Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 11:46
Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015

SABINO ORSINO et JACQUES DUVALL (BE)

BENJAMIN SCHOOS (BE)

KLÔ PELGAG (CAN)

SOVIET SUPREM (FR)

Le billet de JPROCK :

Peu de monde salle de la Madeleine contrairement aux jours précédents lorsque démarre la soirée Radio Rectangle avec le concert des Chroniques Calabraises de SABINO ORSINI et JACQUES DUVALL
Pourtant les absents ont tort car le duo nous plonge dans une ambiance étonnante qui nous transporte dans un film noir au sein d'un petit village de Calabre où la mafia sévit insidieusement.
Avec Jacques Duvall à la narration Sabino Orsini ne pouvait trouver meilleur complice, le ton grave et l’oeil rivé sur un verre de rouge qu’il porte régulièrement à ses lèvres Mister Duvall pose royalement ses mots au service de la voix et la guitare de son partenaire .
Subtilité des mélodies envoûtante , justesse et poésie des textes ( écoutez « La Fille Aînée du Padrino » , c’est une perle ! ) Orsini et Duvall nous font passer un très joli moment avec calme et sans esbroufe, juste armés de leur talent.
A peine le temps de débrancher quelques câbles et voici que surgissent BENJAMIN SCHOOS et sa clique.
Dandy classieux à l’humour discret mais dévastateur et aux raybans sombres, Benjamin a le chic pour nous emmener dans son univers élégant et atypique dont lui seul a le secret en faisant la part belle à son excellent dernier album « Beau Futur « .
Epaulé par de très bons musiciens et ses Schoosettes , deux choristes allumées vêtues de jolies robes à pois, l’homme nous fait (re)découvrir sa pop rétro et décalée en dix titres et quarante cinq minutes de « Visiter la Lune à « Lune de Granit ».
Il reprend « Profession Catcheur » tiré de son très bon album « China Man vs China Girl « , rend hommage au cascadeur disparu Thierry Hallard avec une ballade mélodique superbe , déclare « « Je ne vois que vous « à Mélanie Isaac venue en guest et nous déclare sa flamme ( pour ma part partagée ) pour Alan Vega et le groupe Suicide en reprenant « Dream BB Dream » dans une version tout aussi habitée que l’originale.
Bref, une fois de plus Benjamin ne déçoit pas.
Et on en vient à se demander quand est ce que les médias vont enfin se décider à soutenir un peu plus ce pur talent qui trace sa route au fil des albums une coupe de champagne à la main avec toute l’élégance un peu barrée qui le caractérise.
Et quand on parle de barré, on pense à KLÔ PELGAG.
Disons le tout de suite, la musique de la jeune Canadienne et son album « L’alchimie des Monstres » ne suscite pas en moi un émoi particulier, et au vu du concert de ce soir mon avis n’a pas changé.
La demoiselle en fait des tonnes et trop de délires tuent le délire.
Entouré d’une cour de musiciens volontairement décalés, Klô semble jouer pour elle même et se complaît dans des tics scéniques qui sans doute plaisent à une partie de son public mais qui personnellement m’énervent au plus haut point.
On se croit par moment en présence d’une artiste quelque peu autiste qui navigue dans les eaux troubles de son art et se complait à en faire des tonnes pour asseoir son personnage.
Ceci dit le mariage entre les cordes et le côté rock de certaines compos est assez réussi. Pour amateurs donc, mais moi la prochaine fois je passerai mon tour.
Sur scène les roadies s'affairent et rapidement le décor est en place pour faire la fête avec les très attendus Soviet Suprem.
Quand on est Français et qu’on se surnomme John Lénine (qui porte les lunettes rondes de Lennon) et Sylvester Staline (qui se coiffe du chapeau célèbre de qui vous savez dans Rocky) , qu’on est assisté par DJ Croute Chef et qu’on déboule sur scène au son d’airs bolcho-tziganes mêlés à un mix d’electro-punk- hip hop on se dit que dans la tête de ces deux là ça doit bouillonner grave.
Et dès les premières mesures du premier titre le public devient fou et on sait alors que Soviet Suprem va mettre le feu à une salle finalement presque comble.
Durant presque quatre vingt minutes le groupe va nous faire danser, nous faire goûter au Goulag via le danc floor, enrôler deux nouveaux membres un couple sympa qui devra boire cul-sec deux verres de pseudo vodka , bref foutre un joyeux bordel dont le seul but est de nous faire danser et nous amuser.

« Quand la musique mondialisée n’est plus qu’une soupe insipide qui martèle nos esgourdes a base de boom boom et de slogans bling bling, il est temps de réhabiliter l’Internationale, de libérer la fête et de lâcher les chevaux cosaques dans la sono!
Tout est prêt pour le putsch, on a noyé le ragga dans l’rom ; on a rappé le chou du hip hop ; on a « charterisé » la langue de Molière et on va envoyer tous les tartuffes du groove au goulag. « (http://www.sovietsuprem.com/politburo/ )

C’est ainsi qu' R Wan de Java et Toma de La Caravane Passe présentent le projet sur leur site internet.
D’un bout à l’autre de leur set on se marre, on danse et on s’éclate avec ces trublions déjantés qui, à fond dans leur délire, en deviennent géniaux.

« Rejoins nous camarade, L’Internationale, branquignole et libertaire de nos « beastie boys des Balkans », va réveiller le genre humain :
Vive le nouveau désordre mondial ! «

Soviet Suprem, est un momument festif à prendre au quinzième degré qui donne envie de s’enrôler de suite et de danser au son de la kalachnikov !

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK-THE BLACK FEATHER.

Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 6) : Soirée Rectangle - Salle de la Madeleine - Bruxelles, le 19 août 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 11:10
Brussels Summer Festival ' Day 6' Sarah Carlier au Mont des Arts- Bruxelles, le 19 août 2015

Brussels Summer Festival ' Day 6' Sarah Carlier au Mont des Arts- Bruxelles, le 19 août 2015

Reportage photos et chronique : Pierrot Destrebecq

Il n'est pas encore 19h15 lorsque je descends prendre place contre les barrières qui séparent le public du Mont des Arts du gigantesque podium du BSF ce mercredi 19 Août. J'attends patiemment l'apparition d'une chanteuse dont je ne connais que le nom pour l'avoir vu à l'affiche de ce festival. Et c'est à l'heure précise indiquée au programme que se présente sur scène un concentré de dynamisme en la personne de Sarah Carlier et de son band. Enturbannée de rouge, vêtue d'un chemisier blanc et d'un jeans bleu, la guitare en bandoulière et surtout arborant un sourire à faire craquer les plus résistants aux charmes féminins, elle nous emmène avec elle parcourir des mélodies qui sentent bon le sable chaud, la vanille, la mer et les cocotiers, mais aussi la savane sauvage et l'exotisme africain. Sa voix suave module ses textes et nous rappelle ses influences que sont Tracy Chapman ou Nina Simone. Notre Bruxelloise virevolte, danse sur scène, envoûte le public, de plus en plus nombreux, tout acquis à sa personne. Ambiance soul, ambiance afro avec des touches reggae, ses compos et les arrangements musicaux mettent le feu au Mont des Arts et la foule, assez dispersée au début de la prestation, s'est grossie au fil des titres proposés et c'est devant un parterre largement garni que Sarah termine un show certainement trop court par un "SMS" repris en chœur par la foule qui en redemande.

Une artiste à suivre.

Un grand avenir s'ouvre devant elle!

Setlist:

- Dreams - My counsellor - Misery - All Along The Watchtower (Cover Bob Dylan) - Big girl - Chorus Man - My Dear - Tenderness - Save My Soul

Brussels Summer Festival ' Day 6' Sarah Carlier au Mont des Arts- Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival ' Day 6' Sarah Carlier au Mont des Arts- Bruxelles, le 19 août 2015
Brussels Summer Festival ' Day 6' Sarah Carlier au Mont des Arts- Bruxelles, le 19 août 2015
Repost 0
Published by Pierrot Destrebecq - dans Concerts
commenter cet article
19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 10:52
Le Sénégal pleure Doudou N'diaye Rose!

Mamadou N'diaye, alias Doudou N'diaye Rose, « le mathématicien des rythmes, le grand maître des tambours, capable de diriger cent batteurs sur plusieurs rythmes en même temps » s'est éteint le 19 août à Dakar.

Il y a bien longtemps Joséphine Baker, de passage à Dakar, avait prédit à Doudou Ndiaye Rose qu'il serait un jour un « grand batteur ».

Depuis ce jour Mamadou a eu la banane et la prédiction de Joséphine s'est vérifiée.

Le 4 avril 1960, jour de l'indépendance du Sénégal, il joue devant le président Senghor, dans le grand stade de Dakar, accompagné par plus de cent percussionnistes .

Sa carrière est lancée, elle lui permettra d'accompagner de grands noms de la musique occidentale, Peter Gabriel, Alan Stivell , Miles Davis, les Stones, France Gall...

L’Unesco l’a classé « trésor humain vivant », malheureusement vivant il ne l'est plus... il avait 85 ans.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 07:24
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Vincent Liben - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 18 août 2015

Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Vincent Liben - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 18 août 2015

Est-ce que tu le sais, Dick, à la Madeleine faut arriver tôt, très tôt même, sinon tu risques de te voir refuser l'entrée, ton beau bracelet dix jours n'y changera rien!

Donc on y était vers 18:30, 30' de patience avant de voir débouler la séduisante et flamboyante Lyonno-Grenobloise Joe BeL.

Elle a pris un risque en choisissant d'abandonner ses études d'Histoire de l'Art et de Littérature pour une carrière musicale, toujours aléatoire, mais au vu de la performance donnée à la Madeleine, on est prêt à parier gros qu'elle ne grossira pas les rangs serrés des sans-emplois.

La jeune dame, soutenue par Asaf Avidan, a sorti deux EP's à ce jour et s'est tapée quelques beaux festivals cet été, Sziget ou LaSemo.

Elle se présente accompagnée de l'excellent guitariste Benoît Richou et du Lyonnais Jean Prat à la batterie.

'First Time', un titre folk aux consonances reggae, ouvre, le groove gicle, la voix présente d' harmonieuses intonations soul, la demoiselle est plus qu'agréable à regarder, imagine une jeune Axelle Red.

Sur le EP ' Hit the Roads', 'Stronger' fait définitivement penser à Selah Sue.

Arrangements soignés, refrain catchy, le truc risque de cartonner.

..I got money...I got friends..I got lovers... une autobiographie ou une confession, en tout cas Joe BeL a l'air de savoir ce qu'elle veut.

Avertissement, 'Lonely as I am' n'est pas une chanson triste.

Effectivement, la plage dégage une belle énergie.

Une guitare Afrique noire, un phrasé ragga, Joe la belle rebelle mixe soul, r'n'b, folk, reggae et convainc tout le monde.

Un duo guitare, elle a refilé son acoustique à Ben, voix pour le titre plus ancien 'Before', une ballade classique, suivie par 'Hit the roads' d'inspiration Beat Generation.

On arrive au bout d'un set de 40' ayant semblé bien court, elle fait à nouveau preuve de détermination et profère... I never show no fear, I never shed a tear...montrant une dernière fois toute sa résolution, Joe va se faire un nom dans la jungle rock.

Vas-y Joe

Vas-y Joe

Vas-y fonce!

Vincent Liben

Trois jours après être passé au BSF avec Mud Flow, Vincent Liben refoule le plancher de La Madeleine avec son projet francophone.

Son dernier album ' Animalé' est sorti chez Team 4 Action en 2015, lieben Onkel Vincent était venu le présenter au Bota en mars.

Aux Francofolies, Liben and co ont fait l'unanimité, même scénario au BSF, un concert dense, efficace, olympien!

L'homme à la casquette, piquée à Cédric de BaliMurphy, est soutenu par une solide équipe, en commençant par sa charmante compagne ( une parenthèse, il balance sur sa page facebook après le gig de Mud Flow: "Spéciale dédicace au clavier de Natas Loves You qui est venu (alors que j'étais juste à côté) ouvertement draguer ma copine"... sont incorrigibles, les Français!), la chanteuse Lisza, aux secondes voix, aux guitares ( 4), Laurent Stelleman celui qui a joué avec la Belgique entière, aux claviers, guitare, accordéon + maniement des pads, Fred je suis né à Niort Lafage, à la basse ou contrebasse, on croit avoir reconnu le jazzman Cedric Raymond, par contre, honte à nous, nous n'avons pas retrouvé l'identité de l'excellent batteur, un tuyau, quelqu'un?

(PS: précisions apportées par Laurent Stelleman...Quelques précisions, à la basse ce n'était pas Cédric, mais Sam Gerstmans autre squale du jazz belge (Melanie de Biasio, Greg Houben etc....).et à la batterie c'était Gino Geudens de Vive la Fête....merci, Laurent)

20:30' pile, la contrebasse en mode Blue Note puis..Silence, j'écoute 'La Rivière' , le pad diffuse un choeur aérien , déjà la guitare de Laurent exige un rôle prépondérant, le cours d'eau majestueux s'achemine paresseusement par monts et par vaux pour aller gonfler l'océan.

Il y a du Jean-Louis Murat dans ce ton nonchalant.

Pour ceux qui sont venus me voir avec Mud Flow, ce soir ce sera plus folk avec quelques passages mouvementés, voici une plage promulguant l'ouverture sexuelle ( sic), 'Les Cévennes', entre naturalisme, ambiguïté et érotisme latent. Liben doit aimer Genet.

Le piano introduit le plus ancien '30 décembre' , une déclaration amoureuse sur fond de valse.

Etonnante comparaison avec Yves Simon, même phrasé quand il scande Manhattan.

Une seconde vieillerie, ' Le soleil et la mer', tu oublies François Deguelt, le titre, psalmodié d'un ton désabusé, parle de la mort.

Il est temps d'attaquer la plage ayant donné son nom au nouvel album, le rugueux 'Animalé'.

C'est vicieux, bestial et barbare, une Gretsch.

Une tranche d'exotisme, deux voix se répondent, ' Vert ébène', de la chanson française de haut vol, aux déjà cités Murat ou Yves Simon, on a envie d'ajouter Manset ou Charlelie Couture.

Le chanteur impressionniste décide de calmer le jeu et poursuit avec la ballade narrative et morbide 'Camélia', celle qui s'est pendue à la plus haute branche de son jardin.

Beau comme 'Le bal des Laze' de Polnareff avec une magnifique orchestration progrock jusqu'au coup de théâtre final ponctué par un éclat postrock imaginé par Laurent Stelleman.

Sagan?

'L'ennui' voit Lisza placée sous les feux des projecteurs et c'est l'accordéon du gars du Poitevin qui amorce ' Le refuge', composé après une séparation douloureuse.

Une acoustique, une voix ébauchent 'Ta colère', des backings discrets se font entendre, la batterie en fines touches s'invite au bal, tandis que la contrebasse se voit caressée par un archet et ensuite vient le piano qui batifole.

Une colère sobre, évitant les éclats.

Lisza, rejoins-moi, svp, elle se substitue à Berry pour le duo gracile ' Mademoiselle Liberté', un tube chez nos voisins.

'Sous les draps' et la ballade 'Puerto Loco', qui finira tout en secousses, terminent ce concert brillant et généreusement applaudi.


Pas de Daan à ton programme, vu il y a 15 jours à Louvain.

Rue Duquesnoy, une file monstre!

Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Vincent Liben - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Vincent Liben - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Vincent Liben - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Vincent Liben - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Vincent Liben - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 18 août 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 05:21
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Abel Caine et Roosbeef - Salle de La Madeleine et Mont des Arts - Bruxelles, le 18 août 2015

Le billet de JPROCK :

Journée consacrée aux découvertes en ce qui me concerne ce mardi auBrussels Summer Festival.
Sur le coup de 18h30 c’est vers la salle de la Madeleine que je me dirige pour découvrir JOE BEL.
La jolie Lyonnaise semble assez étonnée de la tournure que prend sa carrière. « J’aurais jamais pensé un jour être ici sur cette scène devant vous ! « lance t’elle au public venu l’applaudir.
Sa pop soul teintée de folk est bien agréable et durant les quarante minutes de sa prestation auxquelles j’assiste ( je n’ai pas vu la fin de son set pour cause d' Abel Caine programmé quasi au même moment au Mont des Arts ) elle se montre assez convaincante avec des titres sous forme de ballades mais aussi quelques brûlots soul qu’elle envoie avec plus de fureur épaulée par un batteur et un bassiste-guitariste.
Joe Bel sera en concert à l’AB le 29 janvier 2016 histoire de nous présenter son premier album attendu fin 2015.
Direction donc le Mont des Arts où se produit Abel Caine en ouverture de la soirée.
Et une fois de plus les sbires de la sécurité se montrent excessifs et surréalistes en m’interdisant l’accès si je ne leur laisse pas en consigne un mini parapluie qui replié fait à tout casser 20 cm et qu’ils considèrent comme une arme (sic !).
J’ai beau leur expliquer que je suis chroniqueur que je fais plein de festivals où d’ailleurs ce parapluie m’accompagne toujours et que nulle part on ne m’a demandé de le laisser consigné , le mec n’en démord pas et appelle finalement son responsable.
« Monsieur ne veut pas me donner son parapluie, chef ! « Non, nuance , Monsieur veut bien tout ce qu’on veut sauf si la demande est débile !
Finalement il sont quatre autour de moi (on ne sait jamais hein ! ) et c’est lorsque j’évoque les problèmes du frontstage inexistant des photographes accrédités à la Madeleine et autres joyeusetés qui rendent cette année la presse et le public frustrés , certains n’hésitant pas à dire qu’ils n’y remettront plus les pieds, et que je montre sur mon portable le billet que j’ai écrit hier et dans lequel je fais allusion à ces manquements, que soudain, celui qui semble être le responsable change de ton et me dit : « Vous savez c’est pas nous hein, on a des consignes … » tout en redéposant discrètement mon parapluie dans mon sac.
« Allez, bon concert Monsieur, mais s’il pleut vous ne pouvez pas l’ouvrir hein ! «
Surréaliste et kafkaïen !
Mais de qui se moque-t-on ? Il faudra revoir votre copie pour l’année prochaine les gars, assurer la sécurité c’est bien et indispensable au bon déroulement d’un festival, mais faire chier le peuple c’est autre chose !
Jarrive donc finalement face à la scène du Mont des Arts alors qu' ABEL CAINE chauffe un public encore clairsemé.
Nouveau venu sur la scène electro-pop belge et formé par les frères Greg et Micka Chainis le band a sorti un premier EP « Teardrop Eyes « et planche actuellement sur un premier album comme me le confie leur attaché de presse Laurent Walschot qui mêlé à la foule veille au grain.
Et il faut reconnaître que dans le genre ce n’est pas mal du tout.
Milann Lafontaine ( guitare-chant ) possède une bonne voix groovy et sensuelle et assure le contact avec le public de manière efficace et sympathique. Quand à Pierrick Destrebeq aux drums et Gorgo aux synthés- machines et beatboxing ils complètent avec talent le line up.
Avec ses mélodies pop captivantes et dansantes, ses guitares furieuses et ses synthés teintés 80’s Abel Caine est une très bonne surprise, la deuxième de la soirée, qu’il faudra assurément suivre de près.
La soirée découverte a donc bien commencé, mais ce qui va suivre va me laisser K.O.
Et ce qui suit c’est ROOSBEEF !
A part un titre écouté rapidement sur u-tube je ne connaissais pratiquement rien du band hollando-flamand si ce n’est qu’en son sein officie le guitariste multiinstrumentiste Tom Pintens (ex Moondog Jr, Think of One et Flowers For Breakfast) et que le groupe jouit en Hollande d’une réputation de « meilleur groupe hollandais du moment « .
Formé autour de la jeune chanteuse-musicienne néerlandaise Roos Rebergen le groupe se compose actuellement outre Tom Pintens de Thys Delbeke à la basse et à la guitare et du batteur hollandais Tim Van Oosten.
Roosbeef a la particularité d’ écrire des compos chantées en néerlandais ce qui pourrait faire fuir à priori un public francophone un peu obtus, mais que chacun se rassure le chant en néerlandais avec un accent hollandais ça le fait , et ça ne dénote pas plus pour quelqu’un qui ne comprendrait pas la langue que les titres chantés en anglais par la plupart des groupes rock et dont une bonne partie du public comprend que dalle aux paroles.
Passé donc cette précision adressée purement au public francophone , je dois vous dire que Roosbeef est un des meilleurs bands live que j’ai vu depuis bien longtemps.
Quelle claque !
Roos petit bout de femme sexy et sauvage s’implique à 200% lorsqu’elle est sur scène et captive tous les regards par son interprétation totalement habitée de titres comme « Controleer mij » , « Zatte Liefde » , « Raak mij aan « Sirene « ou « Kalf « du nom de leur excellent dernier album.
Derrière elle il y a un combo en béton capable de vous emmener dans des délires de sons au bord des larsen et qui envoie le bois comme peu de bands peuvent le faire.
Tom Pintens est stoïque et efficace, Thys Delbeke et son visage de christ torturé se tortille sur sa basse ou sa guitare tandis que l’excellent Tim Van Oosten martelle ses fûts avec force et précision.
Entre puissance et émotion Roosbeef nous bouscule et au fil des minutes séduit un public qui s'étoffe et finit par noircir le site du Mont des Arts.
Et lorsqu’après septante minute d’un gig incroyable de densité le groupe sort de scène presque sans se retourner, on reste là pantois à se dire : putain, quel band !
La dernière fois que j’ai ressenti une impression pareille ( toute proportion gardée bien entendu) c’était lorsque j’ai vu Patti Smith sur scène lors de son premier concert au Janson… en 1976 !
Alors il n’y a plus qu’à espérer que la presse francophone se réveille un peu et consacre quelques papiers à ce groupe qui en vaut réellement la peine, ce serait dommage qu’il soit catalogué « groupe qui chante en flamand pour le public flamand » et que ça le déserve auprès d’un public rock qui ne demande qu’à l’aimer.
Roos Rebergen est rentrée sur scène en disant « Bonsoir Bruxelles, ça va ? « , un joli effort pour une native de Duiven in Nederland.
Espérons donc maintenant que mon billet en français ouvre la voie à d’autres et que la Belgique toute entière puisse découvrir ce band incroyable qui le mérite mille fois.
Ce soir le Roosbeef était comme on l’aime : chaud , tendre et saignant !

Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Abel Caine et Roosbeef - Salle de La Madeleine et Mont des Arts - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Abel Caine et Roosbeef - Salle de La Madeleine et Mont des Arts - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Abel Caine et Roosbeef - Salle de La Madeleine et Mont des Arts - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Abel Caine et Roosbeef - Salle de La Madeleine et Mont des Arts - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Abel Caine et Roosbeef - Salle de La Madeleine et Mont des Arts - Bruxelles, le 18 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 5) : Joe BeL - Abel Caine et Roosbeef - Salle de La Madeleine et Mont des Arts - Bruxelles, le 18 août 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 01:19
Album - "Qu'est ce que tu fais pour les balances ?" de Marylin-Rambo

Marylin Rambo ne fait pas dans la dentelle...Marylin Rambo est un duo guitare batterie instrumental du Languedoc-Roussillon, ayant des liens de parenté avec le groupe Presque Maudit.

Mais à leur sujet, pas de bio, pas d’anecdote, du math/noise rock aimant la concision.

Album - "Qu'est ce que tu fais pour les balances ?" de Marylin-Rambo

Les impressions de Florian Hexagen

On était passé complètement à côté du nouvel album de Marylin-Rambo , sorti en mars dernier et cocassement intitulé "Qu'est-ce que tu fais pour les balances?" (ha, ces groupes de noise rock et leur humour "tchikibam").

Sinon, concrètement, ça balance sévère, le tout dans la bonne humeur, à travers une avalanche de morceaux qui s'enfilent comme une bonne pastèque un soir d'été (aucune connotation sexuelle, non non). Hâte de les découvrir live, ça sera au Barlok le 13 novembre pour les Bruxellois(es) (ouais, il devrait faire plus froid -quoique...).

A ouïr sur bandcamp

https://marylin-rambo.bandcamp.com/album/quest-ce-que-tu-fais-pour-les-balances

Repost 0
Published by Florian Hexagen - dans Albums
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 08:37
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4): Pierpoljak- Mont des Arts - Bruxelles, le 17 août 2015

Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Pierpoljak- Mont des Arts - Bruxelles, le 17 août 2015

Compte 10' de la Madeleine au Mont des Arts, vu qu'il faut contourner le site du BSF pour y accéder, 600 secondes, c'est rien, mais bordel, rebelote, il pleut et cette mouise va perdurer pendant le montage du matos, le soundcheck et le gig de Pierpoljak.

Pierre-Mathieu Vilmet est à classer dans la catégorie rescapé, les toubibs ne donnaient pas cher de sa peau après les divers excès ayant salement nuit à sa santé ( pneumothorax): opérations, convalescence et retrait de la scène.

Mais comme le Christ, il est revenu prêcher la bonne parole en sortant des albums ( le dernier 'Général Indigo') et en montant sur scène pour balancer son reggae gaulois.

Le pirate est précédé sur le podium par une fine équipe, l' Honorable Band, on suppose avoir vu et entendu le Jamaïcain Rudy Bennett aux claviers, Edwin aux drums et le duo TnT à la basse et guitare.

Ils envoient la purée, une voix se fait entendre émanant des coulisses, Vilmet, veste de jeans, bandeau corsaire, fredonne le chaloupé 'Je descends le bar' au chouette riddim reggae.

'Police' elle est pour toi cette chanson..

Un hymne aux poulets?

Ouais, composé en 1998, il garde de bons souvenirs d'un passage chez la flicaille...Police dans ton burlingue ça sent la pisse ça sent le vice...

La pluie nous ramollit, il a beau nous haranguer.. flanquez le bordel... Bruxelles reste sage!

Tous les clichés du reggae s'entendent dans le superbe 'Dépareillé' suivi par 'Keep on Dada' une plage/message d'espoir figurant sur le dernier né.

Il poursuit par une rêverie, une envie d'escapism, fuir l' ' Automne à Paris', les balais essuie-glaces qui lâchent, le métro qui pue, je veux du soleil!

Le dur se fait tendre ' Quand on aime' et 'Maman', du Arno façon rasta.

Un peu nouille ce texte transpirant les bons sentiments mais il nous permet d'admirer le jeu subtil de la guitare.

Il faut le souligner, l' Honorable Band est vraiment à la hauteur.

Toujours en mode 'Les Roses Blanches', 'Papa du week-end' dresse l'image des couples séparés et des modalités de garde des enfants.

Pas de misérabilisme, de la pudeur et du tact avant de revenir aux early dancehall vibes avec le grand ' Rub a Dub Music'.

T'es trempé jusqu'à la moelle, cette maudite pluie, c'est peut-être la manne céleste pour les agriculteurs, mais elle casse sérieusement l'ambiance.

Le reggae demande de la chaleur, un astre radieux, pas une flotte merdique te donnant envie de rester caler devant la télé.

Il est 21:45', allez, une dernière, 'Je sais pas jouer' autre chose que du reggae.

Ouille, fausse manoeuvre, on reprend, dites, il pleut toujours?

Tu te fous de nous, mec?

Là, on se tire, ta caisse traîne du coté du Sablon où t'iras avaler un grog avant de rejoindre ton chat.

Sorry, gars!

Brussels Summer Festival 2015 ( day 4): Pierpoljak- Mont des Arts - Bruxelles, le 17 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4): Pierpoljak- Mont des Arts - Bruxelles, le 17 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4): Pierpoljak- Mont des Arts - Bruxelles, le 17 août 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 07:49
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015

Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015

Céléna avec C, suis pas Gomez, et Sophia, avec PH, non pas potentiel hydrogène, ni princesse, pas confondre avec Sofia de Disney, donc Céléna-Sophia, des soeurs qui chantent, comme Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, mais elles ne viennent ni de Rochefort, ni de Cherbourg, la famille Tornabene est originaire de Chapelle-lez-Herlaimont.

La brune à l'acoustique, c'est Céléna, la claire à l'électrique, c'est Sophia.

Elles sont couvées par Progress Booking qui croit en ces gamines et les place à droite et à gauche: Wacolor Festival, les Francofolies, le Beau Vélo de Ravel en nu, le BSF.

Pour tout bagage un EP 5 titres, 'A l'aventure'.

Comment vont-elles tenir 45'?

En interprétant des compos non gravées, pardi, comme 'L'indomptable'.

Tu dis, Séverine, oui, c'est bien gentil, frais et candide!

'A l'aventure', on se casse, si on reste ici on deviendra schizophrène ( avec ph)...

Tu peux penser à Noa Moon.

En plus nunuche, te souffle un méchant.

Confidences, on revient du Québec, on a la pêche, voici ' Au milieu de nulle part'.

Un titre toujours aussi ingénu et bourré de clichés.

Séverine, j'ai la setlist sous les yeux, il ne s'agit pas d'avoir des vapeurs, le titre s'écrit 'Va peur', sans ph.

Il y a un mec qui cite Mumford and Sons, me demande ce qu'il a consommé, le même ose Explosions in the Sky, ai appelé Charenton, on vient le chercher avec une camisole, on ne sait jamais!

Elles sont mignonnes, les frangines, mais flanquer des la la la dans 85% des titres, ça craint.

' Sourire aux abrutis' a été composé après une mésaventure avec un barman pas aimable.

Après l'écoute de ce texte philosophique, tu décides de sourire à ta femme.

Un ou deux accords mis en loops, ' 'On s'en souviendra plus', chouette cette valse décorée à l'ebow.

' Je te vengerai' se laisse écouter sans déplaisir, la guitare électrique séduit, et tu te dis qu'il y a pire que ce charmant duo qui, au fond, a le mérite de ne pas singer Rihanna, Taylor Swift, Selena Gomez, Hillary Duff ou Meghan Trainor.

Maintenant les bombarder sur une scène du BSF c'est assez téméraire, le chant n'est pas toujours assuré et le propos scolaire peut agacer certains mais, dans l'ensemble, le public a réagi positivement.

' Laissez-moi rêver' est tout aussi enfantin que le glockenspiel tapoté par Céléna.

Evidemment, le monde on le change à 20 ans et pas à 55 ans, mais nous faire chanter ouh, ouh, ouh... c'était salement assommant, mesdemoiselles.

Allons-y pour une bluette romantique ' Ton empreinte' et pour finir, le clippé ' Dis-le moi plus fort'.

Pas de Kris Dane, ni de Benjamin Clementine ( vus récemment) à ton programme, direction le Mont des Arts.

Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 02:43
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia, Kris Dane, Benjamin Clementine - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015

Le billet de JPROCK :

Salle La Madeleine ( 17.08.2015)

Première incursion ce soir au Brussels Summer Festival version 2015.
Cette année l’affiche n’est pas aussi prestigieuse que les années précédentes, avec moins de grands noms , mais la programmation reste très éclectique.
Direction La salle de La Madeleine qui a pris le relais cette année du sympathique mais sans doute trop exigu Magic Mirrors.
C’est donc à une salle flambant neuve que nous avons droit mais malgré tout pas mal de choses sont encore à améliorer.
Tout d’abord, aucun espace photographes de prévu, t’as beau être détenteur d’un pass photos tu restes quand même côté foule. Bizarre en tout cas et beaucoup de photographes sont mécontents et le font savoir aux membres de la sécurité. Et on les comprend.
Ensuite, La Madeleine a beau être plus spacieuse que le Magic Mirrors, elle dispose d’une scène beaucoup trop basse pour que le confort des spectateurs soit total. Les malheureux qui se trouvent à plus de dix mètres de la scène ne voient pas grand chose du spectacle si la salle est remplie.
Et je ne parle pas de la chaleur étouffante qui a eu raison de plusieurs spectateurs qui se sont effondrés durant les concerts, atteints de malaises, surtout après qu'on les ai fait patienter plus d’1h15 à l’extérieur sous prétexte que tous les détenteurs de tickets d’un jour n’étaient pas encore arrivés et sont prioritaires.
Comme si lorsqu’on achète un ticket d’un jour on ne se doit pas d'arriver à l’heure autant que les autres ! Ridicule et frustrant pour les spectateurs qui n'ont pas pu avoir accès à la salle pour voir leur artiste favori !
Décidément ce festival vieillit mal, ou peut être commence-t-il à se prendre la grosse tête en favorisant la notion de profit au détriment des spectateurs..?
Mais venons en à la programmation.
On se demande bien ce qui a pu séduire le label Team For Action en signant CELENA SOPHIA qui ce soir ouvre les hostilités ?
Le duo d’une naïveté déconcertante ( vous me direz, elles ont l’excuse de la jeunesse ! ) nous balance ses chansonnettes aux textes racoleurs et simplistes pendant quarante longues minutes qui m’ont semblé durer une éternité.
Et dire qu’on qualifie leur style de pop-folk avec une touche de post rock…. ah bon, ok, post rock… Heuuu, si vous le dites, ok alors !
Et musicalement si les deux soeurs ont l’air de s ‘éclater sur scène, ça laisse quand même pas mal à désirer avec quelques faussetés et approximations à mettre sans doute sur le compte du décalage horaire ( elles reviennent du Canada ) ou de l’émotion.
Bref, il reste du travail à faire, et même si je ne suis absolument pas client de leur musique, je ne leur souhaite que du bien.
Changement de style et de niveau avec KRIS DANE.
L’Anversois de souche mais Bruxellois d’adoption , ex dEUS et Ghinzu a déjà roulé pas mal sa bosse depuis le début des années 90.
Aujourd’hui il se la joue solitaire avec un style proche du blues intimiste américain.
Les arrangements sont bien fichus et l’homme possède une jolie voix grave qu’il utilise à merveille pour nous conter ses souffrances et ses errances via un folk intemporel et mélancolique qui évoque parfois Leonard Cohen ou Elliott Murphy.
Un joli travail de songwriter , mis en valeur ce soir par l’apport d'un violon et d’un cello mais peut être un peu trop introspectif que pour être apprécié à sa juste valeur dans le cadre d’un festival devant un public debout accablé par la chaleur et compressé comme dans une boîte à sardines.
Mais Kris s’en sort bien et récolte un beau succès amplement mérité.
Il est presque 22h et cette fois la salle est comble, la sécurité ayant enfin daigné faire rentrer les patients spectateurs venus en nombre applaudir BENJAMIN CLEMENTINE.
Il faut dire que notre homme est un phénomène qui n’a pas son pareil pour captiver une audience par sa seule présence et ses compositions remarquables.
On le dit hautain et caractériel, en tout cas en ce qui me concerne j’ai vu ce soir comme lors de son dernier passage aux Nuits Botanique un artiste impliqué à fond dans sa musique, généreux et totalement habité par son art.
Dès qu’il s’assied au piano, sa voix étonnante et sa sensibilité exacerbée lui donnent un air de magicien dont les doigts virevoltent avec aisance sur le clavier.
Benjamin Clementine chante son âme, comme le faisait Nina Simone à qui une certaine presse se plaît à le comparer souvent, et se pose en performer torturé soutenu ce soir par un band composé d’un batteur, d’un claviériste et de sa fidèle violoncelliste, déjà présente pour quelques titres lors de ses précédentes tournées solo.
Avec sa prestance scénique hors du commun et la décharge émotionnelle qui émane de ses compositions le Britannique séduit et envoûte La Madeleine et se taille un joli succès devant un public tout acquis à sa cause.
Et on ne peut que lui dire bravo pour ce concert brillant comme un diamant traversé par un rayon de soleil.

Setlist Benjamin Clementine :
The Hand,
Cornerstone,
Quiver a Little,
Condolence,
London ,
Nemesis ,
Winston Churchill ,
The People & I ,
Adios,
I Won’t Complain ,
The Times.

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK.

Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia, Kris Dane, Benjamin Clementine - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia, Kris Dane, Benjamin Clementine - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia, Kris Dane, Benjamin Clementine - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 4) : Céléna-Sophia, Kris Dane, Benjamin Clementine - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 17 août 2015
Repost 0
Published by JPROCK : - dans Concerts
commenter cet article
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 11:00
Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa - Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015

Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa -Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015

Concert en images: JP Daniels - coloriage: michel.

Nicola Testa à 16h: Suite à une rumeur, nous tenons à préciser que le concert de ce soir n'est pas soldout! Il s'agit juste du groupe qui joue après nous...

N'empêche que t'as intérêt à te pointer à l'heure, La Madeleine ne peut accueillir plus de 800 têtes de pipe.

From Charente-Maritime, il était une fois une gente jeune dame aimant les contes de fées, les princes et le chat botté, donc Maud-Élisa Mandeau devient Le Prince Miiaou!

Quatre albums dans sa bibliothèque, le dernier 'Where is the Queen', suivi en 2015 par le EP 'Tryptique d'Hiver' ( comme pour le Le Retable de Miraflores de Rogier van der Weyden, il y a donc trois panneaux).

Chez Madeleine, Le Prince Miiaou a emmené quelques laquais pas niais, et le dernier concert de la tournée 'Where is the Queen' a été couronné de succès.

En français ou en anglais, Maud-Elisa a rugi, les chats de gouttière de la capitale ont applaudi.

Bravo!

Nicola Testa.

On te le rappelle: Prix du public pour le Clip de l'année aux Octaves.

Il était classe ce soir, Nicola, une liquette d'un blanc immaculé, futal noir, un petit collier les dents de la mer et des pompes scintillantes.

Entouré d'une brillante équipe il a réussi à faire danser l'ancien casino grâce aux imparables ' Koko', 'Rainbow' ou 'Lost and Found'.

Nathalie?

Je suis tout émue, c'était magique!

Soldout.

C'est incroyable, leur premier CD, 'Stop Talking' date déjà de 2004, mais Charlotte Maison et David Baboulis n'ont pas changé d'un poil, ils sont toujours aussi séduisants.

Leur tournée estivale s'achevait au Brussels Summer, Thierry, un barbouze, résume: c'était une tuerie!

Si Nicola Testa peut brandir un Octave, Soldout se targue d'avoir reçu un Magritte pour le soundtrack de 'Puppylove'.

Quoi, Jules?

'It's a sin'.

Ouais, nous aussi on aime l'electropop de qualité!

Le Prince Miiaou

Nicola Testa

Soldout

Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa - Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa - Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015

merci v7nce

Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa - Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa - Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa - Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015
Brussels Summer Festival 2015 ( day 3) : Soldout- Nicola Testa - Le Prince Miiaou - Salle de La Madeleine - Bruxelles, le 16 août 2015
Repost 0
Published by JP Daniels - coloriage: michel. - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents