Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:19

C'est avec une semaine de retard que nous prenons connaissance de l'avis de décès d'Eric Poukens, l'ex-drummer du postpunk groupe limbourgeois De Brassers, il avait 53 ans!
De Brassers, que JPRock a vus en juin dernier avant P I L, sont originaires d'Hamont.
Né en 1979, le spleen-punk band arrive en finale du Humo's Rock Rally en 1980.
index.jpg
Mark Poukens (vocals)- son fère, Erik Poukens (drums) - Willy Dirkx ( guitar)- Ben Deckers keyboards)- Marc Haesendonckx (bass), tout comme Sigloo XX, Gruppenbild ou Struggler terrorisaient les scènes belges avec leur cold wave que le NME encensait: “ De Brassers: mean and modern chaps.."
Leur existence fut courte, ils arrêtent les frais en 1982, pour se reformer occasionnellement avec un line-up différent en 1987, 1995, 1998.
Le Pukkelpop les invite en 2005, et en 2009, pour fêter leur 30è anniversaire ils sortent une compilation "Gesprokkeld en bespoten" et plus tard un double vinyle: "1979-1982"!

 

 

En 1980 ils connurent leur moment de gloire avec le single 'En toen was er niets meer' , l'AB les invite à ouvrir pour Killing Joke l'année suivante.
20153_305830353522_255272628522_4472452_2594829_n.jpg
Eric Poukens, 7 maart 2012:en toen was er niets meer !

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 09:06

Neige, verglas, vent, embouteillages... rien ne t'empêchera d'aller consommer ta dose de rockabilly au Sans Nom à Schaerbeek.
Un lundi, tu t'attends à voir une dizaine de braves Schoerbeikois amateurs de rock'n roll et de mousse, mais, à 20:15' , on se serre dans la cambuse. Public hétéroclite: alley cats à la banane gominée, quelques jolies nénettes, un ou deux assoiffés, et bien sûr, carnaval Bill ( un scoop, ce soir je carbure à l'Arabica) et Lange Curieus Schaarbeek Walter.
Où est Steven?
Il est pas encore remis de sa nuit au Roskam!

Une minute de silence pour rendre hommage au frère de Claudie, la patronne, dont les funérailles ont eu lieu ce matin et un trio juvénile prend place au fond du zinc.
P1190918.JPG
 The Moonlight Howlers!
Une histoire de famille: Raffael "Bones"Weatherly on German doghouse bass , née avant la seconde guerre mondiale ( l'instrument, pas le kid, il doit avoir 23 ans!) - his baby sister Ariel "Siren"aux drums ( Bill est déjà amoureux) et le cousin Tory "LEE TERROR" Putman à la Gretsch, instrument authentique se trouvant en de très bonnes mains, le ket a pas l'air d'une terreur, mais il dégaine aussi vite que Jesse James.
Pour surveiller toute cette marmaille: Tarry Weatherly ( MAMA HOWLER)!
P1190908.JPG
Sortent d'où ces mignons?
Un bled en Arizona: Williams!
P1190924.JPGBonsoir, Bruxelles, we're gonna play some rockabilly for you, are you ready?
Oui, gamin, balance la sauce!
Sur un feuillet, ils ont griffonné une quarantaine de titres, des standards ou des machins plus obscurs et quelques compositions personnelles, parmi lesquels ils piocheront pour nous confectionner deux sets de près de 50' méchamment bandants. Le Sans Nom en est resté sans voix, et on a failli appeler le SAMU lorsque Papy Ciske ( 65 piges au compteur), après nous avoir régalé d'un Jive acrobatique, ayant ébloui Lucinda et Clarisse, deux petites pas bidon, a, tout d'un coup, pris des teintes Petit Gervais, date de péremption passée depuis 3 mois.
Entrée en matière furieuse ( ' Stage coach'?) ressemblant au 'Rawhide' de Frankie Laine.
Tu t'en vas, quémande Bill?
Vais aller zyeuter ça de plus près, patje!
Les marmots chantent à tour de rôle ou combinent les voix: Tory, un croisement Johnny Cash/ Elvis- Raffael, un rockabilly sound traditionnel et la sirène, telle une gamine à la voix stridente, pire qu'une craie sur le tableau noir, style Millie Small, ' My boy Lollipop', pour te faire une idée.
Lee Terror derrière le micro pour ' Jackpot Maggie' au phrasé the King, les backings d'Ariel lave plus blanc que l'Omo utilisé par un gars né en Indiana et décédé depuis.
Juteux!
Le trio a pondu une rondelle, 'Rocket to the Moon', probable que ce titre soit repris dessus
A toi, Ariel... tell me, tell me why... oui pourquoi?
Old style rockabilly surf à la Wanda Jackson, suivi du standard ' Don't you rock me Daddy O', la grande époque skiffleP1190938.JPG avec Lonnie Donegan.
Un petit Elvis, les gars?
' Baby, let's play house':servi frais et printanier, c'est irrésistible, dans le coin, ça commence à remuer pas triste.
Une version frissons au clair de lune de 'Jackson', avant de sortir toutes les griffes avec le 'Stray Cat Strut', tirez-vous les souris, les matous sont en chasse!
On poursuit avec un petit country Cashien et bref avant de revenir au rockabilly brut.
Une question que ne se pose pas le brave Raffael c'est... how to play slap bass, le gamin s'en donne à coeur joie, les baffes volent sec.
Une nouvelle escapade country... on a long and dusty train... et une petite dernière avant la pause, un instrumental supersonique ( 'Havasu rockabilly' ?).
45' sulfureuses!

Seconde mi-temps
Après un break de 10', le clan reprend place en changeant la donne, la nana à l'upright bass, le frangin à la guitare et les baguettes pour le cousin: Keep your heads to the South... C'est où le Sud, on m'a fauché ma boussole!
Chacun à son poste initial pour 'All I do is cry' , 96 tears, encore bien!
Un ' Kansas City' quasi méconnaissable, départ laidback avant de voir la terreur te sortir une avalanche de riffs méchamment vicieux.
A fond sur le champignon pour un swing aussi minimaliste et rentre-dedans que les performances d'une autre troupe de siblings: Kitty, Daisy & Lewis!
Gymnastique vocale sans filet lors de 'Party Doll' puis on attaque Johnny, tu payes Cash: ' Folsolm Prison Blues'.
L'euphorie gagne les clients.

P1190926.JPG

P1190913.JPG

Let's turn it down with a bluesy song, chaps... 'Always lie', dialogue fraternel incestueux, orné d'une séquence scat.
Assez ri, retour au front avec un rock sanglant ( ' Hep Cat' ?) et sur la lancée un missile encore plus fumant. Dans le bastringue sont déjà trois à être grimpés sur les banquettes et à se déhancher comme Elvis avant la déchéance Las Vegas.
Un slapping dévastateur, deux ou trois gamines te tirent sur le dancefloor.. la java!
Sont dopés à mort: 'Johnny Be Good' suivi d'un faux slow, démarrant en crooning... I see her at the party sibling all alone, très vite la leçon de drague vire twist endiablé, ça va pas calmer les équilibristes!
'Maybelline' c'est une sauvageonne et pour finir, un voyage spatial ' Rocket to the moon'.
Un feu d'artifice lunaire, Raffael et Tory sur la piste de danse, Mr Gretsch grimpant sur le jouet de son copain, ça canarde dans tous les sens!
P1190914.JPG
Un bis s'impose avant de regagner Gierle où le band crèche pendant cette tournée.
Un vrai slow, un qui colle : ' Please Mama please' de Go Cat Go!

 Les Moonlight Howlers sont encore chez nous pendant quelques jours, faut pas les manquer!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 09:13

Flex semi-assis ce soir, pas de support, donc 20:30 et, lorsque  l'A B plonge dans l'obscurité, la salle est quasi pleine.
Tonton Luk a choisi un emplacement stratégiquement parfait, frontstage, légèrement décalé, à deux mètres du foyer/bar.
zitaswoongr-533.jpg
 Zita Swoon Group
zitaswoongr-057.jpg
ou les nouvelles aventures de Kuifje Stef Kamil Carlens in Afrika.
Je t'entends venir: non, fieu, Tintin n'est pas raciste, dixit la justice belge!
Un récapitulatif?
Il y eut la période dEUS, le départ, puis brièvement A Beatband, Moondog Jr. ("Everyday I Wear A Greasy Black Feather On My Hat") devenu Zita Swoon suite à des difficultés légales.

Cinq albums studio, des live, et des scores ( pour 'Sunrise' de Munau datant de 1927 et pour la music/dance play 'Plage Tattoo/Circumstances ' en 2000 et, récemment, ‘Dancing With the Sound Hobbyist’ un projet Rosas/Zita Swoon).
zitaswoongr-421.jpg
zitaswoongr-276.jpg2012, le projet burkinabée 'Wait for me' ( album chez Crammed) une collaboration du, désormais, Zita Swoon Group et du balafoniste Mamadou Diabaté Kibié ( né en Côte d'Ivoire, mais ayant grandi à Orodara, petite ville du Sud Ouest du Burkina Faso) , flanqué de la chanteuse Awa Démé, née dans une famille de griots.
Zita Swoon group= Stef ( chant, dobro et une autre resonator guitar) - l'excellent Simon Pleysier, guitares ( ac. - él.) et banjo - Christophe Albertijn, basse - Amel Serra Garcia, afro cuban percussion ( un crack) - et les filles: la souple Karen Willems ( Sofa, Yuko) aux percussions et backings et la racée Kapinga Gysel à l'harmonium, claviers, glockenspiel,melodica et voix .

zitaswoongr-158.jpg
zitaswoongr-326.jpgLe concert commence, sans Awa, avec deux instrumentaux, Stef introduit 'Momo le Magnifique' au dobro, Simon le rejoint à l'acoustique, l'AB baigne d'emblée dans une atmosphère arabo-andalouse, quelques percus discrètes s'invitent, la plage prend des intonations world chaloupées, après 4 ou 5 minutes un melodica mielleux entre en action, un irrésistible flow métissé s'installe.
' Sia Slide' sera bluesy, au croisement Ry Cooder et Ali Farka Touré, ton regard étant fixé sur le jeu reptilien de la séduisante Karen.
Je vous demande d'applaudir Madame Awa Démé, habillée d'une robe traditionnelle mauve, pas des plus recommandées pour le cake-walk: ' Sababu' chanté à deux voix, en anglais pour l'Anversois, en mandingue pour l'Africaine.
Mix épicé, vif et sautillant.
Mamadou, explique leur le sens de 'A Ni Baara'!
A Ni Baara, c'est un bon travail!
Un African blues traitant d'émigration, de recherche de boulot... Simon nous décoche de superbes riffs lyriques, les vocaux et les rythmes te font inconsciemment penser à Zap Mama.
' Ala Non Man Di' = c'est pas facile de connaître Dieu, une prière pendant laquelle les rythmes africains traditionnels sezitaswoongr-439.jpg mêlent à l'univers Zita Swoon.
Le timbre puissant, riche et passionné d'Awa et ses pas de danse colorés retiennent l'attention du public.
Un voisin, légèrement éméché ou sous d'autres influences, se pique de l'imiter, il devrait plutôt s'essayer à la danse des canards, style qui convient mieux à ses talents chorégraphiques.
' Negen' à propos d'un flatteur, sera décoré d'une subtile démonstration au balafon.
' Tasuma/Ji' ou le feu et l'eau.
Une plage 'sérieuse' traitant de la guerre, de la déforestation.
Imposant titre matraque pendant lequel la voix magique de Kapinga nous rappelle qu'elle n'est pas pour rien une des chanteuses phares de Zita Swoon.
Stef Kamil pour entamer 'Taare', entêtante mélopée, accélérant progressivement pour arriver au paroxysme hystérique et enfin s'éteindre à petit feu.
zitaswoongr-093.jpg' A Sera Aw Aara' est une chanson d'amour au background cajun, Stef passant du français à l'anglais.
Place au secouant instrumental' Ko Benna Waati' de l'African garage surf, la guitare de Simon et le xylophone en bambou de Mamadou rivalisent d'adresse.
Sur l'album une section de cuivres jazzy fait swinguer ce titre à mort.
' Nisondiya' prendra des teintes hawaïennes, un harmonium désuet viendra briser le tempo relevé pendant un break apaisé.
A lire toute cette pauvre prose tu te dis, wooah, ils ont assisté à un concert grandiose et varié, et bien, pas tout à fait, après 50' ton esprit se met à vagabonder, le truc ne s'attaque pas à tes tripes, t'es pas vraiment impliqué... c'est vachement bien foutu, ça balance un max, mais t'as l'impression, parfois, d'assister à un collage artisanal ou, pire, à un documentaire Exploration du Monde.
Dat vind ik ook, raconte Luk, heureusement, visuellement, il te reste les gesticulations d'Awa Démé.
' Taamala Fisa'= c'est bien de voyager, toujours ce flow groovy et une dernière: ' A Y'I Majigin' , autre morceau arc-en-ciel, carte postale, pendant lequel la chanteuse/danseuse amuse la galerie avec ses acrobaties périlleuses.
zitaswoongr-233.jpg
80', que des visages souriants à tes côtés!
zitaswoongr-483.jpg
Séance bis.
Elle débute par un impromptu de Mamadou au balafon.
Sadi, Cal Tjader, Lionel Hampton, Roy Ayers... version Burkina Faso!
Puis le band entier offrira au public une suite de deux titres fusionnels et dansants , probablement 'Teach Me' et une finale tribale névrotique ( 'Taman Ja'?).
zitaswoongr-114.jpg
La tournée se poursuit jusqu'en mai 2012, elle passera par l' Allemagne, Paris, les Pays-Bas pour finir au KVS, le 3 mai!

 

Photos: LUK STIENS

 

Repost 0
Published by Michel/photos Luk Stiens - dans Concerts
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 15:09

Les derniers tickets se sont vendus les jours précédents, la  Rotonde affiche complet!

20:10' le retour de Faustine Hollander.
DSC02658.JPG
Toujours souriante, copain/copain et capable de déterrer des titres folk ensevelis sous des tonnes de glèbe.
Un cheval de bataille de son répertoire pour ouvrir le bal:' Missing Girl', une tranche de freak folk habité.
Séance tuning pour arriver au son voulu, à la limite du désaccord, en picking: 'Bury me down', ..enterre moi, tu as brisé mon coeur!

 

DSC02656.JPG

Clarence Ashley, un banjo player des Appalaches, on a redécouvert ce gars dans les sixties lors du folk revival ( Dylan, Seeger, Baez..), il a composé 'Dark Holler' en 1929, je la joue mais pas au banjo.
Avant de dépoussiérer ce titre datant de la Great Depression, Miss Hollander s'excuse: "désolée, je suis fausse" avant d'éclater de rire.
Non, elle n'a pas changé!
Un agréable instrumental à la mélodie fredonnée, ' Untitled #2', sera suivi du gracile ' Dragonfly', pour mon cousin Julien qui adore les libellules.
T'en as ras-le-bol des éternels rapprochements, Alela Diane, Mariee Sioux et consoeurs..., je sais, mais on va pas te citer Lady Gaga, Katy Perry, Rihanna ou Sandra Kim pour te faire plaisir!
Vous avez tous remarqué les feuillets gisant à mes pieds, c'est parce que je suis très distraite, en chantant je pense à autre chose, ma feuille d'impôts, par exemple!
1929, toujours ( d'autres sources citent 1927): 'Cocaïne Blues' de Luke Jordan, un ragtime en picking et un phrasé pirouettes.
Pour Clarisse et toutes les autres, a new song... my heart is made of stone... bluesy folk mélancolique.
Elle termine avec le cri déchirant: ' Had it coming'.
Brussels, enjoy Sharon, elle ramasse ses lyrics, nous sourit et regagne les coulisses!
Faustine, on t'adore!

 Sharon Van Etten
DSC02705.JPG
DSC02670.JPGVan Gogh in Etten, tu veux dire?
Vincent, arrête les frais:  Sharon Van Etten nous vient de Brooklyn (approximately 2.5 million residents), a sorti trois CD's, le dernier en 2012, 'Tramp', avec des guests illustres, Zach de Beirut, Aaron Dessner ( The National), Matt Barrick ( The Walkmen), on la classe dans le casier singer/songwriter, indie, folk et selon NPR Music .... her elegant voice is wrapped in enough rasp and sorrow to keep from sounding too pure or confident...
Hier, elle a conquis le Bota, accompagnée de bandmates doués:Heather Woods je boude Broderick aux backings, keyboards, bass, guitar (Efterklang, Laura Gibson, Horse Feathers...) - Doug Keith: bass, guitar, melodica avec embout ( un CD sous son nom ' The Empty Ones', backing band de Little Scream...) et Zeke Hutchins aux drums ( Tift Merritt).
DSC02727.JPG
Le concis et carré 'Warsaw' ouvre, il débute l'album, et ça déménage garage, un peu comme Nekko Case.
Les comparses, déjà, changent de jouet: ' Peace Signs' est amorcé.
DSC02680.JPGPutain, me souviens plus du début, stop on reprend.
Dans la salle, un fan gueule: I woke up I was already me
I was somewhat afraid I was something..
Merci, l'ami, on recommence, sans faute ce coup-ci!
Me souviens bien des lyrics de ' Save yourself' , jolie valse country.
Une conversation salon de l'agriculture ( comment composter?) avec quelques compatriotes paysans et on amorce a song about someone I broke with, ' Kevin's', close harmonies somptueuses, majesté et grâce, beau comme du du Liz Phair.
Place au midtempo hypnotique 'Magic Chords', bel exemple de poésie lyrique soulignée par le piano duveté de Heather.
I love Brussels and I'm happy to play this show with this fabulous band, c'est la première fois que je tourne avec eux dans votre beau pays.
'Don't do it', humming en écho pour ce titre répétitif et lancinant, dont la guitare nerveuse sonne Shannon Wright.
Time for a nice song ' Give out', deux voix, une électrique, une mélodie sobre et épurée.
Un slow velouté décoré d'un melodica plaintif, ' Leonard', qui tourne indie rock avec le scandé et âpre 'Serpents', truffé de guitares saturées à l'esprit Throwing Muses.

DSC02695.JPG

DSC02733.JPG

Après cette débauche de violence, on revient à l'acoustique avec la face B du single 'Leonard', 'Life of his own', une ballade country.
L'amorce de 'I'm wrong' est bourrée d'effets noisy, Keith chatouille sa gratte à l'archet, une chambre d'écho défigure les vocaux, une ample broken-heart song à la structure complexe avec, notamment, un ahurissant bridge postrock pour fondre sur le feutré ' Joke or a lie' chanté d'un timbre magnétique.
DSC02714.JPG
Septante minutes, Bruxelles réclame les bis!
Une nouvelle country romance ' All I can' et la mélopée ' Love More' qui clôt le EP 'Epic'.

Excellent concert, teinté d'émotion et de délicatesse, un personnage attachant et un band à la hauteur!




Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 09:05

He used to 'Rock the Nation', he's going to rock paradize.
120304_ronnie_montrose_vertical.jpg
Les hard rock freaks pleurent la disparition de Ronnie Montrose, le guitariste était âgé de 64 ans.
Une réaction après l'annonce du décès, Slash: ''Myles just told me Ronnie Montrose passed. fn' shame. “Montrose” is one of the all time great R&R albums. Major influence. RIP man."

Ronnie avait, depuis un bon moment, engagé un combat contre un cancer de la prostate.

Sa carrière débute en 1969 avec Sawbuck, le band était sur le point d'enregistrer lorsqu'on propose à Montrose d'intégrer le groupe de Van Morrison, son nom est crédité sur 'Tupelo Honey'.
Après cet épisode, il travaille avec Boz Scaggs, Edgar Winter Group ( il est de l'aventure 'Frankenstein'), et, en 1973, forme son band: Montrose, avec un autre monstre au chant: Sammy Hagar, Bill Church à la basse et Denny Carmassi aux drums.
Montrose est un des premiers groupes hard rock américain pouvant concurrencer la suprématie britannique( le Zep, Deep Purple, Whitesnake et autres Nazareth, Uriah Heep , Queen etc...).

310M4PXCY6L._SS500_.jpg

Le groupe sortira quatre albums, seul Carmassi a accompagné Ronnie sur ces quatre brûlots, très vite Church et Haggar avaient mis les bouts et furent remplacés.
Après le split, Ronnie Montrose enregistre un album solo, l'instrumental ' Open Fire'.
Puis vient l'aventure Gamma, trois albums: Gamma 1- Gamma 2- Gamma 3!
En 1987, le natif de Denver ressuscite Montrose avec un line-up tout neuf , un album 'Mean', a one-off affair .
Un nouvel essai, une autre équipe, en 2002, également voué à l'échec.

Ronnie aura participé à de nombreuses sessions d'enregistrements pour e.a. Herbie Hancock, Sammy Hagar, Dan Hartman, les Neville Bros...

Depuis 2008 il souffrait d'un cancer de la prostate, ce 3 mars il nous quitte définitivement.

 

Un clip tourné en 2011, la maladie lui avait laissé un moment de répit:

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 22:48

A 19h50' ,  l'AB club est anormalement désert, en vain tu cherches Photoman JP, lui qui habituellement fait l'ouverture des portes.
Un peloton rapplique quelques instants plus tard, non seulement JP, mais toute la Belgique roots, de Luc Toogenblik en passant par Ben, Roen & Natacha, et enfin la colonie Rootstime, avec en tête de file plastic knee Marcie, qui nous raconte ses déboires sur la route... fuck den Europese top, godv., on a été coincé de Schumann à Oud Heverlee!
L'ai toujours dit, vaut mieux habiter au Sud, fait plus chaud et il y a moins de stress!

20h00 pile, from Vancouver, British Columbia: Hannah Georgas!
HANNAH_GEORGAS_-20120301_938-.jpg
L'avant-programme roux ( belles jambes) fait partie du band de Kathleen Edwards et a sorti deux plaques : l'EP 'The Beat Stuff' 2008 et 'This is good' 2010.
Elle joue de la guitare, des claviers, envoie des samples et chante ( joliment, merci).
Pour l'accompagner, un membre de son groupe Hannah & the Sisters: Robbie Driscoll, non c'est pas le fils de Julie, aux claviers, guitares, backings et programming.
Quoi?
Genre, tu demandes: féminin, on t'a dit!
Mais encore?
Singer/songwriter - electro pop Americana - indie touche à tout!
'Elephant' ouvre ( enfin c'est ce que mentionne son parchemin playlist), aucune trace de ce pachyderme sur son dernier CD.
Chouette voix, les puristes tressautent vu l'apport électronique!
Pas nous!
Elle prépare un nouvel opus, on suppose que ' Somebody' ( titre peut-être incomplet) sera inclus sur cette rondelle.
Des loops, drum machine, une guitare saturée: attrayant female Americana trafiqué.
Bla bla bla... it's our first time in Brussels,... on sait, baby: nice food, nice town, nice beer, nice people, nice government, etc...
'Waiting game' balance agréablement et 'Enemies' malgré, ou à cause, de son titre est à classer sur l'étagère ballade gothique à la Emily Jane White.
Kathleen Edwards vient assurer les backings pendant 'Deep End', pendant lequel Robbie manipule un fragile ukulele.
Chouette titre épuré, feutré, sans gimmicks.
Hannah derrière le piano pour 'Fantasize', de l' electro dansant fort éloigné de l'image roots.

HANNAH_GEORGAS_-20120301_943-.jpg

DSC02620.JPG

Le lumineux' Shine' , aux accents Joan as Policewoman, met fin à ce set correct de 30'.


Kathleen Edwards
KATHLEEN_EDWARDS_-20120301_874-.jpg
La Canadienne (Ontario) vient de sortir un quatrième CD 'Voyageur' et, avec son band ( cinq éléments), nous a servi un set, en tous points, remarquable!
Incandescent, nerveux, rentre-dedans... de l'Americana valant les Neil Young, Tom Petty, Ryan Adams, ou Dawes, vu la semaine dernière!
Son band rocke solide, en commençant par l'imposant guitariste Gord Tough ( Weeping Tile, Oh Suzanna..) - le matador, John Dinsmore à la basse - Lyle Molzan aux drums - Jim Bryson aux claviers, guitare et trompette et Hannah Georgas aux secondes voix.
KATHLEEN_EDWARDS_-20120301_885-.jpg
Le show ouvre avec 'Empty Thread', Kathleen ( quelle nana, le gars de Bon Iver a du bol) à l'acoustique.
Solide entrée en matière, a tight band, des vocaux passionnés, on se serre frontstage.
' Chameleon/ Comedian', aux relents country et aux riffs de guitare hargneux, succède.
KATHLEEN_EDWARDS_-20120301_916-.jpgLes apprentis guitaristes bavent face au travail immaculé de Gord Tough, une dextérité comparable à celle de Ry Cooder, Richard Thompson ou Dickey Betts...
'Asking for flowers', la belle a reçu une électrique, Jim jouera de l'acoustique pendant cette longue plage laid-back, proche du Fleetwood Mac, époque Stevie Nicks/ Lindsey Buckingham.
Quelques mots en français, une ou deux anecdotes, I know this is Brussels, Belgium, mais ne me demandez pas où on a joué hier, et voici la ballade, pas vraiment pétillante, plutôt plaintive, 'Pink Champagne'.
La Guild pleure, on pense à Alison Krauss ou à Norah Jones en mode country.
Au violon, le mélancolique ' Goodnight California'. Superbe lament, la guitare prenant des intonations surf.
Un des ( nombreux) highlights du set.
Avec le mini hit 'In State', ouvrant 'Back to me' en 2005, on revient au roots rock sautillant.
Next one is a song about brushing your teeth, annonce la jolie bouclée, ne riez pas, it's also about night strategies: 'Mint', une publicité pour Colgate aux couleurs rock sudiste.
On te laisse seule, Kathleen, on va boire un coup.
Sur mon premier album, un titre pour lequel je me suis dit, enfin, j'ai pondu un truc qui n'est pas trop mauvais: ' Hockey Skates', ou l'histoire d'une partie de patinage, à 4 AM, avec mon boyfriend de l'époque, le thermomètre indiquait - 20° C.
Une ballade Elfstedentocht!
Un aparté avec quelques compatriotes s'étant perdus à Bruxelles, de nouveaux détails autobiographies: sa vie à Hamilton, son potager, ses chats, son clebs, les commérages... voici ' House full of empty rooms', aux jolies harmonies vocales et à l'instrumentation moins classique: une trompette et une espèce de mandoline douze cordes.KATHLEEN_EDWARDS_-20120301_933-.jpg
Jolie sérénade.
Moins angélique, 'Going to Hell', décoré d'un cinquième duel avec le rude Gord Tough, on ne le répétera pas assez, ce mec est un as!
Zont pas le temps de changer d'instrument, Lyle a déjà entamé le rock suivant 'Sidecar', du Sheryl Crow ou Shelby Lynne agité.
Trois guitares en action pendant le saignant 'Back to me', ça éclabousse!
Elle ressort le violon, on a droit à une séance de bruitages lugubres virant complainte ' A soft place to land'.

 

DSC02633.JPG

Présentation des comparses et une dernière, le poppy single ' Change the Sheets'.
80' satinées!
DSC02643.JPG

Un double bis!
Le countrysant 'Six o'clock news' et une request, 'For the record' , un downtempo soigné!
DSC02645.JPG
Un coup d'oeil sur le calepin du mec de chez Gault & Millau: 5 toques, cuisine raffinée, présentation & service impeccables... à recommander!

 

Merci à JP Daniels pour ses photos!

Repost 0
Published by Michel/Photos JP Daniels & Michel - dans Concerts
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 21:24

Le 1er mars : Journée mondiale des compliments!
Des compliments, nous en entendîmes au  Music Villagel'AB  et  Broodje Brussel programmaient  Perry Rose.
Vais pas t'énumérer toutes les fadaises proposées, mais Guy a rougi lorsqu'un vieillard lui annonça : 't'es belle, tu sais'!

 Perry Rose
DSC02589.JPG
L'âge n'a aucune prise sur notre Belgo-Irlandais préféré, on te dit pas ça parce que c'est le compliment day, le rouquin, que tu vis il y a des lustres au Marktrock, à Leuven, avec à ses côtés le merveilleux et regretté Jean-Pierre Catoul, ressemble toujours à un gamin souriant, auquel tu donnes au maximum 25 piges!
DSC02540.JPGLundi, son neuvième album, ' Wonderful', sera dans les bacs, plus tard il en fera la promo en tournant avec band, le Music Village a droit à une primeur, en solo!
Après le set dynamique présenté ce jeudi midi, on peut sans hésiter affirmer: Perry Rose 2012 sera un grand cru!
Il ouvre avec l'intimiste 'The One', typical fok pop sentant la verte Irlande.
Quelques images d'everyday life et de bonheur simple, le Village est d'emblée conquis, ta légitime, qui a daigné t'accompagner, a souri et applaudi à tout rompre.
Tout va bien!
Mr Nice Guy poursuit avec le sec 'It's not over', proche des sonorités Tom Robinson ou Martyn Joseph, du Celtic folk plaisant t'invitant aux handclaps.
Merci, Brussels, you're very sexy.
Il a dû forcer sur le Bushmills douze ans d'âge!
' Answers', si les enfants de choeur pouvaient assurer le refrain, ce serait sympa!
Me suis abstenu, depuis quelques temps les curés me flanquent la trouille.
By the way, le signal pour vos... bye bye bye bye ... sera le pied gauche, chaussé de vert, haut levé.
Un singalong acrobatique.
Un titre plus ancien,' Glasgow' sur ' Happy Life', une tranche autobiographique mouvementée, de solides riffs de guitare, la salle bouillonne!

DSC02582.JPG

DSC02552.JPG

Perry au piano pour le formidable 'Green Bus' , titre enregistré sur le mini LP 'Because of you', datant de 1991.
Pas une ride cette superbe ballade mélancolique, le Music Village en mode recueillement!
Me sens bien ici, it's just like home, you know, poursuit le trilingue red boy en veine confidences: le matin, après une saine balade, j'ai l'habitude d'aller taquiner mon piano et je joue ceci ' The Chapelmaster' .
Perry Joseph Haydn Rose en Kapellmeister distingué au sourire espiègle.
Formidable!
DSC02600.JPGOde au chant du coq ' Wake up'.
Zean-Luc n'était pas dans l'assistance, pas facile de trouver un candidat coq, Guy a essayé mais son chant avait tout du pingouin enrhumé.
Démonstration au bodhran pour introduire ' Innocence', mise en boucles pour en faire un background rock, le troubadour ramasse une acoustique, piétine un bass drum, c'est parti pour un imparable titre bien nerveux et sentant bon le Elliott Murphy.
Faut calmer tous les pensionnaires de l'hospice, pense le brave gars, vais leur balancer un morceau printanier/ fleur bleue: ' Love is there', aussi catchy que le 'Love is in the air' de John Paul Young.
' The Magic Lane' baigne dans le même climat gentille lovesong.
Oui, Guy?
C'est pas du Kierkegaard, tu me dis!
Connais pas ce gars, un avant-centre ou un ailier?
Le pertinent ' Stop the pain', joué au piano, a été écrit pour une action d'Amnesty International.
Perry Rose passe sans peine de la légèreté à la profondeur.
Un don se nommant talent!
Il est déjà 13h35', personne n'a quitté le club, on aura droit à une dernière tirade vaudeville/cabaret, ' Manchester', réminiscent des titres enjoués de Sailor, Harry Nilsson ou Gilbert O'Sullivan!
DSC02593.JPG
Un tout grand moment, rue des Pierres!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 16:37

Lucio Dalla muore la mattina del 1º marzo 2012, stroncato da un infarto, a Montreux, in Svizzera, il allait avoir 69 ans!
lucio_dalla.jpg
Le natif de Bologne, qui débuta comme clarinettiste de jazz au début des années 60, collectionne les titres honorifiques!
En 1986: Commendatore Ordine al merito della Repubblica Italiana.
En 2003: Grande Ufficiale dell'Ordine al merito della Repubblica Italiana.
Dalla, en cinquante ans de carrière, aura vendu des millions de disques.

 

 

Le hit monumental, ' Caruso', se sera écoulé à 9 millions d'exemplaires
C'est le singer/songwriter Gino Paoli, lui trouvant une bonne voix soul, qui l'incita a entamé une carrière de chanteur.
Sa discographie démarre en 1962 avec le single 'Telstar/Madison'.
Il sortira plus de trente albums, la série débutant en 1966 avec '1999', le dernier CD date de 2011: ' Questo è Amore'.
41Q8WQRAPVL._SL500_AA300_.jpg
Anticonformisme, simplicité, tendresse, intimisme, poésie accessible: ... le génie de la musique populaire italienne, pour citer le violoniste Olen Cesari.

Le décès de la légende intervient alors qu'il venait d'entamer une tournée européenne qui avait démarré en Suisse, le 29 février il s'était produit à l'Auditorium Stravinski à Montreux.
Il devait jouer  au Cirque Royal le 10 mars!


'4 marzo 1943' : jour de sa naissance, un de ses plus beaux titres!

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 22:23

Une année dure 365,242198 jours, je ne t'apprends rien!
2012 est bissextile.
Le Music Village, à l'occasion de ce 366è jour, offre un concert gratuit, comme tu as eu la mauvaise idée de ne pas réserver, à l'entrée la souriante hôtesse te signifiera: malheureusement, c'est complet, Monsieur!
Plan B, il y a toujours une Soirée Cerise quelque part, ce soir au  Live Music Café, à deux pas du Club de jazz.
Le menu est alléchant:  Colline Hill et 18 Carats!
LIVE__MG_8760_08.jpg
21h15':  Colline Hill
LIVE__MG_8812_35.jpgdont le CD 'Wishes' vient de sortir chez Universal Music et que tu entendis en septembre dernier lors d'un plaisant home concert .
Elle n'est pas encore tout à fait au sommet de la colline, ce n'est qu'une question de temps!
Quand on te propose d'assurer l'avant-programme d'America au Bataclan ( le 17 mars 2012), on peut affirmer que t'es sur la bonne voie!
' By you' titre idéal, au refrain mémorisable, pour t'immerger dans son folk/pop mélodieux.
Jeannot?
"J'aime, c'est cool, ça me rappelle Tracy Chapman."
' No more, no less' .. what I am is what you see... une fille naturelle ignorant les complexes.
Un jeu et un phrasé secs pour le percutant 'From Now'.
Le LMC se tait, écoute et bat des mains.. elle est convaincante, Miss Hill.
Une ballade annonçant le printemps, ' Cause I love', pour suivre, avant d'oser une version verdoyante de ' Video killed the radio stars' de Trevor Horn et Geoff Downes, co-créditée Bruce Woolley.
Timidement la clientèle reprend le chorus, ambiance feu de camp boulevard Anspach!
Changement de registre, place à la mélancolie: ' Where you are', interprété d'un timbre tout en émotions.
Fragile et beau!
Le punchy ' You gotta hold on' n'est pas repris sur 'Wishes' mais demeure un point fort de sa playlist.
' I've been told' est rehaussé d'une gymnastique vocale audacieuse et d'un jeu de guitare agressif.
La question de Nagui: à qui doit-on 'Life is too short' to be serious...?
Coluche? Les Monty Python? Oscar Wilde? G B Shaw? Epicure? Ronsard? Bart De Wever?
Colline Hill adopte l'adage en l'assaisonnant d'une touche folk pour mettre fin au set avec l'entraînant ' Someone left before me', premier single issu du CD.

LIVE__MG_8773_14.jpg

LIVE__MG_8804_30.jpg
45' chaleureusement applaudies et un bis réclamé par tous!

DSC02501.JPG

             (Michel)

Nous aurons droit à une version alternative de 'Video killed the radio stars', zétaient pas tous morts!
428206_335311489837843_100000769843670_906880_1723390201_n.jpg
 18 Carats

BW LIVE MG 8871 73

Nous rachetons vos bijoux en or 18 carats au meilleur prix ( 24,05 € / g) - l'or dentaire à 26,95 € / g!
Dois désormais me méfier de ma conjugale qui vient de se procurer une pince gouge de 13 cm, je dors avec une muselière!
Ai fait la sourde oreille quand elle a dit: t'es con!
Erwann Demannez : clarinette /Justine Verschuere-Buch : accordéon /Alex Aymy: contrebasse ont créé 18 Carats il y a quelques cinq ans et, depuis, font danser Flandre et Wallonie aux sons frénétiques de leur musique balkanique délurée.
LIVE__MG_8855_65.jpg22h20', les attablés sont prêts pour un voyage mouvementé vers la Roumanie, Hongrie, Moldavie, Croatie, Serbie, Albanie... toutes contrées où tu peux croiser les Askhénazes et te tortiller sur leur rythmes klezmer.
Une première danse endiablée: ' Freylekh': vivacité, asymétrie rythmique, folie...il coule du sang Kusturica dans les veines de ce trio.
Une intro langoureuse virant upbeat: ' Sirba' , c'est la fête au village, c'est Vladimir Cosma ou Gheorge Zamfir descendus à Bruxelles.
Place à une polka klezmer pour laquelle la contrebasse imprime le rythme. Sur un tempo débridé, l'accordéon et la clarinette batifolent joyeusement, tous les regards sont braqués sur la frêle Justine virevoltant avec son imposant et bleu branle-poumons.
Un Spirou malicieux, cette enfant qui annonce ' Danse la Joie': le Transylvanian Express à fond la caisse, la petite se colle à Aram Khatchatourian et simule une Danse du Sabre mouvementée.
A tes côtés, ça tape des pieds, bat des mains, les verres sautillent sur les tables, grosse java!
Une intro jazzy, la contrebasse est concentrée sur son sujet, l'accordéon suit, c'est parti pour une valse geignante sur laquelle se fixe une clarinette Marie-Madeleine, la 'Tish Nigun' défile majestueusement.
Mélancolie Yiddish!
Retour à l'exubérance avec ' Ffaska Driga', on n'est pas sûr de l'exactitude orthographique te confiera la pétulante Justine, ce sont toutes des danses traditionnelles, avant d'amorcer un nouvel air roumain ( une 'Sirba') à faire danser un moribond.
Prélude syncopé, les étalons et la jument s'échauffent, une fois la bride lâchée: carnaval infernal! L'accordéon caracole, la clarinette sautille et Alex martèle gaillardement son instrument.
Ebouriffant!
Justine, transformée en flamant rose maniant les anches telle un Ian Anderson encore agile, valait le déplacement à elle seule.
La voilà muée en sauterelle pour ' Romania', un traditionnel, en principe chanté.
Place au mélancolique ' Tzigane' au refrain psalmodié pour finir en beauté avec ' Odessa' à l'entame 'Petite Fleur' pour très vite virer
kasatchok exalté.

LIVE__MG_8886_75.jpg

 

Très gros succès, cent fois mérité.
DSC02514.JPG          (Michel)
Vite, un encore avant de céder la place aux amateurs de jam, celle-ci devait débuter à 23h, il est 23h05'.
Une ' Mazal Tov' / 'Rabbie's Dance' digne de Rabbi Jacob.

Le concert bonne humeur de février!

 

Photos: HAMILTON LAKE

 

Repost 0
Published by Michel/Photos Hamilton Lake + Michel - dans Concerts
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 13:51

David Thomas ' Davy' Jones est décédé d'une crise cardiaque à Indiantown, en Floride.
Il avait 66 ans.
Le natif de Manchester débute tôt sur les scènes, à 11 ans il apparaît dans le soap 'Coronation Street' ( on the air pendant 51 ans sur les antennes de la BBC!).

2012-02-29-davy_jones.jpg
En 1965, il est embrigadé dans la réponse américaine aux Beatles: The Monkees,
a made-for-TV band!
Avec Mickey Dolenz, Michael Nesmith et Peter Tork, les Monkees ( number one dans la liste des top fake bands) se révèlent rapidement être une machine à hits!

1966: premier smash hit,' Last train to Clarksville', suivi par 'I'm a Believer' de Neil Diamond, la B-side 'I'm not your steppin' stone' connaîtra lui aussi un succès monumental.
A l'époque il était fréquent de voir plusieurs artistes enregistrer le même titre à quelques semaines d'intervalle, la première version qui marcha fut celle de Paul Revere & the Raiders.
Des hits, on pourrait en pointer une bonne vingtaine, on citera 'Valleri' - l'irrésistible 'Daydream Believer' - 'A little bit me, a little bit you' - 'Pleasant Valley Sunday'....


Tork quitte les Monkees en 1969, il forme 'Peter Tork And/Or Release' qui ne marchera pas, après d'autres péripéties, il enseigne la musique.
Nesmith le suit en 1970, une carrière plus intéressante , avec The Second National Band et quelques autres projets, dont plusieurs LP's sous son nom ( un hit 'Rio').
Toujours sous contrat chez Colgems Records, les deux Monkees restant sortent l'album 'Changes' ( 1970).
Puis vint une bataille juridique pour l'utilisation du nom du groupe avec un imbroglio pas croyable: Dolenz et Jones perdent le droit d'utiliser l'étiquette dans certains pays.

Un revival en 1986.
Rhino sort ' Pool It' en 1987 , sans Michael Nesmith.
Pour le 30è anniversaire du groupe, une dernière plaque: ' Justus' en 1996, que tu peux prononcer "justice".
La collaboration de Michael Nesmith sera réduite, il chantera sur 'Circle Sky', la plage d'ouverture, et composera 'Admiral Mike' .
davyjones2.jpg
En 2001, Davy Jones sort sous nom l'album 'Just Me', le single 'Your Personal Penguin' en 2006, un soundtrack en 2007 et pour finir 'She' , une collection de standards où l'ex-teenage idol s'essaye au crooning.


February 29th 2012: game over!

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article

Articles Récents