Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 22:18

Sold out à la Rotonde pour le band de Detroit-Michigan.

THE HICKEY UNDERWORLD

Le band invité pour assurer la première partie est un hors -d'oeuvre quelque peu indigeste.
En 2006 , ces Anversois gagnent le Humo's Rock Rally .
La presse uit Vlaanderen les encense.... Teleurstelling....
Stevie, Bobby, Louis et Larry , soit 2 guitares ,une basse et drums, pratiquent un rock noisy qui se veut l'égal de At The Drive-In. Douce illusion!
Du street rock crapuleux, OK, mais linéaire.
Un batteur qui joue (?? martèle) sans finesse les mêmes ? notes? du premier ou dernier morceau. Un chant braillard et une absence de mélodies gênante.
Rock met ballen.... , peut-on lire in de Vlaamse pers.
Ballekes in tomatensaus , misschien....
Le dernier titre joué sauvait la mise ,mais on oublie ce plat qui sent le réchauffé et on passe au hoofdgerecht...


The VON BONDIES

Il y a quelques années , Jason Stollsteimer (le frontman) a fait la une de la presse à sensations parce que son pote, Jack White (Stripes) , gave him a punch in his face à la sortie d'un nightclub à Detroit.
Bonne pub finalement...
Du band original (2001) ne restent que Jason (vocals,guitar) et le merveilleux drummer , Don Blum.  Désormais, on trouve à la basse,la rouquine Leann Banks. Aux claviers (peu audibles) ou à la guitare la blonde Alicia Gbur .
Deux jolies nanas. Matt Lannoo , guitare,complète ce line-up.

55' d'excellent garage-rock , that was the main dish, plus digeste qu'un Big Mac...

'It came from Japan' du premier cd 'Lack of Communication'.
Stollsteimer est un brillant performer au jeu de scène flashy.
Il se déplace sur tout le podium,sa guitare vient chatouiller les fans au premier rang,il grimpe sur le drum- kit,se roule par terre and he has one of the best voices in indie rock.
'Tell me what you see' du second opus 'Pawn Shop Heart' 2004(produit par Jerry Harrison).
Visuellement c'est ok.
Les 2 filles sont 'attractive'. De plus, elles chantent pas mal.
Tu penses aux groupes féminins (au son Phil Spector) des sixties (The Ronettes).
'The fever' 'Pale Bride' a new one ,le 3ème album 'Love,Hate and then there's you' doit sortir en 2008.
'Going down' short mais incisif,ça pogotte ferme aux pieds de la scène.
'I don't wanna' les 3 guitares donnent de la puissance et de la profondeur à ce rock férocement sexy et mélodieux.
'Not that social' it rocks your ass off....
'Been Swank' pas mal de mecs ou nanas dans le public connaissent tous les lyrics et reprennent le chant.
'Wake me up' personne ne dort,baby!
'C'mon C'mon' qui devient a sing along redoutable.
'Pawn Shop Heart' a rock&roll masterpiece.
Don aux vocals pour le bluesy 'Rock 'n roll nurse' un morceau des New York Dolls retravaillé.Tu peux la voir la jolie infirmière, blonde, mini-jupée ...
Le band quitte la scène -37' me souffle Fred , le Zamp.

2' later they're back.

'No sugar mama, un superbe soft title , plus Johnny Thunders que nature , en duo (Jason et red Leann) . Dommage la fausse note à la guitare. Ce coup-ci Jason n'est pas couvert par le son du band..
'No Regrets' le quintet au complet.
...you feel buried,you feel bored... No-one was bored in the audience!
Et l'autobiographique 'Broken Man' pour clore les débats.
Finesse mélodique et énergie rock , de l'excellent boulot.
Von Bondies rule......

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 22:04
L'Espace Delvaux, place Keym à Watermael-Boitsfort, affichait complet pour le grand retour de Kleptomania.
Du beau monde (moyenne d'âge élevée , même si la progéniture de quelques vieux rockers donne un ton plus young à l'assistance).
Machiavel (Marc Classic 21 Ysaye et Thierry Plas) - Univers Zero (Guy Segers) - Cos ou Blaine L Reininger (Alain Goutier) - Tush (Dr Walter de Paduwa) - Spirit of the 70's (Alain Goutier ,bis et Loli) - Lagger Blues Machine/Downtrip (José Cuisset et Michel Maes) ... j'en oublie certainement ...on a également reconnu le pape des rock-critiques belges des seventies: Piero Kenroll....

Klepto fait plus recette en 2008 que lors de ses années de gloire.

HOBO JUNGLE a l'honneur d'ouvrir la messe.

Le groupe compte en son sein , l'immense (1m 57...) boitsfortoise Geneviève Dartevelle, the queen of the mouth harp players!
Aux vocals , Gretsch guitar,acoustic guitar, washboard: Lawen (nice hat) Stark.
Double bass:Buzzin (rockabilly) Claude et à la seconde guitare :Chris Cadillac (il n'est pas vraiment brand new...)

De l'excellent Blues Roots.

'Mopper's blues' un clasique , Big Bill Broonzy .
'Worried about you baby' de Monsieur Arthur Crudup ,remember 'That's Allright Mama du King!
'Someday' La voix de Lawen est parfaite ,le jeu de Little Gene sublime et la rythmique assure.
Et dire que c'est leur first gig...
Une version downtempo de 'C C Rider' .
Sifflets ... , the train 's coming: 'Mean Ol Train' ,Boitsfort déplacé dans le Mississippi.
Allez, on attaque une seconde train song 'Mistery Train' .
Le traditionnel 'Corina,Corina' .
Hobo Jungle ne se cantonne pas dans un seul style .On a droit à du Chicago blues,du Zydeco et pour suivre du boogie: 'Canned Heat Blues' : alcool en boîte, chauffé à blanc,.
Il n'y a pas que la gnôle à être hot, la salle est conquise par Magic Gene and her band!
A last one 'This is Hip' ,John Lee Hooker.
Triomphe...
Un mec (60 ans tapés) s'amène face à Geneviève pour lui balancer 'Eh,t'es pas la fille de Sonny Boy Williamson?'. Elle accepte le compliment avec le sourire.

Un rappel sous les vivas :'Key to the Highway'.
....I got the key to the highway,
and I'm billed out and bound to go....

Chaud show , foule au bar.

21:45
Retour en salle.
L'annonceur maison (style bourgmestre de Jemelle/rock 1971) se faisant attendre, Wim Hombergen ,l'instigateur de ce retour, joue les ouvreuses ...
'Voilà , Kleptomania is back'

Dani Lademacher (guitares,vocals) - Charlie Deraedemaeker (basse) - Roger Wollaert (drums) et Wim (lead vocals,second guitar) ont à peine vieilli (tout comme leurs nombreuses groupies....)

...On va vous interpréter un set similaire à celui qu'on a joué à l'ULB(encore ULB/VUB toen...) à l'auditoire Paul Emile Janson en 1975....

Epoque bénie: un plein d'essence pour 150 francs.
A 2h du mat., tes potes ont un petit creux ,on saute dans la coccinelle,direction le Coucou à Ostende pour manger un poulet frit....pas besoin de GPS, nobody on the motorway, pilotage automatique... Nostalgie!
'Short Stories'
Le son n'est pas optimal...basse /drums trop en avant, que font-ils à la table?
'Love Affair ' problèmes techniques... le micro de Dany ne fonctionne pas, Wim ne peut jouer de l'acoustique.
Remarque sarcastique du Dan :'c'est comme avant la guerre, rien n' a changé en Belgique, la galère...'
Tout s'arrange.. 'Sunday Morning' : Wim a toujours ce timbre West Coast,Dani's mike is working et il peut assurer les backings,son jeu de guitare est toujours aussi incisif,le Charel et Roger assurant la base rythmique parfaite.
Klepto est sur les rails.
'No way out of here ' les duos à la gratte entre Wim ,le posé, et Dani ,le flamboyant, font mouche.
They still love American music,de longues envolées guitaristiques post -hippie à la Doobie Brothers.
Ils se souviennent du temps où ils cohabitaient rue des Touristes à Boitsfort ,de leurs concerts aux Gémeaux à Audergem ... des flashes de notre passé ressurgissent à leurs anecdotes.
Pas évident la vie de rock musician début 70!
'Back to the country' c'était dans l'air du temps après Woodstock.
Crosby,Stills,Nash ne sont pas loin.
Dani reste une bête de scène,the BELGIAN GUITAR- HERO!
C'est pas pour rien que Mark Knopfler l'avait sollicité pour remplacer son frangin au sein de Dire Straits.
'Funky' le titre est clair.
'Questions' Dani, au chant, se pose des questions à propos du way of life et du statut d'une rock star.
Suite logique 'So you want to be a rock&roll star'(les Byrds, le chef d'oeuvre de Roger McGuinn et Chris Hillman).
Un morceau de bravoure du Klepto. On a, à nouveau , tous 18 ans!
La magie Klepto est là :'Hope' un long morceau épique dans lequel les duels Dani/Wim font mouche.
It's so beautiful I could cry...
'Birthday party' 'Neuroses' 'Top of the world' Dani est époustouflant.

Voilà c'est fini.
We know it's not true....

En rappel:
l'hymne de notre génération 'Rock'n Roll'.
Suivi de leur single 'Mean old man' repris en coeur par une bonne partie du public.
Une honte que ce titre n'ait pas été n°1 au Billboard.
Wim rappelle Geneviève et on aura droit à l'apothéose 'Wine Wine Wine' 1952 Floyd Dixon.
Quelle claque cette interaction harmonica/guitare!

....If you take it a little bit slower , there's no more rock&roll'...chantaient-ils pour entamer leurs rappels , but believe me Kleptomania still fucking rocks!

Des copains ont l'intention de louer un bus pour aller assister à leur show, lors du festival de la guitare de Verviers (au Spirit of 66 en mars) - Ils devront peut-être en affréter une dizaine...

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 22:58

La Jazz Station, une ancienne gare sise à St Josse, chaussée de Louvain.
Architecture classe et salle impeccable du point de vue acoustique.
Les prix? Démocratiques, pas le coup de bambou comme dans d'autres lieux consacrés à la Blue Note Music.

Ce 6 février FUNK SINATRA

Il ne s'agit pas du DJ israelien , ni d'un petit frère du lead singer des Hollywood Porn Stars. Tout lien avec Frank (Golden Voice) ou Nancy (these boots..) est également à proscrire.

Funk Sinatra est le band d'Emmanuel Louis.
Un petit gars van bij ons,ayant vu le jour en 1981.
Il chante (en French,anglais, Deutsch et autre sabir), il joue merveilleusement de la guitare. Il a sévi chez Zop Hopop, Garrett List, Le plus bel orchestre du monde e.a.
Et il compose des oeuvres musicales que tu ne peux ranger dans aucun tiroir.
Les autres membres de ce dangereux gang (formé en 2002) sont:
Anne Gennen: sax (alto,baritone) et vocals. Un bagage classique et des collaborations diverses: Garrett List, Superlux, Crac boum rue etc...
Faut pas se fier à sa frimousse friponne , elle joue comme un chef.
Emmanuel Godinot: flûte, sax, backing vocals-bagage classique, too.
Martin Lauwers: violon, claviers, backing vocals.
Orchestre Royal de Wallonie,Univers Zero,Rom,Bally Murphy...excusez du peu.
Jean François Debry:basse,backing vocals. -The Only Room, Caroleregiens...
Et depuis décembre 2007, Didier Fontaine aux drums,j'en ai marre de dresser son curriculum...il s'amuse comme un fou avec ce combo.

Du jazz,oui des relents... mais les puristes t'étranglent si tu leur fais écouter cette musique en la cataloguant de jazzy.
De l'impro,du rockabilly,des influences fanfares,de la musique contemporaine (Stockhausen...), des airs originaires des Balkans(Goran Bregovic n'est pas loin), de la chanson française style cabaret (Bobby Lapointe), de la film music, de la pop,de la country, du folk, du prog, du hard.....c'est la totale!
Tu es désarçonné après un concert de ces joyeux drilles.
Des rigolos oui, mais dotés d'une maîtrise technique prodigieuse.

Le set 1 débute avec 'Nous assistons à la fête du roi'
Fanfare à la cour d'un Louis(ouais comme notre Louis,tiens ,tiens...)
'An amazing white light' c'est leurs compos qui sont amazing,dommage que Frank Zappa ne soit plus de ce monde ,il eût apprécié.
Didier Fontaine doit aussi se souvenir du travail avec A Group...
'It's my birthday' burlesque.
'La fourmi rouge' (ou red ant)
'Sacrés maudits chants' violon et popopom ...Blanche Neige et les 7 réduits? Puis une guitare funky...
'Worms always win ' et le poisson qui les bouffe?
'The fall' Coo ?,l'empire romain? du swing ,anyway.
Une cover(la seule) 'I cover the Waterfront' -Billie Holiday l' a interprétée.
'Prisoner of a matchbox' avec son mètre 89 ,comment est-il rentré là-dedans?

Set 2
Encore plus fort (et plus cohérent ,maybe) ,car on a mieux compris le monde de Mr Louis.
'I met your folks' 'I need un uncle' 'One life is enough' teinté de classicisme .Flûte et sax enchanteurs ,du Mother's of Invention avec chorus à la Flo & Eddie.
'The first time I met the king' une obsession, la royauté!
'Rien n'a jamais commencé' un petit menuet.
'Mexico' exotisme à la Luis Mariano.
Tu veux du Canned Heat:'I can't believe this is just a boogie' ,le jeu de guitare d'Emmanuel est digne des plus grands (Joe Pass,Wes Montgomery..)
'La ballade mystérieus' encore un morceau de bravoure classique (du Mozart)
Le déjanté ' Expression Salaison' chanté par Anne,ode à la charcuterie avec violon à la Grappelli.
Mr Fontaine est hilare derrière ses fûts!
'Pop des étoiles'
'Louis Louis' une explosion furieuse.

J'ai probablement oublié quelques titres...

Le public a apprécié et le groupe revient pour un encore:
'You don't have any heart' titre à la Tom Waits , avec belle intro guitare/keyboards, avant que le band entier ne relaye le duo.

Tu veux découvrir something different ? Tu sonnes chez FUNK SINATRA.

Le band a enregistré un double album 'Saisons 3 -4' Va voir sur leur
myspace.

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 22:50

Le théâtre de la flûte enchantée , l'objet cher à Christian Demarche,accueillait hier la première des concerts unplugged , organisés par les "soirées cerises".

Dans l'après-midi , dans la petite salle ixelloise se jouait 'Noces de Sable' de Didier Van Cauwelaert et à 18h RUACUTANE et CLOE du TREFLE envahissaient la scène pour leur soundcheck.

CLOE DU TREFLE

nom de scène choisi par Cloé Defossez, après avoir mis en repos (momentané???) son groupe CLOVER'S CLOE (quelques EP's et un full cd 'Tales from my skyscraper'.)
Cloé désormais hante le vocable cher à Voltaire ,sur scène et sur disque.
2 albums à son palmares:'Sapristi' 2004 et 'Microclimat' 2007.

De nombreux concerts (botanique,francofolies....) en solo ou avec guests (F Dumont, J Grignard et l'homme chauve -souris aux drums)...et pas la grosse tête puisqu'elle accepte de se produire dans une salle à capacité réduite , sympa la donzelle!
Tous les sièges sont occupés à 20.30 (le clan féminin de Cloé's tifosi au grand complet) , lorsque celle que certains surnomment la Camille belge, investit la scène.
Elle chantera, racontera des anecdotes drôles en s'accompagnant soit au piano électrique, ou à la basse ,à la guitare acoustique ,voire au melodica ,des samples habillant quelques fois à bon escient les mélodies .
Une acoustique impeccable et un grand coup de chapeau à Max, l'éclairagiste maison , qui donne les ambiances feutrées adéquates à ce show parfait.
'Le doute' un titre caractéristique du petit monde de Cloé, on se pose des questions...
'Sapristi' mon hit, dit-elle . Il est passé 3 fois sur Pure FM. Auto-dérision.
Elle est exquise!
'Petit présent' . Cloé passe d'un instrument à l'autre avec une facilité déconcertante.
On rit dans le public à ses histoires tragi-comiques: 'Si j'étais voleuse' à propos d'un sac à main volé, chanson antidote au stress.
'C'est important'
Le merveilleux poème envoyé par un inconnu sur internet : texte subtil et lyrique'Amour & Folie'.
'Rencontre X' la salle écoute religieusement, le sourire aux lèvres.
'Insectes modernes' . N'allez pas croire que le set soit mièvre... Cloé nous assène quelques accords de guitare saignants , un peu de distorsion ne peut nuire...
'Le Mot' un sublime texte, peu connu d'Aragon
... le mot n'a pas franchi mes lèvres,le mot n'a pas franchi son coeur... le poète nous dévoile ses relations délicates avec sa mère.Merveilleux!
'Aurore' 'Europe' (l'histoire d'une femme imaginaire) il y a de la profondeur sous des allures de légèreté.
'Instant Flou' 'Tu pars' de petites aventures féminines.
Une poignante chanson pour les Sans Papiers avec chorus en français et en flamand.
Et 'Valse' en rappel.
65' de show. On n'a pas vu le temps passer...
Le public quitte la salle with a smile on their face, pour permettre à Ruacutane de préparer son show.

Question comment succéder à Cloé -Réponse, sans hésitation : RUACUTANE


C'est en quartet que Ruacutane donnera ce show acoustique.
Leur chanteuse, Sandra, attendant un heureux événement (nos félicitations!) dans les jours prochains.
Pas de synthés , ni de batterie ou de guitares électriques tonight.

Jérémie ,le seul singer hier,jouera de l'acoustique.
Nicholas de la contrebasse.
Xavier du piano électrique
Quant à Renaud , il ajoutera de fines percussions à l'aide d'un tambourin,d'une cymbale ou d'un cajon drum .

'Insane' il n'aura suffi que de quelques notes pour se rendre compte que l'absence d'électricité sera facilement compensée par une atmosphère d'intimité et de sincérité.
La structure et les arrangements des mélodies de Ruacutane font preuve d'une étonnante complexité.
On pense aux meilleurs moments de Coldplay. Même si les bruxellois ne citent pas le band de Chris Martin comme influence.
La voix de Jérémie sied à merveille à l'univers musical du groupe: une musique à la fois fraîche, élégante et originale.
'Franky' intro à la guitare subtile ,refrain ...I want to see my baby... parfait.
'Control +z' 'Lullaby attack' l'assistance retient son souffle et ne se laisse pas distraire par les copines de Cloé rigolant au bar.
'Just for a coda' 'crocodiles (eagle) ' plusieurs nouveaux titres nous laissant entrevoir un successeur pour l'EP 'Interior Design 'pour bientôt.
'Sordid bar ' où se trouve cet établissement?
'A=Wot' ' things are.....' le jeu de Nicholas, s'aidant d'un archet,nous prouve son background jazzy.
Le piano et les percussions oscillent entre pop et classicisme :du beau travail.
C'était notre dernier morceau ....
Le public en redemande ...
'Smoke in the air ' un cheval de bataille , présent sur le premier EP.

Les Soirées Cerises: belle réussite que ce coup d'essai!
Merci à Cloé et à Ruacutane.
Rendez-vous est pris pour dimanche (le 10 -02): HALF ASLEEP et The Vagabonds..
J'ai ma place!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 22:42

Witloof bar transformé en Grand Messe de secte, ce samedi soir.
Peu de rastas, gangsta rappers ou hippies mais l'habituel rendez-vous romantico-gothique et deux ou trois égarés (j'en suis, je n'ai pas le vestimentaire requis!)

THOT (Belgium)
On fait de la vegetal music ,dixit leur myspace...
Là où Thot passe ne restent que les orties!

Un trio electro rock + Arielle, chargée des visuals (ambiance Ferdinand Khnopff et autres symbolistes).
Le maître de cérémonie est Grégoire Fray (compos,guitare ,vocals et keys). Ses comparses: Hugo (piano,keys,labtop) et un bon batteur,Gil.
Pas très gothique leur set .
Un gros son industriel, bien bruyant avec des relents metal.
Pas désagréable, mais au niveau originalité... tu oublies ,Germaine.
Le Grégoire , en plus , a l'air d'un petit Brusseleir pourri de prétention.
Quelques titres écolo(mais joués facho):'Eolien' 'Green as a nim'
Au suivant...

AVANT-GARDE
Créé à Rome , par Alessio Schiavi, en 1994.
Tout sauf avant-gardiste.
Le trio (2 guitares ,une basse) joue sur un nappé de boîtes à rhytme.
On a subi un Cure de kermesse.
Un plagiat éhonté (et cucul) du band du ténébreux Robert , à l'époque où il était moins bouffi.
On sauve les titres italiens poétiques et on oublie la muzak: 'D'Inverno' 'Fra i Ruderi' 'Epigrafe' 'Pioveva' ou 'Frasi nel Vento'
PS le bar ne désemplissait pas pendant leur trop longue prestation.

Ceux qui ont sauvé la soirée... SPIRITUAL FRONT

Second gruppo italiano (Roma) de la nuit.
L'objet d'un chanteur charismatique: Simone (prononce né svp) SALVATORI (nom prédestiné), il joue de la guitare acoustique.
Son band (merveilleux):
Piergiorgio Ambrosi-piano
Andrea Freda:batteria
et l'efficace et discret:Giorgio Maria Condemi :Gretsch guitar.

Atmosphère sombre à la Nick Cave.
On fait du 'nihilistic suicide pop' prônent-ils.
On entend des influences rock classique,country-folk, Ennio Morricone soundtrack music....Un mix imparable qui a déchaîné l'enthousiasme!
Setlist:
'Cruisin' 'Shining Circle' ' Bastard Angel' le piano sonne accordeon et la gypsy music n'est pas éloignée.
Simone est souverain ,une star en puissance.
'Jesus died in Las Vegas' euh le Las Vegas devient Brussels.
'Love through vaseline' ça peut faciliter...
'Cold love in a cold coffin 'morboso...
'Song for the old man'
'Ragged bed' cette musique convient merveilleusement aux vieux films noirs (sur l'écran: des images noir/blanc d'un De Niro dans la vingtaine).
'I walk the deadline' rien de rigolo ,mais ce titre est un chef d'oeuvre.
Le dernier 'No kisses on the mouth'

Les lolitas goth gémissent pour un bis.
'Slave' intro ritournelle au piano ....I'm a slave to who gave the name to my body..... c'est du Stan Ridgway:délirant!
Ciao Brussels...

Hurlements...
Retour de Simone et de Piergiorgio pour une perle :voce/piano:'Autopsy of a love'. Une claque magistrale.

Il faut acheter le cd 'Armageddon Gigolo'

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 22:33
Assistance honnête ce vendredi, à la Rotonde ,pour la première venue belge de YOAV.

T'es calmement assis à attendre le start du set ,lorsque une jolie dame ,accompagnée d'une copine,te demande l'autorisation de s'asseoir à tes côtés....L'étincellante Marie Arena (avec Freya, une de nos ministres les plus sexy) s'installe sans façon à même le sol.
Je sais enfin pour qui voter, next time....

Une scène nue, une chaise, un ampli, des pédales, une acoustique, une paire de bottines...
20h40
Nus pieds, Yoav s'amène ,armé d'une seconde acoustique.

Le gars originaire du Cap (mais né en Israel) avait assuré l 'avant-programme de la dernière tournée de Tori Amos.
Déjà en 2002 la Cornflake Girl nous avait fait connaître un singer/songwriter s'accompagnant à la guitare ,en en tirant une myriade de sons grâce aux loops:HOWIE D.

Pareil pour YOAV.

Le premier concert (au Cap) l'ayant profondément marqué a été un show de Crowded House. 'That's what I want to do', se dit-il
Après un passage de 5 ans à New- York (gigs au Mercury Lounge ou BCBG...), il s'installe au UK.
Résultat un EP et début 2008 le premier album'Charmed and Strange'.
Il vient le jouer chez nous.
Très vite le public est conquis par la simplicité et la gentillesse de ce grand gaillard ,qui nous présente ses premiers titres en français.
Il voit un parallèle entre la situation linguistique belge et la réalité sud-africaine:English et Afrikaans there , you know what bij ons ...
Il tapote sa guitare ,gratte quelques mesures et tout passe en loops pour faire un background sonore adéquat à la voix , réminiscente de James Blunt.
Du beau travail.
Tu as l'impression d'entendre un band (guitare,basse,drums et backing vocals) et le mec est seul à nous chanter de belles mélodies qui ne renient pas l'énergie.
Les chansons de son CD se succèdent.
Notons 'Adore ,adore' un titre vibrant ...he says the stories that time forgot......
'Club thing' (about a beautiful girl,) un vibe hip hop (certains citent The Neptunes!).
'One by one' un titre plus calme ,mais non moins captivant.
'Live' qui avait entamé le set.
'Where is my mind' des Pixies.
Une version que n'aurait pas renié Frank Black (ou Black Francis ,au choix).
Les beats vous entraînent loin de la grisaille bruxelloise.
Techniquement c'est au top,une bonne présence scénique ,too.
'Beautiful lie ' déjà sur l'EP,avec des lyrics poétiques: ...in the blink of an eye ,everything you knew could change....

50' de superbes chansons.
Un rappel bien sûr: a winter song mélancolique et on termine par un dernier titre se terminant crescendo.
Un gars doué et passioné.
Une belle découverte!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 22:30
Premier concert 2008 pour le Roots Music Brussels. Un des seuls 'blues club' à Bruxelles. Filip Verstraeten, l'organisateur du Gemeenschapscentrum, situé avenue Emile Bockstael à Laeken, s'est une nouvelle fois adressé à Dominique de Swapping Music Agency pour le choix du combo.

La galère pour arriver à l'heure ce jeudi. Météo apocalyptique, accidents en série sur le ring... Il est 20h30... just on time for the Joe Moss Band. La salle n'est pas bondée, mais on reconnaît la blues connection made in Brussels, des mecs ou nanas à qui on ne la fait pas : du blues and nothing else !

Première tournée européenne pour ces performers from Chicago. Aux States, ils font 28 dates par mois (qu'en pensent leurs compagnes?). Joe Moss, le guitariste et bandleader assure les vocals. C'est le frangin (plus âgé) de Nick Moss, un gars qui a joué avec Jimmy Rogers et qui, avec son groupe The Flip Tops, a déjà tourné en Europe. A ses côtés, Greg Sefner aux keyboards, un Hammond XK3. Il préfère le grand et classique B3 (style church organ) mais... I couldn't take it for this tour, nous confie-t-il. Chip Dubose est aux drums. Il officie également dans des groupes soul tels que The Robert Cornelius 7. André Maritato est à la basse. D'origine calabraise, André parle un français impeccable. Il se considère le bassiste du Joe Moss Band en priorité, mais joue également avec Reverend Raven ou Alex Wilson Band.

Ready guys ?
"Love me baby" de l'album "Monster Love" ouvre les hostilités. Une intro à la Gibson de bon augure, on n'a pas à faire à un manchot. Un jeu de guitare venant de l'âme, relayé par des breaks à l'orgue du meilleur effet. Il n'a pas fallu 5' pour que le public soit conquis. Les musiciens ont pourtant l'air crevé. Une mine à la Rocky après 15 rounds à encaisser des gnons en pleine poire. Le jetlag... pour leur première date européenne !

"Suburban glory" à propos d'une mère d'élève (il donne des cours de guitare à des gosses aisés...) riche et pas heureuse. A song about what almost happened ! Ouais, elle était comment la rombière ? Un titre très funky, à la Boz Scaggs. Wouah wouah... hurle la Gibson, un orgue soulful et une chaude rythmique.

"You make me so happy when you say you wanna go" ou, tu veux me quitter et bien tire-toi ! Un nouvel enchaînement de soli lumineux sur des nappes onctueuses d'Hammond. On nous avait annoncé du Chicago Blues, on s'est trompé... Ce groupe a un style personnel où le groove règne. Le quatrième titre sera a slow one, avec un jeu à la Gary Moore. Blues at his best ! ...the first time I met you, baby ...woman don't you know you put a spell on me... On sent le gars envoûté, il souffre... Sa guitare rend ses émotions. Après l'accalmie, la tornade. Le titre se termine par une explosion. Joe joue la guitare derrière la tête. Le trajet en avion est digéré.

"Maricela's smile", titre de son dernier CD. Maricela, le nom de sa fillette de 6 ans, qui n'aime pas le voir partir en tournée. Un jeu fin à la Tommy Bolin. Fin du premier set "Highway" about Freddie King. Instrumental juteux. Attention pas plus de 90 miles an hour sur l'autoroute.

22h20, set 2. "I was born wrong, baby", c'est du Santana me souffle Steven. Sweating, groovy music. ...I see myself as a son of a bitch..., dit-il pour expliquer le titre. Blues is a lot like jam band music, est le motto de Joe. A 41 ans, après avoir écouté les grands bluesmen (Muddy Waters, Freddie King, ...) mais aussi Allman Brothers Band ou Grateful Dead, le gars sait ce qu'il veut et il nous fait partager ses passions. On aura droit à un solo monstrueux de black Chip on drums. Joe laisse chaque musicien jouer sans les étouffer. Efficacité et plaisir sont les mots d'ordre.

"You say you leave me", "I'm feeling new" dédié au bassiste Sam Green, paralysé. Ce musicien a joué avec Joe, mais surtout a eu l'honneur d'accompagner Otis Rush. Ce titre a des saveurs jazzy ou swamp blues à la Dr John. "Ain't got no money, ain't got no gun" un black blues avec merveilleux double solo basse/batterie. Joe, qui a commencé à 15 ans comme session man, a joué avec pas mal de monde (Lil Smokey Smothers, Magic Slim, ...) mais il nous dit que le trio l'accompagnant ...are the best musicians I've played with.... Effectivement ce band est soudé.

"Monster Love" un titre funky de 15'. La perle "Have you ever loved a woman". L'essence du blues. Aussi fort que Eric Clapton. Joe descend de scène et sa guitare fait la cour à une jeune lady (de 50 piges...). Showtime: je joue avec les dents... des prouesses techniques mais qui n'occultent pas le feeling. Aïe un des speakers va nous lâcher, dit-il. On change le fil, les musicos continuent leur trip et le tour est joué. What now ? "I love my baby", on le joue en G, souffle-t-il. Inspiré et efficace. Il est minuit passé.

Un rappel : Joe solo "I was waiting on the railroad track" un blues rural, avec fingerpicking, dans la tradition Taj Mahal.

Verdict : un grand concert!
Article également parru sur MIB.
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 22:34

Un moment rare de talent, d'humour, de simplicité et bien sur de musique… sold out bien entendu. Ce soir là je me rendais au concert de Yael Naim un peu perplexe. J'avais écouté les chansons de celui qui passait en première partie sur sa page Myspace et n'étais pas convaincu, je me disais que j'allais m'ennuyer. Son nom, pas banal, « Kid with no eyes » vient d'un de ses titres. J'ai quand même eu un choc en voyant qu'il avait quand même des yeux ! :) Sa musique est lente, sa voix est douce mais sur scène avec tout juste une guitare acoustique, il rayonnait de musicalité. C'est le premier artiste qui arrive à me surprendre autant par sa présence sur scène, c'est en effet là sa place. Il a fini sa première chanson avec quelques notes du tube de Yael, sans doute pour suggérer un peu leur rapport amical. Entre les chansons un humour omniprésent, il feinte (ou pas ?) d'avoir oublié le texte d'une chanson afin de mieux l'interpréter je dirais même la jouer… Il m'a dit qu'il allait revenir à Bruxelles, je vais donc le guetter.

Kid with no eyes - Pas assez de toi

Add to My Profile | More Videos

Yael Naim a fait son apparition toute souriante et c'est ainsi que nous a été présenté, tout au long de la soirée, un registre assez différent de celui de son album. Accompagnée par trois musiciens, Laurent David à la guitare, Xavier Tribolet au clavier et accordéon alors qu'à la batterie et percussions on trouve son bras droit David Donatien avec qui elle a coécrit les chansons de son album éponyme. Elle a bien entendu chantée ses tubes et aussi des chansons dans sa langue maternelle et très riche en « hi ha shi ayn », je parle bien sur de l'hébreu. Dommage juste que j'ai oublié cette langue, j'aurais certainement pris encore plus de plaisir. Avec Toxic, reprise d'une plus grande artiste… juste en terme de taille bien sur, morceau sur lequel elle s'est accompagnée au piano, j'ai découvert cette gestuelle issue d'un registre classique qu'elle partage avec une autre grande dame, par son talent cette fois, Emily Loizeau. Son attitude naturelle et son humour omniprésent, m'ont aussi fait penser à Claudine Muno alors que sur le morceau Why Do We Fall In Love j'ai ressenti une chaleur à la géante Ayo.

Du haut de ses trois pommes, elle fait souvent penser à une petite fille dans la cour de récréation. Ses camarades de jeu prennent également beaucoup de plaisir à jouer avec elle et ça se ressent. Ils sont en harmonie, en phase avec tous ses gestes, qu'on devine très spontanés.

Quand elle prend son ukulélé, la salle se met d'emblée à l'accompagner. Ça semble amuser David et faire plaisir à Yael. Le public belge surprend toujours par sa chaleur et sa spontanéité. Elle joue avec sa voix comme elle veut. Je n'avais jamais remarqué comme elle était teintée de Blues à l'écoute du CD. Yael est bien habitée et porteuse d'un virus, celui du bonheur. Elle nous prévient qu'elle ne sait danser que la danse des canards, mais on voit que c'est aussi pour jouer, elle danse très bien en sautillant ! Dans la salle on lui crie « Ani ohev otha » à quoi elle répond « toda » tout en demandant si elle est à Tel Aviv. Où qu'elle soit le public l'aime vraiment.

Le concert s'est terminé sur 2 rappels, un méga délire et un remake étonnant de New Soul que je vous laisse découvrir en life si ça la reprend...

Bilan global, c'était comme un bon film, il faut le revoir pour y goûter pleinement. Et devinez quoi !?... elle nous revient le 14 mai à l'occasion des nuits Bota, au Cirque Royal cette fois. Bien sur il n'y aura plus la proximité de la Rotonde et je conseille à mes lecteurs de se placer bien devant, pas trop loin de mon chapeau…il faut la voir de près cette petite fée.

 

 

Repost 0
Published by Florin7 - dans Concerts
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 22:12

On associe Italie à chanteurs de charmes (Eros, Cotugno), chanteurs expatriés en Belgique(Barzotti, Adamo) et italo-dance des années 90’s. Mais sûrement pas a un groupe de psyché : Jennifer Gentle ! Et pourtant nos amis viennent d’Italie même si leur look ressemble plus a celui des jeunes groupes qui font la couv’ du NME.

Sur album (SubPop) leur musique est très psyché-expérimentale mais leur concert me surprendra par une musique beaucoup plus accessible, on peut parler de surf-rock-garage. On doit compter 4-5 bonnes idées par chansons, 2-3 changements de rythmes et le tout de manière efficace, ça ne nuit en rien à la musicalité de l’ensemble. C’est très fluide, très mélodieux…

Les groupe se compose de 5 musiciens en live (sur album, Marco le chanteur semble s’occuper de la majorité des instruments) un synthé qui bidouille des sons, une batterie avec pleins d’objets annexes (type boite à lait qui fait « meeuhh », maracasse, pouet pouet et autre djing djin boum), une basse et 2 guitariste dont le chanteur.

Pas plus de 30 personnes dans la salle (tout le monde est à la rotonde pour voir Yael Naim), concert qui commence de manière catastrophique puisque le guitariste a un sérieux problème avec une de ses pédales… Deux chansons à chipoter aux câbles, 5 minutes à patienter et enfin il se décide à la virer. Malgré ce pépin, le set est très bien. Le chanteur possède une voix particulière, aiguë, criarde, le son est potable pour le Witloof et les compos me plaisent énormément… Un bon moment avec un groupe étonnant qui nous propose une musique bien à eux. Une vraie découverte (comme souvent au witloof).

Seul bémol, le morceau (improvisé ?) du rappel… interminable et vraiment improvisé.. bof bof, c’est dommage de terminer comme ça ! !

Le rappel fini, ils s’en vont tous… Normal… Sauf, qu’ils ont laissé sur un coin de la scène des tshirt’s, des cd’s et un 33T.. Quelques personnes s’y intéressent, mais personne n’est la pour les vendre ! ! Après de longues minutes le groupe revient pour vider la place et semblent étonnés que des personnes veuillent acheter leur production… Ils n’ont pas de monnaie, c’est à peine s’ils connaissent le prix… Décidément étonnant ce groupe ! !

Repost 0
Published by Lio - dans Concerts
commenter cet article
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 22:49

Le Belga, Café quelque peu noisy et hyper branché à la place Flagey-XL
La charmante Julie Ortega y organise (comme dans d'autres bistrots bruxellois ) des concerts jazz souvent gratos.
By the way : il faut signer la pétition pour sauver le PP café , rue Jules Van Praet....

L'établissement est bourré ce dimanche.(17h)
Un public people (made in Brussels): Monsieur Duvall , sobre et sérieux comme Benoît xvi-Pipou (le comblé) - Guy Segers (Univers Zero -Musique Flexible-fondateur du label CARBON 7 avec Alan Ward) accompagné de l'adorable artiste/photographe Fabienne Cresens-Didier Fontaine , le drummer qui a joué avec la Belgique entière (il me signale qu'un de ses projets, FUNK SINATRA ,se produit au Jazz Station le 06 02!) - Fred ,la tête pensante des soirées cerises-and some others (Elio di Rupo- Nico Sarkozy- Joe Dassin ...) - cherchez l'erreur ...
Ne t'imagine pas que U2 va monter sur le podium (d'ailleurs il n'y a pas de podium), non, they come for UNITY.(alias Catherine Smet 4tet)

Un quartet de requins.

Miss Catherine Smet -piano électrique (Yamaha) , à écouter chez Panopticon ou en compagnie d'Anja Kowalski (Purzelbaum Unlimited) + des albums sous son nom (disques du Crépuscule)

Fred Dailly alias le FROUCH- basse ,un mec dangereux ,il a sévi chez les Frères BROZEUR (monsieur Segers n'est pas innocent dans ce coup-là, non plus -cf l'album 'sortent un disque')

J P Lossignol à la trompette omniprésente- PPz 30,Sunny Side jazzband,Panopticon.....

Domenico (costume premier communiant) Solazzo à la batterie: Panopticon, Deaf Dialogue, Dr Strangefunk....

Après-midi 'jazz-standards'
Catherine est le big boss.
Le piano est à l'honneur ,donc plusieurs Horace Silver au menu.
'Jody Grind' ok ,le son est acceptable.
La trompette de jiipé arrache,Catherine modère le jeu.
Un swingant Herbie Hancock pour suivre 'Toys'.
Herbie ,au fond est le créateur de l'acid jazz'.Cantaloupe Island '(1964) ou 'Watermelon man'(1962) restent toujours d'actualité.
Art Blakey 'Moanin' -Miss Smet est prof de piano -on reçoit une leçon de classic jazz.
'74 miles away' hommage à Joe Zawinul ,décédé en 2007.
Un titre écrit pour Cannonball Adderley.
Le first set meurt avec 'Miroir Noir' composé par David Baker.
Groovy jazz/funk.

SET 2
Le nostalgique 'Beatrice' de Sam Rivers.
Retour au funk:'Conference of the birds' -Dave Holland pour permettre au Frouch to steal the show avec sa basse galopante.
Impressionnant.
'Montara' Bobby Hutcherson 1975
jazz/fusion tendance latino.
McCoy Tyner 'Passion Dance' -évidemment il y a de la passion and your feet want to step on the dancefloor.
Pour terminer le bluesy 'Senior Blues' d'Horace Silver.

A quel âge est-on senior?
Cette musique, for sure, est loin d'être sénile.....

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents