Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 11:11
Une des figures emblématiques de la musique gnaouie vient de disparaître, Mâalem Mahmoud Guinia.

Mahmoud Guinia s'est vu accoler l'étiquette Maâlem, un maître en matière d'art, pour sa virtuosité incomparable dans le maniement du guembri.

Le natif d'Essaouira était non seulement considéré comme un artiste essentiel au Maroc mais durant sa longue carrière il a collaboré avec de grands musiciens occidentaux tels Carlos Santana, Adam Rudolph, Will Calhoun, Pharoah Sanders, Bill Laswell ou Peter Brötzmann.

Des concerts avec Daby Touré ( Mauritanie), Aly Keita ( Côte d'Ivoire) ou Ayo ont enflammé le public.

Sa discographie est difficile à répertorier, les spécialistes recommandent Mâalem Mahmoud Guinia.with Pharaoh Sanders, ' The Trance of Seven Colors'.

Le maître s'est éteint le 2 août.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 20:26
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015

Charles Eloy.

Deuxième journée duRonquières Festival. La météo est identique à celle d’hier. La vague de chaleur persiste. Profitons de l’ été.

Rouge United

Rouge United, le groupe, fondé en 2011 et composé de la chanteuse néerlandaise JC Wardenaar à la voix rock cassée et de trois musiciens, nous offre un cocktail détonnant de mélodies pop, mais avec un son rock.

Le groupe a tourné essentiellement aux Pays-Bas. Il a gagné des prix et est passé à la radio nationale. Il est également lauréat du concours « L’Envol des Cités » , province du Hainaut.

Le public est interpellé de suite par ce groupe avec une attitude rock qui n’a pas été pistonné par les amis des amis , mais qui a forgé sa réputation et travaillé avant de venir conquérir la Belgique.

Une excellente ouverture et découverte pour la deuxième journée du festival.

Antoine Chance

Antoine Chance, fils de ……… a plus d’un chat dans son sac. Wat een Gelu(c)k.

Une coïncidence. Il porte un polo rayé marin pour prendre possession de la scène TRIBORD accompagné de quelques musiciens. Ensuite la section cuivres les rejoint.

« Paradis en enfer » : Antoine demande au public de l’accompagner. De suite, un chœur de luxe composé de plus de mille participantes résonne sur une centaine de mètres.

Extraordinaire, ce spectacle. Quelques titres de son répertoire : Qui sais, Qu’est-ce qu’il nous faut, Les nuages

Les tickets du dimanche étaient les premiers à être sold-out. Les familles en voulaient pour leur argent. En comparaison avec la journée d’hier, je remarque que les festivaliers se sont pointés très tôt.

Des espaces pour enfants sont prévus (châteaux gonflages, jeux, …….)

Talisco

Un grand cru bordelais.

En effet, Jérôme Amandi (Talisco) est né à Bordeaux.

Il s’aventure dans le folk rock américain. Quelques touches de touche de trip hop et des nappes d’ électro garnissent les arrangements. Son concert est une invitation à l’évasion. Il a sorti un album, intitulé « Run » en 2014. Un écorché vif dans son inspiration nous transportant dans différentes ambiances. Sa musique est millimétrée et efficace et paradoxalement laisse de la place à la fantaisie et des expérimentations sonores hétéroclites. Talisco a le secret de tenir en haleine un public hétérogène.

Kadebostany

Un groupe que nous retrouvons à de nombreux festivals. Il a le talent de mélanger des styles musicaux différents. Le spectacle est bien en place et amuse le public.

Ce groupe s’est créé une république imaginaire « Kadebostany » entre des autochtones suisses et les sièges sociaux des multinationales privilégiant l’évasion fiscale.

De l’électro, une guitare incisive, la chanteuse Amina qui effectue des acrobaties, les cuivres avec des sonorités de fanfare, un cocktail nous surprenant durant le concert.

La musique klezmer, les fanfares balkaniques, la French Touch, le hip-hop, le pop fédérateur et populaire , des touches orientales, l’électro orchestral nous invitent à un voyage dans la république du Kadebostany.

Great Mountain Fire

Le groupe qui suit Kadebostany doit assurer.

Les musiciens de Great Mountain Fire avec leur look improbable y mettent toute leur énergie. Les musiciens changent souvent d’instruments créant une activité constante sur la scène. Ils en profitent pour faire connaître leur nouvel album Sundogs rempli de pop psychédélique moderne qui groove.

Frero Delavega.

Le duo, composé de deux musiciens-chanteurs, Jérémy Frérot et Florian Garcia, dit Florian Delavega, accompagné de leurs musiciens sont heureux d’être sur une scène belge. Ils savent de quoi ils parlent. Le public belge est ouvert comparé à celui de l’Hexagone. Nos gars sympathiques sont chaleureusement accueillis.

Après avoir bénéficié de l’effet du « noice » en participant à la troisième saison de The Voice, ils ont sorti un album.

Sur scène, c’est un récital de ballades rafraîchissantes, une ambiance sans prise de tête. Le tout convient à l’esprit festif de ce festival.

Quelques chansons sont des perles, suivies d’autres d’une simplicité banale répétitive et parfois je décroche. Sous le soleil de plomb de fin d’après-midi, je n’ai aucune envie de réfléchir.

Jacco Gardner

Le perroquet Jaco est le meilleur parleur parmi les perroquets et le plus vendu en France.

J.A.C.O : Julien Animaux de Compagnie et d’Ornement. L’univers animalier au service des particuliers et des professionnels.

Ne cherchons plus. Le présentateur le présente comme un ovni.

Jacco Gardner est un multi-instrumentiste néerlandais qui s’essaie au chant. Nous écoutons de la musique néo-psychédélique et pop baroque des années ’60 avec des références à Pink Floyd. Son dernier album « Hypnophobia » est sorti en mai 2015.

Les uns crieront au génie, d’autres le traiteront de faussaire.

Je constate uniquement que le public, dans une totale indifférence, déserte l’espace devant la scène et se prépare pour le concert de Kyo.

Jacco Gardner, l’ ovni est passé et très peu de personnes l’ont remarqué.

Jacco, tu n’auras pas le droit ce soir, ni aux tomates, ni aux cacahuètes.

Ayant un petit besoin pressant, je constate qu’il est impossible de joindre les toilettes destinées au grand public et de traverser la foule dense qui migre vers le concert de Kyo.

Un bénévole me renseigne. Je cours vers un bâtiment. Arrivé de l’entrée de celui-ci, un agent de sécurité contrôle mon bracelet sur lequel il est noté le numéro 5 (presse/photo). Il me dit : » les toilettes sont réservées aux numéros 11 et 12, les artistes » Il fait correctement son travail.

Désespéré, je retourne vers l’arrière d’une scène et découvre une toilette. Youpi, un endroit sans interdit dans lequel je n’ai pas besoin de numéro pour contribuer à respecter un festival écoresponsable et durable.

Kyo

Le présentateur, animateur d’une radio connue en Belgique kiffe pour Kyo.

Il y a dix ans , il a fait une interview avec Kyo. A cette époque, il avait quatorze ans et cela le marquera à vie.

Notre groupe, le phénomène variété pop/rock de la fin des années 90 en quête de la jeunesse éternelle commence à s’adresser à plusieurs générations.

Le répertoire enchaîne les nouveaux (L’équilibre, Poupées russes, Le Graal) et anciens titres (Contact, Dernière Danse, Je cours, Le chemin) afin de satisfaire les fans de la première heure et les nouveaux venus. La dynamique est bien maintenue avec une alternance entre ballades et des chansons avec un tempo plus accéléré.

La musique pop rock avec des touches d’électro semble plaire au public. Un retour triomphal pour Kyo après plus de 8 années d’absence.

Christophe Willem

Christophe Willem est un showman. Il s’adresse régulièrement au public.

Anecdote. Il dit « le public belge n’ a pas besoin de boire pour s’amuser. Enfin, j’en vois quelques-uns »

Il est sur scène avec un claviériste et un batteur. Il nous chante des compostions originales et des reprises ‘Superstition'- ' Sunny'

Je remarque que les organisateurs ont songé à insuffler un peu de vie à ces constructions industrielles grises. Des projecteurs dessinent des bulles oranges qui semblent monter et descendre de la grande tour. Pour information, les ascenseurs hydrauliques du plan incliné de Ronquières, unique au monde, sont classés au Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Les premiers étages des bâtiments sont ornés de leds rouges et bleus.

Shaka Ponk

Un groupe qui a travaillé plusieurs années afin de faire accepter leur concept musical et visuel.

Quelle explosion d’énergie !

Fra, le chanteur saute et se laisse transporter par le public.

Le groupe a déjà interrompu une tournée suite à une blessure à la jambe (ligaments arrachés, ménisque explosé, tibia brisé). Fra est un drogué de la foule. Il continue.

Ensuite la chanteuse Samaha reprend le flambeau.

Les chansons mélangeant électro-rock, punk, metal, funk, hip-hop, rap s’enchaînent.

N’oublions également non plus l’effet visuel avec la mascotte Goz, partie intégrante du groupe Shaka Punk qui apparaît sur un écran derrière la scène.

La fatigue d’une ou deux journées de festival commence à se faire ressentir. Une minime partie du public commence à quitter afin d’éviter les problèmes de circulation.

La singularité de Ronquières festival. Une tête d’affiche est programmée pour les deux journées : dEUS et Shaka Ponk. Hormis ce fait, les groupes émergents et plus connus sont mélangés.

Cela oblige les festivaliers à découvrir d’autres artistes et styles musicaux.

La quatrième édition de Ronquières Festival est une réussite complète.

photos: Dominique Parein.

et Jean-Marc Piérard

Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Ronquières Festival - Seconde journée - le 2 août 2015
Repost 0
Published by Charles Eloy +Dominique Parein + Jean-Marc Piérard - dans Concerts
commenter cet article
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 08:27
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015

Le billet de JPROCK :

Incontestablement lesLokerse Feesten occupent aujourd'hui une place de choix parmi les meilleurs festivals de Belgique.
Organisation sans failles, parking aisé, système de navettes pratique qui conduit les spectateurs de leur lieu de parking au site, infrastructures au top, service de sécurité impeccable et backstage agréable et fonctionnel, tout est réuni pour que le spectateur lambda profite au mieux de l’affiche.
Et chaque année celle ci est hétéroclite et variée et en propose pour tous les goûts.
Aujourd’hui c’est la journée métal et une fois de plus le line-up est plus qu’attractif.

Début des hostilités prévu à 16h15 avec SKINDRED que je n’ai pas vu car pour moi la journée débute avec la prestation d’Epica.
Le groupe de métal symphonique néerlandais formé en 2002 par le guitariste Mark Jansen est fidèle à lui même et interprète ses excellentes compos devant une foule déjà bien compacte.
Simone Simons balance sa chevelure de feu au rythme des riffs et démontre à qui ne le saurait pas encore qu’elle est une excellente chanteuse.
EPICA peut être gratifié d' une bonne prestation sans surprise mais bien agréable.
Place ensuite à nos amis de CHANNEL ZERO.
En ce qui me concerne je trouve que le line-up actuel de Channel est le meilleur que le band n’ai jamais eu.
Franky De Smet Van Damme est impérial dans son rôle de frontman-monsieur loyal qui harangue la foule et arpente la scène de long en large les cheveux plaqués sur le visage par la sueur.
Derrière lui Tino De Martino , Mikey Doling et Chris "Seven » Antonopoulos assurent comme des chefs.
Certains reprochent à Mikey un coté quelque peu effacé sur scène mais perso ça ne me dérange pas, le gratteux est super efficace et le son Channel Zero diablement puissant.
Du bon boulot, un set 100% energy comme à chaque fois, Channel c’est LA valeur sûre du métal belge, un point c’est tout.
Bravo les gars, une fois de plus vous avez été grands !

Le soleil brille toujours de ses mille feux sur le site du festival lorsque Zakk Wylde fait son entrée en scène avec BLACK LABEL SOCIETY.
Véritable machine de guerre BLS dévaste tout sur son passage.
Soli imparables d’une virtuosité à toute épreuve, rythmique lourde à vous secouer les tripes, BLS c’est LE band heavy métal américain par excellence.
Quel spectacle de voir Zakk torturer sa guitare sur laquelle vient pendre sa longue chevelure trempée et de le voir se cogner le torse à coup de poings entre deux solos rageurs.
Ce mec est une légende, un guitar-héro unique en son genre doublé d'un bon chanteur qui vit pour sa musique et pour le rock.
Quand je le vois sur scène je ne peux m’empêcher de repenser à cette après-midi passée avec lui dans Bruxelles il y a bien longtemps au sortir d’une séance de dédicaces dans un magasin bien connu de Bruxelles et qu’il avait ponctué par un showcase acoustique avant un concert électrique avec Pride and Glory le soir au Biebob de Vosselaer.
Un type formidable et terriblement doué, un colosse à l’incroyable gentillesse.
Merci Zakk, ce soir encore tu nous as tués !

Le soir tombe sur les Lokerse Feesten lorsqu' une voix annonce ROB ZOMBIE.
Il est 22h passé de quelques minutes lorsque notre homme déboule sur les planches coiffé de son Stetson et vêtu d’une veste à longue franges flanqué de ses acolytes John 5 ( vous savez ce guitar-hero qui a bossé avec Marilyn Manson ! ), Piggy D. et Ginger Fish. Et c'est parti pour le gros show !
Rob Zombie on stage c’est un incroyable barnum musical inventé par un mec féru de cinéma d’horreur, qui officie aussi en tant que scénariste et réalisateur de films.
Dans ses influences Zombie cite entre autres Alice Cooper, Black Sabbath, Kiss, Mötley Crue et les Ramones.
Et il ne se prive d’ailleurs pas de mettre au menu de ses prestations live quelques covers de derrière les fagots qu’il transforme en hymnes métal à sa sauce.
Ce soir on a droit au « Blitzkrieg Bop » des Ramones, à « School's Out » d’Alice Cooper et à une version étonnante du « Sex Machine » …de James Brown !
Rob Zombie ose tout, tape dans la démesure et nous balance un show monumental qui nous arrache de notre vie de tous les jours pour nous emmener dans un univers inquiétant qui lui ressemble.
Monstres, personnages étranges, bandes sons tirées des films d’horreurs des années cinquante et soixante, riffs implacables qui émanent de la guitare outrancière de John 5, le spectacle est total et même les ballons sont de la partie.
Inutile de dire qu’avec ce show Rob Zombie a mis le public à genoux, il faut dire que Zakk Wylde avant lui avait déjà bien commencé le travail.
Il est 23h20 lorsque les quatre musiciens de Rob Zombie saluent une dernière fois la foule et que je décide de quitter le Grote Kaai direction Bruxelles.
Pour le publie la fête n’est pas finie puisqu' à 23h45 c’est Soulfly qui montera sur scène pour clôturer une journée qui jusqu’ici a tenu toutes ses promesses.

Bravo aux groupes et aux organisateurs , des affiches comme celle ci on en redemande et vous pouvez nous en servir tous les ans, on adore ça !

Texte et photos : Jean+Pierre Vanderlinden aka JPROCK- THE DARK FEATHER.

Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Lokerse Feesten - Day 3 - Lokeren- Grote Kaai - le 2 août 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 14:53
Colline Hill + Blemzia @ Louvain-La-Plage - Grand Place de Louvain-La-Neuve - le 1 août 2015

Pour la huitième édition de Louvain-La-Plage, le dernier concert programmé par les

Soirées Cerises annonce Colline Hill et Blemzia.

Après t'être garé sous la place, pas moyen de faire autrement et c'est pas gratuit, tu viens prendre le pouls en surface, un immense bac à sable où les gosses jouent au ballon, les coconut trees servant de poteaux, le ciel, bleu en ce premier jour d'août, remplaçant la barre transversale, tandis que les jeunes mamans se prélassent allongées sur un transat.

Ce n'est ni l'affluence d'un samedi estival à Blankenberge, ni un fiasco total pour les cafetiers locaux.

20:30, Colline Hill prend place sur le mini- podium, branlant, installé dans un coin du bassin.

woho woho

woho woho

Je l'ai vue près d'un laurier elle gardait ses blanches brebis,

quand j'ai demandé d'où venait sa peau fraîche elle m'a

dit,c'est d'rouler dans la rosée qui rend les bergères jolies!..

Oui, Joe, elle a sifflé, pas sur la colline, dans le sable, mais bon là n'est pas la question, ça faisait un bout de temps que ta route et celle de Blandine Coulet, la Bretonne installée à Liège, ne s'étaient croisées.

Depuis, un successeur à 'Wishes', sorti en 2012 et épuisé, est prêt à se vendre, la sortie officielle de ' Skimmed' est prévue pour le 21 septembre. L L N entendra plusieurs nouvelles compositions ce soir.

Sinon la release party aura lieu le 09 octobre au Centre culturel de Chênée.

Le set débute avec le désormais classique 'By You', tu avais oublié combien son phrasé était impeccable et ses mélodies imparables.

Telle une légère brise décoiffant les chevelures des estivantes, la mélodie vient caresser les pavillons auditifs.

Une première nouveauté, le mélancolique 'To die like a king', nous laisse entendre que le second disque sera celui de la maturité.

Pas de profonds bouleversements, le fond reste d'inspiration indie folk/americana et l'authenticité est toujours au rendez-vous.

Elle embraye sur 'The Greatest' qui n'est pas un emprunt à Chan Marshall mais également un morceau prévu sur 'Skimmed'.

Avec le mouvementé et catchy 'From Now' on revient en terre connue, les plagistes rythment la mélodie en battant des mains avant de reprendre le refrain en choeur.

Sur l'album, 'Someone left before me' est décoré de lignes de guitare électrique pointues, même sans l'apport d'une formation complète le titre enjoué séduit les masses.

Avec 'She believes in me', à rapprocher des meilleurs Natalie Imbruglia, on retombe en mode ballade tonique.

Avant de nous présenter les deux nouveautés suivantes ( 'Old Flame' ( à vérifier) et l'intimiste ' Random kies'), Colline nous rappelle les noms prestigieux dont elle a eu le bonheur d'assurer l'avant-programme: America, Peter Cincotti ou Crosby, Stills et Nash.

Cohen, Dylan, Baez, Johnny Cash sont les artistes qu'elle écoutait adolescente, la seule reprise de la soirée sera le 'Ring of fire' du Man in Black.

La fausse fin en a dérouté plus d'un et Christian aux manettes, d'une manoeuvre malhabile, a créé un blanc de 3 secondes lors du moment le plus intense.

Il a eu droit à un beau sourire.

'But in my days' et ses acrobaties vocales met un terme à ce set de 50' fort apprécié.

Blemzia.

Ton accordéon me fatigue Yvette

Si tu jouais plutôt de la clarinette

Oh, Yeah !...

Antoine n' y connaissait rien à la musette même si un jour il s'est acoquiné avec Georgette, il n'avait qu'à devenir Globe-Flotteur!

Donc Blemzia, c'est trois poulettes, elles vont détester, qui font de de la musette.

Oui, mais pas de la désuète, faut pas confondre ces suffragettes avec des nonnettes ou des catherinettes insatisfaites, elles pratiquent l'art du second-degré et du délire poussé à l'extrême tout en maniant accordéon diatonique, violoncelle ou saxophone soprano comme des chevronné(e)s.

C'est pas qu'elles ont l'intention qu'un fossoyeur les mette dans le trou, mais leur slogan sonne:

J'veux qu'on rie

J'veux qu'on danse

J'veux qu'on s'amuse comme des fous..

La plus dingue, c'est une grande bringue dont la carte d'identité indique Lila Gion, sa copine au sourire éclatant, la Mancelle Hélène Cusson jongle avec un piano à bretelles et puis tu as la sérieuse, la classique, Florence Sauveur au violoncelle.

Lila nous signale que la formule trio c'est pour les budgets modestes, la formation existe en formule bienvenue chez les bourgeois friqués, elle compte six éléments et sera en résidence à la Maison de la Création.

' Le bal des gueules cassées' ouvre.

Inspiré par le roman de Guillaume Prévost?

Aucune idée, fieu, mais je te défie de ne pas taper du talon pendant cette valse musette au ton Emile Zola.

'Puta Gris' soutenu par un violoncelle sombre démarre gravement, mais bien vite le ton change et c'est la Mano Negra en jupon que ton cerveau entend.

Un lift?

On prend ' L'Autoroute', je te préviens elle passe pas l'quatre-vingts ma traction.

Pas grave, on aura le temps de contempler le paysage.

Les plus perspicrasses d'entre vous auront constaté que nous ne sommes pas toutes Belches, d'ailleurs la seule autochtone c'est soeur Sourire, on vous chante 'Paris', un tango rive gauche.

Sortez les robes de soirées, le complet veston, pantalon, gilet, cravate, pochette, direction les ' Soirées Mondaines'.

Y aura de la bière?

Of course et des caricoles, tu restes ici pour surveiller le chat!

Depuis trente minutes t'arrêtes pas de rire, ces nanas pétillantes sont le remède idéal pour soigner cafard et mélancolie.

' L'étui' est dédié au gars qui jouait du violon en rue dans l'indifférence générale, il est suivi par une carte postale sépia montrant un Paris lointain, 'La patronne de café'.

Oui, elle ressemble à Arletty, oui tu peux parler de réalisme poétique.

'Les Prostidiennes'.

Les filles d'Alain Prost?

Ne cherche pas, mec, t'as des prostituées, des comédiennes et forcément des prostidiennes, ce titre nous a été inspiré par votre Théâtre National dont les rues avoisinantes sont peuplées de péripatéticiennes peu farouches.

Musicalement les filles brassent large, de la valse, du tango, du klezmer, du jazz aux saveurs Sydney Bechet, du folk, du quartier latin style Patachou ou Catherine Sauvage, t'as jamais le temps de t'emmerder, elles surprennent constamment.

' L'hymne à la nuit' se termine, Lila apostrophe un brave quidam, eh, toi, t'as pas applaudi, t'es pas sympa, c'est parce qu'on est des filles ou quoi, le pauvre hère s'empourpre avant de battre timidement des mains.

Schadenfreude?

Mais non, ni remords, ni regrets...

Salope!

Attention, l'heure de la révolte a sonné, les femmes libérées debout sur les barricades, poings levés, hurlent 'Saxodéon' façon rap sexiste.

Ce concert haut en couleurs se termine avec l'ode à ' La Famille'.

Avec Blemzia la vie est loin d'être un long fleuve tranquille!

Colline Hill + Blemzia @ Louvain-La-Plage - Grand Place de Louvain-La-Neuve - le 1 août 2015
Colline Hill + Blemzia @ Louvain-La-Plage - Grand Place de Louvain-La-Neuve - le 1 août 2015
Colline Hill + Blemzia @ Louvain-La-Plage - Grand Place de Louvain-La-Neuve - le 1 août 2015
Colline Hill + Blemzia @ Louvain-La-Plage - Grand Place de Louvain-La-Neuve - le 1 août 2015
Colline Hill + Blemzia @ Louvain-La-Plage - Grand Place de Louvain-La-Neuve - le 1 août 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 11:02
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015

Charles Eloy.

Le Ronquières Festival se déroulant du 1 au 2 août 2015 est sold-out avec 32.000 festivaliers. Il accueille les artistes sur les scènes à bâbord et tribord du Plan incliné de Ronquières, un ascenseur à bateaux sur le parcours du canal Bruxelles-Charleroi. Tribord est le côté droit d’un navire, bâbord est l’autre bord dans le sens de la navigation d’un bateau.

Quand vous venez de Braine-le-Comte qui est en aval du Plan de Ronquières, vous devez inverser, le tribord se trouve à votre gauche et le bâbord à votre droite.

Le temps est clément et les festivaliers profitent doublement de la musique et de soleil.

J’ai pris la précaution de lire la notice pour l’application du produit solaire. Il faut appliquer 2 mg de crème solaire afin de respecter l’indice de protection.

Gonzo

13 :20 : Un groupe bruxellois débute les hostilités et remercie le public d’être venu tôt.

Des musiciens chevronnés, issus de groupes (Saule, Fugu Mango, Clare Louise) décident de créer Gonzo, qui reprend des influences de musique californienne, Beastie Boys. Des mélodies qui accrochent. Sur scène, ils dégagent une énergie qu’ils puisent dans le cocktail qu’ils ont composé avec des éléments de rock, hip-hop, country, rockabilly, punk, afro-beat et autres goûts de genres musicaux. En fin de compte, le cocktail musical qu’ils offrent ne permet pas d’en goûter les différentes saveurs. Leurs inspirations me semblent avoir été utilisées dans leurs précédents groupes.

Dario Mars and the Guillotines.

Mon collègue Michel a rédigé une chronique élaborée du concert de Dario Mars et the Guillotines lors de leur prestation le 11 juillet à Bruxelles-Les Bains. Je vous conseille vivement de la lire. Je n’ai rien à ajouter et confirme que Dario Mars and the Guillotines sont des bêtes de scène. Le Ronquières Festival donne l’opportunité à la chanteuse Bineta Saware de se dévoiler comme une tigresse dans sa splendeur vocale et visuelle pour le plaisir du public.

http://concertmonkey.be/reports/dario-mars-and-guillotines-bruxelles-les-bains-bruxelles-le-11-juillet-2014

L’Entourage

Des artistes regroupés dans un collectif, influencés par le rap new-yorkais circulent sur scène, nous offrant des mélodies entrainantes, à mon humble avis, trop monotones. Le festival est gratuit pour les enfants dessous de 12 ans accompagnés d’ adultes. Il y a un esprit convivial. Quand les rappeurs demandent au public de lever les mains, le public exécute de suite. Et les ados, parfois en révolte contre la société, en transit vers la vie d’adulte responsable (lol) ont déjà acquis des rituels. L’esprit déjà bien conditionné, ils imitent les enfants.

Il est interdit d’introduire les gamelles sur le site du festival. Chouf (regarde en arabe) Je remarque un de nombreux stands proposant une riche variété de cuisines du monde. La preuve. Dans un stand de produits du Marrakech, je vois deux dames s’éplucher des pommes de terre et des melons et entretemps elles discutent. Les personnes dans le stand à côté préparent des crêpes et galettes bretonnes artisanales.

Alice on the Roof.

Une révélation de cette année. Alice, vingt ans, pianiste de formation, se retrouve sur scène avec deux musiciens . Elle a le tract et il me semble qu’ elle n’est pas encore habituée à cette grande foule qui est venue l’admirer et qui l’a découverte avec son premier EP« Easy come, easy go ».

Après avoir participé à l’ émission à The Voice (demi-finaliste), elle a tracé son propre chemin. On dirait une sainte nitouche. Je lui souhaite que sa voix fragile , exercée par sa participation à des chorales, lui permette d’avoir le même succès que Sœur Sourire, l’une de nos rares artistes belges qui a conquis les Etats-Unis. Le répertoire tourne autour de sonorités électro-pop influencées par les productions scandinaves aux arrangements précis (exemple : The Cardigans). Ses notes de piano s’envolent au-dessus de l’audience.

Nous avons été des privilégiés au Ronquières Festival, le concert à l’AB du 22 novembre 2015 est sold-out.

Un album est prévu pour la fin de cette année.

Dotan

Un artiste singulier qui s’est fait connaître par son tube international « Home », tiré de son album « Layers ». Les musicien(nes) sont vêtus sombrement en noir. Il nous chante des paroles autobiographiques. Le public ne comprend pas les textes, mais est emporté par une musique douce. Il joue de la guitare et de la percussion, ajoutant une dynamique à son spectacle qui parfois semble mélancolique. Dotan a commencé son parcours d’artiste dans des concerts « Living Room » et est maintenant projeté sur des grandes scènes, s’adaptant aux nouvelles conditions. Il reprend une tendance musicale actuelle. Imagine Dragons utilisent également des percussions. Dotan l’applique d’une manière discrète. Son charme de prince oriental a attiré les jeunes admiratrices aux premiers rangs, près des barrières de sécurité. Dotan termine avec un morceau avec une rythmique plus rock et puissante « Diamonds in your bones ».

La Smala

Les smalas (familles, en arabe) présentes devant le groupe de rappeurs « L’Entourage » se sont entretemps multipliées, comme par miracle. Copie conforme en ce qui concerne leurs comportements durant le concert.

A quand une version rap de « La Macarena » ? Tu es prié de ne pas toucher le voisin ou la voisine.

Les six membres Seyté, Senamo, F.L.O., Rizla, Shawn-h et Dj X-men nous présentent essentiellement des titres extraits de leur album « Un cri dans le silence », sorti en 2015

Le groupe, écumant les salles depuis 2007, connaît une véritable percée en 2014.

La culture hip hop commence à être reconnue en Belgique, ils sont signés par une major. Le travail paie.

Balthazar

« Il est né le petit enfant » par les Petits Chanteurs à la Croix de Bois.

Non, les mages Caspar, Bathazar, Melchior cités dans l’Evangile ne sont pas de retour après plus de 21 siècles.

Le groupe Bathazar est de retour avec 4 musiciens et une musicienne avec une pop ensoleillée et présente des titres, tiré de leur album « Thin Walls ». Actif depuis plus de dix ans, ils ont acquis une grande maturité .

« Then What » : Il me semble déjà avoir entendu une ligne de basse similaire dans un morceau des eighties.

En bref, un concert bien construit, agréable à écouter, sans rien réinventer. Un groupe qui participe à de nombreux festivals européens.

Autres titres du concert : Decency, Leipzig, Boatman.

BRNS

Vous prononcez « Brains ». Le quatuor belge , un pur produit de notre terroir a réussi à faire reconnaître leur musique internationalement.

Le secret de leur succès, une complète indépendance dans leur création, hors format pré établi, interpellant le public

« Void ». Tim Philippe, le chanteur est à la batterie. L’atmosphère s’installe de suite avec le synthé et le guitariste frottant les cordes de la guitare avec une fine barre en métal. Le morceau est lent, un mélange de post rock et pop. Parfois l’ambiance tourne au dark avec le titre « Here dead he lies ».« My head is into you » : l’intro est jouée par un trio de mélodicas, suivie par des nappes d’orgue. Les musiciens sont multi-instrumentistes passant de la guitare vers les claviers . Quatre musiciens suffisent pour produire le son d’un petit orchestre.

BRNS mérite bien le titre de groupe indie alternatif par les structures inattendues dans ses compositions accessibles à un large public.

Charlie Winston

Notre troubadour et hobo a bien changé. Il a enregistré son nouveau disque en Angleterre. Peut-être a-t-il fréquenté l’entourage de Robbie Williams. Son spectacle est bien travaillé, il est devenu un entertainer, dans le bon sens du terme.

Charlie porte un costume lui serrant au corps, les musiciens sont en chemises et costumes bleus. Le look est soigné. La musique est plus rock et laisse moins de place aux morceaux acoustiques.

Il porte un chapeau, il siffle. Tout le monde sait que Charlie est là. Dès qu’il commence à siffler, les admiratrices crient « Charli……………………………..e. Attention, Patri…………………….ck (Bruel), il y a de la concurrence. Charlie est un excellent compositeur à aise dans des styles d’électrofunk, beat box, soul, rock, pop, blues .

Brigitte

Une voix-off annonce « Vous connaissez BB, Brigitte Bardot ? »

Ainsi commence le spectacle musical racoleur dont chronique par mon collègue JP lors de leur passage à l’AB.

http://concertmonkey.be/reports/brigitte-%C3%A0-lab-le-31012015

Grand-père et grand-mère, tonton et tata remercient leur famille de tout leur cœur pour les tickets d’entrée.


dEUS

Le clou de la soirée en contraste avec les artistes précédents.

Un exemple pour les autres groupes belges. Il y a toujours cette même envie de jouer des musiciens après les 20 ans du groupe et cela se ressent.

Les musiciens se connaissent bien et toute leur générosité est transmise au public.

Tom Barman, en jeans et chemise blanche, est comme un boxeur qui monte sur le ring et donne tout, quitte à te mettre OK.

Une clôture magistrale de la première journée du Ronquières festival.

photos: courtesy Focale 2.8

Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Ronquières Festival - Première journée - le 1 août 2015
Repost 0
Published by Charles Eloy.+ Focale 2.8 - dans Concerts
commenter cet article
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 02:38
Cilla Black has died aged 72.

Priscilla White change de couleur en 1963 et devient Cilla Black, pouponnée par John Lennon.

Il n'aura fallu qu'un an pour qu'elle décroche le jackpot avec l'imparable 'Anyone Who Had a Heart'.

'You're my world' suit le même chemin.

Jusqu'en 1971, Cilla placera encore toute une série de titres dans le top ten anglais dont 'Don't answer me' , 'You've lost that lovin feeling' ou 'Love's just a broken heart'.

En 1968 la BBC fait appel à elle pour l'émission 'Cilla', Tom Jones sera un de ses premiers invités.

Elle restera fidèle à la chaîne anglaise jusqu'en 2013 comme présentatrice ou membre de jury.

Cilla Black continue à sortir des disques, le succès sera moins retentissant , son dernier album 'Cilla All Mixed-Up' date de 2009.

La chanteuse/présentatrice est décédée à Marbella le 1er août.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 21:05
Whitehall au Rock Classic - Bruxelles, le 31 juillet 2015

5

Rock Classic= Soirées Cerises, menu du jour, du classic rock avec Whitehall !

Des anglais from Westminster?

Zavaient pas l'accent cockney et puis t'étais sur place car on annonçait Roger Wollaert à la batterie.

Pour voir un Kleptomania sur scène tu ferais n'importe quoi et t'étais pas le seul, un autre vétéran bien conservé, Guy Segers, était présent, de même que Guy Stroobant, sans banjo, on mentionnera également un certain Steve Rodgers, ex FN Guns, copain de Big Friswa et grand fan de Deep Purple, bref, la moyenne d'âge du public approchait plus du troisième que de celle des élèves de Madame Flaneuf, titulaire de la 2 C au collège Saint- Froment à Chamborgneau.

Line-up de Whitehall .

Drums: Roger Wollaert, premier prix du conservatoire avant la guerre du Vietnam - guitare, un petit gars discret mais ô combien talentueux se faisant appeler Sd Scratchingdog, il n'avait pas emmené Médor - claviers ( dont un Hammond), Brunon De Tournay qui, semble-t-il, est originaire de Malonne, non, il ne connaît aucune clarisse - basse: Philippe Collu ( membre de Purple Years un coverband qui aime reprendre 'Child in time') et enfin aux vocaux puissants, Sébastien François, entendu au même Rock Classic avec les Abelians et chanteur de Purple Years.

La carte propose pas mal de reprises et quelques originaux!

One - two - one- two - two - two.., ok, Fred, c'est bon, on y va, 'I Should Have Known It' de Tom Petty.

Brunon fait aussi bien que Benmont Tench aux claviers, Roger en souplesse, Sébastien, un vague cousin de Frédéric le Sicilien, en force, la basse de manière virile et la guitare avec doigté.

On va pas s'emmerder, te souffle Flupke en sifflotant une Blanche.

Bad Company ' Can't get enough', merci, messieurs, t'as toujours eu un faible pour Paul Rodgers.

Pour suivre, ils proposent une première composition signée Whitehall, ' You're all I need', non, Tammy, pas to get by!

Un morceau visant Classic 21.

Le premier Purple de la soirée, le tempétueux 'Stormbringer', c'est Coverdale qui assurait les vocaux, précède un efficace 'Eternal blackout' de leur plume.

Le bar, plein à craquer, apprécie et devient tout chose avec 'Black Night' qui n'a pas pris une ride depuis 1972, c'est pas le cas de tout le monde.

On ne peut pas être et avoir été!

S'il te plaît, arrête!

Allez, bon, une seule, alors!

Attends d'avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule.

Va dire ça à Johnny!

Temps mort, réglage de l'acoustique ramassée par Seb, celui qui gratte les cabots a trouvé une douze cordes à gratter, c'est parti pour une ballade, 'Soon I Will Be Gone' des fantastiques Free.

Are you experienced?

Yeah!

Let's do it bluesy avec 'Red House' de Jimi et avant la pause on vous balance le Zep,"Rock And Roll"!

Dedju, ça déménage, constate Alphonse qui allait se commander une trappiste

Set 2

Revigorés après une ou deux consommations stimulant l'humeur, les clients ont repris place face au podium sur lequel Whitehall s'attaque à Richard Wayne Penniman, 'Good Golly Miss Molly', she likes to ball, nous aussi!

Bad Company en n°2 comme il y a une heure, 'Feel like makin' love', ben, mon vieux, il n'y a pas grand choix dans le troquet, que des secondes mains!

Un jour ' Comin' for you' sortira en single et, si tu aimes Whitesnake, tu te le procureras.

Nous, on a aimé les claviers suintants et la guitare gluante, good job, lads!

Une nouvelle locomotive nous est proposée, ' Little Wing' , Hendrix, 1967.

Aérien!

Qui n'apprécie pas les Doors dans un bistro labellisé Rock Classic?

'Break on through ' ( to the other side), un rondo qui rend fou.

Une petite surprise, le funky ' Too rolling stoned ' de Robin Trower , le premier guitariste de Procol Harum.

Superbe ce morceau!

Deep Purple, troisième livraison, 'Burn', servi torride.

Message publicitaire, notre ami Brunon De Tournay peut égayer mariages, funérailles, fancy-fairs, communions pour un prix démocratique.

10€ lance un plaisantin!

Pas de réaction mais amorce de la dernière pièce du set, "Bad To The Bone" de George Thorogood And The Destroyers, de la dynamite!

Ils se font prier pour un bis, le sacristain de Fleurus aura gain de cause, on lui accorde une seconde version de 'Can't get enough'.

Rideau.

Une chope, Guy?

Et, il était quelle heure?

Le coq n'avait pas encore chanté!

Whitehall au Rock Classic - Bruxelles, le 31 juillet 2015
Whitehall au Rock Classic - Bruxelles, le 31 juillet 2015
Whitehall au Rock Classic - Bruxelles, le 31 juillet 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 20:11
Safari Ciney avec 5 UNDERGROUND - place Monseu - Ciney - le 31 juillet 2015

5 UNDERGROUNDSafari Plage, Place Monseu, Ciney – 2016.07.31

Premier concert de cette Edition 2016 avec « 5 Underground ». Né des cendres du défunt « Feel The Noizz » qui connut son heure de gloire, le groupe s'est formé autour de Benoît « Buggs » JADOT et de Thierry « T'chi » CHIARADIA. Depuis le départ de « Buggs » notre italo-guitariste se trouve être le seul représentant de la formation originale qui, pour la petite histoire, comptait aussi parmi ses membres, le sympathique multi-instrumentiste Erwin « Plastic Djem » DREZE également dessinateur de BD.
Bref, le T'chi garde le bateau à flots et s'adjoint les services d' Antoine DIDIER (ex Skating Teenagers) à la guitare, Alex BELLAIRE au chant, piano et guitare acoustique, Oli GEORGES à la batterie et Jean STEVENS à la basse dont c'était malheureusement le dernier concert hier soir.
Alors ? Quid de ce 5 Underground ? Eh bien, pour être honnête, ils n'étaient pas underground du tout, ni Velvet non plus mais plutôt bien au dessus du niveau de la mer (de sable puisque la place communale en est couverte).
C'est sans avoir répété faute de temps que les CHIARADIA FIVE (ne pas confondre avec les Jackson, Five eux aussi, enfin plus maintenant) entament cette soirée dont la température se situe un peu sous la barre des normes saisonnières comme dirait Marie-Pierre Mouligneau.
« Wait Around », on frissonne, c'est vrai que çà caille un peu. « Jeckyll or Mr Hyde » et là, çà se réchauffe. Le public est clairsemé, çà veut dire quoi clairsemé ? Y a personne ? Mais si il y a des gens, assis sur leurs gros culs aux terrasses des cafés, comme toujours ! Mais heureusement nous sommes quelques uns, pieds dans le sable à participer à la fête. Parce que c'est çà un concert, c'est une fête, pas un truc où on vient se faire chier sauf si tu vas voir Indoshit, pardon : Indochine (je me trompe toujours) où là tu commets une faute de goût où un acte de dégoût, c'est comme tu veux.
« Come Together » des Fab Four, la température monte, la sauce va prendre je le sens bien. « Song 2 » de Beurk, Blur pardon (qu'est ce que j'ai à me tromper comme çà tout le temps aujourd'hui). Tu l'auras compris, cher lecteur assidu, assis d'ici, où debout là-bas dans le sable du Rhin (le sable du rein on appelle çà des pierres) le répertoire pop-rock du band comporte quelques covers bien ficelés. 5 Underground est même plus Rock que Pop si on me demande mon avis. Voilà, le groupe est sur les rails, normal pour le mari d'une cheminot, hein T'chi ?
Arrive un moment de pure magie, le genre de truc qui te fait dire en toi-même (çà ne regarde personne ce que tu ressens) « Putain, j'ai bien fait d'être là moi » Alex au piano nous délivre un magnifique « I Will Never » qui rappelle par instants les moments de gloire des deux premiers albums de Machiavel. Mes enfants, si un producteur digne de ce nom entend cela, c'est pour faire un tube. Une compo géante avec tout ce qu'il faut pour accrocher sans jamais être racoleur, des moments d'ombre et de lumière comme je les aime. Je dis « Bravo » et j'applaudis des deux mains (si c'est possible, tu ne crois tout de même pas que j'écris mon compte-rendu en direct dans le sable tout de même?)
Très belles intonations du Prince de Bellaire (oui je sais elle était facile ! Ben t'avais qu'à la faire alors) A certains moments on ressent du Jim Kerr et même des lignes qui rappellent le Frankie Goes To Hollywood des grandes années. Une reprise du « Vertigo » de...vous aussi et le concert continue sa route. Petit passage par « Swan Dive » une compo dont le tempo de départ serait à creuser et à exploiter selon moi. Un petit coucou du côté de chez Franz Ferdinand avec « Take Me Out » et puis c'est « Turn Your Star » qui nous emmène vers la fin d'un concert de bonne facture qui mettra notre Schummi local dans tous ces états avec le « Sex On Fire » des Kings of Leon. Et on termine par un « Life is a Reissue » une autre très belle création dont le tempo, qui est un clin d'oeil à « Kashmir », m'a énormément plu également.
J'ai passé deux très bonnes heures avec vous les gars et même si le boulanger s'est invité une fois où l'autre sur scène, (joke) c'était très chouette de vous voir faire votre job avec le sourire comme si la place avait été noire de monde. Je ne comprendrai décidément jamais les gens qui vont dépenser des tas de pognon pour aller s'abrutir dans des con-certs (oui avec un trait d'union) pour ménagères ménopausées alors qu'il y a de très bons artistes qui jouent gratuitement chez nous. See ya, Boys !

Mitch "ZoSo" Duterck

Safari Ciney avec 5 UNDERGROUND - place Monseu - Ciney - le 31 juillet 2015
Safari Ciney avec 5 UNDERGROUND - place Monseu - Ciney - le 31 juillet 2015
Safari Ciney avec 5 UNDERGROUND - place Monseu - Ciney - le 31 juillet 2015
Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans concerts
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 08:34
UB40 @ Beleuvenissen - Grote Markt- Leuven- le 31 juillet 2015

Le billet de JPROCK :

UB40 est une institution.
Mariant avec bonheur les influences irlandaises, galloises, écossaises, yéménites, africaines et jamaïcaines, le groupe occupe une place de choix dans le monde du reggae depuis 1978.
Malgré une petite guéguerre interne qui en 2008 a vu le départ de Ali Campbell, frontman du groupe parti pour une carrière solo et qui rebaptisera son groupe « UB40 featuring Ali Campbell, Astro et Mickey Virtue » (deux autres anciens membres du groupe) histoire de vendre plus de tickets lors de ses concerts, le band original continue à arpenter les routes du monde entier avec le succès que l’on sait.
Au lead singer, c’est Duncan Campbell qui a repris le flambeau et qui possède une voix assez proche de celle de son frère Ali, malgré une présence scénique plus discrète.
Robin Campbell quant à lui s’occupe du contact avec le public et de plaquer ses accords de guitare typiques qui contribuent grandement au son particulier du groupe.
Et quel groupe ! Car la force de UB40 c’est d’être une véritable machine de guerre et à danser dans lequel officient des éléments clés comme James Brown aux drums, Earl Falconer à la basse et au chant , l’imposant et sympathique Norman Hassan au chant et aux percussions et last but not least l’incroyable Brian Travers saxophoniste et showman qui assure une grosse partie du spectacle à lui tout seul. Rajoutez à ceux là des musiciens en renfort pour les cuivres et vous obtenez un son imparable.

Certains regretteront la voix et la présence de Ali et c’est de bonne guerre, mais pour moi le groupe original assure toujours un max dans son line-up actuel.
Ce soir la Oude Markt est donc noire de monde pour faire la fête avec le groupe britannique sous une météo agréable.
Pendant nonante minutes UB40 va faire danser Louvain avec ses hits intemporels et ses reprises imparables comme entre autres « Rat in the Kitchen « « Red Red Wine » , « Kingston Town », « Blue Eyes Crying in the Rain » et bien sûr « Can’t Help falling in Love joué en clôture d’un concert vraiment sympa et idéal pour démarrer ce mois d’août qu’on espère estival.
Bravo donc à la ville de Louvain d’avoir programmé une tête d’affiche de ce calibre en clôture de ses désormais annuelles muzikalen Beleuvenissen.
Et on se donne se donne d’ores et déjà rendez vous l’année prochaine pour d’autres aventures.

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK.

Line up :

James Brown
Robin Campbell
Earl Falconer
Norman Hassan
Brian Travers
Duncan Campbell

UB40 @ Beleuvenissen - Grote Markt- Leuven- le 31 juillet 2015
UB40 @ Beleuvenissen - Grote Markt- Leuven- le 31 juillet 2015
UB40 @ Beleuvenissen - Grote Markt- Leuven- le 31 juillet 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 01:56
Lynn Anderson ne promettra plus rien!

I beg your pardon

I never promised you a rose garden

Along with the sunshine

There's gotta be a little rain some time..

'Rose Garden', 1970, n°1 un peu partout dans le monde, ce titre de Joe South chanté par Lynn Anderson a véritablement lancé la carrière de la chanteuse country, décédée ce 30 juillet à l'âge de 67 ans.

Lynn Anderson aura classé 12 titres au sommet des country charts et comptabilisé plus de 50 top 40 hits.

Elle a collectionné une douzaine d'Awards et nous laisse une discographie riche d'une quarantaine d'albums.

Un dernier CD 'Bridges' est sorti en juin.

RIP.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents