Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 16:15

Le billet de JPROCK :

Il y a une semaine à peine,  Joshua Alo se produisait devant plusieurs milliers de personnes en première partie de Groundation dans le cadre du Brussels Summer Festival.
Un concert dont je vous avais dit le plus grand bien lors d'une précédente chronique.
Aujourd'hui l'homme est à l'affiche de la seconde édition du "From Brussels...witloof festival" organisé  salle Excelsior à Jette.

1133_432080713575199_793493962_n.jpg

Vers 21h30 direction le backstage où Joshua m'accueille avec ce sourire caractéristique qui fait son charme : " Hello Jean Pierre ! "
1236918_432080863575184_1433952980_n.jpgPetite présentation rapide et sympathique de ses musiciens , détails de la setlist et petite séance de photos souvenirs, le courant passe bien entre nous et après une quinzaine de minutes je quitte l'artiste et le laisse se préparer pour son show.
Joshua Alo est programmé à 22h, mais finalement ce n'est qu'à 23h45 que le concert débutera. En cause un retard approximatif d'une heure due à une organisation locale parfois hésitante et une balance interminable de 45 minutes.
Mais notre attente va rapidement être récompensée car devant plusieurs milliers de spectateurs ou devant quelques centaines, le band se donne toujours à 200%.
Joshua démarre avec "Blind guides" et "You'll never know" armé de son ukulélé magique. Ca groove, le son est correct pour ce genre d'évènement et le public se prend bien vite au jeu et se rallie au contingent d'admirateurs convaincus dont je fais partie.
Joshua Alo, c'est une bouffée d'air frais, une passion
communicative intense, et lorsqu'on le voit évoluer sur scène, dreadlocks au vent, certaines de ses attitudes nous rappellent rien moins que le Maître Bob Marley.
"Rhythm so Divine", "Senses", "Lukewarm", "Standfirm", les titres se suivent avec un réel bonheur et le show monte en1239385_432080966908507_1899572414_n.jpg puissance. Car un show de Joshua Alo s'apparente à une cérémonie divinatoire où chaque auditeur se laisse guider par la musique et les messages d'amour et de paix qu'elle véhicule.
Rassemblé, le public de Joshua Alo se retrouve à ses concerts sans distinction de race ou de culture, animé par cette joie commune de partager autour d'un artiste terriblement humain.
Les cuivres claquent, la guitare s'enflamme, la basse ronfle, les claviers groovent et la batterie marque le tempo: c'est du "hawaiian roots reggae" m'sieurs, dames !
Et lorsqu'une mamy septuagénaire excentrique monte sur scène, se dirige vers chaque musicien pour l'embrasser puis se lâche dans une danse frénétique étonnante pour son âge, Joshua ne semble même pas surpris, à peine un léger sourire se lit sur son visage et le set continue de plus belle.
L'artiste et son band enchaînent avec "Angel" titre phare magnifique et moment important du set, avant de se lancer dans un final d'une rare intensité constitué de "Keep" et de l'incantatoire "Light over Darkness".

1185383_432080990241838_320105542_n.jpg

1005230_432080180241919_85650861_n.jpg

A en entendre l'applaudimètre, le public est conquis et une fois de plus le natif d'Hawaï laisse une trace dans les mémoires des spectateurs qui le voient pour la première fois.
Car lorsqu'on embrasse une première fois la musique de Joshua Alo, après elle ne vous lâche plus !

Texte et photos : JPROCK.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents