, on te signale qu'ils sont encore dans nos contrées pour un petit temps, ils iront dérider les badauds aux Gentse Feesten, passeront à Oudenburg et Ottenburg, si tu aimes le rockabilly, le swing, le vintage rock'n'roll, les rouquines provocantes à la voix d'enfer et les Gretsch guitars, choisis une des dernières dates de leur European tour.

Kath Biss, tu peux pas la rater, grande, fine, tatouée du petit orteil jusqu'à la nuque, chevelure d'un rouge agressif, idem pour les lèvres, lunettes yeux de chat et sourire à damner un curé inverti, ce mannequin ( Height: 5' 7" - Weight: 118 lbs - Bust: 34" - Waist: 25" - Hips: 37" ) en jette et si de plus on ajoute que son ramage surpasse son plumage, tu comprendras facilement que Lee s'est senti atteint par une flèche tirée par Cupidon.

Les Boom Boom Rockets: Léandre, des parents lettrés, Jolly-Pelletier à la guitare - Mark Peetsma à la upright bass et un petit nouveau, Carl St Louis, aux drums ( un kit riquiqui).

La sortie du premier album du groupe est prévue pour l'automne, mais ne va pas croire que leur répertoire se joue en 45', sur le sol traînaient cinq feuillets comptabilisant 20 titres chacun.

La setlist du jour dépendant de l'humeur des musiciens.

Pas contrariés par le manque de public, Kath et ses fusées démarrent avec le classique ' Fever' histoire de prendre la température.

Il n'aura fallu qu'un seul morceau pour piger qu'on allait passer une excellente soirée.

Une Pils et une Blanche, nous sommes parés, envoyez la suite!

Eddie Cochran ' Twenty Flight Rock' .

Oufti, ça déménage!

Espiègle la rouquine nous minaude 'Stupid Cupid' avant d'annoncer, en parlure québécoise, une chanson de Nancy Sinatra, 'These boots are made for walking' avec un couplet en français...

Toi, tu joues avec le feu et tu t'amuses

Mais un jour viendra où tu vas te brûler...

Merci Eileen!

Are you ready boots et elle sort un kazoo moqueur.

Tout bonnement irrésistible!

Un tube auto-tamponneuse, 'Run around Sue' (Dion) puis Elvis, 'Little Sister', décoré d'une subtile envolée du copain de Scapin, puis 'Lucille'(Little Richard).

Lee est ensorcelé, il se fourre des peanuts dans le nez!

Quelle voix, cette gonzesse.

Léandre lui souffle' Dynamite' ( Brenda Lee), un titre approprié.

Un dessert?

'Tutti Frutti' .

Elle s'appelle comment ta copine, Richard?

Sue.

Comme Johnny Cash!

Magali Noël est décédée il y a peu, elle chantait si bien Vian, voici l'indémodable 'Fais moi mal, Johnny'.

Pour le petit chaperon rouge 'Stop Whistlin' Wolf" et enfin, avant le break, l'incroyable 'Juste une p'tite nuite' (Les Colocs) sonnant comme les meilleurs Vaya Con Dios.

Et bien, mes petites loutres, it's a relaxed set tonight, it's just like a vacation on tour, ça vous dit une petite virée in Chuck Berry's automobile, 'No particular place to go'.

Elle King, vous connaissez?

'Ex's and Oh's'.

Non, on va jeter une oreille à ce truc, ça sonne pas con!

Retour aux classiques, 'Oh boy', un petit intermède 'Blue Suede shoes' et puisque c'est du rockabilly et que Philippe Geluck a failli venir, 'Stray cat strut', tu permets, Philippe qu'on y insère quelques fragments de 'Hit the road, Jack'?

Let's go on in trainbeat style.

Wanna learn how to play slap bass, have a look, ça cogne sévère pour enchaîner sur l'inévitable 'Folsolm prison blues' du man in black, un petit détour du côté des pays du Maghreb avant de larguer Johnny devant les portes du pénitencier.

Ce guitariste est loin de faire de la figuration.

Qui préfères-tu Etta James ou Christina Aguilera?

Le 'Tough lover' fait mal et la cover de Def Leppard 'Pour some sugar on me' qui va s'entendre sur leur LP n'est pas moins musclée.

Bruxelles, on doit vous quitter, on nous attend du côté de Gierle, vite une dernière berceuse et comme mon verre de Leffe est vide je tambourine dessus, se dit Carl.

Quoi, un bis?

Tu le demandes si gentiment, rien que pour toi, Wanda Jackson, 'Fujiyama Mama', et une dernière pour la route 'Jauni bigoude' de Charles Edward Anderson Berry.

Grande soirée, on reviendra!

Kath Biss & the Boom Boom Rockets @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015
Kath Biss & the Boom Boom Rockets @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015
Kath Biss & the Boom Boom Rockets @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 13:28
Karen McHugh @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015

Serge, le 14 juillet?

Aux armes et cætera, aux armes et cætera!

Une Gitane, mec?

Non une Irlandaise établie à Bruxelles: Karen McHugh, l'invitée de dernière minute du

Thon Hotel pour assurer le premier concert de la soirée.

En te dirigeant vers la place Rogier, tu n'avais aucune idée de l'identité de l'artiste allant se produire à 18h, Lee, non plus, d'ailleurs.

Sur place, profitant de la happy hour pour se désaltérer à un prix démocratique, tu avises la blonde music correspondent and musician qui rédige la setlist de la soirée.

Faux-départ, la musique de fond diffusée à la réception contrarie passablement Miss Hughes.

Mise en sourdine de la muzak et une première cover, 'One' de U2.

Excellente voix, jeu de guitare sec, tout baigne!

Peu d'applaudissements, normal, on dénombre à peine douze individus dans le salon, personnel inclus.

Merci d'être venus, this is a Damien Rice song.

Elle amorce 'Volcano', suivi par le convaincant 'Ho Hey' des Lumineers.

Le timbre est toujours aussi puissant et assuré, Karen ne se contente pas de calquer l'original mais s'approprie le titre et n'a aucune peine à toucher l'auditeur.

Un second U2, 'All I want is you' pour nous rappeler que le iNNOCENCE + eXPERIENCE Tour passe par Anvers les 13 et 14 octobre.

'Fast Car' de Tracy Chapman lui va comme un gant, ' Not an addict' de K's Choice est plus étonnant.

L'approche musclée, âpre, éloigne Karen McHugh des petites nanas grattant leur acoustique pour miauler de fades romances, tout juste bonnes à faire chialer les pucelles.

Virage nu-soul avec 'No Scrubs' de TLC .

A last one before a little break.

... Wanna tell about my baby

Lord, you know she comes around

About five feet four

From her head to the ground..

Elle s'appelle pas 'Gloria', interroge Lee!

On va lui commander une Leffe pour le calmer!

Seconde partie.

David is going to play a couple of songs for you.

David est du genre téméraire, s'attaquer à 'Feeling groovy' et surtout à 'The Boxer' de Simon and Garfunkel c'est aller au casse-pipes.

Gentil, pas mémorable!

Karen saisit le témoin et reprend celle qui donnait la réplique à Tony Bennett à Gent Jazz, Lady Gaga et son 'Poker Face'.

Percutant!

Derrière nous uma equipa de Lusitaniens exubérants vocifère: Bobby Dylan, Bobby Dylan....

Ils ne seront pas exaucés, 'Riptide' est au répertoire de Vance Joy.

La version de Karen étant plus incisive que l'originale.

Passer de Vance Joy à Radiohead, c'est comme sauter du coq à l'âne, voici 'Creep'.

Porto en remet une couche: Bob Dylan, Bob Dylan...

Pas de bol, 'Magpie' est une compo personnelle n'ayant aucun lien avec 'Maggie's farm'.

Exit les chahuteurs qui optent pour un karaoké où ils pourront psalmodier 'Knocking on heavens door'.

Ed Sheeran, un des nouveaux chouchous des petites anglaises, n'est guère apprécié par Morrissey , Karen McHugh reprend son 'Give me love'.

Un léger reproche, tous les titres proposés ce soir reçoivent un traitement nerveux, si le premier set avait séduit, un certain manque de nuances dans l'interprétation finit par lasser.

'Umbrellla' (Rihanna) et le prévisible 'Zombie' des Cranberries mettent un terme à la prestation de l'habituée des Live Music Bars de la capitale.

Lee est passé à la Blanche, tu restes fidèle à la Pils.

Karen McHugh @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015
Karen McHugh @ The O Bar at the Thon Hotel Rogier- Bruxelles- le 14 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 05:56
Eric Wrixon died on 13 July 2015 in Italy at the age of 68

Le keyboard player irlandais, Eric Wrixon, décédé ce 13 juillet, était membre original du légendaire Them monté par Van Morrison.

Déjà à l'époque Van the Man n'était pas réputé pour avoir un caractère facile, le Them originel n'a pas fait long feu.

Eric Wrixon fera partie de Them - The Belfast Blues Band formé dans les early nineties et qui tournait encore jusqu'à son décès.

L'organiste est également cité comme membre chez Thin Lizzy avec lequel il n'est resté que quelques mois.

The Never Never Band, The People, The Wheels ou The Trixons sont d''autres bands avec lesquels Eric avait coopéré.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 11:54
Zsa Zsa Zsu @ de Zomerse Parkdagen in het Abdijpark te Kortenberg - 12 juillet 2015

Par un dimanche après-midi pas vraiment ensoleillé, direction Kortenberg, le parc de l' oude Abdij, une ancienne abbaye bénédictine faisant désormais partie du patrimoine culturel belge.

Le cadre est enchanteur, mais vers 15h, le public n'a pas encore répondu massivement à l'appel des sirènes locales, la météo?

Only God knows?

15:05, quelles sont ces élégantes créatures, nippées charleston style, se dirigeant vers la tente dressée face à la terrasse de l'abbaye, devenue un établissement propice aux séminaires ou à la méditation ( twee meditatie ruimten)?

Zsa Zsa Zsu, dear Josephine!

Oh, Zsa Zsa Zsu, j'adooore"Sex and the City"!

Tu dis, Serge, tu préfères sea, sex and sun, chacun ses goûts!

La pub disait vijf vrouwen die frisse muziek in de stijl van de jaren '20 spelen.

Encore un mensonge, elles étaient quatre: Annelies Emmerechts [zang] - Marijke Hellemans [gitaar, backing vocals] - Katja Maes [vibrafoon, percussie] et Ansje De Groef [contrabas, fluit, backing vocals], manquait à l'appel: Annebelle Dewitte [drums].

Pour remplacer Annabelle, Zsa Zsa Zsu a réquisitionné Bert Depauw et ses baguettes magiques, le paon officie au sein de Maerba tout comme l'élancée Annelies, coiffée années folles, bandeau art déco assorti.

Les copines sont tout aussi chic, le noir et le blanc étant de mise.

La party débute avec ' If I knew you were coming I'd've baked a Cake', un tube pour Eileen Barton en 1950.

Délicieusement retro et décoré de subtiles lignes de guitare.

Même sans gâteau, ni cerise, on aime!

Hello Kortenberg, we hopen dat het niet gaat beginnen regenen alors que les premières gouttes se mêlent à ta Primus.

Louis?

Oui?

'Choo Choo Ch'Boogie'.

Charming!

Une composition personnelle pour suivre, 'Tonight', même style désuet et ravissant.

...I know why I waited
Know why I've been blue
I've been waiting each day
For someone exactly like you...

'Exactly like you' que Nina Simone chantait en 1959.

Voix suave, rythme chaloupé, même les merles et les pinsons écoutent, ravis!

Misschien kennen jullie het volgende nummer.

'Sing, sing, sing' le standard swing irrésistible, la flûte frivole de Ansje voltige tandis que ton cerveau visualise Ginger Rogers donnant la réplique à Fred Astaire.

Time for a romance, légère comme un frôlement, 'Love', aaah Nat King Cole!

Petit ennui vestimentaire, quelque chose me chatouille le haut du dos, je me gratte, ok, voici 'Sway' et sa texture latino.

..Like a flower bending in the breeze
Bend with me, sway with ease..

Quel tombeur, ce Dean Martin!

Un nouveau standard pour suivre 'It don't mean a thing if you ain't got that swing', une version doo wop à laquelle succède un duo chitarra e voce, 'Blue Moon'.

Superbe rendu!

'The way you look tonight', 'Cookies and tea' et le badin 'Tweedly dee' terminent le premier set.

Pause promenade.

Zsa Zsa Zsu reprend le fil avec 'All of me' en trio, flûte, guitare, voix.

De John Legend?

John qui... on connait Frank Sinatra, une légende!

Au complet, le truc faisant tourner le lait et énervant Lucky Luke, 'Cow-cow boogie'.

And now, braves gens, the saddest song of the set, 'Cry me a river'.

Viktor Lazlo aussi a pleuré des rivières.

La version de Billie Holiday est immortelle, le ' Comes love' de nos poulettes a fait mieux que se défendre.

Comes love nothing can't be done, t'es perdu d'avance!

Une accélération avec le uptempo 'Come and get it' avant une sérieuse poussée de fièvre, 'Fever' de Peggy Lee.

Un petit tour au zoo, t'as vu les singes, busards et d'autres bestioles, voici 'Straighten Up and Fly Right', suivi par ' Lullaby of birdland' pour rester dans le royaume animalier.

Un fin crachin a décidé de nous pourrir l'existence, les jeunes dames sont heureusement à l'abri et proposent 'I've found a new baby', dépoussiéré depuis qu'il sommeillait, enfoui au fin fond du grenier en 1912.

Présentation de la flottille avant la dernière salve, l'amusant ' (Put Another Nickel In) Music, Music, Music' popularisé par Teresa Brewer.

J'aurais bien remis une thune dans le Wurlitzer mais les nanas avaient décidé d'empaqueter pour une autre croisière divertissante.


Zsa Zsa Zsu @ de Zomerse Parkdagen in het Abdijpark te Kortenberg - 12 juillet 2015
Zsa Zsa Zsu @ de Zomerse Parkdagen in het Abdijpark te Kortenberg - 12 juillet 2015
Zsa Zsa Zsu @ de Zomerse Parkdagen in het Abdijpark te Kortenberg - 12 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 13:29
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015

Fête de la communauté flamande, tu payes ton parking ou non?

Allez 50 ct., pour avoir un ticket souvenir!

Avec l'Atomium face à toi, tu te diriges vers le rendez-vous annuel dans le Groentheater bruxellois, édition 39 de Brosella!

Des nouveautés?

Jawohl.

Les loges des artistes ont été déménagées dans le théâtre américain, quel est l'avenir de ces locaux mythiques quittés par la VRT?

Une extension de l'AB...pas sûr!

La buvette et les échoppes bouffe ont été regroupées et établies sur du béton, fini de patauger dans la boue.

Le bracelet de soutien se vend à 5€, il te permet d'acheter les jetons de consommations à prix réduit.

Dernière innovation: un soleil radieux et des t° méditérranéennes!

Sinon toujours autant de mains à serrer: Hedwige, Guy, Rikske, des habitués de Toogenblik, Dani l'épouse de feu Derrol Adams,des anciennes conquêtes...

Guy, c'est bien beau de siroter des Palms mais Lolomis vient d'ouvrir le bal, au pas de course vers la Theatre Stage.

C'est au dernier Propulse que tu fais la connaissance de Lolomis, Stélios Lazarou (un arsenal de flûtes) Louis Delignon (percussions), Elodie Messmer (harpe, fiddle), Romane Claudel-Ferragui (voix) avaient, à l'époque, séduit la Rotonde grâce à leur world/folk aussi coloré qu'audacieux, voire délirant.

En cette fin de sieste, c'est Brosella qui va succomber aux charmes de cette joyeuse bande.

Le groupe prépare un successeur à ' Balkan Pulse' et proposera quelques nouvelles plages.

Le tour du monde débute, quoi de plus normal, en Grèce avec le chant funéraire 'Posna' que tu es prié de ne pas confondre avec le Posna Sarma qu'on te sert chez tous les Grecs authentiques, pas dans les gargotes pour touriste où on te fourgue du mezze caoutchouteux.

T'es pas surpris, t'avais déjà goûté à la recette, les bleus, par contre, s'étonnent de ce mix fougueux d'éléments folk traditionnels et de dancehall beats.

En route vers la Finlande avec ' Käppee', l'histoire d'un tombeur dont veulent se venger les vieilles femmes du village.

Le slam brasillant de Romane et la virtuosité de ses comparses décident de premiers danseurs à affronter l'astre brûlant pour s'agiter face à la scène.

'Niška Banja' célèbre la fête de l'alcool en Serbie ou Croatie, Elodie a troqué la harpe pour un violon.

Tu dis, Aleksandar?

J'ai même rencontré des tziganes heureux.

Les Sioux sous l'influence de l'alcool étaient également béats.

Enchaînement sur une suite démarrant sur un tempo largo, 'Romano Horo'/ 'Romano Radio'.

La mélopée, avec un violon joué en arpèges, soutenu par une flûte sombre et des battements discrets sur un darbuka, fait place à de sensuelles vocalises orientales, avant d'entendre la voix puissante de Miss Claudel-Ferragui partir en ragga acrobatique.

C'est Stélios qui attire tous les regards pendant l'agité et ethnique 'To Diko Mou Paploma', souffler dans deux flûtes à la fois tient de la performance.

On n'a pas trouvé de traduction pour 'Kalejaka', tant pis qu'alea jacta est, comme le disait Jules.

Hennissements, croassements, craillements, elle est déchaînée, la nana!

Pour John Wayne, un ethno electro groove purulent: 'Naci En Alamo' suivi par le récitatif 'Drama Köprüsü', dominé par les sonorités caractéristiques de la harpe avant de voir la chanteuse s'emparer d'un mégaphone pour souligner son discours.

Au répertoire de Taraf de Haddouks le virevoltant 'Dumbala Dumba' est prévu pour le nouvel album.

'Nakka Mukka' bourdon lancinant, rire sardonique, épisode haletant et ' Amari', un raggamuffin magyar, achèvent ce trip exaltant.

Pas de bis et pourtant Lolomis avait encore droit à 15' de set.

En route vers la Palm Hop Select Stage où un Henri VdB en veine poétique annonce, please, welcome April (Verch) in July.

April Verch qui se tape un aller-retour Ontario/Zaventem/Ontario pour participer au Brosella.

We love Belgium, le chocolat, la bière et le spéculoos.

Sur scène: April Verch ( chanteuse, violoniste et claquettiste) et deux musiciens talentueux: Cody Walters (double bass - banjo 'claw hammer', voice) et Hayes Griffin (guitare, mandoline, voice).

A l'ancienne, ils se partagent un seul micro.

Tu lui donnes 25 ans à April, lunettes maîtresse d'école, sourire lumineux et espiègleries candides, mais la madame a déjà enregistré plus de dix albums, le dernier en date, The Newpart (2015).

Démarrage en force avec le traditional bluegrass fiddle tune 'Belle Election' , violon énervé, guitare furieuse et premier numéro de tap dancing à faire rougir Fred Astaire.

Tout le monde a pigé que ce show sortira de l'ordinaire.

Le fougueux ' Hells Springs' permet aux Amerloques barbus de se défouler avant que la Canadienne n'annonce ' Before I met you', des papes du bluegrass, Flatt and Scruggs. Le banjo caracole, l'archet glisse sur le fiddle, Bruxelles accompagne cet Appalachian tune typique en singalong.

Le larmoyant ' It Makes No Difference To Me ' co-écrit avec Cody est influencé par la country ( Hank Williams, George Jones) qu'écoutait April's daddy.

Le trio enchaîne, après avoir laissé le temps à la mandoline de digérer le jetlag, sur un medley instrumental enivrant 'Midnight Serenade/ Stern Wheeler'.

C'est pas gentil d'applaudir quand Cody annonce, you never clap for my introductions, déclenche l'hilarité, puis le trio attaque le lent 'Cruel Willy' suivi par "Foolish Heart" écrit et chanté par Hayes, un western swing à la Bob Wills.

Comme il se doit la guitare brode tandis que tes pieds battent la mesure alors que tu ne leur avais rien demandé.

'Sandy River Belle' , Julie Andrews et les claquettes...

Great!

Nous sommes invités pour une excursion suédoise avec ' Polska from Kula' avant d'entendre le titletrack du dernier né, la gigue 'The Newpart'.

'It Don't Do Nothing But Rain' ( Lew Childre) commence a capella et pourrait se retrouver au répertoire d'une Emmylou Harris ou Allison Krause.

Place au traditionnel 'Big-Eared Mule', gaffe aux ruades de l'animal, puis vient 'Bring your clothes back home' dominé par la contrebasse.

Vais changer de godasses, vous leur jouez quelque chose, gamins?

Cody et Hayes obtempèrent, une suite 'Spotted pony' et 'Mississippi sawyer' ..

Retour du boute-en-train pour finir le set en beauté par la trilogie "Dusty Miller", "Fiddle Fingers" and "Grizzly Bear".

Une performance brillante exigeant un bis follement applaudi.

Du monde au merchandising.

Double impasse: Zefiro Torna + Frank Vaganée Trio et Quentin Dujardin Trio et Ialma pour revenir à la Theatre Stage accueillant S.A.R.S..

S.A.R.S.?

Société d'Aide aux Rapiats et Smicards?

Un combo serbe, Sveže Amputirana Ruka Satriani!

Et ça signifie?

Свеже ампутирана рука Сатрианиа!

Ah, d'accord.

Genre?

Eurovision, mais la pub disait a combination of pop rock, reggae, blues, jazz and hip hop with the ethnic music of Serbia!

Paraît qu'ils cassent la baraque à Belgrade, Novi Sad, Leskovac ou Čačak!

Déjà 5 albums dans leur escarcelle, le dernier Proleće (2015).

Tout un escadron sur le podium: Žarko Kovačević - Žare: vokal/ Aleksandar Luković - Lukac: gitara/ Sanja Lalić: prateći vokal/ Nenad Đorđević - Đole: bas gitara/ Boris Tasev – Bora: klavijature, harmonika ( on a vu un accordéon)/ Petar Milanović – Pera: trombon, saksofon ( pas sûr qu'il était à Bxl, on a vu une trompette) et Tihomir Hinić – Tile: bubnjevi ( = batterie, en belge).

Tous les regards mâles, enfin presque tous, sont attirés par les longues jambes de la ( très ) séduisante Sanja Lalić, affublée d'une petite robe jaune qui lui sied mieux que le maillot porté par Froome.

On va pas te parler de setlist, tu ne lis pas le cyrillique, mais sache que le menu proposé, une sorte de Srpska kobasica à consommer avec de fortes rasades de slivovitz, ressemblait plus à de la variété balkanic farandole fanfare reggae rock'n'roll qu'à du folk.

Heureusement que Sanja était présente pour nous divertir et sauver la mise

On ajoutera que le guitariste a bien écouté Carlos Santana, que les riffs proposés pendant un blues slave étaient plus qu'honnêtes, que le bassiste s'est mis à singer ' Glory box' de Portishead, on ne lui a pas dit d'écouter Wallace Collection, que pour justifier l'étiquette folk il y avait un accordéon, qu'on a même entendu du Chicago Transit Authority bâtard, du flamenco carnaval et un titre signifiant 'Peace and love'.

Quelconque est le terme le plus gentil proposé par un voisin.

Après 45' de tsoin tsoin on se dirige vers la buvette.

Palm Hop Select Stage: Martha Tilston.

Que fait-on lorsque papa se nomme Steve Tilston et que tu appelais feu Maggie Boyle belle-maman?

Euh, tu te lances dans la chanson.

Bingo, Martha Tilston s'y est mise en 2000 et a enregistré une dizaine d'albums, le dernier 'The Sea' en hommage à l'étendue d'eau salée qui couvre la plus grande partie de la surface du globe.

Grande, charming, dotée d'un sens de l'humour typiquement British et d'un timbre qualifié de one of the purest voice in the folk world ( et ce n'est pas usurpé), Martha débute son récital a capella par le traditonal 'Searching for lambs'.

Déjà des frissons parcourent l'assistance, un rendu magnifique te rappelant Shirley Collins, Maggie Boyle ou June Tabor.

Elle est rejointe par les deux Matt, Matt Tweed ( guitare, basse) qui l'accompagnait déjà au sein de The Woods et Matthew Kelly au violon ou percussions.

L'engagé 'Survival guide' est le premier morceau interprété en formule trio, il te rappelle les plus grands moment de Joni Mitchell.

Bonjour ce soir, elle s'essaye au français, bredouille, sourit, l'assistance est conquise, elle poursuit en nous vantant les mérites et la beauté des Cornouailles où elle est partie s'établir puis propose ' Lovely on the water', encore un fabuleux titre qui se trouvait au répertoire de sa stepmother ou de Steeleye Span.

Tu as l'impression de replonger dans les grandes pages du British folk, ravivant des noms tels que Sandy Denny, John Renbourn, Bert Jansch, Martin Carthy, Nick Jones, John Martyn...

Elle poursuit avec un extrait de 'Bimbling', le nautical 'Seagull' au ton Sheryl Crow.

Tout à son jeu, Martha secoue sa longue chevelure tandis que ses compagnons rockent énergiquement.

Les banques, les bureaux, elles n'aiment pas , la machine à café vous dévide un infâme liquide blafard que tu demandes du café, du thé ou de la soupe, it's disgusting, cette chanson est pour tous ceux ou toutes celles qui veulent s'évader, 'Artificial'.

Elle refile sa guitare à Matthew pour amorcer le jazzy downtempo 'Who turns' puis décide d'enfiler un couple de piano tunes, le premier, 'The Cape'.

Une plage, stones, a cliff, a stunning view... The cape, the coastal path, the waves crashing,

under our feet subsawning shaking cliff...

Une superbe carte postale qui précède une nouvelle ballade 'Firewood'.

Depuis le début du set, un silence religieux règne au pied de la Palm Hop Select Stage, Martha a fait l'unanimité et réconcilie ceux qui avaient fui S.A.R.S. avec la programmation du jour.

Un nouvel emprunt au répertoire de Maggie Boyle, le classique ' Lowlands of Holland' est suivi par la nouveauté 'Nomad Blood', le sang qui coule dans ses veines n'est pas du type casanier.

Elle poursuit en duo avec Matt Sweet, 'Falcon' pour finir en trio avec la plage la plus rock de la soirée 'Good World'.

Le public enthousiaste réclame un bis, Brosella Rik repousse Martha sur scène et Bruxelles a droit à 'Silver dagger' un dernier classique folk.

Pour toi, Brosella folk prend fin après le gig de dear Martha avec laquelle tu as eu l'occasion d'échanger quelques mots, en bas Afenginn a déjà entamé son récital depuis 25', tu laisses à JP le soin de chroniquer leur prestation.

Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 08:06
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015

Le billet de JPROCK :

Comme chaque année en juillet le Brosella folk and jazz Festival pose ses valises sur le site du Théâtre de Verdure près de l’Atomium pour un week-end musical incontournable, devenu un must pour qui apprécie ce genre de musique.
Le samedi est traditionnellement consacré au folk et le dimanche au jazz.
Cette année l’affiche est quelque peu décevante en ce qui concerne la programmation jazz avec peu de noms prestigieux mais du coté du folk (au ses large du terme) on peut sortir du lot Martha Tilston et surtout les formidables Afenginn.

Je choisis donc de prendre la programmation en cours et de débouler au Théâtre de Verdure vers 19h30 histoire d’être présent pour le gig de S.A.R.S. groupe serbe qui officie dans un registre ethnic pop reggae.
Formé en 2006 par Aleksandar Luković "Lukac" (guitar) and Dragan Kovačević "Žabac" (vocals) le band livre une prestation sympathique rehaussée par la présence de la (très) jolie chanteuse Sanja Lalić toute de jaune vêtue.
Musicalement ça ne vole pas bien haut, mais c’est festif et le groupe qui se produit sur la grande scène récolte un bon accueil du nombreux public présent.
Le temps de m’avaler une petite blonde bien fraîche, salutaire par cette chaleur et je prends la direction de la Palm Hop Select Stage pour assister à la performance de Martha Tilston.
Lorsqu’on est la fille du folk singer Steve Tilston et la belle fille de feu Maggie Boyle on est indubitablement sur la bonne voie pour faire carrière.
Et dès ses premières chansons on se doit de reconnaître que la Britannique possède une voix magnifique et une jolie présence scénique.
Lorsqu' elle ne forme pas un duo avec le guitariste Nick Marshall elle enregistre des albums solos au charme indéniable.
Tantôt à la guitare, tantôt au piano la jeune femme nous enchante avec un set sobre et beau totalement adapté à l’intimité du cadre verdoyant qui nous accueille en ce début de soirée estivale.
Retour vers la Theatre Stage où l ‘on s’affaire aux derniers préparatifs pour ce qui constitue le clou de la soirée: Afenginn !
Dès leur entrée sur scène sous les vivas du public on sent que quelque chose va se passer et que le groupe est prêt à en découdre. « How are you there in the woods ! ? « lance Kim Rafael Nyberg le leader charismatique du groupe à une foule toujours plus nombreuse.
Et c’est parti pour nonante minutes formidables au son d’une musique atypique au carrefour entre le gypsy punk, la world music et le folk, ce que le groupe qualifie en fait de « bastard ethno music » .
Difficile de décrire l’impression que l’on ressent à l’écoute d’un tel band en live car on passe avec magie d’un titre atmosphérique et totalement envoûtant sorte de longue improvisation mélancolique à des titres up-tempo totalement irrésistibles, proches du punk et qui vous donnent des fourmis dans les jambes.
Empruntant pas mal de titres à leur dernier et excellent opus « Lux « Afenginn est un très grand groupe live.
Musicalement, on a affaire à des musiciens chevronnés qui maitrisent parfaitement leurs instruments. Violon, batterie, mandoline électrique, clarinette et basse s’emmêlent dans un ballet musical frénétique qui soulève la foule.
Les gens sont debout, ça danse de toute part et au fil du set le band monte en puissance et ponctue ses envolées de moments intenses jusqu’au bouquet final.
Bien sûr la foule en veut plus et c’est avec un long titre atmosphérique que les cinq musiciens prennent congé d’un Théâtre de Verdure enthousiaste qui a vécu ce soir un grand moment de son histoire.
Quelques moments plus tard en backstage le groupe me confie qu’ils ont déjà joué trois fois en Belgique notamment au festival de Dranouter et aussi dans une salle au centre de Bruxelles dont Kim Raphael a du mal à se souvenir du nom.
« La première fois qu’on ajouté chez vous en Belgique c’était il ya dix ans » me confie-t-il . « Mais aujourd’hui dans ce théâtre en plein air le public était au top » .
Le groupe accepte de poser spécialement pour moi sur la scène maintenant déserte pour quelques photos souvenirs et ensuite prend congé et promet de revenir bien vite chez nous mais en salle cette fois.

Afenginn est dans son genre un groupe énorme, un électron libre percutant made in Copenhagen.
A ce jour le groupe a sorti cinq albums que je vous invite à découvrir sans attendre et surtout courrez les voir en concert, cette expérience risque de changer votre vie !

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK

S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
S.A.R.S. - Martha Tilston - Afenginn @ Brosella- Folk Day- Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 07:52
Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015

Charles Eloy.

Zefiro Torna et le Frank Vaganée Trio, un plat consistant en contraste avec les groupes de folk, musiques du monde, de variété pop programmés, témoignant de l’esprit d’ouverture des organisateurs de Brosella Folk and Jazz.

Sur scène, les musiciens du premier groupe de musique ancienne vocale et instrumentale : Juliet Fraser (chant, Royaume-Uni), Didier François (nickel harpa, un instrument traditionnel à cordes frottées d’origine suédoise), Jurgen De bruyn (luth, archiluth, compositions, chants) et ceux du second groupe plus orienté vers le jazz : Frank Vaganée (saxophone alto et soprano, compositions, arrangements), Jos Machtel (contrebasse), Lionel Beuvens (batterie)

Ces musiciens ont fait leurs preuves sur des scènes internationales et interprètent une partie de l’ œuvre de Francesco Petrarca qui a influencé Shakespeare et d’autres grands auteurs.

Vous connaissez Francesco Petrarca ?

Exact, il a fait l’ascension du mont Ventoux durant ses périples en France? Il n’est pas un contemporain du cycliste Eddy Merckx, surnommé « Le Cannibale ». Franscesco portait des sandales et a peut-être inspiré le groupe d’humoristes britanniques Monty Python (film :Monty Python’s Life of Brian, séquence de la sandale)

A-t-il dansé sur le pont d’Avignon. Non, Franscesco Petrarca, en français, Pétrarque (1304-1374) s’ est attaqué aux cardinaux français d’Avignon et il n’ était certainement pas en odeur de sainteté au risque d’ être chauffé au bois du bûcher.

Pétrarque, qui compte parmi les premiers grands auteurs de la littérature italienne a écrit un recueil de 366 poèmes et sonnets intitulé « Canzoniere » qui contient une poésie mettant en vers son amour pour Laure. Pétrarque eut un coup de foudre pour Laure de Sade, épouse du Marquis de Sade. Un amour qui a toujours été platonique suivant les règles de l’Amour courtois, la façon réglementée de tenter de séduire une femme de qualité sans l’offenser et en récitant des poésies au Moyen Age. Les temps sont durs pour les troubadours. Essaye de gratter une guitare et de chanter une canzona italiana de Eros Ramazotti sous un balcon. Les tomates, les pots de fleurs ou la police pour un constat de nuisances sonores t’attendent.

Quelques morceaux pour illustrer.

« Voi Ch’ascoltate in Rime sparse » : composition de Sigismondo d’India (fin de la Renaissance), arrangement de l’ensemble. La voix cristalline de la soprano d’avant-garde londonienne Juliet Fraser annonce la série des sonnets et poèmes réjouissant les uns et sonnant les autres. - « Lo canterei d’amor si novamente » composition de Capriano deRore, pour laquelle Frank Vaganée écrit les arrangements.- Les compositions de Capriano de Rore, J. de Bologna, Franz Liszt, Els Van Laethem et Schönberg sont superbement arrangées par Frank Vaganée. - « Zephiro torna , e’l bei tempo rimena » : musique de Claudio Monteverdi et dernier morceau du concert.- Mon voisin italien traduit « Zéphir revient et le beau temps ramène……. et fleurs et l’herbe, sa douce famille, les gazouillis …. Les prés rient…. » Merci pour la traduction. Entretemps, les douces familles, sous un soleil de plomb, ont quitté les chaises et l’herbe pour se réfugier à l’ombre des arbres. Mon voisin italien me chante en français les mots de l’apothéose musicale « et chez les belles dames, honnêtes et suaves qui ne me sont d’un désert » Un vrai fan de Pétrarque.

Certains membres de public sont d’avis que ce genre de prestations convient mieux à une salle de concerts. Brosella Folk, c’est une ambiance familiale avec les enfants turbulents dans l’espace du Théâtre de Verdure et les oiseaux gazouillants dans les arbres. Les avis sont partagés, Pétrarque a beaucoup voyagé et ses périples à travers les forêts lui ont inspiré « Canzoniere ». Nos Ardennes pourraient convenir à « Zefiro Torna et Frank Vaganée Trio » afin d’interpréter dans les conditions d’inspiration de Pétrarque. Pensez aux sangliers, aux cerfs, écureuils, aux chauves-souris, aux vipères, aux sangsues,……

Quentin Dujardin Trio et Ialma (BE & ES)

Quentin Dujardin Trio: Quentin Dujardin (guitare), Olivier Hernandez (harmonica chromatique),Boris Schmidt (contrebasse), Didier Laloy (accordéon diatonique), Fred Malempré (percussions).

Ialma: Verónica Codesal, Natalia Codesal, Magali Menéndez, Marisol Palomo (chants et percussions).

Suite à leur rencontre lors de l’écriture de la bande originale du film « Compostelle, le chemin de la vie », les deux groupes décidèrent de collaborer. Le titre « Compostela », chanté par les Galiciennes d’ Ialma est repris sur l’album de Quentin Dujardin participant activement au projet Carmino d’ Ialma.

Les chanteuses sont fières de leur identité, la terre de leurs ancêtres étant une intarissable source d’ inspiration et possèdent une grande ouverture musicale développant des thèmes proches de leurs sensibilités. Elles ont le sens de la fête et le public participe activement en frappant dans les mains ou claquant des doigts.

Certains auraient préféré que Quentin Dujardin soit plus présent durant le concert, mais j’ai l’impression qu’en qualité de musicien et directeur artistique, il s’est mis humblement au service des chansons sans aucun trip égocentrique. Didier Laloy à l’accordéon diatonique habitué aux collaborations dans différentes formations apporte des couleurs au répertoire d’Ialma.

A la demande des chanteuses, le public bon enfant ne se prive pas d’accompagner avec les mots du refrain « Ilala » de la chanson « Compostela »

Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Zefiro Torna & Frank Vaganée Trio/ Quentin Dujardin Trio & Ialma au Brosella Folk - Théâtre de Verdure- Bruxelles- le 11 juillet 2015
Repost 0
Published by charles eloy - dans Concerts
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 07:06
Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015

Tu préfères t'en jeter une à l'Excelsior au lieu d'assister aux allocutions données dans la Raadhuis à l'occasion de la Feest van de Vlaamse Gemeenschap.

Radio Modern est mandaté par Jette Stream pour se charger de l'affiche musicale et des diverses animations ( un beauty boudoir et une danceclass pour amateurs), le band étant prévu à 19h ( douce illusion).

Dj Mensch, Erger Je Niet doit amuser le bon peuple en attendant le live de Slick Nick and The Casino Special.

OSWALD MORIS (Qali Data, SPECTdRUM, Renkin6, Radio Scorpio) et SELECTOR - Z (Risin' Culture) s'attellent à la tâche avec brio.

L'initiation à la danse est menée par Sep Vermeersch qui a bien du mal à rameuter des candidats, après un numéro de racolage digne de la Petite Rue des Bouchers, il réussit toutefois à embrigader une vingtaine de challengers se déhanchant sur le backbeat 'I just wanna make love to you' version Etta James, ensuite vient Freddie King et ses blues charnels avant de se taper du rock avec Chuck Berry et finir sur le génial Wynonie Harris - 'Lovin' Machine' et 'Rip it up' du brave Bill Haley.

Nouvel intermède Mensch, Erger Je Niet tandis que Slick Nick and The Casino Special soundchecke.

20:00, het kan beginnen..

Comme il se doit une courte intro sans le petit Slick Nick.

Facebook annonce le line-up suivant: Jan Schaeken: tenor saxophone, Bart Geysels: baritone and alt saxophone, Michel Van den Bosch: guitar, Christophe Foulon: piano, Johan Kaers: double bass et Jerry Van den Wyngaert: drums, sont tout beaux dans leur costard retro, Nico Dukony rapplique après une minute, la troupe pousse sur le champignon, pas de travaux sur la place, ni de trajectcontroles, volle gas avec 'Rip it up'.

Pas difficile de comprendre que Nick et ses gonzesses sont invités un peu partout ( Peer, Hoeverock, Fonnefeesten, OLT Rivierenhof...) leur savoir-faire n'a d'égal que leur bonne humeur.

Plus de dix couples ont envahi la place et se démènent généreusement, leur exercice ne prendra fin qu'avec les dernières mesures du concert.

Jette are you in the mood to have a party?

Well, 'Let's have a party'!

Un piano sautillant, une section rythmique dynamique, un guitariste flingueur à ses heures perdues, des saxophonistes surchauffés, toute une clique menée par un entertainer hors-pair, pas étonnant que les Jettois aient sorti leurs dancing shoes qui traînaient dans le grenier.

Are you ready for the 'Manneken Pis Boogie'?

Envoie, petit!

On se calme avec un crooning tune, 'Midnight flyer', écoute la version de Nat King Cole, tu en resteras baba!

Une plage que tu peux entendre sur sur leur album ' All Aboard', 'My honey' de Dolly Cooper, un jump r'n'b remuant, précède la gypsy romance ' Guitar Gitan', mettant en évidence le jeu racé de l'homme des bois, Michel Van den Bosch.

Elle est comment ta nana?

'My gal is red hot'.

Confidences, mon copain Johnny, celui qui est né dans la rue, préfère les hamburgers aux moules et aux caricoles.

On s'en tape, Nick, joue!

Comme tu veux, un singalong au refrain Cheyenne, 'Be mine'.

Sur la piste quelques joyeux(ses) ancêtres s'en donnent à coeur joie.

Le collant 'There's Been Some Lonely, Lonely Nights, ( Earl King, BB King, Dr John, Johnny Guitar Watson l'ont tous interprété) inspire Brenda qui s'avance vers toi.

T'es gentille, maske, mais c'est le ramadan, peux pas danser, mais tu peux m'offrir une Jupiler.

Jette, shake anything you want, this is 'The Chicken Shack boogie' d'Amos Wilburn.

Face au podium, deux ou trois acrobates travaillent sans filet, tandis que Foulon a failli se fouler les phalanges en tapotant les touches.

Ambiance face au fritkot.

Le standard swing de 1955, 'You got me reeling and rocking' ( Roy Milton), ne va pas calmer les ardeurs.

Jive, baby, jive!

Bart Geyssels, c'est le paresseux de la troupe: non, Nick, pas de solo, fait trop chaud, demande au piano.

Feignasse!

'Move it on over' autrefois un country de Hank Williams, met le feu, Nick, même taille que Sarkozy avec hauts talons, se paye une promenade parmi les remuants tout en chantant sans micro.

Move it on over, ket!

Un cousin de Bart, demi-frère de Bourgeois, tu connais pas le Vlaamse Leeuw?

Réaction, 'Love me right' ... I'm yours in every way
I'll do anything you say
I'll be yours till the end of time
as long as you love me when the clock strikes nine ..

Suis pas de la pédale, qu'il répond!

Fabriquée dans mon garage, 'Loving machine'.

Consommation?

Pas plus qu'une Buick.

Tu dis, Jan?

Il y a petit vent coquin, ce soir, il soulève les jupes.

'Let the four winds blow' pour rafraîchir davantage l'atmosphère.

Présentation des artificiers, suivi par le fantastique 'Honey Hush', ses yakety-yak et ses hi-ho silver.

Toutes les bonnes choses ont une fin, braves gens, heureusement il y a batman.

'Batman to the rescue' emprunté à Lavern Baker.

Si Batman ou Catwoman font faux bond il te reste Nick Slick and the Casino Special, un remède idéal contre la mélancolie, pas besoin d'antidépresseurs, pas de contre-indications, à prendre avant, pendant et après les repas.

Une performance de 60' aussi énergique que réjouissante.

You want some more?

Yeah!

Celle-ci est pour toutes les belles femmes dressées ( sic) en rouge.

Le rockabilly qui tue 'Red hot mama'!

La soirée se poursuit, sans toi, avec les pépites distillées par Mensch, Erger Je Niet!

Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015
Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015
Jette Stream - Radio Modern featuring Slick Nick & The Casino Special - Place Cardinal Mercier- Jette- le 10 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 06:32
Jens Clemens, Sänger von Seelenzorn, ist tot!

Seelenzorn, le groupe de Industrialmetal, Gothicrock, NDH, Synthiepop de Darmstadt signale le décès d'un de ses formateurs, le chanteur Jens Clemens.

Sur la page facebook on peut lire:

Nach langjährigem Kampf ist unser Freund, Sänger und Kopf von Seelenzorn am Donnerstag den 09.07.2015 im Krankenhaus seinem Herzleiden erlegen.
Auf www.seelenzorn.com wurde ein Kondolenzbuch errichtet. Wer ihm, oder seinen Angehörigen noch etwas hinterlassen möchte, kann dieses dort tun.

Les fans peuvent laisser un mot dans le Kondolenzbuch qui a été ouvert sur le site du groupe.

Le dernier effort discographique du band, 'Töte alles', date de 2009.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents