Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 06:08

Dès tes premiers pas et un regard circulaire dans la grande salle de  l'Ancienne Belgique, transformée en théâtre assis pour l'occasion, tu ne peux réprimer un oups de saisissement: la section dames de l'hospice est de sortie. Cinq autocars, au minimum, ont dû être affrétés pour déposer Henriette, ayant ressorti du placard un élégant tailleur rose bonbon à paillettes et ayant aspergé sa permanente indéfrisable d'une laque fabriquée à une époque où les dates de péremption n'avaient pas encore été inventées, et ses copines, Léontine, Magda, Philiberte ou Victoire, toutes vêtues de superbes tenues sentant la naphtaline, face à l'entrée du temple rock bruxellois.

Le fanclub d'Helmut Lotti au complet!

Fotoman Luk et ses copines ont eu la même réaction de surprise.

lotti-641.jpg

 

Assis au second rang, il a fallu se lever 22 fois pour laisser passer les groupies octogénaires, ayant  minutieusement préparé 50 cents en petites coupures,  pour les laisser dans la soucoupe de Madame Solange qui a réalisé sa meilleure recette depuis qu'elle occupe le poste de préposée au bon fonctionnement des lieux d'aisance de l'AB.

lotti-605.jpg

20:15, c'est parti: Helmut Lotti & Roland's Super Allstar Enlightening Music Machine !

lotti-188.jpg

lotti-351.jpg Helmut Lotti - vocals, harmonica - Roland Van Campenhout - vocals, guitar- Pieter-Jan De Smet - vocals, guitar - Steven De bruyn ( El Fish) - harmonica, vocals- Nevada Fellow (Ruben Focketyn) - vocals, acoustique - Elko Blijweert - guitar , un gars que tu retrouves dans tous les coups signés  Rudy Trouvé  ( Dead Man Ray, Kiss my Jazz,..) mais aussi chez Mauro Pawlowski, Daan, ou Partchesz ...- Jasper Hautekiet - bass- vocals ( Milow, Ballroom Quartet, The Rhythm Junks..) et Jeroen Stevens - drums ( I Love Sarah).

A Pieter-Jan l'honneur d'ouvrir le bal avec ' Up on Cripple Creek'  du Band, une intro funky, un gros son dominé par les guitares, l'harmonica de Steven  en voltige, Lotti fait de la figuration en secouant des shakers, un petit intermezzo en yoddling.

Pas mal, mais ta voisine ne peut retenir un gloups de déglutition lui  façonnant un double menton inesthétique!

Roland pour un twelve- bar classique: ' 17 years in a phone-booth' ( sur son album 'Parcours'), Helmut toujours anonyme.

Au suivant:  le bronzé, Steven De bruyn ' The game is up' bourré d'effets reverb et décoré delotti 267-copie-1 méchants riffs d'Elko, encore plus ou moins sobre.

Et Lotti?

Il accompagne aux sifflements... madame, faut pas t'énerver, son tour arrive!

Roland, wil je een introotje spelen voor mij?

Des interventions du même style, il nous en placera une dizaine, Gisèle et Ludivine frétillent sur leur siège, Yolande a sorti son Canon objectif  800 mm , elle peut admirer de près le rasage impeccable du mignon Helmut, à l'étroit dans son costard de  premier communiant: ' Tryin to get to you',  recorded by Elvis in 1955!

Roland, peï, faut recommencer, ton intro devrait être plus saignante.

Helmut en crooning,  la maison de retraite en ébullition!

Le show prend des allures revue de music- hall , de Later with... sans Jools Holland!

Pieter- Jan, au timbre Scott Walker, pour le superbe ' This Ship' qu'il enregistra sous le pseudo Beuzak.

lotti-475.jpgRoland en mode  Dr John swamp: 'Reinvent yourself' .

Le ket, Ruben Focketyn: ' 'Thinking Machine', a ballad, bonne voix!

Een duetje met Ruben, dixit Kuifje Lotti : ' In the arms of a stranger', un Las Vegas track de sa plume.

Steven au dobro: le torride ' Burnin' burnin' burnin'' avec Jasper en basson et trois guitares expérimentales et noisy, Marie-Jeanne se bouche les pavillons d'un index boudiné.

Le petit à la slide: ' The lonely run'  , un Southern country rock sentant bon le David Crosby.

La star aidée de Jasper, un rock, ' Bad Things' de Jace Everett, le troisième âge en pâmoison!

PJDS ' Who's been talkin' - Lotti et PJDS ' Just to walk that little girl home' , Mink De Ville, le chanteur de charme en fait des tonnes à chaque break, les autres se marrent, Elko est chargé du ravitaillement et se pointe à chaque coup avec deux canettes qu'il ingurgite à la vitesse de l'éclair.

 Le traditionnel country ' Cindy Cindy'  en version Elvis.

Pas à dire, Lotti sait chanter le rock, son pas de danse de minet épileptique achève Frieda.

Quoi, Luk?

Non, elle va pas lui lancer son soutien- gorge!

lotti-655.jpg

 

lotti 676 Toujours Tintin: Hé, Roland, combien tu l'as payé ton costard, je veux le même!

'Satisfy Suzy', Helmut, macho man et air-guitar hero, entame un Chuck Berry-walk  vaudevillesque.

Ambiance!

Pas sûr que le public blues de Peer appréciera ce numéro de cirque.Steven versus Helmut la Castafiore: ' My baby just cares for me', version  Dean Martin/ Jerry Lewis et carré blanc ... her legs are wide open...

Lotti le tombeur, Roland se marre tellement qu'il en tombe sur le sol, Elko vide sa 12ème Stella!

'  I'll sleep when I 'm dead' Warren Zevon en singalong, pompes funèbres en grève.

Roland goes Hollywood, Cecil B de Mille au casting: ' King Kong' , une voodoo jam simiesque.

La dernière, les enfants: ' Handle with care' des Traveling Wilburys!

La kermesse aura duré 1h35'.

lotti-650.jpg

 

lotti-364.jpg

Bis

Précédés d'un concours, qui racontera la plus stupide?

Gros lot pour Roland: Je vis à Gand, c'est la seule ville où les nightshops te vendent des Pampers pour adultes!

' Be my babe', zont commencé sans Elko, coincé dans les lavatories.

Roland cabot!

' Kansas City' virant medley:' There's gonna be some rocking' - 'Johnny B good' - 'Hound Dog' ' Take your pussy to the dog' ( une improvisation PJDS) et ' ça plane pour moi',  la farandole s'achevant sur l'hymne de l'Eurovision de Marc-Antoine Charpentier!

lotti-121.jpg

 

Beaux messieurs, belles dames: musique au programme.

Chanteurs, à vos gammes, que le meilleur gagne

 

Il y avait quoi à gagner?

 

Photos: LUK STIENS

Repost 0
Published by Michel/photos Luk Stiens - dans Concerts
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 14:40

Au 17ème siècle, les Soeurs Apostolines  ou Mariam Colentes, (celles qui honorent la vierge Marie), devenues Maricolles, déformées en Marolles, installent leur couvent rue Haute. Au 247 de la même artère populaire, un joyeux plombier-zingueur élit domicile, au fil du temps le bâtiment/ atelier, proche de l'impasse Strontganske, se mue en salle de fête pour devenir, en 1982, le Centre Culturel Bruegel. C'est là que tu trouves la  Coiffure Liliane, ne cherche pas les fers à friser, casques séchoirs, bigoudi, tondeuses ou produits cosmétiques, chez Liliane on peut écouter de la musique en buvant de bonnes bières artisanales!

 

Merci qui?

Merci Google!

 

Au menu: Piglets! et Cougars in America!

P1000213.JPG

Piglets!

P1000231.JPGAprès avoir salué Ivan Nervous Shakes , serré la pince à Yves Kengen et avalé une ou deux Maes, tu patientes, car chez Lili l'horaire est flou!

C'est à 21h15', que trois cochonnets n'ayant pas peur du big bad wolf prennent place au fond du salon.

Ces porcelets  ne sont pas nés d'une couvée récente, ainsi Vincent Juste, le batteur, sévissait au sein des Frères Brozeur, une congrégation prônant la sobriété et la tempérance - Frouch Dailly a promené sa basse chez Julie LaRousse, les Brozeur, Unity ( avec Domenico Solazzo), Claude Semal, Les Petites Frappes enz.. et Yves Kengen, le rescapé, il se targue d'être le second punk de la capitale, Manneken Pis étant le premier.

Quoi... des détails?

Les Evergreen Nightrockers, pas confondre avec les Night Rockers  de feu Armand Massaux - Bastard avec Brian James des Damned  et Elton Motello- et enfin, Raxola , récemment enterré!

Ce sera le second concert des jeunes omnivores, toujours en rodage, il démarre après la question usuelle, are you ready for some rock'n brol, par un ' Moving on' trempé dans le cambouis sixties, tout comme ' Three times loser'.

Ils ont de la gueule nos affectueux porcidés, les groupies des sixties ont pris un coup de vieux mais se déhanchent P1000226.JPGcomme une colonie de Jane Fonda en pleine séance d'aérobics.

' Manic Depression' puis un  Vincent Damon Furnier sans boa constrictor 'Man of the year'.

Une intro de basse aussi funky que celle de Rare Earth, pas étonnant le trio s'attaque à 'Papa was a rolling stone' des Temptations, avant d'enfoncer une porte ouverte ( sic!) avec 'L A Woman', retour aux r'n'b charts ( 1964): 'People get ready' version marcassin!

Les Piglets! sont les seuls qui en 2012 perpétuent l'imagerie rock'n roll , à une époque où les stars s'abreuvent de Spa light, nos purs et durs se passent une flasque de gnôle artisanale.

Curtis Mayfield ' Move on up' , Vincent tape juste, Frouch c'est pas un froucheleir, et Yves s'époumone gaiement, tout le monde, il est heureux!

'Second cousin' un Flamin Groovies bondissant, puis Yves se la joue Tina Turner, moins sexy tout de même: 'River deep mountain high', une version épingle à nourrice et on achève avec Billy Idol ' Rebel Yell'.

Vous voulez un bis?

Faudra gueuler, chers amis...

Yeah..

P1000245.JPG

On a répété ce truc au lever du jour: ' Ain't that a bitch' , non censuré!

 

Cougars in America ( 22:30')

P1000254.JPGAprès les cochons indigènes, les pumas de chez Tonton Sam.

Trois félidés, le chef de la meute: Scott Hamilton, Canadian turned Bruxellois indique sa bio, tu le vis en janvier 2009, lors d'une singer-songwriters night au Bizon, accompagner Daniel a k a The Hypocrite ( présent ce soir), il fait également partie du Benito Band.

Paolo Melindi à la contrebasse et  le formidable, autant que discret, Erik Schoeper aux steelguitars,banjo, mandoline.

Au programme de l'alt.folk/alt.country/americana haut de gamme!

Paolo impose un rythme soutenu, Scott encourage l'assemblée à l'imiter en fingersnaps, le dobro s'installe, let's go: ' Broken Mirror', du rootsy jazzy americana.

La suivante naît à l'Archiduc où la barmaid imitait Donald Duck, chez moi, je rêve et compose la berceuse du boulanger, P1000258.JPGle mélancolique ' The breadmaker's lullaby' !

Beau et lent comme du Sufjan Stevens!

Quelques lignes d'harmonica, ' Get low', dans la veine country.

You know, mon chat est mort et j'ai rencontré Jésus, j'ai écrit ce morceau ( me demande pas ce qu'il a fumé): ' Breaths of paradize', superbe lament digne de Townes Van Zandt, mention spéciale pour Erik jouant de la resonator en lapsteel.

Il troque le dobro contre un banjo, a cabaret waltz: 'Another evening at the theatre' , sensuel et élégant!

Même tempo pour 'In this age of hope and golden mountains'.

P1000266.JPG

 

P1000249.JPG

Next one is called 'The tower', non pas celle de Babel, Pieter!

It's a moment of discovery, un moment où n'importe quoi peut arriver.

Une mandoline subtile, un climat The Byrds, Fleet Foxes... ooh I wanna miss you, I wanna miss you When I'm gone... que tu fredonnes avec Scott alors que ce titre t'est inconnu.

Tout le salon mis à contribution pour une séquence de handclaps asymétriques pour une plage aux senteurs  country & western.

After this punky one, a song about the wind , it has a message...go the other way...les fauves virent gypsy, les clients dansent, Scott vient se mêler à la farandole, clac... le jack se taille, plus aucun son de gratte!

On s'en fout, c'est la fête!

Un guignol m'as-tu-vu repousse les musiciens, se saisit du micro et s'avise de vouloir faire lever le public sagement assis.

On t'a rien demandé, gars, retourne chez ta mère!

Le trio  amorce le joyeux  ' Help yourself' orné d'un solo de kazoo, pour continuer par une ballade country ' Dead man ballad', à la saine philosophie ... rise above your fears...

' A war made for two' une valse freudienne ..our love is a war made for two.. that's me and you...

 Au revoir, Scott, come back in a fortnight, ça fait 75€!

Voilà la dernière, composée après une commotion cérébrale, dizzy, I feel dizzy...:  'Vertigo'!

P1000280.JPG

 

Un bis, please!

Pour finir en douceur ' Who stole my mind'.

Frank Black, des Pixies, se posait la même question en 1988.

 

Concert apprécié!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 09:22

Fleetwood Mac: un groupe maudit?

Bob Brunning, le premier bassiste décède en 2011, Bob Weston, guitariste de 1972 à 1974, subit le même sort en janvier 2012, tout le monde est au courant des troubles schizophréniques dont souffre Peter Green, moins grave, Jeremy Spencer, touché par la grâce, devient  Child of God, la santé mentale de Danny Kirwan inquiète les psychiatres depuis la fin des seventies, Billy Burnette ( guitariste de 1987 à 1995) subit cinq pontages en 2009 et ce 7 juin 2012, Bob Welch ( Robert Lawrence Welch, Jr.) se tire une balle en pleine poitrine pour décéder peu après!

bob_welch_385w.jpg

La carrière musicale du Californien, né en 1945, débute en 1964, il tient la guitare au sein du groupe The Seven Souls.

Welch quitte les States pour s'établir à Paris, il avait étudié à la Sorbonne, il monte le groupe Head West, un album au  succès anecdotique.

Par après on le retrouve dans quelques marginal bands avant de rejoindre, en même temps que Christine Perfect ( McVie), Fleetwood Mac ( 1971) qui venait de perdre deux de ses virtuoses: Peter Green et Jeremy Spencer.

Il fera partie du plus grand British Blues Band jusqu'en décembre 1974, participant à la confection de cinq albums : 'Future Games'- 'Bare Trees' - 'Penguin' - 'Mystery to me' et 'Heroes are hard to find'.

 

 

 

De fréquentes frictions au sein du groupe, la création d'un fake Mac par le manager pour honorer des obligations aux States l'amène à quitter Fleetwood Mac fin 1974.

L'ère Stevie Nicks/ Lindsey Buckingham débute, le Mac se commercialise et se colore de sonorités américaines.

En 1975 , Bob Welch monte Paris avec Genn Cornick ( Jethro Tull) et Thom Mooney ( Todd Rundgren), deux albums verront le jour avant le split.

sentimental-lady.jpg

Bob démarre une carrière solo avec deux platinum albums ' French Kiss' et 'Three Hearts'.

Son dernier studio-CD date de 1999, ' Bob Welch looks at Bop' , il sera expérimental et jazzy.

 

Un communiqué annonce:

Bob Welch reportedly suffered health problems in recent years but it is not known whether they contributed to his suicide.

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 10:42

Dernier Stoemp Brusselse café concert de la saison, direction le Quai aux Briques, een bruine kroeg comme il n'y en a plus des masses à Bruxelles: le Merlo!

Cet adorable  zinc s'avèrera, une nouvelle fois, vachement trop exigu pour accueillir une faune hétéroclite, désireuse d'admirer le bompa du blues autochtone: Roland Van Campenhout.

Une cinquantaine de clients ( dont Lee, obligé de larguer sa trottinette  près de la Basilique, avec Steven on l'a fait baver en enfilant pintje sur pintje, lui qui n'avait aucun accès au comptoir, santé Lee!) suivront le concert dans la strotje jouxtant le bistro.

DSC06862.JPG

Barefoot and the Shoes ( from Tremelo):

Line-up:  le va-nu-pieds, Barefoot Lynnfield (alias  Brent Buckler/ Cliquet) , acoustique, plateau de Stella, lead vocals-  Sander Cliquet, guitare, backing vc. ( ex The Fireflies) - celui qui fait office de vétéran ( né en 1971), Dirk Vandenbulcke, drums ( 7th Circle, The Jack Daniels Embargo..) et Jens Paeyeneers aux claviers ( Sjfëtllïch + un background jazzy).

Discographie: un album ' Exit out of Dreamland' .

Palmarès: support for El Fish ( AB) - support The Delta Saints ( De Loods)- Gevarenwinkel Blues ....

DSC06865.JPG

T'as remarqué, pas de basse et tonight une troisième guitare, celle du godfather Roland!

DSC06877.JPG

Un répertoire adapté pour ce Stoemp Deluxe, en commençant par une perle datant de 1913 ( Dick Burnett)  ' Man of Constant Sorrow' au répertoire de Dylan, Rod Steward, Ginger Baker's Airforce ou Jackson Browne...

Un timbre de fumeur de Gitanes, incroyablement raw pour un ket ( au look Jasper Erkens, anno 2008) n'ayant pas dû DSC06871.JPGavaler, vu ses années de service, des hectolitres de Bourbon... m'étonne pas que certains citent Ian Siegal.

'Eyesight to the Blind' Sonny Boy Williamson, titre que Roland maîtrise à fond, il le chantait avec Arno dans Charles et les Lulus, Brent aux percussions, il tabasse un antique plateau de Stella, valeur 15€, acheté à la brocante d'Erembodegem.

Les Doors, en vocal duet: 'Love me two times', sale et vicieux,  l'organ en voltige.

Le Zim: ' Girl from the North Country', Roland espiègle, un clin d'oeil en direction de Steven, t'as reconnu, menneke?

Superbe travail de Sander.

Dedicated to Derroll Adams:  'The Cuckoo' , some spooky sounds from the keys!

Un blues graisseux que tu retrouves sur la plaque du barefoot boy: ' Some Positivibility', suivi d'une nouveauté, destinée aux vétérinaires ' Puppy injection'!

DSC06875.JPGOn enchaîne tout naturellement sur un cabaret blues dans la veine Tom Waits avant de virer gospel avec ' Sitting on top of the world' à l'origine un folk blues ( Mississippi Sheiks).

Une nouvelle fois, le timbre rauque du gamin, venant à peine de perdre ses dents de lait, étonne et enthousiasme.

La plus vieille du lot, ' The Wayfaring Stranger' , un Jack Kerouac avant la lettre ( ou 'Le Juif Errant' version Appalaches, si tu préfères)...

 I'm just a poor wayfaring stranger

I'm traveling through this world of woe

Yet there's no sickness, toil nor danger

In that bright land to which I go...

doit dater du 19è siècle et a été interprétée par la terre entière, sauf par  Boney M, peut-être,on te recommande The Von Trapp Children, les précurseurs de nos Scala nationaux !

La suivante est un bluegrass, grimace Roland.

On vérifie ' Midnight Star'  a truly unique Kentucky bluegrass variety... Roland, le jardinier à la main bleue!

Sans instruments, some clapping and stomping ( résultat trois gargouilles de l'église Sainte-Catherine ont atterri sur leDSC06893.JPG pavé ): ' Grinnin in your face' de Son House.

Grinnin': Roland connaît!

Tom Waits, le Roland de chez Obama, dixit la comtesse aux pieds nus: ' Chocolate Jesus', mieux que l'hostie!

 Et maintenant, braves gens, la plus belle chanson jamais écrite!

' J'aime la vie' de Sandra Kim?

Stupid monkey.. Uncle Tupelo ' I wish my baby was born', superbe  plage alt. country, chantée d'une voix proche de celle d'Eddie Vedder.

Roland: let's do a thing in slow motion.

Encore plus lent?

No, a heavy slow motion: ' Wild thing' des Troggs.

DSC06890.JPG

 

DSC06882.JPG

Le Merlo en folie, et ça va s'aggraver avec la sulfureuse version de 'All along the watchtower' qui clôture ce terrible concert!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 16:05

 Docteur, comment soigner la déprime par un triste et humide lundi de juin?

La solution: direction Schaerbeek, le Sans Nom, pour une dose tonique de genuine rockabilly!

Claudie, la patronne et l'équipe de Curieus Schaarbeek, ont programmé The Rumblejetts, un trio de Kansas City who  have been spreading the rockabilly gospel depuis 14 ans.

P1000159.JPG

P1000166.JPGJadis, ils ont eu l'honneur d'ouvrir pour les Stray Cats et  plus récemment, en décembre, ils ont assuré l'avant-programme pour Brian Setzer .

Discographie: 4 CD's , les derniers “Summertime Apples”  ( 2010) et “Motorhoney” ( avril 2012).

Chad Hasty - Bass, Jud Kite-Drums, Jim Holopter-Guitars ont décidé ( bookés par Surfing Airlines) de terroriser nos plates contrées du 24 mai au 10 juin 2012.

Tu t'étais promis de ne pas les manquer, après les avoir ratés chez Madame Moustache ou au Goezot week-end à Turnhout, le Sans Nom te fournissait un rendez-vous immanquable.

Sur place les redoutables, dans le désordre: Jacqueline, Bill, Walter, Steven, Lee et quelques autres Grands Ducs ou Bois-Sans-Soif, dixit Gabin!

 

Il est pas 20h, les Rumblejetts ont l'intention d'en découdre vite fait, soyons clairs ,ce soir c'est de rock qu'il s'agit: ' Good rockin' tonight', Chad maltraite sa doghouse bass, Jud, t'as vu ma klakske, bastonne furieusement son drumkit réduit à une casserole et la Gretsch de Jim lance des flammes.

Sur la lancée, Jud relaye la contrebasse aux vocals, pied au plancher .. sweet little woman I love you so much I can't let P1000170.JPGgo...pas pour rien que les gars du Missouri ont remporté la palme du meilleur rockabilly band en 2011 ( Pitch Music).

Premières acrobaties périlleuses du petit bassiste.

Un virage country suivi d'un extrait de leur dernière rondelle ' Rocket to the moon', un petit coucou vite fait à Tintin, Haddock et Tournesol, revenus sur le sol des vaches les cosmonautes fous attaquent ' Real wild child' : 110% danceable!

Chad fait mine de vouloir se désaltérer, les potes ont déjà amorcé la suivante, voyant Jim, le demi-frère de Costello, au chant: ' Little more lovin' ( Chuck Comer), grand numéro, digne de J L Fonck , de  Jud Kite.

Pas question de décélérer, les matous sont en chasse, la Gretsch fait des bonds..cachez les femelles...before it's too late!

Le standard ' Jeanie, Jeanie, Jeanie', tu revois Eddie Cochran en noir et blanc.

 Dans le kot, de vieilles guibolles ont la bougeotte, un blouson de cuir gominé se la joue Elvis da Pelvis, l'ambiance monte d'un cran, le trio nous assène un doublé graisseux et sautillant ' High School Confidential' et un ' Get Rhythm' juteux.

Retour à la country ' Please don't leave me' , pas pour longtemps, c'est reparti sur les chapeaux de roue: ' Big Blond Baby' , me souviens d'une version pas triste de Crazy Cavan.

Des sauvages, ces félins qui ressuscitent Carl Perkins: 'Honey don't'  pour finir la première mi-temps par ' Gone gone gone' exigeant une mise scène rocambolesque, Jud et Chad s'y mettant à deux pour violenter l'auguste contrebasse du dernier nommé!

Vicelards!

P1000173.JPG

Dans le troquet, les avis sont unanimes, des bêtes!

P1000148.JPG

 Set 2

P1000137.JPG

21h10', ready to jive?

En piste: everybody's boppin , everybody's rockin tonight...

Ils enchaînent sur une de leurs compos 'Full Throttle' , un petit twist fringant pour reprendre le standard de 1955 ' Red Hot', tous les visages pâles ont pris des couleurs vermillons.

Un méchant duel guitare/double bass à 10 cm d'une mignonne gamine.

Ils vont pas se calmer avec 'Nadine', une nana aussi excitée que la précédente.

Un petit Johnny Cash, tu fais chier, Jim, un coup de panard sur le tibia, puis 'Honey Bee' une abeille dopée.

Dedicated to Claudie qui nous a préparé du poulet maison: ' Chicken Shack Boogie', la danse des poulets  sur le dancefloor.

A song about a tough guy ' Mule Skinner blues' (?) puis, sur leur premier CD, ' Jett black brunette from Calumet'  , la meute toujours en mouvement, la serveuse ne suit plus, fait soif... les Rumblejetts continuent à fond la caisse, ' Jump kid Jump', pour nous servir un liquide au taux d'alcool 90° ' Liquored up', leurs nénettes, attablées à nos côtés, semblent s'être bien adaptées aux coutumes indigènes et enfilent Jupiler sur Jupiler.

P1000131.JPG

 

P1000196.JPG

Grosse java avec ' Shake, rattle  and roll' et le feu d'artifice avant le couvre-feu: ' Tear it up'!

P1000188.JPG

Faudra pas les prier longtemps pour un bis explosif: ' Rock this town'.

 35 anonymes sur le dancefloor, heureusement, il y avait une infirmière, pas trop éméchée, dans le bastringue pour réanimer les cardiaques.

P1000204.JPG

Séquence photos de famille, la bise à tout le monde, see you next time!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 09:02

'Only You'- ' The Great Pretender' - ' The Magic Touch' - 'Twilight Time'.... The Platters un des plus grands groupes de doo-wop au monde vient de perdre le dernier de ses membres fondateurs: Herb Reed. Celui -ci est décédé à Boston, à l'âge de 83 ans, il souffrait de chronic obstructive pulmonary disease!

image001.jpg

Les Platters naissent à L A en 1953,  à l'époque le line-up comptait Alex Hodge, Cornell Gunter, David Lynch, Joe Jefferson, Gaynel Hodge et Herb Reed.

Les premiers singles seront anecdotiques.

 

En 1954, le nouveau manager, Buck Ram, décide de modifier le line-up original et introduit la chanteuse Zola Taylor ( seconde épouse de cette autre star des fifties, Frankie Lymon) , le succès ne se fera pas attendre: en 1955, l'immortel ' Only You'!

 Le suivant 'The Great Pretender' trônera lui aussi en tête des U S Charts.

Le style vocal unique du groupe touche tous les publics, les hits se succéderont.

 

Au fil des ans, la composition du band subira de fréquentes modifications, pas moins de l16 individualités auront fait partie du groupe vocal , qui sera inducted into the Rock and Roll Hall of Fame en  1990!

TWplatters2011.jpg

Herb Reed  est le seul à avoir participé aux 400 enregistrements du groupe.

 

Les Platters, même au 21è siècle, s'avèrent être une poule aux oeufs d'or, pas moins de quatre groupes entament une bataille juridique pour avoir le droit d'utiliser le fameux label: The Buck Ram Platters ( du manager Jean Bennett) , Monroe Powell ( lead singer dans les 70's) and The Platters, Sonny Turner ( lead singer dans les sixties)  and the Platters et Herb Reed and His Platters!

....Herb Reed   finally won a court decision in Nevada last year giving him rights to the name....

 

 

R I P , Herb!

 

Only you, can make this world seem right

Only you, can make the darkness bright

Only you and you alone  Can thrill me like you do

And fill my heart with love for Only you...

Repost 0
Published by Michel - dans Bad News
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 07:35

LYNYRD SKYNYRD – June 3, 2012 – HMV APOLLO, 2 Queen Caroline Street, LONDON

 

Le mythique HMV Apollo, anciennement l’Hammersmith Odéon de Londres affichait sold out pour la venue d’un groupe non moins mythique :  Lynyrd Skynyrd. Restait à voir si la légende n’avait pas dépassé les 9 musiciens composant le groupe, dont Gary Rossington est le seul membre original encore en activité.

03_Lynyrd-Skynyrd_London-2012.06.03.jpg

Ce concert a été une vraie claque car le Southern Rock a été des plus dignement représentés et la bannière

étoilée a flotté haut et fière tant ce concert à été impeccable à tous niveaux.

Même recomposé, Skynyrd reste un groupe redoutable car son répertoire d’avant l’accident d’avion fatal à

certains membres en 1977 est incontournable. Si on excepte « Skynyrd Nation » de l’album « God & Guns » paru en 2009, il n’y a que des morceaux d’anthologie. Au niveau timing, nous avons droit à 1h40 de concert mais c’est sans temps morts, ça enchaîne à tout va et les sudistes gardent le public en délire sous pression constante.

01_Lynyrd-Skynyrd_London-2012.06.03.jpg

Les puristes diront que « ce n’est plus la même chose qu’avant » et ils ont raison quelque part mais les membres de Lynyrd Skynyrd au travers des époques ont su garder le patrimoine musical du groupe et son esprit intacts.

C’est à chaque fois une sorte de transmission d’un héritage qui fait partie intégrante du patrimoine musical

américain.

04 Lynyrd Skynyrd London 2012.06.03

Un concert fantastique et émotionnant surtout quand Johnny Van Zandt lance la célèbre question « What Song Do You Wanna Hear ? » et que le public hurle « Free Bird », çà vous met les frissons partout. La communion a été totale, à revoir d’urgence.

 

05_Lynyrd-Skynyrd_London-2012.06.03.jpg

Setlist :

01. Workin’ For MCA (Second Helping – 1974)

02. I Ain’t The One (Pronounced ‘Leh-‘Nerd ‘Skin-Nerd – 1973)

03. Skynyrd Nation (God & Guns - 2009)

04. What’s Your Name (Street Survivors – 1977)

05. Down South Jukin’ (Skynyrd’s First And Last – 1978)

06. That Smell (Street Survivors – 1977)

07. I Know A Little (Street Survivors – 1977)

08. Saturday Night Special (Nuthin’ Fancy – 1975)

09. Simple Man (Pronounced ‘Leh-‘Nerd ‘Skin-Nerd – 1973)

10. Gimme Back My Bullets (Gimme Back My Bullets – 1976)

11. Whisky Rock-A-Roller (Nuthin’ Fancy – 1975)

12. The Needle And The Spoon (Second Helping – 1974)

13. Tuesday’s Gone (Pronounced ‘Leh-‘Nerd ‘Skin-Nerd – 1973)

14. Gimme Three Steps (Pronounced ‘Leh-‘Nerd ‘Skin-Nerd – 1973)

15. Call Me The Breeze (Second Helping – 1974)

16. Sweet Home Alabama (Second Helping – 1974)

17. Free Bird (Pronounced ‘Leh-‘Nerd ‘Skin-Nerd – 1973)

 

Line Up :

 

Gary Rossington – guitars (1964–1977, 1979, 1987–present)

Rickey Medlocke – vocals, drums, mandolin (1970–1971), guitars, backing vocals (1996–present)

Johnny Van Zant – lead vocals (1987–present)

Michael Cartellone – drums (1999–present)

Mark Matejka – guitars (2006–present)

Peter Keys – keyboards (2009–present)

Johnny Colt – bass (March 2012–present)

Dale Krantz-Rossington – backing vocals (1987–present)

Carol Chase – backing vocals (1991–present)

 

Par Mitch “ZoSo” Duterck

Repost 0
Published by Mitch “ZoSo” Duterck - dans Concerts
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 14:39

Un concert hors-circuit et confidentiel au  Toogenblik, une majorité des habitués sont aux abonnés absents, l'assistance étant composée de quelques curieux et de relations des artistes appelés à se produire à Haren.

 

En l'absence de l'annonceur maison, le rôle est  repris par la pédale, calme-toi Elio, d'accélération à double foyer, ze kid aus rockville: Mesdames, messieurs, je vous présente une grande artiste ( 1mètre 79!):

Lara Leliane!

DSC06800.JPG

Lara face au micro, équipée d'une acoustique!

' Still loving you': une voix claire, classically  trained, un phrasé jazzy.

DSC06783.JPGPas de bol , l'objet de sa passion ne semble pas partager ses élans amoureux!

Les gens heureux n'ont rien à raconter, c'est bien connu!

Salutations polyglottes et second titre 'We are creators', un effet de reverb envahissant gêne la belle Lara, Willy Moustache aux réglages!

William Butler Yeats mis en musique: 'Before the world was made', le poème ( repris par les Waterboys, Laïs ou Carla Bruni) d'abord récité, à la L Cohen, sur quelques accords de guitare, muera en folk mélodique, chanté d'un filet limpide.

Gracieux!

' You've got to pay the price' illustre un dialogue avec sa mère.

J'avais 18 ans , Mother, I can't bear this life no more, je dois voler de mes propres ailes, je sais... I will have to pay the price... du folk de facture classique, une voix légèrement zézayante: charming!

Ton mélancolique pour ' So little air', la châtelaine manquant d'air, locked in the castle!

Toujours l'amour, ses dilemmes... y-a-t-il quelque chose de plus ordinaire qu'une femme longing for a man.. 'I wanna see you again'  même si you're all I dislike... tragédie intemporelle!

Desire and pain!

'Spoiled pride' sombre, sérieux, d'un romantisme gothique

Une nouvelle tirade lyrique que ton cerveau compare vocalement au travail de Clare Louise, puis une lente mélopée pour terminer par un détour par la mythologie grecque ' Little Artemis'.

Concert apprécié mais un léger reproche: une  tendance à l'uniformité engendrant une impression de weariness, de Weltschmerz, ou de mal du siècle cher à Alfred de Musset!

DSC06788.JPG


The Monotrol Kid

DSC06818.JPG

C'est en 2009, que tu croises pour la première fois la route d' Erik Van den Broeck, au Muze ( Meise), le Kevin Coyne tribute, on a promis de ne pas mentionner la mésaventure vestimentaire que le Vlaamse baard et  barde (Kappelle op den Bos) eut à subir lors de ce concert mémorable.

Après un single sorti il y a un petit temps, le stand merchandising de The Monotrol Kid s'enrichit d'un full CD: ' What about the Finches', le set de ce soir débute par une plage de cette collection: ' The devil song'.

DSC06839.JPGCe Jack Kerouac contemporain est de la trempe des pure singer-songwriters, pas d'artifice, une voix  assurée, un jeu de guitare solide et des lyrics baignant dans la tradition rootsy folk.

Au jeu des rapprochements certains citent, dans le désordre, t'es pas obligé d'adhérer à 100% : REM ( oops) - Damie Rice ( re- oops!) - Smog ( +/- d'accord) - David Gray ( à la rigueur) - Luka Bloom ( vaguement) - Mark Lanegan ( ?) - Woody Guthrie ( ses pérénigrations aux quatre coins de l'univers sans doute...), on sera moins exotique, on citera l'inévitable Zim, Lee Clayton, Nick Drake parfois, Terry Lee Hale...

' Greenville' démarrant comme une ballade pour virer jeu nerveux, down-to-earth lyrics et quelques vagues résonances Donovan, pas le mellow  Donovan , le cosmique!

Sur la plaque qui devrait être disponible en Asie, en juillet : ' The horse ride' .

Tu verras, un jour ce morceau servira de soundtrack pour un porno sud-coréen.

Le petit gars rêve peut-être, en tout cas sa chevauchée sent la poussière désertique et est aussi convaincante que le 'Horse with no name' d'America.

Superbe pièce!

' Little boy' non, cette chanson n'est pas dédiée au clergé belge, elle fait référence à la bombe A larguée sur Hiroshima en 1945.

Politically correct, annonce Erik qui nous la joue à la Tim Easton.

Place au catchy ' Seven times', suivi de 'Funeral Blues' also known as 'Stop all the clocks', le poème de W H Auden utilisé pour la bande sonore de 'Four Weddings and a Funeral' .

Nouvelle perle.

' Strange ways' is a high security jail in the UK, j'ai choisi ce titre car c'est en prison, en Allemagne, que j'ai appris à jouer de la guitare.

A bluesy one!

En 2009 je tournais en Germanie avec 2 singer-songwriters, des vrais, équipés d'une acoustique et d'un harmonica.

Me suis dit, faut que je me procure un mouth-harp pour faire plus sérieux, voici ' Dream' aux sonorités Dylan.

'Lament' aussi a sa petite histoire, je l'ai pondu en 5', le temps de réflexion qu'il m'a fallu lorsque je croisai une ex en me disant j'aurais pas dû la larguer, au bout de 300 secondes j'avais changé d'avis.

Girouette!

Une jolie ballade romantique pour celle que je n'ai pas encore rencontrée: ' Try', c'est ici que les spécialistes reniflent du Damien Rice, sans doute!

Lors d'un séjour en Irlande, je me trouvais dans le graveyard where Yeats is buried ( Drumcliffe, conté de Sligo), c'est là que j'ai imaginé ' So alike', une version rock ce soir!

DSC06833.JPG

DSC06826.JPG

La dernière est en fait ma première composition, ' Almost', c'était à une époque où le plus âgé d'entre vous tétait encore le sein de sa génitrice.

No comment!

Un uptempo agité, Richie Havens, me souffle un voisin, le Kid n'a jamais entendu parler de 'Freedom' ...

 

Un bis s'impose!

Pas avare, il en balancera trois: ' This man', harmonica/guitare/voice, prévu pour un prochain CD.

' Ballad for the mountain' qu'Ernest Hemingway eût adoré et 'Stone Skyway' pour ceux qui ne veulent pas faire des ricochets sur le lac de Lamartine!

 

65' de haut niveau.

Le 22 juin The Monotrol Kid se produit au T A G, passage Rogier à Bruxelles!

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 18:19

Horses On Fire - De Zwerver, Leffinge (Middelkerke) 2012.05.31

DSCN5352.JPG

Rendez-vous était pris entre Anthony Statius (bassiste) et moi pour une rencontre avec le groupe et c'est donc après un concert trop court, c'est souvent le cas pour les groupes de 1ère partie, que je m'en vais backstage pour saluer ces 4 talentueux musiciens gantois qui méritent d'être reconnus comme étant un très bon groupe belge et qui peut 2012part4-0797.JPGcertainement s'exporter dans les pays anglo-saxons sans avoir à rougir. Je les ai découverts en 1ère partie de Rival Sons le 9 avril dernier à l'Ancienne Belgique de Bruxelles et j'avais été séduit par leur présence scénique d'une part mais aussi par la qualité de leurs compositions. Les spécialistes appellent ça "Alternative", je serai plus direct : c'est du Rock, du vrai, sans fioritures, direct et qui s'écoute sans aucun problème. Il m'arrive même de passer le CD en boucle sans que çà soit gênant. C'est un CD qui fait du bien car les 4 musiciens vont à l'essentiel et ça touche directement l'auditeur. Les guitares tenues par Michélé De Feudis et Thijs De Cloedt sont bien en place et enrichies d'une bonne disto de type 70's alors que la rythmique assurée par Anthony Statius (basse) et Alessandro De Feudis, frère de Michélé (batterie) est très puissante et efficace sans jamais être démonstrative, ces 4 garçons ont un sacré métier! Il faut également souligner leur bonne humeur et leur disponibilité. Notre conversation a été très fun et comme bien souvent en musique il n'y a pas de tensions communautaires, c'était d'ailleurs marrant de s'entendre parler français, flamand et, quand le vocabulaire manquait, c'est l'anglais qui nous permettait d'achever les phrases. Je trouve que ce groupe mérite beaucoup mieux et que je ne serais pas étonné qu'avec un bon management on retrouve un jour Horses On Fire en Angleterre, ce serait justice.Michélé me confiait qu'ils n'étaient pas très soutenus par le public flamand et que c'est en Wallonie qu'ils ressentaient le meilleur accueil du public. On va essayer de les pousser vers le Spirit of '66 de Verviers, ils y ont leur place à coup sûr! En conclusion, on peut être fiers de groupes comme Horses On Fire et je ne saurais que vous conseiller l'achat de leur CD "Horses On Fire" sorti en 2012, vous ne serez pas déçus. Vivement le prochain album. C'est donc après les traditionnelles dédicaces et photos que je rejoins ma place au 1er rang pour la suite du programme. En tout cas, une chose est certaine, je vais les revoir dès que l'occasion se présente. Samedi? Ils sont à la"Maroquinerie" à Paris et moi...à Londres pour aller voir Lynyrd Skynyrd. Oui, je vous le promet! Je vous ferai le compte rendu et vous montrerez les photos. 

 

2012part4-0798.JPG

 

En attendant, voici la setlist de Horses On Fire : 01.Violent Highs - 02.Machete Machine - 03.Raw Meat - 04.Glassmade Giants - 05.Wolfman In Diguide - 06.I Miss To Hate You - 07.Your Blood - 08. Raise Hell - 09.Draw The Line. Leur site Web : http://www.horsesonfire.com/

Rival Sons - De Zwerver, Leffinge (Middelkerke) (BEL) 2012.05.31

 

Rival Sons - De Zwerver, Leffinge (Middelkerke) (BEL) 2012.05.31

2012part4-0841.JPG

2012part4-0814.JPGC'était la cinquième fois que je voyais les Rival Sons hier et je ne suis toujours ni blasé ni déçu car c'est un vrai groupe de scène et tous leurs concerts sont différents car c'est leur état d'esprit qui détermine la façon d'exprimer les chansons. Cà sonne "live" et d'enfer.La soirée commence bien étant donné que je suis invité par Talita Jenman la manager du groupe et une fois retiré mon précieux sésame à l'entrée je suis pris en charge et me voilà backstage avec les boys. Je fais une interview du guitariste Scott Holiday et c'est plutôt une discussion comme il en arrive entre potes musiciens. Scott m'accueille avec un grand sourire, une tape sur l'épaule et un "Hey man, how are you? Nice to see you again". S'en suivent 20 minutes de discussion à bâtons rompus et on se boit un coup (Coca light pour moi, eau pour Scott) et on m'invite à manger! Zut, c'est déjà fait, tant pis. Direction les loges où je retrouve un Robin Everhart, bassiste de son état, qui lui aussi m'en serre une bonne poignée et hop on socialise à l'américaine, c'est chaleureux quoi! Je me demande comment ces mecs font pour reconnaître les gens. Vraiment car ils te disent "oui je me souviens de toi, c'était à tel endroit , etc...".Séance de dédicaces, on boit un coup, on déconne et puis étant donné que l'heure avance, je regagne la salle où le 1er groupe va prendre la scène. Comme à l'AB, ce sera le groupe belge "Horses On Fire". Le concert des Rival Sons sent encore la poudre, le blues et ça dégouline de riffs puissants et de rythmes carrément seventies, ils maîtrisent parfaitement leur sujet. Malgré le jeune âge du band, ces gars donnent l'impression à chaque fois d'avoir au moins 20 ans de métier derrière eux! Ca groove, c'est en place, ça improvise, c'est joué avec les tripes et ça fait du bien aux oreilles. Une chose est sûre, j'y retournerai. 

2012part4-0843.JPG

2012part4-0850.JPG

 

Voici la setlist : 01.All Over The Road - 02.Young Love - 03.Pressure & Time - 04.Only One - 05. Get Mine - 06.Memphis Sun - 07.Tell Me Something - 08.Burn Down Los Angeles - 09.Gypsy Heart - 10.Face Of Light - 11.Torture - 12.Sleepwalker - 13.Get What's Coming - 14.Soul - 15.I Want More (Medley Including : Baby Please Don't Go + This Is A Man's World) - 15.Save Me.

2012.05.31_Scott-Holiday---Mitch_Leffinge.JPG

 

Chronique:  Mitch "ZoSo" Duterck

Repost 0
Published by Mitch “ZoSo” Duterck - dans Concerts
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 11:09

Le trio habituel pour ce lunch musical: l'AB, Broodje Brussel et le Music Village, honnêtement garni pour accueillir  Reena Riot!

DSC06762.JPG

Midi trente, le cérémonial d'usage, Isabelle et son mini-speech: elle fut finaliste du dernier Humo's Rock Rally, vous pouvez espérer une petite heure de no nonsense liedjes de haut niveau, voici Naomi Sijmons, alias Reena Riot!

DSC06744.JPG

L'ineffable Guy: elle est pas mal...

Effectivement la blonde Gantoise n'est pas du genre laideron, et musicalement elle a de qui tenir (it runs in the family): une maman guitariste et un papa, Fons Sijmons, bassiste des superstars uit Diest: The Scabs!

DSC06769.JPG

Dès le premier morceau ' Waitin'', que Naomi interprète a capella en battant des pieds et claquant des mains, l'assemblée a compris qu'elle va assister à un show pas banal.

She sings with her guts à la Janis Joplin, et quand elle entonne ...feel some kind of snake under my skin... tu trembles comme elle.

DSC06774.JPGSecouante entrée en matière!

A l'acoustique ' Ancestors', au background bluesy .

Belle voix, profonde, vibrante: P J Harvey meets Bonnie Raitt!

Une première pour la chanson suivante que je dédie à une amie que son père n'a jamais voulu reconnaître, le mélancolique et poignant ' Trenches and field'.

Deuxième claque magistrale, une version époustouflante du 'Me & Bobby Mc Gee' de Kris Kristofferson .

Des frissons au bas de l'échine, Guy pleure dans sa Westmalle.

Superbe moment d'émotion intense.

Changement de cap, elle ramasse une Fender baptisée en 1948, ' Lost 'n found', du female blues sur fond de riffs agressifs.

La riot girl poursuit avec ' What this could be' un downtempo déchirant, paupières closes tuDSC06766.JPG peux visualiser celle qui bleeds from the heart... Sur le podium, Naomi murmure, s'époumone, tremble, vibre, grimace... le blues, elle le vit devant nos yeux ébahis.

La suivante est dédiée à celui qui fut ma source d'inspiration, qui a quitté la Belgique pour aller s'établir chez Beatrix van Oranje Nassau, la playlist mentionne ' Dedicated', et tu penses à Cat Power, Shannon Wright ou Jessica Larabee de She Keeps Bees, du rootsy blues brut sans fioritures prétentieuses.

 Le pugnace: ' The dog' ... I 've been a dog now, baby ..et le con a ignoré ce superbe et affectueux animal.

Si t'avais pas eu deux chats, t'étais prêt à adopter ce toutou racé.

 

DSC06768.JPG

 

A quiet one, ' Take a steer' démarre comme une tendre rêverie, le ton montera et la tension deviendra palpable lorsque la voix soutenue par des lignes métalliques, s'envolera vers des sommets extrêmes.

Le set régulier se termine par un cri d'amour ' I belong to you'.

DSC06767.JPG

Un double bis!

Een afscheidslied  pour le gars ayant émigré aux Pays-Bas et à nouveau a capella, accompagnée par les battements du Village, l'incroyable ' Funkier than a mosquito's tweeter'  d'Aline Bullock, enregistré par Ike & Tina Turner en 1970.

Une dernière décharge émotionnelle libératrice!

 

...I heard a whistle blow, and I heard somebody yell   There's a riot going on...

In cell block number 9?

Non, au Music Village!

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents