Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 08:41

Les Nuits n°9, un Cirque Royal moyennement garni pour accueillir celle qui, à 40 balais, se paye toujours un look d'adolescente timide, à la moue de petite fille boudeuse:  Charlotte Gainsbourg.

DSC06405.JPG

Bizarrement, le Bota signe en dernière minute un avant-programme aux antipodes de la pop murmurée et intimiste de la fille à Jane et Serge, Joy as a Toy et son   freaky rock expérimental .

 

Fire and rain feront-ils bon ménage, pas sûr!

DSC06344.JPG

Joy as a Toy

Soft Machine ( 1968) et Kevin Ayers  ( 1969) servent d'inspiration pour ce trio de dangereux Bruxellois: Jean Philipe De Gheest , drums ( Creature with the atom brain, Mark Lanegan band, Cheresse ...) - Gilles Mortio, basse, chant, clavinettes ( Claude Zac Ensemble, Pierre Vervloesem, Kings of Belgium...) et Clement Nourry guitare, chant ( Pierre Vandormael, Kris Defoort,Nicolas Kummert, Joachim Badenhorst, Michel Massot, Karim Gharbi... pour les collaborations jazz - Lyenn, Mrs Okkido, The Crappy Mini Band.. pour les aventures avant-garde).

Deux albums chez Cheap Satanism ' Valparaiso' et ' Dead as a Dodo' et des gigs aux quatre coins du royaume.

Une guitare Lynchéenne ouvre le surf bal des vampires ' Zombie Safari', on est plus proche de John Zorn que de Justin Timberlake.

DSC06356.JPG

 

DSC06367.JPG

Le haché 'Disco Dog' marie des atmosphères Frank Zappa/ X-Legged Sally. Nourry, affamé, est vachement énervé, derrière, ça martèle joyeusement, quant au chant on peut le comparer à un glapissement de clebs en manque de Royal Canin.

Pour le linéaire ou le facile à digérer, tu sonnes à une autre porte.

Du cérébral métallique, au drumming saccadé:'Subway to your brain', Link Wray meets David Gilmour sur l'autoroute du bonheur.

' Joy as a toy', vaguement country et sonorités sombres à la Lannegan, guitare en picking.

'Sea of love' deux voix, Nourry le fausset, aussi déjanté que les oeuvres de Rudy Trouvé.

Place au noisy et concis ' Successful failure', cherchez l'erreur!

Cataclysmique!

' Carrousel'  démarre gentiment, un peu comme un Kevin Ayers ludique, quelques jolis loops, pour finir par de vicieux effets d'oscillateur.

' Robots': c'est pas de la musique que t'entendras chez ton coiffeur!

Joy as a Toy achève son trip avec le déstructuré: ' Home'.

Décoiffant!

 

Charlotte Gainsbourg & Connan Mockasin

DSC06462.JPG

DSC06458.JPGFin 2011, sortie du double 'Stage Whispers' ( Live & Unreleased) , 8 inédits et un CD  live .

Sur scène, Miss Gainsbourg défend le projet en compagnie de Connan Mockasin (& band )qui lui a écrit le titre 'Out of Touch'.

21h00, a bunch of hippies on stage, sont tous vêtus de blanc immaculé: batteur, basse, claviers, percus et Connan, armé de sa guitare bleue, pas de flowers in the hair, pas de hasj...

 Un blanc make love not war, depuis Donovan en 1967, on avait connu Devendra Banhart,  à la fin des nineties, 2012, Connan, le Néo-Zélandais, semble avoir pris la relève... non je ne mentionne pas Delpech et son 'Wight is White'!

Un set d'une heure cinq ( hormis les bis) sans aucun temps fort: du lisse, du glacé, soulless indiepop légèrement prétentieuse... une déception!

DSC06413.JPG

 

DSC06417.JPG

DSC06421.JPG'Terrible Angels' ouvre les débats, beats aquatiques, electro Goldfrapp, c'est passable!

Cowbells, boum, boum ' Greenwich mean time' ( sur 'IRM') , certains parlent DSC06411.JPGd'onirisme, ok, c'est aérien avec des pointes psyché, mais ça décolle pas.

Bonsoir, Bruxelles: ' Me And Jane Doe', a folky  ballad, sera suivi par le vieux  'Jamais' aux lyrics inaudibles, car couverts par la basse.

Temps mort, sorry, j'ai oublié un accessoire essentiel, tu parles, elle l'utilise pendant  10 secondes, un engin percussif coloré qu'un roadie va quérir en coulisses: ' Ouvertures éclairs' .

Faux mouvement, elle envoie valser son micro qui s'abat à ses pieds, nonchalamment, elle ramasse l'engin pour murmurer une rengaine exotique.

Nouvelle basse omniprésente, le romantique ' All the rain' suivi d'un duo vocal maniéré 'Got to let go', c'est définitivement pas un barbare, Mockasin!

' Heaven can wait' même scénario, Bruxelles reste sage et applaudit poliment.

Charlotte aux drums, Connan en guitar hero, pour un titre sortant du lot ' It'sDSC06427.JPG Choade My Dear' ( sur le CD 'Forever Dolphin Love' du blond garçon).

Quelques sifflements fluets et de jolis effets flottants.

 Puis vint le titre auquel on doit la naissance de la collaboration présente,le décoratif  ' Out of touch', un pastel délicat mais sans relief.

A cover, annonce la belle enfant, Bruxelles réagira chaleureusement à l'excellente version du 'Ashes to Ashes' de Bowie.

' Forever Dolphin Love' du blondinet, décoré d'un long bridge digne de Tyrannosaurus Rex.

Pour finir avec le funk tiède ' Don't forget to forget me' .

DSC06439.JPG

 

Bis

A ballad, '  Memoir' - 'Pour ce que tu n'étais pas' et le disco peu épicé ' Paradisco' .

Avis mitigés en sortant: c'était génial, proclame un collègue, un autre gars, moins enthousiaste, cite le grand Serge...Ce mortel ennui!

Tu décides qu'une petite bière s'impose!

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Phil 24/05/2012 14:33


Quel ennui ce concert, tristes compos, pâle interprétation, musiciens peu inspirés; très loin de la qualité de la tournée précédente de Charlotte G., il est vrai que c'étaient globalement les
musiciens de Beck qui y faisaient le show.  Bref, un concert de fille de...

jprock 23/05/2012 00:53


On n' a pas dû voir le mème concert ! Inspiré, innovant, envoûtant, simple, frais, charmant, décalé et parfois génial voici les qualifiquatifs que j'emploierais pour décrire ce concert de
Charlotte. Bien sur ce n'est pas une bête de scène, on le sait mais elle a vaincu cette timidité maladive des premières tournées pour se fondre dans la masse du band de Conan. L'association est
géniale, séductrice et pas si innatendue que celà . En ce qui me concerne j'ai beaucoup aimé, et je n'étais pas le seul...

Articles Récents