Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 09:58
Ils ont frappé aux portes du paradis: James Jamerson Jr., Jimmy Riley et Phife Dawg

Phife Dawg ( birth name: Malik Boyce Taylor) était un des fondateurs de A Tribe Called Quest, le hip hop trio ayant fait fureur dans les early nineties, classant 'Check the Rhime' à la première place des rap charts en 1991.

Le groupe aura sorti 5 albums studio et quelques compil, à côté de De La Soul, il est considéré comme un des piliers du hip hop de la fin du siècle dernier.

Le rapper est décédé le 22 mars de complications dues au diabète.

Jimmy Riley died on 23 March 2016 in New York from cancer.

Le gars de Kingston faisait partie des grands noms de l'univers rocksteady/ska/reggae.

Il a fait partie des Sensations ou The Uniques avant de démarrer une carrière solo.

On lui doit plus de quinze albums et quelques hits notoires, "Tell The Youths The Truth", "Clean up the Streets" et une version reggae de "'Sexual Healing".

Son gamin Tarus Riley a pris la relève, il marche dans les pas de papa.

James Jamerson Jr., le fils du bassiste de la Motown James Jamerson, s'est éteint le 24 mars à l'âge de 58 ans.

Junior, à l'instar de son paternel sera bassiste, il tourne avec les Temptations et Valerie Simpson, puis devient session musician travaillant avec Bruce Springsteen, Dylan, Tavares, les 5th Dimension pour n'en nommer que quelques uns.

Dans les late 70's il forme Chanson avec David Williams des Dells, leur titre "Don't Hold Back" casse la baraque en 1979, malheureusement il recevra l'étiquette one - hit - wonder.

Junior redevient musicien de studio puis se lance dans la production.

Ils ont frappé aux portes du paradis: James Jamerson Jr., Jimmy Riley et Phife Dawg
Ils ont frappé aux portes du paradis: James Jamerson Jr., Jimmy Riley et Phife Dawg
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:37
Triple disparition aux States: David Egan, Steve Young, Lee Andrews!

Lee Andrews était la figure de proue du groupe doo-wop de Philadelphie, Lee Andrews and the Hearts.

Le groupe a vu le jour en 1953 et a connu le succès quelques années plus tard, "Long Lonely Nights", "Tear Drops" et "Try the Impossible" se retrouvant bien placés dans les charts.

1960: dissolution du groupe puis reformation sous une nouvelle identité, The Famous Hearts, qui a fonctionné jusqu'en 1968.

Leur leader s'est éteint le 16 mars à 79 ans.

Le chanteur/ guitariste country/americana Steve Young est décédé le 17 mars.

Il était considéré comme un des pionniers du outlaw movement auquel on associe Johnny Cash, Hank Williams Jr., Waylon Jennings ou Willie Nelson e.a.

Sa disco compte une quinzaine d'albums et un gros hit 'Seven Bridges Road' repris par les Eagles et Iain Matthews.

Steve Young avait 73 ans.

David Egan died Friday afternoon at home after a second battle with cancer, indique une gazette locale de Louisiane.

Ce singer/songwriter que les spécialistes rangent sur l'étagère cajun, soul, blues, roots rock a également fit partie des groupes A-Train et Filé.

On lui connaît deux albums solo You Don't Know Your Mind"et "Twenty Years of Trouble.".

Plusieurs artistes de renom ont enregistré certains de ses titres dont Joe Cocker, Marcia Ball, Etta James, Solomon Burke, Percy Sledge, Irma Thomas ou Mavis Staples, ...

Triple disparition aux States: David Egan, Steve Young, Lee Andrews!
Triple disparition aux States: David Egan, Steve Young, Lee Andrews!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 22:00
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016

Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016

TRIO KEYNOAD (France)- scène région PACA/ Provence- Alpes - Côte d'Azur

Le Trio Keynoad est composé de Ameylia Saad Wu (voix et harpe celtique), Christian Kiane Fromentin (violon, gheytchak et saz) et Nicola Marinoni (percussions).

Ils sont soutenus par l'association Arts et Musiques, un opérateur culturel itinérant en Provence.

Les paroles des chansons sont des poésies, mises en musique, du père d'Ameylia.

Ameylia est la fille de l'écrivain libanais Michel Saad et d'une mère chinoise. Elle a passé sa jeunesse sur l'Ile de la Réunion et elle s'est vite intéressée à l'apprentissage de la harpe celtique et du chant lyrique. Elle a acquis une large ouverture musicale et une source d'inspiration qu'elle nous transmet durant son concert.

Okianoss: un instrumental traditionnel grec pour entamer un voyage dans le temps et l'espace. De suite, nous remarquons la virtuosité des instrumentistes, et surtout les émotions qu'ils partagent avec le public.

Berceuse: "Berce-moi mon amour, tant qu'il est temps d'aimer, tant qu'il est temps d'aimer. Berce-moi, il est tard, avant de m'oublier (extrait de chanson"). Ameylia chante en arabe d'un timbre lyrique.

Suivez votre étoile: un rythme soutenu par une darbouka. Nous reconnaissons facilement les gammes orientales se structurant sur des échelles contenant des intervalles de trois-quarts de tons.

Le reste du répertoire " Séga des iles" et "La nuit s'envole" sont de la même qualité exceptionnelle. Un mélange de néo-classique et world music.

COMPAGNIE LYAKAM (Inde/France) - Chapiteau

Extrait du communiqué de Babel Med Music

"Fondée sur l'héritage culturel dravidien !de l(Inde du Sud),Cie Lyakam retrace de manière novatrice l'itinéraire d'une jeune femme indo-européenne. Cette création contemporaine accompagne les pas de Jessie Veeratherapillay, adepte de la danse indienne classique de ses ancêtres tamils: le Bharata Natyam. Elle interprète cette forme traditionnelle avec des teintes contemporaines sur des compostions musicales au saveurs indiennes aux atmosphères jazzy voire aux réminiscences flamencas"

Cela donne un aperçu correct de la représentation et je n'ai aucun commentaire à ajouter (voir photos).

SAODAJ (La Réunion - France) - salle des Sucres

La salle est remplie. Je comprends. Le groupe Soadaj nous amène un vent de fraîcheur.

Ils ont repris le flambeau du maloya qui est, avec le séga, l'un des deux genres musicaux majeurs de la Réunion.

Toutes les influences africaines et européennes s'entre-tissent dans leur musique à l'image du melting-pot des musiciens.

Pour mieux comprendre ce groupe de musiciens nomades, je vous présente brièvement les membres et une partie de leur parcours.

Marie Lanfroy: née à la Réunion, elle a vécu à Madagascar , au Cameroun, et en France. A 18 ans, se sentant déracinée, elle s'installe à la Réunion. Compositrice.

Laurence : Réunionnaise. La voix de contre-point de Marie.

Jonathan Itéma: percussionniste, joue les instruments suivants du maloya: roulèr, kayam, sati, poker, bob,triangle, tambour malbar, morlon, tarlon. Etudes au conservatoire de St Pierre et composition.

Frédérik Cipriano: voyages en Guinée et au Mali. Il s'installe à la Réunion en 2005 et sa palette percussive s'étend des côtes occidentales africaines aux confins de l'océan indien.

Anthony Séry: percussionniste réunionnais, ethnomusicologue de formation.

Out 'Po: La voix cristalline de la blonde Marie envahit l'espace, secondé par le son du didgeridoo, nous plongeant dans la transe chamanique. Une attitude de rockeuse sur scène. Cela colle bien au renouveau de la musique traditionnelle maloya.

L' amour oublié: un morceau plus lent commençant au son du triangle. Marie est la chanteuse principale , mais Laurence en qualité de seconde voix est très présente. La rythmique est complexe avec des temps différents et des ralentissements et accélération de tempo.

Saodaj mérite une reconnaissance internationale. Les musicien(ne)s plein de beauté, de talent et de jeunesse , doté d'un bagage solide et d' une expérience de la réalité de la vie, nous apportent de l'authenticité et le public ne s'y trompe pas.

VARDAN HOVANISSIAN & EMRE GÛLTEKIN (Arménie, Belgique, Turquie) - Cabaret

J'ai déjà eu le plaisir de faire un compte-rendu de concert de Vardan Hovanissian et Emre Gültekin lors du Propulse Festival au Botanique à Bruxelles le 3 février 2016

Le Cabaret dans le complexe culturel "Dock des Suds", c'est une scène de 50 m2 et une salle insonorisée de 469 m2 pouvant contenir debout 1.400 personnes.

C'est bien ce nombre de spectateurs participant au spectacle de Vardan Hovanissian et Emre Gültekin.

Vardan Hovanissian est arménien. Vardan a été initié au doudouk par son maître Khatchik Khachatryan. Le doudouk est un instrument de musique arménien à anche double comme le hautbois.

Emre Gültekin est turc. Il a appris le saz turc, un luth à manche long auprès de Talip Özkan et son père Lüftu Gültekin.

Les deux musiciens apportent ce savoir de vivre ensemble qui existait durant l’empire ottoman jusqu'auxs événements tragiques de début du 20e siècle avec l’élimination physique estimée à 1.500.000 Arméniens.

Vardan et Emre ont produit un album duo « Adana » cent ans après le début du génocide arménien. Adana: la chanson est dédiée à la ville Adana qui abritait une large communauté arménienne à la fin du 19e siècle et qui a été exterminée durant le génocide. Au début, le doudouk émet un son plaintif, appuyé par la contrebasse, puis suivent le saz et la percussion. Emre est au chant exprimant toute la douleur.

Daglar: signifie en français "montagne, un poème écrit par le père d' Emre.

Vardan joue une mélodie accompagnée de solos ou arpèges de saz. Emre chante d'une voix douce, mais appuyée mettant en valeur le texte. L'accompagnement à la darbouka est aéré créant une impression de plénitude dans les grands plateaux montagnards. Ils sont secondés par des musiciens chevronnés aux percussions et à la contrebasse dans les prouesses musicales. Les structures musicales turques et arméniennes s’appuient sur des gammes différentes.

Il y a environ 600.000 français d'origine arménienne en France. Marseille abrite une grande communauté et j'ai la certitude de la présence d'arméniens afin de vivre cet instant de réconciliation entre les deux peuples.

Je me réjouis que des opérateurs comme Muziekpublique (ils sont rares, mais ils existent) soutiennent des groupes/projets. Leurs visions sont internationales, ils respectent l'équilibre entre l'artistique et la viabilité à long terme. A Babel Med Music, les groupes sont exposés à un panel de professionnels et un public différent que celui des centres culturels nationaux ayant même des exigences locales.

Le concert de Vardan Hovanissian et Emre Gültekin se termine par un standing ovation de plus de 1.500 personnes, une partie du public écoutant aux portes d'entrée du Cabaret.

7SON@TO

7 SON@TO est un sextet de la Guadaloupe , porte-drapeau de la relève du Gwo Ka, un genre musical propre à leur île. Il est principalement joué avec des tambours de différentes tailles appelés « ka », famille d’instruments de percussion. Le Gwo Ka est inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO depuis 2014.

Sur scène, un chanteur principal au centre, 3 choristes (deux femmes et un homme), trois percussionnistes aux tambours et un musicien aux petites percussions.

Péyi Dèwo : Le choriste reprend le chant principal et les autre musiciens et une partie du public répond »Ah ma me Yayoi Mama » avec des harmonies gagnant en puissance. Je retrouve une partie du vocabulaire créole dans les chants de l’Afrique centrale. En effet, le gwoka est né durant la période de l’esclavage et était un moyen d’évasion et de communication. Les chants varient entre des timbres gutturaux, rugueux contrastant les plus limpides et lumineux.

La Nou Yé: le rythme est plus lent. La musique, construite sur les percussions, offre une panoplie de rythmes. Quelques exemples: Kaladia (rythme à 2 temps, lentement), Menndé (rythme à 4 temps), Woulé (rythme à 3 temps).

Le public accompagne les chants et danses. Une belle ambiance des îles.

Je trouve que la représentation fait carte postale. Les musicien(ne)s portant des habits traditionnels accentuent cet effet. Ils gardent le mérite de divulguer leurs traditions ancrées dans notre époque. Leur concert m' a enrichi de leur culture.

Le temps est merveilleux à Marseille et 7SON@TO continue à nous apporter des rayons de soleil dans la nuit.

Babel Med Music offre chaque année un nouveau cru. J'ai l'impression que le contexte est moins propice pour les professionnels. J'ai participé en 2013 et l'ambiance était d'une dynamique différente. Le grand public comme d'habitude s'est bien éclaté.

Babel Med Music est un endroit où nous rencontrons une partie les artistes/groupes participant aux festivals 2016.

Charles Eloy

Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( troisième journée) le 19 mars 2016
Repost 0
Published by Charles Eloy - dans Concerts
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 14:08
Acoustic Lady Land au Lighéa Café - Pleumeur-Gautier ( 22) , le 19 mars 2016

Acoustic Lady Land au Lighéa Café - Pleumeur-Gautier ( 22) , le 19 mars 2016

Fais gaffe si tu te rends au Lighéa Café, ne te laisse pas entraîner à picoler comme un trou, tu n'as plus 20 ans!

C'est gentil de nous le rappeler, bonne nuit.

Le troquet de Pleumeur- Gautier, qui niche face à l'église Saint-Pierre, tu ne verras pas sa fameuse chaire baroque, l'édifice est fermé jusqu'en juin 2016, organise un concert chaque samedi. En ce frileux jour de mars, synonyme de commémoration de fin de la guerre d'Algérie, il accueille Acoustic Lady Land!

Charlotte Le Calvez ( guitare, voix), Hélène Thauvin ( lead vocals) et Éva Montfort ( contrebasse, choeurs) ont des lettres: choisir comme nom de baptême Acoustic Lady Land représente un joli clin d'oeil à Jimi Hendrix.

Le trio ne s'est pas tapé des centaines de kilomètres pour aboutir sur la presqu'île sauvage, Lanleff, Plouha ou Plestin-les-Grèves sont des communes quasi voisines.

Univers?

Folk, accent mis sur les harmonies vocales, donc prière de ne pas confondre avec le jazzy combo londonien.

Trace discographique?

L'album 'Human Highway', constitué uniquement de reprises, même topo ce soir, aucune compo personnelle.

20:35', direction le comptoir où tu retrouves ton copain Yves face à son 15è Ricard, ses voisins hilares ne paraissent pas plus sobres, tout va bien, quoi!

Les demoiselles achèvent leur repas et attendent l'arrivée des chalands, t'as déjà pigé que les chances de voir le show débuter à l'heure prévue ( 21h) sont minimes.

21:30', tous en piste, pour ne pas effrayer la clientèle, elles décident de proposer un titre largement rebattu, 'These boots are made for walking'.

Les harmonies sont au point, les nanas sourient, jouent juste, les piliers de comptoir apprécient et le font entendre.

Au suivant, 'The Wanderer', pas celui de Dion, la joyeuse rengaine de Jil is Lucky utilisée par Kenzo.

Plus consistant et jazzy, 'Fever' de Peggy Lee, suivi par le superbe ' Jimmy' signé Moriarty.

En principe moins folk, 'Hey Ya' de Outkast à la sauce Acoustic Lady Land devient une charmante ritournelle à entonner autour du feu de camp.

Les copains du petit Yves ont réalisé qu'il fallait se livrer à quelques exercices physiques pour éliminer les effets des 14 bières ambrées, 8 pastis, 3 pur malt et 7 blondes qu'ils viennent de s'enfiler, ils ont entamé un ballet sauvage non repris dans le panel des danses de salon, les donzelles, sur le podium, ont toutes les peines du monde à rester concentrées.

C'est la seconde fois qu'on interprète 'Beggin' ' sur une scène.

Chouette version de cet immortel des Four Seasons, que les jeunes dames ont probablement appris à connaître via Madcon.

La regrettée Amy Winehouse est ressuscitée grâce à 'You know I'm no good' puis elles conviennent de replonger dans les glorieuses sixties pour reprendre ' Richard Cory', que Simon et Garfunkel avaient inclus sur 'The Sound of Silence'.

Changement de style radical, sur la bande-son de 'Flashdance', 'She's a maniac'.

Un équilibriste local après avoir ingurgité tous les shots proposés à la carte (Get 27/vodka/jus de tomate, Get 27/rhum blanc/grenadine, Baileys/ tequila/cécémel, Bourbon/Ricard/Picon ), tu fais comme lui, t'es mort, mais les Bretons sont pires qu'Obélix, entame des exercices de gymnastique post-natale en figure libre tout en ayant piqué le galurin de Yves Titif, affalé sur une chaise.

Folklore pas mort dans le Trégor.

'The letter' des Box Tops, 'Ice cream Man' de Tom Waits, qu'elles qualifient de blues, et le country 'Creepin in' de Norah Jones et Dolly Parton, pendant lequel les filles sont secondées par le petit Yves ayant repéré une guitare pour se la jouer Elvis Presley en playback, achèvent un premier set bien enlevé.

Pause boissons.

20' plus tard, mêmes acteurs, même scénario sauf pour Yves, victime d'une légère slaptitude, ce coup de mou lui fait entrevoir un lit douillet alors que sa dernière anisette l'attend au bar.

Neil Young, chers Pleumeuriens ( la gent féminine est réduite à deux unités), ça vous va?

'Human Highway' et son côté Appalaches séduit, il précède le chef-d'oeuvre d'Alela Diane, ' The Rifle'.

Pour les as du sifflement, ' Dock of the bay' d'Otis Redding, Charlotte se collant aux stridulations.

Et quand Eva pince ses cordes, une grande partie de l'assemblée a reconnu l'intro de 'Stand by me' de Ben E King.

Non, Hélène, Ray Davies n'a pas écrit 'Sunny Afternoon' dans les années 70 mais en 1966 et 'Daydream' de Lovin' Spoonful date de la même époque.

Tous en voiture, direction le 21è siècle, Selah Sue, 'Crazy Vibes' et sa touche ragga.

Changement de moyen de locomotion, ' Fly away' et puis on embarque sur le steamboat descendant le Mississippi, 'Proud May'.

Bordel, les meufs t'apprennent que Gillette a utilisé 'Venus' de Shocking Blue pour une pub, choqué tu es et encore plus quand tu entends la Lopez reprendre le rôle de Mariska.

La chorale des enfants de choeur de Pleumeur entonne le refrain en hurlant, elle a réussi a désarçonné le trio qui se tape un fou rire destructeur.

Temps mort, histoire de se concentrer, o k, c'est bon, 'Stealers Wheel ' Stuck in the middle with you'.

Et pour terminer en force un medley rock, 'Blue Suede Shoes'/ ' Johnny B Good' featuring Hervé aux vocals.

Jean-Paul, un singe en hiver, se roule à nos pieds, un copain avise de l'enfourcher, le rodéo dégénère, sauvez vos consommations, ici, c'est carnaval 12 mois sur 12!

Pour éviter l'émeute Eva, Charlotte et la belle Hélène ne quittent pas les planches pour nous balancer un double bis, le Tom Waits de tout à l'heure et puis, en pensant à Luc, grand amateur de line dancing, ' Creepin' In'.

Rideau pour toi.

Aux dernières nouvelles, à l'aube, les clients vidaient les dernières bouteilles alcoolisées!

Acoustic Lady Land au Lighéa Café - Pleumeur-Gautier ( 22) , le 19 mars 2016
Acoustic Lady Land au Lighéa Café - Pleumeur-Gautier ( 22) , le 19 mars 2016
Acoustic Lady Land au Lighéa Café - Pleumeur-Gautier ( 22) , le 19 mars 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 22:43
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016

Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016

Hier, les salles étaient principalement occupées par des professionnels qui observaient et discutaient des groupes qu'ils pourraient faire tourner en Europe. Ce soir, le grand public est présent et se fait entendre.

ALIF NAABA ( Burkina Faso) - Chapiteau

Issu d'une famille princière et descendant du Mogho Naaba Konkis du village de Konkistenga au Nord-est du Burkina Faso, Alif Naaba nous délivre une musique folk avec des textes en français et en mooré, langue voltaïque de la famille nigéro-congolaise. Sa lignée royale remonte au 12e siècle à la fondation du royaume Mossi.

Consolez-vous, nos rois et princes au Moyen-âge profitant du droit de cuissage ou droit de jambage avaient des relations sexuelles avec la femme d'un vassal ou d'un serf la première nuit de ses noces.

Il y a une probabilité que du sang bleu coule dans vos veines.

C'est un prince aux pied nus qui revisite les traditions musicales. Ses chansons évoquent l'Afrique de l'Ouest d'aujourd'hui.

Manita: Il explique avant d'entamer cette chanson que les musiciens n'ont pas facilement de relations stables sous la pression des familles. Qui veut d'un homme qui n'a pas les moyens de s'acheter une paire de souliers?

ll est un chanteur qui a une voix claire de griot comme Baaba Maal, Salif Keita.

Alif Naala, notre prince milite pour la paix et le développement.

AUTOSTRAD (Jordanie) - Salle des Sucres

Autostrad, un groupe en autoproduction qui affirme son indépendance. Il fait sensation dans les pays du Proche-0rient et de l'Afrique du Nord avec sa formule de reggae, rock, latino et rock alternatif.

Les musiciens composent essentiellement sur un mode de gammes occidentales, mais les paroles sont dans l'arabe dialectal de leur région. L'un des deux chanteurs parle quelques mots de français.

Ils ont créé une polémique en jouant à Ramallah, sur les hauteurs du Golan, dans la vieille ville de Jérusalem car ils avaient besoin d'un visa octroyé par l'ambassade d'Israël à Amman, la capitale jordanienne pour passer le Jourdain. Ils brisent les tabous et représentent les aspirations de la jeunesse qui désire des textes reflétant la vie quotidienne et non de la poésie à l'eau de rose leur cachant la vérité.

Estann Schwai: une jolie chanson pop avec un rythme lent de reggae qui me fait penser à Chris Rea ou 10CC. Une mélodie super relax se terminant avec un jeu de saxophone.

Habeetak Bel Turki: de jolis solos de guitare avec un son jazzy ou s'apparentant au style de Carlos Santana, accompagnent toute la chanson.

Le terme "Arabic Street Mediterranean indie" convient bien au groupe.

BREABACH (Ecosse) - Chapiteau

Nous sommes serrés comme des sardines pour assister à la prestation de Breabach. Le groupe écossais, créé en 2005 est depuis longtemps sorti de ses frontières et parcourt le monde entier.

Les musiciens montent sur scène dans une obscurité totale. Nous entendons une flûte, puis une voix.

Les projecteurs s'allument, des cris et des sifflements dans la foule et nous voilà partis pour 45 minutes de concert. Le travail collectif se remarque sur scène, les musiciens présentent à tour de rôle les compositions.

Les spectateurs ne peuvent maintenir leurs émotions et sautent sur le plancher du chapiteau. Nous ne sommes pas au Far West américain, mais l'ambiance propulsée par la rythmique et l'énergie contagieuse de Breabach est au rendez-vous.

Monday night at Ricardos's: une mélodie entraînante qui incite les festivaliers à frapper des mains.

Proud to play a pipe: une composition datant de plus de 300 ans affirmant leur identité écossaise. L'excellente voix de Megan, également chanteuse principale du groupe, accompagne durant les derniers couplets et refrains.

Gig face: un instrumental avec Megan Henderson au violon, Ewan Robertson à la guitare, James Lindsay à la contrebasse et Calum MacCrimmon et James Duncan Mackenzie aux flûtes.

Ils invitent le public à les accompagner durant le refrain. Le pari est gagné et la joie vibre sous le chapiteau

Un micro est attaché avec des bandes adhésives au plancher de la scène. Étant debout au premier rang, collé contre les barricades, j'ai bien observé les pas de danse de Megan durant deux morceaux.

Derrière les morceaux festifs se cache la crème des musiciens écossais avec un solide bagage universitaire musical et la passion de créer. Ils sont heureux d'être à Marseille, souriant durant une grande partie du concert.

Marseille a réservé un accueil très chaleureux à nos musiciens écossais habitués au rude climat des Highlands.

TEMENIK ELECTRIC (France) - Salle des Sucres

Temenik Electric, cinq musiciens sur scène pour nous faire (re)découvrir leur Arabian Rock. Le groupe s'est construit sur les apports culturels des membres mélangeant la musique occidentale, le reggae, le funk et des racines nord-africaines. Ils chantent en arabe dialectal du nord-ouest d'Oran, mais font parfois des incursions dans la langue française ou anglaise.

Le concert s'ouvre avec une longue intro de chants d'incantation ou de transe. Ensuite nous passons au hard rock et des riffs incisifs de guitare électrique. A la fin du morceau, les musiciens dansent avec des petits pas.

Denia: un chant soutenu par une rythmique énergique, soutenue par une puissante ligne de basse ronflante. Le claviériste intervient avec des sons de synthé oscillants et des arrangements ingénieux. Entretemps, le chanteur interpelle la foule "Salam aleikoum, je vous salue".

Durant le dernier morceau "Ouesh Hada" (qu' est-ce qui se passe? en arabe), l'ambiance est nettement plus orientale.

Temenik Electric est un groupe concerné, mais non engagé, sans revendications politiques ou philosophiques. Son discours est celui de l'universalité.

Il n'est pas étonnant que Justin Adams (Tinawiren, guitariste de Robert Plant) s'est intéressé à la production de leur dernier album "Inch Allah Baby" vu les nombreuses qualités du groupe.

Charles Eloy.

Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016
Babel Med Music - Dock des Suds à Marseille ( seconde journée) le 18 mars 2016
Repost 0
Published by Charles Eloy. - dans Concerts
commenter cet article
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 14:03
The Kasbah Experience EP by Babylon K

The Kasbah Experience EP by Babylon K

Babylon K

Mésopotamie?

Non!

Les Sirènes de Babylone, un thème cher aux rastafari?

Faux

Et oublie carrément Boney M, s v p!

Babylon K: un gruppo di Firenze composta da cinque elementi: Daniele Dainelli alla voce, Matteo Bandini alla chitarra solista, Federico Fini alla seconda chitarra, Emanuele Bitossi al basso e backing vocals e Jacopo Tofanelli alla batteria, lisais-tu lors de la naissance du groupe.

Depuis le line-up a été modifié: le combo se compose actuellement de Daniele "el Blanco" Dainelli - Lead Vocals/ Giacomo "Jimbo" Goffo - Guitar/ Chéri - Guitar/ Emanuele Bitossi - Bass et Alessio "Il Secco" Burberi - Drums

Ces jeunes gens pratiquent un psych garage remis au goût du jour depuis l'avènement de groupes tels que Bardo Pond, Thee Oh Sees , Ty Segall ou les Black Lips.

Un premier nameless EP paraît en 2015, et en ce mois de mars 2016, un second effort discographique atterrit dans les bacs des bons disquaires: The Kasbah Experience!

Cinq titres, un peu plus de 20 minutes de gais flonflons.

'Lysergic Surgery' ouvre.

Un fuzz omniprésent, une rythmique chevauchée folle et une voix habitée, sans doute sous les effets d' alcaloïdes, manifestement le titre colle parfaitement au contenu.

Une entrée en matière hallucinée.

'The Run' est amorcé par de jolis effets 'Interstellar Overdrive' avant le passage en surmultipliée.

Des roulements de batterie secs, un rock hyper énervé, fait de coupures et de changements de tempi, cette course échevelée de cinq minutes ne peut que s'achever dans la confusion la plus totale.

'Calm Blue'

Sérénité, paix intérieure, ciel azur, tout est relatif, la mélodie entêtante risque bien de te rendre complètement zinzin et quand Daniele se met à pousser des hurlements de malade à la Jim Morrison, tout ton corps, chétif, est pris de spasmes névrotiques.

Maman, où sont mes cachets roses?

'Psych 2', Ennio Morricone à la sauce garage, les fans de Jay Reatard vont adorer.

Un Western Spaghetti à la florentine, oui, tu peux remplacer les épinards par des champignons!

Terrible morceau...

'Bengala', un feu d'artifices crépitant pour mettre un terme à une fête bien trop vite terminée.

Qui aura la bonne idée de faire jouer Babylon K dans notre fringant royaume?

Tracklist:

1.

Lysergic Surgery 02:56

2.

The Run 05:02

3.

Calm Blue 06:06

4.

Psych 2 03:15

5.

Bengala 03:19

.

The Kasbah Experience EP by Babylon K
Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 22:40
Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016

Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016

Forum atypique sur la scène internationale des rencontres professionnelles, BABEL MED MUSIC accueille, du 17 au 19 mars 2016 à Marseille, l’ensemble des acteurs économiques et artistes des musiques du monde. Avec 3 nuits, 30 concerts ouverts au grand public et 3 jours de salon dédiés aux opérateurs de la filière , ces rencontres internationales mettent en valeur la diversité, des patrimoines traditionnels jusqu’aux musiques actuelles.

Venant de Belgique, j'en profite des 5 degrés supplémentaires de chaleur et du printemps qui s'annonce sous un soleil rayonnant.

ALEJANDRA RIBERA (Canada) - Chapiteau

Alejandra Ribera ouvre la série de concerts se répartissant sur trois soirées.

Elle est née d'un père argentin et d'une mère écossaise et a quitté Toronto pour se fixer à Montréal.

L'auteure-compositrice-interprète chante en français, en anglais et en espagnol. Son répertoire se compose de chansons mélangeant le pop-jazz, le folk alternatif et les saveurs latines. Elle est la digne héritière des Rickie Lee Jones, Joni Mitchell. Vêtue simplement d'une longue robe noire sans manches , le public n'a des yeux que pour Alejandra.

La Boca: Alejandra débute cette chanson avec une voix profonde dans un univers brumeux, puis passe dans un autre registre. Elle chante en espagnol avec une voix plus aigüe, parfois un peu criarde à mon goût, sans concurrencer Lara Fabian.

Ses origines se retrouvent dans ses compositions. Parfois elle nous emporte dans une mélancolie comme à la fin d'un long hiver nordique dépressif, heureusement les rythmes latinos suivants nous font sauter de joie.

LA NUIT D'ANTIGONE (France - Allemagne - Turquie) - Chapiteau

Dans le cadre du projet Sublimes Portes mettant en relation des artistes méditerranéens, nous retrouvons dans le projet "La Nuit d'Antigone", Sylvie Paz au chant, Perrine Mansuy au piano, Naïssam Jalal à la flûte, Diler Özer aux percussions et la DJ Ipek à l'ordinateur pour le sound design.

Les paroles sont des poésies contemporaines de femmes, mises en musique. Il est annoncé que le spectacle est une histoire de la résistance des femmes qui s'exprime à travers la poésie ou le blog. Excellente idée. Mais la chanteuse lisant le texte dans plusieurs langues différentes ne réussit pas à faire passer le message de la résistance féminine.

BABA ZULA - Turquie - salle des Sucres

Baba Zula est un groupe d'Istanbul, une métropole dont l'agglomération compte environ 15 millions de personnes, située au carrefour de l'Orient et de L'Occident. Les musiciens ont grandi dans cette atmosphère underground et ont réussi à forger et nous retransmettre une musique avec leur propre identité avec du folklore traditionnel, du rock psychédélique, du heavy metal.

Sur scène, nous retrouvons Melike Sahin (chant ), Levent Akman (cuillères, percussions, machines) Murat Ertel (saz électrique, un instrument formé d'une caisse de résonance et d'un long manche muni de frettes), Özgür Cakirlar, Periklis Tsoukalas (ud électrique) et Can Aydemir (basse)

Baba Zula nous plonge dans une expérience psychédélique. Nous y retrouvons l'héritage musical de l'Empire Ottoman qui a perduré de 1299 à 1923 et qui a régné sur l'Afrique du Nord et le Proche-Orient. Toutes ces sonorités font partie de leur univers.

Murat Ertel au saz électrique se mêle au public. A son retour, la chanteuse Melike invite le public à l'accompagner durant le refrain du morceau "Açis, Hopçe". Revêtue d'une robe verte avec des voiles flottant entre les bras et le corps, elle se balance.

Dans le public, les jeunes dames font travailler tout leur corps et ondulent leur ventre. J'ai l'impression qu'elles font partie d'un club de fitness qui enseigne le belly dance (danse du ventre) ou le tsifteteli turc. Il n'y a pas que la zumba.

David Bowie chantait "We could be heroes just for one day" . Nous sommes les reines et les rois de la nuit.

Baba Zula, ce n'est pas uniquement de la musique à écouter, c'est un spectacle délurant de qualité musicale dégageant une énergie positive.

DJMAWI AFRICA (Algérie) - Salle des Sucres

Le groupe Djmawi Africa créé en 2004 expérimente tout en respectant son africanité sur une base typiquement algérienne. Ils pratiquent une fusion de rock de gwana, de Chaâbi, de reggae d'une manière complètement décomplexée. La rythmique est universelle, mais l'usage d'instruments modernes et ethniques produit une sonorité africaine.

Le groupe a déjà tourné internationalement et nous ressentons cette expérience de scène.

Ce soir, Djmawi Africa nous interprète huit chansons de leur répertoire.

Lala Aicha: le concert débute avec un violon aux accents de gammes orientales. Puis suivent les autres instruments offrant une couleur musicale particulière avec le gumbri (un instrument à cordes pincées) et le violon.

Avancez l'arrière: quelques mots en français dans la chanson. Au contraire de beaucoup de groupes africains qui ont une tendance à produire une ambiance festive forcée durant toute la durée de concert, les musiciens ont l'intelligence de présenter des morceaux plus reposants. Cette alternance permet d'apprécier leur musique.

Les textes du dernier album parlent de l'actualité et la vie quotidienne. avec un aspect plus urbain. La jeunesse souvent privée de perspectives d'avenir et de représentation d'elle-même s'y reconnaît.

Djmawi Africa travaille d'une manière collective. Chaque musicien contribue à la réalisation des albums "Mama" et "Avancez l'arrière". Ils aiment explorer les sons et ont ajouté la kora, le djembé, le ngoni à leur liste d'instruments.

Djmawi Africa, un groupe algérien progressif et éclectique qui surprend agréablement par sa créativité et son respect de l'africanité avec des couleurs musicales jouées sur des instruments modernes et ethniques, à écouter sans modération et à voir en concert.

Charles Eloy

Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016
Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016
Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016
Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016
Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016
Babel Med Music -- Dock des Suds à Marseille ( première journée) le 17 mars 2016
Repost 0
Published by Charles Eloy - dans Concerts
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 12:26
Muse -The Drones World Tour- Palais 12 - Bruxelles - les 13 et 15 mars 2016

Muse -The Drones World Tour- Palais 12 - Bruxelles - les 13 et 15 mars 2016

MUSE au firmament de la galaxie sonique !

Le billet de JPROCK :

Palais 12 - 12/13/15 et 16/03/2016. (chronique des concerts des 13 et 15/03)

A l’image de groupes légendaires comme les Stones, U2, AC/DC, Queen ou Led Zeppelin, MUSE a rejoint le cercle restreint des mega groupes à la renommée mondiale, ceux qui remplissent les stades et les salles en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.
En effet les tickets pour les quatre concerts annoncés du trio au Palais 12 se sont vendus en quelques heures et affichent sold out depuis des lustres.
Aménagé autour d’une scène centrale qui tourne sur elle-même et prolongée par deux avancées gigantesques qui traversent littéralement la salle, le Palais 12 semble encore plus impressionnant qu’à l’habitude.
Après une première partie assurée par Nothing But Thieves ( le 13) et The Van Jets (le 15), à 21h07 exactement pour les deux soirs auxquels j’ai pu assister le show démarre par un ballet de six grosses sphères lumineuses qui survolent la salle sous les yeux attentifs de gardes en combinaisons blanches lookés façon stormtroopers et qui prennent position au sol.
Les musiciens montent sur scène dan l’obscurité et attaquent le set avec « Psycho » ( le 13) et Reapers (le 15) .
D'emblée on se prend une qualité de son effarante dans la face, un son puissant et clair dont chaque note jouée par les trois musiciens d’exception nous parvient dans une qualité d’écoute exceptionnelle.
On se dit que ce Palais 12 là a réellement été magnifiquement conçu pour un confort autant visuel qu’auditif et on a une pensée admirative pour l'ingé son du groupe qui fait un boulot impressionnant.
Sur scène, dans l’ombre de la batterie de Dominic Howard un quatrième musicien discret mais efficace officie aux claviers et à la guitare histoire d’enrichir le son live.
Et puis il y a le band au sommet de son art , avec un Matthew Bellamy à la voix divinement aérienne et au jeu de guitare flamboyant.
Le leader de MUSE et Chris Wolstenholme dont le jeu de basse nous secoue les tripes sont toujours en mouvement et occupent la scène de telle manière que chaque spectateur puisse profiter un maximum du spectacle.
Le lightshow est gigantesque ainsi que les projections 3D, et bien sûr il y a ces drones qui donnent leur nom au dernier album et à cette mega tournée.
Les revoilà d’ailleurs qui reprennent leur envol sur « Supermassive Black Hole » et nous aurons même droit au survol de la salle par un vaisseau spatial imposant qui semble flotter dans la noirceur d’une lointaine galaxie.
La set list diffère quelque peu d’un jour à l’autre avec bien sûr une structure identique en ce qui concerne la ligne de conduite, megashow oblige.
On frémit pendant « Hysteria » (joué le 15) , on s’époumone durant l’excellent « Uprising » , on se sent nostalgique à l’écoute de « Bliss » ( joué le 13) et on se prend en pleine face un répertoire gorgé de hits avec une accélération finale identique les deux jours faite de « Time is Running Out » , « Uprising » et l’étonnant « The Globalist ».
Moment d’apaisement ensuite avec un nouvel envol des sphères sur l'instrumental « Drones » majestueux titre emprunté à la Missa Papae Marcelli, composée par Giovanni Pierluigi da Palestrina dont je vous recommande d’ailleurs l’écoute intégrale, c’est de toute beauté.
La dernière salve finale composée de « Take a Bow » , « Mercy » et « Knights of Cydonia » à grand renfort de canons à confetti, serpentins et fumigènes, met tout le monde à genoux.
Le Palais 12 est debout et hurle sa joie tandis que le groupe salue son public puis disparaît dans les entrailles de la mega scène sur laquelle le temps semble s’être arrêté.
Certains pouvaient craindre qu’un surenchère d’effet spéciaux ne fasse perdre au groupe sa magie originelle, ceux là peuvent être rassurés, le band n’a jamais été aussi convaincant et n’a rien perdu de sa joie de jouer ni de sa générosité.
L’attaque des Drones a bien eu lieu durant ces quatre jours, elle nous a subjugués et quelque chose me dit qu’il va falloir du temps pour s’en remettre.

Il est 23h07, le rock du futur a un nom il s’appelle MUSE...

Texte et photos : JP Vanderlinden aka JPROCK-THE DARK FEATHER.

Setlist 13/03:
Dance of the Knights
Drones
Psycho
Dead Inside
Map of the Problematique
(Rage Against The Machine's '… more )
Bliss
(Extended outro)
The 2nd Law: Isolated System
(Shortened)
The Handler
Stockholm Syndrome
(Rage Against The Machine's '… more )
Supermassive Black Hole
(The Jimi Hendrix Experience's 'Voodoo Child' intro)
Prelude
Starlight
Apocalypse Please
Munich Jam
Madness
[JFK]
Reapers
Time Is Running Out
Uprising
(Extended outro)
The Globalist
Drones
(Reprise)
Mercy
Take a Bow
Knights of Cydonia
(Ennio Morricone's 'Man With a Harmonica' intro)

Setlist 15/03:
Dance of the Knights
Drones
Reapers
[Drill Sergeant]
Psycho
Dead Inside
Plug In Baby
(Extended outro)
The 2nd Law: Isolated System
(Shortened)
The Handler
Resistance
Supermassive Black Hole
(The Jimi Hendrix Experience's 'Voodoo Child' intro)
Prelude
Starlight
Citizen Erased
Munich Jam
Madness
[JFK]
Interlude
Hysteria
(AC/DC's 'Back In Black' riff outro)
Time Is Running Out
Uprising
(Extended outro)
The Globalist
Drones
(Reprise)
Mercy
Take a Bow
Knights of Cydonia
(Ennio Morricone's 'Man With a Harmonica' intro)

Muse -The Drones World Tour- Palais 12 - Bruxelles - les 13 et 15 mars 2016
Muse -The Drones World Tour- Palais 12 - Bruxelles - les 13 et 15 mars 2016
Muse -The Drones World Tour- Palais 12 - Bruxelles - les 13 et 15 mars 2016
Repost 0
Published by JPROCK : - dans Concerts
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 14:54
Kanerien ar Goëlo et la troupe de Valérie Rio en l’église paroissiale de Saint-Quay Portrieux le 13 mars 2016.

Kanerien ar Goëlo et la troupe de Valérie Rio en l’église paroissiale de Saint-Quay Portrieux le 13 mars 2016.

L'église paroissiale, construite entre 1879 et 1884, fait partie du patrimoine quinocéen comme le Sémaphore, l'Île de la Comtesse, le moulin Saint-Michel ou la fontaine Saint-Quay.

En ce dimanche après-midi, les paroissiens ne s'y rendent pas pour assister à l'office dominical mais bien à un double concert, celui de la chorale quinocéenne Kanerien Ar Goëlo et à un second récital proposé par la troupe de Valérie Rio.

Kanerien Ar Goëlo a vu le jour il y a 8/9 ans et, depuis peu, Bernard Schoenhenz a passé sa baguette de choeur à la soprano Louise Izem.

16:00, fait pas chaud dans l'édifice religieux malgré l'apport de lampes chauffantes, plus de 40 seniors prennent place face à l'autel, les dames, vêtues telles des premières communiantes ridées et fardées, étant largement majoritaires, l'élément masculin, sobrement vêtu de noir, se chiffre à une dizaine d'unités, détail, aucun boy-scout sur scène!

Un court laïus pour excuser l'absence de monsieur le Maire retenu pour d'autres activités culturelles ou digestives et la brigade entame un premier chant sacré, 'Aotrou o Aotrou', une version bretonne d'un psaume venu du Bénin.

Un des exécutants se charge de la présentation du programme en version bilingue ( breton- roman), malheureusement quelques ennuis techniques compliquent la bonne compréhension de son discours.

Il nous propose une suite de trois cantiques, un air de Bach à la sauce Goëlo, 'Amazing Grace' ayant subi le même traitement et une mélodie galloise pas vraiment grivoise.

Faux départ, l'organiste avait compris Haendel, pas grave on remet le couvert!

Ghislaine, 83 printemps depuis avant-hier, en soliste, le reste de la troupe bourdonne.

De lointains souvenirs de messe de minuit dans l'église Saint-Clément de ton enfance ressurgissent, c'était les seules festivités synonymes de réveillon de Noël auxquelles tu étais convié, à l'époque.

Ce rituel t'a tellement marqué que tu t'es mis à aimer Ria Pia et sa Jodelende Koe.

Tu as probablement compris que l'aubade, hautement soporifique, ne t'emballait pas un max.

Une nouvelle suite nous est balancée, 'Le retour des Celtes' et deux titres repris par Tri Yann.

Tout ça est fort gentil mais ne dépasse guère le cadre de l'anecdotique.

Certains vétérans s'intéressent à la philatélie, d'autres jouent aux boules ou à la belote, les sportifs assistent au match de foot, les moins courageux font la sieste, Kanerien Ar Goëlo a décidé de chanter plutôt que de se caler devant le petit écran pour subir Drucker.

Tu dis, Clelia?

Ah, oui, ils tanguent, la mer est agitée aujourd'hui.

Un traditionnel irlandais et une allégorie décrivant la situation actuelle de la Bretagne, Marie-Angélique, une marquise vénitienne, en vedette, puis un texte de Job An Irien pendant lequel tu surprends les ronflements d'un brave individu assis derrière toi et enfin un duo aux accents rock moyenâgeux, clôturent ce concert propice au recueillement.

Quoi, Clelia?

C'est pas bien de se moquer, ils n'étaient que quelques uns à chanter faux.

Christiane?

J'ai noté un manque de fluidité

Le maire: heureusement que j'étais à une kermesse aux moules!

Mesdasmes et Messieurs, nous quémandons une obole pour enregistrer notre prochain CD.

Un panier circule!

Quelques accessoires sont installés face au crucifix avant le second récital du jour, celui de la troupe de Valérie Rio.

La mezzo-soprano, professeur de chant à Lamballe, jouit d'une excellente réputation dans l'univers lyrique hexagonal, son nom est associé à une série d'ensembles pas bidon: Accentus, Les Arts Florissants, les Goûts Réunis...sans oublier ses apparitions à l'Opéra ou en récital, accompagnée, par exemple, par la guitare de Sébastien Lemarchand.

La séduisante musicienne introduit Murielle Védrine, pianiste/organiste, qui accompagnera l'imposant baryton Alain Rouxel et quatre charmantes voix féminines, Louise Izem, qui venait de diriger Kanerien ar Goëlo, la toute jeune soprano Antonine Vermotte, un pur talent pourri de classe, Roselyne Théaudin, soprano et Evguénia Simon, une autre chanteuse soprane.

Petite mise en scène galante pour ouvrir les hostilités, les cinq protagonistes brillent pendant 'Due pupille amabili' un extrait des Sei Notturni de Wolfgang Amadeus Mozart, le compositeur qui sera mis à l'honneur pendant ce récital.

Oui, Clelia?

Quelle différence de niveau par rapport à la chorale précédente.

Tu ne peux qu'acquiescer!

Louise en évidence pendant l' ' Agnus Dei' du Salzbourgeois puis ce sont le baryton, armé d'une mandoline médiévale décorative, et Evguénia qui s'attaquent à une frivole ' Canzonnetta' extraite de Don Giovanni suivie par 'La ci darem la mano' issu du même opéra.

Toute l'assistance, ébahie, est sous le charme.

Grosse claque en pleine figure lorsque Antonine amorce en solitaire "Als Luise die Briefe ihres ungetreuen Liebhabers verbrannte".

Roselyne lui succède pour un air de Puccini. ' Omio babbino caro' est issu de 'Gianni Schicchi'.

Le mont Rouxel n'avait pas de flûte à sa disposition, avec l'aide de Roselyne, à laquelle il fait les yeux doux, il amorce ' Pa, Pa, Pa' l'allègre duo de Papageno et Papagena de ' Die Zauberflöte', Evguénia émeut l'assistance par son interprétation magnifique de l'aria 'Ach, ich fühl's, es ist verschwunden '.

Moins tragique sera le 'Sound the trumpet', un anthem duet signé Purcell, sung by Antonine et Louise, l'orgue prenant de soyeuses tonalités de clavecin.

En français, une des rares oeuvres vocales de Gabriel Fauré, ' Puisqu'ici-bas toute âme' au texte signé Victor Hugo.

La troupe au garde-à-vous, cet instant martial annonce une nouvelle mélodie extraite des Sei Notturni de Mozart.

Intermezzo comique, Roselyne, transformée en soubrette, vient épousseter l'auguste crâne d'un spectateur amorphe pour ensuite relayer le baryton qui avait entonné le futile ' Se a caso Madama la notte ti chiama' le duo que Suzanne et Figaro échangent durant 'Le Nozze de Figaro'.

Antonine tiendra le rôle de Chérubin, logique, ' Non so piu cosa son'.

L'aubade prend fin en quintette, un dernier air issu des Sei Notturni, ' Più non si trovano'.

Tel un seul homme, tous les paroissiens se sont levés pour applaudir l'incroyable performance.

Un rappel avec la complicité du chef, Valérie Rio, on quitte les grands classiques pour une version chaude de 'S Wonderful' de Gershwin.

Brillant.

Le dessert!

La chorale et les artistes lyriques réunis entament une berceuse liturgique suivie par le fougueux 'Bro Goz Ma Zadou', l'hymne de la Bretagne!

Kanerien ar Goëlo et la troupe de Valérie Rio en l’église paroissiale de Saint-Quay Portrieux le 13 mars 2016.
Kanerien ar Goëlo et la troupe de Valérie Rio en l’église paroissiale de Saint-Quay Portrieux le 13 mars 2016.
Kanerien ar Goëlo et la troupe de Valérie Rio en l’église paroissiale de Saint-Quay Portrieux le 13 mars 2016.
Kanerien ar Goëlo et la troupe de Valérie Rio en l’église paroissiale de Saint-Quay Portrieux le 13 mars 2016.
Kanerien ar Goëlo et la troupe de Valérie Rio en l’église paroissiale de Saint-Quay Portrieux le 13 mars 2016.
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 05:23
Defeater à l'Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 13 mars 2016

Defeater à l'Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 13 mars 2016

Pub-

les Boston boys de Defeater font souffler depuis quelques années déjà un vent frais et tumultueux sur la scène du (post-)hardcore mélodique.

En 2015, Defeater figurait parmi les «10 groupes à ne pas manquer au Groezrock ‘15 » aux côtés de Refused, Title Fight, OFF! et Iron Reagan. Le groupe jouit d'une énorme réputation live et il y fera bien évidemment honneur à Bruxelles !

Rien à dire, Florian Hexagen?

Sinon le concert de Defeater hier à l'AB Club était vraiment à l'ancienne: du pogo, de la sueur, des chœurs, un groupe qui bouge terriblement sur scène pour une efficacité maximale. Après, on reste quand même dans le registre d'un punk-hardcore mélodique un poil répétitif, sans rien de transcendant ni vraiment de novateur, mais joué avec une sincérité et un engagement qui faisaient toutefois plaisir à voir et à entendre. Bref, pas tromperie sur la marchandise, pas de transcendance non plus, juste une belle débauche de décibels et d'énergie largement suffisants pour un dimanche soir frigorifique.

Defeater à l'Ancienne Belgique ( Club) - Bruxelles, le 13 mars 2016
Repost 0
Published by Florian Hexagen - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents