Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 15:02
Nuits Botanique - Alex Cameron, Jack Ladder - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 19 mai 2017

Nuits Botanique - Alex Cameron, Jack Ladder - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 19 mai 2017

 

Si Alex Cameron, your new favourite loser pour paraphraser la presse anglo-saxonne, n'est pas encore la hype du moment, ça commence à y ressembler, ce soir La Rotonde affichait complet pour le concert du bel Alex, aux dernières nouvelles, toujours membre de Seekae, l'experimental electronic band de Sydney.

 

Pour sa tournée européenne, le dandy qui a déniché un fac-simile de la veste à franges que Roger Daltrey portait en 1965, a emmené Jack Ladder comme support.

 

Jack Ladder ( real name Tim Rogers)  n'a vraiment pas besoin d'une échelle pour agripper le micro, cette girafe, également originaire d'Australie, sévit depuis une douzaine d'années dans le monde musical, on lui connaît quatre albums, le dernier 'Playmates' date déjà de 2014.

En principe le crooner se produit accompagné d'un band, The Dreamlanders, il les a laissés Down Under pour se produire solo.

Le fait d'être orphelin doit l'avoir quelque peu ébranlé, pour lui tenir compagnie dans sa loge, l'organisation, n'ayant pas les moyens de lui offrir une call girl, lui a refilé une bouteille de Jameson qui n'a pas fait long feu.

C'est donc légèrement euphorique, mais également passablement paumé, que Jack hits the stage à 20:30'.

Il ramasse une guitare électrique pour attaquer 'Come On Back This Way', un superbe titre pour lequel Sharon Van Etten avait prêté sa voix lors de l'enregistrement de l'album.

La version roots minimaliste proposée à Bruxelles s'éloigne passablement de l'original, il nous la joue crooner désabusé à la façon de Nick Cave, son timbre se rapprochant de celui de Gordon Lightfoot.

Toujours hésitant, le mec avance ...I'll play a new song for you..., alors que son feuillet indiquait ' Cold Feet' un titre de 2011, il lance une boîte à rythme diffusant une musique electro sur laquelle il place son baryton à la manière de Marc Almond.

Retour de la guitare, je vais vous interpréter un titre plus ancien utilisé sur la bande son d'un porno, ce n'est pas vraiment ma  tasse de thé, mais bon, ça m'a donné l'idée de rejouer ' Dumb love'.

Les parallèles avec Nick Cave ne sont pas ineptes, la voix traînante du grand Jack captive, sa démarche gauche le rend attractif auprès de la gent féminine.

Pas de bol, il relance le programming pour la suivante, ce qui nous donne la même impression de playback que lors du concert en demi-teinte donné, il y a peu,  par Barry Adamson dans la même salle.

Merde quoi, c'est pas une émission de télévision où le chanteur évolue en s'accompagnant de bandes, du faux live, quoi!

Le mélancolique 'Hurtsville',  titre d'un album de 2011, nous réconcilie avec le bonhomme, qui n'a vraiment pas besoin d'artifices pour nous faire apprécier ses talents d'écriture et de chant.

Il y a du Johnny Thunders dans son approche musicale.

Référendum: à la guitare ou with backing track?

Avis partagés, ce sera avec les bandes qui amorcent ' Susan', une valse electro aux relents Leonard Cohen pas désagréables.

Jack prend congé en nous proposant a lovesong about acceptance, you know ...be good to one another ... .

Après un petit salut nonchalant, le poor lonesome cowboy regagne l'arrière-boutique, il évite de peu une chute en se prenant les boots dans le câblage.

A revoir avec band! 

 

 

Alex Cameron.

Le temps d'aller écluser un demi avec quelques connaissances, il est 21:35', tu décides de regagner l'hémicycle, il est plein à craquer, Tom Waits s'égosille sur un microsillon, les lumières se dissipent, quatre ombres déambulent sur scène: Alex, gomina et veste en daim, son complice, Roy Molloy au saxophone, et deux mercenaires, Justin Sullivan à la guitare ou à la basse, et un batteur finlandais, engagé dernièrement.

L'histoire a fait le tour du monde musical, son seul album ' Jumping the  Shark ' sort dans l'indifférence générale en 2013, puis  Siberia Records l'imprime en version physique, en 2014, sans plus de succès,  re-release en  2016  chez Secretly Canadian, cette fois, bingo, ouvrez le tiroir caisse.

L'éternel défaitiste gagne au lotto!

La setlist de ce soir comportera pas mal de nouveautés, à commencer par ' Candy May' qui ouvre le bal et pour lequel Alex gratte une guitare...Candy May I think I'm dying... une amorce qui te situe dans quel univers s'ébat le bonhomme, tu aimais le Lou Reed de 'Berlin', tu vas craquer pour les histoires cafardeuses que narrent le  freak australien.

'Happy Ending' la plage inaugurale de l'album succède à l'histoire de Candy May, t'es pas étonné de lire à droite et à gauche des gens établissant des parallèles avec Alan Vega, même minimalisme, mêmes intonations paresseuses.

Le beautiful loser a abandonné son instrument, les mains désormais libres, il oscille mollement sur scène, se retrouve à genoux, tend le fil du micro au dessus de la tête tout en chantonnant  son happy ending pas vraiment enchanteur, quel genre de fin heureuse peut-il débusquer à Chinatown?

 Une pipe,  a handjob, qui dit mieux?

Il est disert, cet Aussie, avant d'envoyer ' Real bad looking',  il nous confie quelques souvenirs de jeunesse, puis il refuse de faire santé au mec qui lui lance une remarque absurde, no cheers with water, chap, it brings bad luck, on se voit après le gig avec une boisson plus décente, this one is called 'The comeback', je la dédie à mon pote Jack Ladder.

Roy aussi a des choses à raconter, son étude approfondie du tabouret, sur lequel reposent ses fesses, valait tous les contes surréalistes imaginés par les spécialistes du genre.

Pour  l'histoire de ma  1988 Cadillac Coupe DeVille, vous écoutez ' She's mine' , un titre dansant  basé sur de  désuètes sonorités 80's.

Tandis qu'il ramasse sa guitare, un illuminé lance un 'Alex à poil' inopportun, le syndrome Cyril Hanouna, sans doute!

Si tu tiens absolument à voir des hommes nus, je te refile l'adresse d'un hôtel à Lexington, tu leur dis que tu viens de ma part.

Le groupe enchaîne sur 'True Lies' qu'Alex nous croone à la manière de Roy Orbison.

Sur fond disco, il propose ' The Chihuahua'  ou comment se sentir puissant quand on est minuscule.

Ensuite vient un des tout grands moments de la soirée, ' Take care of  business'  en version  synth pop/ post punk mordante ( les claviers vintage, invisibles, sont  programmés, le batteur se chargeant d'envoyer les séquences).

Déjà le dernier titre se profile, une ultime anecdote concernant son passé d'investigator à Sidney précède le titre héroï-comique, 'Marlon Brando' .

 

La Rotonde enthousiaste réclame le retour du personnage charismatique et de ses complices, ils reviennent très vite pour nous envoyer ' Politics of love'.

 On doute qu'il s'agisse du titre que Paul McCartney et  Peter Gabriel ont un jour composé pour Amnesty International sans jamais le diffuser.

Alex Cameron poursuit une tournée européenne qui le verra traverser la France, les Pays-Bas , l'Italie et quelques pays plus au nord.

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

Nuits Botanique - Alex Cameron, Jack Ladder - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 19 mai 2017
Nuits Botanique - Alex Cameron, Jack Ladder - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 19 mai 2017
Nuits Botanique - Alex Cameron, Jack Ladder - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 19 mai 2017
Nuits Botanique - Alex Cameron, Jack Ladder - Rotonde du Botanique- Bruxelles, le 19 mai 2017
Repost 0
Published by michel- jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 20:44
Sultan of the Disco au Beursschouwburg - Bruxelles- le 17 mai 2017

Sultan of the Disco au Beursschouwburg - Bruxelles- le 17 mai 2017.

 

Une organisation du Korean Cultural Center Brussels.

Le Beurs, cinq étages plus haut, la Zilveren Zaal, tu dois avaler quelques pils après avoir gravi toutes ces marches, dans 20' le groupe phare de la scène pop sud -coréenne, Sultan of the Disco, viendra faire monter la température, déjà tropicale, de plusieurs degrés.

Inconnu en Belgique, Sultan of the Disco, Korean No.1 Disco Band, remplit les stades en Asie et s'est déjà tapé deux fois le Glastonbury Festival, t'étais donc pas trop étonné de voir la salle envahie par une colonie d' affables jeunes personnes originaires du pays des Hans, quelques Européens, curieux, s'étaient égarés dans la masse, et devant la scène, on notait la présence de deux touristes n'ayant plus vingt ans depuis longtemps.

Le nom du groupe est explicite, Nahzam Sue (Vocal/Synth/Dance), J.J Hassan (Dance/Chorus), Ganji Kim (Drums), G (Bass) et Hong-ki (Guitar/Chorus) ne s'aventurent pas sur un terrain noise rock, leur credo c'est le disco, le funk, la soul des années 70, style musical glorifié par Kool and the Gang, Earth, Wind and Fire, les Bee Gees, le Gap Band, KC and the Sunshine Band, les Three Degrees, les Ohio Players, Rose Royce... sans oublier Donna Summer.

20:45', cinq jeunes gens sortent de coulisses, leur tenue vestimentaire est des plus flashy, des kimonos/robes de chambres aux couleurs vives, des lunettes de soleil ( 3€ chez Zeeman) assorties et pour plusieurs d'entre eux des mules de plage dont la sobriété égale l'éclat du rouge à lèvres d'Irma , une brave fille qui arpente les trottoirs d'une artère fréquentée du haut de la ville en souriant aux hommes seuls.

Aux pieds des deux chanteurs une setlist décorée de hanja artistiques mais indéchiffrables, tu as dénombré douze titres.

Le premier, un disco/rap nous rappelle l'époque glorieuse de Kool and the Gang, les califes coréens ont la bonne idée de ne pas se prendre au sérieux et entament une chorégraphie hilarante, mélangeant mouvements kung fu, gestuelle ample, contorsions et petits sauts audacieux.

Tout le manuel Clo Clo, Camping Paradis, Frank Duboscq y passe, tu te marres comme une baleine, derrière toi, les filles dansent.

Brussels, do you like us?

Yeah!

Oh, ça nous rend heureux!

JJ Hassan le pousse, déclare, assez ri, passons à la suivante.

Tu te souviens d'Imagination, 'Just an illusion' , 'Music and lights'... tu aimais, tu aurais dû venir au Beurs assister aux cabrioles de Sultan of the Disco, de fameux musiciens, des acrobates, et des entertainers improbables.

It's Wednesday night fever in Brussels!

Dis JJ, l'arithmétique c'est pas ton truc, tu dénombres un million de spectateurs/danseurs dans la Silver Room, divise par 10000 et tu approcheras du compte.

Voici 술탄 오브 더 디스코 ( Sunday Nigt Fever), son synthé plastique, son chant de fausset et ses choeurs Earth, Wind and Fire, c'est gluant à souhait et le petit passage rap décoiffe.

Ils enchaînent sur 'The woman at the Abdullah' , un downtempo dans le style des Stylistics.

Ganji Kim reçoit le micro et entame 'Weh eh eh eh eh' , Nahzam embraye, sa voix est transformée au vocoder, t'as l'impression d'entendre Donald Duck tâtant du funk, son copain descend voir les locaux pour leur montrer comment danser le disco à la mode de Seoul, grosse ambiance sur les toits de la rue Orts.

뚱딴지 (Ttungtanji), un nouvel extrait de 'The Golden Age' remue tout autant, des mains se lèvent dans la salle, une Seoul Wave accueille la présentation des musiciens, qui enchaînent sur l'étincelant ' Neon light'.

Annie Chancel te souffle, ça me rappelle mon époque avec les B Devotion.

Puis c'est l'heure du 'Oriental Disco Express', une discothèque sur rails, descendu du wagon en pleine campagne, le quintette part à la chasse aux papillons, ' Butterfly', un petit coup de wah wah, un drumming pesant et une basse ronflante plus quelques mouvements de brasse, pas un lépidoptère ne s'est pris dans le filet, but it's a baby making song, ajoute le chef.

Brussels, 'Tang Tang Bal' is our most funky tune, ready to dance to it, kids?

Bruxelles ne se fait pas prier et virevolte.

Hong-ki et Nahzam Sue se chargent des vocals durant le souple ' Caravan' , la performance s'achevant par l'exubérant disco/rap ' Magic Prince' .

 

 

One more, one more... scande le peuple, les sultans se ramènent et proposent un funk/punk transformant l'assistance en wallabys dopés aux amphétamines, le record étant atteint pour une petite délurée dont le bond a été homologué à 2 mètres 50.

Impressionnant!

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

 

Sultan of the Disco au Beursschouwburg - Bruxelles- le 17 mai 2017
Sultan of the Disco au Beursschouwburg - Bruxelles- le 17 mai 2017
Sultan of the Disco au Beursschouwburg - Bruxelles- le 17 mai 2017
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 06:57
Sandor- EP - Bar de Nuit

Sandor- EP - Bar de Nuit

 

Sandor n'est pas hongroise, ne joue pas au foot, et si, probablement, elle connaît Game of Thrones, la demoiselle ne monte pas sur scène recouverte d'une armure,  Virginie Florey prétend avoir choisi son nom de scène en référence à Sarolta Vay, un comtesse magyare,  a lady of masculine appearance afflicted with moral insanity , d'après le Wiener Tagblatt datant de novembre 1889.

 

Fort bien, on note et sinon?

De passage aux Nuits Bota, on s'intéresse à son cas, pas qu'on soit disciple de Freud, mais la demoiselle originaire du canton de Vaud, en Suisse, vieille vache, a sorti un EP,  Bar de Nuit, dont on dit le plus grand bien chez Macron et compagnie.

 

Tracklist:

 

1 Bar de nuit

2 Parmi les miens

3 Rincer à l'eau

4 Le Mur

 

T'avais vraiment envie d'un verre d'alcool, donc tu la suis et pénètre dans le 'Bar de Nuit'.

En te dirigeant vers le comptoir tu entends un titre  synth pop aux touches années 80 perceptibles, tu défais ton noeud de cravate, regarde autour de toi, elles sont bien les filles, un style androgyne à la Héloïse Letissier, elles ne te prêtent aucune attention, nonchalamment tu sirotes ton J and B, puis tu entends un sifflement mélodieux, t'as beau chercher, pas une âme ne siffle, pas le genre de la maison, c'est sur le disque, et la voix susurre ...je retiens mon souffle... pendant que je m'approche lentement de sa bouche... c'est bien cette sensualité glacée, tu t'es approché de la nana qui passait les disques, tu lui as refilé un billet vert en disant remets la même plaque, bébé.

Elle a souri, pris le biffeton et remis ' Bar de Nuit'.

T'as vidé ton verre, levé un doigt, fait un geste signifiant la même chose.

La deejayette a envoyé ' Parmi les miens', une seconde plage, tout en clair-obscur, dégoulinant de mélancolie.

La lenteur aristocratique convenait à ton état d'esprit, t'as fouillé les poches de ton pantalon froissé pour dénicher une autre coupure, tu l'as tendue à la fille, pas bête, elle a compris, je remets le disque, tu lui as fait un clin d'oeil avant de reprendre ta place sur le tabouret.

' Rincer à l'eau', on dirait qu'elle te dépeint... comment j'ai pu tomber si bas... la mélodie est aérienne, tu fermes les yeux et tu penses comme elle, ce coup de foudre, c'était bidon, mais déjà que dans ton whisky tu ne mets pas de glaçons, laver une blessure amoureuse à l'eau, t'y crois pas.

T'avais plus un rond, elle a pourtant remis le morceau sur la platine.

' Le Mur' , tu te souviens de Sartre, la peur te paralyse, tu sues, tes mains sont moites, t'as failli renverser ton verre,  et l'autre qui chante  lugubrement ..il y a un mur entre toi et moi....sur fond electro tourbillonnant et sombre.

La fille a poussé sur replay en me disant t'as besoin d'un autre verre, tu l'as accepté et t'as demandé, c'était qui que tu passais depuis 20'?

C'était Sandor!

 

Crédit photo: Joelle Neuenschwander

Crédit photo: Joelle Neuenschwander

Repost 0
Published by michel - dans album
commenter cet article
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 11:59
Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017

Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017

 

Déjà la cinquième soirée aux Nuits Bota, comme chaque soir, le menu est copieux, le philosophe du bistro local le formulait: choisir de ne pas choisir, c'est encore faire un choix, on l'a donc joué à pile ou face pour tomber sur l'Orangerie qui propose quatre noms ce soir, des familiers ( Noa Moon ou Pale Grey) et des obscurs.

 

Aliocha

T'es cultivé, tu penses à Henri Troyat, comme nous, t'es du genre béotien,tu penses à une poupée russe ou au chien de Madame Van Beneden, qui habite l'appart. du dessus, mais non, Aliocha Schneider, né à Paris mais Québecois, est acteur et aussi auteur-interprète.

Comme il n'a pas l'accent acadien, t'as été obligé de lire sa courte bio dix fois, c'est le musical qui nous concerne, on note un EP en 2016 et il soutient qu'un full CD ( Eleven Songs) sera dans les bacs en juin.

Ils sont quatre sur scène, Aliocha ( chant, guitare ac), son frangin, Volodia, à la batterie, Tom Tartarin , non rien à voir avec Daudet, à la basse et Christian Sean à la guitare, claviers, glockenspiel.

Aliocha est obligeant, il salue et s'inquiète de notre santé avant d'amorcer 'Ping pong club' , un indie folk aux tonalités américaines, la voix traînante et l'habit sonore sont plus proche de Dylan de ce qui prolifère dans les charts.

Il poursuit avec la ballade bien torchée 'Sarah', issue du EP 'Sorry Eyes', sobriété et classicisme sont au rendez-vous.

' Virtue' est dédié à Trump, même si au départ ce titre plus agressif n'avait pas été écrit en pensant à Donald dont la coiffure a inspiré un chercheur qui a baptisé une mite 'Neopalpa donaldtrumpi'.

La plage 'Sorry eyes', rythmée et secouante, devrait pouvoir passer aussi bien sur Classic 21 que Pure FM.

Le glockenspiel ajoute une touche ludique au midtempo soigné ' Crystal plane' et 'Flash in the pan', joué en picking, devrait plaire à Harry Vanda et George Young et aux fans de Cat Stevens ou de Simon and Garfunkel.

Aliocha ignore sciemment tous les artifices technologiques pour se concentrer sur l'écriture et un emballage musical héritier des sixties/seventies.

C'est plutôt un compliment qu'un reproche.

Il nous emmène dans des contrées arides avec 'Into the wild', tu penses à nos Dan San, présente ses compagnons, passe derrière le piano et balance ' Jamie' en pensant à un pote qui traversait une mauvaise passe.

Le lumineux ' The stars' achève ce concert plaisant.

 

Barbagallo

Oui, Didier?

C'est le batteur de Tame Impala!

Etil a joué avec Tahiti 80 et il fait partie d'Aquaserge.

Ne va toutefois pas d'attendre à du psychedelic rock, ce soir on sera plus proche de la pop de Tahiti 80 que des envolées de guitare acides.

Julien Barbagallo a déjà deux albums à son actif et dit préparer un nouveau disque.

Julien a atterri à Bruxelles accompagné par Theodora de Lilez ( Théodore, Paul et Gabriel) une bassiste douée, Thomas Pradier à la guitare acoustique et François Remigi aux claviers.

C'est parti, de sa voix floue, le bouclé psalmodie ' Nouveau Sidobre'.

Légère, légère, cette scie dream pop , il faut être amateur de Voulzy ou habiter Mazamet pour apprécier cette confiserie.

D'accord, les harmonies vocales sont soignées, le morceau prend des allures de bulle de savon, mais bizarrement le truc sonne affecté.

' Pas grand monde' s'avère tout aussi précieux.

Manifestement, Barbagallo ne fait pas l'unanimité, quelques clients quittent la boutique, d'autres, par contre, sont séduits par sa poésie volatile.

Il te faudra quelques titres pour t'habituer au timbre de sa voix et finir par apprécier certaines chansons.

Le gentil ' Moitié de moi' ne fait pas partie des titres prisés.

Oui, Louis?

T'as vu un lièvre, non, tu as dit mièvre!

Bof, c'est décoratif et Théodora chante juste!

Tous ces morceaux sont extraits de 'Grand Chien', la suivante, ' Ça tu me' date de l'album 'Amor de lonh', le titre, flottant, évoque les cachotteries et les mensonges.

' Longue la nuit' se laisse entendre sans déplaisir, les musiciens se débrouillent plutôt bien, tu as fini par accepter le filet de voix filiforme du batteur, d'ailleurs, en fermant les yeux tu entends le gazouillis des merles saluant l'aube.

' Mungibeddu' a été écrit aux pieds de l'Etna, le morceau n'est pas volcanique, mais ce slow est plaisant.

L'ambitieux ' La vérité' achève le set du grand Julien et de sa clique, un noisy passage postrock en a étonné plus d'un, nous fûmes nombreux à applaudir à mauvais escient.

Au revoir, Bruxelles, je regagne le Tarn!

 

21:55' - Pale Grey.

Non, gars, aucun rapport avec 'Under a Grey Pale Sky' de Sepultara, à Liège la voûte céleste se décline souvent en gris pâle, ce qui a probablement inspiré la musique de Gilles Dewalque, Maxime Lhussier , Janjannes Montens et Benoit Damoiseau.

Ils se présentent sur fond industriel et attaquent ' Ghost' le titletrack de leur dernier EP en date.

Ce qui surprend d'emblée c'est le timbre caverneux, proche de Mr Lannegan, du bassiste Gilles Dewalque, lead vocaliste du gang Liégeois.

La plage éthérée, habillée d'harmonies vocales soignées ( il n'y que le gentilhomme/batteur qui ne chante pas) soudain prend un sérieux virage postrock, les fantômes en sont tout secoués, l'Orangerie également.

Oui, JP?

Ils sont plus consistants que le groupe précédent, effectivement des arrangements minutieux, une belle maîtrise vocale, avec Pale Grey, Jaune Orange tient une pépite.

' Crow' ne se retrouve pas sur le EP, le volatile ne tenait pas dans son bec un fromage mais tenait un discours sombre et bien structuré.

Nous sommes heureux de nous être posés au Botanique, clament les Mosans qui envoient 'Talk' , un titre toujours aussi dense et travaillé avec une minutie d'artisan consciencieux.

Qui veut danser, questionne, une des moustaches, car sur scène s'ébattent trois moustaches, trois lunettes, une barbe, deux barbichettes et un glabre!

Une main se lève, Sophie a accepté l'offre et s'agite souplement sur 'Loss', un dancetrack fascinant.

Manon ( Noa Moon), tu nous rejoint pour la suivante?

On lui refile des wooden blocks pour qu'elle ne se mette pas les mains en poche et la troupe propose l'ensoleillé ' Seaside', ce qui signifie que la setlist traînant sur le sol n'est pas respectée et que tu prendras l'énumération des titres avec les réserves d'usage.

Voici 'Blizzard', sortez les mouchoirs pour vous protéger des grains de sable qui risquent de vous piquer les yeux.

Ils achèvent ce set par 'Billy' entamé par quelques coups de baguettes sur un drumpad, puis Billy s'enfonce dans un univers ouaté tout en évitant de se faire griffer par des plantes épineuses.

Du bon boulot!

Le 26 mai à Stavelot au Ciné Versailles!

 

Noa Moon.

Manon, t'étais où , au paradis?

Elle est revenue avec un nouvel album sous les bras, 'Azurite', et une direction musicale quelque peu différente, mais elle sourit toujours autant qu'avant, comme à l'époque où elle jouait devant trente pelés dans un bistro bruxellois.

Manon De Carvalho Coomans, beau l'ensemble pantalon noir, est toujours accompagnée par Fabio Zamagni à la batterie, Aurélie "Brownie" Muller tient la basse, tapote un synthé, joue de la clarinette et chante, par contre aucune trace de Catherine De Biasio, derrière les claviers, Bruxelles a fait la connaissance de Laetitia.

' Let it shine' une plage ensoleillée et frivole du second album entame le concert, avec ce titre Noa ne s'éloigne pas trop du folk pop qui caractérisait 'Let them talk'.

La suivante 'The sea' est plus contrastée, cette belle ballade, un brin smooth jazz, rappelle aussi bien Carole King que les Carpenters et nous prouve que désormais Noa Moon a gagné en maturité.

Pour rester dans le maritime, elle embraye sur 'Ocean', un titre chaloupé.

A travers le hublot du Nautilus, tu peux voir une multitude de poissons colorés s'ébattant parmi les récifs de corail, pas de bol, JP s'était tiré, tu ne verras pas de photo.

Le remuant ' Call my name', chouette basse, précède le hit qui a propulsé Noa Moon parmi les étoiles, 'Paradise' .

Elle abandonne la guitare et propose la soul pop ballad ' Kaleidoscope', qui a tout pour faire un tube.

'Found me' nage dans les mêmes eaux, plus profondes que ce que Noa proposait du temps de 'Paradise', la voix est plus adulte, un brin de nostalgie s'est installé, cela lui va bien!

'Alive', et ses touches exotico electro, invite à la danse, d'ailleurs, elle tient vraiment à nous voir bouger puisqu'elle reprend 'Lean on' de Major Lazer avant de revenir à son nouvel album avec le blues, sombre et lent, 'Nightwalk' , une pure merveille!

Le single' Sparks', tout naturellement, fait des étincelles mais nous on préfère le raffinement de ' Just a song' pour lequel Aurélie a cédé son synthé à Fabio pour aller jouer de la clarinette.

Merci, Bruxelles!


Bis.

Merde, les gens, revenez, il y a toujours un encore, lance Noa en voyant une grappe de spectateurs se diriger vers la sortie.

Elle invite la chorale de Pale Grey à pousser la chansonnette sur 'My City' qui achève ce concert ayant prouvé que Noa Moon est prête pour la saison des festivals.

 

photos- jp daniels/concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017
Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017
Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017
Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017
Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017
Les Nuits Botanique - Noa Moon, Pale Grey, Barbagallo, Aliocha à l'Orangerie, Bruxelles, le 15 mai 2017
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 12:37
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017

Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017

 

Organisation: Live Nation

Annoncé à la date du 4 avril, le concert avait été reporté au 14 mai, cela explique-t-il que l' AB en configuration Box n'affichait pas complet?

Heure inhabituelle pour l'avant-programme, c'est à 19:30' qu' Annika And The Forest est attendue sur scène, une scène dont les 2/3 de l'espace sont dissimulés derrière un voile opaque.

 

Annika And The Forest c'est le projet d'Annika Grill, une Suédoise, désormais Parisienne.

Pas étonnant qu'elle ait été invitée par la Femme Chocolat pour assurer son avant-programme, la Jean Seberg lookalike a participé au dernier album, ' A nos corps-aimants', de la native de Carcassonne.

Après quelques EP's, Annika and The Forest vient de sortir l'album ' She' , un titre fort apprécié par Charles Aznavour.

Elles sont deux à se présenter face à ceux qui savaient que le show débutait à 19:30, Annika à la basse et Agathe Issartier, alias GATHA, une violoncelliste qui a récemment enregistré le EP 'Renaissance'.

Le duo lance ' Be the night', une boîte à rythme s'ajoute au cello et à la basse, sur un fond trip hop, la voix blanche d'Annika distille une touche glacée à cette plage d'un esthétisme nordique.

Hello, on s'appelle Annika and The Forest, c'est une première belge pour nous, et une première pour 'Ready to play', un titre cadencé que nous n'avons jamais interprété sur scène.

Le dramatique ' The light of the night', sous forme de nocturne electro, fascine et tu la crois quand elle chuchote ...I burn to this light;.. t'as rien pu faire, t'es pas pompier!

La suivante sera intimiste, prévient Miss Grill,' Part of Sorrow' évoque la gravité de Get Well Soon et te refile des frissons.

Changement de cap avec les gros beats electro de 'She', un morceau pendant lequel elle nous questionne, are you hungry, coz I'm hungry..., soudain la voix se fait Tori Amos et tu n'as plus vraiment faim, par contre, lui prendre la main pour aller se promener du côté de St- Géry, pourquoi pas!

Avec la ballade embrumée ' Rain' elle revient à l'album précédant pour achever le set par ' No Grace', un dance track porté par une basse qui pulse.

That was it, on se fait un selfie avec vous et on va vider un verre, see you, Brussels!

Une première partie intéressante!

 

Il est 20:32, déjà quelques agités s'impatientent, les premiers rangs perçoivent du mouvement derrière le drap, les musiciens, David Hadjadj, clavier, trombone, trompette, chœurs/ Frédérique Jean, batterie, percussions/ Matthieu Denis, basse, contrebasse, guitare, chœur/ Franck Marty, dulcimer, pitle, nyckelharpa, guitares ( dont une douze cordes) , scie musicale, chœurs, bulbul tarang, banjo, jewish harp et Vincent David, guitares, ukulélé, charango, chœurs ont entamé le premier morceau, une voix se fait entendre ...Mon oiselle a prit du retard

Pourtant j'ai prié chaque jour... Olivia, cachée, a entamé 'La Dame-Oiselle' , une plage de son cinquième album 'A nos corps-aimants' sorti en novembre 2016.

Les rideaux s'écartent, elle apparaît aux yeux des Bruxellois qui spontanément applaudissent.

Elle a adopté une coiffure chignon et porte un chemisier à froufrou noir lui cachant le cou.

Bien vite, la séduisante madame libère sa chevelure et se débarrasse du chemisier pour ne conserver qu'une seyante petite robe gris/noir qui lui permettra de virevolter à sa guise, elle ne s'en privera pas.

Elle ne manque pas de tempérament et le prouve dès la seconde salve, l'explosif ' Question de pudeur' !

Bruxelles bat des mains et continuera cet exercice pendant ' Les crêpes aux champignons', du rock comestible pendant lequel elle virevolte à 50 cm du premier rang.

Après ce numéro de femme fatale, elle peut se le permettre, elle est sexy en diable, le band attaque 'Il y a des nuits' dans un style proche d'Edith Piaf.

La slide lyrique de Vincent David et la voix sensuelle de la belle font mouche, Bruxelles savoure.

Le tourbillonnant ' Quijote' la voit se transformer en fougueuse danseuse de flamenco, tu te verrais bien en torero macho pour l'emmener faire un tour sur les Ramblas.

Seriez-vous tous hispanophones, questionne la belle en riant, vous savez à Figueras, il n'y a pas que lui, il y a aussi des filles de Joie, Franck est de Perpignan, il en sait quelque chose.

Voilà, je suis Dali pendant trois minutes, celui qui déclarait je suis un 'Paranoïaque transcendantal'.

Si le morceau démarre façon blues, très vite il se transforme en tableau surréaliste à la façon du grand maître catalan, il ne manquait que l'oeuf géant sur la toiture!

La maternité laisse toujours des traces, le tendre 'Nino Mi Niño' aura ravi toutes les mamans présentes dans la salle, en fin de morceau on s'éloigne de la sage version de l'album pour se retrouver dans les ruelles de La Havane et danser la salsa.

' Elle panique' un hit de 2009 réjouit les fans plus anciens, sur scène la complicité avec les musiciens est grande, elle les taquine gentiment, ils se laissent faire.

Le titletrack ' Nos corps-aimants' est décoré d'une scie musicale flexible et d'un trombone vieux jazz, il précède ' My lomo and me' ( je photographie des gens heureux), auquel succède un passage au cirque pour 'Le tango du Qui'.

Olivia, le clown, quitte le cabaret et retâte du rock avec 'Dis-moi ton secret' et ' Goûtez-moi' au style Jacques Dutronc années 60.

Tout naturellement 'La Chica Chocolate', version française, fait un tabac et comme pur calmer les ardeurs, elle enchaîne sur la valse 'Ame en dentelle' qui soudain s'agite!

L'heure est aux présentations: musiciens, équipe technique et un clin d'oeil à son parrain spirituel, Salvatore Adamo, présent à l' étage et généreusement applaudi par l'assistance.

' L'éternité', un de tes titres préférés, évoque à la fois Dani Klein et Anna Calvi, la guitare métallique nous envoie quelque part dans un Ouest désertique, alors que la trompette nous fait traverser la frontière pour aller saluer les chicas mexicaines.

Ce titre sublime achève le set normal, en attendant les rappels Bruxelles bat des mains et scande Olivia, Olivia ..

 

' Le blanc du plafond' et son beau texte entame la première salve de bis.

Le single ' Mon corps mon amour' lui succède, ... je baise donc je suis.. . à placer en société lorsqu'un pseudo intellectuel te cite Descartes, cela fera toujours de l'effet!

Elle nous adresse un petit bisou et s'éclipse.

 

Mais la fête n'est pas finie, il faudra patienter avant de les voir revenir, et là, oh surprise, la fougueuse jeune femme se présente vêtue d'une tenue futuriste à faire pleurer Grace Jones, puis balance un rock épique piquant, 'Tokyo Eyes', chanté dans le vocable de ceux qui ont voté le Brexit.

C'est assise sur un cajon qu'Olivia Ruiz propose ' J' traine des pieds' , la chanson qui met un terme à ce concert brillant et varié.

Bruxelles et Adamo lui réservent un triomphe!

 

photos- jp daniels ) concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017
Olivia Ruiz - Annika And The Forest - Ancienne Belgique- Bruxelles- le 14 mai 2017
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 16:11
Night at the Black Hawk at the Tenderloin Museum, San Francisco, May 13th 2017

Night at the Black Hawk at the Tenderloin Museum, San Francisco, May 13th 2017

 

Charles Eloy.

Tenderloin est un quartier à San Francisco. Son nom est dérivé d’un quartier à New-York avec également des allusions à la corruption, le vice et la prostitution. Le quartier est devenu une partie intégrante de la ville après la ruée vers l’or en 1849.

Nous nous retrouvons ce soir dans le Tenderloin Museum. Cet endroit abritait le nightclub Black Hawk de 1949 à 1963. Des musiciens prestigieux comme Miles Davis, John Coltrane, Chet Baker ont foulé les planches du nightclub. L’association San Francisco Recovery Theatre nous a programmé un cocktail de chansons « Night at the Back Hawk » retraçant l’histoire de mouvements musicaux aux États-Unis.

Geoffroy, l’animateur de la soirée, debout derrière un pupitre blanc, nous présente les interprètes. Le concert débute avec « Try me » créé en 1958 par James Brown. C’est à cette époque que James Brown décide d’effectuer des changements dans la composition de son groupe « The Famous Flames » afin de donner aux compositions un son plus pop.

«Do nothing till you hear from me» est chanté par Vernon. La chanson , composée par Duke Ellington et Bob Russell, a été reprise par Nat King Cole, Billie Holiday, Ella Fitzgerald et plus récemment, par Phil Collins. Le thème de la chanson traite de l’infidélité.Nous plongeons dans le jazz-soul avec des teintes de blues avec la composition « Sugar », composée par le saxophoniste Stanley Turrentine. Peter, en invité, à la guitare, reproduit le jeu de George Benson qui a collaboré à l’enregistrement de l’album.

Peter accompagne également durant la chanson « Johnny B. Goode » de Chuck Berry, l’une des plus connues dans l’histoire de la musique populaire. Le texte contient des éléments biographiques de Chuck Berry qui a évolué d’un musicien local afro-américain - né à Saint-Louis, une ville sur le Mississippi – vers un artiste de renommée mondiale, touchant toutes les audiences et générations. Son style guitare rock 'n’n roll a influencé les Rolling Stones and The Beatles.

« Just my imagination » des Temptations, nous rappelle l’âge d’or du label Motown. Les interprètes de la soirée se regroupent pour chanter ensemble de la soul psychédélique, cher au compositeur/producteur Norman Whitfield (Marvin Gaye, Gladys Knight and the Pips). Les derniers titres du concert sont extraits de la comédie musicale « The wizard of Oz », offrant aux différents interprètes à s’en donner à cœur joie.

Nous avons bénéficié de la générosité des musiciens, chanteuses et chanteurs durant cette soirée dans le cœur de San Francisco qui fête le cinquantième anniversaire du Summer of Love (1967), marquant un tournant dans l’évolution des mœurs et une aspiration à la liberté d’expression.

Set list : Try me, Got to get you into my life, Sentimental journey, Do nothing til you hear from me, Birth of the blues, Sugar, Unforgettable, You talk too much, Your day will come, Hear music, Johnny B Goode, Put it where you want it, Mustang sally, Come together, Don’t let nobody turn you around, Just my imagination, How high the moon, Minnie the Moocher, Sitting on the dock of the bay, Somewhere over the rainbow, Ease on down the road, If I only had a brain, Don’t bring me no bad news, Slide me some oil, Home

Night at the Black Hawk at the Tenderloin Museum, San Francisco, May 13th 2017
Night at the Black Hawk at the Tenderloin Museum, San Francisco, May 13th 2017
Repost 0
Published by charles eloy - dans Concerts
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 11:52
Alain Pire Expérience - au Zik - Zak - Ittre- le 13 mai 2017

Alain Pire Expérience - au Zik - Zak - Ittre- le 13 mai 2017

 

 

Simon Rigot

 

Avec une carrière riche de presque 40 années , il est inutile de présenter Alain Pire , qui n'a plus besoin de prouver à qui que ce soit ses qualités de musicien , de chanteur et de compositeur. Il a décidé avec Alain Pire Experience de se faire plaisir sans tenir compte des modes ni du "système" . "Cambridge" sort en 2014 , une explosion de Rock psychédélique que tous les fans des Beatles , des premiers Pink Floyd , des Who et des Kinks se doivent de posséder.

Une belle exposition sur Classic 21 , son public privilégié , lui avait permis de s'imposer comme un maître dans ce genre de musique remis au goût du jour avec des projets comme Moaning Cities , The Narcotic Daffodils ou le Cosmic Trip Machine de Will Z. En 2016 on avait pu admirer son talent au Festival ProgResiste avec justement Moaning Cities , et début 2017 un opus plus personnel a suivi , "Songs from the 13th floor" . Une bonne occasion d'aller le voir chez Zik Zak , la nouvelle salle qui replace le Brabant Wallon sur la carte des endroits où le rock se savoure autrement que dans un bar enfumé à la sono pourrie. Grâce à notre ami GPS qui nous amène à bon port après être passé entre les forges de Clabecq et la Prison où je crois reconnaître le lieu de tournage de "Tango Libre" , on découvre un grand espace, un bar généreux et un public encore clairsemé mais qui semble attendre avec fébrilité Alain Pire Experience. On se rappelle qu'ado on avait acheté le deuxième album de Jo Lemaire + Flouze "Precious Time" (1980) sur lequel Alain Pire avait joué. On se rappelle avoir vu Michel Drucker Experience (avec Alain et Géraldine Buxant) au Spirit en première partie d'une prestation du légendaire Arthur Brown en formule (presque) seul en scène .On a jamais eu l'occasion de voir Such a Noise , un de ses groupes où il a eu le plus de succès . Voir Alain Pire avec son répertoire résolument psychédélique est une perspective très alléchante. Mais en jouant en Power Trio va-t-il être capable de reproduire sur scène le chatoiement des disques , avec des chœurs , des claviers vintage , et parfois même des Sitars , Tablas et Tampura. Et bien on est pas déçus . Dés le début il attaque avec son tube du moment , l'imparable "Lazin in the afternoon" dont le clip à la vieille Volkswagen hippie vient juste de sortir https://www.youtube.com/watch?v=ePS_2dRtlQY , et enchaîne avec The Sun don't shine avec son riff de guitare à la Pete Townsend . Après deux morceaux du nouvel album il nous propose de plonger dans son riche répertoire , principalement du premier album de 2014 , à commencer par Drifting South dont la trame fait furieusement penser à une ambiance à la Shocking Blue quand le groupe batave imitait Jefferson Airplane. Déjà l'occasion de belles envolées de guitare sur une rythmique implacable qui se dilue dans une longue improvisation psychédélique qui constitue la quintessence du style. On est dans un autre monde , où on croise les ombres de Gong ou du Led Zeppelin de Dazed ans Confused pour revenir à la conclusion Pop. Détonnant! S'en suit Cambridge , écrit après une journée passée avec une ancienne petite amie de Syd Barett sur les traces de son fameux "lover" dans la légendaire cité universitaire.https://www.youtube.com/watch?v=pK4V1dN2urc

Bien sûr le début évoque Strawberry Fields Forever et son Mellotron.Je ne peux m'empêcher de penser à des pastiches dans les années 80 comme "Sewing the seeds of love"(Tears for fears) ou"The Mole from the minestry" (The Dukes of Stratosphear alias XTC) . Après le romantisme nostalgique de Cambridge , il se lance dans une reprise de "On the riverside" , de son ancien groupe Such a Noise, un morceau qui a plus de 20 ans mais est agréablement revisité avec d'abord un solo de basse puis un solo de guitare construit progressivement et qui passe par différentes ambiances , du plus lyrique au plus virtuose , montrant si besoin en était la totale maîtrise d'Alain Pire sur sa Gibson . Comment écouter de la musique après une telle démonstration ? Mais il ne s'arrête pas là et enchaîne trois morceaux du premier album. Drops on fallen leaves est assumé comme un morceau pink floydien dans le genre de Fat Old Sun sur Atom Heart Mother , puis Your elephants are everywere où l'apport d'une bande son permet de reproduire les instruments indiens et On the moon , toujours immanquablement floydien avec un solo plus hendrixien que nature. Comme il est d'humeur lunaire , il enchaîne avec When the moon du dernier album qu'il rebaptise ce soir "The Dark side of..." pour faire plaisir à un spectateur , mais qui n'a rien de floydien . c'est un des rares morceaux où il est impossible de citer une référence illustre précise , une excellente composition pleine de lyrisme épique.dans son final qu'on imaginerait avec un orchestre et des choeurs , puis nous replonge en pleine science fiction , selon ses propres dires grâce à sa machine à explorer le temps (Time machine du premier album) à cette année 1967 qui a livré pour tous les amateurs de classic rock un millésime rock du XXème siècle comparable à 1961 pour les amateurs de Bordeaux. Il se rêve assistant aux premiers concerts de Pink Floyd au UFO, mais dans Time Machine il fait un clin d'oeil à White Room de Cream pour partir ensuite dans un schéma harmonique totalement différend dans sa manière de composer . Alain Pire nous entraîne souvent ailleurs , là ou beaucoup de compositeurs restent prévisibles dans leurs progressions. Et pour enfoncer le clou , il revient avec Do you remember those days du nouvel album sur cette nostalgie d'une époque bénie pour les amateurs du genre . Et pourtant ce morceau est résolument moderne , avec une rythmique tribale hypnotique qui permet à Marcus Weymaere de nous offrir une ébauche de solo de batterie ponctué de phrases de guitares. Et de conclure le concert avec le dernier morceau du premier album , Number one , une dernière occasion pour Alain Pire de nous régaler de ses solos et de ses riffs. En rappel une version assez fidèle à l'original de Manic Depression de Jimi Hendrix Experience , sorti comme il le fait remarquer en ... 1967.

 

Enfin insistons sur le travail  impeccable de  Rene Stock à la Bass Rickenbacker et Marcus Weymaere qui non seulement assure la batterie , mais contrôle les séquences et imprime le rythme lorsqu'il s'agit d'ajouter à l'ensemble des petites notes de clavier ou d'instruments indiens. Ces trois là se trouvent les yeux fermés , la cohésion est irréprochable et manifestement le plaisir de jouer ensemble constitue un moteur qui rend la prestation jouissive et variée. Le son de la basse est précis et rond sans être ronflant , la batterie balance un groove implacable et quand Alain se lance dans un de ses innombrables soli, le backing est bétonné à l'instar de ses sections rythmiques légendaire de Power Trio (Jack Bruce - Ginger Baker / Noel Redding- Mitch Mitchell)

 

Alain Pire Expérience - au Zik - Zak - Ittre- le 13 mai 2017
Alain Pire Expérience - au Zik - Zak - Ittre- le 13 mai 2017
Repost 0
Published by Simon Rigot - dans Concerts
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 09:21
Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017

Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017

 

Ce doit être la septième édition ( outdoor) de ce festival visant la multiculturalité, la convivialité et la bonne humeur.

Au programme des deux jours: musique du monde, arts de la rue, cirque, animations pour enfants et bien sûr un bar et le Miam' in Jette proposant des saveurs exotiques.

Ton agenda te permet de t'y rendre le samedi afin d'assister à quelques uns des concerts d' un programme copieux, étalé sur deux scènes:

13:30 Trovadotres Flamenco Jazz

18:00 DYnamic Band

19:00 manou gallo groove orchestra

20:15 Karl Hector and the Malcouns

21:30 Le T.P Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou

22:45 Marcus Gad

00:00 Afla Sackey and Afrik Bawantu!

 

Arrivé sur place vers 14:20, tu assistes à l'ultime titre de Trovadotres, un projet flamenco jazz mené par le guitariste Louis Henry et comptant en son sein, Sergio Rodriguez à la flûte, Pierre Van Eerdewegh au sax ou à la clarinette, Martin Chemin et Romain Duyckaerts aux percus, Marc Renders à la basse et Tania Terron, à la voix graveleuse, au chant.

Ce morceau hispanisant et polychrome, doté de riches arrangements te fait regretter ton arrivée tardive.

Le public, déjà conséquent, malgré une météo incertaine, applaudit chaleureusement la compagnie avant de se rendre vers la Big Stage pour le concert suivant!


Les Barbeaux.

C'est en 2014, à la Cité Culture que tu croises la route des Biterrois amateurs de pêche.

Leur set avait, à l'époque, enflammé la salle de Laeken.

Depuis ils sont régulièrement venus rendre visite aux gens du Nord pour les réjouir avec leur world music festive et explosive, ainsi, début mai, ces nageurs d'eau douce avaient séduit Labadoux et ils comptent bien faire bouger Jette pendant l'heure de la sieste.

Depuis mars, un nouvel album, 'Déracinés', se vend lors des concerts ou en ligne!

Pascal Tenza, auteur-compositeur, accordéoniste / Jean Dona, guitare / Gabriel Dessaux, violon / Romain Maraval, batterie et Ludovic Criado, basse, sont introduits par un chant de lutte, pas le temps de finasser, les alevins envoient l'apéritif, ' Licor de amor' , tandis que l'accordéon virevolte, tu hésites entre une sangria, un cava ou un tinto de verano, à un mètre de toi, Rosetta ne se pose pas de questions et tournoie joliment.

Les Barbeaux ont enchaîné sur ' Soleil', le grand absent de la journée, Rosetta n'est plus la seule à gigoter, ils sont déjà une dizaine.

Normal, aux concerts des Négresses Vertes, de la Mano Negra ou des Têtes Raides, le public ne reste pas sagement assis sur son siège non plus!

Il y a un petit vent cet après-midi, oui le ' Viento de Libertad' souffle, debout, camarades, tous sur les barricades!

Avec le magnifique ' Le sang du Papet', les Languedociens proposent un premier extrait de leur dernier méfait, une cumbia méditerranéenne, avé lassent de là-bas, dis!

Même atmosphère avec ' Blanco y negro' , vantant la différence.

Tout devant la scène, une petite jeune de 76 printemps fait voltiger sa jupette, se débarrasse de son imperméable, d'un chapeau fleuri, aux couleurs fanées, elle dépose son pétard, pas remboursé par la sécurité sociale, sur la barrière et continue son exhibition.

Ambiance à Jette!

Mise en évidence du violon bravache de Gabriel, le garde des sceaux, pendant une gigue nerveuse virant musique slave festive.

Tiens voilà ' Manolo' un féru de liberté vivant dans les Pyrénées, la troupe embraye sur 'Jardinero' , suivi par ' Le pauvre' chantant la classe ouvrière, toutes races confondues, celle qui chante ...les bourgeois sont des cochons....

Spéciale dédicace à tous les branleurs de la planète!

La Belgique compte plus ou moins 10 millions d'âmes, le pourcentage de branleurs est inconnu, on peut avancer 25% , 'Oui je sais' ...que je dois travailler ...est pour eux.

Vive les dilettantes!

' Les déracinés' est plus que jamais d'actualité. Pour accompagner la marche de tous ces déportés, Jette bat des mains.

Petit interlude instrumental, un menuet vaudevillesque poussé par un violon courtois avant l'intervention de Romain qui pousse la chansonnette...la la la la... bientôt imité par l'assistance, le chauve regagne ses caisses et la gentille mélodie explose en farandole exubérante.

Voilà la leçon d'espagnol pour les nuls, 'Kirikiki' suivie par le 'Mi gusta' de la Mano Negra.

Interpréter de la musique festive ne signifie pas faire du n'importe quoi, ces jeunes gens sont tous des virtuoses, si le violon se fait irlandais, tzigane, ou klezmer, la guitare et la basse rockent sérieusement et, si pour toi le roi de l'accordéon se nomme Aimable, viens voir et écouter Pascal Tenza!

En hommage aux curés ( sic), ' Je chante dans le vent'.

T'en connais-toi des curés qui aiment les petites filles et les garçons?

Le Dave Swarbrick de l'Hérault en remet une couche, du coup Maître Jean se tape un solo pas falot et l'équipe enchaîne sur le vif 'Lo siento'.

Le set touche à sa fin, là- haut, Il le sent et pleure, deux, trois gouttes tombent, elles ne peuvent gâcher la bonne humeur générale, Les Barbeaux en placent une dernière ' Los Pulmones Verdes' avant de regagner des eaux moins polluées.

Ils seront à La Semo cet été!

 

Le temps d'échanger quelques mots avec un ou deux poissons et tu manques le premier titre de Den Ambrassband.

Ces gens ne sont pas là pour te causer des ennuis, au contraire, le nom complet de cette fanfare particulière sonne Antifacistische Militante Brassband, elle est menée par Gregor Engelen, alias Gregor Terror, également chef d'orchestre au sein du Antwerp-Gypsy Ska Orchestra, ce militant, pas vraiment un copain de Bart De Wever, adore foutre le bordel, son Ambrassband tourne depuis 15 ans et, s' il affirme se concentrer sur les fêtes de mariage ou les enterrements, tous les futurs mariés ou cadavres ne vont pas apprécier le côté punk de son cocktail.

Par contre à Jette, ils ont cassé la baraque!

On annonçait douze protagonistes, on en a dénombré 10, neuf cuivres et un gars, membre de l'Orchestre du Belgistan, maniant une grosse caisse ou frappant des cymbales.

On a reconnu quelques têtes, Jean Baptiste Delneuville, vu au piano avec Qotob, à la trompette, à Jette/ Loes Minnebo au trombone, frêle mais dotée d'un souffle éléphantesque/ une autre trompette, Mademoiselle Mo Francken, pas de lien de parenté avec un mec siégeant au gouvernement, mais on l'a croisée avec les sans emploi de Wally/ Gregor, quand il ne fume pas ou ne harangue pas la foule, s'amuse aussi avec l'instrument préféré de Miles Davis, il y avait trois sax, un autre trombone et un tuba!

Donc, tu te pointes pendant 'Georgia', le temps de valider ton ticket et tu embarques dans le wagon, direction les Balkans.

Tu t'emmerdes pas pendant le trajet , ils envoient la 'Rumba de la lasi' suivie par le tournoyant ' Gonzo' .

' Camel tone' présente des effluves orientales onctueuses, le camélidé n'est pas chameau, il trottine à l'aise, tout baigne, l'oasis est en vue, Jean-Baptiste, pas celui de Daniel Lanois, se tape un petit solo pas sournois, en fermant les yeux tu vois Aziza entamer une Raqs Sharqi voluptueuse et t'as cherché, en vain, un coin où fumer un narguilé.

La suivante 'Usti Baba' est originaire de Macédoine, Gregor la menace se tape la partie chantée, on reste dans les mêmes contrées avec le thème hyper bondissant qui lui succède, hop, hop, hop, dit-il pour encourager les kangourous, pas tous roux, du coin!

Après avoir traversé une ou deux frontières, le train s'arrête en Roumanie, où l'orphéon du cru propose 'Tutti Frutti', Little Richard, qui passait par là, n'a pas reconnu l'air.

Pendant ' Cott' la cousine de Bécassine se mue en hélicoptère, très vite elle est imitée par ses copines, c'est le souk intégral sur la plaine, tandis que Gregor, victime d'un cauchemar, voit s'amener a thousand testicles.

Faut fuir, they're coming for you, au lieu de prendre tes jambes à ton cou, t'as fait l'hélicoptère avec les filles.

Loes en vedette pendant le dingue ' C4' puis vient un titre dédié à tous les Hollandais envahissant Antwerpen pour courir les boutiques, 'Lekker shoppen'.

Les klezmer follies se poursuivent avec 'Budos' , un gypsy/funk /jazz/rap gluant.

Voilà, bonnes gens, le terminus est en vue, some gypsy techno pour se quitter, attachez les ceintures, voici ' Dolce et gitana' !

On vous attend au stand merch: cd's, t-shirts et marijuana en solde!

 

Afrikän Protoköl

Pub:

Afrikän Protoköl est le sextet afro groove du saxophoniste belge Guillaume Van Parys. Riffs jazz, groove et improvisations s’y mélangent pour créer une fusion transcontinentale chaleureuse et festive. Etabli au Burkina Faso en 2013, le groupe présente en 2017 son second album 'Beyond The Grid'. Avec une section rythmique burkinabè et des souffleurs belges, Afrikän Protoköl propose un spectacle coloré et dynamique ; une musique originale et universelle.

Guillaume VAN PARYS (BE) - Alto - Baritone Saxophones, Compositions
Moïse OUATTARA (BF) - Drums
Frédéric BECKER (BE) - Soprano - Baritone Saxophones
Achille OUATTARA (BF) - Bass
Zouratie KONE (BF) - Percussions - Vocals
Jérôme HOPPE (BE) - Trumpet
Brice CLAUSSE (FR) - Tenor Saxophone

On ajoute que Zouratie est un chef du balafon, que son chapeau est superbe et que le Sporting voisin a adoré la couleur de ses cowbells!

Sans setlist et sans feuillet de lyrics, il est délicat d'avancer des titres, mais sache que la première plage, d'une étendue égale à ce que tu découvres entre deux brise-lames à Knokke -le- Zoute ( à marée basse) groovait méchamment. Le son magique du balafon nous balade en Afrique noire alors que le jeu de basse jazz fusion d'Achille, dont les talons se portent bien, merci, le drumming musclé de celui qui a marché sur les eaux et les envolées de cuivres chaudes des Européens, rappellent le meilleur du jazz-funk.

Lors du second exercice Zouratie Kone se concentre sur ses Gonguê bells qu'il martèle consciencieusement, après un solo pas sot d'un sax alto, Moïse se tape un exercice athlétique forçant l'admiration de Manon, une petite rouquine coquine, l'équipe entière reprend le thème puis les boeufs regagnent la bouverie.

Guillaume: ' Doromin Kelen' ouvre le dernier CD!

Retour du balafon pour cette mélopée noire, psalmodiée par l'homme au chapeau, les cuivres s'évadent,.. N’kan bè fantaw man, aw yé sabali, I ma na kè fantanyé diyen konon... chantonne Zouratie, pour la traduction tu t'adresses à Google, la complainte prend fin sur un feu d'artifices percussif des plus impressionnants!

Nouveau solo de basse à faire pâlir Stanley Clarke pendant le track suivant, te rappelant le grand Manu Dibango.

De l'ethno jazz sulfureux.

On n'a pas retrouvé le titre 'L'esprit du lion' sur les deux CD's enregistrés par Afrikän Protoköl, c'est pourtant ce qu'a communiqué le Parisien, en cherchant mieux on conclut qu'il s'agit de ' Diarra Spirit'

Dans la savane, le roi des animaux , sage et paisible, écoute les humains lui rendre un hommage vibrant, quelques autochtones entament une danse sacrée et sinueuse, toute en houle et spirales.

Comme le texte de la suivante est récité, puis psalmodié, on avance le morceau ' Walking through' chantant les vertus du travail.

Après une improvisation Burkinabè menée par la basse du souriant Achille, la troupe entière retourne au turbin pour achever le sermon coloré.

On termine le set avec un petit détour par la Côte d'Ivoire, voici ' Gbégbé Fever', un titre détonnant dominé par les percussions.

Salut Jette!

 

L'organisation les repousse sur scène, il leur reste dix minutes, ils ne vont pas entamer un poker, ils reprennent leurs instruments pour nous proposer un dernier afro-jazz mixant Fela Kuti et les Brecker Brothers.

Un concert énergique et rythmé apprécié par un public nombreux.

 

Jam'in Jette s'achève pour toi, t'es attendu pour un grannysitting devant le petit écran!

 

 

 

 

 

 

Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017
Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017
Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017
Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017
Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017
Jam'in Jette Festival 2017 ( jour 2) - Parc De La Jeunesse - Jette - le 13 mai 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 06:38
Les Nuits Botanique:The Big Moon, Jesca Hoop à La Rotonde, Bruxelles, le 12 mai 2017

Les Nuits Botanique:The Big Moon, Jesca Hoop à La Rotonde, Bruxelles, le 12 mai 2017

 

Seconde étape des Nuits, sous le Chapiteau la soirée Hungry Music affiche complet, les gros beats electro font trembler la verrière du Bota, avec JP on attend sagement l'ouverture des portes de la Rotonde, le concert de Jesca Hoop devant débuter à 20:30'.

 

Jesca Hoop,vue en 2014, avant et avec Shearwater, vient de sortir 'Memories are now', qui succède à l'album  'Love Letters for Fire' enregistré avec Sam Bean de Iron and Wine.

Ils sont quatre à se présenter sur le podium: Jesca, ayant adopté une coiffure sophistiquée, est vêtue d'un kimono noir  extravagant,  et, sans doute, Kirana Peyton ( Faun Fables) à la basse, claviers et seconde voix,  plus deux garçons, devant être Danny Reisch aux drums et Lucas Oswald à la guitare et backings, des gens doués que tu as croisé au sein de Shearwater.

Jesca, armée d'une guitare, démarre solo par ' Songs of old' . Travaillant en fingerpicking, la Californienne, désormais établie au UK, nous emmène dans un univers folk intimiste, raffiné et profond à la fois.

Après nous avoir salués en souriant et avoir prononcé l'énigmatique formule ..you make me Southern... après laquelle un zouave  glapit une considération incompréhensible ( what the hell does that mean, dude?) , elle ajoute let's have some fun, ce qui n'a pourtant pas l'air d'être le genre de la maison, et entame l'exotique et aérien ' Animal kingdom chaotic'.

T'es pas étonné de constater qu'à droite et à gauche les noms d'Emilie Simon, Kate Bush ou Ane Brun sont mentionnés.

Toujours en mode alt-folk, l'équipe  a embrayé sur ' Peacemaker', un extrait, aux connotations érotiques, de l'album 'The house that Jack built' .

Les voix de Jesca et de Kirana se répondent puis se chevauchent  pendant ' Tulip', une superbe plage aux consonances British folk palpables.

En solitaire, voici  le précieux ' Pegasi' qu'elle interrompt brusquement en constatant qu'elle a perdu une oreillette, elle reprend et gratifie l'assistance d'effets de voix téméraires.

Les musiciens regagnent les coulisses, elle va nous faire frémir avec le profond  'The coming', évoquant Cat Power ou Sharon Van Etten. Une quinte de toux inopportune  la saisit, cela ne l'empêche pas de poursuivre sa tirade.

Shit, I've a frog in my throat, clame l'enfant à la fin de la chanson tandis que les copains rappliquent , elle avoue...I don't trust anyone... qui amorce ' Deeper devastation' auquel succède 'The lost sky'.

Danny a reçu la basse de Kirana, deux guitares attendent le bon vouloir de Jesca qui a du mal à accorder son instrument, elle sourit, s'excuse et lance la ballade.

L'ultime titre prévu au programme, ' Memories are now' connaît un faux départ, puis adopte un rythme de croisière avant une explosion inattendue.

Thank you, Brussels, elle a vidé sa bouteille thermos et regagne les coulisses en souriant.

The dream is over!

 

The Big Moon.

A Londres il y avait quatre filles,  Juliette Jackson, Soph Nathann, Celia Archer, Fern Ford, un job de caissière, de dactylo, de coiffeuse ou de serveuse ne les intéressait pas, elles montent un band, consultent Google, c'est bon The Big Moon est disponible, on répète, pas trop, dans un style grunge punk , garage, Britpop puisque on aime Elastica, Blondie, les Bangles et les Runaways et on arpente les  scènes de salles de concert.

Très vite un noyau de fans se crée, les nanas ne se prennent pas au sérieux, sont mignonnes et ont la pêche, elles sont remarquées par une firme de disques et signées.

Après un EP en 2016, ' Love in the 4th dimension' voit le jour.

En Belgique aussi on les connaît, ce soir elles signent leur troisième passage au Bota, qui coïncide avec la fin d'une longue tournée.

Juliette ( chant, guitare): bonjour!

Celia ( basse, vocals): tu dois dire, bonsoir it is 9:20 PM .

Fern, la studieuse: boum, boum et Soph, la lead guitarist, hi!

La Rotonde: yeah!

Let's go : avec  'Silent Movie Susie', on entre d'emblée dans le vif du sujet, du rock avec une touche Phil Spector, un refrain repris par les gamines...come back for the summer..., des guitares mordantes et Fern, à l'arrière, qui assure comme un chef.

Juliette, la blonde, a de l'esprit, Celia sourit, Fern s'applique et Soph rocke, Bruxelles a pigé qu'il n'est pas question de s'emmerder ce soir.

' Nothing without you' se révèle tout aussi énergique,  sans pause elles attaquent 'Happy New Year' en plein  mai, les voix s'harmonisent parfaitement, à l'instar de ce que faisaient les Bangles déjà citées.

Pendant les pauses, Celia et Juliette se désaltèrent à la Duvel.

La setlist indique ' The road', morceau pendant lequel tu entends quelques notes de piano, tu cherches et remarques que Miss Ford est non seulement batteuse mais aussi pianiste,  puis vient 'Cupid' .

Juliette se frotte à Celia, puis  tend sa guitare face à nos visages, semble nous narguer, sourit et va chatouiller Soph.

Elles bougent constamment, ces demoiselles!

C'est le moment de décocher  ' Love in the fourth dimension' avec ses guitares saturées, avant la surprise de la soirée, une cover punky de ' Beautiful Stanger' de Madonna.

' Zeds' is one of our most romantic songs, dixit la bassiste, elle n'a pas menti, le fond jazzy, fin de soirée en boîte, fait merveille et nous prouve que les filles ont plus d'une corde à leur arc.

Avec ' The end' elles continuent en mode ballade, ce qui encourage le cousin d'Antoine De Caunes à oser une remarque niaise ...I will give you my phone number... cette sentence stupide a le don de les faire pouffer de rire, elles se ressaisissent et enchaînent sur 'Pull the other one'.

Celia, émue, j'ai vu des gens s'embrasser pendant ce titre, du coup elles décident de poursuivre la formule downtempo par ' Something beautiful', une sucrerie poétique pour laquelle Celia a abandonné la basse pour tapoter un orgue, Juliette a largué sa guitare et s'est contentée de donner le signal de départ d'un coup de baguette sur un drumpad avant de nous ensorceler de sa voix suave.

'Formidable' passe, sans prévenir, de la lenteur languissante au rock et pendant  l'agité 'Bonfire', la grande bringue à l'attrayante mini-jupe vient se coller à nous avant de tapoter le crâne d'Irène qui se laisse faire, versatile,  elle part  draguer un barbu pas net , sert la main du petit Alain et reprend son refrain.

Du coup c'est Soph qui a des élans amoureux, il lui prend l'idée d'embrasser un mec dont le rasoir a décidé de faire grève.

 On ne s'ennuie pas à un concert de The Big Moon.

Brussels, c'est l'heure de la dernière, après ' Sucker' ( une bombe, ce morceau), on passe au merch, et on saute dans l'avion qui nous ramène à Londres!

That sucks, girls, on en voulait encore une!

 

photos- jp daniels - concert monkey

 

 

 

 

 

 

 

Les Nuits Botanique:The Big Moon, Jesca Hoop à La Rotonde, Bruxelles, le 12 mai 2017
Les Nuits Botanique:The Big Moon, Jesca Hoop à La Rotonde, Bruxelles, le 12 mai 2017
Les Nuits Botanique:The Big Moon, Jesca Hoop à La Rotonde, Bruxelles, le 12 mai 2017
Les Nuits Botanique:The Big Moon, Jesca Hoop à La Rotonde, Bruxelles, le 12 mai 2017
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 14:40
Les Nuits Botanique: Isaac Delusion - Las Aves - Clara Luciani , Orangerie du Botanique, Bruxelles, le 11 mai 2017

Les Nuits Botanique: Isaac Delusion - Las Aves - Clara Luciani , Orangerie du Botanique, Bruxelles, le 11 mai 2017

 

Ça y est, elles sont là, les Nuits Botanique, édition 24 et on ne peut pas dire que cette journée inaugurale démarrait sous les meilleurs auspices, une météo cauchemardesque, orages et pluies diluviennes, synonymes de merdier intégral sur les routes, tu te pointes rue Royale, les verrières de l'institution semblent avoir tenu le coup mais les galeries sont inondées et, en prime, un premier désistement, Last Train prévu à La Rotonde doit annuler son concert.

Il en faut plus que ça pour décourager l'équipe du Bota.

 

JP t'attend face à l'Orangerie,  Clara Luciani peaufine son soundcheck.

19:30', l'accès à la salle est libéré, il suffit de patienter 30'.

Clara petite lumière, la nouvelle coqueluche de la presse musicale de chez Macron, vient de sortir un premier EP, 'Monstre d'Amour', mais n'allez pas croire que cette élégante jeune personne soit une novice, ex- La Femme ou Nouvelle Vague, elle a également assuré les choeurs et manier l'harmonium pour Raphaël.

 En 2016, elle est récompensée par les Inrocks qui lui refile le prix des Inrocks Lab.

Vêtue d'un  ensemble pantalon noir d'un goût exquis, Clara paraît bien grande sur le podium de l'Orangerie. Pour l'accompagner, trois garçons doués: aux claviers, Alban Claudin ( La Féline, Liset Alea e.a.), à la Rickenbacker ou à la basse, Benjamin Porraz et enfin, un remplaçant à la batterie, Mathias Fisch!

La mélancolie latente étalée dans le premier titre ' Pleure Clara, pleure'  nous renvoie vers Françoise Hardy, la gestuelle théâtrale et le ton grave  de Clara séduisent d'emblée un  public qui ne la connaissait pas.

Elle saisit une guitare tandis qu'un orgue liturgique entame ' Monstre d'amour', un midtempo  aux climats passant, avec grâce,  du clair à l'obscur.

L'heure est aux présentations: bonsoir Bruxelles, je m'appelle Clara Luciani.

Benjamin a troqué la guitare  contre une basse,  son jeu saturé ajoute une touche rock au morceau 'Les fleurs', suivi par 'Ici'  et ses accents post punk déchirants.

La suivante est une adaptation de 'The Bay'  de Metronomy, la version française s'avère moins poppy que l'originale. La basse pulse comme sur les meilleurs tubes disco tandis que Clara nous promène sur le chemin des douaniers pour admirer la calanque.

Une franche réussite à laquelle succède l'hymne féministe ' La grenade', interprété solo.

Alban la rejoint pour un nocturne piano/voce, 'Dors', la batterie et la basse rappliquant en fin de ballade.

'A crever' et ses élans dramatiques fascine et, lorsque en entamant ' La dernière fois', elle chante ...prends une photo de moi... JP obéit à l'injonction.

Le titre, va t'en savoir pourquoi, te renvoie des flashes de Dani, une copine d'Etienne Daho.

' Eddy'(qui c'est celui-là?), est déchiré par une guitare cinglante et c'est avec ' Comme toi'  à l'entrée en matière fracassante que prend fin ce set impeccable.

Clara Luciani sera au BSF en août!

 

Las Aves.

Un groupe toulousain ayant sévi pendant dix ans sous la dénomination The Dodoz, ils se sont rebaptisés Las Aves fin 2014, certains se souviennent les avoir croisés au Bota avant  The Dø cette même année.

 Dan Levy a d'ailleurs produit leur album, 'Die In Shanghai'.

Sur scène pas mal de synthés, une guitare, une basse et un kit de batterie.

Le blanc est de rigueur pour  Géraldine Baux ( elle doit suffoquer dans son training) , Adrien Cassignol, Jules Cassignol et Vincent Argiolas, qui débutent  leur show par un dance track turbulent et ondoyant.

On est très loin de l'univers de Clara Luciani, tu peux mettre ton cerveau au point mort et gigoter avec les gamines.

Ce que tu as fait sur ' First aid blanket' et 'Die in Shangai' , les coloris cheap du synthé et les poses de guitar hero de la casquette chevelue peuvent paraître ridicules, mais ces écueils ne gâchent en rien le plaisir de la faune locale, d'autant plus que la voix flexible de Géraldine convient parfaitement au fond sonore.

Las Aves nous baladent à 'Los Angeles', where it never rains, puis Géraldine et un de ses copains viennent gambader parmi nous tout en chantant 'Heartbeats' .

La suivante est nouvelle, la formule reste identique, de l'electro-pop trépidante invitant à la danse.

Un gros bourdonnement et des beats épais amorcent un instrumental techno, mais c'est ' N.E.M',  un r'nb/hip hop  futuriste qui déclenche l'enthousiasme chez  Anna et Lucia, deux petites Madrilènes perdues à St-Josse.

'Perfect mess' , le single 'Antistar' et enfin 'Blue' achèvent la performance d'un groupe qui lui également se verra au BSF en été.

 

22:25', enfin, voilà  Isaac Delusion!

Le groupe parisien vient de pondre un second album, 'Rust and Gold' , la tournée de promotion fait un crochet par Bruxelles, ville dans laquelle ils étaient passés en 2015 lors des Nuits de l'époque.

Loïc Fleury, le chanteur,  précisera que depuis le groupe a peu changé,  Jules Paco, Nicolas Bourrigan et Bastien Dodard  sont toujours au poste,  Cédric Laban est le nouveau batteur.

Après l'intro, jouée sans le chef, celui-ci paraît et de sa voix caractéristique entame ' She Pretends', Son  timbre androgyne évoque à la fois Jimmy Somerville et Mark Almond , mais la taille de basketteur  du monsieur met fin aux comparaisons, pas de houpette à la Tintin ou  de préciosité vaine  mais une casquette prolétarienne.

Sans prévenir le groupe a enchaîné sur ' Black Widow', un titre  d'une grande richesse instrumentale, la voix  escalade des montagnes invisibles puis  visite des grottes sombres, tu penses autant aux Fine Young Cannibals qu'à Bronski Beat .

Après un virage blues avec ' Luck and Mercy' , Bruxelles fait la connaissance  d' 'Isabella', le chant se fait plaintif , tes voisines tanguent.

Si le mètre quatre-vingt-cinq et la voix de Loïc constituent un atout majeur, visuellement et auditivement, il serait sot d'ignorer le travail de ses comparses qui s'échangent constamment leurs instruments ( basse, guitare, claviers) , le drumming de Cédric Laban constituant l'assise indispensable aux voltiges des copains.

C'est par un martèlement sournois que Cédric lance 'Cajun', en français dans le texte, décoré d'une séquence tribale en quintette avant un solo de basse à la wah wah qui aurait plu à Jaco Pastorius.

' Take the crown' joue la carte du groove nonchalant, il est suivi par le lumineux 'Midnight sun'.

La setlist comprend encore ' A few steps',  'How much you want her' un white funk pendant lequel le basketteur s'autorise un petit pas de danse chaloupé.

Le futur single' The Sinner' constituera un des points forts du set, ce rhythm'n'blues à l'ancienne a  séduit les plus difficiles.

' Voyager' et ' Distance' nous conduisent au bout d'un voyage pendant lequel le public bruxellois a pu admirer de nombreux paysages bigarrés.

 

Une légère déception se lisait sur les visages à l'issue du show, Isaac Delusion est parti sans jouer de rappel!

 

photos- jp daniels ( concert monkey)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Nuits Botanique: Isaac Delusion - Las Aves - Clara Luciani , Orangerie du Botanique, Bruxelles, le 11 mai 2017
Les Nuits Botanique: Isaac Delusion - Las Aves - Clara Luciani , Orangerie du Botanique, Bruxelles, le 11 mai 2017
Les Nuits Botanique: Isaac Delusion - Las Aves - Clara Luciani , Orangerie du Botanique, Bruxelles, le 11 mai 2017
Les Nuits Botanique: Isaac Delusion - Las Aves - Clara Luciani , Orangerie du Botanique, Bruxelles, le 11 mai 2017
Les Nuits Botanique: Isaac Delusion - Las Aves - Clara Luciani , Orangerie du Botanique, Bruxelles, le 11 mai 2017
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents