Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 07:13

 Robert Plant & the Band of Joy
 HMV Forum, Kentish London, le 2 septembre 2010
robert-patty-206b249.jpg
Il est 21h00 quand les lumières du Forum s’éteignent et que la clameur monte. Le public est venu en masse, le concert est sold out et on sent partout l’envie de revoir Robert Plant sur scène.
A chaque album de sa carrière solo, l’ex « Golden God » de Led Zeppelin nous a offert quelque chose de nouveau sans hésiter à se mettre en danger, à expérimenter, à chercher de nouvelles directions avec plus ou moins de bonheur. Il aurait pu nous re-servir le répertoire du dirigeable que personne n’aurait fait la fine bouche. Au lieu de ça, Robert continue à surprendre.
C’est encore le cas cette fois avec son nouvel album. Il nous avait laissés flotter sur un parfum country / bluegrass de haute facture avec « Raising Sands » co-écrit par Alison Krauss et trusté une foule de récompenses. « Band of Joy » nous entraîne cette fois du côté de Nashville. Un album de reprises, de relecture, de réécriture de chansons qui ont compté dans la jeunesse de Mister Plant qui a aujourd’hui 62 ans.
Dès que le groupe apparaît, on devine que la soirée va être cool et que nous allons passer un très bon moment. Robert arbore un grand sourire et pendant tout le concert il aura des mots d’humour, le côté « tongue in cheek » qu’il manie avec tellement de bonheur.
robert-plant-206b22a.jpgOn attaque par « Down To The Sea » qui faisait déjà partie de son album « Fate of Nations » de 1993, suivi de « Monkey » et du magnifique « House of Cards » de Richard Thompson.
Le groupe est bien en place, chaque musicien est tout à fait détendu et ça se sent.
On a l’impression d’avoir des potes qui sont venus jouer à domicile. « Please Read The Letter » se rappelle à nos oreilles et c’est Patty Griffin qui chausse les bottes d’Alison. Les deux chanteuses n’ont ni la même renommée ni le même charisme et là on sent que Patty doit encore se libérer un peu, s’affirmer, prendre de l’ampleur.
Vient ensuite le 1er opus qui fait que la salle s’enflamme un peu plus car il faut être honnête, même si on sait que Led Zeppelin ne se reformera jamais, la majorité du public attend toujours des références au dirigeable. Voilà qui est fait avec « Misty Mountain Hop ».
Pour les puristes, il n’y a plus ici les phrasés de guitare cinglants et légendaires de Jimmy Page, je vous l’ai dit, Robert Plant offre à chaque fois une relecture de son catalogue. Comme par miracle, ça tient la route ! En fait, il n’y a pas de miracle, si la chanson n’avait pas été bonne au départ, elle n’aurait pas pu être adaptée au travers des époques. Les autres titres de Led Zeppelin joués ce soir là subissent le même traitement : « In My Time Of Dying », « Houses Of The Holy »,

 

 

band-of-joy-206b209.jpg« Over The Hills And Far Away”, “Gallows Pole” ou encore “Rock And Roll” en rappel. Autre morceau qui ne peut nier sa filiation au dirigeable “Angel Dance” la reprise de Los Lobos, ça passe tout seul et c’est frais.
Le reste du répertoire est émaillé de chansons de son dernier album et de compositions plus anciennes comme par exemple “Tall Cool One » de l’album « Now & Zen » sorti en 1988.
Une mention « coup-de-cœur » pour le merveilleux « Harm ‘s Swift Way » de Townes Van Zandt qui m’arracherait presqu’une larme tellement c’est beau et chanté avec une sensibilité rarement approchée en concert.
Car c’est ça la clé de Robert Plant aujourd’hui, il chante ce qu’il veut, il a trouvé sa place et s’y très trouve bien. Il n’est plus obligé de pousser sa voix vers des sommets que l’on croyait inaccessibles, way back when. Même si à certains moments, il nous rappelle qui il est par un petit clin d’œil vocal qui donne des frissons.
Maître Plant chante comme il veut et le grand homme prouve ainsi pourquoi il trône au sommet du panthéon des meilleurs chanteurs « rock » de tous les temps. C’est sa diversité qui en fait sa richesse.
Le concert se termine a capella avec « Goodnight », chanson de circonstance interprétée par les 6 musiciens. Oui c’était vraiment une soirée formidable, à bientôt « Monsieur Robert » et merci pour ces 100 minutes de bonheur. Un tel concert justifie que la tournée soit sold out.
Prochain rendez-vous : Paris le 24 octobre.
Setlist :


01.Down To The Sea.
02.Monkey.
03.House Of Cards.
04.Please Read The Letter.
05.Misty Mountain Hop.
06.Rich Woman.
07.Somewhere Trouble Don't Go.
08.Twelve Gates To The City_Wade In The Water_In My Time Of Dying (Medley).
09.All The Kings Horses.
10.Satisfied Mind.
11.Move On Up In Glory.
12.Satan Your Kingdom Must Come Down.
13.Central 2 0 9
14.Angel Dance.
15.Houses Of The Holy.
16.Tall Cool One.
17.Over The Hills And Far Away.
18.Gallows Pole.
band-of-joy_b-206b295.jpg

Encores :


19.Harm's Swift Way.
20.Rock And Roll.
21.Goodnight.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents