Archives

Samedi 24 juillet 2010 6 24 /07 /Juil /2010 16:13

En partenariat avec Classic 21 et la ville de Bruxelles (une organisation de Brockxelles Events asbl-vzw), ce 24 juillet 2010 accueillait "Brockxelles 58: festival de rock n' roll et rockabilly" au Theâtre de Verdure du Parc d'Osseghem près de l'Atomium.
Passé les premières barrières nadar, délimitant le périmètre de l'évènement, tu te crois revenu dans les golden 50's !Tout ce que Bruxelles compte encore de rockers gominés et rockeuses en robes vichy a fait le déplacement à cette grand messe sentant le cuir et la gomina.
Des échoppes de fringues, des boutiques de cd et de badges, ci et là des bagnoles de rêve, tout droit sorties des 50's et 60's et quelques choppers. Sans oublier l'incontournable glacier " Tutti frutti".

Le soleil est de la partie et le programme annonce le 1er band pour 15h.
Hélas, l'organisation prend déjà du retard- tiens vlà Patrick Ouchène une choppe à la main ! - et c'est vers 15h30 que les Forty Five R.P.M. s'emparent de la scène.
DSC03459.JPG
Originaires de Hanovre, fleuron d'une nouvelle scène allemande de rockabilly, le band est prêt à en découdre dans l'énergie et la bonne humeur.
Forty Five R.P.M. c'est Sandra( vocals & acoustic guitar), Jürgen ( upright bass), Schroeder ( guitars) et Oliver( drums).
D'emblée, c'est Sandra la chanteuse qui attire tous les regards. Habillée en tenue marin sexy, la belle possède un charisme certain et une voix exceptionnelle, rappelant un peu Peggy Lee.
Le public est rapidement sous le charme de cette rockeuse sexy, à la blondeur de Marilyn, même si un début d'après- midi n'est pas toujours propice à avoir devant soi un public déchaîné.
Schroeder, le guitariste, mèche folle sur le front et chemise à fleurs de couleur bleue, se la joue Brian Setzer, le son de sa demi-caisse agrémentée de reverb charpente le combo.
DSC03481.JPGLa section rythmique est irréprochable et les sourires échangés entre Sandra et ses acolytes, ajouté à des rock de qualité, mettent définitivement le spectateur de très bonne humeur.
Les rockeurs transpirent sous leurs bananes, les nanas sexy gloussent de plaisir..
Impossible de vous citer la setlist en entier, car ils ont joué 30 morceaux! Bien sûr un morceau rockabilly fait rarement plus de 2min30, mais il faut reconnaître que pour un band qui ouvre un festival, jouer plus d' 1h30, c'est plus que généreux.
L'ennui, c'est que ça fout le timing en l'air.
Tiens voilà patrick Ouchène avec un pastis en main...
Ajoutez à cela 3 morceaux en rappel, dont la cover du "Fever" de Eddy Cooley et Otis Blackwell, rendue célèbre par Peggy Lee, un excellent "He will come back, et un succulent "Ich will keine Schokolade", tirés de leur très recommandable album "Welcome to Hot Rock Lounge", sorti sur Rhythm Bomb Records.(release number RBR5652), et vous avez un concert absolument emballant.
Au vu de leur prestation, je me demande réellement pourquoi un groupe de ce talent a été choisi pour ouvrir le festival?
La réponse est sans doute dans leur planning car le soir même ils étaient programmés, à 20h, dans un festival en Hollande.
Bref, un set hyper convaincant d'un groupe original possédant en ses rangs une véritable bombe rock n' roll en la personne de Sandra. Ajoutons à tout cela leur gentillesse et leur disponibilité "backstage" et vous aurez un band à ne pas manquer en concert et à découvrir d'urgence sur album, si vous aimez le rockabilly brûlant....
Une excellente découverte !
Il est 17h 45, je dois absolument quitter le festival, Michel prend le relais. Jusqu'ici, un seul groupe a joué. Honteux le retard accumulé par les organisateurs ! Direction ma limousine.

Tiens, voilà Patrick Ouchène une choppe à la main ...


18h05'  Voodoo Swing sur le podium.
P1010289.JPG
Après bien des palabres... Howlin' Bill avait déjà fait son soundcheck, mais les Ricains avaient, eux, rendez-vous avec une Hollandaise.
Sorry Bill, we play first!
Une plume aux Anversois pour leur fair-play!
Les organisateurs étaient au courant, mais préféraient se consacrer à la consommation massive de pintjes.
Paraît que c'était pour entrer dans le Guinness Book.
P1010288
Voodoo Swing: un tear-it-up rockabilly trio, que Gert de Surfing Airlines a été pêché à Phoenix, Arizona.
Viennent juste de finir un concert du côté du Manneken-Pis de Grammont (Geraardsbergen), et ils sont prêts à secouer les boules de l'Atomium.
P1010269.JPGZont de la gueule: Shorty, le tatoué aux lead vocals et Gretsch agressive - Leeroy, le drummer, aussi méchant que le Leroy Brown de Jim Croce, et celle vers laquelle convergent tous les regards concupiscents, Miss Ruth Wilson à la doghouse bass + some sexy vocals while chewing.
La dernière plaque ('Voodoo Beans') de ces gominés, existant depuis le début des nineties, Ruth les a rejoints récemment, a été produite par Cris Kirkwood des Meat Puppet, pour la petite histoire c'est le boyfriend de la nana.
'Doin' 50 per' du 50, tu rêves, du 180 miles an hour, au moins.... On nous avait dit les nouveaux Paladins, on a pas tort.
Du méchant rock/ bluesabilly /psychobilly qui t'attaque sous la ceinture.
'18 Wheels', le petit Shorty nous sort quelques riffs géants, pendant que Ruth fixe d'un regard dédaigneux les pauvres choux de Bruxelles, bavant comme des crapauds malades.
We're gonna have some fun tonight, lance Mr Gretsch.
Jouer avec de la dynamite c'est, effectivement, marrant.
Ils enchaînent, sans pause, sur une autre killing song.
Pas de temps à perdre, dans deux heures on joue chez les Kaaskoppen.
Trois gigs en une après-midi/soirée, Gert les nourrit à l'epo?
'Rockabilly Martian Gal': ah bon, sur Mars aussi..., suivi de 'Down with the blues' .

 

 

Sont aussi efficaces que les Stray Cats et aussi chauds que Reverend Horton Heat.
Le F-4 Phantom II continue à larguer, joyeusement, ses bonbons atomiques sur nos crânes mous.
Une chatte sauvage se pointe pour nous crever les yeux 'My wild cat walk'.
Terrifiant!
Mais tu sais, bébé....you know that I love you...
Crapule!
Un juicy...I got to find me a woman who loves me all night long ...('Jitterbug all night long' ), suivi d'un jazzy blues nostalgique' Vale of Tears' chanté par Ruth ...I'm gonna miss you baby... il est con ce marin de la laisser toute seule!
Finies les jérémiades, retour aux choses sérieuses 'Crazy Little Mama' et un ' Hilbilly rock'n roll', servi saignant.
Voodoo Swing terminera par un boogie corsé, aux accents surf à la Dick Dale .

Un bis 'We're gonna rock this joint tonight' , quelques autographes, et tous dans le van pour enflammer le pays de Zoetemelk.

 Howlin' Bill
P1010296.JPG
Auf Wiedersehn Phoenix, richting Antwerpen, les eaux bluesy roots de l'Escault, d'où est originaire Howlin'Bill.
Ce petit loup (en fait un Wim Vos), d'un mètre quatre-ving six et demi, howle et blaast in een harmonica, Little Jimmy le seconde merveilleusement à la gratte, la rythmique soudée est assurée par Walkin' Winne, l'énigmatique basse, et Magic Frank aux caisses et cymbales.
L'an passé le Bill a enregistré un live-album ( leur 3ème CD) au club de l'AB, les critiques sont élogieuses, du nord au sud du sillon Sambre et Meuse.
'Next Time', des Radio Kings, commence le bal.
Les bananes se dirigent vers le bar, les bluesfreaks viennent se coller au podium.
'Foxy Little Lady' dis- moi quoi faire?
' Six feet five' , envolées d'harmonica aériennes et guitare acérée, Howlin' Bill & band est diablement efficace.

 

 

P1010299.JPGDu regretté Gary Primich, le formidable 'Big Daddy's coming home'.
A song about my life: 'Midnight Hero' ... boire, fumer, pisser, boire...
'7 months, 30 days ' Howlin' Bill chante comme un mâcheur de tabac du Mississippi, un timbre de pauvre black qui en vu des vertes et des pas mûres.
'She moves me' roeren in de bluespot, la mayonnaise prend.
Rocking time: ' Circus is coming to town' , sans les clowns!
'Devil & the deep blue sea', grand numéro de kleine Jimmy.
Tu peux en chanter une, menneke: Ja, ' Let's roll' .
Ok, let's roll!
Femme, 'Get outta my life' , je t'aime plus, bitch!
Non, Rickybilly, je danse pas, fieu, va boire une Palm, peï!
'Second Hand Shoes' jungle beat mixée avec some Bo Diddley riffs.
'Bellboy John' fumante locomotive et une dernière ' Date with the Devil', un rendez-vous démoniaque.
Ce band hyper-soudé a le blues dans le sang, Bruxelles l'a bien compris et exige

un bis: le jazzy 'You got it'.
Brillante performance!

21h: quelques thunes dans le Wurlitzer, une nouvelle couche de brylcream pour fixer la ducktail, ok, le portefeuille est bien fixé à la chaîne, on enlève la poussière des saddle shoes, Rita Hayworth se recolle du red agressif sur les lippes...sont fin prêts pour

 Eddy & the Backfires
P1010314.JPG
un rockabilly band teuton, né en 1999 à Hanovre!
T'as:Eddy - Rhytmusgitarre und Leadgesang
Jürgen - Kontrabass und Gesang
Josh - Gitarre
Randy - Schlagzeug und Gesang

Dans leur biberon, pas de Rex Gildo ou de Heino, mais du Eddie Cochran und Carl Perkins!
Vont nous concocter un set en béton armé, pendant lequel il sera impossible de ne pas entamer l'American Spin ou le Behind Wiggle. Teddy Boys and rockabilly chicks en piste pendant plus de 60'.
Un exotique chicanobilly comme amuse-gueule: ' Mexican Love', avec lignes surf te rendant nuts.
'Teen Queen' je l'aime déjà.

 

 

P1010319.JPGLes less than 3' tracks ( 18 sans les bis) vont défiler à la vitesse de l'éclair.
Some old-fashioned crooning à la Elvis( 'Hot Rods on the Main Street') , wild authentic garage stuff, classical boppers, hammered bass lines, soli furieux.... ces mecs respectent la tradition, en y ajoutant une touche personnelle.
Rock'n roll is everywhere... feel rockin, feel rolling...nous aussi, Eddy,...till the break of day....mec!
Un instrumental tempétueux 'The Tornado', un truc pour chialer 'All I can do is cry' Wayne Walker (1956), du boogie/hillbilly, du surf pour les fantômes des Trashmen, un ou deux petits slows under the moon...let's call it love.../' Last Kiss', beaux comme du Paul Anka.
Jürgen derrière le microphone pour une version gluante de ' Seven nights to rock' ( 1956,encore ) de Moon Mullican.
'Why Cry'
1956?
Oui, bébé, Johnny Carroll!
Tonnerre d'applaudissements.

En trébuchant, Patriiiick se saisit du micro de la main gauche, la droite serrant pintje n°236, essaye de se souvenir du nom du groupe et propose un bis!

Vous en voulez encore, aber...ein, zwei, drei au menu, dont 'Come Bigger' avec le batteur à la lead guitar.
Après le second, on renvoie babyface Eddy: tire-toi, Tintin, put your Elvis hat on & buy yourself a pintje, on balance un dernier surf cinglant!
Deutschland über alles!

Nouveau temps mort interminable.
Danny, Jack, Bernadette, Milou, Guy, Roger Mighty Roy, Rickybilly... on est tous d'accord: un manque d'organisation déplorable.
Ok, faut faire marcher le bar, après tout c'est un free event, mais faut pas pousser bobonne, les petits gars! On résume: une Palm: 3€, un mini-hamburger décoré d'une tranche de ziz, périmée depuis 2 ans: 6(six!!!!) € , un horaire élastique, parfois 75' d'attente entre les groupes...
Résultat 3/4 du public a pris la tangente et il reste deux plats à consommer, c'est chouette pour la tête d'affiche qui va jouer pour deux pelés et 26 morts bourrés...

 The Domino's
P1010328.JPGaka the Zatlappen from Brussels!
Après avoir éclusé 46 pastis, 422 pintjes, sont parvenus à engloutir une ou deux bouteilles de Jack Daniels avant de réattaquer la pils..
Patrick, Lenn & co étaient loin dans leur trip Guinness book.
Le violon/clavier et le batteur, sobres eux, sont donc priés de manier la barre de ce rafiot pourri.
Dommage, car le répertoire jazz/gadjo swing/blues/boogie/ rock/hillbilly/ Irish jigs... méritait mieux que ce massacre.
'It don't mean a thing' -'Caledonia' - 'Do the hipshake, baby' - Mano Swing'- 'Shine' tous furent victimes de monstrueux outrages, un viol collectif écoeurant.
Fats Waller ne fut pas épargné et quand le Patrick annonce 'St James Infirmary',version yaourt pas maigre, tu penses plutôt à avertir Veeweyde, pour maltraitance d'esgourdes.
Du grand guignol pathétique.
Comme digestif, ils ont pensé à une mexicanerie indigne de Lange Jojo!
Tiens où est Lenn?
Parti pisser contre un oldtimer de 1956, sans doute!
Le revoilà, un petit rot, olé, c'est reparti!
P1010339.JPG
Il est minuit, le Docteur Schweitzer est au plumard, on va faire comme lui!

Pas le courage d'assister au set de Slim Slide and the Sliders!

Jp et Michel

Par JP Rock et Michel/ photos JP Rock et Michel - Publié dans : Concerts
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Partager ce blog

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés