Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 18:40
Altrego (try-out) - Het Depot - Leuven - le 10 janvier 2017

Altrego (try-out) - Het Depot - Leuven - le 10 janvier 2017

 

Un concert annoncé en dernière minute au Foyer ( le bar du Depot): Altrego, la nouvelle identité de Jasper Erkens.

Le Diestois crée la sensation en 2008 en s'octroyant la seconde place ( plus publieksprijs) du Humo's Rock Rally, le ket affiche à peine 15 ans.

Il multiplie les concerts, se retrouve à l'affiche des grands festivals, collectionne les lauriers, sort quelques singles dont ' Waiting like a dog', n°1 in De Afrekening, puis un album 'The Brighter Story' avant de disparaître de la circulation.

Non, il ne s'est pas retiré dans un monastère mais a mis le cap sur Londres où il s'inscrit à la BRIT - School for performing arts, ils ne sont pas nombreux les petits Belges à être passés par là!

En 2013 Jasper refait surface sous l'identité d'Altrego, il sort un premier EP 5 titres.

"Groovy openbaring", publiait Indiestyle.

2017, un premier full-length est prêt, le concert de ce soir constitue un try-out.

La jeunesse louvaniste était au rendez-vous pour assister au show du voisin, âgé de 24 ans désormais. Comme JP et toi, Louvain est ressorti de la salle convaincu, Jasper a subi une métamorphose totale, les émois et la timidité adolescente ont fait place à un garçon qui sait ce qu'il veut, qui bouge sur scène et qui chante comme les meilleurs représentants de la blue-eyed-soul.

Autre changement notoire, Altrego est un band, un vrai, soudé, avec de sérieux musiciens venant de Flandre mais également des Pays-Bas.

Pas évident de retrouver l'identité de ces mercenaires, on suppose que la guitare est tenue ( de main de maître) par Robbi Meertens ( actif e. a. au sein de  Orange Maplewood), les baguettes ont été refilées à Boy van Ooijen ( une batterie électronique et des éléments acoustiques),la fantastique Jaimie van Hek tient la basse et enfin, sans doute, on a vu et entendu Sander Notenbaert comme keyboard player.

' Money' rocke sec, la basse est  tendue , les deux guitares, Jasper manie un jouet électrique, se complètent à merveille, le drummer maintient un tempo soutenu  et les claviers ajoutent une touche electro à l'ensemble.

Excellente préface.

Le chanteur ramasse une acoustique et attaque le groovy ' Blue', ça remue à tes côtés.

' Time has been so kind to you' est enluminé de de quelques gimmmicks vocaux, le décor prend des coloris soul, la voix est parfaite pour ce genre d'exercice.

Pas vraiment  moelleuse comme celle de Paul Young ou celle de Daryl Hall,  mais elle a gagné en maturité, la période gentil folk n'est plus qu'un souvenir.

Il se démène, Jasper, et sue, il lui prend l'idée de s'éponger avec la pièce de tissu gisant près des pédales à effet.

Godv., dat is mijn jas, Jasper, réagit JP!

On lui apportera une serviette plus tard.

' They say' démarre en soul ballad avant d'exploser lors d'un second mouvement brûlant.

' Nocturnal' joue la carte indie rock avec des éléments electro plus présents, c'est le jeu super efficace de Jaimie qui attire l'attention.

La suivante date du EP précédent, elle se nomme ' Love is flawless' , ce funk suintant, porté par une wah wah sensuelle, déclenche l'enthousiasme.

'On my mind' nage dans les mêmes eaux, le groupe enchaîne sur ' Nothing could stop us' et pour justifier le libellé, le barbu se tape un saut périlleux pour atterrir à nos côtés et se déhancher face à une blonde pas difforme.

Vachement remuant ce morceau!

' Screenager' is onze single!

Le potentiel radiophonique est incontestable.

Voilà, Leuven, la dernière de la soirée, puis on prend la route vers l'Eurosonic, ' Repeat Routine' qui éveille en toi des images du groupe néerlandais  Kane , dont plus personne n'a entendu parler depuis un petit temps.

 

Un try-out couronné de succès!

 

photos- jp daniels - concert monkey

 

 

Altrego (try-out) - Het Depot - Leuven - le 10 janvier 2017
Altrego (try-out) - Het Depot - Leuven - le 10 janvier 2017
Altrego (try-out) - Het Depot - Leuven - le 10 janvier 2017
Altrego (try-out) - Het Depot - Leuven - le 10 janvier 2017
Repost 0
Published by michel - jp daniels - dans Concerts
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 18:36
Album - Boxes de El Yunque.

Album - Boxes de El Yunque.

 

Boxes, le second full length CD de El Yunque sera vendu par le groupe à partir du 16 janvier.

 

Euh, El Yunque une forêt tropicale?

Non, un remake noise-rock de Aie aie aie aie aie aie Puerto Rico

Aie aie aie aie aie aie Puerto Rico... de Vaya Con Dios.

 

Chantal weet beter, envoie, Chantalleke:

El Yunque is een vierkoppige noise-rock band uit Limburg. Met twee drummers en twee gitaristen creëeren ze lange en tegendraadse lappen lawaai!

On te suit, en hebben die gasten namen?

Jules Jordens: electronic drums- vocals/ Kasper De Sutter: guitar/ Giel Cromphout: guitar, vocals et Mattias Jonniaux: acoustic drums.

Leur palmarès scénique tient la route: Autumn Falls en 2015, le Magasin 4, le VK, Kafee Zapoi, le Absolutely Free Festival de Genk ... le 4 février ils ouvrent pour Brutus à l'Ancienne Belgique.

 

 

Venons-en à 'Boxes'!

 

Tracklist:

1.Scottie Pippen

 

 

 

2.Tired Of Dressing Like A Girl

 

 

 

3.Nafi

 

 

 

4.Deer

 

 

 

5.Cinder

 

 

 

6.Boxes

 

 

 

7.Michael Jordan

 

 

 

8.Dog Park

 

Un petit tour au United Center dans le Near West Side à Chicago, 'Scottie Pippen' a rechaussé ses Nike Air Pippen pour une démonstration de noise basketball musclée.

Double roulement de tambour, une guitare élastique, un blanc, puis un passage symphonique trompeur et retour des percussions tribales.

Ce bourgeonnement, relativement calme, fait soudain place à une poussée de violence lorsque survient un cri de désespoir rageur et itératif qui t'amène à suspecter une aliénation mentale sérieuse.

C'est quoi ces clameurs, questionne madame assoupie devant le petit écran?

Rien, mon chou, des fans de Sonic Youth et de Liars!

La seconde plage, 'Tired Of Dressing Like A Girl', se rapproche plus du concept chanson sans qu'on puisse rapprocher cette pièce lancinante et angoissante du créneau poprock.

Les confrères du Nord citent Swans ou Fugazi, c'est moins con que Ed Sheeran!

Avec ' Nafi' on réintègre la jungle sonore, hostile et rébarbative, après un peu plus d'une minute, tu parviens à quitter ce labyrinthe pour respirer un bol d'air pur.

Mince, tu l'as échappé belle!

Tu poursuis ta balade et croises un cervidé, 'Deer', que le vacarme récent a apeuré.

Allons-y mollo, et approchons-nous de la bête, les guitares se font aimables, le drumming discret, au bout de quelques minutes un grincement pas sympathique voit l'animal dresser les oreilles, il a compris qu'un drame se prépare, une voix faiblarde résonne, tu t'attends au pire, mais non, le film s'achève sans accrocs majeurs, les amateurs de scènes gore restent sur leur faim.

T'étais pas encore tout à fait remis après l'état de tension causé par une attente vaine, les joyeux limbourgeois en profitent pour amorcer ' Cinder', un genre de marche robotique pratiquée par une armée d'humanoïdes.

Tu voulais leur emboîter le pas , elle a ouvert la porte et a dit, ok, j'ai compris je téléphone au docteur.

Va plutôt me chercher une bière, t'as répondu!

El Yunque a enchaîné sur ' Boxes', un noise rock qui bizarrement démarre comme un morceau de Bowie époque Tin Machine, à moins que ce soit le hero se promenant autour des boîtes qui éveille en toi des images du Thin White Duke.

Une chose est certaine, ces guitares tronçonneuses font mal et te rappellent une séance de torture chez un dentiste que tu as rayé de tes contacts.

On se paye un retour sur un basket ground de la NBA pour une courte allocution de 'Michael Jordan' accompagnée par quelques coups de baguettes flamandes avant de terminer le voyage par 'Dog park' .

Les clébards folâtraient peinards, on entendait un vague bruit de fond, sinon le parc semblait paisible, t'avises un marchand de crème glacée, un cornet, deux boules vanille s v p, t'allais apposer la langue sur celle du dessus, un coup hargneux sur un tom et vlan la glace atterrit sur les beaux mocassins offerts pour ton anniversaire, dedju, salopard!

Là-dessus se greffe une guitare aussi mélodique que le son d'une coupe de bois généré par une scierie ne répondant pas aux normes d'isolation acoustique.

Pour couronner le tout, le quatuor a invité une clarinette free jazz maniée par un certain Michiel De Naegel qui porte bien son nom, ce clou t'érafle le cerveau.

A la fin de son réquisitoire, les autres, ayant embrigadé Maarten Meukens, un contrebassiste aussi malade qu'eux, se prennent pour les sept nains et se dirigent vers la forêt en chantant un hymne guilleret et dangereusement obsédant.

Le final cacophonique a rebuté Blanche Neige, elle s'est tirée de leur cabane, un avis de recherche a été lancé!

Le générique de fin défile!

 

Bref, si tu es amateur de Beyonce, de Radio Nostalgie, de John Terra ou de Mike Brant, tu passes ton chemin, mais si le rock expérimental, le non-conformisme, l'énergie brute et l'authenticité t'attirent, on te conseille El Yunque!

 

Album - Boxes de El Yunque.
Repost 0
Published by michel - dans Albums
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 16:02
Les coups de coeur discographiques 2016 de Florian Hexagen : Nursery by Nursery!

Les coups de coeur discographiques 2016 de Florian Hexagen : Nursery by Nursery!

 

Brève bio:

NURSERY est un trio de toxic pop formé à Nantes en 2014.
Guitare/Choeurs : Julien Dumeige
Basse/Choeurs : Jean Duteil
Batterie/Chant : Paul Gressien

 

L'avis de Florian:

 

Et boum, encore un album et un groupe qui nous aura marqué en 2016, avec les doux dingues de Nursery. Ils nous viennent encore de France, de Nantes plus précisément, et ont sorti LE tube indie rock good vibes de cet été 2016 pour nous, avec le morceau "Worms". Tout l'album est une ode à la joie des 90's, avec un mélange de brit-pop, indie pop, shoegaze, punk, noise, etc. Comme si ThE BeWiTcHeD hAnDs avaient copulé dans l'allégresse et la bonne humeur avec les FIDLAR sous le regard attendri des PIXIES bonne époque.

Bref, de la bombe d'album estival!

 

Tracklist

1.Worm 03:44 2.We are fine 02:09 3.Race 03:05 4.Sally Sally 03:15 5.Heavy 03:00 6.Give me sundays 04:16 7.Selfie night 02:55 8.Banzaï 03:21 9.Butterfly tatoo 04:10 10.Killer face 03:45 11.Echoplex 03:05 12.Better to fail 01:48 13.Bones (bonus track) 04:27

 

https://nurserysound.bandcamp.com/releases

Repost 0
Published by Florian Hexagen - dans Albums
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 09:18
One Night of Queen by Gary Mullen and The Works - Cirque Royal - Bruxelles, le 10 janvier 2017

One Night of Queen by Gary Mullen and The Works - Cirque Royal - Bruxelles, le 10 janvier 2017

 

Le billet de JPROCK :

Les tribute bands ont le vent en poupe.
Après le passage dans cette même salle de The Musical Box il y a quelques semaines qui nous proposait de revivre le Black Show US de Genesis de 1973, place ce soir à One Night Of Queen qui nous gratifie de sa visite quasi annuelle.
On peut s’interroger, à raison, sur la légitimité de ce genre de de groupes, mais je crois que, comme la musique classique et le jazz, le rock est en train de se classifier au fil du temps et que certains répertoires prennent le pas sur leurs créateurs .
Personne ne s’offusque d’entendre la cinquième de Beethoven interprétée par de multiples orchestres de par le monde ou de voir fleurir en jazz divers hommage à la musique de Miles Davis ou de John Coltrane, alors pourquoi en serait-il autrement pour le rock ?
Alors bien sûr il nous reste les disques, le terreau de l’oeuvre à écouter à volonté au gré de nos envies, mais le peuple veut aussi de l’action, du live et de la sueur et surtout se retrouver entre fans pour s’éclater au son de titres qui ont bercé la jeunesse des plus anciens et font rêver les plus jeunes.
Voilà pourquoi A Night of Queen attire les foules en proposant la setlist idéale de Queen, celle qui nous renvoie à nos souvenirs les plus fous.
Capable d’interpréter avec brio et à la note près tous les hits du prestigieux band britannique les musiciens de The Works
possèdent en Gary Mullen leur chanteur un atout indéniable. Sosie vocal et (presque) physique de Freddie Mercury , Gary évoque la rockstar avec une voix et une gestuelle maitrisées à 100%.
Et après quelques mesures, on se surprend à tomber dans ses filets.
Bien sûr on n’oubliera jamais le band original et ses mega concerts irremplaçables mais quel bonheur de réentendre dans les versions qui ont fait leur renommée des titres comme « Bohemian Rhapsody » , « Love of my Life » , « Tie your Mother Down » , « We are the Champions » , « Stone Cold Crazy » , « Radio Gaga » , « Killer Queen » , « Bicycle Race » et bien d’autres.
Et à voir les quelques 1500 visages qui s’illuminent et tout ces bras qui se tendent vers la scène on se dit que le moment vécu valait bien le déplacement.
Chaque personnage est en place, le public s’imagine avoir le groupe original devant lui et se lâche, et le band s’y croit lui aussi.
La grand messe peut commencer, encore et toujours et pour longtemps...
The show must go on !

Texte et photos : JP Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER

One Night of Queen by Gary Mullen and The Works - Cirque Royal - Bruxelles, le 10 janvier 2017
One Night of Queen by Gary Mullen and The Works - Cirque Royal - Bruxelles, le 10 janvier 2017
One Night of Queen by Gary Mullen and The Works - Cirque Royal - Bruxelles, le 10 janvier 2017
Repost 0
Published by jprock - dans Concerts
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 10:36
Les coups de coeur discographiques 2016 de Florian Hexagen : Heimat by Heimat!

Les coups de coeur discographiques 2016 de Florian Hexagen : Heimat by Heimat!

 

Intro:

Heimat c’est le foyer, Heimat, c’est la mère patrie, Heimat, c’est le petit coin que ce sont aménagés Armelle et Olivier Demeaux, aux côtés de leurs projets respectifs, entre les prolifiques Cheveu et Badaboum, entre Accident du Travail et les mythiques The Dreams.

 

 

Florian:

Un autre skeud qui aura tourné en boucle en 2016 à l'appart', c'est ce fichu album éponyme d'Heimat paru sur Teenage Menopause RDS. Duo composé d'Armelle de The Dreams (mais si, rappelle toi ce tube de dingos, "Aloha Miami" ) et d'Olivier de cheveu, ils nous balancent une sorte de pop expé complètement bancale et exotique, basée sur une new wave cotonneuse traversée de rythmes indus titubants, emballant le tout dans une transe hypnotique pour peu que l'on se laisse glisser dans leur univers brumeux. Un peu comme si les Rita Mitsouko étaient tombés au fond d'une cave à crack à Berlin et se retrouveraient à jouer en pleine montée d'acide devant une armée de zombies hindous.

Et ça marche!

 

Tracks:

1.

Wieder Ja! 05:56

2.

Dein Architekt 02:43

3.

Tot Und Hoch 05:55

4.

Trocadero 03:31

5.

Flutath 01:02

6.

Pompei 03:38

7.

So Traurig 03:14

8.

Afrikistan 04:51

9.

Pietrocitta 01:26

10.

Wek 04:51

Repost 0
Published by Florian Hexagen - dans Albums
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 20:04
Qotob Trio au Bar Eliza - Koekelberg, le 8 janvier 2017

Qotob Trio au Bar Eliza - Koekelberg, le 8 janvier 2017

 

Adieu verglas, mais le brouillard persiste.

Soirée du samedi annulée, donc un concert le dimanche!

Le Bar Eliza, une initiative des Gemeenschapscentra De Zeyp et De Platoo, de Zinnema et de Beeldenstorm, s'était invité dans le parc Elizabeth face à la basilique de Koekelberg tout l'été dernier, il revient pour une formule hivernale.

Depuis vendredi, le tout Bruxelles cosmopolite s'y donne rendez-vous pour déguster des boissons revigorantes ( chaudes ou froides), des mets exotiques et des soupes qui ne mettent pas à mal les maigres économies que tu as pu réaliser. Pour dérider les gosses: des ateliers divers, des magiciens, clowns, funambules etc , et pour les grands: de la musique, du théâtre, des performances et des deejays.

 

Le concert du Qotob Trio, à 16h ce dimanche, a retenu ton attention.

A 15:50', le chalet et la tente sont sérieusement peuplés tandis que Bassel Abou Fakher ( violoncelle), Jean-Baptiste Delneuville (piano) et Piet Maris ( accordéon) achèvent leur mise au point .

Tu titilles à la lecture des noms: Pietje et son accordéon, pour toi c'est Jaune Toujours, natuurlijk!

Oui, mais également Mec Yek, Ik en den Theo, un passage chez les Whodads ou Think of One, cet exilé à Bruxelles dirige le collectif vert et multiculturel Choux de Bruxelles qui doit d'ailleurs sortir le premier album du trio, au printemps.

Et Jean-Baptiste?

It was Jean Baptiste

Walking to me with the Maker?

Non, Daniel, Jean-Baptiste a débuté en maltraitant l'orgue de l'église paroissiale, il joue du bugle, de la trompette et du piano, fait partie du Bernard Orchestar, s'est invité sur un enregistrement de l'Orchestre International du Vetex et s'acoquine souvent avec l'Antwerp Gipsy-Ska Orkestra, il peut aussi bien te jouer des pièces sacrées que du ska, du klezmer ou du Duke Ellington.

Bassel Abou Fakher, le violoncelliste syrien installé à Bruxelles, est l'instigateur du projet et le compositeur des morceaux interprétés cet après-midi.

Il a créé le Qotob Project à Damas. Il explique Qotob Project does not have a fixed line-up. It's all about collaborating with new musicians who mix their own traditional music influences or their style with Qotob's Oriental and Sufism-inspired music.

Avec ses copains belges, il s'est produit tout récemment au Bozar pour le Human Rights day et fait également partie du projet Refugees for Refugees dont vous pouvez vous procurer l'album, réalisé par Muziekpublique, au Théâtre Molière, siège de l'ASBL.

Oui, Mehdi?

Bassel Abou s'est produit avec Indigo Mango and The Kameleons à la Machine il y a une dizaine de jours.

Merci, Mehdi!

Piet saisit le micro, het eerste stuk heet 'Yara', et en français la même chose.

Yara débute par une longue amorce, classique, au piano, l'accordéon embraye ensuite le violoncelle se fond dans la mélodie mélancolique et mystique, Bassel se dit être influencé par un soufisme prônant respect et tolérance.

Subitement, sans crier gare, le trio amorce un mouvement vif qui ne durera que le temps d'un éclair, bien vite la notion de vague à l'âme réapparaît.

Tu as failli téléphoner à Françoise Sagan, le concert aurait pu l'inspirer , mais il semblerait qu'elle n'ait pas emporté de GSM dans le cimetière de Seuzac.

Les aquarellistes utilisent la même palette pour le tableau suivant, sur fond tango, ils brodent habilement passant du mode vivace à l'allegretto puis à l'adagio pour terminer par quelques vocalises ovines.

' Happy Derrick' murmure P M dans son micro, on t'écrit ce qu'on a compris mais, l'âge aidant, on ne peut affirmer que la troisième tirade portera ce nom sur l'album ' Entity'.

Ce rondo fascinant se termine de façon abrupte tandis que le public applaudit, Jean-Baptiste y ajoute un post-scriptum limpide au piano.

'La pièce lente et filmique, ' Demonstration', favorise l'évasion, non pas fiscale, la plage te permet de rêver à une oase de paix où, les pieds dans l'eau, tu contemples un petit nuage blanc échappé de la toile 'L'embellie' imaginée par René Magritte.

Quelques vagues soubresauts évitent tout assoupissement passager et au moment où les paupières de ta voisine, Céline, s'affaissaient, le trio nous balance un final acrobatique et énervé.

' Coin' ( prononcé à l'anglaise), le mouvement lyrique est soudain entaché par de furieux cris d'hyène proférés par une gamine de cinq ans, assise sur le podium.

Les musiciens sourient et terminent cette composition sereine dont le piano évoque le concerto d'Aranjuez.

Immanquablement, ton cerveau t'envoie le texte du beau Richard ... Et sur ce mur lorsque le soir descend, on croirait voir des taches de sang. Ce ne sont que des roses.....

La dernière, agitée tel un torrent de montagne gorgé d'eau depuis la fonte des glaces, ' Resistors', mixe orientalisme, jazz et fond klezmer.

 

Il est 17h, il te faut regagner ton chez toi en affrontant Nacht und Nebel sans beats of love!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qotob Trio au Bar Eliza - Koekelberg, le 8 janvier 2017
Qotob Trio au Bar Eliza - Koekelberg, le 8 janvier 2017
Qotob Trio au Bar Eliza - Koekelberg, le 8 janvier 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 22:40
Bimbo Delice at Balades Sonores Brussels - Bruxelles, le 6 janvier 2017

Bimbo Delice at Balades Sonores Brussels - Bruxelles, le 6 janvier 2017

 

Depuis l'automne dernier, Balades Sonores, disquaire indépendant parisien , vendeur de fringues et de créations visuelles, a ouvert une succursale bruxelloise, juste en face du Botanique.

Le 173 rue Royale avait déjà été squatté par des braves gens organisant des concerts ( Khediv, ça s'appelait) , on y a connu un marchand d’objets des années 50 à 70, une librairie, etc... tu as toujours cru que le vieux bâtiment allait être rasé pour faire place à des bureaux ou à un parking, mais non, Balades Sonores a réussi à signer un bail de courte durée et espère vendre ses vinyles aux visiteurs du Bota.

Les responsables organisent également des showcases, ce soir l'invité se nomme Bimbo Délice.

Une annonce fallacieuse 'instore show à 19h ' te voit pénétrer dans une boutique/igloo vide.

Le vendeur sourit et indique que le concert devrait débuter vers 20:15'.

Pourquoi annoncer 19h, mon brave?

Une réponse peu satisfaisante...Les gens arrivent toujours en retard...

Cette pratique débile t'a toujours brisé les billes, si le plat du jour prévoit du cabillaud à l'Ostendaise faut pas te refiler des rognons, bordel!

Le bar du Bota est fermé, il te reste le SmoodS, le restaurant-bar du Bloom Hotel, si tu as 5€, tu peux te payer une Leffe et te nourrir de cacahuètes!

 

Vers 20h, la glacière se remplit notablement, un public plus nombreux que pour certains concerts du Witloof, tu salues quelques connaissances emmitouflées et acceptes une Zinnebier proposée par Saint-Simon.

La Bimbo barbue et le Délice, sans raybans, pour l'occasion, prennent place au fond du bazar, tous deux armés d'une guitare, à leurs pieds une panoplie de pédales car la balade sonore s'appuie sur des samples.

En octobre dernier, Bimbo François Lambot ( ex-The Archbishops, c'était du rock, madame) et l' Ecossais Ted Clark ( The Big Hat Band, The Tellers, Nicolas Michaux...) se produisaient à l' Atelier 210 à l'occasion de la release party de leur premier EP 4 titres, ce soir, la playlist prévoit onze ritournelles.

' Overlove' ouvre sur coulis de synthés aux sonorités désuètes, des flashes de Gainsbourg s'essayant à la musique électronique te traversent l'esprit.

Sinon les trucs cheap à la Jeanne Mas ou Desireless refont également surface, un bel exemple de synthpop espiègle et racoleuse.

Bonsoir, nous sommes Bimbo Délice, ils expédient ' Pretending' une romance truffe au chocolat sur fond de musique foraine, suivie par ' Dubby' à la tournure identique, mais psalmodiée en français.

Total kitsch to soothe your souls!

Avec son profil de pâtre grec et son petit bonnet de montagnard, François a la dégaine d'un chanteur d'indie folk ( Bon Iver , Iron and Wine, Ray LaMontagne, etc... ) mais non, il décide de façonner une pop fluo délicieusement rétro, l'exotique ' Africo' en est un nouvel exemple.

Si en 1981 tu ne jurais que par Depeche Mode, tu risques de craquer!

La playlist mentionne ' Zouky' puis ' Air', s'agissait-il d'une cover du groupe de Nicolas Godin, pas reconnue en tout cas, mais le refrain... love is all around... n'avait rien à voir avec le morceau des Troggs repris avec succès par Wet Wet Wet.

Une belle tranche de French touch/disco cathédrale, néanmoins!

Les bandes s'enfilent, les guitares tricotent, Bimbo chante, Edgar chantonne, le peuple se divertit à l'écoute de ' Special', ' Marimba', du hit irrésistible ' Tropico' qui nous rappelle la glorieuse époque de Niagara ' L'amour à la plage', du bilingue ' Driving high' et de la dernière sucrerie, ' 25', un âge où on n'a aucune envie d'être pris au piège de la relation sérieuse.



Une dernière bière artisanale avant de quitter Bimboland et d'affronter la météo hivernale. En discutant avec les copains, une conclusion s'est dessinée: un set sympa mais guère plus profond qu'un roman de gare.


Au Bonnefooi le 11 janvier!

 

 

 

Bimbo Delice at Balades Sonores Brussels - Bruxelles, le 6 janvier 2017
Bimbo Delice at Balades Sonores Brussels - Bruxelles, le 6 janvier 2017
Bimbo Delice at Balades Sonores Brussels - Bruxelles, le 6 janvier 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 15:19
Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017

Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017

 

Le jour de saint-Odilon, souvent n'amène rien de bon.

Effectivement, t'as perdu une chaussette!

T'en piques une ( trop petite) à madame et tu files vers un centre ville déserté, pour assister au concert de Pauwel De Meyer au Bonnefooi.

Que disent les astres:  Pauwel ( forme flamande de Paul)    est un homme séduisant, au charme discret, non dépourvu d'une certaine aura de mystère. Il cherche à plaire et à être dans les grâces d'autrui et cela peut se traduire tant par le souci de son apparence raffinée que par un besoin de séduire.

T'as essayé Bart pour rire: Il serait bon de développer chez lui le sens du partage, car il tend à être égocentrique et capricieux. ... avant de commander une bière .

Désolé BIERE n'est pas référencé dans notre base..

Vers 21:15, ils sont quatre à se coincer près de la vitrine: Pauwel De Meyer ( chant, acoustique) - le vétéran Klaas Borms ( The Paranoiacs, Suburb Songs, Southfork, Comrad Conrad, Monster Youth,  Orgasmaddix et autres bands du pays de Waas) aux drums - Anton De Boes ( Coyote Melon, Nicely Dressed...) à la basse et Koen De Gendt , spécialiste des échappées fleuves, à la lead guitar ( Monster Youth, Doylu, Charlies Jones ' Big Band...).

Pauwel ( Monster Youth, too) a sorti un troisième album solo ( Having Fun) dans le courant de l'automne 2016.

Il a eu l'occasion d'assurer l'avant-programme de plusieurs concerts du Maurits Pauwels Groep ( Mauro Pawlowski’s Nederlandstalig project).

 

Entrée en matière joyeuse avec l' americana poppy  ' Shana-na' , une plage invitant au farniente au soleil, alors qu' à Bruxelles le thermomètre indique 2°.

'Eiaha Ohipa', tu nous éclaires, Gauguin.

Ne pas travailler!

Excellent programme, Paul, vais me balader avec Virginie!

La plage est plus démonstrative, on a apprécié la digression instrumentale.

Que certains citent My Morning Jacket est loin d'être aberrant, pour rester dans le rayon indie/ lo fi, on ajoutera Midlake.

Le timbre de Pauwel se rapproche d'ailleurs de celui de Tim Smith qui a quitté les Texans en 2012.

Le doux ' Lonely Boys' fait à peine  66", Koen te pique ton verre, vide heureusement, pour aller le frotter contre ses cordes, tandis que Klaas secoue un duo de shakers avec délicatesse.

Après cet alt.country concis et harmonieux les gars de Sint-Niklaas attaquent ' 99'  pour lequel Pauwel délaisse son acoustique et tapote un mini- Korg.

La lenteur est de mise!

Le single ' Here again' nous prouve que le gars a bien écouté Velvet Underground et que les harmonies des Beach Boys restent un point de référence essentiel.

L'intro du plus ancien ' Life's too short' ( attribué à Monster Youth)   nous rappelle certains titres de Roy Orbison, puis vient un  fond surf pour finir sur une pointe de psychédélisme.

' Easy' sera une des pièces maîtresses du set,  ce titre psychédélique ( encore), imparable , doit plaire aux fans de Jacco Gardner et des plus anciens qui ne jurent que par les Byrds.

' Prins Albertstraat' aurait pu se trouver sur un album de  Dry Livers, Peter Arnout a toujours été fan de Neil Young.

En voiture!

T'as une caisse?

Celle de maman, ' Mom's car'.

Un titre plus rock et puis comme il s'agit d'automobiles, on avance le juteux ' Driver's seat' de Sniff 'n the Tears.

C'est déjà la dernière,  ' Nothing to prove', un ultime downtempo bucolique.

 

 2017 a démarré sous de bons augures, merci Pauwel De Meyer!

 

 

Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017
Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017
Pauwel De Meyer au Bonnefooi - Bruxelles, le 4 janvier 2017
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 13:36
Le blues néerlandais a perdu Mariëlla Tirotto

Mariëlla Tirotto a perdu son combat contre un cancer du poumon, elle est décédée le 4 janvier.

Malgré la maladie, Mariëlla continuait à se produire sur scène, elle avait encore deux concerts prévus à son agenda, à Groesbeek et Borger.

La jolie chanteuse qui avait remporté le Dutch National Blues Award en 2010 se produisait fréquemment chez nous, ainsi c'est en 2009 que tu fais sa connaissance alors qu'elle était à l'affiche du Machels Blues Festival avec son groupe The Blues Federation dans lequel jouait son mari, Heins, aujourd'hui inconsolable.

Mariëlla et son band nous laissent trois CD's et d'excellents souvenirs.

Heins Greten communique: De uitvaart van Mariëlla zal plaatsvinden in besloten kring op woensdag 11 januari 2017.

 

Un autre décès est à déplorer dans l'univers blues/soul, le guitariste suédois Sven Zetterberg ( 64 ans) nous a quittés en décembre.

Sven a joué au sein des bands suivants: Telge Blues, Blues Rockers, Blue Fire, Four Roosters et Chicago Express.

Plus récemment, il se consacrait au Sven Zetterberg Blues Band et au Sven Z Trio

Le blues néerlandais a perdu Mariëlla Tirotto
Repost 0
Published by michel - dans Bad News
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 18:39
The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016

The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016

 

T'es devenu pire que le Schroumpf grognon, la période des fêtes te tape sur le système, faut pas te proposer une soirée St- Sylvestre en ville, ce que Bruxelles est devenue sous le règne Mayeur te rend malade, sans parler des bandes d'individus hostiles qui prennent un malin plaisir à faire chier ( et plus) le brave peuple ayant décidé de prendre du bon temps dans la capitale, sous prétexte qu'il ne partage pas les mêmes 'valeurs' qu'eux.

Donc des pétards en pleine gueule, des insultes proférées ( sale pute, connasse, etc...) à ta compagne, et autres joyeusetés, tu préfères t'en passer, tant pis pour les traditions.

Traditions qui ont tendance à se perdre, pour preuve la querelle ayant entouré la crèche de Noël installée dans la maison communale de Holsbeek, crèche un instant éloignée suite à une plainte d'un échevin bien-pensant se justifiant ainsi ...Wij hebben dat gedaan omdat er scheiding moet zijn tussen kerk en staat....

Ce genre de comportement te donne des boutons.

Donc en ce 30 décembre frileux, t'étais énervé, ton chat avait chié à côté de son bac, puis était allé occuper le canapé où tu comptais t'allonger, tu as épluché le maigre calendrier des concerts se déroulant en région bruxelloise et opté pour Woluwe-St- Lambert.

Quand madame a déclaré je t'accompagne tu as failli applaudir car tu venais de dénicher un Bob te permettant de noyer ta mauvaise humeur.

Pourquoi The Pinxtones fut la question?

Plusieurs raisons: un: les Flinstones, deux: t'adores les groupes où la basse est tenue par une nana, et trois: tu as un faible pour tous les artistes arborant stone ou stones sur leur pièce d'identité, la bande à Jagger, Elephant Stone, Stone the Crows, les Stone Roses, Stone Temple Pilots, Queens of the Stone Age, sans oublier Stone et Charden.

Direction Woluwe, Tomberg, un chouette établissement, le Bistro d'Ailleurs.

T'y avais jamais les pieds, il était bourré de connaissances, normal l'événement était co-organisé par Nowornever asbl!

 

The Pinxtones.

Les Pinxtones sont jeunes, beaux, élégants, pieux et sobres.

Au chant et à l'acoustique, Mike Bird, l'oiseau qui a l'habitude de se lever dès que l'aurore pointe pour déterrer les vers qu'il refilera aux oisillons restés dans leur nid douillet, à défaut de vermisseaux ( sol gelé) il leur apporte des croissants - aux drums, caché à côté du flipper, Paul Englebert, l'ami des dauphins, il y a trois ans tu l'as vu agiter des baguettes chez Klang - à la guitare, Marc René Deprez, en lice pour l'attribution du plus beau T-shirt de 2016 et enfin, à la basse, non voilée, soeur Tashana Batista, une copine de Bernadette Scoubidous.

19:45', le temple est sérieusement garni, le chanoine, la chatte sur un toit brûlant et les enfants de choeur, débutent l'office sans crier gare par ' Stupidity' un chant grégorien, retravaillé au garage, que jouait Dr. Feelgood.

A la table voisine, Supermémé Trashrabbit, qui, il y a 29 ans, illustrait la page centrale d'un Playboy version afghane, frétille comme un gardon frais.

C'est bien parti!

Tous en voiture!

T'as quoi comme cage, Mike?

A ' Brand New Cadillac' .

Comme le regretté Roberto, il l'a larguée pour se payer à bouffer!

Braves paroissiens, nous ne ferons pas la quête, mais vous pouvez vous procurer notre CD, 'With The Pinxtones' ( 14 songs) pour un prix d'ami, la suivante 'Is she really going out with him' du petit Joe s'entend sur cette oeuvre d'art.

On a pensé à ton matou, mec, voici ' Stay cat strut' .

Joli jeu de jambes de la carmélite, la pils de Supermémé rebondit sur la table.

On s'amuse à ce pré-réveillon!

M'en vais jouer avec 'Suzie Q' derrière le comptoir, risque Tashana puis l'équipe s'attaque aux Who, une suite ' Behind blue eyes' et 'The Seeker';

Imiter Roger Daltrey en faisant voltiger le micro, c'est risqué, Mike a failli perdre une canine, un entraînement intensif s'impose.

Un premier couple de valseurs en piste pendant ' Personal Jesus' aux couleurs Cash.

Willie Dixon a composé 'You Can't Judge A Book By The Cover' en 1962, les Strypes en ont fait une version destroy, celle des Pinxtones remuait salement.

Toujours en mode rock'n'roll crasseux, voici 'Lonely Boy' des Black Keys.

Putain, ta compagne est déchaînée ce soir, elle gueule comme une teenager à un concert des Beatles en 1963.

Le révérend et sa clique achèvent la première mi-temps avec le brûlant ' Beds are burning' de Midnight Oil.

Mémé, reviens avec ton briquet, les pompiers font la grève!

 

A boire!

 

Astucieusement, l'équipe remet le ballon en jeu sur ' I want you to want me' de Cheap Trick, le truc a tôt fait de rassembler une flopée de twisteurs entre les tables.

Un SMS du patron du Bonnefooi: gaffe, les petits gars, la ville va vous envoyer un inspecteur pour examiner si la taxe danse a été acquittée.

On s'en bat les c., on ne danse pas, on remue, car ça gèle!

Un surf, ' Misirlou', la mer est houleuse, méfiez-vous des squales affamés!

Tiens voilà les Sonics, 'Have love, will travel' , tout le monde le sait pour rester jeune il n'y a pas 36 solutions, voyager et bouger, sans oublier de se désaltérer.

Au Bistro D'Ailleurs tout le monde est au courant!

Paul Weller aimait la confiture à l'époque de 'That's entertainment' et comme entertainer il n'y a pas mieux que Chris Isaak, ' Wicked game'.

Oui, Pedro?

Otra de las canciones que mas me gustan...

C'est mieux que Julio Iglesias, effectivement!

Un petit Elvis, mensen?

Les chambres sont clean au rendez-vous des coeurs brisés nommé 'Heartbreak hotel'.

Le jeu de guitare de Marc René, un petit frère des Blues Brothers, est stylé.

Rien à dire, les Pinxtones disposent des bonnes cartes pour flanquer le feu dans tous les bistrots du royaume.

' Don't you want me' sans synthés, ni ketchup, étonne, ils enchaînent sur 'Fire' ( Springsteen/Pointer Sisters), ce qui n'est pas une bonne idée car Mémé a récupéré le briquet qu'on lui avait confisqué!

Une question, on reste ou on se casse?

Le punk farfelu: tirez-vous, vous êtes mous!

' Should I stay or should I go' inspire madame, elle pousse quelques cris sauvages.

La Cadillac est revenue, on reprend la route.

Une départementale?

Non, Chicago, St Louis, Amarillo, San Bernandino, terminus Linkebeek, la 'Route 66'.

Paul, tu permets, on t'emprunte ' Mrs Robinson'.

Non, on ne va pas l'abîmer mais on accélère le tempo!

Un petit boogie, les copains?

ZZ Top?

Non, Chris Isaak, ' Baby Did a Bad, Bad Thing'.

On adore!

La route fut longue, sommes à court de carburant, vite les Stones, ' It's only rock'n'roll' repris par toute la paroisse, sauf par Mickey le muet.

On a soif, merci d'être venus, quoi, encore une, vite, alors!

J'appuie sur le champignon, attachez vos ceintures, direction le ' Texas' de Flat Foot.

 

Yeah, yeah, yeah...

Tu dis, Enrico?

On ne va pas se quitter comme ça!

C'est vraiment la dernière, monsieur Macias , Neil Young, ça vous va?

Si!

' Keep on rockin in the free world'.

T'as raison, tant que le free world existe!

 

Les Pinxtones seront au Zik-Zak ( Ittre) le 21 janvier!

 

 

 

 

 

 

 

The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016
The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016
The Pinxtones au Bistro D’ailleurs - Woluwe-St- Lambert le 30 décembre 2016
Repost 0
Published by michel - dans Concerts
commenter cet article

Articles Récents