Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des critiques de concerts
  • Le blog des critiques de concerts
  • : Bienvenue sur Concerts-Review, le blog des critiques de concerts. Nous mettons en ligne quelques critiques subjectives des concerts auxquels nous assistons. N'hésitez pas à nous contredire à travers vos commentaires.
  • Contact

Les prochaines...

Recherche

4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 21:35
Roadhouse blues/rock from California (Los Angeles), et du meilleur, celui qui te travaille les entrailles, les jambes, et d'autres parties plus intimes de ton anatomie.
Kelly Zirbes n'est pas une nana ordinaire, c'est de la dynamite! Elle a mis tous les mecs (de 16 à 77 ans) à genoux, les bonnes femmes rêvent de prendre sa place.

Attention, Kelly Z n'a plus 20 ans, mais elle n'est pas dans la catégorie 'Sarah' de Serge Reggiani/George Moustaki non plus (... la bouche usée par les baisers trop souvent, mais trop mal donnés... ). La madame a vécu, et connu quelques déceptions... elle a beaucoup donné, et donne encore: un show de trois heures, et si, Didier, le patron du bistrot, ne vient pas l'implorer d'arrêter, à minuit trente (les voisins travaillent le lundi... ), elle jouerait encore.
Je te parle pas de son band, des cracks... à la guitare semi-acoustique (ryhthm guitar) et backing vc., son mari actuel: le costaud et souriant , Perry Robertson  - à la basse: Matt 'sunglasses' Mc Fadden et, à la lead, Rob Zucca, ce type, qui tenait un café du côté de L A, te sort des lignes de gratte (la sienne est née d'avant la Guerre de Sécession) pas piquées des hannetons.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, ajoutons que Miss Z court le Marathon en moins de 49' et, à ses moments libres, elle s'engage dans la lutte contre l'hépatite C. Elle est épatante, Kelly! Je suis sur la liste pour l'épouser quand elle en aura marre de Perry.

Premier set
'Train' une compo de la belle, sur l'album 'Trio' de 2003. (Elle a sorti 5 CD's).
Du blues funky et sexy avec un double solo de guitares. L'absence de batterie ne se fait pas sentir, le son est parfait. Très vite, tu compares le timbre chaud et raspy de la croqueuse d'hommes aux plus grandes: Bonnie Raitt (une de ses idoles), Yvonne Elliman, Rita Coolidge, Elkie Brooks ou Karla Bonoff... Ce train se retrouve sur le soundtrack de 'King of California' de Mike Cahill (featuring Michael Douglas... ). Une cover 'Brand New Key' Melanie (Safka) n°1 in the charts in 1972. Brillant!
'Come to this' toujours sur 'Trio' c'est du blues, pas question de l'ignorer... I woke up this morning... my soul is empty... solo juteux du Robbe.



Une nouvelle chanson: 'Better Way', maybe about killing your husband, clin d'oeil vers son homme... I'm gonna build me a wall, build it tall tonight... vous les durs, je vous préviens... nobody's gonna hurt me... pas tendre, la pussycat.
For the bikers, un jazzy 'Route 66'. Veille à respecter les 70 miles/h, Rob!
Celle-ci est pour Matt qui s'est amusé à rouler à 250 km/h sur le circuit du Nürburgring: 'Drive' du blues /rock énergique et speedé.
We are late bloomers, nous confie Mrs Zirbes et celle-ci est pour un ex-boss colérique: 'Close my eyes',  un tango/blues, introduit par un joli sifflet colibri.
James Taylor/Carly Simon: 'Mockingbird', étonnante version, tout en caresses et slicky guitar licks.
'Fair' petit singalong sautillant sur le dernier CD 'The Light'.
'Right now' chanson d'amour funky.
People, it's time to slow down: ' Woman's love' a sensitive slow blues, à t'arracher des larmes.
'Strong girl' un rock pas léger, the lady has balls.

Avant de fonder Kelly's Lot, I was 35, je jouais du folk. De club en club avec ma guitare, I was a folksinger, j'ai toujours suivi le credo de Janis Joplin: sing from the heart... 'Me & Bobby McGee'. Pas le seul à être parcouru de frissons, Loli lui fait un signe en pointant l'index vers le second micro: je peux?... freedom is just another word...Ovations! La salle est bondée, le public est chauffé à blanc.
Melissa Etheridge 'Let me go'... if you can't love me, let me go... pigé, gars!
'Tired' un genuine blues... I'm tired of being alone... syndrome Calimero 'Personne ne m'aime'... mais on t'aime tous, Kelly. Son Perry nous sort un récital acoustique canon. Jaloux, le Zucca, répond en lui montrant qu'il peut faire aussi bien à la slide. Pure jouissance, et la pauvre Kelly... baby, I'm so blue, yeah..
YEAH, 75' de bonheur!


Break et ravitaillement.

Les Cd's, 15€ pour deux pièces, se vendent à la pelle, séance autographes pour Kelly and her boys.

Set 2
Commencez sans moi les petits, le gentil Didier, m'a offert un verre de pinard...
'Little Wing', tu t'envoles.
Mijn glas is leeg: 'You're the only reason', un nouveau titre.
'Just a heart' de la country kasatchok, un ballet cosaque sur scène... forget words, coz words are lies...
Bonnie Raitt, 1972, 'Give it up'... tu rentres bourré et dégueulasse, où t'étais... if you want me to love you You got to give it up or let me go... compliqué, l'amour!
'I'm sure' toujours les doutes amoureux, pendant que Peter et Rob sortent les flingues. Une pétarade démentielle, un feu d'artifices étincelant.
A folksong, que j'ai écrite il y a 20 ans, ' Back to L A'.


Retour au rootsy blues, Bonnie Raitt, encore: 'Love me like a man', grandiose. Tirez les premiers, messieurs. Tu nous fais encore un solo, chouke ? Non reprend, baby... You can love me like a man... J'ai la chair de poule.
'Today': Carpe Diem disait Epicure.
Trois accords, on a tous compris et on fredonne avant elle 'House of the rising sun'. Le
Montmartre explose, Eric Burdon en jupe nous achève. Loli au pas de courses pour le chanter en duo, et on y insère 'Amazing Grace'. Stupéfiant!

 Perry: Eh, Rob, passe moi l'électrique... tchik, tchik, tchik... tous les bagnards pleurent. La wah wah nous assène le coup de grâce. Hurlements furieux, la Belgique a gagné la Coupe du Monde?
Ils enchaînent ' Nobody here but me', philosophique. C'est ta vie et t'en as qu'une, te fais pas chier!
Pas de répit: 'Crossroads', version Eric Clapton.
'Redbone' en hommage à Leon Redbone, un petit jazz distingué.
La dernière: 'The Light', title track du dernier né. La lumière, un sujet de prédilection. Nouvel espace laissé aux garçons, qui en profitent pour insérer John Lee Hooker et ZZ Top dans le track.
Folie dans le poulailler, ma voisine excitée fait sauter nos chopes sur la table, les trois coqs s'amusent comme des fous, la poule revient, elle a vu la lumière!
Personne ne veut croire que la fête est finie.
OK, OK, on se désaltère et on fait un troisième set, après... Bye Bye Europe,back to California...


Set 3

Des danseurs ont envahi l'espace face à la scène, c'est la fête: 'The House is a rocking', Stevie Ray Vaughan... Down around the corner Half a mile from here... Godv. 'Long Train Runnin' des Doobie Brothers, le meilleur du rock sudiste!
Surprise, an old jazz track: 'Why don't you do right' au répertoire de Peggy Lee... get out of here and get me some money too... Eh, you, oui toi, mec, dépose ton pognon... Le brave gars allonge sa monnaie aux pieds de la madame. Matt, Perry et Rob transforment le standard en 'Stray Cat Strut'... I don't bother chasing mice around... Faut la voir, la souris, avec ses poses de matou... she's got cat class and she's got cat style... for sure!

Un triomphe!
Plus de rappels, flicaille oblige.
Anyway, 180' de concert, qui dit mieux?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - dans Concerts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents