Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 09:33

Le billet de JPROCK :

10425158_712313172218617_7292481858627768383_n.jpg

 

Organisation: Greenhouse Talent
10277333_712313325551935_4507511831837248854_n.jpg
A 86 ans Ennio Morricone reste un des plus grands compositeurs de musiques de films contemporains encore en activité.
Alors quand l’occasion se présente d’aller à la rencontre du maître et de son oeuvre ça ne se refuse pas.
Rendez vous donc au Palais 12 du Heysel en ce mardi 3 février 2015.
Il gèle mais ça n’a pas empêché la grosse foule de faire le déplacement vers un Palais 12 pas loin d’afficher sold out malgré le prix élevé des places.
Quand on aime, on ne compte pas !
Dans la salle on trouve un public varié, des jeunes, des moins jeunes et des tempes grisonnantes, Morricone séduit toutes les générations.
Et durant le concert on entend régulièrement des jeunes femmes hurler « Enniooo, bravooo, Enniooo ! « comme si elles assistaient à un concert de rock .
10460375_712313218885279_7813903991994542898_n.jpgIncroyable popularité pour cet homme de plus de quatre fois vingt ans !
L’enthousiasme est donc collectif lorsque le Maître fait son entrée sur les planches alors que les choeurs et l’orchestre l’ont précédé.
Il se dirige alors vers son pupitre de chef d’orchestre derrière le quel il s’appuie sur le dossier d’une chaise, position qu’il ne quittera pas pendant tout le show.
Il faut dire que l’homme vient de subir une intervention chirurgicale au dos qui a d’ailleurs entraîné par deux fois le report de sa tournée et du concert de ce soir.
Et la musique ?
Bien sûr elle est magique, on le savait déjà, et l’orchestre joue en roue libre une oeuvre colossale pendant linkun peu plus de 130 minutes entrecoupées d’une pause de 20 minutes.
Dommage que sur les écrans géants qui proposent des gros plans des musiciens la production n’ai pas eu l’idée de passer de temps à autre des images des films prestigieux évoqués ce soir. Mais c’est bien sûr un détail, l’essentiel réside dans la musique qui à elle seule justifie notre déplacement.
Dans l’ensemble le son est bon mais on se met à rêver d’entendre ce même orchestre ces choeurs et cette soprano dans une salle comme Bozar avec peu d’ amplification, ce qui redonnerait à cette musique l’essence même de sa magie brute.

 Plusieurs rappels magnifiques, quelques saluts au public, de vagues sourires, et Monsieur Morricone s’en retourne dans sa loge.


« Ennio Morricone My Life in Music » annonce la tournée, et c'est une réalité.
Car cette oeuvre là a aussi enchanté la nôtre et rien que pour ça on ne peut que s’exclamer : Merci Maestro !
10968525_712313448885256_90080511091286509_n.jpg
Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK.

Setlist ( sous réserves)
First Set
The Untouchables
Deborah's Theme
Poverty
Once Upon a Time in America
Legend of 1900
H2S
The Sicilian Clan
Metti una sera a cena
Uno che grida amore
Come Maddalena
The Good, the Bad and the Ugly
Once Upon a Time in the West
A Fistful of Dynamite
The Ecstasy of Gold
Second Set
Chi mai
Cinema Paradiso
Malena
The Battle of Algiers
Investigation of a Citizen Above Suspicion
Sostiene Pereira
La classe operaia va in paradiso
Casualties of War
Abolisson
Gabriel's Oboe
Falls
On Earth as It Is in Heaven
Encore:
Here's to You
Encore 2:
The Ecstasy of Gold
Encore 3:
On Earth as It Is in Heaven

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
j'étais à Luxembourg aussi ; mélancolie et puissance.<br /> je 'ai pas reconnu la pièce qui commence par plusieurs violoncelles ou contrebasses qui sonnent très grave, si quelqu'un....
Répondre
P
J'ai assisté au concert d'Ennio Morricone mardi 24 à Luxembourg.<br /> Moment émouvant et magique de voir pour la première fois le maestro, fatigué mais heureux de diriger l' orchestre et les chœurs, avec une prestation impressionnante de la soprano Susanna Rigacci. <br /> Un seul bémol, la mauvaise sonorisation : les spectateurs du premier rang ont du supporter un mélange du son direct de l'orchestre et des enceintes de qualité moyenne placées devant la scène.
Répondre

Articles RÉCents