Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 14:37

Tu ne vas pas me croire, ai oublié mon ticket sur la coiffeuse...

Fâcheux!

Un numéro de charme digne d'une courtisane du 17è , ( on te recommande  Marion de Lorme et ses amours), et Fabienne se voit attribuer un accès à la salle sans devoir coucher quelques billets sur la table occupée par les préposés à la caisse.

A Silly (Ch'li), entité devant son identité au ru la traversant ( la Sille) et pas, comme le laissent entendre des mal intentionnés, au QI de ses  habitants, les aborigènes sont courtois, prévenants, parfois sobres et pas pressés.

Le Salon modernisé est devenu une salle de concert recommandable, un  bémol mineur, le non respect de l'horaire et, si tu y tiens, le caractère dangereux de certains clients: Olivier B, flanqué de la charmante Isabelle, Didier D., Petit Barbu etc... n'ont pas fait voeu d'ascétisme!

1452153_752964424717602_1084673509_n.jpg

20:55', une foule dense a enfin accès à la salle, niaisement, tu crois que Coffee or Not va pouvoir entamer les hostilités..nenni, hein, gamin, Soho et Renaud piaffent d'impatience dans le cagibi jouxtant la scène, l'annonceur maison vide sa Saison Silly à l'aise et décontracté, il sera 21:13' lorsqu'il présentera  Coffee or Not!

Le second album  'Ghost'  date de 2012, un troisième est en gestation.

1005844_752964248050953_1390706433_n.jpg

Pas de Frédéric Renaux à la basse ce soir, Soho se charge, en souriant, du fond percussif, des nappés de synthé et chante, tout comme son compagnon, Renaud, qui manie la guitare, à ses pieds un double jeu d'effect pedals et un portable, non il ne profite pas de l'électricité wallonne pour le recharger, le mobile doit, en temps voulu, servir à envoyer 1391984_752964071384304_1375915101_n.jpgune voix off récitant un message grave.

' Backpack', une nouveauté pour ouvrir le set, Renaud entame le chant, la voix de Soho se joint à la sienne pour un indie folk, tendance dream pop, soigné et aérien.

Les locaux, dont c'est la première expérience avec le duo, apprécient.

Gianni à son pote Aurelio... pas mal, et la fille est jolie!

'Part of us' toujours ces  close harmonies célestes et le travail ciselé de la guitare, la plage se termine de manière abrupte.

Quoi, Fabienne?

Etretat... je te paye une Bénédictine après le gig.

Plus sombre, 'If you understand' traite des problèmes de couple, c'est pas encore 'En attendant Godot' but we no longer speak the same language.. c'est mal barré!

'Ave Maria' et 'City Burning', une superbe suite filmique mixant une amorce shoegaze et le meilleur indiefolk à la Moriarty.

Une grosse claque!

1441577_752964328050945_2106496503_n.jpg

1459099_752964204717624_1419542342_n.jpg

'Lush' et sa guitare americana séduit tout autant ( faut écouter la version proposée sur Soundcloud, une basse incroyable!).

Le GSM diffuse une voix inquiétante amorçant 'Gary,' aux lyrics  "how long will they wait" répétés à l'infini.

Le fragile 'Here and now' et 'Winter nights', bourré d'effets noisy, achèvent ce set estimé à sa juste valeur par les Silliens et Silliennes.

1146666_752964504717594_185328151_n.jpg

BirdPen

 1451409_753043154709729_1933436421_n.jpg

Moins d'un mois après avoir assisté au concert d'Archive au Théâtre National, ta route recroise celle de David Penney, il y a 3 ans, au BAO, son groupe BirdPen t'avait fait forte impression, le résultat à Silly fut tout aussi concluant!

995543_753042234709821_1532844316_n.jpgL'alternative/progressive/trip hop rock de l'oiseau, tantôt explosif, tantôt mélodieux, se révèle d'une richesse sonore prodigieuse, le rendu énergique et le charisme lumineux de Dave auront marqué les imaginations, Silly a assisté à un concert à marquer d'une croix couleur de lis.

 Dave Pen et  Mike Bird, flanqués d'un drummer solide ( James Livingston Seagull -?) et d'un bassiste redoutable, Tim Slade (?) entament le gig par le sombre, angoissé et entêtant 'Saver Destroyer'.

D'emblée t'es pris au piège et insensiblement l'étau va se resserrer.

T'es plus toi, t'es comme la centaine de fidèles dont la tête cahote au gré des rafales de guitare, aux envolées de synthé, soutenues par une rythmique infernale, et on te parle pas de cette voix, un mix Roger Waters/Peter Gabriel, qui subjugue.

Ce cirque va durer plus de 75'.

'No escape', jamais titre n'a mieux porter son nom, le Salon, un pénitencier dont personne ne peut s'échapper.

An old one, prédit Dave, moment que choisit la plus silly des habitantes de Silly pour hurler ' We love you', hilarité générale, le groupe attaque le long, passionné et épique   'Admiral Red' aux accents à la fois prog et cold wave.

Le fier amiral au commande de son vaisseau déjà dans la tourmente est appelé à la rescousse par un pauvre mousse en pleurs ...Please help me Admiral Red.  I need to escape this place.  I might lose my head.  I don't feel safe around here... les vagues déferlent, le tonnerre gronde, Silly frémit.

1470353_753042638043114_2018829832_n.jpg

1450963_753042704709774_2087589809_n.jpg

Le dramatique 'Nature regulate' is a song about trying to make things right  et la suivante, 'The Bridge', ne sera pas aussi funky que James Brown, proclame Dave Pen.

Effectivement le climat est dépressif, les lyrics, répétés sur fond tribal et guitares postpunk, viennent lacérer ton pauvre 1394469_753043488043029_509027693_n.jpgcerveau, ta gorge se noue, à boire, à boire.....le bar est à des lieues, il faut fendre une foule de zombies..vite ouvrir les yeux pour voir le soleil se lever ...maman!

'Alive' un nouveau titre a été composé dans un taxi, Zohra connaît  et le fait entendre!

Silly, ça va?

Les trois autres se marrent, 'Only the names change', dans le moule Archive, puis Smiley d'un roulement répétitif attaque le sinistre ' T-C-T-T-Y-A'..they're gonna take you away...noir comme du Costa-Gravas filmant les ennuis d'Arthur London ( 'L'Aveu'), plage des plus oppressantes!

D'hideux vrombissements electro amorcent 'Off', clapping hands...off, off, off,... ils vont nous rendre fous, le truc te rappelle à la fois la New Wave, Gabriel et l'époque Berlin de David Bowie.

La dernière,  l'optimiste 'The safety in numbers is now zero', entamé d'une voix de fausset, pour nous conduire aux portes de l'enfer.

Lucifer: poussez pas, il y a de la place pour tout le monde!

Thank you very much, Silly, you were a clever audience!

1422423_753043071376404_1113552677_n.jpg

Bis

L'ancien 'The replacement order' , l'ordre établi sera salement secoué et le postpunk 'Thorns' pour conclure.

Quoi, Isabelle?

Non, rien à voir avec 'Torn' de Natalie  Imbruglia.

1393649_753041724709872_1580157556_n.jpg

Un concert à inscrire dans les annales!

 

picturelle - Fabienne Cresens

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
<br /> merci pour toutes ces précisions!<br />
Répondre
J
<br /> TB article... pour l'info: le bassisite est bien Tim Slade et le Batteur lui s'appelle Michael Breach & TCTTYA = They are coming to take you away ;-) magnifique soirée à Silly, cela<br /> valait le déplacement<br />
Répondre

Articles RÉCents