Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 20:17

Bulletin météo: une masse d'air en provenance d'Afrique est à l'origine des fortes températures qui touchent le pays, samedi, il fera ensoleillé et les températures seront tropicales, de 31 à 36 degrés...

Elle dit et si on se rendait à la côte... t'as pas entendu les nouvelles, bébé, les plages belges prises d'assaut par les vacanciers, toi, qui as horreur de la foule..

Tu as raison, je reste au jardin!

Ouf, direction Ternat, pour l'édition 5 du rock & blues festival, organisé par le Jeugdcentrum Puls.

 

Tu rates le premier groupe, The Monkwoods, qui était programmé à l'aube ( 13h30'), pour atterrir à 14:35' sur place.

Ternat, bien protégé par d'immenses parasols, termine son blues BBQ, des courageux s'affairent sur scène!

DSC00107.JPG

Que peux-tu encore écrire à propos de ce combo que tu as déjà entendu 27 fois sur scène, telle est également la question que te pose Hans, le frontman du groupe bruxello- brabançon.

15:15', Hans Van Campenhout - Vocals, Piano, Harmonica/ Gert Taveirne - Guitars,Harmonica/ Bram Van der Stocken - Bass/ Bert Van der Elst - Drums, Percussion viennent d'en finir avec le soundcheck pour ouvrir avec le désormais classique ' The retarded son of Jesus', une pensée pour M Martin... he made a hooker dress like a nun...

C'est parti pour 75' d'americana d'inspiration John Steinbeck, William Faulkner, Raymond Chandler.

Le nerveux ' Walking Talking Johnny Cash Blues' précède la ballade ' Pure Moonlight' introduite par un piano jazzy.

' Carolina' pas la copine de Neil Diamond, une autre, pas sympa...you took my heart and left me here on my own....

Un troisième midtempo ,'Just a case of a broken heart' , ...j'ai le coeur blessé, torturé par tout le mal que tu m'as fait...

Assez pleuré, one, two, three, four..du rock, ' Jesus in the mall', puis une nouvelle, style Barbara Cartland sans le rose: ' A kiss so cold it froze on her lips'.

DSC00122.JPG

 

DSC00121.JPG

Il aboie fort et blues, ' Johnny Barker'.

Hans: ' Je sais, c'est pas très original de dire qu'on aime les Beatles, mais voici 'Girl''

Un pop rock mouvementé ' Dance, smile, run, and hide (again)', suivi d'une nouveauté country/pop, ' High and Low', Gert sortant un harmonica de son bikini.

Deux guitares' Ordinary Madness', noisy track, et sur la lancée ' Run and go'.

Hans, fait soif, on va s'en jeter une, continue tout seul, ket: le philosophique ' Plastic Crown'.

' Sharleen' pour Spiteri et un de nos chevaux finissant toujours placé au quinté, la valse ' The laws of the Interstate'.

Un mec de l'organisation s'approche et lève 3 doigts, ' Like a rolling stone' de Bob D , ' Changes' et le bâton de dynamite ' Shotgun Blues'.

Merci, Ternat!

DSC00138.JPG

DSC00131.JPGA bunch of weirdos, chargés d'amuser la galerie par un set bluegrass/rockabilly/ hillbilly pendant les entractes.

Ces street musicians sont d'origines diverses, deux Anversois, un grand gaillard ( K-man), style Gaston Lagaffe coiffé rasta, à la contrebasse, Tarass Boulba, aka Rude bastard, aux percussions et deux guitaristes/chanteurs: a)Viking Dave Robertson, un Ecossais, s'étant perdu du côté de l'Escaut, que les fiches du FBI signalent comme faisant partie de Wall of Sweat et Kiss my Jazz dans nos riantes contrées et The Valves ou The Mighty Mudsharks, du côté de la Clyde river - b) Fin the lonesome Fin, un finaud Finnois aux moustaches Dali.

Pendant 20 minutes, en s'étant installés dans un coin ombragé, ils ont ravi le public local en psalmodiant à leur sauce du Bobby Darin ( 'Things') - Woody Guthrie - Buck Owens ( 'Act Naturally', ils nous rappellent que Ringo Starr a popularisé ce country tune) - Tom T Hall avec l'adéquat 'Red hot memories ( ice cold beer) ' - Jesse Fuller repris par Bob Dylan, le ragtime 'You're no good' - Kenny Rogers ( 'On a warm summers 'evening') et un skiffle pour terminer ( 'Puttin on the style' Lonnie Donnegan).

DSC00137.JPG

Distrayant!

DSC00158.JPG

A Herselt , t'as des ex-vedettes du foot: Erwin Vandenbergh, Stijn Huysegems, Jos Valgaeren qui, chaque mois, recevaient un imposant paquet d'Euros pour taper dans un ballon et puis t'as des nostalgiques d'un Ouest poussiéreux ayant le blues au fond de l' âme, et un vieux billet vert au fond de leur Levi's, a Dusty Dollar!

Nico De Cock ( vocals) , le costaud, et Andy Aerts ( guitar), le petit tatoué, tu les vis ici ,il y a deux ans à peine, ils avaient enthousiasmé la plaine avec The Blues Conspiracy, un band pratiquant un blues musclé et saignant.

They're back avec d'autres copains, aux drums, le grisonnant Guido De Bock - basse: le schtroumpf numéro deux, le doué, David Amendolara et un lead guitarist, pas fou, originaire de Geel, le crack, Didier Claesen.... call us Dusty Dollar!

DSC00159.JPG

Pas besoin d'échauffement, d'emblée dans le vif du sujet avec le prolétaire 'Working class blues', à la sortie tu verras pas un chauffeur au volant d'une Audi Quattro, non, they are ' Waiting for the bus', qui te rappelle certains titres des Bintangs en 1969, ils enchaînent sur 'The Letter', une missive pondue par Alex Chilton, dans une version qui risque d'exiger un complément d'affranchissement, prévois deux timbres de 15€!

On va calmer le jeu, ' When a right woman does you wrong', Nico a l'intention de nous faire chialer.

Matt Schofield, ' Anything but time' sur arrière-plan rockabilly, suivi du classique 'Messin with the kid', les guitares rivalisent d'adresse, la rythmique assure sans failles et le timbre du shouter impressionne.

Normal que Dusty Dollar soit invité à ouvrir samedi prochain lors du Gevarenwinkel Festival, ce quintet est à ranger sur l'étagère BBBA (Better Belgian Blues Aggregation).

Un virage soul, ' It's a man, man's world' du Godfather, et puis un truc qui pompe ' Dead City' ( John Mayall).

'Give me a thrill', les guitaristes, pas des mulets, s'y mettent à deux, Nico tremble.

La suivante ( 'Further up on the road') sonne Stevie Ray, avec Andy et Didier dans l'arène pour une méchante joute Spartacus versus Minimalus Tatuaggio.

Lou Martin est décédé la veille, Dusty Dollar choisit le fantastique 'A Million Miles Away' de Rory Gallagher en hommage à l'organiste.

Boogie time, Z Z Top, 'La Grange', puis Kenny Wayne Sheperd, 'Shotgun Blues' , tirs à répétition, une médaille d'or après la pièce d'argent de Lionel Cox..

 

DSC00149

 

Une dernière avant de s'attaquer au bar, le logique: ' Just got paid'.

Au menu: Jack Daniels, des femmes et plus un seul dollar en poche à la fin de la virée!

Mighty gig!

 

DSC00168.JPG

Que William Souffreau, le petit gars né à Erembodegem en 1946, aime le rockabilly, c'est pas un scoop: les Blue Jets, les Mings, plus tard BLINKit en témoignent.

DSC00165.JPGEvidemment, pour Monsieur Tout le Monde, William Souffreau sera éternellement associé à Irish Coffee, une gloire nationale des seventies.

En 1974, Irish Coffee quitte la scène, William Souffreau continue sur la route rock'n roll,: d'autres groupes, des albums solo et, en 2010, il fonde The Rockabilly Rhythm Revue, avec à la upright bass, Erik Le Clercq ( Smooth and the Bully Boys, Casablanca Carambol Company) et aux drums, Kris van der Cammen ( Smooth and the Bully Boys, Golden Green, The Jones etc...).

Ce trio a sérieusement secoué Ternat, qui s'était assoupi sous les rayons brûlants de l'astre solaire.

Un petit Eddie Cochran pour bien montrer qu'il s'agit de rockabilly, 'Twenty Flight Rock'.

Pour ceux qui n'avaient pas suivi, Johnny Burnette, 'Rockabilly Boogie', la Gretsch lance des flammes, les deux gominés se marrent.

Sur la lancée, Carl Perkins ' Honey don't' et Fats Domino 'Ain't that a shame'.

Papy Souffreau ne souffre d'aucuns maux, il fait pas dans la porcelaine de Limoges ou d'Erpe-Mere, ça cogne dur, très dur.

Un coup de sifflet du chef de gare, arrivée imminente du 'Mystery Train', il compte les wagons: 16!

' Black slacks' , The Sparkletones.

Pas connu, tu avances... bof, répond bompa Willy, 1000000 d'exemplaires vendus.

DSC00178.JPG

 

 

Cochran numéro deux: ' C'mon everybody'.

Betty, Sandra, Roos et Magda se sont séparées de leurs escarpins, pas vernis, pour entamer une petite jive comme en 1957.

DSC00181.JPGLet's get wet, ajoute le vétéran: ' Matchbox' , le pas grand Le Clercq, c'était pas très clair, s'écroule, victime d'un coup de chaleur et continue à slapper son instrument couché.

On lui refile un cachet rose, il grimpe sur la bête pour hisser un drapeau noir, jaune, rouge au sommet.

Un copain de Lucien Van Impe, sans doute!

' Shaking all over', il y a de quoi, après tous ces efforts.

Je fais partie du troisième âge, je dois plus payer sur De Lijn, mais je dois éviter les efforts démesurés par grosse chaleur, voici 'Nervous Breakdown', si je retrouve les lyrics.

'Honey Hush', chut, baby!

Les Beatles aussi jouaient du rock: 'Money'.

Un trou, vite une thune dans le jukebox: 'Red Hot' et 'Bo Diddley'.

De nouvelles acrobaties de la contrebasse, Bo Diddley vire ' Whole Lotta love' puis 'American Woman', résultat Erik se prend pour Serge Reding , un épaulé-jeté audacieux et Ternat KO.

 

Un bis, messieurs?

Deux, une suite Creedence: ' Born on the Bayou' et 'Suzie Q' qui traînait dans les marais.

Un set juteux!

DSC00285.JPG

DSC00267.JPGLe tout dernier concert pour le roots band anversois, qui a décidé après quelques années de bons et loyaux services de mettre la clé sous le paillasson.

Too bad!

En 2009, tu avais croisé Thijs Louis ( guitar) /Gerd Van Mulders ( bass) /Frank Van Keer ( vocals, harp, guitar) et Toon Van Dionant ( drums) au Swing Wespelaar, un set bien ficelé de swamp blues fertile et visqueux, ce soir, le plat servi fut tout aussi copieux et adipeux, un bel enterrement sans fleurs, couronnes, ni larmes de crocodile.

' Fame and Fortune' ouvre, ils n'ont connu ni l'un, ni l'autre, mais ce downtempo sent bon le lazy blues suffocant qui se marie à merveille avec la canicule que connaît, momentanément, nos régions.

' Count on' aux effets surf précède ' Yellow Blues', te semblait que Frank avait annoncé ' Miller blues', mais une consommation massive de Jupiler a probablement détérioré tes facultés auditives, bien que tes pavillons aient hautement apprécié les envolées de Thijs.

Coup d'oeil sur la playlist de Gerd, ' Hung up', un nouveau blues aux accents buveur de moonshine.

Traag sol, lis-tu, tu traduis un downtempo au ras du plancher... baby, don't leave me this way... grince le Jack NicholsonDSC00191.JPG lookalike, tu confonds pas avec les Communards, bitte, ils fréquentent pas les mêmes bars.

Une acoustique pour Frank, 'Blow', vaguement country , suivi de ' Know about love'.

Avec ' Gone', on demeure dans des climats louches et moites, un peu style 'The Hot Spot', filmé par Dennis Hopper, starring Don Johnson et la sympathique Jennifer Connely , si tu peux visualiser.

'Surprise' frôle le lyrisme et ' Waiting too long' se rapproche le plus d'un vrai blues, un twelve-bar.

On passe au rock, ' Belbohead' , suivi de 'Dixon', ce qui signifie probablement que les belles bouches osent Willie Dixon, ils n'ont pas tort, it sounds great.

Ternat, voici la dernière, on a très, très soif: ' I don't care' , écoute, babe...doesn't matter what you say... je m'en fous, I don't mind, I don't care...

C'est clair!

DSC00289.JPG

Double bis.

Un surf psychédélique, futur soundtrack pour un Tarantino et un dernier midtempo au voodoo groove fiévreux.

 

 

23: 00, une ultime pintje et tu quittes Ternat, pas de Rumble Jacks pour toi!

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents