Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 12:46

Nouvel album studio ( 'Giants') et tournée européenne pour les Stranglers, elle démarre à Lessines, au

Centre Culturel René Magritte, passera par la France, l'Italie, la Suisse, l'Autriche, la Tchéquie, l'Allemagne pour prendre fin au Depot à Leuven, le 27 avril!
The-Stranglers-Lessen--31--03-2012-092.JPG
On attend la grande foule chez les Cayoteux et, à 20h, lorsque le speaker, bilingue parfait, annonce  

 Horses on Fire, uit Gent, le bon peuple se presse déjà contre les barrières séparant ceux qui payent leur ticket et les photographes de presse gambadant à 2 cm de la scène.
The-Stranglers-Lessen--31--03-2012-016.JPG
Horses on Fire, tu assistas à leur CD-release gig au Café Central et ces Gantois t'avaient laissé une forte impression, leur rock viril à la Triggerfinger éclabousse, ça bouge méchant sur le podium.
Même scénario chez René la pipe, sauf qu'ils ont été obligés de raccourcir leur set, les affreux du Surrey ayant imposé leur propre support ( Mike Marlin).
Après coup, personne ne s'est plaint d'avoir vu trois groupes qui valaient le peine!
35' , donc, pour les canassons ayant le feu au cul, mes petites voisines originaires de Lisbonne n'en reviennent pas encore, zétaient bien ces flamins, zavaient la pêche..
Sim, Faustina e Violeta, zétaient en pleine forme!
Sept titres issus de leur frais CD 'Horses on Fire' en démarrant avec 'Violent Highs', lourd et crapuleux comme du Danko Jones.Le rouleau compresseur en action ' Machete Machine', ça va saigner!
Le single carnassier: ' Raw Meat', puis l'agressif ' Glassmade giants' introduit par une partie de drums militaire.
Une plage romantique (sic) ' Wolfman in Disguise' ... waiting for a full moon to rise ...I'll howl for you... un loup qui pleure, ça impressionne, Lessines apprécie!
Du stoner ' I miss to hate you' et le premier single ' Draw the line' achèvent la prestation.
 DSC04075.JPG

 

 

Thijs De Cloedt, Michélé & Alessandro De Feudis et Anthony Statius did it again!

20:50'  Mike Marlin & Band
D'où il sort celui-là?
Il y a 51 ans, il naît à côté du temple du lawn tennis où Pete Sampras récolta les palmes à sept reprises: Wimbledon!
A l'unif, le brave Mike s'amuse à jouer avec quelques bands, puis il intègre le monde des salariés, 25 ans dans un bureau, pour décider, à 48 ans, de ramasser sa guitare et d'interpréter ses compos sur scène.
Deux albums: ' Nearly Man' et ' Man on the Ground', support des Stranglers pendant leur tournée britannique en 2011, idem avec Big Country.
The-Stranglers-Lessen--31--03-2012-029.JPG
2012, support des Etrangleurs pour la tournée européenne, bonjour Lessines, it's the only French I know!
Liar!
Sur scène, le brilkop est accompagné d'un solide band ( drums, guitar( un crack), keyboards, bass) qu'il ne présente pas.
Feu: 'Hit the button', crisp guitar riffs, un petit clavier new wave et des lyrics revendicatifs...gars, why don't you come over here que j'écrase ta face dans la photocopieuse.
Son timbre est proche de notre Luc Crabbe (Betty Goes Green) quand il imite The Thin White Duke et son rock sent bon les pubs, comme celui de Ian Dury, Elvis Costello époque 'My aim is true', Brinsley Schwarz, Graham Parker ou Nick Lowe.
'This town' confirme nos propos.

 

The-Stranglers-Lessen--31--03-2012-042.JPG

Braves gens, je vous recommande la vidéo de 'Play that game' .
Merci, Mike, good job... hooligan!
A happy one, le nostalgique 'Girl from Chelsea Bridge' suivi de l'hommage à ' Steve McQueen' , subtile ballade toute en vulnérabilité et mélancolie.
Même registre que notre Bruce Bherman!
Encore un midtempo 'Hymn', puis ' Not Perfect' avec de jolis effets d'ebow.
Le single ' The Magician' , un downbeat construit sur un piano classique et agrémenté de Bowie-esque vocals .
Une pièce magique suivie par ' Give it all' dédiée à tous les quinquagénaires.
Du grey hair rock nonchalant et philosophique.
Belle découvert, ce M M!

Set de Mike Marlin à peine terminé, le service d'ordre décide de supprimer l'espace réservé aux photographes, le CC est archi-bourré, adieu barrières Nadar, on se retrouve collés à la scène, avec un mot d'ordre si l'un d'entre vous fait mine d'escalader le podium, le groupe arrête le frais.
L'attente sera fastidieuse avant l'arrivée des  Stranglers .
Il sera passé 22:00, lorsqu'en bruit de fond une musique foraine tirée en longueur se fait ouïr, enfin, here they are:
The Men in Black!
The-Stranglers-Lessen--31--03-2012-122.JPG
Le drummer paraît avoir 20 à 30 piges de moins que les autres, où est Jet Black?
Comme à Louvain, l'an dernier, il est remplacé par son drum technician, Ian Barnard, un gars se débrouillant vachement bien.
Le vieux Dave Greenfield va se cacher derrière sa batterie de claviers, tu peux à peine percevoir son crâne.
Le Frenchie, J J Burnel et sa légendaire basse, à gauche et le killer/ baby doll chauve, qui remplace Hugh Cornwell aux lead vocals et guitares depuis 2000, Baz Warne, l'ex Toy Dolls, à droite, juste face à nous!
The-Stranglers-Lessen--31--03-2012-132.JPGPour celles et ceux qui avaient oublié qu'il s'agissait de punk, les gars du Surrey ont décidé de rentrer dans le lard dès l'entame: ' Burning up time', bref, crapuleux et tonique!
' Sometimes' aux tonalités de claviers distinctives, Dave Greenfield, c'est 85% du son Stranglers.
Le docteur Barnard introduit ' The Raven', c'est noir un corbeau.
Burnel au chant et au pas de danse charognard aux aguets.
Vicieux!
'Lowlands' annonce-t-il, un nouveau titre qui rocke sec.
Quelques journalistes moroses ont descendu le dernier né en flèche, sur scène les titres de 'Giants' étaient du même niveau ( élevé) que les smash hits des eighties.
Fuck those stupid rock critics!
'Hey, rise of the robots', les robots en marche, ça va gerber!

 

The-Stranglers-Lessen--31--03-2012-134.JPG

Un essential Stranglers: 'Hanging around', dans la fosse ça remue sévère, le service d'ordre frétille, une veste de training atterrit sur scène, le Baz n' en a rien à cirer et martèle son instrument pendant que la France s'égosille sur ' Unbroken' et décide, à son tour, d'envoyer quelques torgnoles à sa basse.
Ambiance des grands soirs!
'Time was once on my side', un hymne guerrier furieux, puis le calme, la beauté: 'Golden Brown' chanté d'une voix de velours par le sosie d'Hannibal Lecter.
Faustina e Violetta en pâmoison.
' Strange little girl', j'en tremble encore, sublime!
Le jukebox ne passe que des hits: ' Always the Sun', communion totale avec le public.
La cover de Dionne Warwick, ' Walk on by', t'embrasses les deux Lusitaniennes et la mignonne gamine de l'une d'elles.
Le titletrack de leur nouveau produit 'Giants', pas pour les nabots!
Burnel vient écraser quelques paluches au premier rang, amorce les premières lignes de la bombe immortelle 'Peaches', Greenfield au sommet de son art.
'Mercury Rising', une nouvelle, le mercure est resté aux environs de 46°C, il montera pendant la séquence wah wah de Baz.
Barnard maintient la cadence ' Five minutes' repris par la chorale locale, puis le mal-nommé 'Lost Control' ( ils ont inversé les 2 titres, si on lit la setlist).
Sont insatiables.
Une plage punk ne peut pas faire 2', 'Shut up' ne fait pas 100 secondes.
' No more heroes' rien à dire: la classe!
T'es où, Trotsky?
Intro surf pour 'Relentless', une country ballad inhabituelle, avant de replonger dans les revendications punk ' Something better change' qui termine un set, sans temps morts, de 85'!
DSC04096.JPG
Bis

'Time to die': The Stranglers go surf, suivi de ' Duchess', Lessines on aimerait vous entendre chanter... God forbid... avant de se quitter.
A vos ordres, maître!
DSC04127.JPG
Salle en ébullition et second retour, entamé par le rock magistral des Kinks ' All day and all of the night', pour clôturer définitivement avec ' Tank' et les fast arpeggios de Mr Greenfield.
DSC04132.JPG
Sur la route du retour, tel un zombie, t'as gueulé pendant 1/2 heure:
No more heroes any more
No more heroes any more ...

 

Photos: Philip Verhaege ( et Michel)

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel/photos Philip Verhaege - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

michel 03/04/2012 14:02


Obrigado!

Faustina 02/04/2012 21:11


Genial rapport de la super soirée à Lessines !!


Même si les Lusitaniennes en sont sorties avec les pieds de plomb après 3h30 debout, ça a valut vraiment la peine.


Merci pour m'avoir permis de bien mémoriser ce spectacle avec cet article.

Articles Récents