Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 21:56

Les Nuits battent leur plein, pour ce quatrième épisode de l'édition de l'épisode 2012, tu optes pour  l'Orangerie qui accueille le rescapé  Daniel Darc, le prince des virées sur les rivage du Styx, l'éternel rebelle, le loser définitif, bref, la dernière rockstar hexagonale!

DSC05983.JPG

Le menu prévu est copieux!

 

A 20:00 Lescop!

Vendu comme une sensation chez nos voisins, fans de Hollande!

Lescop c'est Mathieu Lescop, le chanteur de  feu Asyl, groupe punk/new wave de La Rochelle.

DSC05887.JPGSur scène, il est accompagné d'un figurant guitariste, échantillonneur, secondes voix et d'un bassiste omniprésent dégageant une énergie tonique. ( Johnny Hostile de John & Jehn et Gaël Étienne sont mentionnés pour les enregistrements, un EP 'Pop Noire').

On nous a annoncé Antoine à la basse.

Un grondement se fait entendre, basse et guitare se pointent, suivi par un chanteur maniéré et distant.

La basse New Wave, saturée à mort, donne le ton, le sombre et glacial 'Marlène' ( non, il ne s'agit pas de Marlène Mourreau, artiste porno) te fait irrémédiablement songer à un Etienne Daho nerveux, celui du début des eighties, ainsi qu'à ses copains, Marquis de Sade.

La gestuelle saccadée du Charentais te ramenant vers Joy Division et son frontman charismatique, Ian Curtis.

Clin d'oeil de Marc, pas mal du tout, mais ça sent le recyclage.

Seconde salve tout aussi élégante, au texte film noir...nous marchons tous les deux dans cette ville morte... et aux sonorités électropop  syncopées.

 

 

 

Le hit imparable  ' La Forêt' sera suivi de quelques plages au scénario identique( les limites se profilent),  dont 'Le vent' en mode synthpop sur lyrics à la Capdevielle, prévues pour le prochain long-playing.

Le set de 30' s'achève avec ' Tokyo, la nuit', son intro noisy et ses guitares viciées.

Pas mal pendant une 1/2 h , faut pas plus!

 

20:55'  Le Yéti

DSC05907.JPG

Un gros nounours qui ne ferait pas de mal une mouche, que tu croisas lors d'une Boutik Rock en 2011.

Toujours aussi inoffensif et incolore en 2012.

Thierry De Brouwer, le Yéti, un ex-Melon Galia, s'est entouré d'une équipe ayant déjà sévi au sein d'une vingtaine de formations subventionnées par la communauté française, que ce soit dans Mièle, Austin Lace, Major de Luxe, V.O. ou  Hallo Kosmo...: Catherine De Biasio, François Gustin, Ludovic Bouteglier, alias Fellaini, Simon Bériaux, manient batterie, shakers, basse, trompette, claviers, guitare et chantonnent.

Huit titres dont la riche orchestration masque un vide sidéral, une banalité désespérante, on voulait même pas mentionner les interventions provinciales, style ..est-ce que vous allez bien, Bruxelles...mais puisque tu y tenais!

 

DSC05897.JPG

 

' Encore des histoires' un son d' orgue psyché- 'Claudia' sur fond de Farfisa forain, du sirop- 'Les danses nocturnes' une basse funky pompée sur The Jam  -  guitare flottante,  harmonica artisanal,  sax soprano: ' Les détails' (?) - ' Je maudis ma nuit' - un oumpapa singalong, ' En ville' - puis, un coup de pub et présentation de la fanfare- une toute nouvelle: 'Mon amour' a-t-on lu dans le cahier - un signe de l'organisation, plus qu'une, mes chéris: ' L'animal en moi' ... mais que tu es beau... intellectuel comme du Lagaf sans lavabo!

 

21:55' Daniel Darc

DSC05975.JPG

Line-up cinq étoiles: Philippe Entressangle à la batterie ( Brigitte Fontaine, Pauline Croze, Miossec, Jeanne Moreau pour en citer quelques uns..) - guitare: François Bodin ( Benoît Blue Boy, Françoise Hardy, Thiéfaine, Bashung etc...)- Jean-François Assy au violoncelle ou à la basse ( la dernière fois que tu croisas la route de notre compatriote, c'était avec la superbe Olivia Pedroli) - le chef d'orchestre, claviériste,  flûtiste: Rémi Bousseau, alias Kalim B (Paul Anka, Marc Ribot, Michael Bublé, Berry, Nosfell etc...).

DSC05947.JPG

DSC06025.JPGUne intro au piano, de grosses frappes sur les caisses, Daniel Darc, fringué de noir de la tête aux pieds, sans oublier les sunshades pour masquer les pupilles dilatées, s'amène d'une démarche d'octogénaire voûté, ayant lu tous les poètes maudits et adopté leur mode de vie: spleen, paradis perdus, absinthe...il agrippe le micro et entame 'Serais-je perdu?', une interrogation en forme de confession.

Théâtral et poignant.

'C'était mieux avant' balbutie-t-il, avant d'amorcer ce texte autobiographique narratif.

Rien que la ligne ...J'irai en enfer avec Richard Hell... rend le titre éternel.

Depuis Gainsbourg on n'avait rien ouï de plus lucide et noir.

'La pluie qui tombe' du rock désabusé... la quintessence de profonds sentiments de découragement, d'ennui existentiels... merci, Charles!

Accompagnement musical plus serein, avec, notamment, une flûte bucolique sentant le muguet ' C'est moi le printemps', quelques lignes d'harmonica, Darc cabot!

Présentation des acolytes et trait d'humour... et moi, je m'appelle Vincent Delerm!

Rémy au chant en anglais 'L.U.V.' , puis un dialogue truffé de références :Wild turkey, dead thrash , white Elvis ( aha, DSC05959.JPGaha...), sur fond Velvet Underground.

Pas du boudin, le solo du brillant François Bodin.

Je vais le taquiner ce brave gars, je le béatifie et le transforme en Sainte-Madeleine, un petit coup de paluche sur une cymbale pour aider Philippe: du grand rock'n roll!

Second rock bien épais: 'J'irai au paradis'.

On a changé de président mais je compte bien garder le même band!

Petit orgue acéré 'Et quel crime?' ...ai-je commis pour que tu sois partie... on y introduit quelques bribes de 'Riders on the Storm', le peuple apprécie.

Il est en forme, le séducteur!

Une anecdote : comment j'ai connu ma femme, puis ' Quelqu'un qui n'a pas besoin de moi', un slow rock qu'il termine à genoux.

 Le sombre et sobre  'Elégie #2' au piano et violoncelle, âme mise à nu sur background requiem!

Un autre blues baudelairien,' Inutile et hors d'usage', les perles se succèdent.

DSC05946.JPGLe trac initial a disparu, il blague: je vais faire une folie, je vais boire un peu d'eau... en claudiquant il ramasse un Spa  et s'humecte le gosier.

1994, le lent et majestueux  ' Il y a des moments', auquel succède un rock bien rond ' Je me souviens, je me rappelle' qu'il décore, cynique, d'un couplet de 'La vie en rose'.

Retour au dernier album ' La taille de mon âme' avec l' exercice Serge Gainsbourg: 'Seul sous la lune'.

Cette fille, je la drague, elle m'a répondu, t'as pas compris que j'étais lesbienne, mec... la rengaine imparable 'La seule fille sur terre'.

L'eau me fait transpirer, je n'en boirai plus.

Immense cri, Bruxelles a reconnu ' Nijinsky'  , un rock flamboyant avec un nouvel appel du pied à Jim Morrison... when you're strange...

Hé, Philippe, t'es pas avec Daho, gars, tape plus fort!

DSC05998.JPG

DSC05979

 

' My baby left me' aussi glam que les New York Dolls, puis, après avoir répliqué à un fan qui l'invectivait... tu sais, mec, il y a les types qui ont le micro et puis les autres, t'as pas de micro...  le désenchanté ' Ca ne sert à rien' orné d'un génial solo de flûte.

Place au nostalgique, le murmuré ' Vers l'infini' .

..en me mettant à genoux , j 'ai pleuré...' La main au coeur', aux sonorités Morricone avec drumming martial et, pour mettre un terme à cet incroyable set de 90' , l 'encyclique, le majestueux, le légèrement ironique ' Sois sanctifié', achevé par la lecture d'un texte saint.

DSC05990.JPG

Ite missa est, il est 23h30'

DSC06023.JPG

Bis

Un nocturne: ' Jamais, jamais', flûte en évidence.

Bruxelles attendait le Taxi Girl ' Cherchez le Garçon'. Le salaud, qui avait déjà voulu piquer mes notes, balance une serviette pleine de sueur sur mon crâne aussi dégarni que le sien, je la refile à Valérie, qui, précise comme un joueur de vogelpik professionnel , l'envoie sur la caboche du méchant.

Hilarité!

Pas chien, le Daniel a repéré la blonde enfant, s'agenouille face à elle, lui tend le micro pour le refrain du tube des eighties.

Ambiance au zénith quand le titre vire medley...train kept a rollin all night long, straight lines , hi ho let's go pour finir sur 'Hearbreak Hotel'.

Le Dop, D J Saucisse, euphorique se pointe frontstage, ça tourne à la folie collective, la star entame ' La taille de mon âme', Valérie assurant une nouvelle fois les choeurs!

 

Grand show, achevé par un 'Redemption song' a capella!



Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents