Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 03:41
Botanique- Reprise le 12 janvier 2016.

Après une trêve des confiseurs prolongée les concerts reprendront le 12 janvier au Botanique, jour où la Rotonde accueillera Lylac pour la sortie de son nouveau recueil "Living by the rules We’re making".

Une soirée americana le 16 avec Jason Isbell et John Moreland, c'est à l'Orangerie que ça se passe.

Le lendemain, le 17, au même endroit du hip hop avec Kevin Gates.

Le 22 janvier Teen Daze à la Rotonde, selon Slug Magazine:

"Teen Daze, the moniker for the artist Jamison, takes a bold departure from his previous electronica-soaked work to pursue a more lighthearted, synth-pop direction with Morning World..."

Le retour de Bertrand Belin au Bota c'est pour le 26 à l'Orangerie, à ne pas rater les deux talents locaux assurant le support Ivan Tirtiaux et Olivier Terwagne.

Le concert d'EZ3kiel prévu le 27 novembre aura lieu le 27 janvier, ça va chauffer à l'Orangerie.

Le même soir la merveilleuse Shannon Wright se produit à la Rotonde.

Nicki Bluhm and The Gramblers clôturent la série le 30 janvier au Witloof Bar.

Botanique- Reprise le 12 janvier 2016.
Repost 0
Published by michel - dans news
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 14:56
Porte de sortie pour Roland Schneider, Joe Houston et Natalie Cole

Jazz-Pianist Roland Schneider ist in Friedberg gestorben pouvait-on lire dans les quotidiens de Frankfurt il y a quelques jours.

Ce multi-instrumentiste débute au sein du groupe de dixieland Burgundy Street Paraders puis rejoint les Swing Cats avant de faire partie du Dutch Swing College Band ou du renommé Golden Gate Quartet.

Il accompagne également Eartha Kitt avant de créer une maison de production sans pour autant délaisser son instrument.

Roland Schneider est décédé le jour de Noël.

Le texan Joe Houston était sax tenor, aussi à l'aise dans les milieux jazz que r'n'b.

Au cours d'une carrière de 60 ans, le saxophoniste aura accompagné des pointures telles que Big Joe Turner, Little Richard, Wynonie Harris ou Amos Wilburn.

Joe a fait partie pendant un quart de siècle du band Defrosterz.

Il s'est éteint à l'âge de 89 ans.

La fille du grand Nat King Cole, Natalie Cole, est décédée le 31 décembre à 65 ans.

Congestive heart failure, tel a été le diagnostic des médecins.

Natalie a remporté plusieurs Grammy Awards et le monde soul se souvient de l'album 'Unforgettable...with Love' de 1991 ( 7x platinum) sur lequel on retrouve le fameux 'Unforgettable' , un duo virtuel avec son père.

Natalie Cole nous laisse une discographie de plus de 20 albums.

Porte de sortie pour Roland Schneider, Joe Houston et Natalie Cole
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 10:45
Juliette Gréco à La Cigale, Paris, le 18 décembre 2015

Juliette Gréco à La Cigale, Paris, le 18 décembre 2015

Le billet de JPROCK :

Gréco la muse de St Germain, Gréco la scandaleuse malgré elle aux amours passionnées , Gréco l’icône en noir qui perpétue avec talent les chansons de Vian, Brel, Gainsbourg, Ferré et tant d’autres.
Gréco encore, Gréco toujours...
A 88 ans Juliette Gréco reprend la route pour ce qui sera sans doute son ultime tournée.
« Pas une tournée d’adieu ! » déclare-t-elle, mais une dernière série de concerts comme une jolie manière de dire merci à son public et merci à la vie.
A cette vie tumultueuse qui lui a apporté son lot de bonheur, et de gloire mais aussi de blessures.
Sans cesse rabrouée par une mère qui n’a pas su l’aimer comme un enfant à besoin de l’être, Juliette est aussi rattrapée par la guerre et se retrouve emprisonnée et interrogée à Fresnes aux mains de la Gestapo lorsqu’elle avait 16 ans. Elle se forge alors par la force des choses une volonté de fer et un caractère bien trempé, parvient à fuir et trouve refuge à Paris dans un milieu d’artistes chez une amie de sa mère où elle côtoie cette jeunesse d’après guerre que l’on surnommera les existentialistes.
Rapidement elle devient la muse de ce courant artistique qui regroupe des écrivains, des musiciens, des chanteurs et des poètes.
Portant les cheveux longs et habillée comme elle peut avec des vêtements d’hommes qu’on lui a donné faute de mieux car n’ayant pas le sou, Juliette crée un style et un mode de vie rebelle un peu malgré elle.
Elle côtoie Boris Vian, Jacques Prévert, Gainsbourg, Ferré, Brel et s’amourache de Miles Davis avec qui elle vit un amour intense mais impossible à une époque où le racisme est terrible surtout aux USA.
Juliette vit intensément un destin qui petit à petit dessinera l’artiste unique qu’elle deviendra.
En 1954 elle donne naissance à sa fille Laurence née de son union avec le comédien Philippe Lemaire dont elle divorcera en 1956.
En amour comme dans sa vie d’artiste Juliette suit son instinct et ses désirs et vit au cours de sa vie d'exaltantes histoires d’amours et de passions.

« Toute ma vie j’ai aimé qui je voulais et plutôt deux fois qu’une...
Il paraît que l'ordre moral revient...
Au nom de quoi ose-t-on juger la vie privée des autres ?
C'est d'une grossièreté insigne. Je déteste le rideau soulevé et l'oeil qui épie derrière la fenêtre." déclare-t-elle.

Aujourd’hui elle partage sa vie avec Gerard Jouannest son pianiste qui fut aussi compositeur et musicien pour Jacques Brel, et cette ultime tournée intitulée « Merci « la conduit partout dans le monde mais, en France, Juliette privilégie des salles qui à un moment ou un autre furent importantes dans sa carrière.
Ce soir c’est à la Cigale qu’elle nous donne rendez vous et bien sûr c’est complet depuis des semaines.

Dès que le rideau s’ouvre la magie Gréco opère.
Fini le pas parfois hésitant d’une dame de trois fois vingt ans, quand elle est sur scène Juliette s’anime d’une force invisible et donne vie à ses chansons magnifiques avec une émotion et un talent inégalés.
On vit un moment de grâce en compagnie d’une des plus grandes dames de la chanson française qui est toujours en pleine possession de ses moyens. Et c’est sans doute pour ça qu’elle désire aujourd’hui tirer sa révérence en nous laissant le souvenir ému d’une énorme interprète, d’une femme libre et anticonformiste qui aura été au bout d’un chemin qui s’est au fil du temps imposé à elle.

« Il faut savoir partir joliment, c’est une question de courtoisie » a- t-elle l’habitude de déclarer lorsqu’on l’interroge sur la finalité de sa tournée actuelle.

Derrière elle sur scène Gérard Jouannest au piano et Jean Louis Matinier à l’accordéon nous transportent au gré des chansons immortelles comme : « Non Monsieur, je n’ai pas 20 ans ! « , « Les Vieux » , « La Chanson des vieux amants » , « Déshabillez Moi » , « J’arrive » , « Il n’y a plus d’après » , « La Javanaise » , « L’Accordéoniste » , « Si tu t’imagines » , « Un petit poisson , Un petit oiseau » , « Jolie Môme » , « Avec le Temps », « Le contre ecclésiaste « , "Ces gens là » , « Bruxelles » , « Ne me quitte pas », et « Merci » , un titre inédit écrit spécialement pour la circonstance.

Après une standing ovation de près de cinq minutes, La Gréco revient nous interpréter « Le Temps des Cerises « avant de se faire à nouveau applaudir très longuement et de nous quitter cette fois définitivement après un dernier signe de la main en disparaissant derrière le rideau rouge.

Dans la salle l’émotion est palpable et le silence reste présent quelques instants.
Chacun réalise qu’il vient d’assister à un concert exceptionnel et en ce qui me concerne je sèche discrètement les larmes qui coulent le long de mes joues.
Et je ne suis pas le seul…
Quelques instants plus tard le public constitué d’admirateurs de tous âges quitte la salle.
Boulevard Rochechouart il fait doux, les terrasses des cafés se remplissent petit à petit tandis que tranquillement je regagne mon hôtel le coeur rempli d’un subtil mélange de joie et de tristesse.
J’ai cette curieuse impression d’avoir salué sans doute pour la dernière fois une interprète exceptionnelle dont le talent immense a bercé ma vie en de multiples moments.

Merci Madame Gréco, merci Juliette, je vous dois bien moi aussi ces mercis, et je vous souhaite bonne route.
Nul doute que ce concert de la Cigale n’est en fait qu’un au revoir et nullement un adieu, car vos chansons et vos disques resteront là près de nous à vie, ainsi que les souvenirs de ces jolis moments partagés.

Ainsi va la vie et l'âme des poètes...

PS: la tournée « Merci « de Juliette Gréco a débuté en avant première le 1er mars 2015 à Athènes en Grèce. Elle a ensuite officiellement commencé le 24 avril 2015 au Printemps de Bourges, est passée par Tel Aviv au début mai , à Tadoussac, Montréal , Sherbrooke et Toronto en juin, en Italie et à Anvers en juillet, à la Fête de l'Humanité, le festival de la voix au pays de Dieulefit ainsi qu'Amsterdam en septembre et l'Allemagne et Tours en novembre. En ce mois de décembre elle passe par quelques grandes salles parisiennes (le Châtelet, le théâtre des Champs-Élysées et La Cigale). Puis, la tournée se poursuivra en France au début de 2016 puis ira au Japon en juin 2016.

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK-THE DARK FEATHER.

Juliette Gréco à La Cigale, Paris, le 18 décembre 2015
Juliette Gréco à La Cigale, Paris, le 18 décembre 2015
Juliette Gréco à La Cigale, Paris, le 18 décembre 2015
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 06:12
Plus de zotte morgen pour Zjef Vanuytsel!

Le kleinkunstzanger Jozef Guillaume Vanuytsel, plus connu comme Zjef Vanuytsel, a rendu l'âme ce 30 décembre.

Comme pour tant d'autres, un cancer l'a terrassé alors qu'il était hospitalisé à l'UZ Gasthuisberg de Louvain.

Zjef avait la particularité de combiner le métier d'architecte et celui de chansonnier.

'De zotte morgen' est le titre de son premier album sorti en 1970, c'est également son plus grand succès.

D'autres classiques figurent sur le même disque: Houten Kop', 'Ik weet wel mijn lief' et 'Hop Marlene'.

Zjef n'aura gravé que 6 albums, le dernier 'Ouwe makkers' datant de 2007.

Le natif de Mol avait 70 ans.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 04:43
Avis nécrologiques: Stevie Wright - John ‘Brad’ Bradbury - Guru Josh

Stevie Wright - John ‘Brad’ Bradbury - Guru Josh ne fêteront pas la -Sylvestre, leurs noms s'ajoutent à la longue liste de musiciens qui nous ont quittés en 2015.

Stevie Wright, le lead singer des Easybeats, est décédé le 27 décembre à 68 ans.

Avec George Young, futur manager d'AC/DC, Stevie avait composé une série de hits dont l'incroyable 'Friday on my mind' de 1966.

Stevie Wright, de Leeds, avait abouti en Australie à l'âge de 9 ans, il fait ses premières armes au sein des Outlaws et de Chris Langdon and the Langdells.

Les Easybeats voient le jour peu après, en 1964.

Après le break-up du groupe en 1969, il fait partie de plusieurs groupes dont Black Tank ou Likefun, ensuite il forme Stevie Wright and the Allstars. En 1974 il sort l'album solo 'Hard Road' incluant le top single 'Evie'.

Malheureusement la suite est moins glorieuse, une dépendance à l'héroïne le tient éloigner des scènes, d'autant plus que le traitement appliqué par un certain Harry Bailey a failli lui exploser le cerveau.

Le chanteur réapparaît à l'aube du 21è siècle et remonte sur un podium, notamment lors du Legends of Rock Festival en 2009.

Le voyage a pris fin dimanche dernier.

Le batteur des Specials, John ‘Brad’ Bradbury est mort lundi à l'âge de 62 ans.

Brad rejoint le groupe de ska de Coventry en 1979 après le départ de Silverton Hutchinson.

C'est lui qui tient les baguettes sur le premier album du band, le fameux 'The Specials' comprenant e.a. ' A message to you Rudie'.

Après la dissolution du collectif en 1984, les membres se retrouvent dans d'autres projets ( Sunday Best, General Public, Special Beat, The Colourfield, Stiff Upper Lip...).

En 1993 les Specials réapparaissent comme backing band de Desmond Dekker et en 1996 ils sortent l'album 'Today's Specials' , les drums étant tenu par Aitch Hyatt.

Bradbury rejoint ses copains en 2008, le groupe tourne à nouveau de manière extensive mais pour le batteur l'aventure se termine fin 2015.

Paul Walden, commonly known as Guru Josh, défraye les chroniques musicales en 1990 avec le techno hit 'Infinity'.

Après ce succès foudroyant, il sort Freaky Dreamer," "Holographic Dreams," et "Whose Law (Is It Anyway?),"qui stagnent entre les places 12 et 30 dans les charts.

Il s'établit à Ibiza, continue à enregistrer et devient créateur de 3D Art Glass sous le nom de Louie Fabrix.

Il avait 51 ans lors de son décès il y a 2 jours.

Avis nécrologiques: Stevie Wright - John ‘Brad’ Bradbury - Guru Josh
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 01:43
Lemmy, c'est fini!

Lemmy Kilmister venait de fêter son septantième anniversaire quand il a succombé à un extremely aggressive cancer.

Le sole constant member de Motörhead n'aura pas mené une vie de saint, sex and drugs and alcohol ne font pas de vous un potentiel centenaire!

Les réactions n'ont pas manqué dès l'annonce de son décès.

Voici le message paru sur le facebook wall de Motörhead:

There is no easy way to say this…our mighty, noble friend Lemmy passed away today after a short battle with an extremely aggressive cancer. He had learnt of the disease on December 26th, and was at home, sitting in front of his favorite video game from The Rainbow which had recently made it’s way down the street, with his family.

We cannot begin to express our shock and sadness, there aren’t words.

We will say more in the coming days, but for now, please…play Motörhead loud, play Hawkwind loud, play Lemmy’s music LOUD.
Have a drink or few.

Share stories.

Celebrate the LIFE this lovely, wonderful man celebrated so vibrantly himself.

HE WOULD WANT EXACTLY THAT.

Ian ‘Lemmy’ Kilmister

1945 -2015

Born to lose, lived to win.

Motörhead devait repartir en tournée en janvier, too bad les fans n'entendront pas 'Ace of Spades'.

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 19:06
Duo Elysa au Casino de Saint- Quay- Portrieux ( Côtes d'Armor), le 27 décembre 2015

Duo Elysa au Casino de Saint- Quay- Portrieux ( Côtes d'Armor), le 27 décembre 2015

Saint- Quay- Portrieux, à la fois une élégante station balnéaire au charme désuet et un port de pêche célèbre pour ses chalutiers dragueurs ramenant des tonnes de coquilles Saint-Jacques ( la saison bat son plein en hiver et prendra fin en avril).

Si bon nombre de villas sont inoccupées hors-saison, les congés de Noël ont ramené pas mal d'occupants sur la côte et le casino local, organisant chaque dimanche des concerts live ( tendance après-midi dansante), affiche presque complet en cette douce journée de fin décembre.

Le Duo Elysa donnera un double show, le premier de 16h à 19h, le second, après le dîner, de 20:30 à 22:30.

Il est 16:15 lorsque nous nous attablons aux abords de la piste de danse, Dominique Besnier, guitare/voix et sa compagne Elysa au chant, avec des bandes en support, ont déjà entamé leur récital.

Le duo, originaire de Mayenne, écume les thés dansants, les casinos, les bals en tous genres ou autres animations diverses, leur répertoire est diversifié, allant du yéyé au disco en passant par la variété hexagonale, les vieux rocks, le tango ou le madison...

Pas le style de truc qui devrait intéresser l'amateur d'indie, de punk ou de noise, mais le public d'âge mûr hantant les lieux n'en a cure, les dames, certaines en tenue élégante, et leurs cavaliers, parfois dégarnis, n'ont pas délaissé une seule minute le cercle prévu pour les entrechats, rondes, pirouettes diverses ou autres ballets plus ou moins stylés.

On ajoutera qu'après avoir vaincu une timidité maladive, nous nous sommes également, et sans honte, mêlés aux indigènes souples ou guindés se démenant face aux musiciens.

L'enregistrement et la guitare lancent 'Olé Torero', pas le plus breton des hymnes enregistrés par Luis Mariano et pas le numéro 1 au hitparade des préférées de Brigitte Bardot.

On vogue en pleine vague rétro, sur la piste, une senorita, chevelure de jais (symbole de l’élégance ultime, le noir convient aux femmes de caractère, dixit Schwarzkopf) et rose rouge, vêtue d'une robe à frou frou d'un blanc éclatant, ose une sevillana qui, sans aucun doute, lui eût valu une invitation de Patrick Sébastien si l'animateur avait été présent dans la salle.

Le boléro qui suit attire trois couples, c'est bien parti!

Un cha cha propose Elysa, 'Sway', un tube pour Dean Martin, finit par te convaincre, on ne va pas s'ennuyer en cette fin d'après-midi.

Madison time au Camping Paradis avec le sulfureux 'Last night' , jolis effets de guitare et tous ceux qui se souviennent de Salut Les Copains se retrouvent sur une ligne.

Ambiance!

Changement de style, cap sur les îles avec ' Kole Sere' de Jocelyne Beroard et Philippe Lavil, suivi logiquement par le coloré ' Maldon' de Zouk Machine et l'hymne de La Réunion 'Li Tourner'.

Ringard, tu dis, moins fort, mec, tu vas t'attirer les foudres de toute la paroisse.

C'est la fête, ajoute judicieusement Dominique.

Paye-toi une pression et fais comme nous, danse, mec!

Plus de 100 millions de vues pour 'Andalouse' de Kendji Girac, ça chauffe à Saint-Quay.

Rien de tel pour brûler les graisses d'après réveillon que de danser la zumba et pourquoi pas poursuivre par un bon vieux rock'n'roll, 'Rock around the clock'.

Vous êtes fatigués?

Le quart d'heure sentimental arrive, ça fait un bail que tu n'avais plus entendu 'Elle était si jolie' d'Alain Barrière.

Là, je craque, Dalida, 'Il venait d'avoir 18 ans', un péché de jeunesse!

Le couple enchaîne sur la marche, 'Mon manège à moi' de la Môme Piaf que Guénaëlle, à la table voisine, fredonne en sourdine.

La reprise de Bruel était une réussite, mais la valse 'Mon Amant De St Jean' fut un succès pour Lucienne Delyle pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Qui mieux que Carlos Gardel peut représenter le tango, voici 'Adios Muchachos', avant de revenir au répertoire d'Edith avec le fox trot 'A quoi ça sert l'amour'.

Zorbec le gras n'est plus, le sirtaki vit toujours, en mode line dancing chez les Armoricains.

On approche de la pause, en Bretagne on se doit d'interpréter ' Tri Martolod' et, avant le café, le prix Médicis 1970, 'Avec les filles je ne sais pas'.

Dix minutes de répit, l'arbitre rappelle les équipes.

Reprise avec 'I'm just a gigolo', aucun désistement, ils ont tous repris leurs exercices, 80% d'appliqués, 20% d'agités.

Un brin d'exotisme Club Med avec 'Ai Se Eu Te Pego' et pour Hugues, un couplet en espagnol, 'La Camisa Negra' de Juanes.

Ludmila: J'ais découvert cette musique dans une animation du camping le soir ..

Ludmilla, pas de S à j'ai!

Je m'en fous, je kiffe trop ' J'aimerais trop qu'elle m'aime'.

Gisèle n'aimait pas Keen V, c'est le disco son truc, elle a été entendue, voici 'YMCA' .

Avec le golden oldie ' Hey, Baby' de Bruce Channel c'est moi qui suis à la fête, Elvis se pointe, 'Don't be cruel', Bill, un vaurien, propose 'See you later, alligator'.

Trois rock d'affilée, il s'agit de souffler.. Louis?

'What a wonderful world' puis 'Only You' des Platters.

Un interlude 'Viva Espana' avec claquettes bretonnes avant d'attaquer le superbe 'La complainte du phoque en Alaska' de Beau Dommage.

Sur la piste, ta compagne s'est trouvée un phoque périmé pour valser à l'aise.

Assez ri, on passe chez les cowboys, 'Oh Susannah', avant d'entamer une série de twist à Saint -Quay. En mode medley: 'Daniela', Johnny, 'Donne-moi ma chance' , un trio de Frank Alamo dont la biche de Noël, Clo Clo et celui qu'on préfère, Richard Anthony, c'est la totale!

Sortez les paillettes, le glitter, les pattes d'éléphant, voici Boney M: 'Rivers of Babylon', 'Daddy Cool' et 'Rasputin'.

Fait pas chaud à Moscou, passons sous les tropiques.

Gilbert?

'Sous le sunlight des tropiques'.

C'est pas aveuglant, ça?

Clo Clo, encore, ' Alexandrie' et un second Dalida, 'Besame Mucho'.

Euphorie générale avant la dernière ligne droite, entamée par le génial 'Le blues du rose' de Thomas Dutronc, puis 'Je vole' de Sardou et sans naufrage, 'Titanic' de Celine Dion.

On salue nos nouveaux amis pour regagner nos pénates en se disant qu'on reviendra au casino !

Duo Elysa au Casino de Saint- Quay- Portrieux ( Côtes d'Armor), le 27 décembre 2015
Duo Elysa au Casino de Saint- Quay- Portrieux ( Côtes d'Armor), le 27 décembre 2015
Duo Elysa au Casino de Saint- Quay- Portrieux ( Côtes d'Armor), le 27 décembre 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 17:44
MILOW + EMMA BALE - HOMECOMING CHRISTMAS CONCERTS 2015 - Het Depot - Leuven - 19 décembre 2015

Chronique du concert de Milow + Emma Bale le 19 décembre 2015 –

Het Depot – Leuven

Photos et reportage : Pierrot et Margaret Destrebecq - King

Un vent de fraîcheur a soufflé sur le Depot lors de l’apparition sur scène de la ravissante Emma Bale qui assure la première partie du concert que Milow offre pour la 4è année consécutive à son public à l’occasion des fêtes de fin d’année et dont l’entièreté des profits sera versé à des œuvres caritatives.

La jeune chanteuse de 16 ans nous interprète les titres de son premier EP My World Untouched sorti récemment, demandant l’indulgence du public pour ses éventuelles erreurs à la guitare, instrument qu’elle ne joue que depuis deux ans.

Emma Balemans (de son vrai nom) est malinoise (Sint-Kathelijne-Waver) et a tenté sa chance dans l’émission « De Voice Kids » sur VTM et malgré son échec en demi-finale, elle a attiré l’attention de Koen Wauters du groupe Clouseau qui l’a prise sous son aile protectrice et lui a permis d’assurer la première partie de son groupe.

Milow a lui aussi été très impressionné par la jeune fille et a décidé de la pousser dans sa carrière musicale comme il l’avait fait pour une autre très grande artiste, Selah Sue.

Sa voix plaisante et le charme de sa jeunesse ajoutés aux accords délicats de sa guitare laissent entrevoir une carrière prometteuse pour cette artiste dont c’est la 10è performance en première partie de Milow et la jouvencelle est plus qu’à l’aise et plaisante avec son public.

Elle quitte la scène sous les applaudissements nourris du public qui manifestement l’adore déjà.

Retour pour Milow à ses débuts en solo sur la scène de Leuven qu’il affectionne particulièrement, il y est chez lui.

Il va nous faire redécouvrir ses diverses compositions interprétées à sa manière du jour, nous faire voyager dans le temps et il rappellera pour deux chansons la délicieuse Emma Bale pour l’accompagner en duo et nous faire connaître la dernière chanson que Emma a composée avec lui en août à trois rues du Depot, « Fortune Cookie » où il l’accompagne.

Il invitera ensuite ses amis Tom Vanstiphout et Nina Babet à le rejoindre sur scène pour la fin de son show, pour interpréter quelques titres.

Pour le rappel, il nous dit qu’il a pris l’habitude de descendre dans la salle et chanter au milieu de son public, ce qu’il fait, bientôt rejoint par Tom, Nina et Emma pour un final grandiose accompagné des chœurs du public.

Ce fut un très bon concert, un très bon moment de musique mais surtout une soirée bon enfant à l’ambiance festive bien de saison.

Milow’s setlist :

We Must Be Crazy

She Might, She Might

Born In The 80’s

No, No, No

You Don’t Know

You’re Still Alive

Ayo Technology

Echoes In The Dark

Frotune Cookie

Love Like That Is Easy

The Kingdom

I Was A Famous Singer

Swimming Against The Tide

Buiding Bridges

Howling At The Moon

Little In The Middle

Thunder Road

The Fast Lane

You And Me

MILOW + EMMA BALE - HOMECOMING CHRISTMAS CONCERTS 2015 - Het Depot - Leuven - 19 décembre 2015
MILOW + EMMA BALE - HOMECOMING CHRISTMAS CONCERTS 2015 - Het Depot - Leuven - 19 décembre 2015
MILOW + EMMA BALE - HOMECOMING CHRISTMAS CONCERTS 2015 - Het Depot - Leuven - 19 décembre 2015
MILOW + EMMA BALE - HOMECOMING CHRISTMAS CONCERTS 2015 - Het Depot - Leuven - 19 décembre 2015
Repost 0
Published by Pierrot et Margaret Destrebecq - King - dans Concerts
commenter cet article
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 11:16
The Swinging Duo au bar-restaurant Le Plourhannais - Plourhan (Côtes-d'Armor) le 18 décembre 2015

The Swinging Duo au bar-restaurant Le Plourhannais - Plourhan (Côtes-d'Armor) le 18 décembre 2015

Le guide:

Plourhan s'étend sur 17,2 km² et compte 2 011 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2006.

La commune est située à 3 km au nord-ouest d'Etables-sur-mer, la plus grande ville des environs.

Une église, une boulangerie, trois restos dont un asiatique et Le Plourhannais repris depuis peu par un duo dynamique ayant décidé d'organiser des concerts dans cet accueillant établissement.

Ce soir The Swinging Duo qui se tape un Christmas Tour dans le 22, à midi, ils évoluaient à Guingamp, le concert du soir est prévu à 21h.

A 20:55', on compte trois clients( nous compris) et 5 fumeurs ayant décidé de polluer le pavé.

Mince, faut du courage pour organiser un concert à une semaine de Noël.

The Swinging Duo

Une voix limpide, maîtrisée et expressive, celle de Corinne Sahraoui, qui présente une carte de visite des plus honorables ( elle a collaboré e.a. avec Marla Glen, Dee Dee Bridgewater, Mory Kante) et un jeune guitariste brillant, poussant de temps en temps la chansonnette, Mathieu Crochemore, a busy bee également membre du Soulful People Quartet, du Soulful Combo, de Cookin'Up ou de Sean and Math.

Au menu, après avoir enfilé un plat breton typique, des carbonnades à la bière et au pain d'épices, des standards jazz et quelques compositions originales.

21:30', set 1, un sourire en coin, merci d'être venus si nombreux!

Mise en bouche raffinée avec une version aérienne de 'Blue Moon', une guitare veloutée à la West Montgomery et une voix chaude partant en scat.

La nuit s'annonce douce, une romance s'impose....tu dis, Frank, pourquoi pas 'We'll be together again'.

Excellente idée, on adore le feutré!

Billie se regarde dans la glace et se dit je vais vivre une soirée intense, but 'I'm just fooling myself' tandis que la guitare brode gracieusement.

Le duo propose d'attaquer un original, ' In this land', un gospel/smooth swing aux saveurs d'une autre époque, avant de passer au r'n'b/blues coloré New Orleans, à la Fats Domino, si tu veux.

T'es pas contente, Corinne?

Who told you that I was cheating around?

T'ai fait suivre, mon lapin!

Ils enchaînent en duo vocal, ' Cheek to cheek', direction le paradis en omnibus!

Et pour mettre un terme à la première mi-temps on se tape un petit tour au Savoy Ballroom afin d'esquisser un pas de danse sur ' Swing, brother, swing'.

Patron, un demi et un vin rouge, bitte!

Corinne et Mathieu reviennent requinqués et proposent un extrait du George Gershwin songbook pour démarrer le second acte, 'I got rhythm' .

Inconsciemment tes petits doigts tapotent la table, ta compagne préférant les fingersnaps.

Les températures estivales, 16° à l'ombre en décembre, nous inspirent, voici 'So nice ' ( Summer Samba), aussi lisse que la version de l'éblouissante Bebel Gilberto.

Corinne est dotée du timbre idéal pour rendre la bossa nova à la perfection.

'You're so beautiful'.

Merci, Joe Cocker?

Non, une de nos compositions et on continue avec un autre standard, 'Just in time', décoré d'une séquence de scat à faire rougir Nina Simone.

Ces deux-là ont le rythme dans la peau, la voix est suave, la guitare batifole comme si tout semblait couler de source.

Elégance est le maître mot!

Gerald Marks et Seymour Simons ont composé 'All of me' en 1931, le standard n'a pris aucune ride, la version la belle et la bête proposée par The Swinging Duo séduit l'assistance.

Leur complicité et bonne humeur continuent à ravir le public restreint pendant la ballade 'Don't be that way'....Don't cry, oh honey, please don't be that way....Tears are in vain, so honey please don't be that way...

T'as raison, babe, je me commande une bière!

Avertissement, 'I'm in you' est du style morceau acrobatique pour oreilles averties!

Effectivement, elle se permet une gymnastique vocale audacieuse.

Braves gens, vous allez être mis à contribution, oui, vous deux et les piliers de comptoirs également, donc, hey, hey, hey, hee, hee, hee, pa pa pa da etcetera...c'est pour vous , c'est parti pour un titre groovy et joyeux qui précède le swing enjoué 'Side by side'.

Mathieu aime le blues, ' Trouble in my way' mixe blues et gospel, Corinne invoque Jésus et convainc même sans l'apport du choir local.

Et pour finir le voyage, 'Please, don't talk about me when I'm gone'.

... you go your way and I'll go mine... nos routes se recroiseront peut-être, good night!

The Swinging Duo au bar-restaurant Le Plourhannais - Plourhan (Côtes-d'Armor) le 18 décembre 2015
The Swinging Duo au bar-restaurant Le Plourhannais - Plourhan (Côtes-d'Armor) le 18 décembre 2015
The Swinging Duo au bar-restaurant Le Plourhannais - Plourhan (Côtes-d'Armor) le 18 décembre 2015
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 08:10
Tremonti au Trix- Antwerpen, le 18 décembre 2015

TREMONTI - Trix, Antwerpen - 2015.12.18

in samenwerking met Rocklive / Biebob.

Setlist :

01. Cauterize.
02. You Waste Your Time.
03. All I Was.
04. So You're Afraid.
05. Flying Monkeys.
06. The Things I've Seen.
07. Radical Change.
08. Dark Trip.
09. Brains.
10. Providence.
11. Arm Yourself.
12. Decay.
13. Another Heart.
14. Sympathy.
15. Wish You Well.

Esquimaaaauuux, chocolats glacéééés...! Comme dit le proverbe Inuit : "Les ours se suivent et ne se ressemblent pas". Dont acte!

Deux jours après une double affiche "Rock-Metal Classique" à Bruxelles, me voici on the road again, en compagnie du fiston cette fois, direction le Trix à Antwerpen, ou Anvers (et contre tous) si tu préfères.

But du voyage : assister au concert de Mark Tremonti. On a quitté Ciney bien à temps dans notre Duster, on ne sait jamais ce qui peut traîner sur les routes un vendredi soir sur la terre. Mais tout roule comme sur des roulettes (Zeppelin, les meilleures!) jusqu'au fameux Craeybeckx (43 points au Scrabble) Tunnel, où ça bouchonne un tant soit peu. A peine le temps pour nous de tester les "files d'Anvers" (disponibles dans toutes les bonnes boucheries. Tiens, mange, c'est du bœuf). Ouf, nous y voilà enfin. Échange du feuillet de réservation internet au guichet ("aan het lokket" en v.o.) contre deux vrais billets comme avant, avec une photo du groupe et c'est en couleurs, j'aime mieux ça, dans la collection, ça en jette.

Le moins qu'on puisse dire c'est qu'on ne se bouscule pas au portillon, le "sold out", ce sera pour une prochaine fois. D'après mes estimations, il y a environ 400 personnes. Mais tout ça, tu t'en fous, je sais. Alors n'oublie pas que moi j'ai des lignes à remplir de mots qui brillent (le célèbre Brie de Meaux) et Mark Tremonti n'a pas encore le passé musical de ses illustres aînés, dieux de la six cordes. Alors on meuble comme on peut comme le dit si bien mon pote qui vient d'acheter un appartement. Bien, alors qui c'est ce fameux Mark Tremonti?

Eh bien, ce jeune homme est originaire de Detroit (Michigan) où il a vu le jour le 18 avril 1974. Tiens c'est vrai ça, on ne dit jamais "il a vu la nuit" même pour ceux qui naissent pendant ces heures où le soleil fait relâche. Ostracisme planétaire?

Mark se fait d'abord connaître internationalement au sein du groupe Creed. Je suis d'ailleurs quasi certain que tu connais "My Sacrifice". Puis il s'en va former Alter Bridge au sein duquel il s'adjoint (au maire) les services vocaux hauts-perchés de Myles Kennedy. Je ne saurais trop te conseiller (municipal) d'écouter le premier opus sorti en 2004 qui est à mon humble avis le meilleur et le plus diversifié. Quatre albums studios et deux "Live" plus tard, Mark se dit qu'au lieu de se cantonner à des tâches subalternes de seconde voix occasionnelle au sein du Bridge, il pourrait lui aussi, pousser la chansonnette car il a plein de petites compositions écrites qu'il ne veut pas spécialement intégrer au répertoire de son groupe phare. Alors il fonde Tremonti (Python) et sort son Sacré Graal personnel avec l'excellent "All I Was" paru en 2012. C'est hyper puissant et accrocheur! Le sieur Mark (qui vaut 1,9558€ au change je te le rappelle) est passé maître dans l'art du riff plombé. Au niveau technique, l'homme n'était pas non plus en congé le jour où on a distribué le talent, il y a un petit côté "schredder" qui fait son effet. La preuve en est que ce jeune homme joue sur des guitare PRS (Paul Reed Smith) "single cutaway Mark Tremonti Signature". Or, avant d'avoir ta propre gratte "signature" chez PRS il faut de solides lettres de créance (clearwater revival, sorry je n'ai pas pu résister) Et lui, il a quatre modèles signature différents chez le fabricant, donc plus besoin de te faire un dessin, tu as compris. Non? Alors va jouer sur l'autoroute, tu ne risques rien! La connerie, c'est comme un K-Way, çà protège et tu peux même tourner la tête, ça bouge avec toi. Ce soir, Mark et ses trois musiciens sont en tournée promotionnelle de leur nouvel album intitulé "Cauterize" sorti il y quelques mois à peine. Je le trouve moins riche que le premier là aussi. Je fais le parallèle avec le concert; c'est bien d'avoir du matériel en trop et de vouloir le jouer dans un autre groupe mais pour moi, certains titres sentent malheureusement ce côté "en trop" un peu comme quand tu as bien mangé, mais trop (Metro ligne 4, direction Mairie de Montrouge, changer à Montparnasse. Ligne 13, direction...) non tu ne sauras pas où je réside quand je vais à Paris! Bon, tout ça pour dire que les 75 minutes de concert ont été intenses, certes, mais dans l'ensemble bien linéaires si l'on excepte des titres comme "All I Was" "Arm Yourself" ou "Sympathy". Je m'attendais à autre chose tout de même. Et pas de chance non plus car au début, la voix est un peu sous-mixée. Bref, je t'évite le détail litanique d'un concert un peu Titanic (si ça existe, je viens de l'inventer) et je t'invite à consulter la setlist pour te faire une opinion. En conclusion, c'est en deçà d'Alter Bridge au niveau qualitatif et oui, quelque part il y a une légère frustration chez moi en sortant. "Peut mieux faire" comme on indiquait autrefois dans les bulletins scolaires. Désolé pour les photos, les lumières n'étaient pas (ZZ) Top non plus.

Mitch "ZoSo" Duterck

Tremonti au Trix- Antwerpen, le 18 décembre 2015
Tremonti au Trix- Antwerpen, le 18 décembre 2015
Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents