Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 22:16
19:45 rue Royale, un van devant le bota, les groupes viennent d'arriver( un ferry raté après un concert à Londres).Pas d'accès au Witloof, c'est gratiné! Tu peux patienter dans les couloirs dessinés par Tilman- François Suys, sans avoir la possibilité de t'humecter le gosier.Comme d'hab., le manque de communication maison est délirant.On frappe qui?
A 20:35' ouverture des portes.

20h40' :S!
2009_6-8419.JPGS? Superman? Un crochet de boucher? La taille du bikini de ta petite soeur?
T'as rien imaginé d'autre?
S= Jenn Ghetto + une copine!
SS: alors?
Tu fatigues, gars!
Jenn Ghetto faisait partie de Carissa's Wierd, un indie band de Seattle.
5/6 albums. Parmi les membres de ce combo, tu relèves Matt Brooke, ex- Band of Horses et actuel Grand Archives. Tu vois la filiation.
Jennifer Lauren Ghetto a sorti deux plaques sous le pseudo 'S' :'Sadstyle' et 'Puking and Crying'.
Et la copine? En tournée c'est Agatha Alice Wilder,mignonne, timide et douée guitariste officiant chez Diamond Cut Diamond.
Deux jolies filles, deux guitares: du lo-fi folk expérimental.
On peut commencer? Yes, répond le zique à la table.
OK, mais tu peux annihiler la musique bruit de fond qui sort des enceintes? Oh, sorry!
'Wait' Minimaliste, fragile, attachant!
'Not a problem' il y en a un petit, pourtant: voix pas assez mise en évidence, lyrics inaudibles.
Un détail! Chouette indie rock.
'Away around this' la Audrey Hepburn look-alike captive et émeut.2009_6-8418.JPG
'You Decide' d'accord, pour moi un petit rock ciselé!
'This is love' intro sombre et doublé de guitares nerveux.
'Reach for the sky' tendance slowcore.
A song I didn't write:'Dress you up' de Madonna. Version lo-fi étonnante...gonna dress you up in my love All over your body All over your body...vais finir par aimer la Ciccone!
Au Witloof c'est normal!
L'intimiste 'Save you' met fin à ce set touchant.

Grand Archives
2009_6-8426.JPGUn fer de lance de chez Sub Pop.
Cinq chemises de cowboy, barbues pour la majorité, pratiquant l'alt.country/indie rock/indie folk /americana/slowcore... cher aux Fleet Foxes, Long Winters, Dodos, Bon Iver, Iron & Wine, Grizzly Bear... et bien sûr Band of Horse, ex-band de Matt Brooke.
Le myspace mentionne quatre noms. Matt: guitars, ukulele, vocals -Curtis Hall aux drums et vocals (The Jeunes, the Sophies, the New Candidates...) -Jeff Montaño(the New Mexicans): bass, vocals -Thomas Wright (the Can't See) guitares, vocals.Il y a un cinquième larron, échappé des Band of Horses, aux guitares (encore) et melodica.

Sorry to be so late we're not very good at our jobs... Si tu crois que nos politicians valent mieux, viens vivre ici!
'Topsy's Revenge' sur 'Keep in mind Frankenstein'.
Le ton est donné, belle mélopée aux superbes harmonies vocales, un ukulele charmant et de gentilles guitares. Ils connaissent les Byrds, CSN&Y, les Beach Boys et les Moody Blues, for sure.

'Miniature Birds' joyeux country rock, digne de Roger McGuinn.
Nouvelle douceur harmonieuse 'Witchy Park/Tomorrow Will' ,un régal.
'Silver among the gold' aux envolées de guitares grands espaces non pollués,accentués par des vocaux à la fois dorés et argentés.
Avec l'aide précieuse de Jenn aux vocals 'Swan Matches' sentant le Neil Young à plein nez.2009_6-8427.JPG
'Sleepdriving' volatil et courtois.
Un harmonica folky pour 'Left for all the strays' d'une fragilité cirrus castellanus.
Un duo Jenn/Matt, allez vous chercher une Maes, les gars: la winterballad à écouter au coin du feu 'Siren Echo Valley'.
Sont revenus avec du jus: 'Orange Juice', un psychedelic folk/rock sentant bon les sixties :Buffalo Springfield, Love, Quicksilver Messenger Service...
'Wake Up' on dormait pas! Toujours cet alt.country à 5 voix.
'Dig that Crazy Grave' maintenant, il est près de 22h?
'Torn Blue Foam Couch' céleste.
Et on termine par le pesant 'Willoughby', vachement plus énervé. Point d'orgue d'un excellent concert!
2009_6-8429.JPG
Bis
'George Kaminsky' avocat de Manhattan, spécialisé en criminal law, du folk léché.Grand Archives enchaîne, sans pause, sur un rock speedé avec guitares furieuses: 'The Crime Windows' .
On tire les rideaux sur ces fenêtres criminelles.
See you, Brussels!
On archive Grand Archives!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 22:55
“In North America today, there are five very highly funded, major, serious colleges of war. There’s Annapolis, there’s West Point, there’s the Army College of War, the Air Force Academy, and the Royal Military Academy in Canada”: Buffy Sainte-Marie!
2009_6-8413.JPGPour la pacifiste , social activist canadienne(Saskatchewan) au sang indien, rien n'a changé depuis les sixties, la Maison Blanche investit dans la guerre et, en opposition aux 5 collèges précités, il n'y a pas un seul college of peace!

Le public du club, bien rempli, est en accord parfait avec la vision du chantre des Native Americans, son discours est criant d'actualité et la madame( born in 1941) n'a rien d'un vieillard débile.
Evidemment, nous sommes 90% de survivants, rescapés de l'ère hippie, mais certains d'entre nous ont emmené leur progéniture, qui comme nous a vibré à ce concert mémorable.
Pas question d'assister à un gentil spectacle folk, d'un senior grattant sa vieille acoustique, Buffy a emmené dans ses bagages un band aborigène saignant: Gathering of Flies!
Aux drums: Michel Bruyère (Ojibwe)- à la basse:Donny Ducharme (membre du groupe Whiskey Jane Band) et aux guitares ac. ou électrique: Jesse Green (un Ojibwe, également).
Pendant plus de 90', ils vont transformer le club en rassemblement intertribal célébrant la culture et les rites indiens: un Pow Wow made in Brussels!
Le DJ a décidé de nous baigner d'emblée dans le Sacred Spirit et les artificiers iroquois s'amènent un à un, suivis de la grande prêtresse, Buffy Sainte-Marie!
'Piney Wood Hills' I'm a rambler and a rover and a wanderer...un vibrato insistant. Bye, bye Brussels, en route pour le Nord des States à la frontière du Canada.
'Cho Cho Fire' sur le dernier né 'Running for the drum' 2009. Un country rock électrique, chanté d'une voix d'animal blessé. Un cri de guerre dansant d'une efficacité redoutable. Patti Smith rencontrant Redbone: une bombe!
Buffy aux claviers pour 'Fallen Angels' de 1992 ('Coïncidence & likely stories'), titre dénonçant les power junkies: Bush et prédécesseurs.
Vous savez, Brussels, on m'a rangé dans le tiroir folk, mais moi j'écoutais Gene Vincent et mon héros c'était Scotty Moore, le guitariste du King. Voilà un rockabilly qui déménage: ' Blue Sunday'.
Avec un mouth bow 'Cripple Creek', elle psalmodie et joue de l'arc en même temps.
On refait appel à Edison, Volta et Zénobe Gramme pour ' Little Wheel Spin & Spin' , un classique de son répertoire attaquant tes tripes.
'Indian Cowboy' un petit rodéo sautillant.
A capella, le poignant 'Relocation Blues', écrit par Floyd Westerman, page sombre de l'histoire indienne.
Merci Jennifer Warnes & Joe Cocker et les producteurs de 'An Officer and a Gentleman' , grâce à vous les dollars affluent: le sensible chef- d'oeuvre 'Up where we belong'!
On revient au dernier CD avec ' No, No Keshagesh' , nouveau rock coup de poing.
Une des grosses claques de la soirée, le fabuleux 'Universal Soldier', hymne des pacifistes, sorti en 1964, lorsqu'elle voit les soldats blessés rentrant du Vietnam. Merci, Buffy, merci!

2009_6-8406.JPGOn continue dans la même veine: 'Soldier Blue', sur le soundtrack du film du même nom (1970), retraçant le massacre de Sand Creek. T'étais amoureux de Candice Bergen à l'époque!
La suivante n'était pour moi qu'une banale lovesong, mais est devenu un hit mondial, repris par Bobby Darin, Elvis, Cher, Roberta Flack, Neil Diamond, Françoise Hardy...'Until it's time for me to go'. Buffy, faut que t'arrêtes, j'ai pas de Kleenex, tu nous tues!
Elle n'écoute pas, la garce:le cri de rage 'Codine' !
'Darling don't cry' qu'elle a enregistré avec les Red Bull Singers, un singalong idéal pour pow- wow Omaha.
Next one is a song I wrote only for me, quand je me sens seule: 'Still this Love', petite sucrerie troisième âge.
'The Priests of the Golden Bull' nouvelle attaque contre le mindless greed, ceux qui ne vivent que pour power & money.
Buffy n'a rien perdu de sa terrible force évocatrice, tu les sens ces Amérindiens dans leur réserve on the nuclear frontier. Tchernobyl!
'Bury my Heart at Woundee Knee' , un rock lourd, agressif avec Jesse Green en heavy metal guitar hero.
Dedicated to all of our ancestors: 'Starwalker' encore un Indian rock remuant et belliqueux.
Buffy cloue le bec à tous nos blancs-becs du 21ème siècle s'imaginant avoir réinventé le rock, de pâles suckers, à peine sortis des jupes de maman!
Concert énorme!
2009_6-8415.JPG
Un bis
'The big ones get away', petit country rock allègre.
Bruxelles wants more et le band revient pour la douce berceuse 'Goodnight' ..So goodnight Wherever you are sleeping And I hope that if you dream You dream of me...

We did, Buffy, we did dream of you!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 22:44
Puisque t'es sur place et que t'as pas d'obligation esclavagiste, ni ménagère, pourquoi ne pas assister au showcase de Fanny Bériaux, la nouvelle sensation jazz made in België francophone.
Tu la ratas au Marni et au Music Village, merci Entre Vues 2010 de nous donner l'occasion d'enfin embrasser Fanny, dirait Marius.

2009_6-8398.JPGFanny Bériaux vient de sortir un album, couvert de verts lauriers: 'Blow up my world' et sur scène, à l'heure de la sieste, elle est accompagnée par Boris Schmidt à la contrebasse, je sais que t'as déjà entendu ce nom:Natacha Wuyts, Pascal Mohy, Pierre de Surgères...., ce luxembourgeois est de l'espèce requin vorace- Manu Bonetti aux guitares (Natacha Wuyts, Nat Swings Cool, Kasa di Mansa...) et aux drums, Jérôme Baudart (Rue des Pêcheries, Brussels Little Big Band...), des mecs qui connaissent le jeu de boules et ses subtilités.

Un joyeux Pierrot cultivé vient nous présenter la madame: un hybride Sainte Blandine/Marianne Faithfull, Mesdames, Messieurs: Bériaux Fanny!
Une contrebasse solitaire en piste, une guitare Wes Montgomery rejoint le Schmidt, un batteur Yamaha sort de sa boîte: un jazz around midnight, il est 14h10'.
Une voix en coulisse. Quel registre, mes amis, bienvenue Fanny: 'My eyes are green'. Difficile à dire avec cet éclairage tamisé, mais son timbre n'est pas green, il est à maturité: chaud, appétissant. Un vocal jazz digne des plus grandes:Cassandra Wilson, Ella Fitzgerald, Madeleine Peyroux... A noter également, toutes les compos (sauf une) proposées lors de cet afternoon gig sont de la plume de F B/Frankowski.
'Crowded Bar' comme la Rotonde, un groovy jazz, ornementé d'un élégant solo de maître Bonetti. Les boys décorent le phrasé sensuel de la belle de backings stylés.
'I'll rob a bank' à la mode à Bruxelles, ces derniers jours. Turtelboom enregistre.
Un solo toile d'araignée de Boris entame ce blues noir, profond, hypnotique... Quelques touches de wah wah, et le blues vire soulful sexy groove.
Jérôme, tu t'en vas? Boris derrière les caisses, caressant les toms, secouant un shaker...Oh, c'est quoi ce cornet sensuel derrière un écran blanc, c'est ce coquin de beau dard: 'Cézanne', une ballade romantique fauve, superbe et 2009_6-8402.JPGlanguissante.
Spoken word, contexte: nous sommes en Australie il pleut... pas besoin de se taper les antipodes, maske, il pleut tout le temps ici... 'Uluru', une slide irrésistible sur vocalises aborigènes.
Sting rencontrant Diana Krall (pas content, Elvis Costello)!
Splendide morceau!
'Quand je serai vieille' une reprise du groupe Les Elles...quand je serai vieille je serai très belle et j'aurai plein d'amants...Madame Onkelinx compte en faire son programme électoral!
Du Frenchie jazz à la Serge Reggiani.
La dernière, une rêverie crépusculaire bilingue, proche du travail de Pascal Charpentier: 'In my bed'. La ballade braquant vers le swing pour terminer en rock agité.
2009_6-8400.JPG
Performance plus que convaincante, une future grande du jazz, Miss Fanny Bériaux!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 21:23
Dans le cadre des journées Entre Vues 2010 ( du 1 au 5 février, au botanique), événement annuel consacré aux arts de la scène (théâtre, danse, chanson, jazz, pop/rock, cirque, pole dancing et autres revues Chippendales...), tu es invité à assister au showcase d' Elina Valse.
En principe ces festivités sont destinées aux pros: Coquatrix, Schueremans, Paul 'Boogie Boy' Ambach et autres requins édentés du chaud- bise ou, journalistes en possession du passe-droit adéquat, mais bon nombre de sangsues s'auto-invitent à ces spectacles et viennent écluser le pinard gracieusement offert par la Communauté Française, en sachant que George Dumortier ne pourra plus mettre les sommes dépensées sur la note de frais, déductible de ses contributions.

Jules & Jo

2009_6-8387.JPGDuo, inspiré par le roman d'Henri-Pierre Roché, mis en images par François Truffaut avec l'inégalable Jeanne Moreau?
Le Jules, le mec, c'est Matthias Billard, au corps malingre, au verbe haut et à l'accordéon flon-flon de bal ancestral.
Jo, c'est Julie Legait, toujours sur le qui-vive: acoustique, tam tam, percussions, mélodica, flûte, charango et voix.
Jules & Jo, c'est des comiques burlesques, héritiers de Molière ou Rabelais, mais aussi de Jacques Tati ou Roberto Begnini.
'La dédicace': du music-hall loufoque, voyant Jules seul en piste pour une présentation de sa famille Deschiens, avec tous les stéréotypes du genre.
'Une simple vie' en duo vocal farces et attrapes. J & J ont déjà eu l'honneur de fouler la scène des Trois Baudets (du côté de la Seine): logique, les Titis aiment le genre Caf'Conc' ubuesque.
'Mes aïeux' une photo sépia, poussiéreuse, retrouvée au grenier. Grand-père militaire, grand-mère sans étiquette....L'amour petit-bourgeois d'avant la Grande Guerre.
'Mon coeur et moi': hommage à Guy Cornu, nous narre Julos.
Cornu, un chef de gare? Non, madame, un théoricien de la chanson, un savant, spécialiste de la cavité épiglottique.
Imagine Bobby Lapointe accompagné par Régine vocalisant en haletant, n'ai pas dit allaitant, ivrogne, pour une opérette oreillette et ventricule.
' Boum' (quand notre caddie fait boum). Il ne s'agit pas de golf, mon cher Charles, mais bien du chariot utilisé au supermarché pour y ranger victuailles et autres produits consommables. Un djembé sauvage pour faire sauter le Carrefour du coin et retrouver, gisant pêle-mêle: slips, bidoche, boîtes de Friskies ou flacons de détergent, sous des gravats fumants... Pire que le siège de Sarajevo, mené par le sinistre Milosevic.
On quitte l'Intermarché pour l'étal de la poissonnière au marché dominical de Dieppe, ou celui de la fromagère de Brie-Comte-Robert.Un récit érotique, plein de propositions lubriques et salaces, même l'aubergine appelée en renfort aura droit à quelques avances indécentes!
2009_6-8390.JPG
Jules & Jo à consommer frais et à volonté!


Elina Valse

2009_6-8391.JPGVoix, textes, pas de danses: Aline Salvé.
Guitares, arrangements, compositions: Eric Dory.
Aline est comédienne, prof de danse, chorégraphe et chanteuse ayant foulé quelques podiums francophones: la Soupape, les Francofolies, l'Atelier 210, l'Espace Delvaux...
Eric fait partie du Claude Zac Ensemble, plus Zappa que Brassens, il accompagne Marie Warnant ou Karin Clercq...
A deux ils font valser Elina sur fond de chansons à texte combinant lyrisme, ironie et mordant.
'Prince Cesse' pour tous les princes pas très charmants. ...Cesse de baratiner, Prince, passe aux actes...légèrement nymphomane, la madame.
'L'île Whisky', Eric a troqué l'acoustique pour l'électricité et les loops. Rythmes créoles colorés pour une rêverie antillaise. Ah, revoir la Martinique et goûter à sa biguine en avalant un rhum ambré.
Sensuelle, Aline, transformée en métisse exotique a décidé de nous ensorceler par une démonstration de calypso virant zumba bouffe calories.
2009_6-8392.JPG'Sur mes aiguilles' un flamenco basé sur le 'Spanish Caravan' des Doors, emprunté à 'Asturias 'd'Isaac Albéniz.
Un timbre proche de celui de Dani Klein (Vaya con Dios) ou de Patricia Kaas, quand celle-ci n'en fait pas des tonnes.
Aline El Cordobes se la joue femme fatale: bas résilles, talons aiguilles.... les hidalgos salivent.
Olé!
'La Dame' .... j'ai la fièvre du Mali Je vois la vie en Dali ... Rimbaud en Afrique!
Aline croisant Toto des frères Porcaro. Son Africa, en tout cas, est plus crédible que la mélasse de Rose Laurens.
La dernière de ce mini-concert: un rock rage de dents: 'Corps Virtuel' ... jouer au chat (tu prononces tchatte) et à la souris avec toi .... Amours Facebook!
Efficace et sexy comme du Niagara!

Excellent déjeuner musical, épicé mais digeste, au bota!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 22:26
Tous les mois la coquette salle de théâtre accueille un événement Rock'n Seat. De beaux noms ont déjà défilé rue des Riches-Claires pour ces concerts acoustiques: Monsoon, Pornorama, Kris Dane, One Trick Po, Goudi.... Ce mardi, place au Grand-Duché et à sa représentante la plus Colette: Claudine Muno!

Claudine Muno & the Luna Boots.

2009_6-8384.JPGEn 2008 déjà, lors du Brussels Summer Festival, tu fus séduit par la fraîcheur, la grâce juvénile et l'intelligence de la demoiselle, prix Servais de la littérature en 2004 (elle devait avoir +/-12 ans!).
En février elle vient nous présenter, avec une partie de ses bottes lunaires, des titres de son nouvel album('Noctambul') devant décorer les étagères de ton disquaire sous peu.
Les Luna boots sont comme les copains de Blanche-Neige, ou comme les péchés capitaux, au nombre de sept. Ce soir on en oublia trois chez le grand- duc et sa chouette cubaine, pas de Matt Dawson( pedal steel), ni de Menny Olinger (geen drums), ni de Claude Schaus aux claviers.
Il reste Claudine: vocals, acoustique ou piano - Sandra Cifani: second voice et percussions - John Schlammes: contrebasse et Thierry Kinsch( le producteur) à la guitare et quelques backing vc.

Pas la grande foule, mais un public attentif et vite sous le charme.
'Au Secours' un appel à l'aide introduit par l'acoustique, aidée de la contrebasse. Un soyeux sifflement de Claudine à Bruxelles et tu plonges dans l'univers grunge de Miss Muno.... au secours on nous a perverti nos anges.... et, le grand méchant loup a fait des bêtises avec le petit chaperon rouge...., à Cambrai?
Le pire c'est que l'enfant aimait ça. Tendre, loufoque, surréaliste sur fond folk seyant.

2009_6-8380.JPG' In my head' des monstres plein la cabeza, le monsieur veut éliminer les idées noires à la hache...
Pas de psy dans la salle. Claudine a dû croiser le fantôme de Syd Barrett, elle nous chante ces horreurs avec le timbre de Suzanne Vega sur accompagnement jazzy subtil.
'Monsters' elle a vu tous les films de Tim Burton. Du folk Hänsel und Gretel à faire peur aux chères têtes blondes. Magnifiques harmonies vocales, Claudine + Sandra!
Au piano: ' Mauvais Sang' , l'histoire d'un mariage qui finit mal, comme tous les mariages, ajoute la malicieuse enfant!
Jolie valse en demi-teinte, ornementée d'un mélodica mielleux.
'Alaska' chanté en Lëtzebuergesch. Une intro tout en caresses pour ce Winterblues dentelle sur Moselle grandiose.
On retourne à la guitare pour 'Violence', une réflexion sociologique.... excusez-moi, j'ai cramé le chien.... je sais pas pourquoi je l'ai fait... Ma voisine sort son GSM et téléphone à Brigitte, illico presto.
Les psychopathes sont parmi nous, sauvez les chats! Claudine la barbare, le Landru féminin...
Turtelboom, maske, faut instaurer, avec ton copain Stefaan, la Nul Tolerance!
Postulat Muno: la violence est la seule chose gratuite en ce monde!
Nouvelle historiette angoissante ' En Suspension': chanson aérienne et altruiste...je m'en fous de la vie des autres ... (de la mienne aussi d'ailleurs),du jazzy folk Luxembourg Air.
Une cover sublime du 'Hallelujah' de Leonard Cohen, sur décor sonore sobre et minimaliste. Deux voix, une guitare, une contrebasse discrète, un pincement au coeur!
On l'attendait son hit irrésistible 'Je n'aime pas les robes', du jazz manouche à la Thomas Dutronc, écrit avant la starification du fiston de Jaco.
Notre dernier folk 'The Trains' ...boy, if you drink your glass to the bottom I'm gonna buy you the trains... du dream folk au goût de nightmare.
55' suaves!
2009_6-8382.JPG
Un bis politique:
'La révolution des poissons rouges'. Une protest song aquarium, dénonçant l'absence de conscience politique de la masse. C'est nous, les poissons rouges, contents de notre sort dans notre bocal pas plus grand qu'un verre d'eau.
Second degré cynique derrière un sourire angélique!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 15:10

Concert sold out pour la charmante chanteuse de Portland, USA. 7 albums folk déjà à son compteur. On la compare à Suzanne VEGA et on a bien raison. Personnellement j’ajoute un peu d’Heleni Mandell pour son dernier album : « July Flame ».

Deux de ses musiciens assurent la première partie, Old Believers débute, suivi par Cataldo.

Deux chanteurs seuls à la guitare jouant un même style musical mais de manière fort différente.

Old Believers base tout sur sa voix (il va même chanter a capela), son jeu de guitare n’est pas très fluide mais son ton convainc.

Cataldo et son look de geek (Greg sort de ce corps) base tout sur ses mélodies, très jolies, classiques mais efficaces. Plus enchanteur et bien meilleur joueur de guitare (et de banjo) que son comparse il nous fait passer 30 bonnes minutes de folk.

21h30 Les deux précités, une violoniste et Laura VEIRS (enceinte) envahissent la scène, les deux musiciens déjà vus vont se partager la basse, la guitare (acoustique ou électrique) le synthé et la batterie.

Ils sont partis pour 1h de concert.

Laura Veirs nous interprétera beaucoup de chansons de son nouvel album, ce qui n’est pas pour me déplaire… Le set est fort varié, les orchestrations passent du pop à la balade, par la country et bien sur par le folk. Les changements d’instruments, la variété des tempos et le son nickel vont faire un excellent concert, la présence et la voix de Laura VEIRS ajoutant du charme et de la chaleur au tout.

Laura VEIRS arrivera même à faire participer le public au grand concours de plus belle chorale qu’elle organise tous les soirs de sa tournée européenne, les résultats seront affichés sur son blog dès la fin de son périple.

Un set sans fautes de goût, une soirée charmante qui, vous l’aurez compris, m’a totalement enchanté.

Repost 0
Published by Lio - dans Concerts
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 22:46
Amer constat, Mozart ne fait plus recette!
Les cerises sont cuites, Fred s'arrache les cheveux, pleure sur son compte en banque plus light que du Becel Pro-Activ, se pose mille questions sur la désaffection du public bruxellois.
Une programmation variée, un prix d'entrée dérisoirement bas, une sympathique patronne, Jacqueline, sexy comme une Alice Sapritch de Molenbeek, toujours souriante en barmaid avachie...Que veut le peuple?
Sans oublier la facétieuse Luna, un soleil radieux faisant fondre le coeur du plus sinistre séminariste, et Christine, toujours prête à te tenir au chaud quand Madame Jacqueline bloque le thermostat à 10°, et Yves, sur qui tu peux compter pour aller écluser quelques pintjes au bar, si t'as un chagrin quelconque, enfin pour avoir de la Jup, il faudrait que Madame Jacqueline passe dans la réserve et approvisionne le frigidaire datant de 1859.Bon Prince, Yves t'autorise à entamer son stock de Hoegaerden!
Bref, on était à peine 20 dans le igloo!

Goudi
2009_6-8356.JPG'Goudi, c'est belge et chic!' (La Dernière Heure)
'Goudi, dans une veine qui n'est pas sans rappeler dEUS' (Le Soir)
On en passe: Télémoustique, Music in Belgium, Presto ou Le Quotidien des Colombophiles de Colfontaine...Des passages à Pure FM, dans de Afrekening sur Studio Brussel, tu te dis: ça va être volle bak et t'arrives à 19h30'. Sur place Fred, la patronne, les musicos et quelques acariens acariâtres.!
Goudi, c'est Pierre Goudesone ( Ostende), un gars qui dans les eighties a joué avec Flesh & Fell ou Niki Mono avant de se lancer dans le projet Speaking T, qui eut son heure de gloire au début du siècle.
Son excellent band est composé de Laurent Stelleman aux guitares (Monsoon, Garner, Lunascape, Charline Rose, Vincent Liben.....)- Koen Mertens aux drums (un élève de Dré Pallemaerts, jouant pour Mojostar , Millenium, Mongoose, Filip Casteels , Antwerp Gypsy Orkestra....) - Joachim Saerens aux claviers, laptop et autres electronic devices (Egon, Bai Kamara jr. et depuis peu Selah Sue...), des cracks, donc. Le Gouda chante, joue de la basse et de la guitare.
'Never 4 Ever' est introduit par un clavier planant, le Koen emballe et la guitare de Stelleman se met à pleurer, l'architecte rapplique, ramasse une basse...I won't be sorry forever.. Efficace comme du Nick Cave. T'échanges un clin d'oeil avec Christine et Yves, c'est pas des cons!
2009_6-8365.JPG'I ask myself', du rock qui sent le Higelin...you wanna go out..I wanna stay home...tu dis noir, je dis blanc... Divorce, fieu!
'Wallflower' ça secoue comme du Iggy Pop, qui voulait être un chien, Goudi, lui... I wanna, wanna dance... pas con, on va moins cailler dans ce trou.
'L'été Western' , pas en Alabama, non ..les filles bronzées et gracieux ( peï, faut dire cieuses) ..., c'est catchy et putassier comme du Arno.
'When we were young'.
Le band fournit un travail gigantesque, guitare incisive, claviers obsédants et un batteur qui assure, c'est dur de rester coincé dans ton siège vétuste.
Un slow pour vous calmer ' Paradise now', formidable downtempo à la Mark Lanegan.
'Mary, Mary' aux senteurs littérateurs des grands espaces américains: Jim Harrisson, James Ellroy ...sur fond sonore Tom Waits. Beau!
'Tipsy' lourd, presque punk ... dancing in my head...ça nous ramène vers le Billy Idol 'Dancing with myself'.
'All Inside' nouveau rock pas piqué des hannetons.

La suivante est pour les flamands... Les roses, fieu?
'Ieder Ushje', du TC Matic 2010!
'Five-O' toujours ce rock carré, qui, avec les touches electro, eut pu sortir dans les années 80.
La dernière: 'La Belgiek Est Chic' devenue l'hymne du Vlaams Belang, le jouet du stand-up comedian Filip Dewinter.
Une pub nationaliste, unitaire, surréaliste qu'on devrait envoyer à l'Eurovision.
Goudi is gonna make it, for sure!

Marta Mus
2009_6-8375.JPGCe moineau polonais piaille dans nos plats jardins depuis 1992. Elevée dans le classique(leçons de piano), elle bifurque rapidement vers le jazz et se lance dans le chant.
Très vite, elle entre dans le cercle blue note belge( Erik Vermeulen, Sal La Rocca, Laurent Blondiau, Fabrice Alleman, Jan De Haas...) et sort un CD 'Bitter Sweet' , plein de standards ('It had to be you' , 'That old black magic'...). C'est cette Marta- là que tu vis et qui t'enchanta au Candelaershuys, il y a plusieurs années maintenant.
2006, changement de cap après sa rencontre avec Djakhobo,non, pas le gars qui organise des concerts à la maison, mais Jean-Jacques Nsengiyumva (Rwanda): bassiste, guitariste, compositeur et producteur, avec lequel elle enregistre le CD 'Night Walk'.
Le jazz devient vague, le duo navigue dans la nu-soul aux couleurs poppy.
Bilan: si le babil du passereau est toujours aussi performant, le contenu lasse rapidement et finit par te décevoir tristement.
Marta Mus vaut mieux qu'une bimbo, chanteuse de R'n'B MTV aux seins siliconés et au QI Star Academy.

Djakhobo seul en piste, avec son acoustique, pour une intro savane africaine 'Listen, Listen',
Muss Mis embraye sur 'We Can', c'est joli, ça a le goût et l'odeur Baï Kamara jr.
'If you only dare' a nightclub voice, un accompagnement sobre.
'Just one more time' soul/ jazz à la Bill Withers, tu n'as pas encore décroché et tu admires les prouesses vocales de M M, le côté smooth de la chose ne t'échappe pourtant pas.
'Last Dance' cette voix est trop riche pour des arrangements musicaux minimalistes, faudrait habiller ce truc plus chaudement, c'est l'hiver, merde!
'Let it happen' le côté variété de Jose Feliciano, voire de Michel Legrand.

Watte Christine? Tous ces bons sentiments te donnent des boutons, suis pas dermato, mon enfant!
'Unfinished affair' du funk légèrement aseptisé, prévu pour l'album suivant.
'Careful' joue pas avec cette axe, Eugène? Mais non, sois sage petite fille, écoute ta maman, sois prudente. Dur à avaler ce prêchi-prêcha.
'Thinking of You' c'est pas 'Je t'aime, moi non plus'!
'Little Girl' autobiographie polonaise.
'Love me' Mariah Carey, Beyoncé, Rihanna, Toni Braxton... Lady Gaga? Faut pas exagérer!
On termine par 'Night Walk'.
Avant notre promenade nocturne, on se vide une dernière Blanche, je te rappelle que Jacqueline est trop feignasse pour aller chercher de la Jupiler dans le kot derrière les lavatories des dames!
2009_6-8376.JPG
Que chantes-tu, Yves? Ah bon, Fred a signé Sheila, Richard Anthony, Stone et Charden et veut déterrer Dalida... Chouette!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 22:05
Rue Royale, tu croises Miss Catherine, qui ne veut plus être comparée à un lama, mon brave Serge!
On va assister au même concert:Thao. Tiens voilà Florin qui vient de mettre un terme à sa période d'hibernation.
Direction le bar où celle qui n'aime pas les camélidés a rendez-vous avec un pote, nous raterons l'avant-programme, nous comptons avaler quelque pitance, la nuit sera longue( elle ne veut pas qu'on cite la bouteille de Jack Daniels qu'elle planifie d' ingurgiter en dansant le Kung Fu, comme en 77). Tu nous raconteras...

Shugo Tokumaru

2009_6-8338.JPGun Japoniais, commence son set devant une vingtaine d'égarés.
A Tokyo, Shugo est une star. Trois albums d'indie pop au goût de saké.
Il nous balancera neuf titres, chantés dans un vocable soleil levant 'Lost in Translation', qui mit Bill Murray dans un bel embarras.
Au début tu te laisses bercer par ces mélodies fragiles et ces arpèges ciselés, au background jazzy guitare brésilienne.
C'est joli, décoratif, volatile, à la limite enfantin. Un virtuose discret, mais ses rengaines sont lisses comme les eaux du lac Kawaguchi reflétant le sommet enneigé du Fujiyama. D'ailleurs, des samples aquarium accompagnent ces atmosphères musique de chambre.
Au jeu des comparaisons tu te hasardes à sortir des 'gentils' de la variété hexagonale:Yves Duteil, Jean-Michel Caradec. La Rotonde se peuple, le sage nippon poursuit son paisible voyage.
Oh, un ukulele et un kazoo: une cover 'Video Killed the Radio Star' ,the Buggles, hymne de la synthpop des eighties. Et le brave garçon clôture son set par un instrumental allègre.
Catherine:'Verdict ? ' Nippon , ni chaussées, ma chère!
Quoi?
Anecdotique!

Thao with the Get Down Stay Down
2009_6-8352.JPGThao Nguyen(vocals, guitar) jolie americano-vietnamienne, originaire de Virginie, commence sa carrière musicale comme solo indie-folk artist, puis elle fait la connaissance de Willis Thompson, drummer, et de Adam Thompson (pas les mêmes parents...), bass : Thao with the Get Down Stay Down ont rendez-vous avec les fonts baptismaux peu après!
Quatre cd's à leur actif, le dernier, 'Know Better Learn Faster' chez Kill Rock Stars en 2009.

'Moped' ..don't you dare ride your moped to my mother's house...un truc rythmé, plein de percus , la madame tapotant sa guitare avec un drumstick.Excellente entrée en matière. Bruxelles se masse au pied du podium, certains éléments masculins pour reluquer les jambes attrayantes de l'enfant.
Second petit rock saccadé:'Goodbye Good Luck' . Catchy guitar, chouette voix, belle énergie et une assise rythmique efficace. Sommes tous conquis après 2 titres de cet indie folk/rock pugnace.
'Body' hyper dansant ce truc, avec une guitare t'envoyant des cartes postales d'Hawaï dans le cerveau. Vachement réjouissant par ces t° sibériennes.
Catherine, je t'épouse dans dix ans! La brave enfant a tout compris, elle sait qu'une boisson houblonnée accompagne parfaitement ce rock joyeux. Tiens, mec, au fait, son timbre vocal me fait penser à celui d'Olivia, la chanteuse de The Dø. Pas con!
'Big Kid' printanier, décoré de handclappings racoleurs.
Tu tombes la veste pour te trémousser avec la masse, dans laquelle tu reconnais la sexy Vera Gogh.
'Beat' un calypso rock irrésistible...ooh ooh ooh ooh ... Un festival percussif, à trois pour une batterie!
'Violet' sad romance ...oh no,Violet, don't you go....Thao vit ses chansons, elle virevolte, pleure, crie, danse sur scène. Super nana, dixit Jonasz.
'When we swam' me souviens plus avoir pris un bain avec elle!
'Bag of Hammers' beatboxing, percus délirantes, pour virer rock chaloupé chatoyant.2009_6-8341.JPG
'Geography' un midtempo étude de la planète.
'Fixed it': Bruxelles we need your help pour l'introduction vocale aah aaah aaaah, no problem, madame, on te fait ça! Communion parfaite artistes/public.
'Easy'. Qui est ce sexagénaire taré , déclarant sa flamme depuis 20', pintje en main, à la douce Eurasienne? Fait chier, encore une journée portes ouvertes à l'asile Titeca? Casse-toi saoulard, lui souffle un voisin.
Intermède clos, allons-y, mollo:'Easy', du punch, de la fraîcheur, cocktail idéal!
'Swimming Pools' flûte, ai pas pris mon bikini!

2009_6-8342.JPG'Know better, learn faster' titre du dernier né. Nerveux, her restless and sexy legs arpentent le podium. La Rotonde s'agite sur ces accords joviaux et percutants.
' The Give' avec battements de mains saccadés de 150 bruxellois, termine ce set jouissif!
Le concert bonne humeur de ce début 2010, on en veut plus!

Bis
'What About' et 'Fear and Convenience', deux derniers explosifs déflagrants, apothéose de ce joli feu d'artifices!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 22:03
Reprise des hostilités au Toogenblik.Du monde, malgré des conditions climatiques détestables!
Rien n'a changé à Haren, Luc Gheldof vient, comme à son habitude, annoncer les artistes dans un sabir propre, y introduisant ses célèbres divagations politico-philosophiques, ce qui, immanquablement, génère un fou rire général.
Au programme en ce vendredi de Pluviose un singer/songwriter texan: Jon Dee Graham!
2009_6-8311.JPG
Tu pensais que le mec allait jouer en solitaire mais, en pénétrant dans le club, tu peux voir une batterie et une basse sur le minuscule podium.
Jon Dee a emmené deux copains de Jean-Luc Dehaene pour l'accompagner en tournée européenne.
Ces coqs de combat sont interchangeables, ce soir George aux drums et Erik Voeks à la basse, un brave gars qui a joué avec les Gaslights d'Abigail Henderson.
Jon Dee Malkovich Graham n'est pas un novice, une demi-douzaine d'albums à son nom, le dernier 'It's not as bad as it looks' (2009), un passé rock: 'The Skunks' ou 'The True Believers' (avec les frères Escovedo) et, des collaborations diverses: John Doe, John Hiatt, James McMurtry, Lone Justice, Michelle Shocked, Calvin Russell...
Dans son backing band tu pointes d'autres (ok, c'est prévisible) pointures: Jim Keltner ou Mark Andes (Spirit, Heart..)...Bref, J D est une sommité à Austin, tous les mercredis tu peux,d'ailleurs, le voir jouer dans le Continental Club local!
It will be a rocking night in Haren!

2009_6-8318.JPG'Faithless' sur 'Escape from Monster Island' entame le set. Une voix âpre de fumeur de Marlboro, un mighty rocking americana à la John Hiatt, ça sera pas de la dentelle de Chantilly ce soir!
On enchaîne sur un second titre encore plus rock , aux odeurs Elliottt Murphy ou John Mellencamp, 'Beautifully Broken' .Hé, Eric , un petit bass solo? The guy is not bad, is he? Ouais J D, il est pas con ton pote!
Le Austin Musician of the Year 2006 aime raconter sa vie, la suivante narre les histoires de coeur de son aîné (17 ans). Une certaine Ivy (Poison?) lui a brisé le coeur.Ecoute, fiston, t'en fais pas, ce genre de choses va encore t'arriver, lui souffle le géniteur.
Dad, you suck...
I love you too, son!
Tu vois le genre?
Une rock ballad pour le ket ' I said'.
'Best' ...the one that loves you best... un nouveau midtempo ayant l'Amour comme thème, amour moins filial que la précédente. Et un petit solo crapuleux pour te coller à la madame, un!
'La la (la la la)' un méchant rock. Je désaccorde ma Fender et je vous assène des licks assassins...a spider goes inside of his head...mec, on en connaît d'autres avec une araignée dans le plafond.
Vicieux ce petit la la!
Le voilà reparti pour un monologue (non pas vaginal!), pour expliquer le titre suivant 'My lucky day'. C'est ironic, Alanis, ce jour de chance c'est celui où j'ai failli rejoindre le Bon Dieu ou Lucifer, conséquences d'un near-fatal car crash. Il a fallu réparer carrosseries automobile et anatomique, un brave flic a sauvé ma guitare d'une mort certaine dans mon bolide en flammes. Donc Haren, je ne tolère plus l'insulte Fucking cop!
C'est Michel Daerden, ce peï!
Ecoute le message laissé par mon pote, Stephen Bruton, clamsé en mai 2009 ..you should enjoy life right now... ! Juste mec: Els, een pintje, a u b! Le final de ce 'My lucky day' sera une nouvelle fois saignant avec quelques chords Clashiens ...should I stay or should I go...
Une dernière avant la tobacco pause 'Big Sweet Life', un swampy alt. country rock sur le thème good and evil.
Un verre, Bert?
Une trappiste, fieu , je trouve que ce peï nous balance wat te veel gelul, et toi ?
Il en fait des tonnes mais son roots/rock tient la route, non?

Set 2
'Let's get it while it's there' les deux lascars ici présents n'ont jamais joué ce truc. Deux possibilités: un naufrage Titanic ou les lauriers de César!
Du old-fashioned Texas rock gluant!
'October' aux pointes jazzy, chères à Tom Waits. Le George de nous envoyer un petit solo chicano, J D vient saboter ce bel effort par un numéro de cirque bouffon! Pas évident d'accompagner cet olibrius!
Les enceintes acoustiques commencent à grésiller en douce. Willie se gratte le crâne, il a plus de tifs. Godv. j'espère que tout va pas me sauter dans les pattes.
'I will be happy again' petite rengaine feu de camp, dédiée à Stephen Bruton.
Une anecdote amstelodamoise (il y jouait avec James McMurtry) et un doigt d'honneur pour le plus célèbre rock critique batave, peu impressed par son jeu: 'Laredo' . Solo exhibitionniste, arrêt: salades texanes et, retour au front baïonnette au canon. Gros rock meurtrier.
(video de Roen!)
Mon plus jeune se nomme Willie, il tripote pas une table de mix comme votre moustache, non, à l'âge de 5 ans il a composé ce rock, qui fait passer les MC5 pour des sissies et les Ramones pour un boys band pour gonzesses pré-pubères. ' Rock'n Roll in the Street', du garage aux lyrics comic strips.
A request, a wedding song: 'Butterfly Wing' ... I'm as happy as a dog in the yard... les joies du mariage!
La dernière, une cover de Dan Stuart (avec lequel Mr Graham a joué), ex Green on Red: 'The Greatest' (Dreaming of Muhammad Ali) . Un second degré irrésistible voyant la chorale de Haren rêver du grand Mohamed Ali en canon baroque!
That's all, folks!
Luc fait mine de monter sur scène pour son show final, chahut général, le comique d'Austin rapplique.
2009_6-8320.JPG
Bis
'Jack of Diamonds' a k a 'Rye Whiskey' un traditionnel, joué en two chords rock.
Jon Dee cite le comédien/country singer Marty Robbins comme auteur de ce chef d'oeuvre.
Musicalement c'est du bon, mais le gars n'est sûrement pas membre de la No-Nonsense League!
Second bis: '$ 100 bill' petite ballade, presque romantique!

Transformé en Bob(sleigh),tu quittes Haren et sa patinoire, et tu ramènes Gerrit, le coq, et sa bande à Bruxelles.
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 22:32
Isbells, nouvelle sensation alt.folk/americana/lo.fi folk uit Vlaanderen, encensée partout (Humo, Goddeau,Cutting Edge, couverture du Rif Raf...), sold out à l'AB le 30 janvier, idem au Leuvense Depot en mars. Bart was er als de kippen bij pour les signer dans le cosy Candelaershuys, overcrowded pour l'occasion!
2009_6-8307.JPG
20:45 Isbells se fraye un passage à travers un agglomérat de jeunesse autochtone ou pas et, gravit la petite 2009_6-8304.JPGscène, sur laquelle t'avais repéré 3 acoustiques, une mandoline, un lapsteel, un ukulele, un Korg, une basse, un micro synthé, un beau tam tam sénégalais, mais seulement 4 chaises!
Gaëtan Vandewoude est le chef Isbell: lead vocals, petite acoustique de type mexicain (huapanguerra?)- la basse et le Korg, c'est pour la jolie Naïma Joris, affublée d'un beau filet vocal - ukulele, acoustique, synthé et quelques backings pour Bart Borremans et, l'homme à tout faire, à la lapsteel, mandoline ou acoustique, c'est l'excellent Gianni Marzo.
Isbells, c'est des ptis djeuns?
Maar nee,espèce de Carolo de mes deux: Gaëtan a officié chez Spoon ou Ellroy- Bart chez Ellroy, Millenium, Dame Blanche..- Gianni gambade chez Marble Sounds, et il a son projet Giannini- Naïma, ben c'est pas la soeur de Bert ou de Chris Joris..

'B B Chevelle' le dernier titre de leur CD, sorti chez Zeal Records fin 2009, ouvre le feu.
D'une beauté intimiste idyllique...my life will be kind of beautiful ...le sieur Vandewoude débute en solo, la slide fait pleurer la lapsteel, Naïma et Gianni rejoignent le frontman pour de jolies close harmonies.
Tu viens de pénétrer dans un jardin embaumé par de délicats parfums, subtilité et suave mélancolie te submergent.
On peut comprendre les comparaisons avancées par les critiques: Bon Iver, Ida, les Limbourgeois de Krakow, Fleet Foxes, Iron & Wine ...
'Without a doubt' pas de tralala, des arrangements sobres, raffinés,une mandoline tout en douceur et toujours ces harmonies bucoliques, un écrin de tendresse!

'Reunite' sera légèrement plus rythmé... I'd better feel I'd better see I'd better run.... une triplette de cordes digne du softrock d'America.
'Maybe', I'm walking through the streets of my town... une fille, robe noire, visage couvert pour se protéger du soleil...love at first sight? Fragilité, langueur, soulignées par une lap slide languissante.Rêves de bonheur simple, soulignés par des ooh ooh ooh.. cajoleurs.
Next one is new, pas sur le CD, donc:'Letting go', tout aussi mélancolique.
'I'm coming home'. There's a thin line between melancholy and hope... je reviens chez moi , là où we lost our souls... Simplement beau!
2009_6-8305.JPG'As long as it takes' le single aux allures Neil Young.
'Time's ticking' à qui le dis-tu? Une chanson de rupture poignante.... I don't need you anymore, ça sert à rien de t'accrocher, il ne reste plus rien... chantée d'une voix de velours et soutenue par des harmonies immaculées.
'Dreamer', mais non c'est pas Supertramp, gars! T'es plus proche de l'univers d'Elliott Smith et de Nick Drake que du rock pompier.
'My apologies' sera notre dernier titre, sorry!
Anyway, Ukkel, thank you for being so quiet...
You're welcome, Isbells!
Une nouvelle tapisserie de guitares ciselées et de vocaux aériens.
Cinquante minutes de finesse et de raffinement, 2010 sera l'année de la consécration pour Isbells!
Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents