Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 14:56
BAND OF FRIENDS - Spirit of '66 - Verviers le 25 février 2016

BAND OF FRIENDS SPIRIT OF 66 – VERVIERS (BEL) – 2016.02.25

Lineup :
GERRY MCAVOY : Bass - Backing Vocals
TED MCKENNA : Drums - Backing Vocals
MARCEL SCHERPENZEEL : Guitar - Lead Vocals

Un concert placé sous le signe de la Nostalgie au Spirit of '66 avec la venue du Band of Friends. Mais ce n'est pas la Nostalgie qu'écoute la ménagère ménopausée dans la cinquantaine en pensant à son amant qui est encore la seule chose qui lui donne quelques frissons en dehors de la sortie du dernier cd de Frank Michael ou de Calogero.Non pas! Il s'agit ici ni plus ni moins que la nostalgie de l'immense guitariste qu'était l'Irlandais Rory Gallagher. Le natif de Ballyshannon nous a quittés le 14 juin 1995 à l'âge de 47 ans des suites d'un rejet après une transplantation du foie. Le monde du blues-rock perdait ce jour là un de ses plus emblématiques représentants.
Gerry McAvoy qui officia aux côtes de Rory de 1971 à 1991 a voulu que la flamme continue à briller au firmament du panthéon des musiciens et perpétuer la musique du génial Irlandais à la Fender Stratocaster usée jusqu'au bois. C'est pourquoi il s'est embarqué dans un voyage sans fin avec le batteur écossais Ted McKenna (ex-Sensational Alex Harvey Band, Michael Schenker Group, Ian Gillan Band) qui officia aux côtés de Rory de 1977 à 1981.
La section rythmique assurée par ses deux plus emblématiques représentants, restait à trouver un guitariste capable non seulement de restituer le jeu du maître mais aussi, apte à chanter à la manière de l'homme à la chemise à carreaux ce qui n'était pas non plus la tâche la plus aisée.
C'est du côté des Pays-Bas que la lumière viendra en la personne du grand Marcel Scherpenzeel, natif d'Amsterdam. Car notre Marcel est grand, non seulement par la taille, mais aussi par le talent.
C'est déjà bluffant d'entendre le son de sa Fender, réplique exacte de celle de son défunt maître, mais quand on ferme les yeux, à certains moments, on croirait que notre Irlandais est descendu de son paradis des musiciens pour refaire une pige avec son ancien band. C'est très émotionnant, on en a des frissons.
Au premier rang, une blonde d'un certain âge sinon d'une âge certain tangue comme un bateau ivre, bras levés, mains tendues vers les musiciens qu'elle hésite poutrant à toucher malgré le regard bienveillant et compréhensif de son compagnon. Dans l'assistance, mis à part une ou deux exceptions dont l'une d'elles, noire de cheveux et fort agréable au regard que l'on croise environ à 1,80m du sol, la moyenne d'âge flirte joyeusement avec la cinquantaine grisonnante, du moins pour certains, capillairement malchanceux ou alors coquets au point de faire des mèches… Ca parle français, allemand et... néerlandais. Trop fort comme d'habitude, ils sont quatre près du bar et tu croirais qu'ils sont 50, ils ne parlent pas, ils crient ! C'est bien d'avoir la côte belge dans sa région linguistique mais faudrait voir à vous désensabler les portugaises les gars !!! C'est de l'humour hein, je vous aime moi chers compatriotes. Bref, les trois frontières sont une nouvelle fois unies et réunies sous la bannière de la musique et c'est très bien ainsi
20h30 c'est le début du feu d'artifice qui, pendant près de deux heures, va nous nous faire admirer ses fusées les plus belles qui explosent tout là haut et retombent en gerbes étincelantes dans des scintillements de riffs colorés. Cradle Rock, The Last Of The Independants, Shin Kicker, Laundromat, Calling Card, Tattoo'd Lady ou encore Shadow Play avant le bouquet final « Bullfrog Blues » qui pétarade encore à nos oreilles longtemps après que les lumières se soient éteintes sur scène.
Encore une très belle soirée que nous avait programmée là notre Francis national.
Il ne me reste plus qu'a rejoindre Ciney en compagnie de Jean-Louis et de Philou surnommé Daffe-Punk par ses élèves.Trois anciens de la même école dont un ex-directeur, un professeur en fonction et un ancien élève devenu musicien, devinez de quoi on a parlé ? Bon, allez, dodo, ce soir c'est moi qui serai sur scène avec mon band Cover Age. A bientôt.

Mitch « ZoSo » Duterck

BAND OF FRIENDS - Spirit of '66 - Verviers le 25 février 2016
BAND OF FRIENDS - Spirit of '66 - Verviers le 25 février 2016
BAND OF FRIENDS - Spirit of '66 - Verviers le 25 février 2016
Repost 0
Published by Mitch « ZoSo » Duterck - dans Concerts
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 17:13
Joanna Newsom au Bozar - Bruxelles - le 24 février 2016

Joanna Newson au Bozar - Bruxelles - le 24 février 2016

Florian Hexagen

REVIEW: Concert absolument envoûtant de ~Joanna Newsom~ hier soir au BOZAR, nymphe harpiste américaine et prêtresse psyché-folk. On ne la connaissait que de nom jusqu'ici, "Steve Albini brought us here", et franchement, merci encore une fois à lui. Moins d'une minute après le début de son set, son univers musical vraiment particulier nous a plongés dans une bulle de délicatesse qui nous a transportés loin, bien loin, dans une dimension où le temps n'a plus trop d'importance et où les moments de grâce sont suspendus quasi à l'infini.

Difficile de classifier ce que l'on a vu/entendu, mais on peut le résumer en un mot: UNIQUE.

Après Shannon Wright et Laibach, on tient pour l'instant avec cette drôle et très talentueuse dame (accompagnée pour cette tournée d'un backing band de luxe) le trio live de rêve de ce début d'année 2016.

Joanna Newsom au Bozar - Bruxelles - le 24 février 2016
Repost 0
Published by Florian Hexagen - dans Concerts
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 12:19
Die unendliche Geschichte: Rusty Burns, Sonny James, Hans Reffert, Piotr Grudziński, Harald Devold, Vi Subversa!

Ya'acov (James) Russell Burns better known as Rusty Burns était le guitariste du Southern rock band Point Blank.

Le groupe avait sorti 6 albums avant de se séparer, mais en 2005 il se reforme pour donner un benefit concert et les musiciens décident de reprendre l'aventure.

Trois albums paraîtront après cette renaissance.

Rusty qui avait été guitar technician pour ZZ Top est décédé le 19 février.

Le chanteur country Sonny James a connu le succès en 1957 avec 'Young Love'.

Il aura classé plus de 80 titres dans les country charts durant sa longue carrière qui l'a vu dénicher une place dans le Country Music Hall of Fame.

C'est lui également qui a produit les 3 premiers albums de Marie Osmond.

Il s'est éteint à Nashville à 87 ans.

Hans Reffert de Ludwigshafen am Rhein aura tâté de tous les genres musicaux, c'est en tant que membre du combo de krautrock Guru Guru que son nom a acquis une notoriété internationale.

Le musicien et compositeur est aussi associé à pas mal d'autres projets: Zauberfinger, Sanfte Liebe, Schrammel und Slide ou Idole, sans oublier son travail pour le théâtre, le cinéma ou la télévision.

Il avait 69 ans lors de son décès, no cause of death has been announced!

C'est le groupe de rock progressif Riverside qui a annoncé la triste nouvelle du décès de leur guitariste Piotr Grudziński.

In our deepest pain and disbelief we would like to inform you that our dearest friend and brother Piotr Grudzinski has passed away this morning. We kindly ask you to respect the privacy of his family and friends...

Le groupe devait tourner pour promouvoir son dernier album 'Love, Fear and the Time Machine' sorti en septembre 2015.

Harald Devold, décédé le 19 février, has been one of Norway's most commonly used freelance musician depuis les années 80.

Le saxophoniste et flûtiste était une des figures marquantes du big band Oslo Groove Company, il était également producteur pour Scene Finnmark, ayant ainsi travaillé avec Sondre Lerche, Mari Boine ou Angélique Kidjo.

Vi Subversa, de son nom véritable Frances Sokolov, était la la figure de proue du groupe anarchiste Poison Girls, un des premiers punk bands féminins au UK.

La madame n'était plus de première jeunesse lors des débuts du groupe, c'était donc assez étonnant de voir cette mère de famille proférer ses textes anarchistes à fortes connotations sexuelles sur les scènes anglaises.

C'est elle qu'on peut voir dans le film 'She's a punk rocker'.

She died last week following a short illness.

Die unendliche Geschichte: Rusty Burns, Sonny James, Hans Reffert, Piotr Grudziński, Harald Devold, Vi Subversa!
Die unendliche Geschichte: Rusty Burns, Sonny James, Hans Reffert, Piotr Grudziński, Harald Devold, Vi Subversa!
Die unendliche Geschichte: Rusty Burns, Sonny James, Hans Reffert, Piotr Grudziński, Harald Devold, Vi Subversa!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 17:47
Adieu Paul Gordon, Brendan Healy et Pantelis Pantelidis!

Paul Gordon ( 52 ans) tenait la guitare et les claviers pour les B52's depuis 2007, c'est d'ailleurs le band qui a annoncé son décès sur facebook.

Avant de rejoindre la bande de zozos de Athens, Paul jouait avec les New Radicals qui n'auront sorti qu'un album.

La liste de ses collaborations comme producer ou musicien est impressionnante: Goo Goo Dolls, Lisa Marie Presley, Natasha Bedingfield, Charles and Eddie, Prince, Nona Hendryx, Noel, Chaka Kahn, ou Anna Wilson...sont mentionnés par les experts.

Le natif de Newport a également composé plusieurs thèmes pour le cinéma ou la télévision.

Si Brendan Healy est surtout connu comme acteur ( Quayside, The Black Velvet Gown ..) ou stand-up comedian, il avait commencé sa carrière en tant que musicien, jouant avec John Miles, Goldie ou Lindisfarne.

Un cancer a eu raison de sa santé à 59 ans.

Pantelis Pantelidis ( 32 ans), une star en Grèce, a perdu la vie lors d'un accident de la circulation près d'Athènes.

Il avait sorti quatre albums et récolté quelques Awards chez les concitoyens d'Aléxis Tsípras.

La Grèce est en état de choc!

Adieu Paul Gordon, Brendan Healy et Pantelis Pantelidis!
Adieu Paul Gordon, Brendan Healy et Pantelis Pantelidis!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 21:37
Róisín Murphy - Cirque Royal de Bruxelles. le 19 février 2016

Róisín Murphy - Cirque Royal de Bruxelles. le 19 février 2016

Le billet de JPROCK :

Prévu initialement fin novembre 2015 à Forest National puis reporté pour des sombres motifs de conflits d’agenda, le concert de Roisin Murphy a finalement eu lieu ce 19 février dans un Cirque Royal qui est loin d’avoir fait le plein.
L’étoile de l’ex-chanteuse de Moloko est elle en train de pâlir ?
Oui diront certains , non diront d’autres pour qui Roisin Murphy est devenue une chanteuse branchée pour hipsters et adeptes de disco parties.
Bref, on peut dire qu' au terme du concert de ce soir les avis sont partagés.
Certains ont certainement adoré et d’autres comme moi se sont copieusement ennuyés à la vision de ce spectacle durant lequel les changements de costumes sont finalement plus nombreux que les titres interprétés et plus colorés que la musique proposée par l'artiste irlandaise.
Car c’est à un véritable carnaval-défilé de mode proposant une alternance de masques et de tenues que nous assistons ce soir, Roisin Murphy allant parfois jusqu’à changer trois fois de tenue au cours d’un même morceau (sic !).
Tantôt étonnante et flamboyante, tantôt irritante, la jeune femme en fait trop au niveau du look et musicalement nous sert une electronica teinté ede dance qui parfois (rarement) atteint des sommets mais qui se transforme aussi à certains moments en une soupe cacophonique qui vous fait passer le bruit d’une perceuse pour un moment intense de plaisir auditif.
Raaaah, cette version apocalyptique d' Exploitation"qui n'en finit plus !!!
Et question décibels la demoiselle envoie la sauce à fond, à un point tel que même dans les couloirs du Cirque on a du mal à se parler tant les basses résonnent à tout va.
Au terme d' une prestation très inégale qui m’a semblé durer une éternité, elle revient sur scène pour un rappel avec « Exile » et un dernier titre » Pure Pleasure Seeker » dont je ne verrai pas la fin car je décide d'en rester là pour ce soir .
Dans les escaliers du Cirque Royal je croise des fans déçus qui eux aussi partent avant la fin.
« Vous n’avez pas aimé? « leur dis-je.

« Pfff , me répond l’un d’entre eux c’était pas mal mais c’est loin d’être le meilleur concert que j’ai vu d’elle ! «
Tout n’est donc peut être pas perdu, apparemment l’Irlandaise est capable de faire beaucoup mieux.
En ce qui me concerne, l’avenir ne me dira pas si ce fan déçu a dit vrai, car le prochain concert défilé de mode déjanté de la dame se passera sans moi.
Je suis venu, j’ai vu, et je n’y retournerai plus.

Texte et photos : JP Vanderlinden aka JPROCK-THE DARK FEATHER.

Setlist :

Let Me Know
(with "Straight from the Heart"… more )
Dirty Monkey
(Moloko song)
Dear Miami
Tight Sweater
(Moloko song)
In sintesi
Overpowered
Unputdownable
Evil Eyes
Tatty Narja
(Moloko song)
Gone Fishing
House of Glass
Ancora tu
Jealousy
(Disco mix)
Exploitation
(with "Sing It Back" snippet)

Encore:
Exile
Pure Pleasure Seeker
(Moloko song)
Evil Eyes
(Instrumental Reprise)

Róisín Murphy - Cirque Royal de Bruxelles. le 19 février 2016
Róisín Murphy - Cirque Royal de Bruxelles. le 19 février 2016
Róisín Murphy - Cirque Royal de Bruxelles. le 19 février 2016
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 15:40
Fat Boy Blues au V and B, Guingamp ( Côtes d'Armor), le 19 février 2016

Fat Boy Blues au V and B, Guingamp ( Côtes d'Armor), le 19 février 2016

V and B, comme « vins et bières », une chouette enseigne, un concept pas con: un magasin et un espace de dégustation assez vaste que pour permettre l'organisation de concerts, il y avait du monde à l'heure de l'apéro rue de Cadolan à Guingamp.

Le temps de s'envoyer une cuvée des Trolls , brassée à Pipaix ( Leuze-en-Hainaut) et le coin scène est occupé par de vieux briscards, rescapés de toutes les guerres, Fat Boy Blues.

Sont fat?

Euh, sont pas tous thin ou slim, à première vue ils ne se nourrissent pas forcément uniquement de laitues et de concombres!

Ce trio franco-britannique, basé en Bretagne, écume l'Ouest français depuis 2010 pour prêcher un bon vieux blues rock sans gadgets électroniques.

Aux drums et lead vocals, have you seen my sunglasses, le vétéran Ray King que certains ont vu dans le Kent au sein de Diablo,The Lost Souls, The Rebounds et même de Inner Circle, ce brillant gentleman a également pondu un roman autobiographique called 'Once a Muso' , il est venu s'établir chez les bouffeurs de grenouilles en 1991, il y donne des cours de batterie et tâte de la scène avec Fat Boy Blues, il a également joué au sein de Night Train, Bluesgroove et Les Myriades - son compatriote Glyn Warren a tenu la basse chez le Oil band Angelic Upstarts qu'il a quitté on doctor's orders, il devenait sourd, certains l'ont entendu comme membre de Boxty ou de Hairy Bacon Experience - aux guitares et au chant grave, Jumping Jack Thaeron, un petit gars, pas si moche, de Morlaix, qui n'aboie pas comme un roquet ,mais dont les riffs précis font mouche à tous les coups.

Un démarrage funk blues avec le juteux Texas blues 'Out of sight, out of mind' suivi par ' My Buddy, buddy friends' qu'ils attribuent à Kim Wilson des Fabulous Thunderbirds, ce morceau se trouve au répertoire d' artistes classieux, Dr. Feelgood ou Charlie Musselwhite e.a.

Ces mecs ont le bon goût d'ouvrir les débats avec quelques perles pas trop connues, ils nous promettent d'ailleurs un premier set aux accents blues avant de passer au rock lors de la seconde mi-temps.

Ils enchaînent sur "Before You Accuse Me" de Bo Diddley dans le style Eric Clapton, avant de nous rappeler que John Mayall fut un des premiers à avoir joué le blues au pays de sa majesté, "All Your Love" (Willie Dixon/Otis Rush) a été enregistré par Mayall et ses Bluesbreakers ( Clapton à la gratte) en 1966 et pas en 1964, Ray, c'est pour cette raison que Glyn, le petit jeune, a raison d'affirmer qu'il n'était pas né!

Fabuleux travail de Big Moustache à la six cordes, c'est d'ailleurs lui qui saisit le micro pour aller promener le clebs, 'Walking the dog'.

Du blues avec une touche de groove, ça vous va?

Voici 'Smoking gun' de Robert Cray qui précède le classique ' Hoochie Coochie Man'.

L'âge d'or du pub rock au UK, c'était Ducks DeLuxe, Chilli Willi and the Red Hot Peppers, Brinsley Schwarz et bien sûr Dr. Feelgood, 'Dimples' est un de leurs morceaux les plus sexy.

Prêt pour le grand saut au dessus des mers, on descend vers les plaines du Sud avec l'hymne Southern rock 'Sweet Home Alabama' puis on se retape le chemin inverse et on replonge dans les sixties avec le génial 'Keep on running' de Spencer Davis Group.

Any Glaswegians in the room?

Non, ni Sharleen Spiteri, ni Lulu n'ont pu se déplacer, sorry ...

Do you know The Nimmo Brothers?

Yes, and King King, too!

Ok, voici leur 'Heart without a soul' sans kilt!

Il est l'heure de songer à l'avant-goût de la seconde partie, let's rock with Lenny, 'Are you gonna go my way'.

Et maintenant, Glyn, Calvin Russell, ça te va?

Jack Russell?

Fais le malin, mec, let's do ' Rocking the Republicans' puis on achève part 1 avec Z Z Top, 'Sharp Dressed Man'.

Pause v ou b, Bordeaux ou Erdinger Weissbier!

Reprise en force avec 'Bad case of loving you' de Moon Martin, tube imparable pour le regretté Robert Palmer.

Puis vient ' Big Boss Man' avec 46 fausses sorties ( en voltige) de l'espiègle batteur et de ses 66 balais.

Un petit medley s'incruste dans 'Rock me babe', sur le lac il n'y a pas de fumée sans feu, et que Ray King ait une inspiration soudaine et s'attaque à Ray Davies et à son 'Really got me' quoi de plus normal, entre souverains, on se fait des politesses.

Guingamp, vous êtes nuls, on avait espéré votre aide pendant 'I got my mojo working', vous êtes juste bons à fredonner la pêche aux moules!

Jack, les Who, ' Won't get fooled again', c'est pas trop dur pour toi?

Je peux te jouer le Concerto d'Aranjuez et lire Proust en même temps, donc les Who, aucun problème!

Un premier ( faux) slow, le superbe ' Blue Hotel' de Chris Isaak avant une pointe d'exotisme aux saveurs Santana, 'Oye Como va', piqué à Tito Puente!

Après un 23è thank you, beaucoup, le trio décide de s'attaquer au Floyd, 'Another brick in the wall'.

Une jolie insulaire se déhanche, les profs déchantent, les élèves chahutent, la contestation gronde.

Passons à autre chose, ' Long train running' a toujours été une de tes préférées des Doobie Brothers.

OK, ' Money for Nothing' n'est pas forcément le meilleur titre de Dire Straits, c'est sans doute le plus connu.

Glyn, que dit ta Rolex?

Plus qu'une, chef!

Tous en voiture, direction les rives du Styx, à fond la caisse, 'Highway to Hell'!

Buddies, nous serons le 27 au Soupson à Saint-Brieuc, see you there!

Fat Boy Blues au V and B, Guingamp ( Côtes d'Armor), le 19 février 2016
Fat Boy Blues au V and B, Guingamp ( Côtes d'Armor), le 19 février 2016
Fat Boy Blues au V and B, Guingamp ( Côtes d'Armor), le 19 février 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 11:14
The BANGING SOULS (B) + JANE DOE and The Black Bourgeoises (B) au Spirit of 66, Verviers, le 19 février 2016

The BANGING SOULS (B) +JANE DOE and The Black Bourgeoises (B) au Spirit of 66, Verviers, le 19 février 2016

JANE DOE Setlist
01. THE HUNT.
02. RISKY.
03. BOYZ.
04. BAD GIRLZ.
05. RUNAWAY.
06. BITCH.
07. PROPAGANDA.
08. VAMP.
09. DRIVER.
10. KIDZ.

THE BANGING SOULS Line Up :
Pierre ABRAS : Drums
Gaëlle MIEVIS : Vocals - Acoustic Guitar
Ludwig PINCHART : Guitar

THE BANGING SOULS Setlist :
01. BACK TO ROOTS.
02. RACE.
03. THE CALL.
04. WHISPER.
05. I SEE THE MOON.
06. I LOVE ROCK'N'ROLL. (Joan Jett & The Backhearts cover)
07. A CHANGE.
08. BE.
09. FIGHTERS OF LOVE.
10. QUEEN OF THEMODERN AGE.
11. BLACK BETTY. (Ram Jam cover)
12. RACE (REPRISE).

Il est 13h30 lorsque je rejoins mon pote Ludwig à Namur. Un jus d'orange plus tard, une fois le matériel chargé, nous prenons la direction de l'E42. Cette fois nous veillons à bien suivre les panneaux de signalisation qui indiquent « Liège » en lettres blanches sur fond vert, j'explique à l'intention des étrangers qui me lisent, on ne sait jamais, si une visite de notre belle Wallonie les tentait, ils auraient déjà de quoi s'orienter.
Arrivée devant le Spirit of '66, déchargement du matériel, salutations d'usage au maître des lieux et c'est parti pour l'installation du background. Tout le monde est là ? Gaëlle ? check. Pierre ? C'est bon, tu as assez de place pour ton kit de batterie ? Allez on y va : soundcheck et en plus on a le temps de faire ça à l'aise. Un peu à la manière des fromages mais l'odeur en moins, on affine les réglages. Ca me paraît tout bon, Yves, le mixeur du band connaît son métier et ses diverses fréquences sur le bout des doigts et il nous mitonne une façade du tonnerre, gardant toute la puissance nécessaire à la musique de Banging Souls mais sans que jamais ça n'aille trop fort. Il en sera de même pendant tout le concert. Il n'y a même pas eu un larsen (non pas le footballeur danois) , l'autre celui qui fait grincer des dents. C'était tout simplement parfait, bravo. Quelques parties de Uno bien musclées en backstage pour tuer le temps et puis direction l'étage du '66. Non ce n'est pas le 67 ( je t'ai vu arriver avec ton humour sournois) et nous voilà attablés autour d'un excellent repas chinois et une sauce piquante… je ne vous dis que ça, Yves et moi nous sommes régalés. La première partie est assurée de très belle manière par les hennuyers de La Louvière que sont Jane Doe et ses trois choristes black bourgeoises. Un rock bien carré et bien dosé avec une frontwoman qui n'a pas besoin d'en faire des caisses et qui connaît son métier sur le bout des doigts. Elle s'y entend pour gagner les faveurs d'un public qui, tout comme moi, découvrait le band. Mon petit doigt me dit qu'on risque bien de les entendre le 1er mars prochain dans ma séquence « découvertes » sur Radio Quartz. Je me suis bien amusé, on attend le 3ème album en septembre. Pour ceux que ça intéresse les deux premiers cds « Angel Crash » et « Propaganda » sont disponibles via leur site web. En dix chansons, nous avons découvert un Rock'n'Roll à la belge, énergique et bien ficelé, un excellente surprise.

Il est 22h00 lorsque le power trio des Banging Souls prend les planches et d'entrée le ton est donné. « Back To The Roots » : ça tue, je sens qu'il n'y aura pas de prisonniers ce soir, on a sonné « El Degüello ». Voici « Race » qui déboule à 100 à l'heure avec son intro qui rappelle « Come Together » des Beatles. Tiens, il n'y a pas de bassiste me direz-vous puisqu'en lecteurs friands de détails, vous avez consulté la rubrique « line up ». Non, il n'y en a pas et il n'y en a pas besoin car à gauche de la scène, le gars un peu en retrait qui a l'air de ne pas y toucher est un guitariste génial qui cisèle le son de Banging Souls. Haut Parleur 4x12 Marshall 1960, tête d'ampli Orange 50 watts full tubes et enfin, la trouvaille, une extension via un Fender Bass 350 watts qui donne cette impression qu'une guitare basse est réellement présente sur scène. Ajoutez-y un Pedal train bien garni, auquel se greffent une Fender Telecaster et une Haar Telecaster fabriquée par le luthier Néerlandais du même nom, il ne vous manquera plus que le talent du maître pour être au top.
On poursuit avec « The Call », message bien compris par le public présent ce soir, la réponse est unanime. Vient ensuite ce que je considère comme un monument du répertoire : « Whisper ». Mais en fait de murmure c'est plutôt une fusion entre Pearl Jam et Led Zeppelin, un petit peu comme si « Sirens » rencontrait « Kashmir ». On pourrait sans complexe imaginer la voix martiale d'Eddie Veder soutenue par une rythmique Page, Jones, Bonham. Pierre Abras a une frappe phénoménale qui assied les fondations de la maison Banging Souls et la voix de Gaëlle n'a à rougir d'aucune autre voix féminine. Elle tient la dragée haute à toutes ses consœurs. Une puissance et une hauteur stratosphériques agrémentées d'un vibrato contrôlé qui intervient à la demande et vous aurez une idée du registre de celle qui officie également au sein de Sirius Plan. Quand on parle du loup… La chanson suivante « I See The Moon » est une composition d'Elodie, la Skye du groupe précité. Une trouvaille géniale sur la reprise du « I Love Rock'n'Roll » de Joan Jett : au moment où tu crois pouvoir t'emballer après la 1ère phrase du chorus, les Banging Souls prennent le contrôle de tes émotions et de ton enthousiasme pour te ramener dans une suite plus blues, plus lancinante. C'est le jeu du bâton et de la carotte et tu t'y laisses prendre sans avoir vu venir le coup de poker. Ca enchaîne sans pitié avec « A Change » et « Be » puis on arrive au sublime et titanesque « Fighters of Love » et son riff lourd à la « Black Dog » de Led Zeppelin. La bête attendait, tapie dans l'ombre. Chaperon-Rouge des riffs, tu es passé sans te méfier dans les bois et le Loup-Dwig t'a saisi à la gorge pour t'emmener dans son antre sonique où les arabesques de ses guitares t'ont dévoré le coeur et l'âme sans aucune pitié. « Un bonjour à la « Queen of a Modern Age » et on salue « Black Betty » reprise géniale de Ram Jam à la Sauce Banging ou plutôt à la Soul Banging devrais-je dire. Il est déjà temps de se dire au revoir avec la reprise de « Race ». On connaissait déjà le « Double Assassinat dans la Rue Morgue » d'Edgar Allan Poe et « L'Assassin Habite au 21 » de Stanislas-André Steeman mais hier soir, nous avons eu la confirmation qu'un Meurtrier résidait au 66. Vivement ce soir Aux Deux Ours à Nandrin. A l'affiche ? The Banging Souls ». Merci pour cette magnifique journée passée ensemble.

Mitch « ZoSo » Duterck

The BANGING SOULS (B) + JANE DOE and The Black Bourgeoises (B) au Spirit of 66, Verviers, le 19 février 2016
The BANGING SOULS (B) + JANE DOE and The Black Bourgeoises (B) au Spirit of 66, Verviers, le 19 février 2016
The BANGING SOULS (B) + JANE DOE and The Black Bourgeoises (B) au Spirit of 66, Verviers, le 19 février 2016
Repost 0
Published by Mitch « ZoSo » Duterck - dans Concerts
commenter cet article
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 13:31
Gum Takes Tooth (UK) + Total Victory (UK) + Rraouhhh! (BE/FR) au Magasin4- Bruxelles le 18 février 2016

Gum Takes Tooth (UK) + Total Victory (UK) + Rraouhhh! (BE/FR) auMagasin4- Bruxelles le 18 février 2016

Pub:

Gum Takes Tooth est une machine à deux hommes cherchant frénétiquement l’hypnose auditive par des arrangements labyrinthiques autant empruntés à Lightning Bolt, Battles, Fuck Buttons que Butthole Surfers.

Désormais trentenaires, les anglais de Total Victory sentent un peu, leurs jobs ont bouffé leurs cellules du cerveau, mais leur ont laissé assez d’énergie et d’inspiration pour enregistrer ‘If You Were There’, nouveau mini album à la croisée de la pop automnale, du rock acerbe, et du post punk strident. Un avant-goût du troisième album attendu l’hiver prochain ?

RRAOUHHH! was born in Brussel City by the meeting of Samantha Chope and Mrs Racaille, july 2014.Their first gig was supposed to be in a crooner's party, but they wasn't really playing like the Sinatra's way, not much as Sacha Distel's.

http://rraouhhh.blogspot.fr/p/music_11.html

Florian Hexagen y était...

Une toute bonne soirée hier au Magasin 4. Pas de grosse claque au final, mais 3 bons sets assurés respectivement par Rraouhhh, Total Victory et Gum Takes Tooth, chacun dans leur genre. On a tout d'abord eu droit à de l'electro-synth déglinguée saveur 8-6 française, celle que l'on aime bien, mais quand même plus quand elle est servie à 2h du mat' qu'à 19h30. Y a ensuite succédé un gang British adepte de post-punk noisy tendu, qui s'est également avéré plus "poppy" qu'attendu, mais bourré de tubes jusqu'à la moëlle. Puis on a enfin terminé sur de l'ethno-electro-noise chelou, comme si John Carpenter, qui aurait fumé trop de weed, s'était perdu dans une jungle luxuriante entouré de primates encore plus pétés que lui. En fait cette soirée était aussi éclectique que bizarroïde, et c'est aussi pour cela que l'on aime le Magasin 4!

Gum Takes Tooth (UK) + Total Victory (UK) + Rraouhhh! (BE/FR) au Magasin4- Bruxelles le 18 février 2016
Gum Takes Tooth (UK) + Total Victory (UK) + Rraouhhh! (BE/FR) au Magasin4- Bruxelles le 18 février 2016
Gum Takes Tooth (UK) + Total Victory (UK) + Rraouhhh! (BE/FR) au Magasin4- Bruxelles le 18 février 2016
Repost 0
Published by Florian Hexagen - dans Concerts
commenter cet article
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 09:24
Ouverture officielle de la salle de La Madeleine à Bruxelles le 18 février 2016.

Ouverture officielle de la salle de La Madeleine à Bruxelles le 18 février 2016.

Reportage et photos : Pierrot et Margaret Destrebecq-King

Bruxelles c’est notre ville. On l’aime énormément car elle nous offre beaucoup de joie et de plaisirs.

Nous sommes amateurs de musique, rockeurs dans l’âme mais aussi amoureux de toute forme de culture musicale. Alors voilà que s’ouvre à nous une salle de concerts entièrement rénovée, prête à accueillir déjà dès ce soir 1050 personnes pour le concert de Hyphen Hyphen.

Aujourd’hui, c’est l’ouverture officielle et la presse écrite et télévisée ainsi que les journalistes, photographes et blogueurs de sites musicaux sont invités pour la circonstance.

C’est Philippe Close, Echevin des Finances, du Tourisme et du Personnel de la Ville de Bruxelles qui ouvre la séance et remercie les invités.

Avec énormément d’enthousiasme, il nous confie sa joie d’avoir participé au retour de cette salle mythique à son utilité première, celle de salle de concerts, intégrant le monde de la culture dans la vie sociale de Bruxelles.

Cette salle bâtie à la place de ce qui fût au départ, dès 1857, un marché couvert, a connu divers événements dont le fameux « Bal des Fonctionnaires » et c’est ainsi que La Madeleine, sous utilisée pendant plusieurs années, fût transformée en Casino avant que celui-ci ne trouve place dans le bâtiment rénové des anciennes Galeries Anspach.

Une première phase de travaux financés par la Ville de Bruxelles a permis la tenue d’une partie des concerts du Brussels Summer Festival en 2015 et cela a mis en évidence le potentiel de ce lieu qui a donc reçu un immense lifting et a été équipé de telle manière que cette salle qui se veut être une fenêtre pour Bruxelles puisse en assurer un rayonnement international.

Mohamed Ouriaghli, Echevin des Propriétés Communales et de l'Egalité des Chances, Denis Delforge, CEO de Brussels Expo en charge de la gestion de La Madeleine, Bea Goedhuys, Booking and Communication Director de La Madeleine et Denis Gérardy, Artistic Director de La Madeleine forment le panel des intervenants enthousiastes dans cette conférence de presse qui nous encourage à diffuser largement cette information.

Nous sommes devant un immense challenge, faire venir à Bruxelles le gratin du monde culturel dans une salle à taille humaine, dont les qualités acoustiques ont été au centre des préoccupations lors des études et est excellente, dont la scène a été revue, dont l’infrastructure (loges, catering) est prête à recevoir les artistes dans les meilleures conditions possibles.

La Madeleine souhaite proposer plus de 100 concerts par an et déjà la programmation est en pleine expansion. Plus de 30 concerts sont prévus à ce jour.

Mais ce n’est pas tout, les jours où il n’y a pas concert, la salle sera mise à la disposition de groupes de musiciens qui souhaitent peaufiner leur set en vue de concerts futurs. C’est ainsi que déjà GrandGeorges et Mustii ont pu bénéficier de ces infrastructures et que d’autres en ont fait la demande, notamment Stereogrand et Vismet.

La salle sera modulable et permettra d’asseoir 630 personnes ou d’en recevoir 1050 en configuration debout, ce qui en fera un lieu de taille moyenne correspondant à un profil recherché par certains groupes qui ne peuvent remplir le Palais 12 mais touchent tout de même un public suffisamment important.

Une prochaine phase de travaux est prévue afin d’augmenter la capacité debout à 1300 personnes.

Quant au genre de spectacle qui sera privilégié par la programmation, rien n’est exclu à priori, mais une orientation Indie, Rock, musique du monde, Jazz, Hip Hop est semble-t-il retenu par les responsables de ce lieu qui espérons-le sera très vite un incontournable du monde culturel.

Ouverture officielle de la salle de La Madeleine à Bruxelles le 18 février 2016.
Ouverture officielle de la salle de La Madeleine à Bruxelles le 18 février 2016.
Repost 0
Published by Pierrot et Margaret Destrebecq-King - dans news
commenter cet article
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 22:27
Cyril Mokaïesh, Giovanni Mirabassi à l'Archiduc, Bruxelles, le 17 février 2016

Cyril Mokaiesh et Giovanni. Mirabassi le 17.02.2016 en showcase à l'Archiduc.
(Bruxelles)

Le billet de JPROCK :

C’est en septembre 2015 que je croise musicalement la route deCyril Mokaiesh sur les routes de Bretagne.
A l’écoute de France Bleu Armorique alors que je roule aux alentours de Saint-Malo la radio diffuse un titre atypique, « Poor Lonesome Piéton « une reprise de Philippe Léotard.
La voix grave et affirmée surfe sur un piano jazzy et livre une version brute , hantée et sans artifices de ce titre méconnu, le parti-pris est culotté.
J’ai le coup de foudre et je m’empresse de me procurer la chose chez le disquaire le plus proche en me jurant que si ce type là se produit un jour en Belgique je serai au rendez-vous..
C’est chose faite.
Extrait de son nouvel album « Naufragés « enregistré avec Giovanni Mirabassi au piano, « Poor Lonesome Piéton « partage l’affiche de l’album avec d’autres titres d’auteurs souvent maudits et sous-estimés que Cyril Mokaiesh réinterprète avec talent .
Alors que la mode est habituellement aux reprises de titres connus au but à peine voilé de s’attirer quelques coups de projecteurs médiatiques draineurs de notoriété, l’homme ne choisit pas la facilité et reste intègre.
Et finalement ça lui ressemble bien, car Mokaiesh vient du rock et a fait souffler un vent de révolte sur les productions françaises avec ses deux premiers albums « Du Rouge et des Passions » et « L’Amour qui s’invente « sortis respectivement en 2011 et 2014.

Avec « Naufragés » il aborde un virage à 180 degrés avec une oeuvre artistiquement brillante mais très différente qu’il présente ce mercredi en showcase à l’Archiduc.
Ce soir nous n’entendrons pas « Communiste » , ni « Mon Epoque « , ni aucun autre titre de ses albums précédents.
« Je ne mélange pas... » me confie-t-il avant de monter sur scène.
Devant un public attentif et suspendu à ses lèvres Cyril Mokaiesh va durant soixante minutes passer en revue quasi tout son dernier album et nous happer dans son univers dès les premières phrases de « Ecoutez, vous ne m’écoutez pas ! « de Jacques Debronckart .
Souvent on pense à Leo Ferré, à Brel , et au regretté Allain Leprest aussi dont il reprend « Nu », titre magnifique s’il en est.
Interprète habité et écorché, Cyril ressuscite ces titres oubliés écrits par ces naufragés maudits de la chanson aux destins parfois peu enviables.
Du beau travail, une interprétation sincère et vraie, et des lignes de piano magnifiques.
Que demander de plus ?
Ce 17 février à l’Archiduc nous étions tous des naufragés de la vie réunis autour d’un artiste à qui on ne peut souhaiter qu’une chose, c’est qu’on parle de lui bientôt sans citer son prénom comme on le fait pour tous les grands: Ferré, Brel, Brassens et les autres…
« Tu fais quoi ce soir ?
Je vais écouter Mokaiesh ! «

Texte et photos : JP Vanderlinden aka JPROCK - THE DARK FEATHER.

Cyril Mokaïesh, Giovanni Mirabassi à l'Archiduc, Bruxelles, le 17 février 2016
Cyril Mokaïesh, Giovanni Mirabassi à l'Archiduc, Bruxelles, le 17 février 2016
Repost 0
Published by JPROCK : - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents