Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 03:52
2016- annus horribilis...George Michael, l’ensemble Alexandrov, Mick Zane, Betty Loo Taylor, Andrew Dorff, Léo Marjane!

Stupeur ce matin en apprenant la disparition soudaine de George Michael, mort le jour de Noël 2016, à 53 ans!

Evidemment l'association avec ' Last Christmas' de Wham! était évidente!

Georgios Kyriacos Panayiotou était considéré comme la plus grande pop star britannique des eighties.

Andrew Ridgeley et George Michael forment Wham! en 1981, ils se retrouvent dans les charts dès la sortie de leur premier single, le controversé 'Wham Rap!'( Enjoy what you do).

La suite sera encore plus brillante, 'Bad Boys', 'Wake me up before you go go', ' Careless Whisper', 'Freedom', 'Everything she wants', 'Last Christmas' , 'I'm your man', ' Where did your heart go' ...

Pourtant en 1986, George Michael décide de clôturer le chapitre Wham! pour se lancer dans une carrière solo tout aussi étincelante, il sort cinq albums studio, quasi tous n°1 dans les charts, et encore des singles imparables, ' Faith', 'I want your sex', 'Fast love', 'Don't let the sun go down on me' ( avec Elton John) , 'As' ( avec Mary J Blige) ...

Ce ne sont pas ses quelques démêlés avec la justice qui entameront l'enthousiasme des fans.

Ce matin les messages de sympathie émanant de collègues ont afflué, pointons celui de Geri Halliwell : "So so sad , R.I.P George, a dear friend, the kindest, most generous and talented person . My thoughts are with his family..."

 

A bord du Tupolev TU-154 en route pour la Syrie qui s'est abîmé en mer le 25 décembre se trouvait plus de 60 membres de l'ensemble Alexandrov, l'un des Choeurs de l'Armée Rouge, ils ont tous péri dans la mer Noire comme les autres passagers de l'avion russe.

Vladimir Poutine a décrété une journée nationale de deuil, ce lundi.

 

Michael Landauer (a.k.a. Mick Zane), guitariste, membre fondateur du heavy metal band Malice, est décédé le 23 décembre, victime d'une tumeur cérébrale incurable.

Le groupe; dont a entendu parler pour la première fois en 1982 lorsqu'un de ses titres est repris sur la compilation Metal Massacre, a sorti quatre albums et un EP ( plusieurs de ses enregistrements ont vu le jour après la reformation de 2006).

 

 

La pianiste de jazz Betty Loo Taylor, originaire de Honolulu est décédée mercredi dernier, elle avait 87 ans.

En 2003, la grande dame du jazz de Hawaï est le sujet du documentaire: "They Call Her Lady Fingers: The Betty Loo Taylor Story", retraçant sa longue carrière.

 

Le monde country déplore la perte d' Andrew Dorff, un des plus talentueux songwriters de Nashville.

Martina McBride lui procure un premier top ten hit avec le titre 'Ride'.

"Save It for a Rainy Day" de Kenny Chesney, 'My eyes' de Blake Shelton ou 'Bleed Red' de Ronnie Dunn sont quelques autres titres qu'il a propulsé dans le Billboard.

 

Thérèse Maria Léonie Gendebien n'était pas pilote de formule un mais bien chanteuse sous le nom de Léo Marjane.

Dans les années 30, elle fait les beaux jours de Bobino ou chez O'dett ( le cabaret de René Goupil) .

Un de ses premiers grands succès sera une adaptation française de 'In the chapel in the moonlight' , sur la lancée les producteurs lui font enregistrer 'Begin the beguine' et ' Night and day'.

Son succès traverse les océans et la native de Boulogne-sur-mer se produit aux States, she was then regarded as one of France's biggest female singing stars, notent les biographes.

Revenue en France pendant l'occupation, son étoile continue à briller , c'est en 1942 que Léo signe son plus grand succès ' Seule ce soir' .

Poursuivie par les comités d'épuration après le conflit mondial, sa notoriété faiblit.

Elle décide d'abandonner le prénom Léo pour poursuivre sa carrière sous l 'appellation Marjane, ça ne marche pas fort.

Elle abandonne la scène, tergiverse, revient, sans succès.

On la verra également dans quelques films puis elle s'en va élever des chevaux à Barbizon.

Son aventure a pris fin il y a six jours!

2016- annus horribilis...George Michael, l’ensemble Alexandrov, Mick Zane, Betty Loo Taylor, Andrew Dorff, Léo Marjane!
2016- annus horribilis...George Michael, l’ensemble Alexandrov, Mick Zane, Betty Loo Taylor, Andrew Dorff, Léo Marjane!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 16:10
Flash news- décès de Rick Parfitt de Status Quo

On savait Rick Parfitt mal en point depuis son malaise cardiaque lors d’un concert à l’Expo Antalya en juin 2016.

 Les dernières tournées  du Quo se sont déroulées sans le concours du guitariste, membre du groupe depuis ses origines, lorsque Francis Rossi et Alan Lancaster, déjà complices au sein de The Spectres, font appel à lui, à John Coghlan et à Roy Lines pour former la formidable machine qu'est toujours Status Quo.

Si leurs débuts peuvent être taxés de psychedelia ( Pictures of Matchstick Men, Ice in the Sun,  Black Veils of Melancholy), très vite les Londoniens deviennent les apôtres du boogie rock anglais.

Le groupe compte près de 35 albums et a placé plus de 20 titres dans le top ten du UK.

Plusieurs fois tu as croisé le band sur scène, notamment lors d' un concert mémorable au Marni, à Ixelles, encore une salle de cinéma à l'époque, avec entrée par la place Flagey, jamais il ne t'a déçu.

La triste nouvelle du décès, à 68 ans, de Rick Parfitt dans un hôpital de Marbella, commence à circuler un peu partout sur le net.

 Un communiqué de son  manager  indique: “No further comment will be made at this time and Rick’s family, and the band, ask for their privacy to be respected at this difficult time.”!

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 09:26
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016

Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016

 

Le billet de JPROCK :

Quelques jours avant Noël SAXON terminait sa tournée par la Belgique avec un concert au Trix qui a tenu toutes ses promesses.
En voici les moments forts...

C’est GIRLSCHOOL qui assure l’avant programme.
Actif depuis 1978, le band entièrement féminin composé de Kim McAuliffe , Enid Williams, Denise Dufort et Jackie Chambers nous gratifie d’un set énergique quoique un peu brouillon.
Ces dames n’ont plus vingt ans et malgré une bonne volonté évidente et l’envie d’en découdre, leur prestation reste festive mais inégale.
Mais respect en tout cas pour leur longue carrière, même si je ressors quelque peu déçu de leur show de ce soir.

Place ensuite à SAXON.
Le groupe est une légende en activité depuis 1976 et continue au fil du temps inlassablement à nous sortir des albums de très bonne facture et à remplir les salles.
Emmené par un Biff Byford qui à 65 balais paraît toujours aussi dynamique, et par un Paul Quinn né lui aussi en 1951 et purement bluffant lorsqu’il fait hurler sa six cordes, SAXON nous offre un concert magistral de près de 150 minutes.
Et bien évidemment tous les hits sont présents de « Battering Ram » qui ouvre le show à « Princess of the Night » qui le clôture.
Autant de compos metal devenues avec le temps des hymnes repris en choeur à pleins poumons par le public.
Visuellement le band n’est pas en reste et mise sur des lights efficaces et des fumigènes qui surgissent à point nommé.
Et puis il y a la voix de Biff qui reste toujours incroyable et lui permet de déployer encore à son âge une tessiture que jalouseraient bien des jeunes loups.
En fin de set, le groupe reprend « Ace of Spades » de Motörhead en hommage à Lemmy qui nous a quittés bien trop tôt et qu’on n’oublie pas.
Et le public se régale.
Le deuxième rappel clôture en beauté avec « Denim and Leather
» , « Crusader » et « Princess of The Night » un concert en tous points purement excellent.
Un bien joli cadeau déposé au pied du sapin pour le public présent.
En quittant la salle on se réjouit déjà de les revoir à leur prochain passage chez nous.
See you next time guys and thank you !

Texte et Photos JP Vanderlinden aka JPROCK-THE DARK FEATHER.

Setlist :

It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll) (AC/DC song on tape)
Battering Ram
Heavy Metal Thunder
Sacrifice
Solid Ball of Rock
Ride Like the Wind
Never Surrender
Chasing the Bullet
Stand Up and Be Counted
The Devil's Footprint
Strong Arm of the Law
The Eagle Has Landed
20,000 Ft
Queen of Hearts
And the Bands Played On
Dallas 1 PM
Ace of Spades (Motörhead cover)
Wheels of Steel

Encore:
Let Me Feel Your Power
747 (Strangers in the Night)

Encore 2:
Denim and Leather
Crusader
Princess of the Night

Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 10:06
Floreffe Jazz Orchestra - Concert Anniversaire - salle communale de Floreffe, le 18 décembre 2016

Floreffe Jazz Orchestra - Concert Anniversaire - salle communale de Floreffe, le 18 décembre 2016

 

 

Charles Eloy

 

 

Le Floreffe jazz Orchestra (FJO) a 10 ans d'existence et fête cet événement par deux concerts de gala dans son fief, les 17 et 18 décembre.

 

Je remarque l'enthousiasme du public pour le FJO, composé de 19 musiciens d'exception, habitant Floreffe ou les alentours.

 

Le concert du dimanche est annoncé à 17 heures. Floreffe n'étant pas loin de Namur, certains diront que les Namurois sont lents, d'autres affirmeront qu'ils sont en avance. Ils ont la réputation d'être parmi les meilleurs éleveurs d'escargots, ayant la patience de les surveiller (Petits-Gris de Namur).

 

Le quart d'heure académique est dépassé. Il y a un bar devant l'entrée de la salle de concerts. Cela se fait dans la bonne humeur. L'ambiance est bon enfant sans devenir éthylique.

 

Véronique et Benoît, le frère de Jean-Pierre Mouton, animent la longue soirée, présentent les musiciens, commentent les compositions et font des sketches.

 

Le concert des Best Of du FJO débute avec Moonlight Serenade, une ballade de Glenn Miller. La section des saxophones est menée par le dirigeant et créateur du FJO, Jean-Pierre Mouton qui nous épate par ses improvisations. Il est également un clarinettiste, saxophoniste ou flûtiste de renommée internationale, qui a tourné aux États-Unis et en Europe avec le Jack Million Band ou rejoint les musiciens de Marka, du Louisiana Band, du Dixie Boys Band et autres formations jazz ou pop.

 

Les deux talentueuses chanteuses aux timbres différents, Gaëlle et Laurence reprennent "Sing, sing, sing", une pièce iconique des ‘big bands’ datant de 1936, écrite par le roi des swingers et compositeur prolifique, Louis Prima.

 

Nous terminons la première partie du concert avec "Boogie Down", une chanson initialement enregistrée par Eddie Kendrickx sur le label Tamla de Motown. Le tempo est mené par la section des cuivres sur un train d'enfer nous emportant vers une ambiance festive se concrétisant avec une vingtaine de minutes dans le bar. J'y découvre le pékèt, un invité immanquable des Fêtes de Wallonie à Namur. Un alcool grain distillé à consommer modérément.

 

Le show reprend avec Laurence interprétant "That old black magic". Elle dégage une sensibilité communicative de sa voix couvrant plusieurs octaves.

 

La composition suivante "American Patrol" datant du dix-neuvième siècle a été arrangée par l'orchestre de Glenn Miller. Il y a du swing dans l'air et nous donne l'impression qu'une patrouille passe par l'intensité de la musique dans le milieu du morceau.

 

Gaëlle fait honneur à George Gershwin par l'interprétation de « Summertime » une berceuse aux sonorités blues, extraite de l'opéra en trois actes "Porgy and Bess". Elle a une présence envoûtante sur scène et sa voix est expressive.

 

Le Floreffe Jazz Orchestra nous a offert un florilège des meilleurs morceaux de son répertoire durant plus de trois heures. Une soirée en leur compagnie, reprenant des standards jazz, des compositeurs et arrangeurs contemporains (Jim Martin, Gordon Goodwin, Bert Joris), est une invitation à la relaxation. Le spectacle est professionnel, doublé d'un art de vivre typique, planté dans les gènes des habitants de la région. Cool, cool, il ne faut pas se presser et je me sens tout zen après le concert du Floreffe Jazz Orchestra.

 

 

Le programme de la soirée: Moonlight serenade, American Patrol, Sing sing sing, That old black magic, Summertime, September song, Song of India, Take the A train, I remember you, Sabine Dance, Boogie Down, Fun time, Dear old Stokholm, Artisty rythm, How long and winding..., What a beautiful morning, Moon dance, Route 66, I got it bad, Hard sock dance, For the time being, Blue skies, Me and Mrs Jones, More, What I say.

Floreffe Jazz Orchestra - Concert Anniversaire - salle communale de Floreffe, le 18 décembre 2016
Floreffe Jazz Orchestra - Concert Anniversaire - salle communale de Floreffe, le 18 décembre 2016
Repost 0
Published by charles eloy - dans Concerts
commenter cet article
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 16:03
Naufragés du Silence au CaliClub de Drogenbos, le 17 décembre 2016

Naufragés du Silence au CaliClub de Drogenbos, le 17 décembre 2016

 

Tu te souviens en mars 1988, avant Marc Seberg au Canal Street?

Et le premier Dour, en 1989, avec Lavilliers en tête d'affiche, oui, et Gamine, Carlo n'était pas encore Ministre de l'Environnement...

 

Après une hibernation prolongée, les Naufragés du Silence refont surface en 2015, confectionnent une nouvelle plaque et donnent un showcase/release party à Drogenbos .

Presque tous les copains d'il y a trente ans étaient au rendez-vous, comme le disait Georges ...Au rendez-vous des bons copains Y avait pas souvent de lapins Quand l'un d'entre eux manquait à bord C'est qu'il était mort..., résultat tout le Bruxelles New Wave s'est tapé la périphérie, le coquet club de jazz étant, illico presto, transformé en garage.

T'as le temps d'écluser quelques Maes en attendant l'heure du kick off, parmi les têtes connues, tu avises Ivan Nervous Shakes, déjà dans les vapes, un Freaky Age, normal papa sera sur scène plus tard, le grand chef des Fantastiques Nights, un pervers qui prête sa voix à Perverted by Language, Anouk Weber et bien plus tard on accueillera la demi-soeur de Calamity Jane, la grande Cath, flanquée d'un Ecossais jovial et de Vincent qui a du mal à suivre la cadence, quatre Orval par 30'.

Le livre de bord signale la disparition de six hommes en mer, ils ont pour nom: Jean Vanneste, un disquaire/chanteur au look Jannin( Ucclois comme lui)/ Benoît Dechuyteneer, alias le Grand Ben celui qui aime la plasticine, à la basse/ Michaël Hasson ( Ghinzu, Polyphonic Size) à la guitare et parfois aux claviers/ Luc Crabbe des Lunabarn Studios ( Betty Goes Green, Telstar), guitares/ Joel Bacart ( Betty Goes Green) aux drums et Peter Soldan des studios Dada aux claviers.

Tandis que sur un écran défilent des images d'un road movie pluvieux, les naufragés traversent la marée humaine et grimpent sur scène.

Vous êtes beaux, crie un esthète, ils entament leur set avec ' Derrière les vitrines', pas de méprise il ne s'agit pas de décrire de jeunes personnes attendant le client qui déboursera 25 € pour une passe, non, il fait beau, il y a du soleil , une météo idéale pour flâner avec en bruit de fond un slow comme on en composait avant-guerre.

Jo lance ' La nuit au château' , de la New Wave flamboyante qui évoque en toi des bribes de 'Lady Chatterley's Lover' de D H Lawrence.

Le texte est littéraire sans être boursouflé, ça nous change des âneries que nous infligent certaines stations de radio.

Ils déterrent leur deuxième quarante-cinq tours, ' La ronde des fous' , qui n'a pas pris une ride, le son du piano électrique aux accents eighties fait toujours mouche.

Un gars, un jour, a sorti un stylo et rédigé quand Ange rencontre Indochine, Thierry te fait remarquer qu'il a oublié de mentionner Gamine, le groupe de Bordeaux est probablement plus judicieux comme rapprochement que la clique à Sirkis.

Toujours sur l'album de 1993, ' Vol sans escale', le morceau préféré d' Antoine de Saint-Exupéry.

' Rue Manchester' est dédicacé à Annik Honoré et au petit Emile, cette plage à la Joy Division nous ramène par flashes-back au Plan K qui a vu défiler tous les grands noms des années 80.

La basse du Grand Ben ronronne de plaisir.

Un souvenir, dixit Monsieur Jean, le public a pris plaisir à la reprise de ' Cherchez le garçon' de Taxi Girl, toi, c'est Daniel Darc que tu revois, au Botanique il avait lancé sa serviette sur ton crâne en voyant que tu prenais des notes!

Michaël passe derrière les touches pour le single ' L'Alchimiste' et ensuite recède la place à Peter pour le chaud ' Chant barbare' .

Lautréamont est dans le coin!

' Brouillard de l'empire' et le formidable ' L'amour et la haine' qui donne du boulot à ton cerveau, après quelques instants, il t'envoie des images de Robert Mitchum en faux pasteur, psychopathe, dans l'inoubliable long-métrage de Charles Laughton, mettent fin à un set percutant.

On n'a pas vu le lion de la Metro-Goldwyn-Mayer mais on l'a entendu rugir.

 

Les Naufragés ressurgissent pour un quadruple rappel débutant par 'Autumn' , du Jacques Prévert synthétique et se poursuivant avec ' Jardin de pluie' avant de réjouir les vieux fans en interprétant ' L'astronaute maudit'.

Jean, du haut de son nid, constate: vous avez vieilli, braves gens, il y a 30 ans vous pogotiez sur ce titre et la scène était envahie.

Assurément, nous étions plus souples, alors.

Rock'n'roll hurle Ben en attaquant ' Elle en voulait plus' qui secoue comme les meilleurs Dominic Sonic.

 

Les Naufragés du Silence ont signé leur grand retour ce soir!

 

Il est 23h, voilà , Catherine, la barmaid va avoir du boulot.

01:45', on ferme... Tu nous accompagnes il y a une soirée Mod à Bruxelles?

Invitation déclinée, on a bel et bien vieilli!

 

 

 

 

Naufragés du Silence au CaliClub de Drogenbos, le 17 décembre 2016
Naufragés du Silence au CaliClub de Drogenbos, le 17 décembre 2016

merci à Naturel Perception

Naufragés du Silence au CaliClub de Drogenbos, le 17 décembre 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 20:39
EUROPAVOX Festival Brussels, first edition- day one - Botanique - Bruxelles- le 16 décembre 2016

 EUROPAVOX Festival Brussels, first edition- day one - Botanique - Bruxelles- le 16 décembre 2016

 

Première soirée de la séquence bruxelloise du festival Europavox, 5 groupes à l'affiche, en alternance à la Rotonde et à l'Orangerie!

 

Great Mountain Fire - OY - Napoleon Gold - Kiol - Noiserv

 

 

Napoleon Gold à la Rotonde - 20h.

T'étant attardé au drink, tu manques les deux premiers morceaux du duo luxembourgeois.

En, JP?

Pas de panique, c'est pas folichon!

Les biographes racontent que Napoleon Gold, aucun lien de parenté avec  le petit dictateur qui aimait se rendre à Saint-Hélène en villégiature, ni avec Andrew, qui il y a des années susurrait ' Never let her slip away', est né en 2012, Antoine Honorez, un producteur grand-ducal renommé , décide à cette époque de se produire sur scène.

En 2015, comme il s'ennuyait tout seul sur les grandes estrades, il propose au grand Jérôme Klein de le rejoindre.

Jérôme pianote et tabasse des caisses, Napoleon joue du Rhodes, manipule un sampler, gratte une six cordes et nous raconte des bribes de sa vie.

Genre: ambient, electronica.

Intérêt?

Mineur!

Parfois, tu planes en entendant  des compositions  atmosphériques, parfois tu secoues la tête lorsque ils imaginent   d'improviser et de proposer des titres s'approchant d'une dance music cérébrale.

Des titres?

'Fire', de l'electro flamboyant dédié au Corps de Sapeurs Pompiers - ' Royal Water' , un soundtrack aquatique que tu comptes downloader pour le faire écouter à Moby Dick, ton poisson rouge qui déprime dans son petit bocal - ' Midnight call', que tu comptes downloader pour le refiler à ton cousin Hugues qui tient un restaurant végétarien à Rebecq-Rognon.

Inoffensif, pas incommodant!

 

Orangerie: OY!

Suisse, annonce le Bota, pendant le set, l'affriolante chanteuse  Joy Frempong dévoilera ..We are from Berlin.

Pas grave.

Ils sont deux: Joy, coiffure afro étonnante, tenue vestimentaire bariolée, voix intéressante et  Marcel Blatti, aka Lleluja-Ha, un batteur masqué officiant au sein de Sun Of Moon.

Parlons-en du masque, oublie Zorro ou Scream, sa maman lui a tricoté une mitre, semblable à celle de Saint-Zénon, aber, le couvre-chef est bien trop grand, donc  monsieur Marcel l'utilise comme masque.

Genre?

De l'electro futuriste et tribal.

Leur dernier disque ' Space Diaspora' est sorti chez Crammed Discs en 2016.

Le set débute par l'étrange et envoûtant  ' We we we we' mixant chants grégoriens et electro.

Le masqué, qui s'amusait aux côtés de la grande helvéto/ghanéenne, rejoint ses caisses et cymbales, OY  attaque 'Made of Love' un hip hop/ragga/electro que tu peux rapprocher de Skip and Die, Neneh Cherry ou Mia.

Joy: on revient tout droit d'une excursion spatiale, on vous a ramené des pierres, de la poussière d'étoiles et d'autres trucs invendables à la brocante de Temploux, la suivante se nomme 'Space Diaspora'.

Voix transformée au vocoder, rythmes tribaux, les Martiens, Vénusiens et les habitants de Yuggoth ont adoré.

' Transhuman' tout est trans de nos jours, transgender, translation, trans Europa express, c'est vrai qu'on peut songer à du Kraftwerk trafiqué.

Après un synthpop désuet, le duo propose l'esthétique  ' Horizons'  avant un lament dédié aux milliers de migrants noyés en voulant rejoindre l'Europe à bord d'embarcations de fortune, ' My tears to the ones in the ocean'.

Un extrait de ' No problem saloon', le rap alimentaire  ' Chicken Beer', précède le formidable ' A planet is born', une des plages maîtresses du dernier CD,  elle  termine un concert pas commun.

 

Rotonde: l'Italie nous envoie Kiol.

Alessandro Rooster Bossi a 18 ans, il a choisi l'appellation Kiol pour tenter sa chance dans le monde ingrat de la pop. Alessandro est gentil et mignon, Alessandro a reçu une guitare le jour de ses 15 ans, Alessandro a appris 12 accords, Alessandro chante...  ta petite soeur va tomber amoureuse d'Alessandro, avant, elle en bavait pour Ed Sheeran, encore avant, pour Jason Mraz, mais Kiol est plus mimi.

Kiol est poli, il salue et se présente. Pour les sourds, il a emporté une enseigne lumineuse disant I am KIOL, il débute par un indie folk dont il n'a pas révélé le titre, son premier EP doit paraître en 2017, pour t'aider on te signale qu'il a répété plusieurs fois  I swear, I swear....

La suivante, tout aussi pacifique, se nomme peut- être ' Easy go' ou ' Easy goal' ou ' Easy call', il a prononcé  ISCO.

Tu dis, Charles?

Le 327872 ème singer-songwriter sans carrure et sans consistance.

Tu es médisant, Charles!

Next one is a song for my generation...someone made me cry.... chante-t-il!

C'est pas moi, réagit Charles.

' Did I' et puis 'Tower' se succèdent.

Il a une bonne voix, murmure Adeline à sa cousine, grand-mère opine du bonnet.

Ces rengaines faciles et les accords simplistes te font autant d'effets que l'annonce de Hollande qui a décidé de ne pas se représenter aux élections présidentielles.

Pour le prochain EP, 'Wrinkles' , et, enfin,  une ultime rengaine romantique avant de nous remercier et de se taper un selfie avec à l'arrière des mamies souriantes.

 

Great Mountain Fire à l'Orangerie, sérieusement garnie, les Bruxellois ont une clientèle fidèle.

Le second album ' Sundogs' date de 2015, à première vue   Thomas de Hemptinne (vocals, guitar, keys)/ Antoine Bonan (guitar, keys, vocals)/ Alexis Den Doncker (bass, vocals)/ Tommy Onraedt (keyboards) et Morgan Vigilante (drums, percussions) ont disposé de  temps libre pour composer de nouvelles plages.

Ils ouvrent avec l'ensoleillé, malgré le titre, ' You, shadow' , à écouter allongé dans ton hamac, un batida de coco à portée de main.

Tu rêvassais au soleil en imaginant des nanas sculpturales peu vêtues, te souriant lascivement, c'est Cendrillon qui t'a tiré de tes songes,  cette 'Cinderella' sautille comme une innocente sauterelle, en te retournant, tu constates qu'une colonie de demoiselles fait pareil.

Et si on se tapait un petit déj' tropical: jus d'ananas, raisins, mangue, yaourt, miel,  ce ' Breakfast' est frais et juteux, on a aimé les effets de guitare.

Bruxelles, on vous avait promis des surprises, en voici une, ' Save me' .

Ce nouveau morceau est suivi par le tube ' The Magic' , du poppy  funk irrésistible.

Nous, c'est le mambo rock ' Four-Poster Ride' qui a retenu toute notre attention, génial, ce titre!

Morgan, très vigilant, ce soir, aborde ' 5-step fever' d'un rythme soutenu.

Funk me, baby!

Pour varier les plaisirs, GMF enchaîne sur une ballade pop ( à la Crowded House), psalmodiée à trois voix.

Avec ' Hurry up' reviennent les pointes disco.

Bruxelles, on a un invité, venu en droite ligne d'Uruguay , le frère de l'autre, il veut bien nous accompagner pour le titre suivant.

Monsieur Waterlot, un lion barbu, nous fait son numéro de Schtroumpf grognon  avant d'aller tabasser des casseroles qui traînaient près des claviers.

'A gypsy father' s'avère être le titre le plus multicolore du set, sans pause ils ont embrayé sur une pièce nommée 'Willy, c'est ce que tu lis' sur la playlist.

Le temps imparti est écoulé, les fans réclament le retour des moussaillons, ils reviennent pour se mêler au public et entamer un chant boy-scout que tu n'entendras pas, on t'attend à la Rotonde.

 

 Noiserv

Derrière ce patronyme étrange se cache le Lisboète David Santos, dont c'est le premier passage à Bruxelles..

La discographie de l'homme compte plusieurs singles, EP's ou full length CD's.

Dernière sortie en 2016,  '00​:​00​:​00​:​00'.

Lorsque le terme multi-instrumentalist est utilisé, tu imagines 7 à 8 instruments, au maximum, lors d'une entrevue, le barbu a confié disposer de 100 instruments, il en maniera une quinzaine ce soir: guitare, claviers, accordéon, xylophone, percussions, melodica, omnichord, clochettes, boîtes à musique, différents synthés, un mégaphone, une loop station  et ....une voix, qui vous envoûte.

N'y allons pas par quatre chemins, ce jeune homme aura été LA révélation de la soirée!

Le set débute par ' Mr Carousel' .

Bienvenue dans l'univers poétique et minimaliste d'un gars que tu peux comparer à Yann Tiersen, Sigur Rós et autres adeptes d'une pop éthérée et soignée.

Tout ce qu'il manipule est mis en boucle, il y ajoute quelques aboiements étouffés, Bruxelles se tait, écoute attentivement, avant de manifester sa joie.

In French, je m'appelle David, my French n'est pas terrible ( ce qui est faux), voici 'This is maybe the place where trains are going to sleep at night'.

La musique t'enveloppe, t'apaise et finit par t'envoûter, par quel tour de magie?

Avez-vous remarqué que j'avais omis d'amplifier le son de la guitare?

Non!

OK, j'utilise une effect pedal, vous entendrez la différence sur 'The sad story of a little town', un titre  primesautier.

La suivante, chantée en portugais, est extraite de la  banda sonora do documentário 'José e Pilar' de .Miguel Gonçalves Mendes, le titre s'appelle ' Palco do Tempo'.

Mélancolie et profondeur évoquant certains airs de Madredeus.

La valse ' I was trying to sleep when everyone woke up'  présente, dans un de ses mouvements, de sérieux relents Leonard Cohen, elle est suivie par ce qui sera la fin du set, 'Don't say hi if you don't have the time for a nice goodbye', une dernière perle de justesse de ton et de grâce.

C'est à The Divine Comedy que tu penses en entendant cette élégante tranche de baroque pop.

 

La Rotonde, séduite, exige un bis, c'est bien volontiers que le garçon, affable, s'exécute et propose 'Bontempi' , la plage clôturant l'album 'One Hundred Miles from Thoughtlessness'.

Cette old-fashioned rengaine aux accents Pasadena Roof Orchestra met un terme à un concert précieux.

 

Noiserv peut se voir et s'entendre à l'Eurosonic en janvier!

 

photos - jp daniels et michel ( concert monkey)

 

EUROPAVOX Festival Brussels, first edition- day one - Botanique - Bruxelles- le 16 décembre 2016
EUROPAVOX Festival Brussels, first edition- day one - Botanique - Bruxelles- le 16 décembre 2016
EUROPAVOX Festival Brussels, first edition- day one - Botanique - Bruxelles- le 16 décembre 2016
EUROPAVOX Festival Brussels, first edition- day one - Botanique - Bruxelles- le 16 décembre 2016
EUROPAVOX Festival Brussels, first edition- day one - Botanique - Bruxelles- le 16 décembre 2016
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 10:56
Quelques échos de la présentation à la presse de l'Europavox Project!

Quelques échos de la  présentation à la presse de l'Europavox Project!

 

Rendez-vous à 17h30 dans la salle du Museum du Botanique pour la conférence de presse instaurée à l'occasion de l' EUROPAVOX Festival Brussels, 1st edition.

Il y a deux jours, le même musée hébergeait le vernissage de l' exposition William Klein  5 Cities, en passant, on te conseille d'y aller jeter un coup d'oeil, les clichés du bad boy valent le déplacement!

Après le quart-d'heure académique devant permettre aux retardataires de se procurer le bracelet/ laissez passer, l'équipe du Bota nous invite à prendre place dans le salon.

Après une courte allocution de   Paul-Henri Wauters, le micro est refilé à François Missonnier, organisateur du Rock en Seine et cheville ouvrière d'Europavox, qui a vu le jour en Auvergne.

Le bon François, moins tarte qu'un autre président,  trace l'historique  du festival, aborde les nouveaux projets puisque l'avenir est européen avec 14 partenaires en provenance de sept pays du vieux continent.

La Commission Européenne est représentée par Corinne Rigaud dont l'intervention humoristique aura diverti l'assistance, elle affirme que Nick Mason du Floyd soutient le projet.

Après avoir visionné un clip tourné lors du Festival de Clermont-Ferrand, des responsables des différents pays partenaires font le bilan du festival organisé chez eux: Zagreb avec Fugu Mango à l'affiche, Bologne, Vilnius, Vienne et, enfin,  celui d'Athènes s'étant déroulé il y a 6 jours.

Le Botanique clôture l'année avec 10 noms à l'affiche pour deux jours de musique.

2017 doit débuter avec Eurosonic ( P -B) en janvier.

Les interventions prennent fin avec la présentation du futur webzine européen , ' Europavox Online Media'.

 

Tous au buffet avant les concerts qui auront lieu à la Rotonde et à l'Orangerie.

 

Quelques échos de la présentation à la presse de l'Europavox Project!
Quelques échos de la présentation à la presse de l'Europavox Project!
Repost 0
Published by michel - dans news
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 14:47
La Grande Faucheuse ne chôme jamais: Mark Fisher, Bunny Walters, Betsy Pecanins, Tonio Marinescu

Mark Fisher est décédé le 12 décembre, ce claviériste/session musician fort  demandé a notamment collaboré avec les Beatles sur Sgt Pepper ou avec Sinatra, Sarah Vaughan, Womack And Womack, Wham ou Sister Sledge,  mais il a également fait partie de plusieurs formations, ainsi il rejoint Mark Reilly, au sein de Matt Bianco, une collaboration qui va durer 20 ans.

Il a en outre joué chez Second Image et enregistré un album solo, ' Love Situation'.

 

Avec ' Brandy',  Bunny Walters s'est tapé un top ten en Nouvelle-Zélande. En 1974, Barry Manilow rebaptise la rengaine ' Mandy' et la place au sommet du Billboard.

"Take the Money and Run"et "Nearest Thing to Heaven" sont deux autres tubes de Bunny Walters qui a fait une belle carrière au Japon.

Le chanteur est mort le 14 décembre à l'âge de 63 ans.

 

Betsy Pecanins, qualifiée de la reina del blues en México, a été victime d'un infarctus ce 13 décembre.

De mère catalane et de père américain, elle s'établit au Mexique où elle fait carrière en tant que chanteuse de jazz, de blues et de ranchera.

Après  'Viendo tus ojos' qui sortait en 1980, elle a encore gravé une douzaine d'albums, le dernier ' Sones' en 2009.

Además, su música se utilizó en películas mexicanas como La reina de la nocheHasta morirDos crímenesCilantro y perejil y Asesino en serio. indique le magazine UnoMàsUno!

Le batteur rennais Tonio Marinescu (53 ans) est décédé le week-end dernier.

Membre fondateur du groupe  Kalashnikov, il continue à jouer avec Dominic Sonic lorsque le groupe de Lamballe jette l'éponge.

Il a également oeuvré au sein de Coyotte Pass, Dargelos , Les Casse Pipe et avec le groupe australien The Midnight Scavengers pour une tournée en France.

 Tonio Marinescu avait d'autres talents puisqu'il était artiste plasticien renommé.

 

La Grande Faucheuse ne chôme jamais: Mark Fisher, Bunny Walters, Betsy Pecanins, Tonio Marinescu
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 09:15
Pascal Obispo avec orchestre symphonique - Billet de femme - Forest National le 15 décembre 2016

Pascal Obispo avec orchestre symphonique - Billet de femme - Forest National le 15 décembre 2016

 

La brève de JPROCK :

Après un premier passage dans la salle forestoise en mai 2016 dont j’avais écrit beaucoup de bien dans ma chronique d’alors, Pascal Obispo est de retour ce soir à Forest National avec son spectacle « Billet de Femme » .
Entouré pour la circonstance d’un orchestre symphonique, l’ artiste va nous livrer un concert encore plus convaincant qu’il y a quelques mois.
En mai, on sentait sa fougue parfois bridée par cet orchestre qui l’ empêchait par moment de laisser totalement s'exprimer son côté bête de scène, mais cette fois ça y est, Obispo a trouvé le juste équilibre entre les orchestrations magnifiques réécrites pour l’orchestre et
la folie scénique qui caractérise habituellement ses prestations.
Côté setlist peu de changements si ce n’est l’interprétation d’ une version bien torchée de « Bitter Sweet Symphony « de
The Verve jouée avec le support de Sam Stoner son guitariste dont c’est aujourd’hui l’anniversaire.
Question ambiance, le public est debout dès le deuxième titre malgré la configuration assise prévue au départ et répond présent durant tout le set.
Pascal Obispo reste quant à lui fidèle à lui même, généreux et talentueux, blagueur ( il prendra gentiment en grippe un spectateur qui venait le voir pour la première fois et ne le lâchera plus durant tout le concert) et toujours aussi bluffant vocalement. Avant de quitter la scène, il a promis à son public de revenir la prochaine fois avec un spectacle qui sera totalement différent de celui ci.
Vu qu'on sent la bête affamée et en manque d’électricité, gageons que la prochaine tournée sera un retour au pop-rock, ce qui ne serait franchement pas pour me déplaire…

Texte et photos : JP Vanderlinden aka JPROCK - THE DARK FEATHER.

Pascal Obispo avec orchestre symphonique - Billet de femme - Forest National le 15 décembre 2016
Pascal Obispo avec orchestre symphonique - Billet de femme - Forest National le 15 décembre 2016
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 17:31
Lisa LeBlanc - Rosie Valland à la Rotonde du Botanique - Bruxelles, le 14 décembre 2016

Lisa LeBlanc - Rosie Valland à la Rotonde du Botanique - Bruxelles, le 14 décembre 2016

 

Une soirée Grand Nord aux accents du Québec, annonçait le Bota.

Comme le thermomètre indiquait 11°c, on a laissé le traineau à la cave et les huskies chez Tante Jeanne, qui les loge dans sa ferme à Gastuche, pour se taper Bruxelles en trottinette.

 

Le nom de Rosie Valland se retrouve dans les magazines musicaux en 2012, elle atteint la finale du Festival international de la chanson de Granby, un événement créé en 1969.

Depuis elle a pas mal tourné au Canada et a sorti l'album ' Partir Avant' en 2015 et, tout récemment; l'EP ' Nord-Est'.

Pour sa première tournée européenne elle est flanquée de Jean-Philippe Levac: batterie, percussions et de Frédéric Levac au synthé, Rosie chante ( fort bien) et manie la guitare ( fort bien).

Au Canada les artistes ne chantent pas des chansons mais des pièces, la première se nomme 'Noyer', J P pointe au chômage, Frédéric et Rosie entrent en action.

Une voix douce, parfois écorchée, débite un texte pas crétin traitant d'une rupture, l'impression de souffrance est accentuée par le fond americana/folk captivant.

Excellente entrée en matière.

La suite sera à l'avenant.

Le batteur est mis à contribution, à trois ils embarquent pour ' l'Isle' , on les suit. Ce morceau s'adresse autant à ton cerveau qu'à tes tripes, les riffs de guitare font mouche, les frères Levac assurent un background solide.

Quand on a fini le tour du lopin, la gentille Rosie, propose de ' Partir avant', un midtempo mélancolique.

La Rotonde applaudit, une voix s'élève...c'était magnifique..., Rosie rosit et sourit avant d'attaquer le brillant ' Concession' , tu te surprends à seriner le refrain ..l'hiver sera long, comme si il n'y avait jamais eu d'été... beau comme du Jean-Louis Murat!

La suivante, 'Sinon', est une nouvelle pièce, même si pour vous toutes ces chansons sont nouvelles.

Après cette ballade concise jouée solo, le trio embraye sur le lumineux ' St-Denis' avant d'achever le set par ' Olympe' , dédié à la première féministe française, Olympe de Gouges.

Après 25 secondes, le claviériste se rend compte qu'il a foiré, pas de problème, on la refait en souriant.

Un grand morceau, encore un, et un concert prisé!

Rosie Valland, une belle découverte!

 

Registre différent avec Lisa LeBlanc, cette nana est du genre rigolote à qui on ne la fait pas, inapprivoisable, elle jacasse, déballe des anecdotes truculentes, heureusement qu'elle est sur scène, sinon elle te flanquerait de grandes claques dans le dos, viderait ton whisky coca pendant que t'as le dos tourné ou ferait un pied de nez à ta copine qu'elle trouve infatuée.

Mais faut pas se fier aux apparences, son mix furieux de folk/country/psychobilly/punk /cajun, s'il décoiffe un max, est également fichtrement bien torché.

Elle déboule accompagnée par un trio de barbus, J P ( Jean-Philippe) Hébert aux guitares/ Maxime Gosselin à la batterie et Benoît Morier à la basse.

Après un Bonsoir Brousse L, comme on dit chez nous, l'équipe attaque le blues ( Self-proclaimed) 'Voodoo Woman' qui soudain vire punk rock furieux.

Toute la Rotonde est secouée par cette approche énergique et ce n'est qu'un début, le combat continue avec le déjanté ' Chanson d'une rouspéteuse' passant Johnny Cash à la moulinette.

Les chevaux se sont emballés, la nana râle.... je crois que je vais mourir... mais non, voilà ton canasson Lisa.

T'es malade, ' J' pas un cowboy'!

Après deux titres où elle maniait l'acoustique, elle décide de revenir à l'électricité, pendant le temps mort, Bébert nous balance un impromptu jazzy pas niais, elle en profite pour présenter les Daltons, ils sont beaux, s'habillent tous chez le cousin de Yves Saint-Laurent, ils sont disponibles pour divertir vos invités lors de vos cérémonies maritales ou enterrements, ils sont pas chers!

Assez ri, voici, ' City slickers and country boys' et ses twangy guitars.

Du mouvement sur scène, JP, t'es prêt, on prend la pose!

'Could you wait ’til I’ve had my coffee?' avant de me plaquer et par la même occasion, refile -moi les 100 dollars que tu me dois, loser!

Après s'être fait larguer par ce connard elle ramasse un banjo et annonce ' Cerveau ramolli' , un titre profond .

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite!

Toujours au banjo, toujours extrait de l'album de 2013, intitulé ' Lisa LeBlanc', ' Du duvet dans les poches' , un titre qui précède le traditionnel ' Katie Cruel' qu'elle a appris à connaître dans la version de la sublime Karen Dalton.

Dans la ferronnerie de son bled, elle a déniché un triangle, un ti fer par chez nous, il va servir pour interpréter ' Ti gars' , une triste histoire d'un gars qui est parti pour toujours!

La délurée vient tabasser les cymbales de Maxime, lui fait un clin d'oeil et reprend son chant.

Cinq minutes de stand-up comedy où il est question de choux de Bruxelles, de Rogersville (Nouveau-Brunswick) , d'un village de 51 habitants, moins un, puisqu'il parcourt le monde, du trou de cul du monde, de recettes au fromage , puis elle enfile ses bottes de sept-lieues et nous joue 'Lignes d'Hydro' qui n'a rien à voir avec un célèbre encyclopédiste.

' 5748km' c'est la distance qui me sépare de mon bien-aimé, elle joue ce folk à la Arlo Guthrie solo, à l'acoustique.

La suivante est dédiée aux indécis, ' I love you, I don't love you, I don't know', un petit country rock nerveux!

Du bluegrass/punk, ça existe?

Yes, "Gold Diggin' Hoedown"!

Ne vous gênez pas pour nous envoyer vos soutiens-gorge ou autres pièces de lingerie, mesdames, messieurs, on a ouvert un musée, au New-Brunswick.

' You look like trouble' (But I guess I do too) démarre mollo avant un signal du batteur qui voit la troupe entamer une folle cavalcade.

Des fous dangereux au Canada!

Grosse ambiance au Botanique et ce n'est pas une version destroy de 'Ace of Spades' qui risque de calmer la foule.

On arrive à l'ultime tour du circuit voici 'Race Track', comme le moteur n'était pas chaud lorsque le drapeau à damier s'est levé, on démarre en douce, après quelques kilomètres on appuie sur le champignon et les cylindres hurlent, le tour d'honneur se fera au ralenti.

Kisses, Brousse L!

 

Bis.

Trois barbes plus une invitée derrière un micro, Lisa au banjo, Bruxelles, le refrain est pour vous, il s'agit d'une chanson d'amour, ' Aujourd'hui ma vie c'est de la marde' .

Cette franche rigolade est suivie par un intermède unplugged, Lisa, au violon, et ses potes, nous rejoignent dans la fosse pour une suite comprenant un traditionnel cajun et une composition mi-cajun/mi-acadienne de la plume de la madame.

J'ai le goût ce soir, j'ai envie de vous faire un troisième bis avec la guitare que Denis vient de m'offrir, voici ' Kraft dinner' un truc dégueulasse qu'on bouffe par chez nous et, enfin avant de vous retrouver au merch., une reprise de Lee Hazlewood, ' By the way'.

Elle peut faire le clown, Lisa, mais elle sait chanter.

 

 

Une chouette soirée au Bota!

 

photos - jp daniels ( concert monkey)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisa LeBlanc - Rosie Valland à la Rotonde du Botanique - Bruxelles, le 14 décembre 2016
Lisa LeBlanc - Rosie Valland à la Rotonde du Botanique - Bruxelles, le 14 décembre 2016
Lisa LeBlanc - Rosie Valland à la Rotonde du Botanique - Bruxelles, le 14 décembre 2016
Lisa LeBlanc - Rosie Valland à la Rotonde du Botanique - Bruxelles, le 14 décembre 2016
Lisa LeBlanc - Rosie Valland à la Rotonde du Botanique - Bruxelles, le 14 décembre 2016
Repost 0
Published by michel- jp daniels - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents