Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 15:19
Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017

Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017

 

Le jour de saint-Odilon, souvent n'amène rien de bon.

Effectivement, t'as perdu une chaussette!

T'en piques une ( trop petite) à madame et tu files vers un centre ville déserté, pour assister au concert de Pauwel De Meyer au Bonnefooi.

Que disent les astres:  Pauwel ( forme flamande de Paul)    est un homme séduisant, au charme discret, non dépourvu d'une certaine aura de mystère. Il cherche à plaire et à être dans les grâces d'autrui et cela peut se traduire tant par le souci de son apparence raffinée que par un besoin de séduire.

T'as essayé Bart pour rire: Il serait bon de développer chez lui le sens du partage, car il tend à être égocentrique et capricieux. ... avant de commander une bière .

Désolé BIERE n'est pas référencé dans notre base..

Vers 21:15, ils sont quatre à se coincer près de la vitrine: Pauwel De Meyer ( chant, acoustique) - le vétéran Klaas Borms ( The Paranoiacs, Suburb Songs, Southfork, Comrad Conrad, Monster Youth,  Orgasmaddix et autres bands du pays de Waas) aux drums - Anton De Boes ( Coyote Melon, Nicely Dressed...) à la basse et Koen De Gendt , spécialiste des échappées fleuves, à la lead guitar ( Monster Youth, Doylu, Charlies Jones ' Big Band...).

Pauwel ( Monster Youth, too) a sorti un troisième album solo ( Having Fun) dans le courant de l'automne 2016.

Il a eu l'occasion d'assurer l'avant-programme de plusieurs concerts du Maurits Pauwels Groep ( Mauro Pawlowski’s Nederlandstalig project).

 

Entrée en matière joyeuse avec l' americana poppy  ' Shana-na' , une plage invitant au farniente au soleil, alors qu' à Bruxelles le thermomètre indique 2°.

'Eiaha Ohipa', tu nous éclaires, Gauguin.

Ne pas travailler!

Excellent programme, Paul, vais me balader avec Virginie!

La plage est plus démonstrative, on a apprécié la digression instrumentale.

Que certains citent My Morning Jacket est loin d'être aberrant, pour rester dans le rayon indie/ lo fi, on ajoutera Midlake.

Le timbre de Pauwel se rapproche d'ailleurs de celui de Tim Smith qui a quitté les Texans en 2012.

Le doux ' Lonely Boys' fait à peine  66", Koen te pique ton verre, vide heureusement, pour aller le frotter contre ses cordes, tandis que Klaas secoue un duo de shakers avec délicatesse.

Après cet alt.country concis et harmonieux les gars de Sint-Niklaas attaquent ' 99'  pour lequel Pauwel délaisse son acoustique et tapote un mini- Korg.

La lenteur est de mise!

Le single ' Here again' nous prouve que le gars a bien écouté Velvet Underground et que les harmonies des Beach Boys restent un point de référence essentiel.

L'intro du plus ancien ' Life's too short' ( attribué à Monster Youth)   nous rappelle certains titres de Roy Orbison, puis vient un  fond surf pour finir sur une pointe de psychédélisme.

' Easy' sera une des pièces maîtresses du set,  ce titre psychédélique ( encore), imparable , doit plaire aux fans de Jacco Gardner et des plus anciens qui ne jurent que par les Byrds.

' Prins Albertstraat' aurait pu se trouver sur un album de  Dry Livers, Peter Arnout a toujours été fan de Neil Young.

En voiture!

T'as une caisse?

Celle de maman, ' Mom's car'.

Un titre plus rock et puis comme il s'agit d'automobiles, on avance le juteux ' Driver's seat' de Sniff 'n the Tears.

C'est déjà la dernière,  ' Nothing to prove', un ultime downtempo bucolique.

 

 2017 a démarré sous de bons augures, merci Pauwel De Meyer!

 

 

Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017
Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017
Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 13:36
Le blues néerlandais a perdu Mariëlla Tirotto

Mariëlla Tirotto a perdu son combat contre un cancer du poumon, elle est décédée le 4 janvier.

Malgré la maladie, Mariëlla continuait à se produire sur scène, elle avait encore deux concerts prévus à son agenda, à Groesbeek et Borger.

La jolie chanteuse qui avait remporté le Dutch National Blues Award en 2010 se produisait fréquemment chez nous, ainsi c'est en 2009 que tu fais sa connaissance alors qu'elle était à l'affiche du Machels Blues Festival avec son groupe The Blues Federation dans lequel jouait son mari, Heins, aujourd'hui inconsolable.

Mariëlla et son band nous laissent trois CD's et d'excellents souvenirs.

Heins Greten communique: De uitvaart van Mariëlla zal plaatsvinden in besloten kring op woensdag 11 januari 2017.

 

Un autre décès est à déplorer dans l'univers blues/soul, le guitariste suédois Sven Zetterberg ( 64 ans) nous a quittés en décembre.

Sven a joué au sein des bands suivants: Telge Blues, Blues Rockers, Blue Fire, Four Roosters et Chicago Express.

Plus récemment, il se consacrait au Sven Zetterberg Blues Band et au Sven Z Trio

Le blues néerlandais a perdu Mariëlla Tirotto
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 18:39
The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016

The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016

 

T'es devenu pire que le Schroumpf grognon, la période des fêtes te tape sur le système, faut pas te proposer une soirée St- Sylvestre en ville, ce que Bruxelles est devenue sous le règne Mayeur te rend malade, sans parler des bandes d'individus hostiles qui prennent un malin plaisir à faire chier ( et plus) le brave peuple ayant décidé de prendre du bon temps dans la capitale, sous prétexte qu'il ne partage pas les mêmes 'valeurs' qu'eux.

Donc des pétards en pleine gueule, des insultes proférées ( sale pute, connasse, etc...) à ta compagne, et autres joyeusetés, tu préfères t'en passer, tant pis pour les traditions.

Traditions qui ont tendance à se perdre, pour preuve la querelle ayant entouré la crèche de Noël installée dans la maison communale de Holsbeek, crèche un instant éloignée suite à une plainte d'un échevin bien-pensant se justifiant ainsi ...Wij hebben dat gedaan omdat er scheiding moet zijn tussen kerk en staat....

Ce genre de comportement te donne des boutons.

Donc en ce 30 décembre frileux, t'étais énervé, ton chat avait chié à côté de son bac, puis était allé occuper le canapé où tu comptais t'allonger, tu as épluché le maigre calendrier des concerts se déroulant en région bruxelloise et opté pour Woluwe-St- Lambert.

Quand madame a déclaré je t'accompagne tu as failli applaudir car tu venais de dénicher un Bob te permettant de noyer ta mauvaise humeur.

Pourquoi The Pinxtones fut la question?

Plusieurs raisons: un: les Flinstones, deux: t'adores les groupes où la basse est tenue par une nana, et trois: tu as un faible pour tous les artistes arborant stone ou stones sur leur pièce d'identité, la bande à Jagger, Elephant Stone, Stone the Crows, les Stone Roses, Stone Temple Pilots, Queens of the Stone Age, sans oublier Stone et Charden.

Direction Woluwe, Tomberg, un chouette établissement, le Bistro d'Ailleurs.

T'y avais jamais les pieds, il était bourré de connaissances, normal l'événement était co-organisé par Nowornever asbl!

 

The Pinxtones.

Les Pinxtones sont jeunes, beaux, élégants, pieux et sobres.

Au chant et à l'acoustique, Mike Bird, l'oiseau qui a l'habitude de se lever dès que l'aurore pointe pour déterrer les vers qu'il refilera aux oisillons restés dans leur nid douillet, à défaut de vermisseaux ( sol gelé) il leur apporte des croissants - aux drums, caché à côté du flipper, Paul Englebert, l'ami des dauphins, il y a trois ans tu l'as vu agiter des baguettes chez Klang - à la guitare, Marc René Deprez, en lice pour l'attribution du plus beau T-shirt de 2016 et enfin, à la basse, non voilée, soeur Tashana Batista, une copine de Bernadette Scoubidous.

19:45', le temple est sérieusement garni, le chanoine, la chatte sur un toit brûlant et les enfants de choeur, débutent l'office sans crier gare par ' Stupidity' un chant grégorien, retravaillé au garage, que jouait Dr. Feelgood.

A la table voisine, Supermémé Trashrabbit, qui, il y a 29 ans, illustrait la page centrale d'un Playboy version afghane, frétille comme un gardon frais.

C'est bien parti!

Tous en voiture!

T'as quoi comme cage, Mike?

A ' Brand New Cadillac' .

Comme le regretté Roberto, il l'a larguée pour se payer à bouffer!

Braves paroissiens, nous ne ferons pas la quête, mais vous pouvez vous procurer notre CD, 'With The Pinxtones' ( 14 songs) pour un prix d'ami, la suivante 'Is she really going out with him' du petit Joe s'entend sur cette oeuvre d'art.

On a pensé à ton matou, mec, voici ' Stay cat strut' .

Joli jeu de jambes de la carmélite, la pils de Supermémé rebondit sur la table.

On s'amuse à ce pré-réveillon!

M'en vais jouer avec 'Suzie Q' derrière le comptoir, risque Tashana puis l'équipe s'attaque aux Who, une suite ' Behind blue eyes' et 'The Seeker';

Imiter Roger Daltrey en faisant voltiger le micro, c'est risqué, Mike a failli perdre une canine, un entraînement intensif s'impose.

Un premier couple de valseurs en piste pendant ' Personal Jesus' aux couleurs Cash.

Willie Dixon a composé 'You Can't Judge A Book By The Cover' en 1962, les Strypes en ont fait une version destroy, celle des Pinxtones remuait salement.

Toujours en mode rock'n'roll crasseux, voici 'Lonely Boy' des Black Keys.

Putain, ta compagne est déchaînée ce soir, elle gueule comme une teenager à un concert des Beatles en 1963.

Le révérend et sa clique achèvent la première mi-temps avec le brûlant ' Beds are burning' de Midnight Oil.

Mémé, reviens avec ton briquet, les pompiers font la grève!

 

A boire!

 

Astucieusement, l'équipe remet le ballon en jeu sur ' I want you to want me' de Cheap Trick, le truc a tôt fait de rassembler une flopée de twisteurs entre les tables.

Un SMS du patron du Bonnefooi: gaffe, les petits gars, la ville va vous envoyer un inspecteur pour examiner si la taxe danse a été acquittée.

On s'en bat les c., on ne danse pas, on remue, car ça gèle!

Un surf, ' Misirlou', la mer est houleuse, méfiez-vous des squales affamés!

Tiens voilà les Sonics, 'Have love, will travel' , tout le monde le sait pour rester jeune il n'y a pas 36 solutions, voyager et bouger, sans oublier de se désaltérer.

Au Bistro D'Ailleurs tout le monde est au courant!

Paul Weller aimait la confiture à l'époque de 'That's entertainment' et comme entertainer il n'y a pas mieux que Chris Isaak, ' Wicked game'.

Oui, Pedro?

Otra de las canciones que mas me gustan...

C'est mieux que Julio Iglesias, effectivement!

Un petit Elvis, mensen?

Les chambres sont clean au rendez-vous des coeurs brisés nommé 'Heartbreak hotel'.

Le jeu de guitare de Marc René, un petit frère des Blues Brothers, est stylé.

Rien à dire, les Pinxtones disposent des bonnes cartes pour flanquer le feu dans tous les bistrots du royaume.

' Don't you want me' sans synthés, ni ketchup, étonne, ils enchaînent sur 'Fire' ( Springsteen/Pointer Sisters), ce qui n'est pas une bonne idée car Mémé a récupéré le briquet qu'on lui avait confisqué!

Une question, on reste ou on se casse?

Le punk farfelu: tirez-vous, vous êtes mous!

' Should I stay or should I go' inspire madame, elle pousse quelques cris sauvages.

La Cadillac est revenue, on reprend la route.

Une départementale?

Non, Chicago, St Louis, Amarillo, San Bernandino, terminus Linkebeek, la 'Route 66'.

Paul, tu permets, on t'emprunte ' Mrs Robinson'.

Non, on ne va pas l'abîmer mais on accélère le tempo!

Un petit boogie, les copains?

ZZ Top?

Non, Chris Isaak, ' Baby Did a Bad, Bad Thing'.

On adore!

La route fut longue, sommes à court de carburant, vite les Stones, ' It's only rock'n'roll' repris par toute la paroisse, sauf par Mickey le muet.

On a soif, merci d'être venus, quoi, encore une, vite, alors!

J'appuie sur le champignon, attachez vos ceintures, direction le ' Texas' de Flat Foot.

 

Yeah, yeah, yeah...

Tu dis, Enrico?

On ne va pas se quitter comme ça!

C'est vraiment la dernière, monsieur Macias , Neil Young, ça vous va?

Si!

' Keep on rockin in the free world'.

T'as raison, tant que le free world existe!

 

Les Pinxtones seront au Zik-Zak ( Ittre) le 21 janvier!

 

 

 

 

 

 

 

The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016
The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016
The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 09:25
La Framboise Frivole au Théâtre des Martyrs - Bruxelles, le 30 décembre 2016

La Framboise Frivole au Théâtre des Martyrs - Bruxelles, le 30 décembre 2016

 

Le billet de JPROCK :

La Framboise Frivole fête ses 100 ans ( 40 ans pour Bart et 60 pour Peter, cherchez l’astuce…) avec un spectacle formidable proposé au Théâtre des Martyrs à Bruxelles jusqu’au 17 janvier 2017.

Peter Hens (voix et violoncelle) et Bart Van Caenegem (piano) nous entraînent dans leur univers musicalement burlesque où le duo invente des passerelles étonnantes entre différentes formes de musique où s’entremêlent David Bowie, Beethoven, Queen, Debussy, Trenet et bien d’autres.
Le tout sur des arrangements inattendus et somptueux et avec la participation artistique de Jean- Louis Rassinfosse pour les textes bourrés d’ humour.
Tout au long du spectacle le duo témoigne d’une virtuosité qui ne cesse de nous réjouir. Et cette fois c’est Leonardo da Vinci
qui mène la barque et ses inventions servent de fil conducteur à leurs délires !
A la fois visionnaires, virtuoses et clowns, les deux hommes portent ce sixième spectacle à bout de violoncelle et piano nonante minutes durant sans aucun temps mort.
On rit, on est sidéré par leur talent et la maîtrise qu’ils ont de leurs instruments, et on se surprend à tenter de reconnaître à chaque instant les multiples compositions qui s’entrechoquent avec bonheur dans leurs élucubrations musicales.
Bref, ce spectacle est incontournable et je ne peux que vous conseiller de courir acheter votre ticket au plus vite pour les dernières représentations.
En ces temps difficiles La Framboise Frivole se pose une fois de plus comme un bouffée d’air frais qui fait un bien fou !

Texte et photos : JP Vanderlinden aka JPROCK - The DARK FEATHER.

La Framboise Frivole au Théâtre des Martyrs - Bruxelles, le 30 décembre 2016
La Framboise Frivole au Théâtre des Martyrs - Bruxelles, le 30 décembre 2016
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 14:28
2016 n'a pas dit son dernier mot: Alphonse Mouzon, Wilfrid Moonen, Pierre Barouh, Wizz Beauprez, Richard Wéry

Comme George Michael, le batteur Alphonse Mouzon est décédé le jour de Noël, il avait 68 ans.

Alphonze Mouzon tenait les baguettes sur le premier album de Weather Report ( 1971), avant cet épisode il avait collaboré avec McCoy Tyner.

En 1972 il signe un contrat chez Blue Note et enregistre l'album ' The Essence of Mystery'.

Sa discographie solo se chiffre à 25 albums, tandis que ses collaborations dépassent les 30 disques, il a, e.a., travaillé avec Stevie Wonder, Eric Clapton, Jaco Pastorius, Miles Davis, Jeff Beck, Carlos Santana, Robert Plant, Chubby Checker,Les McCann, Betty Davis, Roberta Flack, Al Di Meola ou Patrick Moraz.

Un des grands batteurs de jazz fusion est parti rejoindre d'autres jazzmen au paradis de la note bleue.

 

Wilfrid Moonen ( piano,accordéon, guitare) décédé à Kester ce mercredi était depuis 1971 membre du folkband 't Kliekske, promu cultureel ambassadeur van Vlaanderen en 1995.

Le 15 août dernier il montait une dernière fois sur scène avec le groupe du Pajottenland avant que la maladie ne l'oblige à arrêter la musique

 

« Comme nos voix ba da ba da da ba da ba da chantent tout bas ba da ba da da ba da ba da… » , la bande son d' 'Un homme et une femme', c'était Pierre Barouh.

L'auteur/compositeur est parti le 28 décembre des suites d'un infarctus.

Autre fait notoire d'une riche carrière, le titre 'A bicyclette' interprété par Yves Montand.

Acteur, on le verra dans 14 longs-métrages, ainsi il a joué le rôle d'un résistant dans 'Arrêtez les tambours' de Lautner , on l'a vu dans plusieurs Lelouch et il a enfilé la soutane dans 'Elle voit des nains partout' de J Cl Sussfeld.

Si il y a encore un titre à épingler, nous choisissons ' Saravah' du nom d'un film que Pierre avait débuté en 1965, qui a donné naissance à une maison d'édition et à une chanson chantée avec Baden Powell.

 

Wizz Beauprez, le chanteur du hard rock band Wizz Wizzard, créé en 2007 et auteur de deux albums, est lui aussi décédé mercredi, victime d'un cancer .

Son collègue Kloot Per W lui rend hommage:

Vandaag overleed Wizz Beauprez (Philippe Beauprez.) aka WIzz Wizzard na een lange strijd tegen kanker. Ik kende hem als de zanger van Lipstick Traces een Oostvlaamse biker/bar band onder leiding van Dirk Coussement en Ed De Smul , hij was een melodieuze hardrocker in hart en nieren die openstond voor mijn toch wat alternatievere productietips.

Rock them Wizz.

 

Le chanteur Richard Wéry ayant connu un certain succès ( ' Tu sais' - ' Oh, Baby Twist' ' Tu vas, tu viens' ...) à l'époque des Yéyé est décédé début décembre.

Aucun écho dans la presse spécialisée, c'est par hasard que tu as appris la triste nouvelle.

2016 n'a pas dit son dernier mot: Alphonse Mouzon, Wilfrid Moonen, Pierre Barouh, Wizz Beauprez, Richard Wéry
2016 n'a pas dit son dernier mot: Alphonse Mouzon, Wilfrid Moonen, Pierre Barouh, Wizz Beauprez, Richard Wéry
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 18:59
St. Cloud - Mermaid - Linde in 't Smiske - Asse, le 28 décembre 2016

St. Cloud - Mermaid - Linde: 't Smiske - Asse, le 28 décembre 2016

 

Une soirée découverte au 't Smiske, le folkcafé installé dans une ancienne forge à Asse.

Stien Bovijn, elle-même singer-songwriter et bénévole au sein de la VZW, a programmé trois groupes amis, dont les membres sont, comme elle, étudiants à la Hogeschool PXL-Music à Hasselt.

 

Chaque artiste a droit à une trentaine de minutes pour convaincre l'assistance de son talent.

La série de showcases débute par la prestation de Linde.

 

Linde Muylaert, une jolie frimousse blonde qui se déchausse avant de prendre place sur scène ( c'est plus aisé pour manier les loop pedals), paraît toute frêle et quelque peu troublée face au public.

C'est mon premier vrai concert solo, avoue-t-elle, ik ben een heel klein beetje zenuwachtig.

Si elle s'adresse à nous d'une voix feutrée de gamine timorée, il en va autrement lorsqu'elle se consacre au chant en égrenant les notes de guitare, le timbre pur et clair, parfaitement maîtrisé, fascine d'emblée l'auditeur ( met dank aan de zanglerares Reena Riot) .

Avant cette aventure en solitaire, Linde a fait partie de quelques formations, The Hipster Jugend, ayant participé au Humo's Rock Rally ou De Eerste Keer devenu Human par ex., elle entame son mini-tour de chant par ' Onion' un neofolk que tu peux rapprocher de Mariee Sioux ou Alina Hardin, à cause du murderer lying in a fruit basket, sans doute.

Linde murmure le titre de la chanson achevée avant de proposer ' Lady on a chocolate cake', débutant en vocalises nasales.

Ce nouveau folk précieux évoque Cat Stevens, mais, en 1969, celui qui est devenu Yusuf Islam n'avait pas la possibilité de mettre son chant en boucle, ni de réciter la fin de sa rengaine sur trois couches de vocaux.

Superbe morceau!

' Yellow' est destiné à un ex avec lequel j'ai quelques comptes à régler.

Elle a l'air tendre, Linde, faut pas s'y fier!

' Eggs' , on ne fait pas d'omelettes sans casser des oeufs, le ton, grave, est à la confidence tandis que de nouvelles vocalises harmonieuses enluminent ce titre dont tu dois te méfier si ton taux de cholestérol a tendance à grimper dangereusement.

' Fuck me', non, il ne s'agit pas d'une reprise de Cee Lo Green qui vient d'adapter son 'Fuck You', Linde semble tourmentée par quelques problèmes relationnels et le crie haut et fort.

Ensuite elle propose ' Surgeon' de St.Vincent, une pièce brillante et équivoque...come, cut me open...!

Ce set brillant prend fin avec ' Child' narrant la perte de l'innocence, le triste passage de la naïveté à l'état adulte.

30' délectables!

 

Mermaid

Elle ne vient pas de Copenhague, mais de Loppem, elle ne se nomme pas Ellen Price, mais Lotte Lauwers, et chante au sein de Mermaid où cinq musiciens l'accompagnent: Hanne Vandekerckhove que tu as croisée il y a des années comme bassiste de Blues Vision - Ruben Vanwonterghem aux drums ( actif chez Still Crazy, un coverband) - Eno Meulenbergs et Robbe Malschaert aux guitares et le petit dernier, engagé il y a 2 semaines, Jerôme Pringiers aux keys.

La région bruxelloise ne leur est pas inconnue, ils sont passés par le Monk en novembre.

Si Linde paraissait circonspecte, il en va autrement de Lotte qui n'est pas du genre à se faire toute petite pour se cacher dans un coin, elle assume pleinement le rôle de frontwoman d'un band passant de l'indie au 70s classic rock avec d'heureuses pointes de blues.

' Perfect settings', qui ouvre le set, présente d'agréables effluves Fleetwood Mac, période américaine, les musiciens, ils n'ont pas 25 ans, maîtrisent tous les rouages du métier et Lotte dispose d'une voix parfaite ( un croisement Anouk/ Mariska Veres) pour voyager en ces terres fertiles.

On ne quitte pas le champ bluesy/americana avec le midtempo ' Wishful dancing' suivi par ' 100 red roses', tu ne les avais pas pour les offrir à Miss Lauwers.

Un tube potentiel que ce downtempo moins larmoyant que 'Les Roses Blanches' repris par les Sunlights en 1967.

' Intimate guy' accroche tout autant, tandis que ' Burning hands' éveille en toi des images de Bea Van der Maat au sein de Won Ton Ton.

' Absent shadow', pendant lequel un des guitaristes manie un ebow accentuant l'impression de douleur, termine ce show donné par une formation au potentiel indiscutable.

 

St. Cloud.

Un tout nouveau projet, né en septembre, pas encore de facebook, ni de site web et non repris chez vi.be.

Jeroen Huyzentruyt ( gt) - Jens Roelandt ( dr) - Mathieu Wijckmans ( gt ou bs) - Simon Reyners ( chant, bs) et Casper De Decker ( keys) fréquentent tous la PXL Music School.

S' il est composé de musiciens au talent indéniable, le groupe se cherche encore, son set s'est révélé être un patchwork pas toujours cohérent, passant du shoegazing puis à l'alt rock avant de virer progrock ou jazz funk ( beau son de synth bass) pour s'achever sur une note d'AOR poppy.

Etrange!

L' Intro' instrumentale joue la carte postrock, dès la suivante Simon troque la basse, qu'il refile à Jeroen, contre une guitare et se met au chant pour entamer ' Secrets' une plage shoegaze/alt rock qui sent bon Radiohead.

La montée en puissance n'annonçait pas une fin abrupte.

Le morceau a souffert de quelques indélicatesses techniques, non réglées pour le titre suivant, le downtempo ' Wired'.

Il a fallu reprendre l'amorce au piano et le chant avant d'arriver à un résultat concluant.

Jeroen passe derrière le synth bass pour le groovy progrock ' Dreamer', tu oublies Supertramp, s t p!

' Happy song' porte bien son nom, pendant un petit temps tu penses à Billy Joël, un final moins lisse estompera cette image.

La prestation de St.Cloud prend fin avec ' Into dust', comme in n'y avait pas de vent dans la forge, on n'a pas vu Kansas.



Bilan: trois formations ayant donné un set encourageant

2017 doit les voir confirmer!

 

St. Cloud - Mermaid - Linde in 't Smiske - Asse, le 28 décembre 2016
St. Cloud - Mermaid - Linde in 't Smiske - Asse, le 28 décembre 2016
St. Cloud - Mermaid - Linde in 't Smiske - Asse, le 28 décembre 2016
St. Cloud - Mermaid - Linde in 't Smiske - Asse, le 28 décembre 2016
St. Cloud - Mermaid - Linde in 't Smiske - Asse, le 28 décembre 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 14:03
Album - MOANING CITIES : D. Klein

MOANING CITIES : D. Klein ( chronique album)

 

Dans l’oreille de JPROCK :

Après un premier album ayant vu le jour en février 2014 et intitulé « Pathways Through The Sail « dont les combos psyché emmenées par le sitar sont devenues leur marque de fabrique, Moaning Cities a sorti le 23 septembre dernier son deuxième opus « D. Klein « .
Le groupe qui durant l’année 2016 a arpenté durant de longs mois la plupart des scènes belges et s’est produit aussi à l’étranger, en France ,en Allemagne, en Hollande, en Suisse, en Autriche et en Italie continue son exploration créative d’un univers dont les influences psyché 70’s indéniables ( cfr. Jefferson Airplane ) se mêlent à des guitares plombées et hypnotiques dignes des meilleurs groupes de stoner rock.
Valérian Meunier, Tim Sinagra et la section rythmique féminine composée de Juliette Meunier à la basse et Mélissa Morales aux drums affirment leurs choix artistiques aux influences multiples et nous proposent sur ce nouvel album quelques titres étonnants comme ce « Yell - Oh - Bahn « atypique ou d'autres plus agressifs comme « Born Again « ou « Drag ».
Les amateurs de rock 60’s , 70’s nostalgiques d’une certaine musique rock époque Woodstock et autres fans de Ravi
Shankar y trouveront leur compte avec un album au final assez cohérent dont la pochette étonnante est signée David Curnelle.
Mais c’est paraît-il en live que le combo donne le meilleur de lui même, alors si l’envie vous vient d’aller les applaudir sachez que le groupe se produira le 21 janvier 2017 au Psyché Rock Fest de Lille (FR).
Avant d’autres dates à venir en 2017 bien sûr…

Chronique: JPROCK-THE DARK FEATHER.

D.KLEIN
MOANING CITIES'S NEW ALBUM
AVAILABLE ON CD/LP/DIGITAL
RELEASED BY EXAG' RECORDS

MEDIA : LAURENT WALSCHOT (URBAN INVADERS)

BAND : CONTACT@MOANINGCITIES.COM

BOOKING : ROW: WLEPPENS@GMAIL.COM / CH: JOEL@HEADSTRONG.CH / IT: LUCA@ZUMABOOKINGS.COM

Repost 0
Published by JPROCK - dans Albums
commenter cet article
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 03:52
2016- annus horribilis...George Michael, l’ensemble Alexandrov, Mick Zane, Betty Loo Taylor, Andrew Dorff, Léo Marjane!

Stupeur ce matin en apprenant la disparition soudaine de George Michael, mort le jour de Noël 2016, à 53 ans!

Evidemment l'association avec ' Last Christmas' de Wham! était évidente!

Georgios Kyriacos Panayiotou était considéré comme la plus grande pop star britannique des eighties.

Andrew Ridgeley et George Michael forment Wham! en 1981, ils se retrouvent dans les charts dès la sortie de leur premier single, le controversé 'Wham Rap!'( Enjoy what you do).

La suite sera encore plus brillante, 'Bad Boys', 'Wake me up before you go go', ' Careless Whisper', 'Freedom', 'Everything she wants', 'Last Christmas' , 'I'm your man', ' Where did your heart go' ...

Pourtant en 1986, George Michael décide de clôturer le chapitre Wham! pour se lancer dans une carrière solo tout aussi étincelante, il sort cinq albums studio, quasi tous n°1 dans les charts, et encore des singles imparables, ' Faith', 'I want your sex', 'Fast love', 'Don't let the sun go down on me' ( avec Elton John) , 'As' ( avec Mary J Blige) ...

Ce ne sont pas ses quelques démêlés avec la justice qui entameront l'enthousiasme des fans.

Ce matin les messages de sympathie émanant de collègues ont afflué, pointons celui de Geri Halliwell : "So so sad , R.I.P George, a dear friend, the kindest, most generous and talented person . My thoughts are with his family..."

 

A bord du Tupolev TU-154 en route pour la Syrie qui s'est abîmé en mer le 25 décembre se trouvait plus de 60 membres de l'ensemble Alexandrov, l'un des Choeurs de l'Armée Rouge, ils ont tous péri dans la mer Noire comme les autres passagers de l'avion russe.

Vladimir Poutine a décrété une journée nationale de deuil, ce lundi.

 

Michael Landauer (a.k.a. Mick Zane), guitariste, membre fondateur du heavy metal band Malice, est décédé le 23 décembre, victime d'une tumeur cérébrale incurable.

Le groupe; dont a entendu parler pour la première fois en 1982 lorsqu'un de ses titres est repris sur la compilation Metal Massacre, a sorti quatre albums et un EP ( plusieurs de ses enregistrements ont vu le jour après la reformation de 2006).

 

 

La pianiste de jazz Betty Loo Taylor, originaire de Honolulu est décédée mercredi dernier, elle avait 87 ans.

En 2003, la grande dame du jazz de Hawaï est le sujet du documentaire: "They Call Her Lady Fingers: The Betty Loo Taylor Story", retraçant sa longue carrière.

 

Le monde country déplore la perte d' Andrew Dorff, un des plus talentueux songwriters de Nashville.

Martina McBride lui procure un premier top ten hit avec le titre 'Ride'.

"Save It for a Rainy Day" de Kenny Chesney, 'My eyes' de Blake Shelton ou 'Bleed Red' de Ronnie Dunn sont quelques autres titres qu'il a propulsé dans le Billboard.

 

Thérèse Maria Léonie Gendebien n'était pas pilote de formule un mais bien chanteuse sous le nom de Léo Marjane.

Dans les années 30, elle fait les beaux jours de Bobino ou chez O'dett ( le cabaret de René Goupil) .

Un de ses premiers grands succès sera une adaptation française de 'In the chapel in the moonlight' , sur la lancée les producteurs lui font enregistrer 'Begin the beguine' et ' Night and day'.

Son succès traverse les océans et la native de Boulogne-sur-mer se produit aux States, she was then regarded as one of France's biggest female singing stars, notent les biographes.

Revenue en France pendant l'occupation, son étoile continue à briller , c'est en 1942 que Léo signe son plus grand succès ' Seule ce soir' .

Poursuivie par les comités d'épuration après le conflit mondial, sa notoriété faiblit.

Elle décide d'abandonner le prénom Léo pour poursuivre sa carrière sous l 'appellation Marjane, ça ne marche pas fort.

Elle abandonne la scène, tergiverse, revient, sans succès.

On la verra également dans quelques films puis elle s'en va élever des chevaux à Barbizon.

Son aventure a pris fin il y a six jours!

2016- annus horribilis...George Michael, l’ensemble Alexandrov, Mick Zane, Betty Loo Taylor, Andrew Dorff, Léo Marjane!
2016- annus horribilis...George Michael, l’ensemble Alexandrov, Mick Zane, Betty Loo Taylor, Andrew Dorff, Léo Marjane!
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 16:10
Flash news- décès de Rick Parfitt de Status Quo

On savait Rick Parfitt mal en point depuis son malaise cardiaque lors d’un concert à l’Expo Antalya en juin 2016.

 Les dernières tournées  du Quo se sont déroulées sans le concours du guitariste, membre du groupe depuis ses origines, lorsque Francis Rossi et Alan Lancaster, déjà complices au sein de The Spectres, font appel à lui, à John Coghlan et à Roy Lines pour former la formidable machine qu'est toujours Status Quo.

Si leurs débuts peuvent être taxés de psychedelia ( Pictures of Matchstick Men, Ice in the Sun,  Black Veils of Melancholy), très vite les Londoniens deviennent les apôtres du boogie rock anglais.

Le groupe compte près de 35 albums et a placé plus de 20 titres dans le top ten du UK.

Plusieurs fois tu as croisé le band sur scène, notamment lors d' un concert mémorable au Marni, à Ixelles, encore une salle de cinéma à l'époque, avec entrée par la place Flagey, jamais il ne t'a déçu.

La triste nouvelle du décès, à 68 ans, de Rick Parfitt dans un hôpital de Marbella, commence à circuler un peu partout sur le net.

 Un communiqué de son  manager  indique: “No further comment will be made at this time and Rick’s family, and the band, ask for their privacy to be respected at this difficult time.”!

Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 09:26
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016

Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016

 

Le billet de JPROCK :

Quelques jours avant Noël SAXON terminait sa tournée par la Belgique avec un concert au Trix qui a tenu toutes ses promesses.
En voici les moments forts...

C’est GIRLSCHOOL qui assure l’avant programme.
Actif depuis 1978, le band entièrement féminin composé de Kim McAuliffe , Enid Williams, Denise Dufort et Jackie Chambers nous gratifie d’un set énergique quoique un peu brouillon.
Ces dames n’ont plus vingt ans et malgré une bonne volonté évidente et l’envie d’en découdre, leur prestation reste festive mais inégale.
Mais respect en tout cas pour leur longue carrière, même si je ressors quelque peu déçu de leur show de ce soir.

Place ensuite à SAXON.
Le groupe est une légende en activité depuis 1976 et continue au fil du temps inlassablement à nous sortir des albums de très bonne facture et à remplir les salles.
Emmené par un Biff Byford qui à 65 balais paraît toujours aussi dynamique, et par un Paul Quinn né lui aussi en 1951 et purement bluffant lorsqu’il fait hurler sa six cordes, SAXON nous offre un concert magistral de près de 150 minutes.
Et bien évidemment tous les hits sont présents de « Battering Ram » qui ouvre le show à « Princess of the Night » qui le clôture.
Autant de compos metal devenues avec le temps des hymnes repris en choeur à pleins poumons par le public.
Visuellement le band n’est pas en reste et mise sur des lights efficaces et des fumigènes qui surgissent à point nommé.
Et puis il y a la voix de Biff qui reste toujours incroyable et lui permet de déployer encore à son âge une tessiture que jalouseraient bien des jeunes loups.
En fin de set, le groupe reprend « Ace of Spades » de Motörhead en hommage à Lemmy qui nous a quittés bien trop tôt et qu’on n’oublie pas.
Et le public se régale.
Le deuxième rappel clôture en beauté avec « Denim and Leather
» , « Crusader » et « Princess of The Night » un concert en tous points purement excellent.
Un bien joli cadeau déposé au pied du sapin pour le public présent.
En quittant la salle on se réjouit déjà de les revoir à leur prochain passage chez nous.
See you next time guys and thank you !

Texte et Photos JP Vanderlinden aka JPROCK-THE DARK FEATHER.

Setlist :

It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll) (AC/DC song on tape)
Battering Ram
Heavy Metal Thunder
Sacrifice
Solid Ball of Rock
Ride Like the Wind
Never Surrender
Chasing the Bullet
Stand Up and Be Counted
The Devil's Footprint
Strong Arm of the Law
The Eagle Has Landed
20,000 Ft
Queen of Hearts
And the Bands Played On
Dallas 1 PM
Ace of Spades (Motörhead cover)
Wheels of Steel

Encore:
Let Me Feel Your Power
747 (Strangers in the Night)

Encore 2:
Denim and Leather
Crusader
Princess of the Night

Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Saxon - Girlschool au Trix- Antwerpen, le 22 décembre 2016
Repost 0
Published by JPROCK - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents