Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 21:09
Patty Griffin & band - Frankie Lee à l'Ancienne Belgique ( Club) -Bruxelles, le 28 janvier 2016

Patty Griffin and band - Frankie Lee à l'Ancienne Belgique ( Club) -Bruxelles, le 28 janvier 2016

PATTY GRIFFIN + FRANKIE LEE - AB Club, Bruxelles (BEL) - 2016.01.28

Setlist Patty Griffin :

01. MOVE ON UP IN GLORY. (¥) & (***)
02. THERE ISN'T ONE WAY. (*)
03. GUNPOWDER. (*)
04. STANDING. (£)
05. MADE OF THE SUN. (*)
06. LONG RIDE HOME. (€) & (@)
07. MOM AND DAD'S WALTZ. (**)
08. SERVANT OF LOVE. (*)
09. YOU NEVER ASKED ME. (*)
10. TRAPEZE. ($)
11. OHIO. (**)
12. DEATH'S GOT A WARRANT. (***)
13. 250,000 MILES. (*)
14. EVERYTHING'S CHANGED. (*)
15. SHINE A DIFFERENT WAY. (*)
16. TRUTH # 2. (%)
17. CAMINITO DE LA SIERRA. (%)

(*) "Servant of Love" (2015)
(**) "American Kid" (2013)
(***) "Downtown Church" (2010)
(¥) "Band of Joy" (2010)
($) "Children Running Through" (2007)
(£) "Impossible Dream" (2004)
(€) "A Kiss in Time" (2003)
(@) "1000 Kisses" (2002)
(%) Unreleased Track

Premier concert de mon triptyque de clôture d'un mois de janvier d'excellente facture au niveau concerts. Patricia Jane Griffin, Patty pour les intimes, née le 16 mars 1964 à Old Town dans le Maine, USA, est dans nos murs pour la toute première fois de sa carrière.
C'est donc au premier étage de l'AB, club d'une capacité d'environ 200 personnes, que l'événement est programmé. Une demie-heure avant le début du concert, nous sommes 9 en tout et pour tout à truster le premier rang où je retrouve Agnès et Christian, un couple d'amis Lillois. Certains élèvent des pigeons, moi j'ai des amis Lillois, c'est comme ça, ce n'est pas plus idiot que de promener un bichon maltais ou de séparer des combattants du Siam.

On s'interroge tout de même en espérant franchement qu'il y aura bientôt un peu plus de monde que ça pour applaudir cette grande dame du country-folk et qui est, de toute évidence, plus populaire aux Etats-Unis que dans nos contrées. En effet, outre-Atlantique, Patty est une star qui truste le sommet des charts country-folk aux côtés d'Emmylou Harris, Dolly Parton, ou encore Linda Ronstadt pour ne citer que celles-là.

C'est vers l'âge de 16 ans qu'elle achète sa première guitare pour 50 dollars et compose ses premières chansons. A cette époque, elle ne fait pas encore le projet d'en vivre et encore moins de devenir chanteuse professionnelle. Auteur-compositeur-interprète, elle envoie des démos un peu partout et, un beau jour, elle se voit offrir un contrat chez A M Records, une major américaine, l'aventure commence. Son premier album sort le 21 mai 1996, sous la houlette du producteur Nile Rogers de Chic, mais il faudra attendre 2010 pour voir son album "Downtown Church" truster la première place des charts dans deux catégories différentes. C'est en 2015 que paraît "Servant of Love" son neuvième et dernier album studio en date. C'est lui qui servira de colonne vertébrale pour la tournée promotionnelle à laquelle nous sommes conviés céans. La résidente du pays de l'Oncle Sam, nous gratifiera d'ailleurs de 8 des 13 titres que contient l'album. Patty Griffin, vit au Texas depuis 18 ans déjà et elle nous en rappelle la richesse du patrimoine musical plus que politique d'ailleurs, égratignant au passage Donald Trump, candidat à la présidence des États-Unis.

On est séduits d'entrée par les qualités vocales des quatre musiciens, tous multi-instrumentistes. La voix de Patty est unique de par son timbre, envoûtante même. "Move on up in Glory" le morceau d'introduction met tout le monde d'accord. Cette chanson ne nous est d'ailleurs pas étrangère car elle faisait partie intégrante du répertoire du Band Of Joy de Robert Plant dans lequel Patty Griffin officiait également en 2010/2011. Tantôt plus calme, tantôt électrique la setlist est très variée, le magnifique "Standing" fera couler bien des larmes d'émotions sur les joues de ma voisine de gauche. Non, désolé je n'ai pas de mouchoirs en papier Madame. On flirte aussi avec le Gospel et là, c'est carrément du miel pour les oreilles et le cœur, c'est d'une beauté... Je n'ai plus un seul poil des bras couché. A certains moments, les accords de guitare font plus qu'évoquer un certain James Patrick Page si vous voyez ce que je veux dire, surtout pour les morceaux interprétés avec des accordages spéciaux, art dans lequel Mr. Page excelle.

Une très belle reprise du "Mom and Dad's Waltz" de Lefty Frizzell (1928-1975) chanteur de country au lourd passé alcoolique et pourtant cité comme référence par des gens tels que Willie Nelson, Merle Haggard, Roy Orbison ou encore John Fogerty. Passage intimiste au piano pour deux chansons dont le très beau "Servant of Love". Et puis, voici un de mes coups de cœur de la soirée avec "Ohio" titre extrait de son album "American Kid" paru en 2013 et sur lequel on retrouvait Robert Plant en backing-vocalist de luxe pour trois chansons. Un très beau texte qui raconte l'histoire d'un ancien esclave hanté par le fantôme de sa fille défunte. Superbe a capella à quatre voix sur le titre "250,000 Miles" qui nous parle de l'éloignement d'une mère et de sa fille. Trois chansons plus tard, c'est l'heure de nous séparer.
En rappel, le quatuor ovationné par le public nous interprète une chanson écrite pour célébrer l'indépendance du Mexique, c'est sur un petit chemin de montagne "Caminito de la Sierra" que Patty Griffin et ses musiciens virtuoses nous emmènent en balade avant de nous dire au revoir.

Magnifique concert en ce qui me concerne, on demande à la revoir cette grande artiste qui s'est finalement produite devant une bonne grosse centaine de personnes. Au rez-de-chaussée il y avait la Grande Sophie et pour un concert annoncé comme "à succès" , il a fallu revoir ses prétentions à la baisse et configurer la grande-salle de l' AB en formule "Box", comme quoi...
Bon, le temps d'un repas et je rentre à mon hôtel d'où je vous écris cette petite bafouille avant de faire dodo. Quoi? Il est déjà 2h20 du matin? Saluuuuuuut, à demain pour le second volet.

La première partie était assurée de fort belle manière par Frankie Lee que nous avons eu le bonheur de découvrir par l'entremise de quelques chansons d' "American Dreamer" son dernier album. Au cours de la demie-heure qui lui était impartie, le sociétaire de Nashville, Tennessee. nous a fait montre de son talent en s'accompagnant à l'harmonica, à la guitare et au piano. Je t'entends déjà poser la question ô lecteur perspicace, non, pas en même temps bien sûr! Le timbre de voix est très clair ce qui contraste avec l'image du personnage à l'allure de cowboy moderne. Un bien agréable moment bercé par cet accent du Sud tellement reconnaissable.

Mitch "ZoSo" Duterck

Patty Griffin & band - Frankie Lee à l'Ancienne Belgique ( Club) -Bruxelles, le 28 janvier 2016
Patty Griffin & band - Frankie Lee à l'Ancienne Belgique ( Club) -Bruxelles, le 28 janvier 2016
Patty Griffin & band - Frankie Lee à l'Ancienne Belgique ( Club) -Bruxelles, le 28 janvier 2016
Repost 0
Published by Mitch "ZoSo" Duterck - dans Concerts
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 14:47
Et ça continue encore et encore... Frank Collett, Paul Kantner et Black!

Frank Collett, born in Brooklyn as Frank Taglieri, était un pianiste de jazz sortant de la renommée Juilliard School of Music, en début de carrière il a accompagné Sarah Vaughan pour ensuite former son Frank Collett trio ( avec Monty Budwig et Donald Bailey).

Il fait surtout carrière en tant que musicien de studio, travaillant pour de grands noms: Elvis Presley, Perry Como, Glenn Campbell, Bette Midler, Carmen McRae, Helen Merrill, Jon Hendricks, Diane Reeves ou Barbra Streisand. e.a.

Le pianiste, âgé de 74 ans, est décédé à Pasadena le 25 janvier.

Colin Vearncombe, alias Black, est décédé ce 26 janvier, il avait été victime d'un accident de circulation quinze jours plus tôt et était resté dans le coma.

Pour le commun des mortels, Black restera le créateur de l'immense tube ' Wonderful Life' sorti en 1985 mais n°1 dans pas mal de listes en 1987.

Sa carrière avait débuté en mineur en 1981, il aura fallu attendre 6 ans avant de le voir décoller, d'aucuns considèrent 'Wonderful Life' comme un one shot, mais le singer-songwriter de Liverpool a toutefois continué à sortir des albums souvent chroniqués de façon élogieuse par la presse musicale.

Son dernier album 'Blind Faith' est sorti en 2015.

Colin Vearncombe avait 53 ans.

Paul Kantner, cofondateur de Jefferson Airplane, un géant du rock psychédélique, est décédé jeudi à l'âge de 74 ans.

La carrière musicale de Kantner débute dans les early sixties, il joue du folk et des protest songs sous l'influence de Pete Seeger.

Un jour, Marty Balin le voit sur scène et l'idée de former un groupe germe aussitôt, ils invitent Jorma Kaukonen, la chanteuse Signe Toly Anderson, Jerry Peloquin et Bob Harvey et un des monstres du rock psychédélique, Jeffersoin Airplane, est baptisé.

Les trois derniers nommés céderont rapidement leur place à Grace Slick, Skip Spence et Jack Casady.

Si ' Jefferson Airplane Takes Off' tarde à décoller, le LP suivant 'Surrealistic Pillow' cassera la baraque.

'Somebody to love' et 'White Rabbit' demeurant des classiques indémodables. d

Kantner restera fidèle au vaisseau spatial, devenu Jefferson Starship, malgré les nombreux changements de line-up.

En dehors de la disco du Jefferson Airplane et de Jefferson Starship, Paul a également signé deux albums avec Grace Slick et trois disques sous son nom.

Another rock icon has left us.... pour reprendre la note d'un fan sur facebook.

Et ça continue encore et encore... Frank Collett, Paul Kantner et Black!
Et ça continue encore et encore... Frank Collett, Paul Kantner et Black!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 22:48
Toto à Forest National, le 27 janvier 2016

Toto à Forest National, le 27 janvier 2016

"TOTO" est organisé par Gracia Live

Le billet de JPROCK :

Une fois de plus Toto est de retour à Forest National ce 27 janvier 2016 et cette fois pour la première date de sa tournée européenne et asiatique.
Cette fois le line-up du band de Los Angeles est composé outre de deux choristes masculin-féminin, de Joseph Williams au lead vocal ( vous savez, le fils de John Williams célèbre compositeur de Star Wars, Indiana Jones etc…), du légendaire Leland Sklar à la basse ( celui là même qui accompagnait déjà Polnareff en 1975 pour un concert mythique dans cette même salle ) à la place de feu Mike Porcaro, disparu en 2015 , de Shannon Forest à la batterie en remplacement de Simon Philips parti se consacrer à sa carrière solo ainsi que des inamovibles et essentiels David Paich ( claviers et chant) et Steve Lukather ( lead guitar, chant et vrai patron du band) , ainsi que du célèbre percussionniste Lenny Castro et de Steve Porcaro (claviers et chant).
Dès l’entame du premier titre « Running out of Time » on retrouve avec bonheur le fameux « son » Toto et cette classe folle qui a toujours été un des atouts majeur du groupe.
Au chant Joseph Williams me plait beaucoup et je le trouve personnellement plus charismatique et showman que ne l’était Bobby Kimball sur la dernière tournée du band auquel j’avais assisté.
Les titres-hits s’enchaînent avec bonheur et l’on savoure tour à tour « Hold the Line » , « Georgy Porgy » , « Afraid of love » et « Pamela » .
Au fil du set David Paich et Steve Porcaro nous gratifient de très beaux moments de claviers solos mais la surprise du chef vient surtout de Steve Lukather qui s’attaque au fameux « Bridge of Sighs » de Robin Trower titre légendaire s’il en est et prétexte à un solo de gratte à vous couper le souffle.
Le band hausse ensuite encore le ton et enchaîne avec « Holy War » suivi de « The Road Goes On » , « Orphan « et l’inévitable « Rosanna » repris en choeur par la foule.
Le public en veut plus et réclame un bis et voici le groupe de retour sur scène avec « On the Run/ Goodbye Elenore » pour le plus grand plaisir de tous.
« Any request ? » lance Lukather à la foule.
Les cris fusent mais tout le monde sait que le groupe ne peut clôturer un set sans jouer « Africa » et dès les premières notes le public s’enflamme sur une version qui durera près de dix minutes.
« Nous vivons des temps difficiles, alors nous sommes là pour vous donner de la joie avec notre musique » a déclaré Steve Lukather lors d’une de ses interventions de ce soir, et l’homme a mille fois raison , Toto est une machine à hits qui vous donne la pêche en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.
Et ça fait un bien fou.
Ce fut donc une bien belle soirée orchestrée par un tout grand Toto au sommet de sa forme et les absents ont une fois de plus eu bien tort.

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK-THE DARK FEATHER.

Setlist :
Running Out of Time
I'll Supply the Love
Burn
Stranger in Town
I Won't Hold You Back
Hold the Line
Georgy Porgy
Afraid of Love
Bend
Pamela
Keyboard Solo
Great Expectations
Without Your Love
Bridge of Sighs
(Robin Trower cover)
Holy War
The Road Goes On
Orphan
Rosanna

Encore:
On the Run / Goodbye Elenore
( with snippet of Child's Anthem)
Africa

Toto à Forest National, le 27 janvier 2016
Toto à Forest National, le 27 janvier 2016
Toto à Forest National, le 27 janvier 2016
Repost 0
Published by JPROCK : - dans Concerts
commenter cet article
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 11:02
Shannon Wright - The Hills Mover à La Rotonde du Botanique, Bruxelles le 27 janvier 2016

Shannon Wright - The Hills Mover à La Rotonde du Botanique, Bruxelles le 27 janvier 2016

photos: jp daniels - avis sur la pretation de Shannon Wright: Florian Hexagen

Concert affichant COMPLET!

The Hills Mover

Grégoire F.Thot en apprenant qu'il pourrait assurer l'avant programme de Shannon:

Mon vrai cadeau de Noël est arrivé en retard, mais il est plus flamboyant que jamais: la première partie de Shannon Wright la semaine prochaine au Botanique avec ma cape de The Hills Mover!

Hugues qui se produit à ses côtés au sein de Thot:

Pas plus de 102 db(A) avec ta gratte acoustique, hein. C'est bien compris ?!,

Un spectateur:

Ca a été dur à respecter !

setlist :voir cliché


Shannon Wright.

Submergés par le sublime hier à la Rotonde par l'émouvante et incandescente Shannon Wright. C'était notre première soirée avec elle, après tant de rendez-vous ratés, et on espère vraiment que ce ne sera pas la dernière. C'est simple, elle nous a retourné par sa grâce, sa classe et sa fureur qui, rentrée ou pas, était si belle à suivre. MAGIQUE...

A noter une reprise magistrale de David Bowie: "Bring Me the Disco King"

Shannon Wright - The Hills Mover à La Rotonde du Botanique, Bruxelles le 27 janvier 2016
Shannon Wright - The Hills Mover à La Rotonde du Botanique, Bruxelles le 27 janvier 2016
Shannon Wright - The Hills Mover à La Rotonde du Botanique, Bruxelles le 27 janvier 2016
Shannon Wright - The Hills Mover à La Rotonde du Botanique, Bruxelles le 27 janvier 2016
Shannon Wright - The Hills Mover à La Rotonde du Botanique, Bruxelles le 27 janvier 2016
Repost 0
Published by photos: jp daniels - notes: Florian Hexagen - dans Concerts
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 17:11
Vinyle Idylle au Casino de Saint-Quay - Portrieux ( Côtes d'Armor) le 24 janvier 2016

Vinyle Idylle au Casino de Saint-Quay - Portrieux ( Côtes d'Armor) le 24 janvier 2016

15:45', un soleil généreux inonde la plage du casino de Saint-Quay, le mercure indique 16 degrés, il y a du monde sur le sable et aux terrasses pour admirer des flots d'un bleu enchanteur, comme tous les dimanches le Casino local propose une animation live au bar/resto de l'établissement.

Tu comptais t'installer face au podium à l'arrière de la piste de danse, mais ô surprise, deux longues tables encombrent celle-ci, un déjeuner de famille ( nombreuse) s'est prolongé, les convives attendent encore fromage, gâteaux et pousse-café.

Il te reste à admirer le paysage carte postale à travers les baies vitrées en attendant qu'un personnel zélé ne dégage le tarmac réservé aux danseurs du dimanche qui déjà montraient quelques signes d'impatience.

Un premier musicien pointe le bout du nez, puis un second, ils sont rejoints par la chanteuse, Vinyle Idylle se produira en formule trio en cette belle journée dominicale.

En principe ils sont cinq: Yaeell Chéron - Chant/Vincenzo Colamarco - Clavier/ Christian Monnier - Basse/ Dominique Berlan - Batterie et Bernard Rambeau - Guitare/Chant, la basse et la batterie sont restées en Loire-Atlantique, Vincenzo s'occupera du programming qui doit remplacer les absents.

Yaeell se produit avec plusieurs formations, si Vinyle Idylle s'ébat dans le monde de la variété, elle chante des negro-spirituals au sein de Gospel 5 et du jazz avec Scenesible.

Bernard, aucun lien de parenté avec Stallone, aurait fait partie d'un groupe sudiste rennais, Excès de Zèle, travaillant dans le style de Lynyrd Skynyrd, on a pu, de temps en temps, se rendre compte que c'était pas un manchot.

Et Enzo?

Non, il ne joue pas au foot, certains le voient prof d'Italien.

Sans crier gare, Vinyle Idylle entame son tour de chant en envoyant le tube oublié de Lilicub, le sucré ' Voyage en Italie'.

Monsieur Fernand et sa compagne, 156 ans au compteur ( à eux deux), sont les premiers à chavirer au son du calypso, Jean guindé et quelque peu rouillé et Fernande, distinguée.

Très vite, Adeline et Constand ( 147 ans) les rejoignent sur le plancher de bal.

Constand, 'Emmenez-moi' au bout de la terre.. je vous en prie!

En valsant, Adeline, suivez-moi!

Nettement plus nerveux, un paso-doble, 'Le roi de l'arène', pas évident à suivre ce rythme de torero, le moteur tousse, pas celui de Maggy et de Valentin, imperturbables, ils tournent sans sourciller tandis que les claviers prennent des sonorités André Verchuren.

Après Adamo, 'Vous permettez, Monsieur', on embraye sur Joe Dassin et ses 'Champs-Elysées', propices au madison.

Tu dis, Grégoire?

Ce que je fais à ce rassemblement de valétudinaires.

Suis-je obligé de répondre?

On va tous y passer, mon vieux, je me prépare, puis c'était l'après-midi dansante ou Drucker à la télé!

Vinyle Idylle poursuit la lecture de son catalogue, une chouette version de ' Sway', puis 'I'm just a gigolo' chanté par Rimbaud, Philippe Clay, 'Le danseur de charleston', elle était bien celle-là, mais ensuite on tombe dans la soupe, les inévitables nuisances Club Med, La Compagnie Créole et son exotisme à deux balles.

Le troisième âge est féru de disco, allons-y pour un medley Boney M , pas original, ça, un jour il faudrait que ces groupes de bal s'attaquent à Silver Convention.

Aïe, ' Ces soirées-là' ou Yannick sabotant Claude François, tandis que tu frises la nausée, les danseurs se bousculent sur la piste, le calvaire se prolonge, du zouk 'Maldon', avant une série de slows entamée par 'Let it be'.

Ouf, joli solo de guitare, ils enchaînent sur 'Imagine', John se marre en voyant l'hospice dodeliner sur son message de paix.

Au fond sans la présence de madame et de ses éclats de rire le spectacle ne t'amuse pas des masses!

Tu imagines de te commander une bière avant de prendre congé, sur scène ils ont décidé de la faire au forcing, sans pause, voici ."I love Paris in the spring time, I love Paris in the fall, I love Paris in the winter when it drizzles, I love Paris in the summer when it sizzles" ... une des plus belles chansons magnifiant la ville lumière, qu'aucun terroriste ne parviendra à ternir!

Tiens, voilà le gars au canotier, 'Fleur de Paris' , puis, pour la troisième fois en quelques semaines, la valse 'Mon amant de Saint-Jean'.

Pour les amateurs de castagnettes et de tauromachie, le chef-d'oeuvre inégalé 'E Viva Espana', ré-écrit par Molière, suivi par un instrumental moins ringard, le fabuleux ' Last night' des Mar-Keys.

'La lambada' n'est pas sexy quand la plus jeune dame sur le dancefloor approche de 60 balais, puis une samba pour pompiers, 'Incendie à Rio' de Sacha Distel.

Du rock au menu, 'See you later, alligator', avant les dix minutes consacrées à Abba, 'Gimme Gimme', Money, money' et la préférée du Corse, 'Waterloo'.

On quitte Stockholm, pas le disco, ' Get down on it', 'Celebration' et Fresh' de Kool and the Gang.

Alphonse, éreinté, abandonne ses copines qui continuent leur gymnastique sur Shakira avant de s'essayer au line-dancing sur 'Cotton-eyed Joe'.

Folklorique!

Il est 18:05, on t'attend pour le kir, tu t'éclipses tandis que Vinyle Idylle attaque ' Una Paloma blanca' et que tu te demandes si à Saint-Quay ils connaissent George Baker Selection!

Vinyle Idylle au Casino de Saint-Quay - Portrieux ( Côtes d'Armor) le 24 janvier 2016
Vinyle Idylle au Casino de Saint-Quay - Portrieux ( Côtes d'Armor) le 24 janvier 2016
Vinyle Idylle au Casino de Saint-Quay - Portrieux ( Côtes d'Armor) le 24 janvier 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 08:02
Ils sont arrivés au bout du voyage:Jimmy Bain et Rika Jansen ( Zwarte Riek).

La chanteuse amstellodamoise Rika Jansen, plus connue comme Zwarte Riek de Jordaanprinses, est décédée le 21 janvier à l' âge de 91 ans.

Dans les années 50, Rika connaît le succès aux Pays-Bas mais aussi en Flandre avec des rengaines telles que M'n wieggie was een stijfselkissie, Sansee de platte boender, Kersepit ou Alle apies (in de Artis lijken op me Ome Hein).

Plus tard elle reprend son nom véritable et réussit à classer Amsterdam huilt (waar het eens heeft gelachen) dans les listes néerlandaises.

Ensuite elle sombre dans l'oubli.



Le bassiste écossais Jimmy Bain, mort ce 24 janvier, a fait partie de Rainbow et de Dio, groupe pour lequel on le retrouve sur sept albums.

Sa carrière commence tôt, encore adolescent il joue avec plusieurs groupes amateurs avant de rejoindre Street Noise et puis Harlot.

Quand Ritchie Blackmore lui propose de rejoindre Rainbow, difficile de refuser, il ne restera qu'une année au sein de l'arc-en-ciel, on l'entend sur 'Rising'.

Pas question de chômer, John Cale et Thin Lizzy l'engagent et en 1978 l'Ecossais forme son propre combo, Wild Horses, comprenant quelques pointures: Brian Robertson, Kenney Jones ou Jimmy McCullogh.

Le temps de graver deux albums studios et les broncos arrêtent les frais.

Jimmy propose ses services à Roger Chapman, Gary Moore et même Kate Bush avant de travailler de manière non-officielle avec Scorpions.

1983, il rejoint Dio et participe à l'enregistrement des albums Holy Diver (1983) - Dream Evil (1987)- The Last in Line (1984) - Sacred Heart (1985)- Magica ( 2000) - Killing the Dragon (2002) et Evil or Divine – Live in New York City (2003).

En 2005 il s'associe avec Carmine Appice pour former The Hollywood All Starz et 3 Legged Dogg, l'aventure prend fin quand Carmine Appice refait équipe avec Ronnie James Dio, Tommy Iommi et Geeze Butler au sein de Heaven and Hell.

Les derniers avatars: le supergroupe The Hollywood Allstarz et Last in Line avec lequel il participait à la croisière Hysteria On The High Seas de Def Leppard pendant laquelle il décède dans des circonstances obscures.

Jimmy Bain avait 68 ans.

Ils sont arrivés au bout du voyage:Jimmy Bain et Rika Jansen ( Zwarte Riek).
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 16:31
"Nina" ( Stellis Groseil et Stéphane Dassieu) au Restaurant · Bar Le Soupson à Saint-Brieuc ( Côtes d'Armor) le 23 janvier 2016

"Nina" ( Stellis Groseil et Stéphane Dassieu) au Restaurant · Bar Le Soupson à Saint-Brieuc ( Côtes d'Armor) le 23 janvier 2016

Le Soupson, 52, rue du Docteur-Rahuel, à Saint-Brieuc, une ancienne maison close devenue un bar resto proposant une cuisine simple de qualité, tout en vous accueillant avec le sourire!

Le concert de Nina est annoncé à 19:30, le coin se remplit très vite, ne compte pas réussir à dégotter une table si tu n'as pas réservé, tu suivras le concert debout en dénichant le rayon d'une étagère pour déposer ton demi!

19:50, Stellis Groseil et Stéphane Dassieu prennent place près du comptoir, deux tabourets, une jolie fille, un beau filet de voix, un barbu au crâne légèrement dégarni à la guitare, ils ont choisi l'appellation Nina en hommage à Nina Simone dont il s'approprie une partie du répertoire!

Un bref salut avant d'entamer la formidable prison-song ' Work song', la voix de la fraîche Miss Groseil est puissante et groovy, sans vouloir singer Nina Simone, elle parvient à faire dresser tous les poils de ton épiderme.

C'est bien parti, ils enchaînent sur 'I shall be released' le titre de Dylan que Eunice Kathleen Waymon a repris en 1969.

Brel, 'La chanson des vieux amants', à écouter paupières closes.

Une version jazzy et sensuelle.

Toujours dans la langue du cru, 'La vie en rose', repris en choeur par Antoinette Gouennec, 95 balais, j'habite place de la Liberté, pas moyen de s'asseoir, je n'ai pas réservé, je me colle à vos côtés, elle est bien la petite, non?

Oui, madame, non, je n'habite plus chez ma maman!

Une touche de jazz manouche pour suivre, 'Coucou' ( les rosiers fleurissent), une jolie rafale en western swing nous prouve que Stéphane Dassieu n'est pas du genre pingouin.

Avec ' Nobody's Fault But Mine' on a droit à un classique gospel/blues avant l'engagé 'To Be Young, Gifted and Black' que Stellis accompagne aux fingersnaps.

Rien à dire, ces complices souriants regorgent de talent.

La Piaf, ' Je t'ai dans la peau' .

Euh, Stéphane, ce ne serait pas plus mal si on jouait le même morceau, on reprend!

Edith, bis, la romance, 'T'es beau, tu sais'.

Sur son premier album Nina Simone a repris 'Little Girl Blue' composé par Richard Rodgers and Lorenz Hart en 1935 et chanté superbement par Janis Joplin en 1969.

Une ballade grandiose!

Nina c'est de la soie et de l'âme, voici son 'Go to hell' suivi par sa vision de 'Ne me Quitte pas' du grand Jacques.

Le premier set s'achève par un des titres les plus connus de la diva, ' Ain't go no, I got life'.

Un cri, un seul: j'existe!

Applaudissements nourris et pause!

Second set.

Nina Simone Sings Ellington, 'Do nothing till you hear for me', pas de cuivres, ni de strings, ni de choir, mais un arrangement minimaliste qui touche.

Place au standard 'Just in time' précédant le blues de Bessie Smith, 'I Want a Little Sugar in My Bowl'.

Un second Duke, 'Mood Indigo', permet à l'audacieux Dassieu de tenter une escapade périlleuse.

Tu dis, le moineau?

' J'm 'en Fous Pas Mal'.

Petite crise de fou rire et on achève la rengaine.

Une première séquence de scat, logique, décore 'You better know it', quelques notes de guitare sont mises en boucle avant de placer une rafale meurtrière, Duke préférait le piano, never mind!

Une ballade?

Pourquoi pas.

'Black Is The Color Of My True Love's Hair', et après cette sad song on vous propose le rythmé ' My babe just cares for me'.

C'est la perle 'Solitude' qui te refilera les plus intenses frissons de bonheur, sans nous laisser applaudir le duo a enchaîné sur le scat secoué 'Satin doll' avant de nous proposer un second Bob Dylan, 'Just like a woman', que tu avais fort apprécié dans la version Aufray/Birkin, 'Tout comme une vraie femme'.

Les clients au boulot, handclaps and chorus, pour l'énervé 'See line woman' auquel succèdent le classique 'Bye, bye Blackbird' et 'Love me or leave me'.

Ils sont très nombreux à avoir repris 'Mr Bojangles' de Jerry Jeff Walker, Nina l'a enregistré en 1971.

On approche du terme, 'La Javanaise' du beau Serge et le tube 'Feeling good' achèvent ce trip prisé à sa juste valeur.


Un dessert?

Vite, alors, la reprise de 'Work song' le morceau qui avait ouvert les festivités!

Un concert au-dessus de tout soupçon!

"Nina" ( Stellis Groseil et Stéphane Dassieu) au Restaurant · Bar Le Soupson à Saint-Brieuc ( Côtes d'Armor) le 23 janvier 2016
"Nina" ( Stellis Groseil et Stéphane Dassieu) au Restaurant · Bar Le Soupson à Saint-Brieuc ( Côtes d'Armor) le 23 janvier 2016
"Nina" ( Stellis Groseil et Stéphane Dassieu) au Restaurant · Bar Le Soupson à Saint-Brieuc ( Côtes d'Armor) le 23 janvier 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 13:03
Sirius Plan aux Deux Ours à Nandrin, le 23 janvier 2016

Sirius Plan aux Deux Ours à Nandrin, le 23 janvier 2016

SIRIUS PLAN – Aux Deux Ours – Nandrin (BEL) – 2016.01.23

Line Up :
Claire JOSEPH : Lead vocals, Guitar, Tea Spoon
Gaëlle MIEVIS : Lead Vocals, Drums
SKYE : Lead vocals, Guitars

Setlist :
01. L'AILLEURS M'ATTEND.
02. DU ROSE DANS LES VEINES.
03. IN THE CITY.
04. BIG RIVER.
05. MOI L'ANIMAL.
06. LÀ.
07. SUR LES RAILS.
08. WISH I COULD.
09. REAL LOVE.
10. COME TOGETHER.
11. L'AUTRE ET SON REGARD.
12. BEAUTÉ.
13. PLUS QUE PARFAIT.
14. BEING IS BEAUTIFUL.
15. LA COMPLAINTE DE LA BUTTE.
16. AULD LANG SYNE.

Un samedi soir sur la terre, sans concert ? Je désespère, vocifère, vitupère, m'en remest à Pierre.
Allons à Nandrin Frangin, faisons de concert chemin, avec entrain, pourquoi attendre demain ?
Quittons Ciney, endossons duvets et coiffons bonnets, laissons bûches à brûler aux chenets.
Sirius Plan est dans les murs, car il y a sous la blanche ramure, bruissements et moult murmures.
Enfin les « Deux Ours » se profilent, dehors la foule patiente, en file, euros prêts, faces et piles.
L'huis en grand s'ouvre et pareil aux merveilles du Louvre, l'endroit à nos yeux se découvre.
Premiers rangs, la marée affrontant, debout aux vents, nous les marins tournés vers le ponant.

Voici venue l'heure, enfin les voilà, mes trois sœurs, ambassadrices de charme et de bonheur.
« L'Ailleurs m'attend » mais de céans je ne bougerai pas pourtant, c'est ici que s'arrête le temps.
Nous avons « Du Rose Dans les Veines » comme vous, les trois Reines qui chassez nos peines.
Entrons voulez-vous « In The City » et suivons-les en catimini , je te regarde et tu me souris.
Arrête-toi près de la « Big River » Johnny Cash, écoute les chanter, sens-tu monter en toi la fever ?
Oui c'est « Magic », féérique, interprétation unique, entends-tu les applaudissements du public ?
« Moi l'Animal » je sens s'éloigner le spleen fatal, toutes choses qui font mal, vous êtes mon Graal.

« Là » en cet endroit qu'il y a peu je ne connaissais pas, un voyage au gré de trois voix, deci delà.
« Sur les Rails », wagons solidaires formant d'un train les mailles, tandis qu'à vos sourires certains défaillent.
« Wish I Could », « « Real Love », « Come Together » de Shakespeare vous savez manier les vers.
« L'autre et son regard » quand bien même, vous savez des coeurs et des âmes chasser les peines.
Qu'est ce que la « Beauté », rien d'autre que de te regarder et toujours t'écouter, si bien chanter.

Une fois encore « Plus que Parfait », avec vous ça l'est toujours, tandis qu'avec d'autres jamais.
« Being is Beautiful » les mots en nos êtres se moulent, les images, les couleurs en moi déboulent.
Les yeux embués tournés vers « La Complainte de la Butte » d'où tel un ange tu as évité ma chute.
Il faut déjà nous dire au revoir mes sœurs « Auld Lang Syne » et pour un autre live encore je signe.

Mitch « ZoSo » Duterck

P.S : pour être précis et complet « La Complainte de la Butte » est une chanson écrite par Jean Renoir pour les besoins de son film « French Cancan » avec Jean Gabin en 1955.

Sirius Plan aux Deux Ours à Nandrin, le 23 janvier 2016
Sirius Plan aux Deux Ours à Nandrin, le 23 janvier 2016
Sirius Plan aux Deux Ours à Nandrin, le 23 janvier 2016
Repost 0
Published by Mitch « ZoSo » Duterck - dans Concerts
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 12:42
Teen Daze à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 22 janvier 2016

Teen Daze à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 22 janvier 2016

concert en images: JP Daniels ( notes: michel)

Il y a quelques années, sur un forum, Jamison né quelque part en British Columbia, écrivait I make music as Teen Daze.

Et, toujours in a daze?

Si tu veux, après avoir pondu quelques singles et EP's, il sort un full-length en 2012, 'All of us, together' suivi rapidement par 'The Inner Mansions'

Les critiques lui collent l'étiquette chillwave, les adjectifs breezy, nostalgic, airy, atmospheric, introspective... pleuvent pour décrire sa musique.

Août 2015, déjà un quatrième album complet ' Morning World' , suivi en décembre du single 'Célébrer' pour nous souhaiter une bonne année 2016 qui le voit entamer une longue tournée européenne ayant démarré à Vilnius puis, après deux dates chez nos voisins du Nord, un arrêt au Botanique.

Les adeptes d'escapism glacé et de sonorités ambient ont été ravis, les mordus de rock'n'roll aimant la sueur sont partis étancher leur soif au bar.

Un fan:

"Attending a Teen Daze show is a transcendent beautiful experience. "

Une voix éthérée, des couches de synthé bourrées d' amples orchestrations, d'effets de violons, de harpe, de guitares acoustiques, ce soundscape aux teintes pastel a le pouvoir de te transporter dans un monde onirique et esthétique fort éloigné de l'agressivité urbaine!

photos: courtesy concert monkey

Teen Daze à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 22 janvier 2016
Teen Daze à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 22 janvier 2016
Teen Daze à la Rotonde du Botanique, Bruxelles, le 22 janvier 2016
Repost 0
Published by JP Daniels ( notes: michel) - dans Concerts
commenter cet article
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 15:00
Urbanus en de Fanfaar + High Hi - Ancienne Belgique - Bruxelles le 21 janvier 2016

Urbanus en de Fanfaar + High Hi - Ancienne Belgique - Bruxelles le 21 janvier 2016

concert en images: JP Daniels ( notes: michel)

Urbanus en de Fanfaar vont casser la baraque, promettait l'annonce!

Zont peut-être pas mis le feu, au propre il va de soi, les pompiers n'ont pas dû quitter la caserne, mais à voir la tronche hilare des spectateurs à la sortie de la salle, t'as vite compris que ce show n'a pas engendré la morosité.

Le support est assuré par High Hi.

Difficile de trouver un groupe plus éloigné de l'univers du farfelu de Schepdaal.

Pour se mettre dans l'ambiance la figure de proue du trio, la flamboyante Anne-Sophie Ooghe, déclare la veille sur facebook: TOMORROW, we'll play the support of Urbanus en de Fanfaar in the Ancienne Belgique !! tralaliloelalalala sjakka sjakka boem boem...

Les Mamies venues se marrer aux facéties de Urbain Servranckx et de ses majorettes n'étaient pas toutes prêtes à digérer le power/dark pop nerveux du groupe de Duisburg qui avait surpris tous les Bataves présents à l'Eurosonic Noorderslag la semaine dernière.

2015 fut une année riche en succès pour Anne-Sophie, Dieter Beerten et Koen Weverbergh avec 40 shows et deux enregistrements, 2016, qui démarre à peine, ne s'annonce pas mal.

'Calm don't, sir' dit un de leurs morceaux, ils n'ont pas l'air de vouloir s'assagir.

Ja, Maarten?

Ik was sterk onder de indruk...

Nous aussi, ket!

Urbanus en de Fanfaar

Depuis juin 2014 l'humoriste brabançon tourne partout en Flandre et chez nos voisins oranges avec la plus rock des fanfares bruxelloises, celle emmenée par les frangins Camerlynck assistés de

Tim Toegaert et de Laurens De Schutter.

La presse n'hésite pas à parler de seconde carrière pour Urbanus van Anus car l'alliance vette rock et grapjas prêt à tout, et surtout aux feintes les plus absurdes, s'avère irrésistible, tellement même que ce qui devait être le dernier show de l'aventure connaîtra une suite, De Fanfaar proclame haut et fort: FUCK IT! WE DOEN GEWOON NOG EEN TOUR!

HET MOET MAAR NIET ZO PLEZANT ZIJN!

URBANUS EN DE FANFAAR ZIJN NOG NIET UITGEZONGEN!

DEZE ZOMER WORDT DE VETSTE!

SEE YOU IN APRIL!

Les festivaliers entendront donc The Scratching Zwaantjes, Madammen met nen bontjas, Hitten Metallica Tit, Bakske vol met stro , Quand les Zosiaux..., Aan ons voordeur lag een mat, et autres chefs-d'oeuvre nés de l'imagination du raffiné Urbanus cet été un peu partout sur les plaines ou sous les chapiteaux !

Een plezant optreden!

photos: courtesy concert monkey

Urbanus en de Fanfaar + High Hi - Ancienne Belgique - Bruxelles le 21 janvier 2016
Urbanus en de Fanfaar + High Hi - Ancienne Belgique - Bruxelles le 21 janvier 2016
Urbanus en de Fanfaar + High Hi - Ancienne Belgique - Bruxelles le 21 janvier 2016
Urbanus en de Fanfaar + High Hi - Ancienne Belgique - Bruxelles le 21 janvier 2016
Urbanus en de Fanfaar + High Hi - Ancienne Belgique - Bruxelles le 21 janvier 2016
Repost 0
Published by JP Daniels ( notes: michel) - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents